Navigation – Plan du site
DOSSIER : Relations France-Afrique dans les mondes académiques

Plutôt union libre que séparation. Les chercheurs africains francophones et l’Université française dans le contexte de réarrangement global du champ académique par les États-Unis1

Rather free union than separation. French-speaking African researchers and the French University in the context of the global academic field’s reorganization by the United States.
Abdoulaye Gueye
p. 160-179

Résumés

Cet article traite des relations entre l’Afrique francophone et la France. Il examine particulièrement la position des chercheurs africains francophones – formés en sciences sociales et en lettres plus spécifiquement – dans et vis-à-vis de l’institution universitaire française. L’argument suivant en informe l’ensemble : le rapport des chercheurs africains à l’institution universitaire française est une relation complexe qu’on ne peut absolument pas analyser à l’aide du concept de rupture. En fait, ces chercheurs se sont simplement résolus à redéfinir leur rapport à la France en raison d’une reconfiguration du champ universitaire marquée surtout par une compétition globale pour le classement entre universités et subséquemment la mise à l’épreuve des allégeances héritées de la colonisation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Quelle est la position des chercheurs africains francophones, tout particulièrement en sciences sociales et en lettres, dans et vis-à-vis de l’institution universitaire française ? À travers une analyse de leur choix de carrière et de leurs stratégies de formation et de publication, Abdoulaye Gueye éclaire la complexité de cette relation irréductible au concept de rupture.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article doit beaucoup à une table ronde organisée par Hélène Quashie dans le cadre des « 3èmes (...)

1Pourquoi cette chanson de Brel pour épigraphe d’un article qui traite des relations entre l’Afrique francophone et la France ? Parce que ses paroles captent une opinion bien dans l’air du temps : la rupture. En effet, qu’on les doive à des Africains ou des Européens, des commentateurs occasionnels ou des universitaires, les analyses consacrées à ces rapports débouchent souvent sur le diagnostic de la rupture. Dans un ouvrage de 1984, l’historien Jacques Marseille titrait : Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce. Décrivant ces mêmes relations dans un style digne du romantisme littéraire, son compatriote journaliste Philippe Tesson écrivait : « La France et cette part de l’Afrique qui fut française s’entrevoient à peine désormais, comme deux amants qui, ayant cru s’aimer jadis, se sont quittés sans parvenir à se détacher l’un de l’autre, et puis ont fini par découvrir un jour que leurs vies étaient séparées et ne cessent depuis lors de s’en vouloir » (Tesson, in Le Figaro, 21 février 2002). Feu Mongo Béti, longtemps écartelé entre son devoir filial vis-à-vis de l’Afrique et son attachement à sa terre d’exil, la France, publiait, quant à lui, un ouvrage à charge intitulé La France contre l’Afrique (Béti, 1993). Enfin, à travers un témoignage à la teneur fort autobiographique, l’historien Achille Mbembe, justifiant son départ pour les États-Unis, alors qu’il rédigeait encore sa thèse en France, accusait à son tour :

En outre, on [les Africains] se sentait à l’étroit, coincé dans ce pays [la France], où la flambée anti-immigrés, les vexations de la bureaucratie et sa machine à refuser des cartes de séjour aux ‘indésirables’, les ‘charters’ bourrés de 101 Maliens, les ‘grottes d’Ouvéa’ chez les Kanaks, la police et ses chasses au ‘faciès’, tout cela finissait par instiller, au fond de nous [Africains], un terrible sentiment de marginalisation et de misère existentielle : l’angoisse d’être tombé dans un traquenard, comme des souris indésirables, sans défense, pourchassés, livrés aux jeux cruels et sans merci du chat (Mbembe, 1993 : 94).

2La question des relations de l’Afrique avec la France est donc une interrogation lancinante. Compte tenu de l’étendue du champ géographique et démographique qu’elle couvre, il est impossible d’en faire le tour. L’objectif de cet article en deviendra donc plus modeste. Il s’agira d’y examiner la position des chercheurs africains francophones – formés en sciences sociales et en lettres plus spécifiquement – dans et vis-à-vis de l’institution universitaire française ; l’analyse portera précisément sur les choix de carrière, les stratégies de formation et de publication par lesquels ils manifestent une adhésion à, ou tout au contraire un rejet de cette institution. La démarche méthodologique repose sur un recensement, certes non exhaustif, du corps professoral africain dans les universités françaises et américaines mais indéniablement instructif. Cet effort s’est doublé d’un dépouillement des CVs de ces universitaires ainsi que d’échanges écrits ou verbaux avec les mêmes acteurs ou leurs collègues très bien informés de leurs trajectoires académiques, en vue d’élucider des questions auxquelles leurs CVs n’apportaient pas de réponse.

3Le choix des chercheurs africains comme population d’étude appelle une justification, ne serait-ce qu’en raison de leur très faible représentation démographique. On serait tenté de rappeler, à la suite de Babacar Sall (1993), qu’il s’agit d’un choix fécond parce la société se révèle aussi très largement à travers ses pans les plus marginaux, ou de souligner qu’une tradition sociologique fort influente – allant de Simmel (1999), traitant des étrangers, à Becker (1985), étudiant les musiciens de jazz et fumeurs de marijuana, en passant par Goffman (1968), analysant l’univers des malades mentaux – a permis de renouveler l’appareil théorique de la discipline en s’intéressant à des catégories sociales qui ne représentent qu’une portion congrue de la population totale. Mais il y a plus que cela au choix de cette catégorie. Les universitaires sont au cœur de la dynamique de production de la société. Ils participent de la classe sociale à qui incombe, selon la tradition marxiste du moins, la mission d’impulser ou d’éclairer l’orientation de leur société. Aron (1955) ne relevait-il pas que l’encadrement de la société est une fonction revendiquée par les intellectuels comme jadis les clercs avant eux ? Producteurs donc de la société, les universitaires figurent aussi parmi les principaux médiateurs et passeurs de valeurs et idées entre l’Afrique et la France et vice-versa. Pour ces raisons, examiner les relations entre l’Afrique et la France à partir des trajectoires de mobilité et des pratiques des chercheurs africains, c’est se donner les moyens de mettre à l’épreuve le diagnostic de la rupture que les auteurs mentionnés plus haut s’accordent à défendre.

4Par les attributs africains et français, j’entends distinguer deux groupes d’acteurs définis à la fois par leurs caractéristiques ethno-raciales et leur nationalité de naissance. Les chercheurs qualifiés d’africains sont noirs et natifs de l’un des pays d’Afrique, et ceux désignés français blancs et nés en France.

Des intellectuels aux universitaires

5Les intellectuels africains ont fait l’objet de nombreux travaux dans la littérature de langue française spécifiquement (Nda, 1987 ; Copans, 1990 ; Diouf, 1993 ; Gueye, 2001, 2002, 2005a, 2011). Sur leur genèse comme catégorie sociale et leur engagement pour l’Afrique, on dispose d’une foule de données. Mais il est un segment spécifique de cette catégorie dont on commence à peine à éclairer la trajectoire et les positionnements. Il s’agit des universitaires. Dans les travaux leur étant consacrés, se démarquent essentiellement deux préoccupations scientifiques. La première se résume largement à une interrogation sur la liberté académique en milieu africain. Historiens, politologues et sociologues se sont en effet évertués à documenter et théoriser les obstacles à l’exercice de leur profession. L’interrogation s’est imposée en raison de l’opposition entre l’acte même de production de savoirs qui, selon Bourdieu (1993), implique nécessairement un effort de dévoilement des logiques de pouvoir, et la prolifération des régimes politiques anti-démocratiques sur le continent africain au cours des années 1970-1980 (Diouf & Mamdani, 1994 ; Sall, 1997). La seconde préoccupation, plus récente, porte notamment sur la collaboration académique. Une poignée de chercheurs dont Zeleza (2008) ont consacré des efforts considérables à établir la disposition des universitaires africains en poste au Canada et aux États-Unis à œuvrer pour le renforcement de la recherche et de l’enseignement en Afrique. Dans une démarche beaucoup plus inclusive, en ce qu’elle intègre aussi des scientifiques non-universitaires, cependant plus impressionniste qu’empirique, Teferra s’est efforcé de démontrer le désir des scientifiques africains expatriés de soutenir l’enseignement supérieur en Afrique (2004a, 2004b). De cette dernière vague de travaux participent également les études récentes de Gueye (2015). Menées dans cinq pays africains ainsi qu’au Canada, elles établissent les échelles et formes de collaboration entre universitaires africains des deux rives de l’Atlantique. Si la première série de travaux cités s’intéresse plus particulièrement aux conditions professionnelles des chercheurs en poste en Afrique, la seconde se soucie davantage d’éclairer la contribution des universitaires de la diaspora au renforcement de l’institution universitaire africaine.

6Il manque, toutefois, dans cette littérature une réflexion systématique et documentée sur les relations entre universitaires africains francophones et l’espace universitaire hexagonal qui serait située au-delà des anecdotes et témoignages personnels certes éclairants. Peut-être la tentative la plus avancée en l’espèce est l’article de Gueye (2005b). Mais il s’accommode de deux limites notoires que cette contribution entend combler. D’une part, il ne tient compte que des universitaires exerçant sur le continent, comme si l’Afrique était leur seul horizon et lieu d’exercice professionnel. D’autre part, sans s’en prévaloir ouvertement il valorise le paradigme, cher à Cooper, de la « circulation colonie-métropole » (2014). Ce paradigme se résume à l’idée que la métropole, en l’occurrence la France, constitue la seule référence et interlocutrice de la colonie, l’Afrique. Or, sans tomber dans l’adhésion béate à la vulgate de la mondialisation, force est de constater, aujourd’hui, que la position des chercheurs africains vis-à-vis de l’institution académique française est aussi informée par leur intime connaissance d’autres modèles nationaux de conception de l’activité universitaire, et particulièrement l’américain. En concurrence avec le français, ces modèles se déploient dans un contexte de recomposition globale des réseaux de circulation des idées et des chercheurs qui ont été hérités du système colonial.

  • 2 La France aussi commence à faire face à cette réalité mercantiliste. L’ouverture à Sciences Po Pari (...)

7Dans la continuité de cet argument, je voudrais avancer la théorie de l’arrangement international du mode d’opération du marché universitaire. Cette théorie trouve son inspiration dans la littérature sociologique et politique portant sur les mobilisations collectives en situation historique caractérisée comme post-nationaliste (Soysal, 1994, 1998 ; Jacobson, 1996). Dans cette littérature, les transformations opérées par les États démocratiques pour devenir plus inclusifs et respectueux des demandes de leurs minorités culturelles ou ethno-raciales sont attribuées à la pression exercée sur eux par des structures supranationales aux moyens de persuasion incontestables. La théorie que je propose repose sur deux éléments majeurs : le premier est que l’enseignement supérieur est (devenu) un champ concurrentiel. D’abord, comme tout champ, selon la définition de Bourdieu (1979, 1981), il intègre des acteurs situés à des positions différentes, souvent inégales, et engagés dans une compétition pour la domination. La visibilité professionnelle internationale, me semble-t-il, est l’une des expressions sinon un résultat de cette domination. Ensuite, l’enseignement supérieur est un espace mercantile, c’est-à-dire opérant sur la base de l’offre et de la demande de services payants. L’attractivité des établissements d’enseignement supérieur dépend largement de leur capacité à pourvoir une formation apte à accélérer l’intégration et la promotion professionnelles de leurs diplômés. Qui plus est, y compris dans les pays traditionnellement socialistes, le capital financier et la logique du profit s’infiltrent progressivement dans l’espace universitaire, parfois en conséquence du recul de l’investissement de l’État, accroissant davantage ainsi l’identité mercantile de l’Université2. Le second élément réside dans le décloisonnement géographique du marché universitaire. L’espace national n’est plus le lieu exclusif de production de savoirs ni de recrutement des enseignants et des étudiants. L’ouverture de campus satellites à des milliers de kilomètres du pays d’origine de l’université-mère, la forte proportion de non-nationaux parmi les étudiants et les enseignants, la rhétorique de la valorisation de la diversité démographique dont participe par exemple le souci déclaratif de recruter un corps professoral qui reflète la pluralité identitaire de la population d’apprenants, et enfin l’apparition d’une nouvelle pratique en vue d’institutionnalisation que constitue le classement mondial des universités sont autant d’indices de ce décloisonnement.

8C’est dans un tel contexte que les chercheurs africains francophones interagissent avec et apprécient – au sens étymologique du terme – le système universitaire français. Les questions que je pose, en conséquence, sont les suivantes : dans quelle mesure ce nouveau contexte influence-t-il le regard de ces chercheurs sur l’Université française ? En d’autres termes, leurs attentes et demandes vis-à-vis de cette institution s’en trouvent-elles réajustées par comparaison avec celles dont les membres de leur propre groupe social étaient porteurs jusqu’au début des années 1990 ?

Convoquer d’abord l’histoire

  • 3 Pour ce qui concerne les objectifs assignés à l’école par l’administration coloniale française en A (...)
  • 4 Cette loi avait étendu la nationalité française à l’ensemble des habitants africains dont les pays (...)

9À l’échelle strictement académique, la relation entre l’Afrique et la France est historiquement une relation inégale. Elle résulte du mode d’opération même de la mission coloniale dont la philosophie d’ensemble reposait sur une rationalité instrumentaliste digne de la logique capitaliste : investir pour autant que le gain excède les frais. Les écoles, les universités et même une certaine scolarisation obligatoire d’exception, qui ciblait spécifiquement les enfants de chefs, coutumiers s’entend, tiennent lieu de preuves de cette caractéristique de la mission coloniale.3 On se demanderait sinon pourquoi l’école obligatoire de Jules Ferry n’a jamais connu d’application universelle en Afrique francophone même après le passage de la loi Lamine Gueye en 1946.4 C’est dire l’asymétrie qui caractérise les relations entre Africains et Français. Celle-ci était on ne peut plus visible dans l’espace universitaire où elle informait la distribution des acteurs entre les deux positions principales d’enseignants titulaires et d’étudiants. En effet, deux communautés y entraient en contact, différentes tant du point de vue de leurs rôles que de leurs nombres.

En métropole

  • 5 On peut se référer aux nombreux ouvrages qui font autorité dans la littérature consacrée à l’élite (...)
  • 6 Parmi ces agrégés et détenteurs d’un doctorat ayant reçu leur titre au plus tard à la fin de l’anné (...)
  • 7 « En 1945, quand j’ai été élu député, un peu malgré moi, Monsieur Faral, qui était alors directeur (...)
  • 8 Déjà des universitaires français « blancs » moins âgés que Senghor, donc arrivés à une période de p (...)

10Lorsque la France métropolitaine constituait pour eux le seul espace de formation académique, les Africains y entraient et en sortaient comme disciples. Les Français, quant à eux, étaient proportionnellement surreprésentés dans la fonction d’enseignant. Une image de la racialisation des positions universitaires s’en était développée qui devait par conséquent autoriser les Français poursuivant aux côtés de leurs condisciples africains une formation académique à nourrir l’ambition de relever un jour leurs maîtres. Qu’il n’ait pas encore été relevé la présence, à l’époque coloniale, de professeurs titulaires ou maîtres-assistants africains dans les universités françaises est en soi révélateur de cette racialisation des positions5. La question peut certes se poser de savoir si les Africains nourrissaient le projet de faire carrière dans l’institution universitaire. Il existe deux indicateurs qui m’autorisent à y répondre par l’affirmative. Le premier tient dans les cohortes limitées d’agrégés de l’université et de titulaires d’un doctorat qui, pour beaucoup d’entre eux, allaient être intégrés plus tard dans les universités nouvellement construites sur le continent.6 Le second est le recrutement de plusieurs agrégés et docteurs africains à titre de professeurs dans le secondaire. Ensemble, ces indicateurs laissent davantage suggérer que les Africains ne s’interdisaient pas, mais qu’il leur était peut-être interdit, une carrière universitaire en métropole par des mécanismes subtils et pas nécessairement structurels. Les rares cas d’exercice de la fonction de professeur dans l’enseignement supérieur en France eurent lieu dans des établissements marginalisés, quoique centraux dans le projet colonial français. C’est ainsi l’expérience de Léopold Sédar Senghor à l’École nationale de la France d’outremer (ENFOM). Celui-ci se plaisait à mentionner la pression exercée sur lui afin qu’il termine sa thèse de doctorat, quitte à la « bâcler », et la promesse, accompagnant cette pression, de lui décrocher un poste de professeur dès l’obtention de son grade7. Mais la valeur de cette promesse – voire la sincérité de Senghor lui-même – reste à prouver, eu égard à l’absence, jusque dans les années 1970, d’Africains dans le répertoire des professeurs et maîtres-assistants de l’Université française où pourtant l’agrégation avait suffi pour assurer un poste à qui bénéficiait du soutien institutionnel nécessaire et parfois lui paver le chemin d’une brillante carrière8.

La réalité en terre africaine

  • 9 Dans ses mémoires d’étudiant à l’Université de Dakar, Dieng montre par ailleurs que des Français au (...)
  • 10 C’est en 1966 même que Cissoko, retourné en France après une interruption, en 1960, de sa formation (...)

11Les revendications d’étudiants nationalistes et surtout la pression d’une élite politique afropolitaine hautement éduquée et soucieuse de la formation de cadres nationaux allaient avoir raison de la résistance de l’administration coloniale à l’instauration d’un enseignement supérieur sur place. Celle-ci se résout finalement à ouvrir en 1950, à Dakar, le premier établissement universitaire de l’ère coloniale, l’École des hautes études de Dakar, laquelle change de nom pour devenir l’université de Dakar en 1958 (Sall, 1990). Son fonctionnement immédiat impose le transfert de la métropole vers le continent de contingents d’enseignants français dont la qualité de l’enseignement n’était d’ailleurs pas incontestée par leurs propres étudiants (Dieng, 2011)9. Pour autant l’asymétrie des relations entre Africains et Français ne se trouve pas automatiquement bouleversée par ce changement du lieu de formation. En effet, la racialisation des positions professionnelles se maintient des années durant avec l’assignation des postes de professeurs, et donc d’un symbole de pouvoir universitaire, aux Français et le confinement des Africains dans le rôle d’apprenants. Un exemple symbolique et non moins significatif est la composition du corps professoral du département d’histoire de l’université de Dakar. J’ai choisi l’histoire comme exemple pour deux raisons. La première est que, comme le révèle Bourdieu (1984), elle fait partie des disciplines « nobles » pour être le lieu d’où se déploie le récit constitutif de l’identité de la nation. La seconde, dans la suite de la précédente, est que l’écriture de l’histoire a longtemps été le ferment de la discorde entre Africains (voire les Noirs en général) et Français. Le mouvement littéraire dit de la Négritude en est tout parsemé, avec la détermination d’un Césaire et un Senghor à rappeler les merveilles de Tombouctou, la flamboyance du Kaya Maghan, ou la prestance des Askias dans le but de montrer que l’Afrique aussi dispose d’une histoire qui mérite d’être connue et enseignée. Par conséquent, comme unité d’enseignement, le département d’histoire peut se prêter au rôle de laboratoire idéal pour observer les changements relatifs à l’assignation des rôles selon l’identité raciale des acteurs. Promouvoir des historiens africains au rang de professeur, d’autant plus qu’ils ont été formés et adoubés par les meilleurs historiens de l’Université métropolitaine, aurait constitué, me semble-t-il, un puissant indicateur du démantèlement de la « ligne de couleur », pour reprendre l’expression de W.E.B. Du Bois (1989). Pour autant que les faits importent, force est de reconnaître la lenteur d’un tel processus. Vingt-quatre années séparent la soutenance, en 1955, en Sorbonne, de la première thèse de doctorat d’État par un Sénégalais, en l’occurrence Abdoulaye Ly, et le recrutement du premier Africain au rang de maître-assistant en la personne de Sékéné Mody Cissoko, lequel avait soutenu sa thèse d’État, en 1979, dans la même institution. Pourtant, l’Institut français d’Afrique noire – devenu Institut fondamental d’Afrique noire – s’était déjà ouvert aux chercheurs africains surtout dans sa section Histoire fondée en 1955. Parmi les exemples notoires figurent Abdoulaye Ly, qui en a été brièvement le directeur à la fin des années 1960, Sékéné Mody Cissoko10, qui intègre l’Institut alors dirigé par Vincent Monteil en 1966 et a eu à relever Ly au poste de directeur de la section Histoire la même année, et Cheikh Anta Diop. Cette inégalité de représentation des Africains entre le département d’histoire de l’Université et la section Histoire de l’Institut est en elle-même indicatrice d’une hiérarchisation professionnelle. Dans le système français, plus particulièrement de l’époque, le pouvoir, le prestige et l’influence universitaires advenaient davantage de l’exercice du rang de professeur que du statut de chercheur. Il suffit de s’interroger sur le classement (certes arbitraire) des universitaires français – en sciences sociales et lettres – à raison de leur impact international pour s’en convaincre. Des années 1960 aux années 1980, au sein de toute une génération de penseurs que l’on englobe outre-Atlantique dans la terminologie French Theory, presqu’aucun n’était d’abord et surtout chargé (ou directeur) de recherches au CNRS, à l’ORSTOM ou une quelconque structure académique comparable : Barthes, Bourdieu, Deleuze, Derrida et Foucault pour en citer les principaux étaient d’abord des enseignants en contact permanent avec des étudiants. La supériorité et la sur-représentativité flagrante des Français dans l’effectif enseignant ne se résorbent que tardivement, à la fin des années soixante-dix, peut-être autant du fait de l’africanisation des cadres, amorcée pourtant dès les années cinquante, selon Cooper (2014), que de la dégradation des conditions matérielles de travail générée par l’instabilité politique chronique et l’instauration des premiers programmes d’ajustement structurel.

Globalisation et affaiblissement des allégeances universitaires historiques

12À partir des années 1970 des mutations se font jour, qui contribuent à redéfinir les relations entre les universitaires africains et le système académique français. Elles se traduisent par l’exploration par les Africains d’alternatives inédites et l’aspiration à une relation plus égalitaire au sein de l’espace universitaire.

Vues de France

  • 11 En 1978, 96.500 étudiants étrangers étaient recensés en France dont environ 22.800 en provenance de (...)
  • 12 Les étudiants issus des anciennes colonies et territoires sous protection française d’Afrique étaie (...)

13Sur le terrain strictement français, les mutations consistent surtout en des décisions purement politiques prises par les gouvernements français, ainsi que dans des choix administratifs que les universités hexagonales assumeront progressivement. Épuisé par l’activisme politique des étudiants ressortissants d’Afrique francophone plus particulièrement, le gouvernement français multiplie les déclarations et circulaires défavorables à cette catégorie spécifique d’étrangers. En déplacement le 16 juin 1978 dans le Finistère-Nord, la ministre des universités de l’époque, Alice Saunier-Seité, dresse le portrait suivant : « Les universités françaises recueillent le trop-plein du tiers-monde. Les étudiants étrangers viennent pour la plupart en France faire des études qui n’ont d’intérêt ni pour eux ni pour leur pays ». En conséquence, elle préconise que « ne soient accueillis dans les universités françaises que les étudiants étrangers qui ont fait leurs preuves » (Le Monde, 20 juin 1978, p. 16)11. Dans la suite de ces déclarations s’inscrit la circulaire Bonnet – du nom du ministre de l’Intérieur d’alors – dont la finalité explicite était la réduction du nombre d’étudiants étrangers. Datée du 2 avril 1980, en remplacement de la circulaire du 12 décembre 1977 portant le nom du même ministre ainsi que du décret du 31 décembre 1979, cette nouvelle circulaire confirme surtout la rupture radicale introduite en 1977. Elle soumet l’entrée en France à des fins d’études à la présentation « d’un visa consulaire de long séjour au titre d’étudiant (…) dont l’obtention est subordonnée à la production d’une attestation de pré-inscription, d’un certificat de contrôle médical devant un médecin agréé par notre consulat, d’une attestation de ressources [équivalant au moins] à neuf mensualités de bourses accordées aux étudiants étrangers par le gouvernement français », soit 1500 F/ mois (Le Monde, 8 mai 1980, p. 16)12. Qui plus est, « une fois leurs études achevées, les étudiants étrangers doivent regagner leur pays d’origine et ne peuvent obtenir une carte de séjour pour exercer une profession salariée ou toute autre profession indépendante », sauf à démontrer qu’ils sont ressortissants de la Communauté économique européenne (Le Monde, ibid).

  • 13 Bien que l’on puisse douter de l’objectivité d’un tel jugement parce que ceux qui l’ont tenu en ont (...)
  • 14 Les universités françaises peinent encore à attirer les nationalités de leur choix. Une enquête pub (...)

14L’évolution de plus en plus restrictive de ces mesures – qui s’inscrivent, faut-il le rappeler, dans le contexte de la politique de suspension de l’immigration de travail officiellement en 1974, sous la présidence de Giscard d’Estaing – ainsi que les discours et pratiques relatifs au recrutement d’étudiants étrangers dans les universités, apportent un éclairage additionnel. En réalité, les étudiants issus notamment des économies émergentes d’Asie, d’Amérique latine et du Moyen- Orient constituaient les cibles privilégiées de l’Université française. En effet, les nouveaux arguments géostratégiques (à savoir, étendre l’influence culturelle de la France aux continents asiatique et américain où elle serait moins visible) et les préjugés presqu’essentialistes (comme celui qui attribue aux étudiants africains une performance académique plus faible que celle de leurs homologues d’ailleurs13) les favorisaient clairement. Ironie du sort : encore dans les années 1990, les ressortissants de l’Afrique subsaharienne, juste après les Algériens, continuaient de fournir à l’Université française l’essentiel de son effectif étranger, cela en raison de son échec à séduire la cible prioritaire14, donc les ressortissants des autres continents dont le nombre baisse drastiquement au cours de ces années. À tel point que le gouvernement décide, sous la houlette de Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Éducation nationale, de créer en 1998 l’agence EduFrance dont la mission était de vendre à l’étranger les qualités de l’Université française. De fait, à mesure que les années s’écoulaient, la forte présence d’Africains dans l’Université française relevait davantage du besoin d’étudiants étrangers de cette institution qu’à son désir d’étudiants africains.

Le monde est désormais l’arène du jeu universitaire

15Il ne serait nullement fondé de postuler le cloisonnement hermétique des systèmes universitaires nationaux ou l’imperméabilité de leurs frontières à un âge d’avant la mondialisation, si tant est qu’on souscrive à la thèse de Kenichi Ohmae qui situe aux années 1970 ce phénomène qu’il est probablement le premier à conceptualiser. En effet, depuis des siècles, étudiants comme enseignants traversent les frontières nationales et s’enrichissent d’une expérience universitaire étrangère, non par manque d’établissements d’enseignement supérieur dans leur pays d’origine (comme ce fut le cas de bien des sujets coloniaux), ni par volonté d’échapper à des persécutions (à l’instar des ressortissants juifs d’Europe en Amérique). Différents auteurs dont Kwame Appiah (2014) et Aldon Morris (2015) ont récemment établi avec une précision d’orfèvre les motivations purement intellectuelles du séjour de W.E.B. Du Bois à l’université de Berlin. Par le truchement d’un ouvrage à l’objectif bien différent des deux précédents, Craig (2014) a aussi révélé comment, déjà au XIXe siècle, quand l’esclavage était encore légal aux États-Unis, les universités américaines toutes jeunes, par comparaison avec Oxford ou Cambridge, mais néanmoins ambitieuses de déclasser ces dernières, s’efforçaient de débaucher d’illustres universitaires britanniques en leur promettant un salaire concurrentiel avec celui qu’ils gagnaient en Grande-Bretagne et surtout l’affectation à leurs services exclusifs de jeunes esclaves dont il avaient tout le loisir de tirer des avantages matériels. Le changement majeur observé à partir des dernières décennies du vingtième siècle a trait à deux initiatives impulsées notamment dans l’espace universitaire américain. La première consiste en l’institutionnalisation de la compétition universitaire qui sera vite doublée de sa rationalisation. La seconde à l’instauration de la diversité (culturelle, ethnique, raciale et sexuelle) comme étant une finalité identitaire, mais au service de l’attractivité des universités.

16L’institutionnalisation de la compétition s’amorce sur le sol américain avec la publication de magazines qui classent les meilleures universités offrant un programme de formation intégrale (licence, maîtrise, doctorat), les meilleurs établissements d’enseignement offrant seulement un programme de licence, et les meilleurs établissements selon les disciplines. Parmi ces magazines, US News & World Report et Forbes qui sont devenus de véritables références et sources d’informations pour les parents et les candidats aux études. Dès les années 2000, cette pratique américaine s’impose à l’échelle internationale avec la publication du classement mondial des universités. Isolant des variables objectives, même si leur dimension arbitraire n’échappe pas à leurs critiques, Shanghai World University Ranking et le Times Literary Supplement University Ranking classent les universités, entre autres critères, selon le nombre de prix Nobel et récipiendaires d’autres distinctions scientifiques qui y exercent, le nombre d’articles publiés par leurs chercheurs et cités dans les revues internationales, ainsi que l’évaluation par les étudiants de leurs propres expériences universitaires.

  • 15 En l’espace de trois décennies, le W.E.B. Institute est devenu, sur le sol américain, l’institution (...)
  • 16 À Stanford University, le Provost (recteur), Richard Lyman, délivrant quatre jours après l’assassin (...)

17Quant au souci de la diversité, il est un produit des exigences du mouvement des droits civiques. Se traduisant par l’ouverture des universités aux minorités raciales, plus spécifiquement aux Noirs, il a d’abord abouti à l’admission d’un plus grand nombre d’étudiants « non blancs », puis à l’ouverture de programmes d’études consacrés à l’enseignement de l’histoire et des dynamiques socio-culturelles de ces populations minoritaires. Au cours des années 1960, un chapelet d’universités d’élite admettant traditionnellement des enseignants et étudiants blancs se résolvent à ouvrir des programmes et, plus tard, des départements d’études (africaines et) africaines américaines15. San Francisco State University inaugure ce mouvement avec la création, en 1968, d’un programme de black studies dont elle confie la direction au sociologue noir américain Nathan Hare recruté spécifiquement à cette fin. En l’espace de douze mois, par simple effet d’émulation ou sous la pression de la Black Students Association, une cohorte d’universités emboîte le pas.16

18Par ailleurs, alors que l’embauche d’enseignants noirs par des universités historiquement blanches était encore une quasi anomalie, l’ouverture de programmes d’études consacrés aux minorités ethno-raciales accélère l’intégration des chercheurs d’ascendance africaine dans le corps universitaire. Recruté en 1947 par le département d’éducation de l’University of Chicago, W. Allison Davis est le premier Noir à occuper un poste de professeur menant à la titularisation (tenure-track position) dans une université d’élite. En 1964, John Hope Franklin qui démissionne d’un établissement de seconde classe, Brooklyn College où il a été recruté en 1956, pour rejoindre le département d’histoire de l’University of Chicago, est aussi présenté comme étant le premier Noir à être promu à une telle position dans une université d’élite traditionnellement blanche.

  • 17 Le livre de Herrnstein et Murray semble puiser dans la même démarche de dénigrement de l’affirmativ (...)
  • 18 Le refus de Harvard est d’autant plus intéressant à souligner que Franklin avait soutenu sa thèse d (...)

19La présence des Noirs dans l’Université américaine semble même passer d’une contrainte imposée aux universités à un choix assumé. Non seulement elle déborde des enclaves que sont les départements d’études africaines et africaines américaines souvent suspectées par maints auteurs dont Bloom (1987)17 d’être de simples ghettos pour idéologues noirs, mais elle se double d’une ouverture aux Noirs et autres minorités des titres de prestige et des positions de pouvoir institutionnel. Par exemple, la même université, Harvard, qui, en 1969, avait opposé une fin de non-recevoir à la demande de John Hope Franklin d’être rattaché aussi au département d’histoire s’il devait accepter leur offre de diriger le département d’études afro-américaines, promeut environ vingt-cinq ans plus tard Henry Louis Gates Jr au rang de University Professor, la plus haute distinction créée en 1935 au sein de cette institution et dont seulement 24 enseignants bénéficient aujourd’hui.18 Des développements récents semblent indiquer que ce sont une culture institutionnelle et une responsabilité sociale qui se mettent en place pour le renforcement de la diversité ethnique, raciale et sexuelle en général. Pour prendre juste un exemple, l’University of Pennsylvania publie régulièrement, depuis plus de 20 ans, un rapport sur l’état de la diversité en son sein. Dans celui daté d’octobre 1992 intitulé « Minority Permanence at the University of Pennsylvania » [La titularisation des enseignants issus des minorités à l’University of Pennsylvanie], les auteurs affirment : 

20« L’University of Pennsylvania aspire à être une communauté de recherche et d’enseignement multiraciale, multi-ethnique et internationale, où la production académique du plus haut calibre est reconnue et récompensée. À cette fin, l’université a recruté un corps professoral multinational et admis des étudiants provenant de 100 pays et 47 [des] États qui forment ce pays. Cette diversité contribue à un environnement intellectuel stimulant et à l’élargissement de la production académique qui font de Penn une institution distinguée et vibrante. Pendant plus de 20 ans, l’Université s’est assignée une responsabilité sociale pour renforcer la permanence des minorités américaines (africaine-américaine, hispanique, asiatique, autochtones d’Amérique) sur son campus. […] À Penn, la diversité est considérée essentielle à l’étendue de la formation et de la production qui caractérise une grande université » (1992 : 8-9 [Ma traduction]).

21Le même document souligne que parce que les étudiants issus des minorités n’ont que très rarement l’opportunité de voir des membres de leur communauté enseigner à l’université, et parce que les étudiants appartenant à la minorité ethnique et raciale sont privés de la probité intellectuelle et des perspectives des enseignants issus de la majorité, « Penn a donc mis sur pied un programme offensif [aggressive dans le texte original] pour recruter des enseignants issus de la minorité » (1992 :10)

22C’est dans ce contexte de compétition internationale entre universités et d’ouverture à la diversité que les chercheurs africains se sont mis à réévaluer leur rapport à l’institution universitaire française. Cette réévaluation s’exprime à travers deux démarches. La première consiste en la diversification des trajectoires de mobilité de ces chercheurs, la deuxième en la manifestation d’une parole d’émancipation critique vis-à-vis de l’Université française.

Tous les chemins ne mènent plus à la France

23La mobilité des chercheurs africains francophones est restée, jusqu’à récemment, presqu’exclusivement uniforme, informée par le legs colonial. Ceux qui aspiraient à la profession d’enseignant-chercheur quittaient leurs pays, au plus tôt juste après l’obtention du baccalauréat sinon après la licence ou la maîtrise pour s’enrôler dans un programme doctoral en France. Une fois consacré docteur par un jury français, ils rejoignaient le corps professoral dans leur pays de départ. Depuis les années 1970, plus d’une génération répond à cette description. Mais progressivement, de nouvelles formes de mobilité à la fréquence inégale sont apparues, qui menacent l’hégémonie de la première :

24a) Des chercheurs africains formés en France rentrés enseigner dans leur pays d’accueil sont ensuite débauchés par des universités américaines. La liste serait longue à reproduire, mais quelques chercheurs méritent mention pour avoir atteint une visibilité inégalée en ayant soit rejoint des institutions prestigieuses, soit bénéficié de distinctions convoitées dans leur université de rattachement. Peut-être l’un des premiers à inaugurer ce mouvement, le philologue V. Y. Mudimbe, après une maîtrise à Besançon, et un doctorat obtenu en 1970 à l’université de Louvain, retourne enseigner au Zaïre. Il en démissionne pour intégrer en 1981 Harverford College, qui lui attribue une chaire d’enseignement, avant d’accepter en 1988 une offre de Duke University où il occupera aussi une chaire et poursuivra une carrière remarquée. Beaucoup d’impétrants de l’Université française rentrés enseigner en Afrique francophone suivront son exemple, certains d’entre eux accédant à une notoriété proche de la sienne. À lui tout seul, le Sénégal a assisté, impuissant, au départ de certains de ses meilleurs universitaires : Mohamed Mbodj, docteur de l’université Paris-Diderot, rejoint Columbia University en 1993 avant d’en partir en 2000 pour Manhattanville College ; Mamadou Diouf, titulaire d’un doctorat de l’université Panthéon-Sorbonne est recruté en 2000 par University of Michigan dont il se détache en 2007 au profit de Columbia University qui lui offre une chaire ; Souleymane Bachir Diagne, ancien élève de l’ENS et docteur d’État de l’université de Panthéon-Sorbonne en 1988, arrive à Northwestern University en 2002 – après plusieurs années passées au département de philosophie de l’UCAD – avant d’en être débauché par Columbia University en 2008 ; enfin Ousmane Kane intègre en 2002 la School of International and Public Affairs de Columbia University avant d’accepter, en 2012, de la Divinity School de Harvard University la chaire Prince Alwaleed Bin Talal of Contemporary Islamic Religion and Society dont il est le premier titulaire. D’autres pays perdent des enseignants de calibre équivalent. De la Côte d’Ivoire, Amadou Koné, romancier et professeur de littérature, titulaire d’un doctorat de l’université de Limoges, rejoint en 1992 Tulane University pour en être débauché en 1997 par le très réputé établissement jésuite de Washington DC, Georgetown University. Au Cameroun, la trajectoire académique d’Ambroise Kom épouse les mêmes contours que celle de ses homologues précédents. Titulaire d’un poste de professeur à l’université de Yaoundé, après son doctorat d’État de l’université Sorbonne Nouvelle, il en démissionne pour rejoindre, en 1997, le College of the Holy Cross, un prestigieux établissement de premier cycle (Liberal arts college) où une chaire lui est offerte.

  • 19 Mohamed Saliou Camara, Thomas O’Toole et Janice E. Baker, Historical Dictionary of Guinea, Plymouth (...)
  • 20 Ces informations biographiques proviennent de Lansiné Kaba, “The Atlantic Slave Trade was not a ‘Bl (...)

25b) La deuxième forme de mobilité se caractérise par une transformation de la France en un espace de transit. Au terme d’une formation – souvent doctorale mais pas toujours – en France les chercheurs africains se résolvent à viser les États-Unis pour assurer leur intégration professionnelle. La primogéniture est probablement à attribuer à Lansiné Kaba. Né en 1939 en Guinée Conakry19, il a obtenu son baccalauréat au lycée Henri IV, puis une licence en Sorbonne, avant d’aller effectuer à Northwestern University un doctorat en histoire qu’il obtient en 1970. La même année il intègre, à titre de professeur adjoint, le département d’histoire de l’University of Minnesota, avant d’en démissionner pour rejoindre, en 1986, l’University of Illinois où il assure les fonctions de directeur du département d’études africaines américaines jusqu’en 1995, puis de doyen du Honors College20. En 2007, il accepte le poste de Distinguised University Professor à Brandeis University. Il en démissionne l’année suivante pour la Carnegie Mellon University où il occupe jusqu’à ce jour la chaire Thomas Kerr Distinguished Professor of History.

  • 21 J’aurais pu mentionner le cas légendaire de Cheikh Modibo Diarra (ancien professeur de physique à H (...)
  • 22 Par coïncidence, dans le même document où elle informe du recrutement de Manthia Diawara, l’Univers (...)

26Dans la suite de cette trajectoire s’inscrit à quelques nuances près celle de Mbye Cham. Gambien de naissance, mais francophile, celui-ci termine en 1967-68 un diplôme d’études françaises à l’université de Dakar et obtient en 1969 une licence à l’université de Besançon. Une expérience estudiantine américaine s’ensuit, sanctionnée par l’obtention d’une maîtrise consacrée à l’expression de la littérature sénégalaise de langue française à SUNY Buffalo, puis d’un doctorat à l’University of Wisconsin Madison en 1978. Enchaînant avec un contrat d’enseignement à durée déterminée à l’University of Illinois Urbana-Champagne, il est recruté en 1980 par Howard University où il est toujours en poste. Le parcours de Manthia Diawara est assez similaire. Guinéen d’origine malienne, il arrive en France après le baccalauréat21. Au terme de sa licence, il part s’installer aux États-Unis où il achève sa formation avec un doctorat de l’University of Indiana en 1985. D’abord professeur assistant à l’University of California Santa Barbara, d’où il est recruté en 1991 par l’University of Pennsylvania au rang de professeur au département d’anglais, il rejoint en 1992 New York University où il mène une carrière auréolée d’une reconnaissance notoire comme l’indique son titre de University Professor22. Ayant effectué ses études secondaires en France ainsi que toute sa formation universitaire sanctionnée par une thèse de doctorat en histoire dirigée par Catherine Coquery-Vidrovitch, Charles-Didier Gondola découvre les États-Unis à travers un séjour postdoctoral en tant qu’assistant d’enseignement de la culture française et francophone à Cornell University en 1994. Candidat à quelques postes, dans la foulée, il est recruté en 1997 par Macalester College, et en partira en 1999 pour Indiana University-Purdue University à Indianapolis où il est actuellement professeur titulaire. Issu également de l’« écurie » Coquery-Vidrovitch, pour reprendre la terminologie d’Achille Mbembe (1993), son compatriote Charles Tshimanga-Kashama suit une trajectoire relativement identique. Au terme de son doctorat à l’université Paris-Diderot en 1999, il obtient en 2002 une bourse postdoctorale offerte à l’University of Michigan puis est recruté en 2003 à l’University of Nevada, Reno où il occupe aujourd’hui le rang d’associate professor, l’équivalent de maître de conférences titulaire.

27Au cours de la décennie 2000, ce mouvement s’est intensifié. Déjà remarqué par la qualité et le volume de ses travaux en philosophie, mais malchanceux dans ses efforts pour intégrer l’Université française, Jean-Godefroy Bidima se voit offrir par Tulane University un poste de professeur titulaire assorti d’une chaire, treize ans après son doctorat soutenu à l’université Panthéon Sorbonne en 1991. Peut-être le cas le plus singulier de tous est celui de Pius Ngandu Nkashama. Essayiste et romancier congolais prolifique, arrivé en France dans les années 1970, il s’est inscrit à une thèse d’État soutenue en 1981 à l’université de Strasbourg. Parti reprendre son poste au Zaïre, il en démissionne ensuite pour aller enseigner en Algérie. Il revient en France où il multiplie les contrats de chargé de cours à l’université de Limoges, puis de Sorbonne Nouvelle, avant d’être élu maître de conférences dans ce dernier établissement en 1998. En 2000, il en démissionne pour occuper le poste de professeur de littérature française à Louisiana State University en remplacement d’Assia Djebar débauchée par NYU.

28c) Beaucoup plus récente que les précédentes, mais d’une vitalité qui lui augure une prééminence imminente, la dernière forme significative de mobilité académique des chercheurs africains francophones consiste dans le contournement de la France. Elle se caractérise, en effet, par le passage direct du système d’enseignement africain à l’américain, sinon juste après l’obtention du baccalauréat du moins, et plus fréquemment, au terme d’un premier ou d’un second cycle universitaire. Le renforcement de cette forme de mobilité s’explique certainement par plusieurs facteurs, mais sans doute l’un des plus marquants étant l’extension de l’empire des universités américaines en terre africaine. À l’instar d’institutions telles que Michigan State University, Kalamazoo College, Kansas State University et Northwestern University, elles multiplient les programmes de coopération et d’échanges. À travers ceux-ci des cohortes d’étudiants africains intègrent chaque année des programmes de maîtrise ou doctorat aux États-Unis à l’aide d’une bourse d’étude ou de l’exemption totale de frais d’inscription. La coopération entre le département d’histoire de Michigan State University et celui de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD), sous la houlette de David Robinson, constitue aujourd’hui l’un des réseaux les plus notoires de circulation des étudiants sénégalais vers les États-Unis. Avec d’autres programmes similaires, il a contribué à la multiplication d’étudiants francophones parmi les doctorants avant leur insertion comme membres à part entière du corps professoral américain. Plutôt que de prétendre à un recensement complet de cette population, il suffit de souligner que le Sénégal en compte un nombre significatif. Passé du programme de maîtrise de l’UCAD pour s’inscrire au doctorat d’histoire de Michigan State University, Cheikh Anta Babou a intégré en 2002 le département d’histoire de l’University of Pennsylvania au poste jadis occupé par Achille Mbembe. Impétrant de la même unité d’enseignement au Sénégal et formé dans le même programme de maîtrise à Michigan State University, Ibra Sène est aujourd’hui professeur permanent au College of Wooster dans l’Ohio. Au parcours presque identique, Dior Konaté, docteur du département d’histoire de l’University of Wisconsin-Madison, enseigne depuis 2006 à South Carolina State University. À partir du département d’anglais de l’UCAD, quelques étudiants sénégalais ont emprunté un parcours similaire. Récipiendaire d’une maîtrise d’anglais de l’UCAD, Fallou Ngom obtient son doctorat en 2002 à l’University of Illinois Urbana-Champagne. Recruté la même année comme professeur assistant (l’équivalent de maître de conférences avant titularisation) à Western Washington University, il est débauché en 2008 par Boston University. Du même département d’anglais est diplômée Marame Gueye, partie effectuer une thèse à SUNY Binghamton. Elle intègre en 2008 le corps professoral de East Carolina University. Enfin, Mamadou Moustapha Ly, titulaire d’un DEA de ce département d’anglais puis d’un doctorat en littérature française de Michigan University sous la direction de Frieda Ekotto, est aujourd’hui professeur assistant à l’University of Denver.

29Ressortissante du Cameroun francophone, Ekotto elle-même est un cas rare, mais nullement singulier. Partie de l’Afrique à un très jeune âge, elle effectue d’abord des études secondaires en Suisse avant de rejoindre le système universitaire américain où lui est décerné un doctorat puis offert un poste d’enseignement.

  • 23 Il serait intéressant d’inclure dans cette étude une cinquième trajectoire, celle qui consiste à se (...)

30d) une quatrième forme de mobilité dont la signification reste encore à mesurer mérite une brève mention. En lieu et place de la France, d’autres pays européens, en particulier, servent de lieu de transit vers les États-Unis. Souvent grâce à une bourse d’études, des chercheurs africains y soutiennent leur thèse de doctorat, rentrent parfois très brièvement dans leur pays d’origine ou en partent directement à la conquête de l’Université américaine. Parmi la dizaine de cas répertoriés, figure Patrice Nganang. Titulaire d’une maîtrise d’allemand de l’université de Yaoundé, il est consacré docteur par l’université Goethe, en Allemagne, d’où il rejoint l’université d’État SUNY Stony Brook, qui lui offre, en 2000, son premier poste de professeur assistant23.

Et l’Amérique désinhibe les chercheurs africains !

  • 24 Mudimbe avait aussi été convoité par Harvard University dont il a décliné l’offre.
  • 25 Né en Guinée en 1939, Camara est probablement le premier Africain à avoir bénéficié d’un poste d’en (...)
  • 26 La situation s’est nettement améliorée depuis la fin des années 1990. Une poignée de chercheurs afr (...)

31Au milieu des années 1990, les universités américaines renvoyaient déjà l’image d’un pays réceptif à la contribution des chercheurs africains, y compris ceux formés dans le système français. Le prestige déjà accumulé par Manthia Diawara qui pouvait passer d’une université d’élite à une autre ; l’aura dont était entourée V.Y. Mudimbe – titulaire d’une chaire dans l’un des établissements les plus réputés d’Amérique en à peine huit ans de présence professionnelle, et convoité par deux des quinze meilleures universités du pays, en l’occurrence Stanford et Duke24 – ; le recrutement à Columbia University puis à l’University of Pennsylvania d’Achille Mbembe dont bien des chercheurs africains résidant alors en France était familier en raison de ses interventions fréquentes dans les séminaires de recherche et de la régularité de ses contributions dans les revues et collections africanistes de France ; l’intégration de femmes africaines dans des universités de renom, et la progression rapide du nombre de recrues africaines au cours des années qui suivent sont autant d’indicateurs d’un succès, bien sûr relatif, des chercheurs africains francophones aux États-Unis. Il faudrait une étude statistique plus approfondie pour déterminer la véritable proportion de l’avance des États-Unis sur la France en termes de recrutement dans cette catégorie ethno-linguistique. Ce qui était cependant déjà établi dès les années 1990, c’est le pouvoir des chercheurs africains en terre américaine, toutes nationalités confondues, par comparaison avec leurs homologues présents en France. En 1995, à peine trois ressortissants d’Afrique subsaharienne pouvaient se prévaloir d’un pouvoir académique si tant est que la promotion au rang de professeur (ou son équivalent directeur d’études ou de recherche), la direction d’un centre d’études ou de recherches, et la visibilité dans l’espace intellectuel et académique français en sont des thermomètres plausibles. Il s’agissait de feu Sory Camara, directeur du département d’anthropologie sociale à l’université de Bordeaux II25, d’Elikia M’bokolo, alors directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et élu à ce poste en 1985, et de Musanji Ngalasso-Mwatha, promu au rang de professeur à l’université Michel Montaigne de Bordeaux et fondateur d’un centre de recherche sur les langues et littératures africaines. Or, aux États-Unis, à cette époque, direction de département ou de centre de recherche, promotion au rang de professeur titulaire, allocation d’une chaire de recherche et d’enseignements et autres signes de pouvoir académique étaient déjà offerts aux chercheurs africains anglophones et s’ouvraient déjà aux francophones26.

32La diversification de leur mobilité aidant, les chercheurs africains francophones ont accédé à de nouveaux paramètres et modèles à l’aune desquels évaluer et juger l’institution universitaire française. Avoir découvert l’Université américaine et les ambitions que les Africains y sont autorisés à nourrir a certainement contribué à émanciper leur parole. La preuve : le premier chercheur africain à porter publiquement dans le milieu universitaire la critique africaine de la condition des Africains dans l’Université française est Charles-Didier Gondola. Juste après son installation aux États-Unis, il publie dans Politique africaine, la revue phare des africanistes hexagonaux à l’époque, un article tiré d’une communication présentée à la conférence annuelle de l’African Studies Association tenue à San Francisco en 1995. L’argument principal qui s’y dégage est que par les mécanismes d’un racisme structurel, l’Université française, et plus particulièrement le champ africaniste, tient les chercheurs africains, pourtant majoritaires dans les programmes doctoraux sur l’Afrique, à l’écart de la compétition pour les postes permanents, tandis qu’une approche totalement opposée caractérise le système américain.

33L’effet de la configuration globale de l’espace universitaire largement déterminée par les États-Unis semble se confirmer à travers la démarche de Gondola. Il a fallu, en effet, la découverte par un chercheur entièrement formé en France d’un univers académique américain visiblement plus réceptif à la diversité ethnique, raciale et sexuelle pour pousser les acteurs de l’africanisme en France à interroger le mode de fonctionnement de leur propre profession. Il en a résulté un débat relativement polarisé dont le dénominateur commun, cependant, est qu’au-delà de ses approximations et de ses erreurs d’analyse, Gondola a eu le mérite d’attirer l’attention sur la quasi-absence d’Africains parmi les africanistes titulaires d’un poste permanent. M. Cahen (1997) souligne ainsi la présence notable de chercheurs portant des patronymes à consonance portugaise parmi les spécialistes du monde lusophone par opposition au champ africaniste, avant de suggérer l’expérimentation d’une politique calquée sur le modèle de l’affirmative action aux États-Unis et qui consisterait à combler environ 1 % des postes avec des chercheurs africains. Cette suggestion, quoique louable, fait l’économie de questions fondamentales : pourquoi cette limitation de la représentation des Africains dans une branche de la fonction publique exemptée de la clause de la nationalité pour le recrutement de son personnel ? Dans quelle mesure un système se proclamant de la méritocratie est-il responsable de la résignation d’universitaires africains qu’il a formés et même plébiscités – comme en atteste la réception en France des travaux de V.Y. Mudimbe et Achille Mbembe au début des années 1990 – à se tourner vers les États-Unis lorsque leur pays ne leur semblait plus constituer le lieu idéal pour leur épanouissement professionnel ?

  • 27 Il n’est pas question d’exagérer le niveau du localisme, ne serait-ce que parce que les éléments de (...)
  • 28 Fonkoua se retrouvera un moment dans la même université que son directeur de thèse Bernard Mouralis

34L’on serait tenté d’évoquer le localisme, qui gouverne largement la procédure de recrutement en France, pour expliquer une telle contradiction. Si tant est que son efficacité soit indéniable, le localisme semble ne pas s’appliquer aux chercheurs africains, ou du moins très rarement27. L’aurait-il été qu’Achille Mbembe aurait obtenu son premier poste ou à l’université Paris-Diderot ou à Science Po Paris, les deux institutions de sa formation doctorale. D’ailleurs à y réfléchir davantage, les Africains intégrés dans le corps professoral français en ont rarement tiré profit, se singularisant ainsi, par comparaison avec leurs pairs français. Ainsi, Jean-Baptiste Fotso-Djemo, auteur d’une thèse de doctorat soutenue en 1975 à l’École pratique des hautes études avait été recruté à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Amadou Moustapha Diop, sociologue de la religion ayant obtenu son doctorat à l’École des hautes études en sciences sociales en 1982 avait été élu maître de conférences à l’INALCO. Justin Gandoulou a été intégré à l’université de Rennes II comme maître de conférences après un doctorat soutenu sous la direction de Georges Balandier à l’université Paris-Descartes. Titulaire d’une thèse soutenue à l’EHESS que Jean-Loup Amselle (1996) a qualifiée « d’excellente », M. Timéra rejoint d’abord l’université du Havre au rang de maître de conférences avant son élection comme professeur à l’université Paris-Diderot. Aujourd’hui directeur d’études à l’EHESS et récipiendaire du prix de la meilleure thèse soutenue à l’École en 1995, Rémi Bazenguissa a été élu d’abord maître de conférences à Lille en 1998 d’où il ne part pour l’EHESS qu’en 2013. Romuald Fonkoua28, docteur de l’université Charles-de-Gaulle de Lille a d’abord été élu maître de conférences à Cergy-Pontoise en 1992, avant son passage à l’université March-Bloch et son recrutement plus récent à l’université Sorbonne Nouvelle. Parmi les rares chercheurs africains ayant décroché leur premier poste dans leur université de formation figurent Issiaka Mandé à l’université Paris-Diderot, feu José Kagabo à l’EHESS et Alpha Ousmane Barry à l’université de Franche-Comté.

35Bien que les bénéfices directs de la démarche de Gondola restent à démontrer, les récents recrutements d’Africains dans les études africaines en France plus spécifiquement arrivent opportunément dans sa suite. La majorité de ces universitaires ont été recrutés après son intervention controversée. Peut-être les seules exceptions étant Sory Camara, Elikia M’bokolo, José Kagabo, A. Moustapha Diop, Ngalasso-Mwatha, Comi Toulabor, Justin Gandoulou, Jean-Baptiste Fotso-Djemo et Gervasio Sémédo à l’université François-Rabelais. Si ses effets sur les projets professionnels des docteurs africains sans poste en France restent tout aussi difficiles à établir, force est de constater que la parution de « La crise de l’africanisme français… » est antérieure à la décision de bien de ces chercheurs de prospecter le marché universitaire nord-américain, avec succès mais aussi quelques désillusions patentes.

La France reste dans le jeu

  • 29 Je renverrai à ce sujet aux comptes rendus de son livre The Invention of Africa. Par ailleurs, dans (...)
  • 30 Il importe de rappeler que cette posture est un éléphant de mer dans le débat intellectuel africain (...)

36En raison du contournement de plus en plus visible de l’Université française ainsi que de son dénigrement, la tentation est indéniablement grande d’en déduire que les chercheurs africains ont définitivement rompu avec la France. Qui plus est, des postures récemment observées chez quelques universitaires sont promptes à confirmer une telle rupture. Dans Les corps glorieux des mots et des êtres, V.Y. Mudimbe sur qui l’influence intellectuelle de Foucault est devenue secret de polichinelle29, exprimait un clair ressentiment contre la francophonie, voire une volonté de prendre ses distances vis-à-vis d’elle. Dans une démarche qui semblait entériner cette volonté, le philologue congolais avait cessé de publier en français au profit de l’anglais. Poussant cette conversion linguistique à l’extrême, il s’évertue à présenter ses communications en anglais, y compris dans des lieux où il était légitimement entendu et convenu qu’il s’exprimerait en français, comme lors du cinquantenaire de la naissance de Présence africaine organisé en 1997 à Paris. D’une génération plus jeune, Patrice Nganang exhorte ses pairs africains à tourner le dos à la langue française30. Joignant la parole à l’acte, il a directement rédigé, d’après ses propres affirmations, son dernier roman, Mount Pleasant, en anglais avant d’en offrir une traduction française par ses soins. Cependant, force est de constater que ces démarches restent marginales et s’apparentent essentiellement à des postures. Ousmane Kane, titulaire d’une maîtrise de langues étrangères appliquées à la traduction (avec l’arabe et l’anglais comme langues sources et le français comme langue cible) conférée par l’université Paris III, est peut-être le diplômé d’une école doctorale française dont la bibliographie individuelle compte plus d’ouvrages rédigés en anglais qu’en français.

  • 31 L’emplacement du Codesria à Dakar pourrait suggérer que les années qu’il y avait passées avait fini (...)

37À bien des égard, l’université française reste un espace de référence et d’interaction pour les chercheurs africains francophones, y compris ceux en poste aux États-Unis dont les moyens de s’en départir sont certainement les plus probants. Jadis exclusivement intégré dans l’institution universitaire américaine, aujourd’hui en poste en Afrique du Sud dans une université anglophone, et se prévalant d’au moins vingt-cinq années de carrière universitaire passées dans des institutions à prédominance anglophone31, Achille Mbembe reste avant tout un théoricien d’expression française. Aucun de ses livres écrits à une main n’est paru d’abord en anglais, mais plutôt traduits du français. Souleymane Bachir Diagne dont la maîtrise de l’anglais est incontestable est davantage publié par des maisons d’édition françaises (Maisonneuve Larose, CNRS et Les éditions Philippe Rey entre autres). L’usage quasi exclusif de l’anglais comme langue d’écriture est surtout plus fréquent chez les chercheurs ayant effectué leur second et troisième cycles aux États-Unis. C’est le cas de Manthia Diawara qui n’a presque rien écrit en français, de Fallou Ngom, ou de Marame Gueye. Une rare exception dans cette catégorie étant Frieda Ekotto qui, pourtant entièrement formée aux États-Unis, a publié dans des maisons d’édition françaises ouvrages académiques et romans écrits directement en français.

38La préservation du rapport à l’institution française à travers la langue, quelque ténu soit-il aujourd’hui, relève davantage de la logique de la reconnaissance qui préside à l’exercice de la profession d’universitaire. D’abord, la visibilité qui est un critère d’excellence et d’accès au pouvoir académique n’est pas exclusivement déterminée par le niveau de reconnaissance atteint dans l’univers professionnel américain. Il ressortit aussi à la qualité et à la masse du lectorat et de l’audience dont peut se prévaloir un chercheur hors de cet univers. Bourdieu avait bien relevé dans Homo Academicus la valeur accordée à la traduction des ouvrages dans des langues étrangères et les distinctions variées reçues de milieux académiques extra-nationaux dans le classement des universitaires français. Cette traduction étant à la fois preuve et effet de l’autorité internationale du chercheur dans son propre champ. Ainsi donc, publier en France pour être ensuite traduit en anglais ou mener de front la publication dans les langues anglaise et française devient presque un impératif pour tout chercheur africain francophone désireux d’atteindre ou de renforcer une visibilité internationale. Ne serait-ce que pour cette raison, rompre avec la France c’est contrevenir à ses propres intérêts et ambitions académiques.

  • 32 Prenant clairement le parti de Toulabor, Bayart louait ses qualités de chercheur et rappelle qu’il (...)

39La préservation du lien avec la France procède par ailleurs du besoin de visibilité internationale de l’institution universitaire française et des chercheurs ou structures éditoriales qui en dépendent, dans un contexte historique caractérisé par une compétition pour le classement. À supposer que les universitaires africains en poste aux États-Unis n’aient manifesté aucun intérêt pour l’Université française, celle-ci a au moins cette raison de s’associer à eux. Mamadou Diouf n’avait pas été professeur invité à la prestigieuse école de science politique de Paris pendant ses années de service à l’université Cheikh Anta Diop à Dakar (UCAD). Son intégration à University of Michigan, puis Columbia University est à l’origine de nombre de distinctions dont il sera plus tard auréolé, parmi lesquelles le statut de directeur d’études invité à l’EHESS et de professeur invité à Science Po. Son poste de professeur, doublé d’une chaire d’enseignement et de la direction de l’Institut d’études africaines de Columbia University, constitue une plus-value professionnelle indéniable qui accroît son attractivité dans l’espace universitaire de France et d’ailleurs. Certes, beaucoup de chercheurs africains exerçant en Afrique ont bénéficié et continuent de bénéficier du statut de professeur invité. Mais la teneur de l’intervention de Jean-François Bayart32, dans le cadre de la grande crise aux relents ethno-raciaux qui avait opposé Toulabor et Daloz et secoué l’architecture de Politique africaine, amène à se demander si le critère de l’excellence/visibilité a prévalu sur celui de la générosité ou fraternité (au nom d’une histoire coloniale et d’une langue communes) en ce qui concerne ces invitations.

  • 33 Quiconque ayant assisté à une conférence donnée par le moyen de la traduction simultanée ou directe (...)

40Les colloques et les revues se rehaussent du nombre de contributeurs internationaux, d’où la promptitude des universités et chercheurs à distinguer les colloques et revues internationaux des manifestations scientifiques ne réussissant que des chercheurs établis dans le même pays. Des organisations – dont l’Agence universitaire de la francophonie – contribuent à institutionnaliser cette distinction en offrant des financements pour les manifestations internationales alors qu’aucune somme n’est réservée pour les initiatives exclusivement nationales. Dans un tel univers de valorisation de l’international, le maintien des liens entre l’Université française et les chercheurs africains francophones aux États-Unis est d’autant plus justifié que le gain que celle-là en retire est double. En effet, elle remplit, d’une part, le critère de l’internationalisation puisque ce sont à des acteurs installés aux États-Unis qu’elle s’associe. D’autre part, elle évite les coûts relatifs à la traduction ou au malentendu linguistique33 – qui sont toujours à prévoir – puisque ces chercheurs africains sont de socialisation francophone, pour ne pas dire française.

Conclusion

  • 34 L’on note d’ailleurs que c’est sur une chaîne de radio française que Souleymane Bachir Diagne crois (...)

41Le rapport des chercheurs africains à l’institution universitaire française est une relation complexe qu’on ne peut absolument pas analyser à l’aide du concept de rupture. L’Occident décroché, titre du livre controversé de Jean-Loup Amselle (2008), ne pourrait jamais être emprunté pour en rendre compte. Le concept apparaît excessif car la réalité est plus complexe, comme semble implicitement le reconnaître Amselle lui-même34. Il n’y a pas de décrochage au sens de séparation. Les universitaires africains francophones se sont simplement résolus à renégocier, redéfinir leur rapport à la France en raison d’une reconfiguration du champ universitaire, marquée surtout par une compétition globale pour le classement entre universités, et subséquemment la mise à l’épreuve des allégeances héritées de l’histoire coloniale. L’Université française n’est ainsi plus pour eux l’horizon de l’excellence ni l’espace exclusif de formation et de légitimation académiques. Elle serait en voie de « provincialisation » – pour reprendre l’expression de Chakrabarty (2000) – par des espaces concurrents, lesquels, s’étant dotés de moyens financiers considérables générés par l’investissement du capital privé dans la production de savoirs académiques, sont devenus attractifs pour des chercheurs du monde entier. Des espaces dont l’Université américaine constitue le modèle par excellence depuis la fin du vingtième siècle au moins.

  • 35 J’avais déjà avancé cet argument dans un article consacré à la mobilisation des Sénégalais de New Y (...)

42Mais dans cette nouvelle redéfinition des paramètres et objectifs de la trajectoire académique, la préservation des rapports entre les chercheurs africains francophones et l’Université française est un atout mutuel parce qu’elle profite autant à la visibilité des premiers qu’à celle de la seconde. Les chercheurs africains renforcent leur stature internationale à travers les preuves de leur influence intellectuelle en France. De même l’Université française, en s’associant à ses anciens élèves africains les plus notoires, établit les preuves de son attractivité, et donc de sa capacité à encore jouer dans la cour des grandes universités du monde. En définitive, déduire de l’état actuel des rapports en question un déclassement de l’Université française35, au profit de l’américaine en particulier, passe encore. Affirmer, en revanche, une rupture avec l’Université française me semble être un abus de langage si ce n’est simplement une appréciation biaisée de ces relations.

Haut de page

Bibliographie

Amselle Jean Loup, Vers un multiculturalisme français, Paris, 1996.

Amselle Jean L., L’Occident décroché, Paris, Stock, 2008.

Appiah Kwame A., Lines of Descent: W.E.B. Du Bois and the Emergence of Identity, Cambridge MA, Harvard UP, 2014.

Aron Raymond, L’opium des intellectuels, Paris, Fayard, 1955.

Becker,Howard, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé, 1985.

Béti Mongo, La France contre l’Afrique, Paris, La Découverte, 1993.

Bloom Allan, The Closing of the American Mind (préface de Saul Bellow), NY, Simon & Schuster, 1987.

Bourdieu Pierre, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences sociales, no 24, 1978, p. 2-22.

Bourdieu Pierre, La distinction, Paris, Minuit, 1979.

Bourdieu Pierre, « La représentation politique : éléments pour une théorie du champ », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36/37, 1981, p. 3-24.

Bourdieu Pierre, Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

Bourdieu Pierre, « Il faudrait inventer une sorte d’intellectuel collectif sur le modèle de ce qu’ont été les Encyclopédistes » entretien avec Franck Nouchi, Le Monde 7 décembre 1993.

Cahen M., “Africains et africanistes : à propos de l’article de Ch. Didier Gondola”, Politique africaine, nº 68, 1997, p. 149-156.

Camara Saliou, Thomas O’Toole et Janice E. baker, Historical Dictionary of Guinea, Plymouth, Scarecrow, 2014.

Conseil National des Universités Section 19, Annales des rapports CNU 1996/2011, septembre 2012.

Cooper Frederick, Citizenship Between Empire and Nation: Remaking France and French Africa 1945-1960, Princeton, Princeton University Press, 2014.

Chakrabarty Dipesh, Provincializing Europe: Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press, 2000.

Charle Christophe, Histoire des universités XIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2012.

Charle Christophe, « Les réseaux intellectuels européens au XIXe siècle », in Gilles Pécout, Penser les frontières de l’Europe du XIXe au XXIe siècle, Paris, PUF, 2004.

Charle Christophe, « Les références étrangères des universitaires : essai de comparaison entre la France et l’Allemagne, 1870-1970 », Actes de la recherche en sciences sociales, nº148, 2003.

Copans Jean, La longue marche de la modernité africaine, Paris, Karthala, 1990.

Dewitte Philippe, Les mouvements nègres en France 1915-1939, Paris, L’Harmattan, 1986.

Dieng Amady A., Mémoires d’un étudiant africain. Volume I : De l’école régionale de Diourbel à l’université de Paris (1945-1960), Dakar, Codesria, 2011.

Diouf Mamadou, « Les intellectuels africains face à l’entreprise démocratique : entre la citoyenneté et l’expertise », Politique africaine, nº 51, 1993 p. 35-48.

Diouf Mamadou et Mahmood Mamdani (dirs.), Academic freedom in Africa, Dakar, Codesria, 1994.

DuBois William E.B., The Souls of Black Folks, NY, Bantam Classics [1989].

Edwards Brent H., The Practice of Diaspora: Literature, Translation, and the Rise of Black Internationalism, Cambridge MA, Harvard University Press, 2003.

Goffman Erving, Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968.

Gondola Ch. Didier, « La crise de la formation en histoire africaine en France vue par les étudiants africains », Politique africaine, nº 65, 1997, p. 132-139.

Gueye Abdoulaye, Les intellectuels africains en France, Paris, L’Harmattan, 2001.

Gueye Abdoulaye, « Quand les Sénégalais s’organisent aux États-Unis : le déclassement de la France », in Sociétés Africaines et Diaspora, nº 12, 2001.

Gueye Abdoulaye, « Les intellectuels sénégalais en France », in Momar Coumba Diop, Le Sénégal contemporain, Paris Karthala, 2002.

Gueye Abdoulaye, « Entre l’obsession de la “race” et celle du territoire : les nationalistes africains en France », in Bah Thierno (ed.), Intellectuels, nationalisme et idéal panafricain, Dakar, Codesria, 2005, p. 29-45.

Gueye Abdoulaye, « Les chercheurs africains en demande d’Occident », Esprit, août 2005, p. 219-227.

Gueye Abdoulaye, « La liberté académique en question : contribution à la problématisation d’une notion à partir du contexte africain et du cas estudiantin », Journal of Higher Education in Africa, vol. 9, n° 1-2, 2011, p. 67-85.

Herrnstein Richard et Charles Murray, The Bell Curve: intelligence and Class Structure in American Life, Free Press, NY, 1994.

Institute of International Education, What International Students Think about US Higher Education: Attitudes and Perceptions of Prospective Students Around the World. (rapport soumis à Institute of International Education), 2015.

Jacobson David, Rights Across Borders: Immigration and the Decline of Citizenship, Baltimore MD, John Hopkins University Press, 1996.

Kaba Lansiné, “The Atlantic Slave Trade was not a ‘Black-on-Black Holocaust’,” African Studies Review, vol. 44, nº 1, 2001, p. 1.

Kesteloot Lilyan, Les écrivains noirs de langue française : naissance d’une littérature, Bruxelles, éditions de l’université de Bruxelles, 1975 [reed.].

Marseille Jacques, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984.

Mbembe Achille, “Écrire l’Afrique à partir d’une faille”, Politique africaine, nº 51, 1993, p. 69-97.

Morris Aldon, The Scholar Denied: W.E.B. and the Birth of Modern Sociology, Berkeley, University of California Press, 2015.

Mudimbe Valentin Y., Les corps glorieux des mots et des êtres : esquisse d’un jardin à la bénédictin, Montréal/ Paris, Humanitas/ Présence africaine, 1994.

Mudimbe Valentin Y. (dir.), The Surreptitious Speech: Présence Africaine and the Politics of Otherness 1947-1987, Chicago, University of Chicago Press, 1992.

Nda Paul, Les intellectuels et le pouvoir en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1987.

Ohmae Kenichi, The Borderless World, NY, Harper Business, 1990.

Sall Babacar, “De l’université ‘sous-développée’ à l’université de ‘développement’ au Sénégal”, Genève-Afrique, vol. 28, n° 2, 1990.

Sall Babacar, De la modernité paysanne en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1993.

Sall Ebrima (dir.), Women in Academia: Gender and Academic Freedom in Africa, Dakar, Codesria, 1997.

Seck Papa I., La stratégie culturelle de la France en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1993.

Sembène Ousmane, L’harmattan, Paris, Présence africaine, 1965.

Simmel Georg, Sociologie : études sur les formes de socialisation, Paris, PUF, [1999].

Schnapper Dominique, La France de l’intégration : sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard, 1991.

Soysal Yasmine N., Limits of Citizenship: Migrants and PostNational Membership in Europe, Chicago, University of Chicago Press, 1994.

Soysal Yasmine N., “Toward a Postnational Model of Membership”, in Gershon Shafir, The Citizenship Debate: A Reader, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1998, p. 189-220.

Teferra D. « Mobilizing the African Diaspora », International Higher Education, nº35, 2004a.

Teferra D. Brain Circulation: Unparalleled Opportunities, Underlying Challenges, and Outmoded Presumptions (communication présentée au « Symposium on International Labour and Academic Mobility: Emerging Trends and Implications for Public Policy », Toronto, 2004b.

Thiesse Anne-Marie, La création des identités nationales, Paris, Seuil, 1999.

Wilder Craig S., Ebony and Ivy: Race, Slavery, and the Troubled History of America’s Universities, New York, Bloomsbury Press, 2014.

Zeleza Paul T., Engagement Between African Diaspora Academics in the US and Canada and African Universities, (rapport soumis à Carnegie Corporation), New York, 2008.

Haut de page

Notes

1 Cet article doit beaucoup à une table ronde organisée par Hélène Quashie dans le cadre des « 3èmes rencontres de jeunes chercheurs en études africaines » tenues en janvier 2016 à l’université Paris-Diderot. Adrien Ndiouga Benga, Momar Coumba Diop, Mamadou Diouf, Ousmane Kane, Hélène Quashie, Allison Sanders ainsi que le professeur Lansiné Kaba m’ont communiqué des informations cruciales ou fait des suggestions qui ont rendu l’article bien meilleur. Je ne saurai leur exprimer suffisamment ma gratitude.

2 La France aussi commence à faire face à cette réalité mercantiliste. L’ouverture à Sciences Po Paris d’une section d’enseignements « affaires publiques internationales » offerts aussi en anglais et recrutant des étudiants non français qui s’acquittent de frais d’inscriptions exorbitants en est l’épiphénomène. Ce développement est digne d’attention dans un pays obsédé par son identité dont la langue est un socle, comme en attestent les travaux de nombreux sociologues de la nation dont Dominique Schnapper (1991) et Anne-Marie Thiesse (1999).

3 Pour ce qui concerne les objectifs assignés à l’école par l’administration coloniale française en Afrique occidentale, voir Seck (1993).

4 Cette loi avait étendu la nationalité française à l’ensemble des habitants africains dont les pays étaient sous administration française. Cette extension devait leur ouvrir les mêmes droits que leurs concitoyens majoritairement blancs de la métropole. Mais sa traduction concrète était en-deçà de ses promesses.

5 On peut se référer aux nombreux ouvrages qui font autorité dans la littérature consacrée à l’élite africaine en métropole ou à l’Université et aux intellectuels français à l’époque coloniale. Alors qu’y sont énumérés des noms d’africains ministres de la République, députés, poètes, enseignants au lycée, on n’y trouve nulle mention d’un enseignant universitaire titulaire. Voir Kesteloot (1960), Dewitte (1985), Edwards (2003) et Mudimbe (1992) pour le cas de l’élite africaine ; ou Christophe Charle pour l’Université et les intellectuels français (2003 ; 2004 ; 2012).

6 Parmi ces agrégés et détenteurs d’un doctorat ayant reçu leur titre au plus tard à la fin de l’année 1960, on peut citer Lamine Gueye, Cheikh Anta Diop, Abdoulaye Ly ou Mongo Béti. Aucun d’entre eux n’aura été recruté à un rang de permanent (maître-assistant ou professeur) dans l’Université française.

7 « En 1945, quand j’ai été élu député, un peu malgré moi, Monsieur Faral, qui était alors directeur du Collège de France, me disait : “Mais, bâclez votre thèse ; j’ai une place pour vous” » , raconta Senghor à Roland Colin. Cette anecdote a été rapportée par Daniel Delas, Léopold Sédar Senghor : le maître de parole, Paris, Aden, 2007, p. 162.

8 Déjà des universitaires français « blancs » moins âgés que Senghor, donc arrivés à une période de plus grande compétitivité pour les postes universitaires, ont réussi des carrières singulières dans le monde académique sans un doctorat ou avant de l’avoir obtenu. Ainsi Roland Barthes, qui accède au poste d’enseignant à l’École pratique des hautes études dans les années 1950, et devient plus tard titulaire d’une chaire au Collège de France sans avoir jamais obtenu de thèse de doctorat ; Pierre Bourdieu est recruté comme maître-assistant et promu directeur d’études, puis élu au Collège de France sans jamais avoir passé son doctorat ; enfin Michel Foucault est intégré dans le corps enseignant de l’École normale supérieure dès le début des années 1950, puis à l’université de Clermont-Ferrand avant l’obtention de son doctorat.

9 Dans ses mémoires d’étudiant à l’Université de Dakar, Dieng montre par ailleurs que des Français auréolés uniquement de l’agrégation étaient intégrés au corps professoral. C’était le cas de l’agrégé de lettres, Pinson, et de son homologue philosophe, Louis-Vincent Thomas (Dieng, 2013, p. 36).

10 C’est en 1966 même que Cissoko, retourné en France après une interruption, en 1960, de sa formation universitaire pour aller servir son pays natal nouvellement indépendant, le Mali, soutient sa thèse de doctorat de 3ème cycle à Paris-Sorbonne. À ce jour, probablement la meilleure biographie intellectuelle de ce regretté historien consiste en un article de Doulaye Konaté publié dans le journal malien Essor (19 juin, 2012).

11 En 1978, 96.500 étudiants étrangers étaient recensés en France dont environ 22.800 en provenance de l’Afrique subsaharienne (Le Monde, 20 juin 1978, p. 16).

12 Les étudiants issus des anciennes colonies et territoires sous protection française d’Afrique étaient initialement exemptés d’un visa de long séjour, avant que de nouvelles règles les assimilent entièrement au reste des étudiants étrangers.

13 Bien que l’on puisse douter de l’objectivité d’un tel jugement parce que ceux qui l’ont tenu en ont fait l’économie de la preuve ; bien que les thèses racialistes à la Bell Curve (1994), qui attribuent aux Noirs des dispositions génétiques à la sous performance intellectuelle, aient marqué les années 1990, on peut cependant se demander si, dans nombre d’États africains, la dégradation des conditions matérielles d’apprentissage, tant au niveau de l’enseignement primaire et du secondaire, où les classes surchargées ont fini par vicier la procédure de transmission de savoirs, qu’au niveau de l’Université, où les grèves (d’étudiants ou de professeurs) à répétition, les « années blanches », les programmes d’enseignements rarement dispensés dans leur entièreté, n’ont pas conduit au déclassement d’étudiants africains en compétition en France avec des homologues formés au préalable dans des systèmes scolaires qui fonctionnent plus efficacement.

14 Les universités françaises peinent encore à attirer les nationalités de leur choix. Une enquête publiée en 2015 menée par l’Institute of International Education montre effectivement que son attractivité, notamment auprès des étudiants asiatiques, latino-américains et moyen-orientaux fortement convoités, est extrêmement faible. Lorsque les étudiants issus de ces continents ou sous-continents sont interrogés sur leur destination de rêve pour poursuivre leur formation, jamais ne mentionnent-ils la France comme premier choix. En moyenne, 80 % d’entre eux inscrivent les États-Unis en tête de liste. Suivent souvent le Royaume-Uni ou le Canada ou l’Australie. Le meilleur classement obtenu par la France est la quatrième position. Cette position lui est attribuée par les étudiants chinois qui sont 3.9 % à en faire leur premier choix ainsi que les Sud-Coréens dont 3.5 % la citent comme destination première.

15 En l’espace de trois décennies, le W.E.B. Institute est devenu, sur le sol américain, l’institution de recherche la plus prestigieuse consacrée à l’étude des populations noires.

16 À Stanford University, le Provost (recteur), Richard Lyman, délivrant quatre jours après l’assassinat du Révérend Martin Luther King un message fédérateur sur le racisme, se voit ravir le micro par l’association d’étudiants noirs du campus qui déroule sur place leurs doléances, parmi lesquelles la création d’un département d’études afro-américaines. À Harvard un programme d’études similaire est créé ; plus tard sous la houlette de Henry Louis Gates Jr., il sera transformé en un département d’études et de recherches ambitieux au point de débaucher des africanistes du calibre de Jean and John Comaroff de l’University of Chicago.

17 Le livre de Herrnstein et Murray semble puiser dans la même démarche de dénigrement de l’affirmative action.

18 Le refus de Harvard est d’autant plus intéressant à souligner que Franklin avait soutenu sa thèse dans le même département d’histoire, était auréolé du respect de ses pairs à la suite de la publication en 1947 de son ouvrage, From Slavery to Freedom : A History of Negro Americans, et avait accédé à une visibilité internationale dont atteste son séjour en 1962 à l’University of Cambridge comme professeur invité. Sur cet épisode de la vie de Franklin, lire Henry Louis Gates’s Jr. “John Hope, the Prince who Refused the Kingdom”, dans Roots, 1er avril 2009. Et pour l’historique de l’intégration des Noirs dans l’Université américaine, voir l’article « Key Events in Black Higher Education » sur le site de Journal of Blacks in Higher Education(www.jbhe.com/chronoogy).

19 Mohamed Saliou Camara, Thomas O’Toole et Janice E. Baker, Historical Dictionary of Guinea, Plymouth, Scarecrow Press, 2014, p. 184.

20 Ces informations biographiques proviennent de Lansiné Kaba, “The Atlantic Slave Trade was not a ‘Black-on-Black Holocaust’,” African Studies Review, vol. 44, nº 1, 2001, p. 1.

21 J’aurais pu mentionner le cas légendaire de Cheikh Modibo Diarra (ancien professeur de physique à Howard, puis directeur de mission à la NASA), à bien des égards plus médiatisé que ceux de Cham et Diawara, si je n’avais décidé de me focaliser sur les chercheurs en sciences sociales et en lettres.

22 Par coïncidence, dans le même document où elle informe du recrutement de Manthia Diawara, l’University of Pennsylania fait aussi état de l’intégration dans son corps professoral, la même année que celui-ci, de Joseph Achille Mbembe. Un des rares à retourner en Afrique au milieu d’une carrière prometteuse, Mbembe était fraîchement arrivé de Columbia University où le Sénégalais Mohamed Mbodj allait lui succéder comme historien de l’Afrique française. Voir « Minority Permanence at the University of Pennsylvania, 1992 :10.

23 Il serait intéressant d’inclure dans cette étude une cinquième trajectoire, celle qui consiste à se former en France et intégrer ensuite une université qui ne soit ni française ni américaine. Mais par manque d’espace, je m’en abstiens.

24 Mudimbe avait aussi été convoité par Harvard University dont il a décliné l’offre.

25 Né en Guinée en 1939, Camara est probablement le premier Africain à avoir bénéficié d’un poste d’enseignant titulaire dans une université française. Dans les années 1970, il était maître assistant à l’université Bordeaux II.

26 La situation s’est nettement améliorée depuis la fin des années 1990. Une poignée de chercheurs africains ont accédé au rang de professeur ou de directeur d’études/de recherches. Ainsi, Papa Samba Diop à l’université de Paris-Est-Créteil, Rémy Bazenguissa à l’EHESS, Abel Kouvouama à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, Mahamet Timéra à l’université Paris-Diderot, Alphonse Yapi-Diahou à l’université Vincennes-Saint-Denis, Jean-Bernard Ouédraogo au CNRS, Romuald Fonkoua à l’université Sorbonne Nouvelle, Pascal Mbongo à l’université de Poitiers. Par ailleurs, un effort de recrutement de chercheurs africains au poste de maître de conférences ou de chargé de recherche au CNRS a été observé depuis le début des années 2000. Parmi les quelques bénéficiaires : Issiaka Mandé à l’université Paris-Diderot (d’où il a démissionné pour prendre un poste à l’université du Québec à Montréal), Fatoumata Ouattara et Hamidou Dia à l’IRD, Alpha Ousmane Barry à l’université de Franche-Comté.

27 Il n’est pas question d’exagérer le niveau du localisme, ne serait-ce que parce que les éléments de preuves disponibles sont minimes. Toutefois, il s’agit d’un phénomène bien réel. Dans un document produit par la Section 19 du Conseil national des universités, il est établi que sur 33 enseignants recrutés en 1999, 13 l’avaient été dans l’établissement où ils avaient soutenu leur thèse. Dans le système universitaire américain, la pratique elle-même n’est plus imaginable, et encore moins à une telle ampleur. Une université américaine ne recrute son propre produit qu’une fois que celui-ci a fait ses premiers pas dans une autre institution.

28 Fonkoua se retrouvera un moment dans la même université que son directeur de thèse Bernard Mouralis.

29 Je renverrai à ce sujet aux comptes rendus de son livre The Invention of Africa. Par ailleurs, dans son discours de présentation de Mudimbe que l’université de Louvain devait honorer d’un doctorat honoris causa, Philippe De Boeck rappelle cette filiation intellectuelle.

30 Il importe de rappeler que cette posture est un éléphant de mer dans le débat intellectuel africain. Dans son roman consacré à la mobilisation politique entourant le référendum de 1958, Sembène Ousmane fait dire à l’un de ses personnages, Lèye, écrivain et peintre de son état, qu’il arrêtera d’écrire pour se consacrer exclusivement à la peinture. Car l’écriture, soutient-il ne profite qu’au colonisateur français alors que la peinture est universelle. Plus tard, Boubacar Boris Diop tenta une conversion radicale en publiant en wolof. Mais il renoua ensuite avec le français comme langue d’écriture. Dans l’univers anglophone où le débat était plus virulent, Ngugi Wa Thiong’o est peut-être la meilleure incarnation de cette mouvance contre l’utilisation de la langue du colonisateur, pour l’avoir théorisée.

31 L’emplacement du Codesria à Dakar pourrait suggérer que les années qu’il y avait passées avait fini de replonger entièrement Mbembe dans l’univers linguistique francophone. Mais l’observateur bien informé sait que le Codesria est davantage anglophone que francophone par son fonctionnement interne.

32 Prenant clairement le parti de Toulabor, Bayart louait ses qualités de chercheur et rappelle qu’il a été intégré à Politique africaine en raison de l’originalité de ses travaux et non de ses origines. Dans la foulée, il affirmait qu’il s’était opposé dès les premières heures de Politique africaine à la cooptation de collègues africains juste par complaisance ou mauvaise conscience. Voir un extrait de sa lettre envoyée à Georges Courage, alors président de l’Association des chercheurs de Politique africaine dans Gueye (2001).

33 Quiconque ayant assisté à une conférence donnée par le moyen de la traduction simultanée ou directement dans une langue de communication mâtinée de la structure grammaticale et des tournures idiomatiques d’une langue étrangère a pu évaluer ces coûts. La frustration de l’auditoire, l’absence ou la pauvreté de la discussion suivant la présentation en sont juste quelques exemples.

34 L’on note d’ailleurs que c’est sur une chaîne de radio française que Souleymane Bachir Diagne croise le fer avec Jean-Loup Amselle, en convoquant des auteurs on ne peut plus français et distingués pour contrer les arguments de son interlocuteur. Il n’y a qu’à lire son Bergson postcolonial pour s’en convaincre.

35 J’avais déjà avancé cet argument dans un article consacré à la mobilisation des Sénégalais de New York en faveur de l’alternance politique intervenue dans leur pays (Gueye, 2001). Les données engrangées pour la rédaction de cet article, même si elles portent sur des universitaires en particulier et au-delà du Sénégal, en renforcent la validité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdoulaye Gueye, « Plutôt union libre que séparation. Les chercheurs africains francophones et l’Université française dans le contexte de réarrangement global du champ académique par les États-Unis »Histoire de la recherche contemporaine, Tome VIII-n°2 | 2019, 160-179.

Référence électronique

Abdoulaye Gueye, « Plutôt union libre que séparation. Les chercheurs africains francophones et l’Université française dans le contexte de réarrangement global du champ académique par les États-Unis »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VIII-n°2 | 2019, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.3559

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Gueye

Professeur de sociologie, université d’Ottawa, Ecole d’études sociologiques et d’anthropologique

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals