Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1DOSSIER : Les mutations récentes ...Étudier la nature en géographes :...

DOSSIER : Les mutations récentes de la géographie en France

Étudier la nature en géographes : de la diversité des approches contemporaines françaises.

Studying nature as geographers : the diversity of contemporary French approaches
Véronique Fourault-Cauët, Édouard de Bélizal et David Blanchon
p. 8-20

Résumés

Cet article synthétique présente une réflexion sur les approches géographiques de la nature en France, en s’intéressant tant à l’évolution des enseignements universitaires qu’à celle de la recherche. Il conteste l’idée parfois répandue d’une filiation entre géographie de l’environnement et géographie physique, ces deux approches abordant la nature suivant des paradigmes différents ; si certains questionnements actuels sont partagés, étudier la nature en géographie physique et en géographie de l’environnement n’est pas équivalent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le programme de l’agrégation externe de géographie depuis la session 2018 invite à traiter la Nature comme un « objet géographique ». Seize ans après la refonte totale de ce concours emblématique qui a notamment vu la disparition de la dissertation de géographie physique, la place de la Nature dans le champ disciplinaire de la géographie académique est remise en exergue. La lettre de cadrage du concours justifie ce choix par la permanence de ce terme de « nature » qu’il faut apprendre à déconstruire et à reconstruire. Il n’est donc pas question d’en revenir à l’approche descriptive des milieux naturels terrestres, mais au contraire d’envisager une étude plus systémique, replaçant l’objet « nature » au cœur des territoires.

2Si la notion de nature a semblé suffisamment suspecte durant un temps pour que nombre de géographes ne l’emploient qu’avec de prudents guillemets – les milieux « naturels » du globe de Jean Demangeot, manuel best-seller des années 1980 et 1990 – l’étude de la « nature » dans la géographie française n’a pas disparu. Mieux, elle s’est réinventée autour de deux principaux axes de réflexion, de recherche et d’enseignement qui coexistent aujourd’hui et dont les contours méritent d’être retracés. La géographie physique, tout d’abord, a su renouveler ses objets de recherche pour répondre à un certain nombre des critiques formulées dans les décennies précédentes. L’autre axe est celui de l’environnement, de plus en plus présent dans le champ disciplinaire de la géographie française, et ce tant du point de vue de la recherche que de l’enseignement.

3L’association entre la géographie physique et l’environnement autour de la question de la nature ne doit pas être pensée en termes de succession. Si les problématiques de la géographie environnementale, qui envisagent schématiquement les rapports multidimensionnels entre les sociétés et les milieux, les rapprochent des thématiques naturalistes longtemps pratiquées par la géographie physique, elles n’en sont cependant ni les héritières, ni le prolongement. La géographie française a su développer sa propre géographie de l’environnement, nourrie par l’émergence de nouvelles notions qui ont amené un corpus théorique et des résultats de recherche variés. Inversement, l’attention renouvelée portée par des géographes physiciens sur les sociétés ne saurait remettre en question l’objet premier de leurs recherches, à savoir les réalités biophysiques saisies dans une approche spatialisée.

4À l’étude des réalités portée par une géographie physique de plus en plus soucieuse d’intégrer les sociétés dans ses approches répond une géographie de l’environnement dont l’objet premier examine comment les sociétés se saisissent – intellectuellement comme matériellement – des réalités biophysiques qui les entourent. Bien que ces approches soient en partie confrontées à des interrogations communes, parmi lesquelles l’effritement d’une partition nature/culture structurante de longue date, la porosité relative de leurs méthodes, et plus encore de leurs références théoriques, elles n’en demeurent pas moins bien différentes dans leurs paradigmes fondateurs.

5Comment dès lors envisager cette coexistence de savoirs théoriques, de pratiques et de méthodes de recherches au sujet des questions naturalistes en géographie ? L’une prend-elle le pas sur l’autre ? On pourrait être tenté de le croire, dans la mesure où la géographie physique peut apparaître tiraillée entre une coloration environnementale forte avec des réflexions sur des problématiques sociétales (géographie des risques par exemple) et, de l’autre côté, une évolution à la marge, l’éloignant finalement de la géographie pour affirmer une plus nette affiliation avec les géosciences. Le présent travail cherche à aborder cette évolution croisée entre environnement et géographie physique dans l’enseignement et la recherche universitaires en France. Le choix d’une réflexion à cette échelle peut surprendre ; pour autant, la place très particulière de la « nature » et de son étude dans l’histoire de la géographie française nous semble constituer un héritage explicatif des différentes approches qui traitent de la question au sein d’une discipline qui s’est, par ailleurs, considérablement ouverte aux travaux anglophones ces dernières décennies, tant sur son versant « physique » que dans ses proximités nouvelles avec l’anthropologie et les géographies humaines anglo-saxonnes. De même, l’attention portée à l’enseignement nous semble centrale, dans la mesure où les formations contribuent largement à façonner la culture géographique et les axes de recherche des futurs géographes.

6Cet article, qui ne se veut pas exhaustif, s’appuie pour partie sur l’étude des maquettes de formation des universités sur la base du site officiel « trouvermonmaster.fr », et sur la recension des sites web des laboratoires de recherche comprenant des travaux géographie physique. S’y ajoute une analyse, évidemment partielle, des travaux récents de géographie traitant plus ou moins directement de la « nature », entendue comme l’ensemble des réalités biophysiques du globe, et ce, quelle que soit l’approche privilégiée par les auteurs.

Panorama de l’environnement et de la géographie physique dans l’enseignement universitaire : une reconnaissance des problématiques environnementales sans disparition de la géographie physique

7L’environnement a-t-il absorbé la géographie physique ? Est-il le lien qui permet de surmonter le « mur de Berlin disciplinaire » (Jaurand, 2014) qui a longtemps divisé la géographie ? Rien n’est moins sûr quand on examine l’offre de formation existante. L’approche géographique de l’environnement qui s’est développée depuis les années 1980 en France est celle d’un système permettant d’appréhender de manière simultanée et dynamique l’intégralité des interactions entre les éléments abiotiques et biotiques d’un espace donné. La nécessité de varier les échelles donne sa pertinence à la conception spatialisée de l’environnement. Le paysage, dépoussiéré par le géosystème de Georges Bertrand dès les années 1970, fait partie de ces outils classiques de la géographie qui ont regagné en pertinence grâce au triomphe de l’approche systémique des phénomènes spatiaux. Les élargissements conceptuels de la géographie, qui s’attachent de plus en plus aux acteurs et aux représentations, permettent de réactiver des notions parfois trop figées par le lourd héritage des descriptions vidaliennes.

Les interactions systémiques entre sociétés et milieu : de la place croissante de l’environnement dans les parcours de géographie académique

8Dans les années 2000, certains enseignants-chercheurs issus de la géographie physique ont tenté de dépasser le clivage géographie physique et géographie humaine en théorisant l’environnement comme l’hybridation entre éléments naturels et données sociales (Veyret, 2007) dans le cadre d’une approche territorialisée (Arnould et Simon, 2007, 2018). Cette approche a permis d’imposer l’environnement comme élément central dans le champ disciplinaire, tout en joignant les deux versants traditionnels de la géographie, voire de les réconcilier dans une entreprise d’enseignement conjointe.

9L’approche systémique des problématiques environnementales se prête effectivement très bien à l’enseignement pratique de projets et/ou de diagnostics territoriaux, dans lesquels les étudiants en autonomie apprennent à identifier des acteurs, à caractériser des phénomènes spatiaux et à poser des problématiques géographiques, le plus souvent à des échelles très fines. Les étudiants sont censés faire le lien entre des thématiques très générales (ressources, biodiversité, pollution, risques, changement climatique...) et des territoires concrets, leur permettant notamment de soulever des problèmes de gouvernance, de temporalité ou encore d’aménagements. Les vertus pédagogiques de l’environnement comme illustration de l’approche systémique en géographie en font donc un exercice privilégié de travaux pratiques de Licence ou de Master, souvent dans le cadre de sorties de terrain.

La place de l’environnement dans les formations universitaires en géographie

10Si l’environnement occupe une place croissante dans les parcours universitaires de géographie, cette dernière n’en a toutefois pas l’apanage. La fluidité thématique de l’environnement lui permet d’être approprié par une bonne partie des sciences humaines et sociales : l’histoire, l’anthropologie, la sociologie mais aussi le droit y consacrent des enseignements de plus en plus nombreux.

  • 1 On compte en effet 4 spécialisations de M2 touchant aux questions naturalistes à Paris 1 : Gestion (...)

11L’environnement fait donc partie des formations universitaires qui ont gagné en visibilité depuis une vingtaine d’années, répondant en partie à une forte demande sociétale. On recense 468 occurrences du mot « environnement » pour les offres de formation recensées sur le site « Trouver Mon Master » en 2018. Plus précisément, l’environnement fait l’objet de 80 formations de Master en géographie, avec quelques thèmes bien identifiés (littoral, eau, etc.). Toutefois, ces occurrences demeurent sujettes à caution car certains pôles de la géographie de l’environnement n’apparaissent pas dans la liste – ce qui ne va pas sans poser problème quant à la lisibilité de l’offre de formations pour les étudiants mobilisant ces portails. Ainsi, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne n’y figure pas, alors qu’elle compte un Master Environnement1. D’autre part, sont associés à la liste des diplômes qui peuvent contenir quelques enseignements environnementaux sans être de véritables diplômes de Master d’environnement, comme les mentions MEEF, destinés à la préparation des concours de l’enseignement. Toujours est-il que le nombre élevé de ces formations illustre un réel engouement pour les thématiques environnementales en géographie.

12Ce net intérêt des géographes pour l’environnement s’observe aussi dans les formations de premier cycle, où il est souvent associé à des aspects sociaux et politiques qui se veulent à forte portée opérationnelle, parfois même dans des parcours de bi-licence (droit et géographie à Paris 1, par exemple). L’environnement n’est plus seulement adossé à des cours hérités de la géographie physique, même si l’approche croisée entre les deux continue parfois d’être pratiquée. Les contours un peu flous de la nébuleuse scientifique environnementale dans le paysage des sciences sociales, associés à une géographie physique en quête de regain de légitimité ont abouti à une association fréquente de ces deux disciplines, contribuant à en troubler davantage les limites respectives, notamment dans l’esprit des étudiants. L’enseignement de l’une apparaît parfois comme indissociable de l’enseignement de l’autre, dans une relation de complémentarité qui joue sur la proximité des thématiques à coloration naturaliste qui y sont enseignées. Les récents manuels de géographie physique accompagnent cette association des deux disciplines : l’ouvrage de géomorphologie co-écrit par Monique Fort, François Bétard et Gilles Arnaud-Fassetta (2015) est explicitement intitulé Géomorphologie dynamique et environnement. Ce choix se justifie par l’ajout d’un dernier chapitre qui démontre comment raccrocher l’approche technique et quantitative de la géomorphologie de terrain aux problématiques sociétales, et ce faisant insiste sur l’identité éminemment géographique de la géomorphologie dynamique. Plus récemment, la synthèse de Charles Le Cœur publiée en 2018 par Bréal dans la même collection que le classique Éléments de géographie physique porte là encore un titre associant clairement les deux disciplines : La géographie physique et enjeux d’environnement. On notera que ces derniers font plus figure de sous-titre que de titre dans la mise en page de la couverture de l’ouvrage, supposant un rapport hiérarchique à peine tu, et repris dans le plan du livre puisque, comme chez Fort et al. (2015), l’environnement arrive en guise de dernière partie. L’environnement viendrait donc après une solide formation en géographie physique, comme application pratique de ses savoirs théoriques et ses méthodes. Pourtant, la réciproque n’est pas vérifiée puisque les ouvrages de géographie de l’environnement ne proposent pas de géographie physique (Arnould et Simon, 2007 et 2018 ; Veyret et al., 2017 ; De Bélizal et al., 2017, etc.).

  • 2 M. Hagnerelle et R. Knafou, en charge de la réforme du concours, justifiaient alors cette évolution (...)

13Le rapprochement de la géographie physique et de l’environnement dans les formations s’explique, au-delà de la proximité des objets étudiés, par la nécessité de reconstruction d’une branche de la discipline malmenée durant les années 1960 et 1970. Suspecte de n’être qu’une simple description savante, accusée de favoriser des approches déterministes et associée à des exercices techniques jugés stériles (Jaurand, 2003), la géographie physique a pu se chercher une nouvelle légitimité académique et pédagogique à travers l’association avec l’étude de problématiques environnementales de plus en plus médiatisées. La transformation même du concours d’agrégation de géographie en 2002, qui, en France, a longtemps commandé une bonne partie du paysage académique universitaire, a accompagné et impulsé cette évolution de la géographie physique vers l’environnement. Évincée des dissertations obligatoires2, elle voit sa place restreinte à une option de commentaire de documents intitulée « Milieux et environnement ». Cette transformation contribue à associer géographie physique et environnement, alors que les objets et les démarches de cette dernière correspondent à un champ certes voisin mais néanmoins bien différent, qui continue toutefois d’être enseigné.

Le maintien de l’enseignement de la géographie physique

14En dépit des nombreuses critiques qui l’ont fragilisée puis obligée à se réinventer autour de l’objet environnement, la géographie physique s’est maintenue dans la plupart des formations universitaires de premier cycle en géographie. L’approche, cependant, demeure très inégale entre des formations qui continuent d’accorder une place solide à la géographie physique sur l’intégralité de la Licence et d’autres pour lesquelles elle a quasiment disparu des maquettes de cours. Les pratiques et exercices se sont singulièrement édulcorés : les émagrammes, autrefois fort répandus en Travaux Dirigés de climatologie, ne sont plus systématiquement enseignés. La réalisation ou du moins l’analyse de la coupe géologique en appui du commentaire géomorphologique des cartes topographiques n’est plus un exercice essentiel de la discipline (Jaurand, 2003), bien qu’il se soit maintenu aux oraux des concours des ENS et de l’agrégation jusqu’aux années 2000. Cependant, des approches renouvelées des cartes géomorphologiques en font des productions contemporaines de la recherche (figure 1), pour partie sollicitées dans des enseignements de spécialité en deuxième cycle. Plus largement, et en dépit de la disparition de certains exercices-types, la géographie physique demeure un versant de la discipline qui continue à être largement dispensé, mais suivant de nouvelles modalités.

© Antoine Chabrol, EFA

Figure 1 : Carte géomorphologique de la plaine de Delphes.

15Ainsi, le rapport à l’instrumentation décline partout en premier cycle : la granulométrie, notamment, n’est quasiment plus enseignée en-dehors des Masters spécialisés en géomorphologie et en sciences de la Terre. La géographie physique est davantage abordée suivant un angle théorique, les pratiques de laboratoire ayant de fait tendance à diminuer. Le lien au terrain est cependant maintenu dans beaucoup de formations de Licence qui cherchent à adosser les enseignements de géographie physique à une ou plusieurs sorties en fonction de la localisation de l’université. Si l’environnement s’est imposé comme science sociale, la géographie physique a pu se maintenir en jouant sur sa position marginale au sein des SHS, souvent adossée à de solides enseignements techniques (géomatique, mathématiques...) et parfois associée à des UFR de sciences et de technologie, notamment en Master.

16L’environnement s’est clairement positionné comme un pôle essentiel dans l’enseignement de la géographie, quitte à empiéter sur les savoirs naturalistes traditionnellement attribués à la géographie physique ; cependant cette dernière se maintient dans les formations en premier cycle dans les enseignements magistraux ; Elle semble évoluer vers les géosciences dans les mentions de Master. Si les deux disciplines s’entrecroisent souvent et peuvent être associées dans les noms donnés aux enseignements, elles n’en restent pas moins distinctes et font l’objet de thématiques et de méthodes de recherche différentes.

Un panorama partiel de l’environnement et de la géographie physique dans la recherche stricto sensu

17L’étude des rapports sociétés/milieux a constitué la pierre angulaire de la géographie française au sein de ce qu’il est convenu d’appeler l’école française de géographie du début du XXe siècle (Robic, 1992 ; Robic et al., 2006). Débouchant sur une géomorphologie dominante à l’orée de la seconde guerre mondiale (Broc, 2011), elle n’a eu de cesse par la suite d’être remise en question, tant par la multiplication de ses spécialités, que par les autres pans de la géographie. Ne pouvant dresser ici un état des lieux exhaustif des travaux actuels, nous avons fait le choix d’interroger la participation des géographies physique et environnementale à l’émergence de la notion d’Anthropocène et aux approches politiques contemporaines des réalités biophysiques.

18La géographie physique et la géographie de l’environnement n’ont cessé de se renouveler depuis ces dernières années, faisant tout à la fois émerger des fronts de recherche communs et nouveaux, mais aussi des divergences assumées.

De l’affirmation commune de la place centrale des sociétés dans le fonctionnement et les modifications du globe…

Un appui institutionnel à l’interdisciplinarité

19Depuis une quarantaine d’années, géographes physiciens comme géographes environnementalistes n’ont eu de cesse d’approfondir et renouveler l’analyse des relations entre sociétés et milieux. L’émergence de notions telles que le géosystème (Bertrand, 1968), l’hydrosystème (Bravard, 1996) ou l’anthroposystème (Lévêque, 2003) traduit le renouvellement paradigmatique qui a été celui des géographes, au bénéfice d’une étude croissante et assumée des interrelations, voire des co-évolutions entre sociétés et réalités biophysiques. Cette évolution a été pour partie facilitée par l’émergence de programmes dédiés à l’étude de ces interactions, aux approches interdisciplinaires volontaristes, au premier rang desquels on peut citer les différents PIREN (Programmes interdisciplinaires pour l’Environnement) rassemblant des spécialistes d’horizons variés (hydrologues, hydrobiologistes, mais aussi historiens et géographes, etc.), nés au mitan des années 1970, et suivis par les PEVS, ainsi que par les Zones Ateliers (Levêque et al., 2000). En facilitant par ces différents instruments les travaux interdisciplinaires, les organismes de recherche français ont de facto contribué à ce que l’étude des relations sociétés/milieux ne soient pas structurée par l’opposition géographie humaine/géographie physique qui avait marqué les années 1960-1970.

L’approche systémique en géographie physique et en environnement : instrument d’analyse de la place des sociétés

20Nombre de recherches de géographie physique s’orientent désormais vers des approches intégrant résolument la place des sociétés dans l’évolution du monde biophysique : approches géoarchéologiques, études paléoenvironnementales, études paysagères dans la continuation des travaux de Georges Bertrand, sont autant de pistes empruntées par les géographies physiques françaises contemporaines (Gunnell, 2009 ; Lespez, 2012 ; Ballouche et al., 2015 ; Bravard, 1987, 2018). Prolongeant les travaux reposant sur des notions développées dans les années 1970-1980, telles que le géosystème, ces travaux confèrent aux sociétés un rôle central dans le fonctionnement de l’écosystème et non le simple rôle de perturbateur des milieux. À cet égard, les nombreuses recherches menées autour du bassin méditerranéen pour reconstituer les paysages passés sont révélateurs d’un intérêt croissant des géographes physiciens pour l’analyse de systèmes paysagers et fluviaux anthropisés de longue date comme la plaine de Messara (Ghilardi et al., 2019). La place des sociétés est alors considérée non seulement comme explicative d’un certain nombre de processus, mais aussi dans une dimension prospective, qu’il s’agisse de la restructuration d’aménagements existants, de la prise en charge du risque inondation associé à ces hydrosystèmes, ou encore de l’influence de la modification de l’usage des sols sur le système fluvial.

21Les géographes environnementalistes français privilégient quant à eux l’étude des politiques publiques, des représentations et des pratiques sur l’analyse des données biophysiques elles-mêmes, non sans mobiliser des approches systémiques rendues visibles via des organigrammes d’acteurs ou d’autres représentations tâchant d’aborder la complexité des liens entre les composantes des objets et controverses environnementales. On peut à cet égard citer l’importance des travaux contemporains sur les politiques de protection de la nature (Depraz, 2007, Rodary 2007, Laslaz, 2014, Mathevet et Godet, 2015). Symptomatiquement, le développement des travaux sur les environnements urbains (Reghezza, 2011) témoigne de la primauté donnée aux interactions multiples entre sociétés et réalités biophysiques, dont le caractère transformé devient facteur d’intérêt et non plus d’évitement comme il avait pu l’être dans certains travaux de géographie physique antérieurs. Les villes sont alors interrogées en tant qu’environnements pleinement inscrits dans le champ politique, tant pour évoquer les risques que pour redéfinir explicitement les rapports au vivant. Plus imperceptiblement, des travaux contribuent désormais simultanément à ces deux pans de la géographie, associant une étude physique de telle ou telle composante de l’écosystème à une analyse des enjeux sociaux de ces phénomènes. Plusieurs thèses récentes portant sur les environnements volcaniques (De Bélizal, 2012 ; Morin, 2012 ; Chouraqui, 2018) sont représentatives de cette évolution, en interrogeant en profondeur les systèmes sociaux développés sur les flancs des volcans et les pratiques singulières de ces écosystèmes.

L’Anthropocène, une forme de convergence ?

22L’Anthropocène, bien que non reconnu officiellement à ce jour par les géologues, est devenu un objet de réflexion majeur pour nombre de géographes physiciens comme environnementalistes. Le terme désigne une nouvelle période géologique marquée par la puissance de la force géologique que constituent les sociétés, responsables de transformations globales irréversibles. Cette notion implique donc de repenser fondamentalement les échelles d’appréhension de la relation des sociétés au monde biophysique, en privilégiant l’échelle globale, mais elle invite à repenser la nature même de ce lien. Ce faisant, l’Anthropocène invite à une redéfinition des relations entre sociétés et milieux, sur le plan conceptuel et méthodologique bien au-delà de la seule géographie (Annales, 2017). De nouveaux fronts de recherche, portés à la fois par des chercheurs confirmés (Reghezza-Zitt, 2015) et par des doctorants assumant pleinement la notion d’Anthropocène (David, 2016) mettent en évidence la reconnaissance commune des géographes physiciens et environnementalistes du caractère déterminant des implications humaines dans les évolutions environnementales planétaires.

23On peut néanmoins se demander dans quelle mesure l’Anthropocène peut induire une convergence des géographies physique et environnementale ? En considérant des réalités désormais hybrides, associant nature et sociétés, l’Anthropocène fait vaciller les objets d’études de ces deux branches de la géographie. Mettant en cause les lignes de fracture bien connues entre nature et culture, milieux et sociétés, l’Anthropocène interroge la pertinence des géographies physique et de l’environnement sans nécessairement impliquer leur fusion. En outre, les problématiques globales mises en évidence dans les travaux sur l’Anthropocène peinent à trouver une transcription à une échelle locale et opérationnelle, ayant davantage valeur d’horizon contextuel (Paddeu, 2017). L’absence à ce jour d’une reconnaissance officielle ne facilite pas non plus son usage direct dans des travaux de géographie physique. Ainsi, les pistes esquissées autour des thématiques telles que l’Anthropocène n’ont guère trouvé d’application à des échelles fines à ce jour, sinon en l’utilisant comme une expression symbolique des caractéristiques contemporaines des sociétés au monde biophysique. Dès lors, l’apport des géographes à la compréhension de ces réalités nouvelles semble délicat à percevoir, une fois saisie la singularité générale de ces phénomènes. Si la reconnaissance de l’environnement comme élément central de notre rapport au monde croît, comment les géographes s’emparent-ils de cette réalité de manière efficace à une échelle plus grande ?

Au maintien de singularités fortes et de nouvelles lignes de partage

Méthodes et outils : un rapport fondamentalement différent à l’instrumentation

24En 2018, le Groupe Français de Géomorphologie3 (GFG) a recensé 38 laboratoires qui ont au moins un axe de recherche en lien avec la géomorphologie et la géographie physique (Fig. 1). Parmi eux, 10 sont des laboratoires d’archéologie, et 10 sont rattachés principalement aux géosciences, ce qui illustre le tropisme de la géographie physique pour des collaborations hors de la discipline stricto sensu, même en y jouant un rôle secondaire. Parmi les 18 laboratoires de géographie restants, la plupart ne laissent pas apparaître de collaboration développée avec les géographes de l’environnement, malgré des objets pour partie communs. Tous les grands pôles universitaires disposent d’au moins une plateforme analytique en sédimentologie, accompagnée d’instruments de terrain en topographie, en hydrologie et parfois en paléontologie. Si certains laboratoires ont fermé, comme dans les universités de Paris-Nanterre et de Bordeaux, il semblerait que le nombre d’équipements accessibles aux étudiants de Master et de doctorat ait augmenté, du fait de la diminution relative des coûts des équipements concernés et de la mutualisation avec d’autres unités4. Les travaux de géographie physique mobilisent donc toujours un fort recours aux techniques de laboratoire, qui ne font pas figure de passage obligé pour les géographes de l’environnement.

Figure 2– Laboratoires de géomorphologie en France

25Le cadre méthodologique de la géographie physique contemporaine apparaît singulier par sa proximité avec les sciences de la matière et du vivant, tout en faisant l’objet d’une lecture spatialisée. On peut ainsi évoquer l’usage innovant des phytolithes, c’est-à-dire de restes siliceux microscopiques d’origine végétale présents dans les sols, analysés par A. Garnier pour comprendre l’évolution de l’ensemble des paysages du bassin-versant de la Yamé au Mali (Garnier, 2013). Inversement, les recherches en géographie physique contribuent à de nombreux travaux interdisciplinaires en proposant le recours à des méthodologies fortement spatialisées. Ces dernières privilégient les outils de la télédétection et plus généralement de l’imagerie à très haute définition (LIDAR), nécessitant le recours à des équipes élargies. Cette singularité trouve de fait un écho dans les stratégies de publication privilégiées par les géographes physiciens, comme le choix de signatures multiples, impliquant une large partie de l’équipe de recherche, même non-rédactrice, mais aussi par leur net tropisme vers des supports anglophones et à fort référencement. Ces pratiques sont proches de celles des équipes des sciences dites « dures » : la figure 3 illustre certaines des pratiques de terrain de ces équipes interdisciplinaires dans lesquelles interviennent nombre de géographes physiciens.

© Albane BURENS/CNRS Photothèque

Figure 3 : Extraction d’une carotte de tourbe dont on va analyser le contenu en pollens, spores de champignons et autres restes végétaux, des marqueurs de bouleversements environnementaux. Ce carottage est réalisé dans la haute vallée du Vicdessos, au c½ur des Pyrénées ariégeoises, devenue officiellement l’Observatoire Hommes-Milieux (OHM) Pyrénées Haut-Vicdessos en mars 2009. Cette vallée s’étend sur 350 km², regroupe 7 communes et a été très marquée par l’agriculture, l’élevage, l’exploitation minière et métallurgique. Dans le cadre de cet OHM, 80 scientifiques, issus de disciplines variées, étudient les interactions entre environnement et société dans cette zone soumise à des perturbations importantes et tentent d’anticiper les évolutions futures de ce territoire.

26Certes, l’examen de la dimension biophysique de la nature peut être le lieu d’innovations méthodologiques et de rapprochements avec les tenants de la géographie comme science fondamentalement sociale. Les pistes tracées par les travaux portant sur les géopatrimoines ou l’érosion des monuments (Bétard, Hobléa, Portal, 2017 ; André 2011), en sont des illustrations. De très récentes thèses comme celle d’E. Motte (2017), intitulée Iconographie et Géomorphologie : l’usage de représentations artistiques des rivages comme outil de lecture de l’évolution du littoral sont aussi porteuses de ces « arrangements » originaux. Toutefois, c’est surtout le resserrement des liens d’un point de vue méthodologique entre géographie physique et sciences du vivant et de la matière qui constituent l’orientation dominante de cette branche de la géographie contemporaine.

27Néanmoins, si des centres d’intérêt partagés se dessinent, géographies physiques et environnementale s’inscrivent dans des cadres épistémologiques différents.

Des approches fondamentalement différentes d’un même objet d’étude

28La notion de nature, si elle est mobilisée conjointement par nombre de géographes physiciens et environnementalistes, cache donc deux objets de recherche substantiellement différents pour les géographes (Orain, 2017 ; Regnauld et Vergne, 2018) : tantôt elle sera appréhendée comme synonyme du monde biophysique, et saisie comme telle dans ses caractéristiques spatiales et ses évolutions au sein des travaux de géographie physique, tantôt elle sera considérée prioritairement comme le discours produit sur ces réalités concrètes, suivant une approche fondamentalement sociale. Les environnementalistes interrogent en effet les réalités biophysiques « en tant qu’[elles] concernent la société » pour reprendre la formule évoquée dans le Dictionnaire de la géographie et des sociétés (Lévy, Lussault, 2013), en étudiant donc prioritairement l’inscription sociale des environnements.

29Ainsi, un même objet tel que le cours d’eau pourra aujourd’hui être abordé de manière bien différente : les géographes physiciens examineront tantôt l’évolution de son lit, les sédiments qu’il transporte, en consacrant une place importante à l’action anthropique dans l’analyse de ces phénomènes etc. Les géographes environnementalistes interrogeront davantage son insertion dans un projet de territoire, voire le statut accordé à cette réalité physique dans les représentations collectives du lieu. Si ces approches ne sont pas exclusives les unes des autres, elles ne répondent pas exactement aux mêmes questionnements. Les premiers travaux analysent un objet physique en tant que tel, tandis que les seconds partent en effet globalement d’un acquis – ce qui a été défini comme nature par tel groupe humain, voire déconstruisent plus en profondeur ces rapports, et interrogent les ontologies qui les sous-tendent. De ce point de vue, ils côtoient davantage les études menées par anthropologues et sociologues (Descola, 2005 ; Latour, 2004), qui considèrent la nature comme une notion fondamentalement inscrite dans une lecture « moderne » et située du monde.

Géographie physique/géographie de l’environnement

La political ecology : une refondation très discutée de la géographie de l’environnement ?

30Depuis les années 1980, la « political ecology » a pris une place prééminente dans les recherches sur l’environnement dans le monde académique anglophone. Pluridisciplinaire, à la jonction des sciences humaines et des sciences de la terre, ce courant a fait l’objet de débats parfois vifs parmi les géographes de langue anglaise (Walker, 2005 et 2006 ; Loftus, 2017). Contrairement aux géographes physiciens, fortement internationalisés de longue date, les géographes de l’environnement ont tardé à prendre connaissance et discuter de ces travaux : le terme de Polical ecology en France n’est apparu qu’au début des années 2010, soit avec au moins vingt ans de retard.

31Par ailleurs, la political ecology a été introduite en France de façon polémique, contre une tradition géographique française accusée de verser dans le positivisme et l’accompagnement des politiques publiques. Suite au colloque d’Orléans de 2012, D. Chartier et E. Rodary (2016) ont présenté la political ecology anglo-saxonne comme un exemple face à une géographie française engagée selon eux « dans une entreprise résolument écolosceptique, cristallisée autour de la Société de Géographie et de son ouvrage Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête (Brunel et Pitte, dir., 2010). Dès lors, la political ecology a été utilisée comme un outil contre une partie de la géographie de l’environnement française, avec une forte composante générationnelle.

32Ces éléments sont présentés et discutés plus avant dans Humanités Environnementales (2017), où C. Kull et S. Batterbury résument les prises de position très tranchées pour ou contre ce courant depuis 2010 en France. Les polémiques expliquent selon eux le tour particulier des débats sur la political ecology en France, qui ne reflètent que partiellement ceux développés au niveau mondial. La France étant d’ailleurs vue comme au mieux un cas particulier, au pire comme marginalisée dans les débats sur l’environnement, largement dominés par la question de la political ecology au niveau mondial (Loftus, 2017). Nonobstant, il existe aujourd’hui un certain nombre d’auteurs qui se positionnent par rapport à la political ecology. On distingue le rejet assez franc, à l’image de Lionel Laslaz (2017) qui propose de ne plus employer ce terme et de le remplacer par « géographie politique de l’environnement ». Une seconde position est celle, au contraire, de l’inscription affirmée dans ce courant, soit de manière ponctuelle autour d’études de cas précis (Rouillé et al., 2015 ; Blot et al., 2017), soit de manière théorique et fondamentale pour refonder la géographie de l’environnement française (Chartier et Rodary, 2016). Ainsi donc, l’introduction polémique et tardive de la political ecology en France a permis de faire apparaître des lignes de fracture entre différentes approches géographiques qui se sauraient se résumer à la partition géographie physique/géographie de l’environnement.

Existe-t-il une géographie physique et une géographie environnementale françaises ?

33A la fin de ce panorama, la question de la singularité des approches géographiques françaises de la « nature » nous semble s’imposer. Si les objets de recherche et approches les plus récentes ont fortement bénéficié des apports extérieurs de la géographie anglo-saxonne, on peut néanmoins faire l’hypothèse d’une certaine spécificité des travaux entrepris en France sur les questions de nature, par-delà les différents courants évoqués précédemment. On peut à cet égard mentionner les liens anciens et profonds entre des chercheurs français dont les compétences sont bien souvent sollicitées par des acteurs opérationnels (collectivités locales, agences de l’eau, etc.), interrogeant le positionnement de géographes. La dimension appliquée de travaux comme ceux effectués sur la commune de la Faute-sur-mer après le passage de la tempête Xynthia et présentés dans la figure 4 apparaît bien : les travaux de géographie physique sont alors utilisés dans une perspective appliquée d’anticipation des risques côtiers.

Figure 4 : Simulation de la submersion d’un quartier de la commune de la Faute-sur-Mer, en Vendée, l’une des communes submergées lors de la tempête Xynthia en février 2010, après rupture des digues. Ce niveau de la mer est atteint tous les 20 ans environ. Cette simulation a été réalisée en juin 2010 grâce un scanner laser aéroporté (Lidar) qui a permis d’obtenir une topographie très précise du secteur. Sur la carte, toutes les habitations, digues et arbres ainsi que de multiples petits détails sont parfaitement visibles. Ce type de topographie permet de préciser l’extension d’une submersion, de désigner les maisons inondées, d’estimer les hauteurs d’eau dans chacune d’elle et donc d’évaluer la dangerosité de la zone littorale étudiée.

34Contrairement à leurs collègues anglo-saxons qui oscillent entre engagement militant et refus de toute forme d’implication dans une approche appliquée de leurs travaux, les géographes français privilégient dans leur majorité un positionnement objectif et distant mais mobilisable dans un cadre opérationnel. S’il est aujourd’hui contesté par certains courants, ce positionnement constitue un héritage majeur pour nombre de géographes, et plus encore pour les géographes de la nature. Posture « moderne » et exigeante s’il en est, cette approche, aujourd’hui discutée, est au cœur de la définition fondatrice de la géographie française, conçue comme une science d’étude des articulations entre une société et les réalités biophysiques qui lui sont associées. Elle n’est pas sans conséquences, et explique peut-être pour partie l’obstination d’une grande partie des géographes du vivant à maintenir leur appartenance à une discipline dont les fondements ont été profondément remaniés autour de l’idée d’une géographie comme science de l’espace des sociétés.

Conclusion

35Ce bref panorama, qui ne se prétend pas exhaustif, montre cependant le profond renouvellement des réflexions sur la nature dans la géographie française, s’appuyant tant sur l’héritage retravaillé de la géographie physique que sur les travaux sur l’environnement. Le fait que le concept de nature soit explicitement questionné aujourd’hui par les géographes, tant dans les concours destinés aux futurs enseignants que dans leurs échanges avec les acteurs opérationnels (aménageurs, gestionnaires d’espaces protégés, etc.) permet de réinterroger les paradigmes fondateurs de la discipline.

36Reste que ces nouvelles perspectives nous semblent encore peu connues en dehors de la géographie. Tout d’abord dans les Sciences Humaines et Sociales en France, où la géographie, loin d’être une discipline carrefour, peine à trouver une place dans le champ en construction des humanités environnementales. Mais aussi dans les débats qui structurent la littérature scientifique mondiale sur des thèmes comme la political ecology ou l’Anthropocène, où la géographie française reste marginale. L’héritage de la géographie française, en tant qu’il invite à une réflexion sur la place des géographes au regard des réalités biophysiques, pourrait pourtant nourrir utilement, tant par ses apports que ses limites, les interrogations les plus contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

André Marie-Françoise, Phalip Bruno, Voldoire Olivier, Vautier Franck, « Weathering of sandstone lotus petals at the Angkor site: a 1000-year stone durability trial, Environmental Earth Sciences, 63(7), 2011, p 1723-1739.

Annales, Histoire, Sciences sociales, Dossier « Anthropocène », Editions de l’EHESS, 2017/2.

Arnould Paul, et Simon Laurent (dir), Géographie des environnements, Belin, Paris, 2018.

Arnold Paul, Simon Laurent, Géographie de l’environnement, Belin, Paris, 2008.

Ballouche Aziz, Longuet Isabelle, Verdelli Laura et al, « Introduction. La diversité des paysages fluviaux – enjeux scientifiques, d’aménagement et de gestion », Norois, n° 237, 2015, p. 7-13.

Barraud Régis, Germaine Marie-Anne (dir), Démanteler les barrages pour restaurer les cours d’eau Quae, Paris, 2017.

Bertrand Georges, « Paysage et géographie physique globale », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 39/3, 1968.

Bétard François, Hobléa Fabien, Portal Claire, « Les géopatrimoines, de nouvelles ressources territoriales au service du développement local », Annales de géographie, n° 717, p. 523-543. Blanchon David, L’espace hydraulique sud-africain. Le partage des eaux, Paris, Karthala, 2009.

Blot Frédérique, Gonzalez Besteiro Ana, « Contribution de la géographie francophone à la political ecology. Deux études des relations sociétés/eaux souterraines dans l’Espagne semi-aride », L’Espace géographique, Tome 46, 2017, p. 193-213.

Boelens Rutgerd, Hoogesteger Jaime, Swyngedouw Erik, Vos Jeroen et Wester Phlippus, « Hydrosocial territories : a political ecology perspective », Water international, 41 :1, 2016, p. 1-14.

Bortolamiol Sarah, Simon Laurent, Raymond Richard (coord), « Territoires des hommes, territoires des animaux, Numéro thématique, Annales de Géographie, 2017/4.

Bravard Jean-Paul, Le Rhône du Léman à Lyon, La Manufacture, Lyon, 1987.

Bravard Jean-Paul, Hydrologie continentale, in Derruau M. (Ed.), Composantes et concepts de la géographie physique, 1996, Armand Colin, Paris, p. 131-142.

Bravard Jean-Paul, Crises sédimentaires du globe. I. Grands cours d’eau, de l’abondance à la rareté ; 2 - Deltas : une crise environnementale majeure, Collection Géosciences, ISTE Editions, Londres, 2018.

Broc Numa, Une histoire de la géographie physique en France (XIX-XXe siècles) : Les hommes, les œuvres, les idées, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2011.

Brunel Sylvie, Pitte Jean-Robert (dir), Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête, Jean-Claude Lattès, Paris, 2010.

Chartier Denis, Rodary Estienne, Manifeste pour une géographie environnementale, géographie, écologie, politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2016.

Chouraqui Floriane, Dans la bouche de Fogo : La résilience à l’épreuve des résistances et jeux de pouvoir sur un territoire volcanique, Thèse de Doctorat, Géographie, Université Toulouse Jean-Jaurès, 2018.

David Mélodie., Dynamique fluviale de la Garonne à l’anthropocène : trajectoire d’évolution du tronçon fluvial compris entre les confluences de l’Ariège et du Tarn (Garonne toulousaine, 90 km). Thèse de Doctorat, Géographie, Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, 2016.

De Bélizal Edouard, Les corridors de lahars du volcan Merapi (Java, Indonésie) : des espaces entre risque et ressource. Contribution à la géographie des risques au Merapi, Thèse de Doctorat, Géographie, Université Paris 1, 2012.

De Bélizal Edouard, Lavigne Franck, Grancher Delphine, « Quand l’aléa devient la ressource : l’activité d’extraction des matériaux volcaniques autour du volcan Merapi (Indonésie) dans la compréhension des risques locaux », Cybergeo : European Journal of Geography, 2011.

De Bélizal Edouard, Fourault-Cauët Véronique, Germaine Marie-Anne, Temple-Boyer Elise, Géographie de l’environnement, Armand Colin, Paris, 2017.

Demangeot Jean, Les milieux « naturels » du globe, Armand Colin, Paris, 2009.

Depraz Samuel et Laslaz Lionel, “Conflicts, acceptance problems and participative policies in the National Parks of the French Alps”, Eco.Mont, issue 9-1, 2017, p. 40-50.

Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005., 2005,

Dubied Annik, J. Fall Juliet, Gerber David, Aux frontières de l’animal. Mises en scène et réflexivité. Librairie Droz, « Travaux de Sciences Sociales », 2012.

Dufour Simon, Lespez Laurent, « Les approches naturalistes en géographie, pour un renouveau réflexif autour de la notion de Nature », Communication aux Journées d’études de AGF, 29 septembre 2018.

Estebanez Jean, Gouabault Emmanuel, Michalon Jérôme, « Où sont les animaux ? Vers une géographie humanimale », Carnets de géographes, 2013.

Fort Monique, Bétard François, Arnaud-Fassetta Gilles, Géomorphologie dynamique et environnement, Armand Colin, Paris, 2015.

Gardin Jean., Estebanez Jean., Moreau Sophie., « Comme la biche tétanisée dans les phares de la bagnole : la justice spatiale et les animaux », Justice Spatiale/Spatial Justice, n° 12, juillet, 2018, URL : http://www.jssj.org

Gunnell Yanni, Ecologie et Société, Paris, Armand Colin, 2009.

Hagnerelle Michel, Knafou Rémi, « Faire évoluer les concours, l’exemple de l’agrégation de géographie », Education et Formations, n° 76, 2007, p. 35-42.

Hugonie Gérard, Les espaces « naturels » des Français, Éditions du Temps, 2003.

Jaurand Emmanuel, « Du fétiche à l’épouvantail ? Le commentaire de cartes et la géographie française (1945-2001) », L’information Géographique, n° 67/4, 2003, p 352-369.

Jaurand Emmanuel, « « C’est vous le transfuge ? » », Géographie et cultures, n° 89-90, 2014, p 59-75.

Kull Christian, Batterbury Simon, « L’environnement dans les géographies anglophone et française : émergence, transformations et circulations de la political ecology », in Blanc Guillaume, Demeulenaere Elise, Feuerhahn Wolf (dir), Humanités environnementales : enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, Paris, 2017, p. 117-138.

Laslaz Lionel, « Jalons pour une géographie politique de l’environnement », L’Espace Politique, n° 32/2, 2017.

Laslaz Lionel, « « Renaturaliser » sans patrimonialiser. Bannir les « installations obsolètes » et les points noirs paysagers dans les espaces naturels protégés alpins », L’Espace géographique, tome 42, 2013, p. 354-369.

Latour Bruno, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte, 2004.

Le Cœur Charles, Géographie physique et enjeux d’environnement, Bréal, Paris, 2018.

Lespez Laurent (dir), Paysages et gestion de l’eau. Sept millénaires d’histoire de vallées et de plaines littorales en Basse-Normandie, Caen, Bibliothèque du pôle rural n° 3, Presses Universitaires de Caen – MRSH, 2012.

Loftus Alex, « Political Ecology I: Where is political ecology? », Progress in Human Geography, 2017, p. 1-11.

Morin Julie, Gestion institutionnelle et répnses des populations face aux crises volcaniques : études de cas à la Réunion et en Grande Comore, Thèse de Doctorat, Géographie, La Réunion, 2012.

Mounet Coralie, “Conflits et reconfigurations socio-spatiales autour du sanglier : des postures générales aux arrangements locaux en territoire rural », Economie Rurale, 2012, p. 79-95.

Motte Edwige, Iconographie et Géomorphologie : l’usage de représentations artistiques des rivages comme outil de lecture de l’évolution du littoral, Thèse de Doctorat, Géographie, Université de Bretagne Loire, 2017.

Orain Olivier, « Nature, environnement et géographie », L’Espace géographique, 46/ 3, p. 231-234, 2017.

Paddeu Flaminia, « Agir à l’heure de l’Anthropocène : les quatre familles de l’environnementalisme urbain », L’Information Géographique, 2017/3, volume 81, p 32-53.

Reghezza-Zitt Magali., De l’avènement du Monde à celui de la planète : le basculement de la société́ du risque à la société́ de l’incertitude, Mémoire d’habilitation à diriger les recherches, Géographie, Université Paris 1- Panthéon Sorbonne, 2015. 2015

Regnauld Hervé, Vergne Virginie, « Quelle est la nature de la géographie physique ? », L’Information géographique, vol. 82/1, 2018, p. 10-18.

Robic Marie-Claire, Du milieu à l’environnement, Paris, Economica, 1992.

Robic Marie-Claire, Gosme Cyril, Mendibil Didier, Orain Olivier, Tissier Jean-Louis, Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française. Paris, Association française pour la diffusion de la pensée française (ADPF), Min. des Affaires étrangères, 2006.

Rouillé Gaële, Blanchon David, Calas Bernard, Temple-Boyer Elise, « Environnement, écologisation du politique et territorialisations : les nouvelles politiques de l’eau (gire et pse) au Kenya », L’Espace géographique, Tome 44, 2015, p. 131-146.

Swyngedouw Erik, Heynen Nikolas C., “Urban Political Ecology, Justice and the Politics of Scale”, Antipode, volume 35/5, 2003.

Tollis, Claire, Bien gérer les « espaces de nature », une éthique du faire avec : propositions pour une géographie des Associations hétérogènes, Thèse de Doctorat, Géographie, Université de Grenoble, 2012.

Veyret Yvette, Laganier Richard, Scarwell Helga-Jane, L’environnement, concepts, enjeux et territoires, Armand Colin, Paris 2017.

Veyret, Yvette (dir), Dictionnaire de l’environnement, Armand Colin, Paris, 2007.

Walker Peter A., « Political Ecology: where is the ecology? », Progress in Human Geography, n° 29/1, p. 73-82.

Walker Peter A., « Political Ecology: where is the policy? », Progress in Human Geography, n° 30/3, p. 392-395.

Haut de page

Notes

1 On compte en effet 4 spécialisations de M2 touchant aux questions naturalistes à Paris 1 : Gestion globale des Risques et des Crises, Développement Durable, Management Environnemental et Géomatique, Télédétection et Géomatique Appliquées à l’Environnement, et BIOTERRE (Biodiversité, Territoires et Environnement)

2 M. Hagnerelle et R. Knafou, en charge de la réforme du concours, justifiaient alors cette évolution par la volonté de rendre compte du glissement disciplinaire opéré depuis sa création : « La géographie n’avait évidemment pas le monopole des clivages scientifiques, mais, en revanche présentait une forte originalité, issue de son histoire : avoir changé le fondement même de sa définition, en étant passée en un siècle d’une conception naturaliste à une conception sociale » (Hagnerelle et Knafou, 2007).

3 http://edytem.univ-savoie.fr/gfg/spip.php?article246

4 Les auteurs remercient Laurent Lespez, Teddy Auly et Jean-Paul Bravard pour ces informations.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Antoine Chabrol, EFA
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Figure 2– Laboratoires de géomorphologie en France
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3947/img-2.png
Fichier image/png, 303k
Crédits © Albane BURENS/CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Crédits © UMR6143 M2C - Equipe CLAREC/CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Fourault-Cauët, Édouard de Bélizal et David Blanchon, « Étudier la nature en géographes : de la diversité des approches contemporaines françaises. »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 8-20.

Référence électronique

Véronique Fourault-Cauët, Édouard de Bélizal et David Blanchon, « Étudier la nature en géographes : de la diversité des approches contemporaines françaises. »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.3947

Haut de page

Auteurs

Véronique Fourault-Cauët

Maître de conférences en géographie à l’Université Paris-Nanterre. Laboratoire Mosaïques LAVUE UMR 7218 (vfouraultcauet@parisnanterre.fr).

Édouard de Bélizal

Professeur en CPGE à Lyon. Laboratoire Mosaïques LAVUE UMR 7218 (e.debelizal@gmail.com).

David Blanchon

Professeur de géographie à l’Université Paris-Nanterre. Laboratoire Mosaïques LAVUE UMR 7218 (dblanchon@parisnanterre.fr) et UMI 3157 iGlobes, Tucson, Arizona.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search