Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1DOSSIER : Les mutations récentes ...Introduction

DOSSIER : Les mutations récentes de la géographie en France

Introduction

Tournez manège !
Introduction : Turn Carousel !
Henri Desbois et Philippe Gervais-Lambony
p. 4-7

Texte intégral

1Le monde de la recherche est friand de changements. Nouveaux concepts, nouveaux paradigmes, nouvelles découvertes, ne sont-ils pas à la fois des moteurs et des buts ? L’épistémologie cherche à identifier les moments qualifiés souvent de « tournants » qui font véritablement sens, et à les expliquer (circulation des idées, transformation du monde, échanges entre disciplines, institutions…). La géographie, en tant que discipline a connu nombre de ces virages ou tournants, en France celui des années 1970 a été particulièrement étudié. Les textes que nous avons réunis ici n’y reviennent pas, ils visent à présenter un aperçu des mutations plus récentes de la géographie francophone (retenons ce terme même si nombre d’auteurs de langue française écrivent aujourd’hui dans des revues en langue anglaise). Ce choix nous permet de traiter plus pleinement notre sujet dans le cadre du présent numéro, mais il repose aussi sur l’affirmation que, pour des raisons qui sont liées à la langue, aux structures institutionnelles, au lien particulier avec l’enseignement, il existe bien une géographie française voire francophone, distincte dans ses thèmes, ses approches et souvent ses méthodes de la géographie anglophone (elle-même si diverse qu’il n’est pas possible de la considérer comme un tout homogène), même si elle est fortement influencée par elle (et c’est tant mieux !).

2C’est de cette géographie-là dont il sera question ici. Les mutations que nous évoquons se sont produites, pour l’essentiel, après l’an 2000, et même, en bonne part, lors de la décennie 2010. Il est bien difficile d’avoir, sur une période si récente, un recul suffisant pour distinguer ce qui relève véritablement d’une évolution de fond de ce qui ne correspond qu’à une mode passagère. Nous avons choisi de privilégier les évolutions qui représentent une rupture par rapport aux héritages de la géographie des périodes précédentes. De là la place particulière accordée à la géographie critique sous différentes formes, car son émergence, même si elle a été précédée, comme l’explique Guy Di Méo dans l’entretien qui conclut ce numéro, de signes avant-coureurs, constitue sans doute la prise de distance la plus radicale par rapport aux conceptions traditionnelles des sciences humaines.

3Les vingt dernières années sont-elles celles d’un nouveau tournant scientifique en géographie dans le monde de la recherche francophone ? Dans la métaphore du tournant et du manège que nous utilisons ici les pessimistes verront l’image d’une évolution circulaire qui ramène toujours au point de départ, les optimistes verront au contraire la richesse d’une discipline dynamique en constante évolution.

4Toutes les personnes qui ont participé à ce numéro ont été directement sollicitées par les coordinateurs, qui n’ont pas fait circuler d’appel à articles dans la communauté géographique. Sans doute la vision de la géographie qu’on trouvera ici reflète-t-elle nos propres réseaux professionnels et personnels. Cette méthode nous a cependant paru mieux à même de construire un ensemble cohérent, quitte à assumer une part de subjectivité. Nous ne prétendons donc pas présenter ici l’ensemble des évolutions majeures de la géographie française contemporaine, mais nous pensons avoir mis en lumière quelques-unes des mutations les plus significatives.

5Ces mutations sont liées d’une part aux changements du monde lui-même, aux transformations des objets qu’étudie la géographie, mais aussi aux évolutions des sciences de la nature et de la société auxquelles elle emprunte souvent des concepts et des méthodes.

6C’est pourquoi il nous a semblé pertinent d’ouvrir ce dossier par une réflexion sur la géographie physique, tiraillée entre les sciences de la terre et du vivant et les études sur l’environnement qui font une place plus large aux considérations relatives aux faits sociaux et culturels comme le montrent Véronique Fourault-Cauët, Edouard de Bélizal et David Blanchon. La géographie est ici perméable à la fois à des restructurations disciplinaires et institutionnelles extérieures aux sciences sociales, et à un nouveau contexte global dans lequel les préoccupations au sujet des évolutions de la biosphère et de leurs effets sur les sociétés humaines sont de plus en plus importantes.

7La généralisation de l’emploi des techniques numériques correspond elle aussi à des logiques multiples analysées par Thierry Joliveau. Si tous les métiers, bien au-delà de la recherche, ont été bouleversés par l’informatique, le cas de la géographie est un peu particulier. Pour diverses raisons, l’emploi de techniques de traitement automatique de l’information y a été particulièrement précoce, même s’il ne s’est généralisé que relativement récemment. Aujourd’hui, le numérique ne correspond pas seulement à des données et à des outils, mais il est également désormais un mode de production de l’espace, dans la mesure où nos territoires sont de plus en plus structurés par les infrastructures informationnelles qui les parcourent et qui deviennent, de ce fait, un nouvel objet d’étude pour la géographie.

8La mise en ordre du monde par le numérique et la forme particulière d’épistémologie qu’elle implique ne sont pas étrangères à l’essor des géographies radicales et critiques décrit par Cécile Gintrac. L’approche critique correspond en effet presque toujours à un positionnement plus ou moins explicite de résistance face au modèle épistémologique positiviste dominant qui sous-tend la technoscience numérique. Cela peut être aussi parfois la quête d’une légitimation d’un autre ordre que celle que peut conférer l’adhésion à des critères de scientificité mal adaptés à toute une partie des sciences humaines et sociales. La posture critique, en déplaçant la finalité de la recherche dans le champ du politique est aussi une manière d’échapper à une forme d’impasse épistémologique dans laquelle la domination économique, culturelle et sociale des sciences exactes semble souvent enfermer les sciences sociales. L’approche critique se caractérise en effet par la revendication d’un renoncement à la neutralité, assimilée à un acquiescement à la perpétuation des injustices. Cela constitue une rupture avec la posture épistémologique traditionnelle. Dans le même temps, c’est une déconstruction du contenu politique implicite des pratiques et des discours qui se revendiquent comme neutres. La part de subjectivité, voire de militantisme, assumée par la démarche critique agit comme un révélateur de la charge idéologique inavouée d’une grande part des sciences sociales classiques. La cohérence logique de la démarche peut contribuer à expliquer comment la posture critique a pu, assez paradoxalement, acquérir une assise institutionnelle assez solide, dans le monde anglophone d’abord, et à présent en France, alors que le contexte organisationnel académique est plutôt structuré par les postulats positivistes valorisant l’objectivité.

9L’espace, dans la perspective critique, est le cadre dans lequel s’expriment des rapports de pouvoir et de domination dont la mise au jour à des fins progressistes devient l’enjeu réel de la discipline. Mais l’espace est aussi vu en retour, comme créant des formes d’oppression. Ceci est illustré de façon particulièrement nette dans le cas des études de genre et de la géographie féministe comme le montre ici le texte de Claire Hancock. La géographie féministe contribue beaucoup à ouvrir la discipline à de nouveaux objets, comme le corps, et à des espaces et des échelles (espaces intérieurs, échelle micro-locale) qui n’étaient pas traditionnellement les siens. Avec l’engagement, les frontières entre la biographie personnelle, l’activité académique, et l’action politique tendent à s’estomper.

10Un mouvement similaire a contribué à l’essor des études postcoloniales. Catherine Fournet-Guérin nous montre qu’il s’agit moins d’explorer de nouveaux objets ou de nouveaux espaces que de reconsidérer, dans une perspective différente, des types de terrains dont certains ont déjà fait l’objet d’une longue tradition d’études géographiques. La dénonciation de la domination exercée par le Nord global sur les pays du Sud (lui-même devenu, sous l’influence des auteurs anglophones, le Global South), est une des marques de la géographie postcoloniale, et une tendance à la fois plus ancienne et plus générale que la mise en lumière des enjeux de pouvoir liés à la question du genre. Il est vrai que la géographie doit se défendre du soupçon d’avoir été jadis au service des entreprises coloniales.

11Les différentes causes qu’embrasse la géographie critique ne sont du reste pas exclusives les unes des autres, elles s’entrecroisent en s’enrichissant mutuellement, en se fondant sur des positions épistémologiques et des sensibilités politiques similaires. La notion d’intersectionnalité, désormais familière aux sciences sociales, émerge également dans le discours de ces nouvelles géographies engagées.

12Toutes ces évolutions de la géographie sont liées à des mouvements qui traversent le monde académique et la société, notamment dans le domaine anglophone. Si elles adviennent maintenant et sous cette forme dans notre discipline, c’est à la fois un effet de nos structures institutionnelles particulières, et des modes contemporains de circulation des idées, ceci est finement analysé dans ce numéro par Isabelle Lefort. La géographie en France acclimate en quelque sorte les apports de champs d’études qui, ailleurs, ne sont pas nécessairement reconnus comme appartenant à la même discipline. Les accommodements entre la sincérité de l’engagement et les contraintes plus ou moins fortes du cadre institutionnel influencent aussi ces mutations.

13L’orientation même de ce dossier nous a conduits à souligner davantage les ruptures que les permanences, au risque de trop négliger les riches continuités dans nombre de domaines et chez nombre de chercheurs, au risque aussi de ne pas être en mesure de suffisamment mettre en relief les débats, parfois très vifs, qui animent notre discipline. Et c’est un fait que, comme toutes les sciences sociales et humaines, la géographie, est parcourue de désaccords. C’est pourquoi nous avons souhaité le conclure par un entretien avec Guy Di Méo qui remet un peu les choses en perspective dans un temps plus long. Les changements que nous avons évoqués sont surtout portés par une génération de jeunes chercheuses et chercheurs. Cependant, l’ouverture vers les sciences sociales, vers l’étude des phénomènes culturels, tout comme la prise en compte des dimensions politiques de la géographie, trouvent aussi leurs racines dans des travaux plus anciens. Toute une part de la géographie s’est rapprochée des sciences sociales, dans un mouvement symétrique de l’intérêt que celles-ci ont témoigné pour la dimension spatiale des phénomènes depuis les années 1970. C’est dans ce tournant là que c’est largement résolu la question de la position de la géographie qui est progressivement sortie de ses tiraillements entre sciences de la nature, sciences humaines et sciences sociales.

14Tous ces changements posent un certain nombre de questions qui engagent l’avenir de notre discipline, et, peut-être, au-delà, celui des sciences sociales et humaines en général. Nous en retiendrons essentiellement deux.

15 Dans cette géographie soucieuse de social, de culturel, de politique, quel est le statut spécifique de l’espace, du lieu, du territoire, quel que soit le nom que l’on donne à ce qui naguère était considéré comme l’objet d’étude propre de la discipline ? Ce premier point est sans doute de peu de conséquences hors du petit monde des géographes. Il n’en est pas moins essentiel au statut même de « discipline » de la géographie. L’ambiguïté de ce mot, discipline, n’est pas anodine : de son étymologie on retiendra l’idée de transmission, de continuité, de formation (une discipline est constituée de disciples…) ; de son évolution on retiendra au contraire l’idée de mise en ordre, de normes, de bonne conduite (une discipline est alors comme protégé par des censeurs, des institutions, à même de dire qui est dans les cadres et qui en sort). Le statut reconnu à l’espace par la géographie peut être ce qui fédère une discipline qui peut paraître encore aujourd’hui, quoi que moins qu’hier, fragmentée, mais cela suppose que ne soit retenu que le premier sens du mot discipline, que ses frontières restent largement ouvertes sur les autres sciences et que ses modes d’expressions soient libérés.

16 Dans les approches critiques qui procèdent à une réévaluation nécessaire des points de vues alternatifs, quelle peut être la place de l’universel qui semble encore un horizon désirable de la construction d’une communauté humaine ? Comment s’ouvrir à l’altérité sans renoncer à l’universel ? Citant Ulysse, de Joyce, Guy Di Méo suggère que l’écriture littéraire et la fiction peuvent inspirer la géographie. C’est justement la question de l’écriture qui fait défaut dans notre panorama. Il n’est pas certain que les nouvelles orientations de notre discipline aient tout à fait trouvé les nouvelles formes à travers lesquelles s’exprimer. Les normes explicites et implicites, les conditions mêmes de la publication scientifique ne sont sans doute pas favorables à l’expérimentation dans ce domaine, de ce point de vue les revues scientifiques peuvent jouer un rôle majeur (être un frein en s’instituant comme « gardiennes du temple » disciplinaire, être un moteur en étant ouverte à l’originalité). C’est peut-être là que se joueront les prochaines grandes mutations de la géographie, et des sciences humaines et sociales en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Desbois et Philippe Gervais-Lambony, « Introduction  »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 4-7.

Référence électronique

Henri Desbois et Philippe Gervais-Lambony, « Introduction  »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.3932

Haut de page

Auteurs

Henri Desbois

Maitre de conférence, Centre de recherches pluridisciplinaires, multilingues. CRPM, université de Paris-Nanterre.

henri.desbois@parisnanterre.fr

Philippe Gervais-Lambony

Professeur, département de géographie Université Paris-Nanterre

Philippe.gervais-lambony@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search