Navigation – Plan du site
DOSSIER : Relations France-Afrique dans les mondes académiques

Introduction : Formaliser la réflexion sur les relations académiques franco-africaines

Introduction: Formalize reflection on Franco-African academic relations
Anne Doquet et Christophe Broqua
p. 122-125

Texte intégral

1L’idée de ce numéro a germé à l’occasion de deux tables rondes organisées en 2015 sur la spécificité française des relations à l’Afrique dans les mondes académiques et sur la place de l’anthropologie dans ces relations. L’intérêt pour ces thèmes, manifesté par plusieurs collègues qui faisaient montre non seulement d’un point de vue, mais encore d’expériences précises en la matière, nous a convaincus de réunir les textes d’une partie des chercheurs ayant participé aux tables rondes, en y ajoutant ceux de quelques autres contributeurs.

2Notre idée d’ouvrir une réflexion sur le thème des relations France-Afrique dans les mondes académiques est partie de l’hypothèse d’une spécificité française dans ce rapport à l’Afrique. Cette singularité découle bien sûr de la domination coloniale, mais aussi de la configuration singulière des années 1980, traversées d’une part par le durcissement des politiques migratoires, la sédentarisation des étudiants et leurs liens diversifiés aux institutions françaises (Gueye, 2001), et d’autre part par un contexte scientifique lui-même hétérogène et fragilisé, qualifié de « crise de l’africanisme ». De l’héritage colonial et de cette double configuration politique et scientifique sont nées un ensemble de pratiques académiques révélant une profonde ambiguïté à la fois dans le traitement réservé aux étudiants africains et dans la manière dont ces derniers ont pu vivre les institutions françaises : oscillation entre assimilationnisme et tiers-mondisme d’un côté, entre ressentis de partage bienveillant et de condescendance, voire de racisme, de l’autre. Ceux qui décidaient de retourner dans leur pays ne furent pas épargnés par cette ambivalence lorsqu’à l’aube des années 1990, le ministère de la Coopération créa un nouveau modèle de relation, le « partenariat », qui rendit plus visibles encore les contradictions, les travers et les difficultés des coopérations scientifiques entre la France et l’Afrique (Droz & Mayor, 2009).

3Ces liens obscurs et durables s’expliquent de toute évidence par la perpétuation de relations (post-)coloniales singulières entre la France et ses (ex-)colonies d’Afrique, dont Jean-Pierre Dozon a clairement illustré le balancement entre « assimilation » et « association » (Dozon, 2003). Ici, il analyse ce que fut la vitalité de l’africanisme français, et plus particulièrement celle d’une anthropologie marxiste effervescente alliant études empiriques, débats politiques et démarches critiques, pour montrer dans quelle mesure cette discipline avant-gardiste s’est constituée dans un cadre d’étroites correspondances avec l’État franco-africain et s’est affermie en son sein. L’article d’Allison Sanders décrypte le fonctionnement, au sein du même contexte, du principal programme de formation africaniste en France, la Formation à la recherche en Afrique noire (FRAN), où le partage de « stages de terrain » collectifs dans la France profonde par des étudiants français et africains révèle des ambiguïtés similaires. Ces paradoxes relationnels se sont faits plus visibles encore dans les décennies suivantes, suite aux transformations radicales des politiques migratoires françaises. L’article de Jean-Yves Blum Le Coat montre comment les étudiants congolais, au départ accueillis par un dispositif ouvert permettant leur libre circulation et le soutien financier de leur formation universitaire, sont devenus d’indésirables ressortissants de pays à fort « risque migratoire ». Tandis que l’auteur évoque les conséquences de ce durcissement en termes de « déliaison », voire de « rupture » des relations franco-congolaises, le texte d’Abdoulaye Gueye prolonge dans le temps cette analyse des rapports des chercheurs africains à la France. Retraçant les maltraitances du système universitaire et la racialisation des positions professionnelles en France, il éclaire le basculement progressif des élites africaines vers les États-Unis, qui ont su effectuer un réel travail de reconnaissance de ces intellectuels et motiver leur carrière. Pour l’auteur, le contournement de l’université française ou sa transformation en espace de transit ne doit pas pour autant s’analyser en termes de rupture mais doit être considéré au sein de « l’arrangement international du mode d’opération du marché universitaire », dans lequel la France, pour reprendre un terme cher au courant postcolonial, se « provincialise ». De plus en plus manifeste, ce recul de l’emprise française sur les étudiants et chercheurs africains en mobilité (Dia & Ngwé, 2018) fait écho à la dénonciation depuis le continent africain d’un discours eurocentré sur l’Afrique et à la double revendication d’une présence de voix africaines dans la communauté scientifique internationale et d’une communauté épistémique panafricaine. L’article de Martin Mourre porte sur l’histoire d’une des plus importantes institutions africaines à la base de ces doléances, le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA). Fondé en 1973, ce centre de recherche a rapidement dénoncé les comportements hiérarchiques et condescendants des enseignants et chercheurs européens et manifesté sa volonté de rompre avec l’Occident sur le plan scientifique. Tout en rappelant les contributions les plus fécondes de cet espace, l’auteur souligne l’hétérogénéité des recherches menées et des politiques scientifiques adoptées en son sein, freinant la possibilité d’émergence de la communauté épistémique désirée. Le texte de Thomas Atenga, centré sur les sciences de l’information et de la communication (SIC), prolonge l’analyse de ces difficultés en décrivant l’ignorance occidentale des recherches menées en Afrique. En dépit d’une production africaine significative sur des objets variés, les SIC ont en France bien du mal à s’intéresser au terrain africain en même temps qu’elles méconnaissent les travaux des chercheurs du continent. Le pari de l’indépendance des savoirs est donc loin d’être gagné, tandis que les formes d’ambiguïté entretenues par l’espace académique français à l’égard de l’Afrique sont loin d’être toutes levées. Une des possibilités pour repérer ces dernières est d’adopter une visée comparative des rapports académiques en terres de colonisation française et anglaise. Centré sur l’Institut français de recherche en Afrique (IFRA) du Kenya, le texte de Marie-Emmanuelle Pommerolle décrit la difficulté pour ce type d’institut dans les pays d’Afrique anglophone de poursuivre leur visée de recherche en sciences sociales qualitatives et critiques. Pris en tenaille entre les transformations de la diplomatie scientifique française, celles des mondes académiques d’Afrique anglophone, les exigences de l’Agence française pour le développement (AFD), ils affrontent la tendance des bailleurs à établir une recherche dominée par les acteurs internationaux qui implique de façon minimale les chercheurs locaux et ignore leurs universités. La recherche académique doit ainsi se comprendre à travers la série d’instances qui la conditionnent et reproduisent des rapports de pouvoirs hiérarchiques et inégaux, en milieux anglophone comme francophone. Sur les terrains anciennement colonisés par la France, on peut analyser ces rapports en observant l’expatriation de chercheurs du Nord en Afrique. Le nouveau modèle de coopération, dit « partenariat », se heurte au paradoxe d’indiscutables inégalités entre les chercheurs, l’injonction du dit partenariat jouant sur les relations de pouvoir entre chercheurs expatriés et locaux. C’est ce que montre le texte d’Hélène Quashie, qui analyse l’asymétrie structurelle et la violence symbolique inhérentes aux rapports de pouvoir entre chercheurs du Nord et africains, mais aussi les effets de ces dernières sur la production scientifique. Les processus de racialisation mis au jour illustrent par des exemples concrets la prégnance d’ambiguïtés dans les rapports scientifiques, malgré l’évolution des formes de coopération de l’époque coloniale à aujourd’hui. L’héritage des relations académiques entre la France et l’Afrique joue ainsi toujours sur les rapports racialisés entre les universitaires et chercheurs français et leurs homologues africains. Et le caractère peu honorable de ce legs explique sans doute qu’en France le sujet soit confiné aux discussions de couloir.

4Désireux d’ouvrir une réflexion moins officieuse sur ces thèmes, nous avons proposé aux intervenants des deux tables rondes de participer à ce numéro, tout en sollicitant, en Afrique particulièrement, des collègues dont nous estimions qu’ils pourraient contribuer à cette réflexion. Côté français, cinq des six contributions constituent les suites d’interventions lors des tables rondes. Parmi elles, le texte d’Hélène Quashie pointe la difficulté d’exposer ouvertement les pratiques académiques de ses pairs, encore plus lorsque les statuts, fonctions et ancienneté de ces derniers sont supérieurs à ceux de l’auteur. Remarquons dès lors qu’à l’exception notable de Jean-Pierre Dozon, qui a navigué dans différentes sphères du monde académique et a dirigé pendant dix ans le centre de recherche africaniste le plus important en France, et de Marie-Emmanuelle Pommerolle que nous avons directement sollicitée, les auteurs français de ce numéro se trouvent être des doctorants ou jeunes docteurs qui, s’ils peuvent accéder à l’observation de processus de racialisation qui ont toujours cours, ne peuvent livrer une mémoire des rapports historiques entre chercheurs français et chercheurs ou étudiants africains. Chez ceux qui pourraient témoigner de cette histoire, le silence domine encore. Pour ce qui est des auteurs africains, nos efforts pour solliciter des textes ont été dans un premier temps récompensés par six promesses d’articles de chercheurs en poste dans des pays d’Afrique de l’Ouest et centrale et du Maghreb. La suite fut néanmoins moins heureuse : une série de renoncements plus ou moins motivés nous a privés de cinq d’entre eux. L’article d’Abdoulaye Gueye mentionne l’émancipation de la parole des Africains qu’a nourrie l’université américaine. Est-ce alors un hasard si cet auteur, qui s’autorise un point de vue critique et argumenté sur le système académique français, connut lui-même l’exil universitaire aux États-Unis puis au Canada ? Contribuer à ce numéro ne présentait-il pas un risque pour des chercheurs basés en Afrique, pour qui les réseaux internationaux peuvent être décisifs ? Un recueil d’articles porté par deux chercheurs français, blancs et non connus pour leur critique de l’africanisme constituait-il le lieu idoine du dévoilement de processus de racialisation dont ils sont possiblement victimes ? Mais peut-être la raison la plus prégnante des renoncements ou des refus est-elle à chercher ailleurs que dans les risques. Certains des collègues africains que nous avons directement sollicités nous ont en effet renvoyé l’idée que ce n’était pas à eux, mais aux intellectuels français eux-mêmes, de procéder à ce retour sur l’histoire. La déception première face aux divers renoncements a pour cette raison laissé place à notre motivation à publier ces textes majoritairement écrits par des Français.

5Ce numéro thématique n’est pas sans faire écho aux initiatives de plus en plus nombreuses qui, sur le continent africain ou ailleurs, réclament une « décolonisation des savoirs ». Sujet de la dernière assemblée générale du CODESRIA, cette volonté d’indépendance a formé le mot d’ordre des mouvements étudiants qui ont récemment agité différentes universités sud-africaines. Mettre le doigt sur les ambiguïtés inscrites autant dans les conduites interactionnelles que dans les pratiques scientifiques entre la France et l’Afrique nous semble une étape utile pour la réflexion engagée sur cette décolonisation des savoirs. Puisse ce numéro, autant par son contenu que par ses silences, y apporter une humble contribution.

Haut de page

Bibliographie

Dia Hamidou, Ngwé Luc (dir.), « Circulation des enseignants et chercheurs africains », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 12, n° 4, 2018.

Dozon Jean-Pierre, Frères et sujets : la France et l’Afrique en perspective, Paris, Flammarion, 2003.

Droz Yvan, Mayor Anne (dir.), Partenariats scientifiques avec l’Afrique : réflexions critiques de Suisse et d’ailleurs, Paris, Karthala, 2009.

Gueye Abdoulaye, Les intellectuels africains en France, Paris, L’Harmattan, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Doquet et Christophe Broqua, « Introduction : Formaliser la réflexion sur les relations académiques franco-africaines »Histoire de la recherche contemporaine, Tome VIII-n°2 | 2019, 122-125.

Référence électronique

Anne Doquet et Christophe Broqua, « Introduction : Formaliser la réflexion sur les relations académiques franco-africaines »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VIII-n°2 | 2019, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.3406

Haut de page

Auteurs

Anne Doquet

Anthropologue, chargée de recherche à l’IRD, membre de l’Institut des mondes africains (IMAF). anne.doquet@ird.fr

Christophe Broqua

Socio-anthropologue, chargé de recherche au CNRS, membre de l’Institut des mondes africains (IMAF). christophe.broqua@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals