Navigation – Plan du site
DOSSIER : Relations France-Afrique dans les mondes académiques

Diplômés de France au Congo-Brazzaville et relations universitaires franco-congolaises (1960-2005) : une étude de cas de la construction et de la rupture du lien singulier franco-africain

Graduates from France in Congo-Brazzaville and Franco-Congolese academic relations (1960-2005): a case-study of the building and breaking of the singular Franco-African link
Jean-Yves Blum Le Coat
p. 147-159

Résumés

Dans les années 1960 et 1970, les migrations d’étudiants et stagiaires congolais en France, soutenues par les deux Etats, jouent un rôle central dans la coopération interuniversitaire entre ces deux pays. A partir de 1981, l’évolution de la politique migratoire française et la crise économique et politique au Congo-Brazzaville entravent durement cette migration, et remettent en cause la coopération franco-congolaise.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les migrations des étudiants du Congo-Brazzaville vers la France ont, durant deux décennies (1960-1970), participé de la construction d’un lien singulier entre les deux pays. L’évolution de la politique migratoire française et la crise au Congo-Brazzaville les ont durement entravées à partir de 1981.

Texte intégral

1Dans les années qui suivent l’accès de la République du Congo-Brazzaville à l’indépendance (1960), les Congolais diplômés de France qui accèdent aux postes de l’enseignement supérieur à Brazzaville prennent progressivement le relais des personnels français de l’assistance technique dans le développement de la coopération entre universités des deux pays. Ces diplômés de France sont alors issus de migrations pour études portées par les États congolais et français, pour lesquels elles constituent un enjeu diplomatique. Le basculement de la politique française d’immigration (1981 concernant le Congo-Brazzaville) et la dégradation de la situation économique et politique au Congo (1986) remettent en cause les conditions de réalisation de ces migrations, et les disqualifient ainsi que la place et le rôle des diplômés de France dans l’université congolaise, et finalement la coopération interuniversitaire.

2Cet article vise à analyser ces évolutions constitutives de la construction d’une « singularité historique franco-africaine » (Dozon, 2003), faite de relations plus intégrées entre la France et ses ex-colonies d’Afrique, principalement après l’accès à l’indépendance de celles-ci, puis de la déliaison de cet ensemble de relations : de quelle façon, et pour quelles raisons, le développement de la migration pour études en France fut organisé par les gouvernements français et congolais, en mettant en place un dispositif de formation des cadres du Congo en France à partir des années 1950 et surtout après l’accès à l’indépendance du Congo-Brazzaville (1960) ? Comment les trajectoires migratoires et professionnelles de ces migrants pour études ont servi le renforcement des liens franco-congolais, les relations interuniversitaires en particulier ? Quelles ont été, à partir de 1986, les causes et les modalités d’effondrement du dispositif de formation des cadres du Congo en France et, plus largement, des transformations du « système migratoire » dans lequel s’inscrivaient ces trajectoires des étudiants et stagiaires congolais en France ? Quels furent les effets sur la coopération inter-universitaire franco-congolaise ?

  • 1 Des entretiens ont également été réalisés avec des agents des services de l’ambassade et des servic (...)

3L’analyse porte sur la période allant de 1960 (accès à l’indépendance du Congo-Brazzaville, mise en place des accords de coopération franco-congolais) à 2005, date à laquelle nous avons réalisé la dernière campagne d’entretiens à Brazzaville dont sont issus les matériaux analysés ici – entretiens menés dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur les transformations des trajectoires migratoires des étudiants et stagiaires congolais liées à l’évolution des relations franco-congolaises entre 1960 et 2005 (Blum Le Coat, 2011). Il s’agit principalement d’entretiens biographiques réalisés entre 2003 et 2005 avec 49 anciens étudiants et stagiaires congolais en France, aujourd’hui établis en région parisienne ou à Brazzaville, et d’entretiens réalisés en 2004-2005 avec des responsables de départements et secrétaires des Facultés de lettres, de sciences et de droit de l’université Marien Ngouabi de Brazzaville1. Nous avons également consulté les documents archivés au Centre de documentation du ministère du Plan de la République du Congo : documents relatifs aux politiques de « développement » menées au Congo (en particulier les plans de développement économique et social établis par les autorités françaises à la fin de la période coloniale et par les autorités congolaises entre 1960 et 1986), documents relatifs à la fonction publique et à l’enseignement congolais. Enfin, nous avons étudié les accords internationaux et les textes légaux et réglementaires relatifs à la coopération et aux migrations, en particulier les accords de coopération franco-congolaise et les conventions bilatérales sur l’entrée et le séjour des congolais en France.

De l’indépendance aux années 1970 : la migration pour suivre des études en France, un opérateur central de la consolidation du lien franco-congolais à l’Université

  • 2 Ces statistiques concernent des étudiants qui commencent ou poursuivent leur scolarité dans l’ensei (...)

4Les migrations d’étudiants et stagiaires congolais en France débutent dans les années 1950, après l’accès à la citoyenneté des ressortissants du Moyen-Congo et la mise en place d’un système scolaire calqué sur celui de la métropole française. Cependant, elles ne se développent que très progressivement. En 1955, seuls 68 étudiants originaires du territoire du Moyen-Congo sont présents en France (Bernault-Boswell, 1994 : p. 527-a). Dans les premières années de l’indépendance du Congo-Brazzaville, leurs effectifs demeurent très faibles : seuls 243 étudiants ressortissants de la République du Congo sont inscrits dans les universités françaises en 1964-1965 et 215 en 1966-1967. Le nombre double en cinq ans, pour atteindre 509 étudiants en 1971-1972, ce qui constitue encore un effectif très réduit. Leur nombre augmente surtout dans les années 1970, jusqu’en 1984-1985, où un pic est atteint avec 3025 étudiants congolais recensés dans les universités françaises2.

Évolution des effectifs d’étudiants de nationalité congolaise (Congo-Brazzaville) dans les universités françaises (France métropolitaine et départements d’outre-mer) entre 1964 et 1984

Évolution des effectifs d’étudiants de nationalité congolaise (Congo-Brazzaville) dans les universités françaises (France métropolitaine et départements d’outre-mer) entre 1964 et 1984

Sources : pour 1964-1965, service de documentation de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’Éducation nationale ; pour 1966-1967, Service central des statistiques et de la conjoncture, 1968 ; pour 1972-1973 à 1984-1985, Borgogno et alii. Pour 1971-1972, les données sont peu fiables car manquent les effectifs de certaines universités (Borgogno et alii). Pour 1972-1973, les données ne sont pas disponibles dans Borgogno et alii – et nous n’avons pu les obtenir à la DEPP. 

5Ce développement des migrations pour études est alors porté par les États français et congolais, pour lesquels elles représentent un enjeu diplomatique.

La formation d’étudiants et stagiaires congolais en France : un enjeu diplomatique pour la France et le Congo-Brazzaville (1960-1974)

6La mise en place et le développement de migrations d’étudiants et stagiaires congolais en France sont liés à la transformation des relations franco-congolaises, lorsque le territoire du Moyen-Congo devient le 28 novembre 1958 la République du Congo, autonome au sein de la Communauté française, puis le 15 août 1960 la République indépendante du Congo. Un nouveau type de relations, plus intégrées, faites d’interdépendance accrue et de maintien de la position dominante de la France, s’établit entre cette ex-colonie française et l’ancienne métropole. C’est en effet à partir des années 1950, et plus encore après les indépendances, que l’État français bâtit un système politique et économique franco-africain, ayant pour fonction majeure dans le cadre de la guerre froide de lui donner de la puissance et de l’indépendance à l’échelle internationale (Dozon, 2003). Ces relations s’énoncent dans le langage de la « coopération » et s’appuient sur les discours et instruments de « l’aide au développement » : la France apporte « assistance » au Congo afin de contribuer à son « développement économique et social » (Rist, 2001 ; Meimon, 2007).

  • 3 À partir de cette date, sous l’effet des besoins financiers du Congo affecté par la crise économiqu (...)

7Les migrations d’étudiants et stagiaires congolais en France s’inscrivent dans cette politique de coopération franco-congolaise mise en place à partir de 1960. Pour les autorités françaises, avec l’accès à l’indépendance du Congo-Brazzaville, la formation d’étudiants et stagiaires congolais en France, considérés comme les futurs cadres de cet État, est perçue comme un moyen de maintenir le pays dans leur zone d’influence. Quant aux autorités congolaises, elles défendent une logique de « développement » et d’indépendance nationale, qui se traduira par la mise en œuvre d’une politique de « congolisation » des effectifs des administrations et services d’État. Les dirigeants de la République (populaire à partir de 1969) du Congo soutiennent la formation de cadres en France dans le but de remplacer les personnels étrangers (français principalement) et de pourvoir l’administration d’État, les services publics, et les unités économiques, en personnel national de direction et d’encadrement nécessaire à leur fonctionnement, afin d’assurer au pays une indépendance « réelle ». Bien que le régime congolais affiche à partir de 1964 une orientation de plus en plus nettement socialiste et se rapproche de l’URSS au plan diplomatique – ce qui se traduit par la conclusion d’accords de coopération avec les pays du bloc socialiste –, et que les relations franco-congolaises soient très tendues au plan politique jusqu’en 19793, durant toutes les années 1960 et 1970 l’État congolais soutient les migrations pour études de ses ressortissants en France.

8Ces logiques politiques se traduisent par la mise en place de dispositifs visant à favoriser et organiser la formation d’étudiants et stagiaires congolais en France : les accords de coopération franco-congolaise et les politiques françaises et congolaises d’octroi de bourses d’études, en particulier.

Les accords de coopération

9Au moment où la République du Congo accède à l’indépendance, le 15 août 1960, elle met en place une coopération technique avec la France dans le cadre de trois accords quadripartites (République centrafricaine, Tchad, Congo et France) conclus les 11, 13 et 15 août 1960, et de huit accords bilatéraux conclus le 15 août 1960 (Décret n° 60-1230 du 23 novembre 1960). En particulier, pour le sujet traité ici, dans le cadre de l’accord quadripartite de coopération relatif à l’enseignement supérieur du 15 août 1960, les Républiques centrafricaine, congolaise et tchadienne et la République française promeuvent la venue en France des étudiants de ces nouveaux États :

« Les parties contractantes faciliteront à leurs ressortissants, notamment par l’octroi de bourses d’études, de prêts d’honneur et de bourses de recherche, par l’organisation de stages et, éventuellement, par des nominations à des emplois d’assistants, l’accès des établissements universitaires et culturels et des instituts de recherche scientifique ou autres relevant de leur autorité. » (Article 5)

« Le Gouvernement de la République française s’emploiera en particulier à faciliter l’admission dans les grandes écoles françaises des candidats des États d’Afrique équatoriale reconnus aptes à en suivre l’enseignement. Ces étudiants ou élèves bénéficieront des droits et avantages accordés ou reconnus sur le territoire de la République française aux ressortissants français. » (Article 6)

10Pour faciliter la venue de ces étudiants, dans le domaine du droit à l’entrée et au séjour en France, la convention d’établissement franco-congolaise du 15 août 1960 prévoit que les ressortissants congolais bénéficient d’une égalité de droits et de traitement avec les ressortissants français sur le territoire français dans de nombreux domaines (libertés civiles, accès à l’emploi), à l’exclusion des droits politiques. Les ressortissants congolais dans leur ensemble bénéficient de la liberté d’entrer sur le territoire français ; le seul document qu’ils doivent posséder est une pièce d’identité reconnue valide en France, la « carte consulaire », carte d’identité établie par les services consulaires français en République du Congo. Les étudiants congolais bénéficient ainsi d’un régime juridique d’entrée et de séjour en France très libéral.

Le financement des bourses d’études

  • 4 Selon les données fournies par l’« Annuaire statistique des boursiers congolais » pour l’année univ (...)

11Les séjours d’études en France sont en outre soutenus matériellement et financièrement par les États, en particulier le gouvernement congolais. Le Fonds d’aide et de coopération (FAC) du gouvernement français et le Fonds européen de développement (FED) de la Communauté économique européenne attribuent quelques bourses d’études, mais le financement du séjour d’études en France est pour l’essentiel assuré par l’État congolais, par l’octroi de bourses d’études du gouvernement ou d’indemnités de stage4. Dans les années 1960, tous les titulaires du baccalauréat qui désirent poursuivre des études dans l’enseignement supérieur, au Congo ou à l’étranger, se voient octroyer une bourse d’études du gouvernement congolais. Cette systématicité de l’octroi de bourses d’études est affirmée par la suite par décret présidentiel n° 71-364 du 16 novembre 1971 : tous les étudiants de l’enseignement supérieur (de même que tous les élèves de l’enseignement spécialisé au niveau du lycée) bénéficient de droit d’une bourse d’étude du gouvernement. Ce décret restera en vigueur jusqu’en 1986. Les autorités congolaises assurent également le financement de formations en France par l’octroi d’indemnités de stages aux fonctionnaires ; ces stagiaires du gouvernement congolais sont d’ailleurs, en 1961-1962, plus nombreux (ils sont alors au nombre de 263) que les étudiants boursiers du gouvernement congolais ou du gouvernement français (143) (Hoffherr, 1962).

12Malgré des remises en cause formulées de façon récurrente à partir de la fin des années 1960 par les autorités politiques congolaises – acquises à l’idéologie anti-impérialiste et anticoloniale et engagées dans un rapprochement avec le bloc socialiste –, ce financement des séjours d’études en France est maintenu jusqu’aux années 1980.

La place centrale des diplômés de France dans l’université congolaise et dans la coopération universitaire franco-congolaise

13Il n’existe pas de données statistiques fiables sur les retours au Congo des migrants pour études (faute d’un véritable suivi par les administrations congolaises), mais ceux qui sont partis entre 1960 et les années 1980 témoignent que nombre d’entre eux sont revenus effectivement occuper des postes au Congo-Brazzaville, même si le séjour en France pouvait s’étendre au-delà de la fin des études.

  • 5 Cette spécificité est due, selon son responsable, à l’histoire de la constitution de ce département (...)

14L’université congolaise constitue alors un réservoir de postes privilégié pour ces migrants. Des données datant de 2004-2005, collectées dans le cadre d’entretiens menés avec des universitaires à Brazzaville (responsables des départements de philosophie, géographie, psychologie, sociologie et langue et littérature française de la faculté des lettres, doyen de la faculté des sciences, doyen de la faculté de droit), permettent de préciser ce point, car elles concernent des personnes qui pour une grande partie ont accédé à ces positions professionnelles dans les années 1970 et 1980 (les recrutements ayant été ensuite considérablement diminués, du fait de la mise en œuvre des plans d’ajustement structurel au Congo). Malgré le développement de la concurrence des étudiants et stagiaires formés dans les pays socialistes, en particulier en Union soviétique et dans les pays d’Europe de l’Est, les diplômés de France occupent encore en 2005 presque tous les postes d’enseignants titulaires des trois facultés (lettres et sciences humaines, sciences, droit) et de l’École normale supérieure de l’université Marien Ngouabi. La quasi-totalité (92,7 %) des 218 enseignants des trois facultés mentionnées ont obtenu leur(s) diplôme(s) de troisième cycle (un doctorat de troisième cycle universitaire pour la plupart, un doctorat d’État pour quelques-uns) dans une université française. Seul le département de philosophie de la faculté des lettres de l’université Marien Ngouabi fait exception : sur 17 enseignants, 7 ont obtenu leur diplôme de troisième cycle en Union soviétique, en République démocratique allemande ou dans un autre pays du bloc socialiste d’Europe de l’Est et non en France5. Dans le département de langue et littérature françaises, un seul enseignant n’a pas obtenu son diplôme de troisième cycle en France mais en URSS (doctorat), et il s’agit d’un enseignant détaché du département de philosophie. Pour le reste, tous les enseignants des départements de langue et littérature françaises, sociologie, psychologie et géographie de la faculté des lettres sont titulaires d’un diplôme de troisième cycle obtenu en France. De même, tous les enseignants de la faculté de droit (39) – assistants et maîtres-assistants, de même que les enseignants vacataires – sont titulaires d’un doctorat en droit obtenu dans une université française, à l’exception d’un chargé de cours titulaire d’un doctorat en droit obtenu en URSS. Enfin, sur les 109 enseignants de la faculté des sciences, 103 sont titulaires d’un diplôme de troisième cycle obtenu en France ; seuls 5 d’entre eux ont obtenu un tel diplôme en URSS, et 1 en Belgique. Quant à l’École normale supérieure (ENS), sur un total de 71 enseignants titulaires, 11 (15,5 %) sont titulaires de diplômes obtenus hors de France, et 60 (84,5 %) sont titulaires de diplômes obtenus en France. Parmi ces derniers se trouvent les deux professeurs que compte l’ENS (tous deux titulaires d’un doctorat d’État), 47 des 53 maîtres-assistants (88,7 %) de cet établissement (1 est titulaire d’un doctorat d’État, 7 sont titulaires d’un doctorat unique et 39 sont titulaires d’un doctorat de troisième cycle) et 11 assistants (5 sont titulaires d’un doctorat de troisième cycle et 6 d’un diplôme d’études approfondies). Quant aux 11 enseignants non diplômés de France, il s’agit de 6 maîtres-assistants et 5 assistantes, dont 5 sont titulaires d’un doctorat de troisième cycle obtenu en Union soviétique, 3 titulaires de doctorats de troisième cycle obtenus en Russie, 1 titulaire d’un diplôme de doctorat de troisième cycle obtenu en Belgique, 1 titulaire d’un diplôme de doctorat de troisième cycle obtenu en Angleterre, et 1 titulaire d’un diplôme de maîtrise obtenu en République du Congo.

15Par conséquent, dans ce secteur d’activité, ce sont des diplômés de France qui prennent la relève des enseignants français dans les années 1970 et 1980 surtout.

La mise en place de l’enseignement supérieur au Congo-Brazzaville et la présence française

Le système d’enseignement supérieur au Congo-Brazzaville a pour origine le Centre d’études administratives et techniques supérieures, créé par les autorités françaises à Brazzaville en 1959 pour la formation des cadres moyens. Ce centre devient en 1960 le Centre d’enseignement supérieur de Brazzaville (CESB), constitué de l’École de droit, l’École supérieure des lettres et l’École supérieure des sciences (issues des sections du Centre d’études administratives et techniques supérieures). Le CESB demeure un établissement public de droit français, géré par la France et où sont dispensés des enseignements analogues à ceux dispensés dans l’enseignement supérieur en France. Ce centre est intégré en 1961 dans la Fondation de l’enseignement supérieur en Afrique centrale, qui comprend des établissements congolais, tchadiens, centrafricains et gabonais. En 1962 est également créée à Brazzaville l’École normale supérieure de l’Afrique centrale (Ensac), qui forme les professeurs de l’enseignement secondaire et les inspecteurs. En 1971, le Centre d’enseignement supérieur de Brazzaville devient l’Université de Brazzaville (qui sera renommée en 1977 université Marien Ngouabi), les Écoles supérieures du CESB sont transformées en facultés, et l’Ensac devient l’École normale supérieure (Eliou, 1977). Les cursus d’études dispensés dans les facultés de l’université de Brazzaville puis de l’université Marien Ngouabi se développent très progressivement. En 1983, l’université Marien Ngouabi compte huit établissements (facultés et instituts).

L’Université est le secteur d’activité au Congo où subsiste le plus tardivement la présence de français : à la faculté des lettres de l’université de Brazzaville, des enseignants français sont présents dans les départements de psychologie, sociologie, linguistique, anglais, géographie et histoire jusqu’au milieu des années 1980, et dans le département de langue et littérature françaises jusqu’en 1993. Quant à la faculté des sciences, les premiers enseignants congolais y sont recrutés vers 1970 et jusqu’en 1985, des enseignants français y sont encore présents ; c’est en 1985 que, pour la première fois, tous les professeurs sont congolais.

Sources : entretiens avec les responsables des départements de sociologie et de langue et littérature françaises de la faculté des lettres et le secrétaire académique de la faculté des sciences de l’université de Brazzaville.

16Par les liens qu’ils ont tissés avec le milieu universitaire français durant leur séjour d’études, les diplômés de France en poste dans l’université congolaise y jouent un rôle essentiel dans le maintien de l’influence française.

17Les premiers accords de coopération interuniversitaires conclus entre l’université du Congo-Brazzaville et les universités françaises sont mis en place par les coopérants français en poste à Brazzaville dans les années 1960 et 1970. Ces accords sont ensuite réactivés ou remplacés par des accords mis en place par ces universitaires congolais formés en France. Les facultés des lettres et sciences humaines (géographie, psychologie, sociologie, langue et littérature françaises) et de droit de l’université Marien Ngouabi sont (ou ont été) liées par des accords entre leurs départements et des départements d’universités françaises, préparés par ces universitaires. Durant leur séjour d’études en France parfois, et le plus souvent après leur retour au Congo, ils mènent des démarches aboutissant à la conclusion d’accords entre les facultés où ils ont effectué leurs études en France et les départements où ils sont en poste.

18Un maître de conférences en géographie à la faculté des lettres et sciences humaines de l’université Marien Ngouabi témoigne ainsi en février 2005 de son rôle dans la promotion d’un tel accord : venu en France en 1970 comme étudiant boursier du gouvernement congolais afin de poursuivre ses études de géographie, il revient en 1973 au Congo, titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA), et est recruté sur un poste d’assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Brazzaville. Un professeur de sa faculté de formation en France vient au Congo, en 1978, pour un séjour de recherche : tous deux œuvrent alors à la conclusion d’un accord de coopération entre le département de géographie de l’université du professeur français et le département de géographie de l’université de Brazzaville. De la même façon, un professeur de médecine de la faculté de médecine de Brazzaville témoigne de son rôle dans la mise en place d’un accord de coopération interuniversitaire entre l’Institut supérieur des sciences de la santé (INSSA – devenu ensuite la faculté des sciences de la santé) de l’université Marien Ngouabi, où il enseigne à partir de 1978, et celle où il a suivi ses études en France de 1964 à 1974, afin de permettre l’accès des étudiants en médecine du Congo à une formation de spécialité médicale.

Le bouleversement des conditions de migration pour études en France pour les ressortissants congolais, et l’effacement du lien franco-congolais

19Les liens étroits qui viennent d’être décrits entre l’université congolaise et les universités françaises et le rôle des migrations pour études dans l’établissement de ces liens, sont remis en cause par deux processus, qui affectent les conditions de ces migrations, le devenir des diplômés qui en sont issus et la situation de l’université congolaise : le durcissement de la politique d’immigration française et l’effondrement de la situation économique et politique du Congo.

20.

Le basculement de la politique d’immigration française : le Congo-Brazzaville devient un pays à « risque migratoire »

21En 1972-73, les accords de coopération conclus entre la France et ses ex-colonies d’Afrique lors de l’accès à l’indépendance de celles-ci font l’objet d’une remise en cause par les dirigeants africains et malgaches, sous la pression notamment d’un mouvement de contestation de cette coopération dans les universités francophones d’Afrique. Dans ce contexte, les autorités congolaises et françaises signent de nouveaux accords de coopération en janvier 1974 à Brazzaville.

22Le nouvel accord de coopération culturelle (Décret n° 82-140 du 3 février 1982) reconduit l’aide française apportée à la République populaire du Congo, en particulier l’octroi aux étudiants congolais de bourses d’études et de stage, et confirme le libre accès aux établissements d’enseignement français donné aux étudiants congolais, ainsi que l’octroi à ceux-ci des avantages sociaux qu’ont les étudiants français en France. Les deux gouvernements conviennent en outre de favoriser l’organisation de stages de formation et l’échange d’enseignants et d’étudiants. À cet accord de coopération culturelle s’ajoute un accord de coopération scientifique et technique par lequel ils chargent le Conseil national de la recherche scientifique et technique (CNRST) de la République populaire du Congo d’organiser cette coopération, en établissant des liens contractuels avec les établissements et organismes français de recherche ou à vocation scientifique et technique. Cet accord fournit un cadre dans lequel, notamment, les départements d’universités et les facultés pourraient signer des accords avec leurs homologues français, organisant entre eux la circulation des enseignants et chercheurs. Autrement dit, la renégociation de ces accords aboutit au maintien de la politique de coopération franco-congolaise. Cependant, dans le même mouvement, les deux gouvernements signent une convention sur la circulation des personnes qui introduit l’obligation de justifier de plusieurs documents – non exigés jusque-là – pour circuler entre les deux États. Dorénavant, les nationaux de chaque État qui se rendent sur le territoire de l’autre État doivent être en possession d’un passeport en cours de validité, des certificats internationaux de vaccination obligatoire exigés par la législation de l’État de destination, et d’une pièce garantissant leur rapatriement. Toutefois, les étudiants et stagiaires du gouvernement congolais (bénéficiaires d’une bourse du gouvernement congolais ou d’une indemnité de stage) – a fortiori les étudiants congolais bénéficiant d’une bourse du gouvernement français – sont dispensés de produire une garantie de leur rapatriement.

23Surtout, très vite, la politique française d’immigration se durcit : concernant l’accueil des étudiants étrangers, le ministère de l’Intérieur impose sa logique de contrôle strict de leur entrée et de leur séjour, à partir de 1977 (« circulaire Bonnet »). Aussi, avant même l’entrée en vigueur de la convention de 1974 sur la circulation des personnes, un avenant est signé à Brazzaville le 17 juin 1978, qui oblige les ressortissants de chaque État qui se rendent sur le territoire de l’autre État à posséder, outre les documents mentionnés dans la convention de 1974, un visa d’entrée dans le territoire de cet État lorsque le séjour envisagé est supérieur à trois mois, puis à obtenir un titre de séjour. En outre, des dispositions sont prévues spécifiquement pour certaines catégories de personnes : en particulier, les étudiants et stagiaires venant en France suivre une formation sans avoir « été désignés par leur gouvernement » (i.e. n’étant pas boursiers ni stagiaires de leur gouvernement) doivent posséder, outre les documents déjà mentionnés, une attestation délivrée par l’établissement d’enseignement où ils vont étudier.

24Cette convention de 1974 et son avenant de 1978 n’entrent en vigueur que le 1er novembre 1981 ; les conditions d’entrée et de séjour définies dans la convention d’établissement de 1960 demeurent donc en vigueur jusqu’à cette date. Par contre, à partir de 1981, les Congolais doivent être munis d’un passeport et d’un visa pour entrer en France et doivent obtenir un titre de séjour pour séjourner en France légalement plus de 3 mois. Les étudiants boursiers et les stagiaires obtiennent cependant encore aisément le visa d’entrée en France, car l’octroi d’une bourse d’études ou indemnité de stage dispense de fournir une garantie de rapatriement et une garantie de revenus pour l’obtention de ce visa. Ce ne sera plus le cas après 1986, avec l’abandon de la politique d’octroi massif de bourses d’études par le gouvernement congolais : les étudiants n’étant plus, pour la plupart, boursiers du gouvernement congolais, ils auront beaucoup plus de difficultés à obtenir le visa.

25Cette convention de 1974 sur la circulation des personnes et son avenant de 1978 sont par la suite abrogés et remplacés par une convention entre la France et le Congo relative à la circulation et au séjour des personnes, signée le 31 juillet 1993 et entrée en vigueur le 1er octobre 1996 (Décret n° 96-996 du 13 novembre 1996). Elle entérine le basculement intervenu dans les relations franco-congolaises. Elle impose aux congolais voulant se rendre en France un visa de court séjour – pour un séjour de trois mois au maximum – ou de long séjour pour un séjour de plus de trois mois. Elle les oblige également à posséder des justificatifs concernant non plus seulement leur retour au Congo, mais également leurs « moyens d’existence », ainsi que des documents justifiant l’objet de leur séjour ou, pour ceux qui viennent exercer une activité professionnelle, un contrat de travail ou une autorisation d’exercer une activité professionnelle visés par les autorités françaises. Quant aux étudiants et stagiaires congolais venant suivre une formation en France pour un séjour de plus de trois mois, ils doivent posséder un visa de long séjour et justifier d’une attestation d’inscription, de préinscription ou d’accueil dans un établissement d’enseignement, ainsi que de « moyens d’existence suffisants ». De plus, ils doivent ensuite obtenir un titre de séjour temporaire portant la mention « étudiant », valable un an, qu’ils doivent renouveler chaque année en faisant la preuve à chaque renouvellement de leur poursuite effective des études ou du stage et de leur possession de « moyens d’existence suffisants ».

26À l’aboutissement de cette évolution de la politique migratoire française, les étudiants congolais résidant au Congo et voulant se rendre en France pour étudier se trouvent inscrits, au regard de l’administration française, dans la catégorie des étudiants présentant un très fort « risque migratoire » (le « risque » que leur migration ne se transforme en installation durable en France), au même titre que l’ensemble des congolais demandeurs de visas pour entrer en France. Cette notion de « risque migratoire » condense, dans le domaine de la politique d’immigration, l’évolution des relations entre la France et ses ex-colonies d’Afrique : alors que les ressortissants de ces territoires se virent octroyer lors des indépendances un régime d’exception très favorable par rapport aux autres États, ils font dorénavant l’objet d’une surveillance et de restrictions plus strictes que les ressortissants des autres États.

L’effondrement de la situation économique et politique du Congo (1986-1997)

27Conjointement au durcissement de la politique d’immigration française, le Congo-Brazzaville connait dans les années 1980 et 1990 une période de crise économique et politique qui bouleverse les conditions des migrations pour études en France ainsi que la situation des diplômés de France, et notamment des universitaires, au Congo.

  • 6 Un décret de 1986 conditionne l’octroi de bourses d’études aux étudiants à la réussite à un concour (...)

28Les années 1980 sont marquées, au Congo comme dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, par une dégradation de la situation économique entraînant l’adoption d’un plan d’ajustement structurel imposé par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale en 1986. Ce plan inclut notamment des mesures d’arrêt de l’octroi systématique des bourses d’études aux étudiants, au Congo comme en France ou tout autre pays6, ce qui conduit ceux qui veulent se rendre en France à ne plus pouvoir compter que sur leurs ressources personnelles et familiales, et les expose (en tant que non-boursiers) aux conditions durcies d’obtention du visa pour entrer en France. Le plan d’ajustement structurel entraîne également l’arrêt des recrutements dans la fonction publique, principal secteur d’emploi au Congo, alors même que la crise économique restreint encore plus le marché du travail dans le secteur privé. 1986, date du premier plan d’ajustement structurel au Congo (d’autres suivront dans les années 1980 et 1990), marque le début de l’installation massive en France de ceux qui sont en train de réaliser leur séjour d’études comme de ceux qui viennent par la suite.

29Au plan politique également la situation se dégrade. En 1991 se tient au Congo une Conférence nationale souveraine qui donne l’espoir aux diplômés de France installés au Congo comme aux migrants pour études en France de la mise en place d’un nouvel ordre politique où ils seraient plus reconnus. C’est le contraire qui se produit dans les années suivantes. Cette Conférence nationale ouvre une période d’alternance, mais également d’incertitude et de tensions dans le champ politique qui débouche entre 1993 et 2002 sur une décennie de guerres civiles qui causent des dizaines de milliers de morts, de personnes déplacées, et d’énormes dégâts matériels aggravant encore la crise de l’économie nationale, en particulier en 1997, année de la troisième et la plus violente guerre civile que connaît le pays (Yengo, 2006).

Des diplômés de France déclassés au Congo, une coopération interuniversitaire rompue

30Ces évolutions enclenchent au Congo un processus de disqualification sociale de la migration pour études en France. Sa réalisation est fortement entravée. L’accès aux postes de l’université (et plus largement aux emplois salariés) est fermé aux diplômés de France comme aux autres. Et quand bien même certains diplômés de France parviennent à accéder à un poste de cadre (essentiellement des stagiaires, déjà en emploi avant de partir), tous (ceux installés depuis longtemps comme ceux installés récemment) sont soumis, du fait de la crise économique et des guerres civiles, à un effondrement des infrastructures, de l’appareil d’État, qui dégrade leurs conditions de vie.

31À partir de 1986, progressivement, le statut social associé à l’occupation d’un poste à l’université est dévalué du fait de la dégradation des conditions économiques et sociales au Congo. Ce bouleversement des conditions de vie au Congo, et le durcissement de la politique d’immigration française, remettent en cause les effets de l’obtention d’un diplôme de l’enseignement supérieur français tels qu’ils pouvaient s’observer (et être attendus, car objectivement probables) dans l’état antérieur des conditions de la migration pour études en France. Ils produisent une « trajectoire interrompue » d’amélioration ou de maintien de la position dans l’espace social dans laquelle la trajectoire attendue apparaît comme une « impossible potentialité objective, sorte d’espérance ou de promesse trahie » (Bourdieu, 1978 : p. 14).

32De plus, les guerres civiles provoquent chez certains un sentiment de rupture dans le rapport qu’ils entretiennent à la France, du fait de l’implication des autorités françaises dans ces conflits (Yengo, op. cit.).

33La dégradation de la situation économique et politique du Congo remet également en cause directement les accords de coopération interuniversitaires entre l’université Marien Ngouabi et les universités françaises.

34Par exemple, les accords de coopération interuniversitaires des départements d’histoire et de géographie de la faculté des lettres de l’université de Brazzaville avec des universités françaises sont abandonnés en 1998. Ces accords ont permis des échanges d’enseignants-chercheurs entre universités françaises et l’université Marien Ngouabi de Brazzaville, et la formation en France d’étudiants de l’université Marien Ngouabi au niveau du troisième cycle de l’enseignement supérieur (diplômes d’études approfondies et thèses de troisième cycle). L’envoi en France d’étudiants congolais dans ce cadre est interrompu lors du déclenchement de la guerre civile de 1993, et la coopération interuniversitaire est totalement arrêtée au moment de la troisième guerre civile, en 1998.

  • 7 Entretien avec le responsable du département de psychologie de la faculté des lettres de l’universi (...)
  • 8 Entretien avec le responsable du département de sociologie de la faculté des lettres de l’universit (...)

35De même, les accords de coopération existants entre le département de psychologie de la même faculté et des universités françaises (dans le cadre desquels des coopérants français venaient enseigner dans ce département de l’université de Brazzaville) sont abandonnés en 19937. Il en va de même concernant le département de sociologie : depuis la guerre de 1993-1994, ce département n’a plus d’accords de coopération avec des universités françaises8.

  • 9 Des explications différentes nous ont été fournies concernant deux départements : pour le départeme (...)
  • 10 Par exemple, un accord de coopération scientifique est signé en 2001 entre le département d’histoir (...)

36Par conséquent, à partir de 1993, les guerres civiles conduisent à la suspension de la mise en œuvre des accords de coopération interuniversitaire existants et de la mise en place de nouveaux accords9. Cette suspension est maintenue encore en 2004-2005, lors des entretiens réalisés avec les enseignants-chercheurs de l’université Marien Ngouabi, malgré l’engagement de démarches pour réactiver ce type de coopération10.

37Depuis 1993, les étudiants congolais qui partent, ne bénéficient plus de la possibilité de se rendre en France. Seuls les étudiants de la faculté des sciences de la santé de l’université Marien Ngouabi bénéficient encore en 2004-2005, après les guerres civiles, de l’application d’accords interuniversitaires avec des facultés françaises qui permettent aux étudiants en médecine et aux médecins congolais de pouvoir bénéficier de formations et de stages en France, ainsi que de financements de ces séjours de formation.

38Les évolutions qui viennent d’être décrites donnent à voir, concrètement, certaines modalités et certains effets de la « déliaison » des relations franco-congolaises et plus largement franco-africaines, la dissolution de leur caractère organique liée à l’effondrement des dispositifs et institutions sur lesquels elles se fondaient (Dozon, op. cit.). Un dispositif migratoire ouvert (circulation libre entre États, soutien financier au séjour étudiant) a disparu, qui participait de la construction des relations franco-congolaises, par son rôle dans la coopération interuniversitaire franco-congolaise.

39Les migrations pour études s’inscrivent dans l’évolution générale de la politique d’accueil des étudiants étrangers en France depuis les années 1960 : le passage d’une politique d’ouverture et d’influence de la France dans le monde à une politique de fermeture et de marché (« concurrence » avec les autres pays dans le cadre d’un « marché international de la formation »), recentrée sur l’espace européen. Ces migrations, durement entravées, ne jouent plus un rôle central dans le développement de la coopération interuniversitaire franco-congolaise, car elles aboutissent surtout à développer l’exil des étudiants et stagiaires, qui n’ont plus de perspective de carrière au Congo. Et cette coopération s’est également effondrée, du fait principalement de la crise politique et économique qu’a connue le Congo depuis les années 1980, alors même qu’elle était rendue plus utile aux étudiants et stagiaires voulant se rendre en France pour y étudier, face au durcissement de la politique migratoire française.

Haut de page

Bibliographie

Bazenguissa-Ganga Rémy, Les voies du politique au Congo. Essai de sociologie historique, Karthala, Paris, 1997.

Bernault-Boswell Florence, Démocraties ambiguës. La construction d’une société politique au Gabon et au Congo Brazzaville. 1945-1964, Thèse de doctorat d’histoire sous la dir. de Catherine Coquery-Vidrovitch et de Marc Michel, Université Paris 7 – Denis Diderot, Paris, 1994.

Blum Le Coat Jean-Yves, Une migration entre consécration et disqualification sociales. Relations franco-congolaises (Congo-Brazzaville) et trajectoires des migrants pour études en France (1960-2005), Thèse de doctorat de sociologie sous la dir. de Catherine Quiminal, Université Paris 7 – Denis Diderot, Paris, 2011.

Borgogno Victor, Streiff-Fénart Jocelyne, Vollenweider-Andresen Lise, Simon Valérie, Les étudiants étrangers en France. Trajectoires et devenir. Tome I, Rapport de recherche Direction de la population et des migrations – SOLIIS, Université de Nice-Sophia Antipolis, Nice, 1995.

Bourdieu Pierre, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, n° 1, 1978, p. 2-22.

« Décret n° 60-1230 du 23 novembre 1960 portant publication des accords particuliers conclus les 11, 13 et 15 août 1960 entre le Gouvernement de la République française, d’une part, et les Gouvernements respectifs de la République centrafricaine, de la République du Congo et de la République du Tchad, d’autre part », Journal officiel de la République française, 24 novembre 1960, p. 10459-10480.

« Décret n° 82-140 du 3 février 1982 portant publication des accords de coopération entre la République française et la République populaire du Congo, signés à Brazzaville le 1er janvier 1974 et le 17 juin 1978 », Journal officiel de la République française, 10 février 1982, p. 514-537.

« Décret n° 96-996 du 13 novembre 1996 portant publication de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République du Congo relative à la circulation et au séjour des personnes, signée à Brazzaville le 31 juillet 1993 », Journal officiel de la République française, 20 novembre 1996, p. 16911-16912.

Direction des Ressources Humaines – Coordination générale des services de planification – République populaire du Congo, Annuaire statistique des boursiers congolais. Année universitaire 1969-1970, s.d.n.l.

Dozon Jean-Pierre, Frères et sujets. La France et l’Afrique en perspective, Flammarion, Paris, 2003.

Eliou Marie, La formation de la conscience nationale en République populaire du Congo, Editions Anthropos, Paris, 1977.

Hoffherr René, « Le problème de l’encadrement dans les jeunes États de langue française en Afrique centrale et à Madagascar », Tiers-Monde, vol. 3, n° 12, 1962, p. 529-563.

Meimon Julien, « L’invention de l’aide française au développement. Discours, instruments et pratiques d’une dynamique hégémonique », Questions de Recherche / Research in Question, n° 21, 2007, 44 p.

Rist Gilbert, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, Paris, 2001.

Service central des statistiques et de la conjoncture – ministère de l’Éducation nationale, Informations statistiques, n° 108, 1968, p. 787-892.

Yengo Patrice, La guerre civile du Congo-Brazzaville. 1993-2002. « Chacun aura sa part », Karthala, Paris, 2006.

Haut de page

Notes

1 Des entretiens ont également été réalisés avec des agents des services de l’ambassade et des services consulaires français, belges et italiens, au Congo, le directeur en exercice et un ancien directeur de la Direction de l’orientation et des bourses (organisme qui fut longtemps l’opérateur central de l’orientation des élèves et étudiants congolais dans les différentes filières scolaires et universitaires et dans les différents pays d’études), un directeur en exercice et un ancien directeur de cabinet du ministre de la Fonction publique, et des représentants d’une association de jeunes diplômés des écoles d’administration congolaises sans emploi.

2 Ces statistiques concernent des étudiants qui commencent ou poursuivent leur scolarité dans l’enseignement supérieur en France, mais également des stagiaires, c’est-à-dire des personnes en activité professionnelle qui, dans le cadre de leur emploi, poursuivent une formation destinée à leur apporter une spécialisation, une reconversion professionnelle (dans le cas de la migration congolaise, des fonctionnaires ou agents des entreprises d’État, pour l’essentiel).

3 À partir de cette date, sous l’effet des besoins financiers du Congo affecté par la crise économique et de la montée en puissance de « modérés » au sein du parti unique, s’opère un rapprochement franco-congolais qui réactive la coopération franco-congolaise : la France constitue le principal pourvoyeur d’aide financière du Congo – elle apporte alors 50 % de l’aide reçue par le Congo contre 1,5 % pour l’URSS –, et l’influence française s’accroît dans le domaine pétrolier en particulier – l’entreprise française Elf Aquitaine prend une place prépondérante dans l’économie et dans le budget de l’État congolais (Bazenguissa, 1997).

4 Selon les données fournies par l’« Annuaire statistique des boursiers congolais » pour l’année universitaire 1969-1970 (Direction des ressources humaines – Coordination générale des services de planification – république populaire du Congo, s.d.), entre 1966 et 1968, les bourses d’études des étudiants et stagiaires congolais en formation au Congo ou à l’étranger sont octroyées dans leur très grande majorité par le gouvernement congolais (entre 60 % et 62,6 % sur cette période).

5 Cette spécificité est due, selon son responsable, à l’histoire de la constitution de ce département : le département de philosophie a été créé en 1975, bien après l’entrée en vigueur des accords de coopération avec les pays socialistes d’Europe de l’Est et alors que le régime congolais avait depuis plusieurs années renforcé l’affirmation de son attachement à l’idéologie marxiste-léniniste, ce qui entraîna la prédominance du marxisme comme philosophie enseignée à l’université. La plupart des étudiants en philosophie qui partirent à l’étranger poursuivre leur formation furent orientés vers l’URSS et les pays satellites, dans des cursus où ils approfondissaient essentiellement leur connaissance du marxisme.

6 Un décret de 1986 conditionne l’octroi de bourses d’études aux étudiants à la réussite à un concours. Par la suite, l’octroi d’une bourse d’études est soumis à l’admission dans un institut ou une école où l’accès est soumis à concours ou bien à la réussite aux examens de fin de la première année d’études et au passage en deuxième année du premier cycle pour les étudiants inscrits en faculté. De plus, à partir de 1986, le versement des bourses d’études devient très chaotique, du fait de la crise budgétaire que traverse l’État congolais. Quant aux stages des fonctionnaires et agents contractuels de l’État financés par l’État congolais, ils sont suspendus en 1985.

7 Entretien avec le responsable du département de psychologie de la faculté des lettres de l’université Marien Ngouabi, le 4 janvier 2005. Ce responsable souligne, dans cet entretien, la volonté des membres de ce département de relancer des accords de coopération avec de nouveaux partenaires universitaires français : il est systématiquement demandé aux étudiants qui s’inscrivent en troisième cycle en France, de faire des démarches pour solliciter des accords de coopération avec l’université où ils s’inscrivent, afin de faire venir à nouveau des enseignants dans ce département pour encadrer les étudiants.

8 Entretien avec le responsable du département de sociologie de la faculté des lettres de l’université Marien Ngouabi, janvier 2005.

9 Des explications différentes nous ont été fournies concernant deux départements : pour le département de langue et littérature françaises, la mise en application de ces accords a été progressivement arrêtée faute d’un dynamisme des membres du département, selon son responsable ; et concernant la faculté de droit, les accords de coopération qui existaient avec des universités françaises ne sont plus en vigueur depuis 1992 car, selon le doyen de cette faculté, celle-ci dispose depuis cette date des personnels suffisants.

10 Par exemple, un accord de coopération scientifique est signé en 2001 entre le département d’histoire de la faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Marien Ngouabi et l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, prévoyant entre autres la définition de projets de recherche et l’échange de chercheurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Évolution des effectifs d’étudiants de nationalité congolaise (Congo-Brazzaville) dans les universités françaises (France métropolitaine et départements d’outre-mer) entre 1964 et 1984
Crédits Sources : pour 1964-1965, service de documentation de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’Éducation nationale ; pour 1966-1967, Service central des statistiques et de la conjoncture, 1968 ; pour 1972-1973 à 1984-1985, Borgogno et alii. Pour 1971-1972, les données sont peu fiables car manquent les effectifs de certaines universités (Borgogno et alii). Pour 1972-1973, les données ne sont pas disponibles dans Borgogno et alii – et nous n’avons pu les obtenir à la DEPP. 
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3772/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Blum Le Coat, « Diplômés de France au Congo-Brazzaville et relations universitaires franco-congolaises (1960-2005) : une étude de cas de la construction et de la rupture du lien singulier franco-africain  »Histoire de la recherche contemporaine, Tome VIII-n°2 | 2019, 147-159.

Référence électronique

Jean-Yves Blum Le Coat, « Diplômés de France au Congo-Brazzaville et relations universitaires franco-congolaises (1960-2005) : une étude de cas de la construction et de la rupture du lien singulier franco-africain  »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VIII-n°2 | 2019, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.3772

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Blum Le Coat

docteur en sociologie associé à l’URMIS (Unité de recherche « Migrations et société » - CNRS UMR 8245 - IRD UMR 205 – Universités Paris Diderot - Nice Sophia Antipolis, jeanyvesblum@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals