Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1DOSSIER : Les mutations récentes ...Une révolution numérique de la gé...

DOSSIER : Les mutations récentes de la géographie en France

Une révolution numérique de la géographie ? Le cas de la géomatique.

A digital revolution in geography ? The case of geomatics.
Thierry Joliveau
p. 21-34

Résumés

Technoscience plutôt que "simple" ingénierie technique, la relation de la géomatique à la géographie est complexe, contradictoire et, à certains moments conflictuels. Elle a rapidement mobilisé une dimension critique pour comprendre les enjeux sociaux, politiques, culturels, épistémologiques de l’adoption de ces outils informatiques par les géographes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On considèrera que les deux mots sont à peu près synonymes, sans chercher à distinguer les nuances (...)
  • 2 On se réfèrera aux chapitres que Yves Guermond consacra durant cette période à ces questions dans d (...)

1La géographie a-t-elle connu une révolution numérique durant ces 25 dernières années ? Répondre à cette question nécessite d’abord de définir ce qu’on appelle numérique, mot relativement peu utilisé au début des années 1990. Numérique, comme digital en anglais1, caractérisait alors essentiellement le codage binaire de l’information, banalisé par l’usage croissant de l’ordinateur. Le mot qui dominait à l’époque dans la presse et dans la littérature géographique pour caractériser les évolutions technologiques générales de l’époque était informatique2. Numérique était consacré à des exposés plus techniques et plus étroits sur des aspects de format ou de codage. Ce n’est que progressivement à partir des années 2000 et plus nettement encore après 2010 que le niveau de généralité s’est inversé. Numérique s’est substantivé pour venir caractériser le phénomène général de l’informatisation des usages, dans tous les domaines et auprès d’une population toujours plus nombreuse, renvoyant informatique à la dimension conceptuelle et technique de la discipline et des métiers spécialisés qui supportent le processus. On est passé en 25 ans de la perception d’un mouvement technique d’informatisation générale empruntant des voies multiples mais séparées, à une transformation d’ensemble qui bouscule et articule des champs d’application distincts progressivement reliés par un fluide et une ressource unifiée, l’information ou la donnée numérique.

2Le développement d’Internet a bien entendu largement contribué à ce passage de l’informatique au numérique. On rendra hommage au grand et sévère critique de la technique Jacques Ellul, qui discerna très tôt le rôle simple mais fondamental de l’informatique : « la seule fonction de l’ensemble informatique est de permettre la jonction, souple, informelle, purement technique, immédiate et universelle entre les sous-systèmes techniques » (Ellul, 1977). Ce qu’on appelle le numérique peut être vu dès lors comme l’expression de cette jonction technique à vocation universelle des activités humaines qui s’appuie sur des formats opérables et des procédures opérationnelles formalisées à base de méthodes et techniques informatiques.

3La place de la géographie dans ce formidable bouleversement toujours en cours doit donc être analysée au moins sur deux plans. Il faut comprendre le rapport que la géographie entretient avec l’informatique, matrice technique de ces évolutions liées au numérique, rapport qui date de bien avant les années 1990 mais se traduit par l’émergence à ce moment-là de ce qu’on a appelé ensuite la géomatique et qui nous occupera dans ce texte. Celle-ci a en effet capté et organisé le rapport entre la géographie et l’informatique depuis 30 ans. Le second est le rôle social de la géographie dans la mise en place, l’analyse et la critique de ces bouleversements de l’état du monde produits par la transformation numérique. Les deux plans s’intersectent. Il est d’autant plus utile de les distinguer dans l’exposé que leurs chronologies sont différentes.

La constitution de la géomatique

Le tournant des années 1990

  • 3 Office de la langue française du Québec (Bergeron, M., Bédard, Y., Bouhn, G., Hudon, Y. Bruger, D., (...)

4Le début des années 1990 est un moment charnière des relations que les géographes entretiennent avec l’informatique. Les Systèmes d’Information Géographique (SIG) se diffusent de manière accélérée dans le monde entier et deviennent un champ d’activité à part entière qu’on appelle bientôt en français géomatique, quand les chercheurs et experts québécois reprennent au cours des années 1980 le nom donné en 1971 à une commission permanente du Comité central des travaux géographiques français (Denègre et Salgé, 2004). Dubuisson (1975) décrit à l’époque l’objectif de cette commission : « Le développement des fichiers informatiques généraux a fait apparaître le besoin d’une localisation géographique des évènements qui servent de base commune à tous ces fichiers ; c’est l’une des réalisations essentielles de cette discipline nouvelle que l’on appelle GEOMATIQUE. ». En 1993, un groupe de chercheurs québécois propose la première définition de cette nouvelle discipline en français et définit son objet : la gestion des données à référence spatiale par l’intégration des sciences et des technologies reliées à leur acquisition, leur stockage, leur traitement et leur diffusion et principalement les mathématiques, la physique, l’informatique, la topométrie, la cartographie, la géodésie, la photogrammétrie et la télédétection »3. On notera que cette définition émerge dans un domaine d’expertise spécifique, celui de l’ingénierie géographique, qui regroupe tous les métiers liés à la collecte et aux traitements d’information localisée, essentiellement à des fins cartographiques et foncières et où les pratiques évoluent dès le début des années 1960. Géomètres-topographes ou arpenteurs, photogrammètres, cartographes voient leur appareillage de levé et de rendu incorporer progressivement des éléments d’électronique puis d’informatique. Et Landsat, le premier satellite d’observation de la Terre lancé en 1972 par la NASA et l’United States Geological Survey, peut être rétrospectivement vu comme le début d’un monitoring numérique continu de la planète. La définition de la géomatique citée plus haut ne convoque pas explicitement les géographes à participer à cette dynamique géomatique des années 1990, qu’ils relèvent de l’académie ou des métiers de l’aménagement et de l’environnement. On le verra plus loin cette émergence de la géomatique va d’ailleurs provoquer des débats chez les géographes universitaires, en particulier chez les tenants d’une géographie quantitative, qui utilisent déjà des ordinateurs pour leur recherche depuis plus de 30 anset qui perçoivent l’arrivée des SIG essentiellement comme une régression méthodologique et conceptuelle. Chez les professionnels de la géographie appliquée, l’adoption des outils est plus ou moins rapide selon les domaines. Les spécialistes de l’environnement, plus rompus au traitement de données les utilisent rapidement. Dans le domaine des études traditionnellement plus qualitatives comme en urbanisme, l’engouement est plus limité.

51990 est aussi le moment où la recherche pluridisciplinaire sur les SIG, rassemblant principalement informaticiens et géographes et jusqu’alors principalement anglo-saxonne, se globalise. Les chercheurs qui travaillent dans ce domaine depuis plusieurs années conceptualisent la création d’une nouvelle discipline scientifique, les « Sciences de l’Information Géographique » (Goodchild, 1992). C’est le moment où s’invente aussi dans la francophonie un nouveau métier, « sigiste », devenu ensuite géomaticien, qui se structure et se normalise progressivement. Colloques universitaires et salons professionnels se multiplient. L’enseignement des SIG est systématisé dans les formations de géographie et un peu plus tard en géologie, écologie, hydrologie, environnement, transport, urbanisme etc. Des diplômes professionnels spécialisés sont créés. La première moitié des années 1990 est marquée par la volonté collective de créer un cadre conceptuel intégrateur afin d’accueillir les nombreux nouveaux entrants sur ce champ d’activité.

Un récit des origines

6Poser les principes d’une discipline nouvelle conduit assez rapidement à regarder en arrière pour mesurer le chemin parcouru. Disposer de fondements anciens donne aussi du crédit auprès des sciences déjà établies. À partir de 1990 plusieurs chercheurs contribuent à la reconstitution d’une histoire des SIG, qu’ils en aient été eux-mêmes acteurs ou qu’ils aient collecté témoignages et documents (Coppock et Rhind, 1991, Foresman, 1998). Une sorte de récit des origines s’écrit alors à l’époque, qui reconstitue les faits d’armes (réels) d’une série de grandes figures de cet « Âge des pionniers 1957-1973 » dont parle Foresman. Le premier que nous évoquons est absent de ces histoires, essentiellement nord-américaines, de la géomatique. À notre connaissance, le géographe Törsten Hӓgerstrand est le premier chercheur à avoir utilisé une machine pour traiter des données géographiques (Joliveau, 2004). Au tout début des années cinquante, il a l’idée de coder les coordonnées géographiques des adresses des ménages du recensement suédois avec une machine mécanographique de la société Hollerith, devenue IBM en 1917, afin d’effectuer des comptages, des analyses de corrélation et des calculs de distance par maille régulière. Son but ultime est de « conférer à la dimension spatiale du matériel statistique le même statut neutre et objectif qu’il a toujours eu dans sa dimension temporelle

7Le deuxième pionnier est William. L. Garrison qui, à la fin des années cinquante, a rassemblé autour de lui à l’Université de Washington à Seattle un groupe de géographes compétents en mathématiques qui furent les premiers à mobiliser des ordinateurs pour faire des calculs statistiques et sont réputés avoir ouvert la « révolution quantitative » en géographie (Johnston, 1997). Waldo Tobler, membre lui aussi de ce groupe, ajoute en 1959 une dimension cartographique à cette dimension analytique en posant les bases conceptuelles de la cartographie automatique à une époque où les capacités graphiques des ordinateurs restaient plus que sommaires (Tobler 1959).

Roger Tomlinson (1933-2014), pionnier de l’informatique géographique, en 1957dans la péninsule du Labrador au Canada (DR)

8En 1962, Roger Tomlinson lance la réalisation d’une base de données cartographiques qui deviendra le Canada Geographic Information System (CGIS). Il ouvre alors la question du stockage et de l’organisation des données géographiques quand les ordinateurs ajoutent à leur fonction de calculateur celle de processeur d’information (Tomlinson, 1988). Le CGIS est aussi l’occasion d’innovations dans le domaine du matériel (scanners à rouleau) et du logiciel (vectorisation automatique, organisation en couches et structure topologique des données) (Coppock et Rhind, 1991, Goodchild et Kemp, 1990). Le quatrième et dernier de ces pionniers célèbres est Howard Fischer, architecte et urbaniste, qui obtient en 1965 un important financement de la fondation Ford pour développer au Laboratory of Computer Graphics de l’Université de Harvard les premiers logiciels généralistes de cartographie et d’analyse spatiale, qui connaîtront une diffusion mondiale dans les années 1970 (Chrisman, 2006).

9Ce récit, ici résumé et simplifié jusqu’à la caricature, est un produit caractéristique de ces années 1990. Les figures de ces pionniers circulent toujours sur le Web ou dans la presse professionnelle4, ainsi que dans les manuels universitaires. Au-delà de son rôle de discours de fondation, il offre aux nouveaux usagers et chercheurs de ce champ en voie de développement rapide une sorte de saga incarnée par des individus d’exception. Bien entendu, la réalité est plus nuancée et imbriquée. Les travaux en équipes sont aussi importants que les inventions des individus, en particulier dans le cas de Fisher (Harvey et Chrisman, 2004). Ce récit déconnecte aussi les biographies de l’environnement économique, organisationnel et intellectuel marqué par la guerre froide dans lesquels ces individus développent leurs idées innovantes, où les frontières entre l’académie et la sphère militaro-industrielle étaient poreuses (Clarke et Cloud, 2000). Une histoire distanciée de la préhistoire des SIG est encore à faire.

  • 5 Par exemple J. Dangermond fondateur d’ESRI et D. Sinton responsable du développement d’Intergraph.

10Le récit met cependant en évidence que la rencontre entre la géographie et l’informatique s’est construite dès l’origine à l’intersection de la recherche, des entreprises privées et des organisations publiques. L’initiative vient clairement du côté de la géographie académique (Hägerstrand, le groupe de la Wahington School, Tobler). Mais le projet du CGIS est mené par une agence officielle canadienne (l’Agricultural Rehabilitation and Development Administration au départ) en liaison avec la compagnie IBM. Tomlinson n’est pas un universitaire mais un ingénieur qui soutient ensuite une thèse à partir de son expérience et devient finalement un consultant et un animateur important du domaine naissant des SIG. L’expérience du Laboratory of Computer Graphics semble, elle, relever de la pure recherche. Financée par une fondation privée, le laboratoire s’avère en fait une véritable pépinière d’entreprises dans laquelle sont passés les développeurs des logiciels SIG qui inondent le marché durant les années 905.

5YJW un programme d’illustration et d’analyse de données spatiales développé au Laboratory of Computer Graphicr d’Haward

(DR)

11Cette porosité entre recherche fondamentale et recherche appliquée, universités et entreprises se maintient après 1990 quand les doctorants de la discipline géomatique s’orientent vers les entreprises qui se créent sur un marché en croissance rapide. On en trouve une illustration en 2005 quand l’irruption de Google Maps crée une brèche dans le marché de l’information géographique et bouscule les opérateurs historiques de la géomatique. Les outils traditionnels de celle-ci sont concurrencés par cette plateforme de partage et de cartographie en ligne de données personnelles. Plusieurs start-up se positionnent sur ces nouveaux outils et usages, parmi lesquelles, GeoIQ, dont le directeur technique est Andrew Turner, théoricien de l’émergence d’une « Neogeography » (Turner, 2006), qui fera l’objet de débats académiques nourris (Joliveau, 2010). En 2012, la société ESRI, leader mondial de cette géomatique traditionnelle, rachète GeoIQ et recrute Turner pour développer sa propre plateforme contributive propriétaire.

12On notera aussi que le CGIS de Tomlinson préfigure les grandes bases de données spatiales portées à partir du milieu des années 70 par des autorités politiques nationales, régionales ou locales pour répondre à des finalités précises d’inventaire, de communication, d’aménagement ou de prospective. Celles-ci se construisent d’abord dans les agences nationales de cartographie et les grandes métropoles, qui commencent à mettre sur pied des bases de données urbaines à partir des données cadastrales. Les années 90 marquent l’extension de ces initiatives aux collectivités et à des organismes de taille plus modeste. Elles se continuent sous la forme d’Infrastructures de Données Géographiques (IDG) qui distribuent les données à travers des portails en open data (Noucher et Gautreau, 2013). Le bilan de ces initiatives est discuté. La part de données réellement accessibles pour l’utilisateur final reste encore faible par rapport aux données effectivement stockées (Noucher et Gourmelon, 2016).

Structuration et institutionnalisation

13Depuis son émergence à la fin des années 1980, la géomatique s’est fortement structurée dans le monde entier. Comme on l’a vu, son développement se fait en interreliant recherche, formation et activités d’industrie et de service. Pour se limiter ici au cas de la France, un Groupement de Recherche (GdR)6 a été créé au CNRS en 1990 pour impulser la recherche en géomatique. Renouvelé sous des noms successifs : CASSINI, SIGMA, MAGIS, il est le seul groupement de ce type à avoir été financé en continu par le CNRS depuis lors. Il regroupe à l’heure actuelle plus de 50 laboratoires et 300 chercheurs, à dominante d’informaticiens et de géographes. Si son budget n’a jamais été à la hauteur de celui d’autres réseaux nationaux, le canadien Géoïde, le coréen KLSG ou le CRC-SI australien, il est finalement le seul parmi ces réseaux de recherche à avoir fonctionné sans interruption depuis l’émergence de la géomatique. Après la première conférence française du domaine, "SIGéo’89", organisée à Rouen, le GDR a pris en charge l’organisation quasi annuelle d’un colloque qui a pris en 2005 le nom de SAGEO et en était en 2019 à sa 15ème édition. L’association Française pour l’Information Géographique (AFIGEO)7, créée un peu plus tôt (1986) a pour mission de concourir au développement du secteur de l’information géographique, en France et à l’international. Elle est structurée en trois pôles, un pôle Entreprises-Industries qui rassemble 80 entreprises du secteur, un pôle Formation-Recherche qui vise à promouvoir les formations en géomatique et à les mettre en adéquation avec les attentes des employeurs, et un pôle Usages-Utilisateurs qui vise à promouvoir les usages et les métiers des collectivités territoriales, des services de l’État et des usagers en général. En liaison avec Géo-Rézo8, un web-portail de passionnés volontaires qui existe depuis 1998, ces deux structures ont travaillé à développer les compétences des spécialistes, à enquêter auprès des professionnels, à faire reconnaître le métier de géomaticien auprès de structures comme Pôle-Emploi ou l’APEC. De nombreuses formations ont été créées à tous les niveaux - même si ce sont les masters qui dominent - dans les universités, les écoles d’ingénieurs, les IUT et dans des structures privées. Des revues et lettre professionnelles se sont créées et des manifestations professionnelles ont animé le champ d’activité au cours du temps : GéoEvenement, Rencontres SIG La Lettre, Rencontres Decryptagéo, GeoDataDays, sans compter les initiatives régionales …

14En trois décennies, c’est donc tout un domaine d’activité nouveau, qui a émergé, s’est structuré pour se développer, progresser, influer sur les politiques publiques, etc. Dans cet ensemble, les géographes de formation sont très présents mais restent minoritaires. Dans l’enquête de 20139 organisée par MAGIS, AFIGEO et Géo-Rézo auxquels 1820 géomaticiens avaient répondu, ceux qui déclaraient la géographie comme domaine de formation principal étaient les plus nombreux mais ne représentaient que 27 % (36 % si l’on intègre aussi la géographie comme formation secondaire).

Ingénierie ou technoscience ?

15Sa nature « d’interdiscipline » entre géographie et informatique confère à la géomatique son originalité scientifique et sa force, car elle s’avère indispensable dans des domaines toujours plus nombreux. Elle constitue aussi sa faiblesse ; la diversité même de ses usages menace son identité et diminue sa visibilité auprès des instances d’évaluation de la politique scientifique, toujours strictement disciplinaires, au moins en France. Sa cohérence ne peut donc être garantie que par un dialogue scientifique profond et régulièrement renouvelé entre informatique et géographie.

16Du côté de la géographie, il est remarquable de constater que les trois grandes problématiques présentes dès la phase initiale motivent toujours le rapprochement avec l’informatique : l’analyse et la modélisation spatiale, la constitution de bases de données géographiques interrogeables et les questions de cartographie et de visualisation. S’y ajoute un besoin permanent d’outils logiciels simples à utiliser pour réaliser les traitements géographiques. Cette structure d’ensemble n’a guère évolué au cours du temps, malgré le profond renouvellement du contexte technique au cours du temps. Les concepts, méthodes et outils de la géomatique sont maintenant mobilisés dans des domaines très variés de la géographie, sociale ou environnementale.

17L’informatique académique, elle, a ses propres « verrous » disciplinaires, conceptuels, méthodologiques et techniques. La dimension spatiale n’est pas en soi une spécificité en informatique, qui vise par principe à ne jamais spécifier des méthodes en fonction d’applications précises mais toujours à aborder les problèmes à un niveau de généricité élevé. La saisie des informaticiens par les géographes se fait donc en démontrant que certains problèmes géographiques correspondent à des verrous génériques informatiques qui intéressent d’autres champs d’activité : les questions d’entrée et de sortie des informations spatialisées relèvent de l’informatique graphique, les combinaisons de couches au format vecteur de l’algorithmique géométrique, etc. L’informatique géographique ne se constitue donc pas en branche de l’informatique, mais reste toujours à sa marge, en fonction de sollicitations externes et de priorités internes à la discipline. Cela apparaît clairement dans les années 1990 à propos des Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD). Le schéma utilisé jusqu’alors en géographie couplait un SGBD pour les données alphanumériques et un module spécifique pour les opérations sur les données spatiales. Conceptuellement insatisfaisant du point de vue informatique, il a été remplacé par un modèle unique et englobant, en position de gérer d’une manière intégrée tables alphanumériques, images aériennes, grilles raster et couches vecteur, modèle devenu la norme des outils professionnels actuels (Scholl et al., 1996). Il en va de même pour les systèmes de capture et de représentation de données en 3D, qui reviennent au cœur de la recherche en informatique par les applications de robotique ou la problématique du véhicule autonome. De la même manière, dans les années 70, le volume de données géomatiques a conduit à trouver de nouveaux modes de stockage et d’interrogation, à la suite de l’arrivée des données satellitaires et de la numérisation des données cartographiques sur support papier. Cela s’illustre encore avec la problématique actuelle des données massives (Jeansoulin, 2016).

Carte présentant l’évaluation des dégâts de l’ouragan Irma, dans la région de la baie de Saint-Jean à Saint Barthélemy, dressée grâce à l’imagerie spatiale

CNRS Photothèque

18La géomatique ne peut, depuis l’origine, être réduite à une simple ingénierie. Les recherches en géomatique contribuent à proposer de nouvelles méthodes et à inventer de nouvelles techniques de traitement de données. Elles construisent aussi des dispositifs d’analyse empirique de l’usage de l’information géographique chez les experts et dans le grand public. Mais les outils utilisés par ces derniers, même s’ils sont issus de la recherche, sont pour beaucoup déployés par de grandes sociétés privées, ou par des collectifs dans lesquels des développeurs au statut varié du monde du logiciel libre s’organisent pour proposer des solutions non-propriétaires. Les recherches en géomatique, même si elles se veulent appliquées, ne sont jamais coupées des recherches fondamentales, en informatique, dans les sciences humaines et sociales ou dans les différentes disciplines où les méthodes sont utilisées. Plus qu’une ingénierie, la géomatique relèverait peut-être plutôt d’une technoscience, au sens que Georges Balandier donnait il y a 20 ans, la « traduction technologique des acquis sans cesse accumulés par l’activité scientifique, la conversion non différée de chaque découverte en outils plus performants, en moyens d’actions nouveaux et bénéfiques » (Balandier, 2001 pp. 41-42). Le caractère « bénéfique » de cette technoscience mérite maintenant interrogation. La géomatique se rapprocherait aussi par certains aspects des disciplines de la conception ou du projet, dont les recherches, qu’elles soient à objectifs opérationnels ou conceptuels, doivent être menées au contact des experts, des praticiens et des usagers.

Géographie et géomatique

19Une majorité de géographes a longtemps considéré la géomatique - et continue à le faire dans une moindre mesure - comme une activité essentiellement technique, quasiment ancillaire, un peu d’ailleurs comme la cartographie dont elle a hérité en partie. Quand Yves Boquet consacre à la question des satellites et des ordinateurs un chapitre de son récent manuel sur géographes et géographies, il l’intitule « Le tournant technique de la géographie » (Boquet, 2018). Et il avertit : « Le géographe n’est pas un ingénieur en informatique ». Il s’inquiète aussi du risque « d’un virage tout-technologique de la géographie qui éloigne des réalités sociales et culturelles du terrain ». Pourtant, le recul de 30 ans dont nous disposons montre que le risque de ce virage n’existe pas. Même si SIG et cartographie sont devenus les outils habituels de traitement de données maintenant quasiment toutes numériques, une part très minoritaire des géographes s’est en fait consacrée aux recherches en géomatique. Celle-ci est devenue un simple courant qui reste assez marginal dans la discipline.

20Une violente querelle scientifique a déjà eu lieu entre géomatique et géographie il y a trente ans, largement analysée et commentée (Schuurman, 2000) (Desbois, 2015a). Elle oppose dans les revues internationales de géographie les tenants d’une géographie sociale et humaine et les géographes des Sciences de l’Information Géographique. Les premiers dénoncent dans les SIG une erreur à la fois « ontologique, épistémologique, méthodologique et éthique » pour la géographie (Sui, 1994). Ils mettent en cause leur positivisme et leur réalisme naïf, aggravé par un empirisme sans profondeur qui les conduirait à préférer les questions techniques aux interrogations fondamentales de la discipline et à se trouver pilotés par les données sans théorie cohérente pour les guider. Les partisans des SIG répondent par un procès d’incompétence technique des “social scientists” qui s’avéreraient incapables de juger la pertinence des objets qu’ils critiquent. Ils voient dans ces accusations l’expression extrême des errements anti-scientifiques et relativistes d’une certaine géographie post-moderne et déconstructionniste nord-américaine, dont l’obscurantisme la conduirait à refuser toute quantification et même toute utilisation de données (Unwin, 1994). Ce débat non dénué d’arrière-pensées sur des enjeux de pouvoir, de postes et de budgets se termine par un « cesser le feu » lors du meeting de Friday Harbor en 1992 (Goodchild, 2014) (Wilson, 2015).

  • 10 Cette critique s’exprime avec retard et de manière plutôt atténuée (Staszak, 2001) (Desbois, 2008)

21A la même époque, le débat dans la géographie française est d’une autre nature (Joliveau, 2004, op. cit.). Les attaques contre les SIG ne sont pas portées par les tenants d’une géographie sociale, critique ou post-moderne, moins développée alors qu’aux Etats-Unis10. Ce sont les géographes théoriques quantitativistes utilisant depuis longtemps les ordinateurs qui se montrent les plus critiques envers les SIG. Ces derniers leur apparaissent complexes et lourds, inadaptés à des problématiques géographiques, trop peu orientés vers l’analyse spatiale et déficients sur le plan de la sémiologie. Comme du côté anglo-saxon, ces outils qui mettent les données au centre de la problématique sont accusés d’organiser une régression vers l’inventaire, la description, la compilation irréfléchie et non problématisée. Les géographes français partagent aussi la crainte que ces nouvelles recherches sur et avec les SIG se placent sous la dépendance d’intérêts privés ou répondent essentiellement à des enjeux des pouvoirs locaux et nationaux. Cela conduirait leurs concepteurs à soumettre leurs travaux à des objectifs extrascientifiques, essentiellement pratiques et acritiques (Rimbert, 1989) (Guermond, 1994).

22On voit la convergence des critiques contre les SIG de la part d’une géographie quantitativiste et modélisatrice française et d’une géographie radicale et post-positiviste anglo-saxonne, pourtant tout aussi hostile à la ”science spatiale” qui aurait selon elle dominé la géographie depuis les années soixante, et dont les SIG sont alors vus comme un resourcement. La nuance vient peut-être de la spécificité de la tradition de l’analyse spatiale quantitative française, née sous influence de la nouvelle géographie américaine mais plus directement associée à une réflexion théorique, ce dont témoignent les travaux du Groupe Dupont (Chamussy, 2015). Cette critique des SIG laisse assez vite la place dans la géographie universitaire à un accommodement opportuniste et utilitariste, sensible aux sources d’emploi et de crédit qu’ils offrent pour les étudiants et les chercheurs, sans que leur pertinence épistémologique ne fasse vraiment l’objet de nouvelles discussions, une fois qu’il apparaît que la géomatique reste, en géographie, très minoritaire.

De la géomatique au géonumérique

23Après 1990, quatre innovations techniques transforment de manière significative les usages de l’information géographique. L’apparition en 1996 d’un Internet grand public puis commercial bouleverse l’accès aux bases de données géographiques. Les serveurs de services Web facilitent le développement de portails pour interroger et consulter les données géographiques à distance avec des interfaces de visualisation cartographique inspirées des logiciels SIG. Les cartes dynamiques et interactives se multiplient sur Internet, intégrant des fonctions de navigation, de sélection d’information et de choix de symboles, etc. En 2000, la fin du brouillage du signal GPS américain pour les applications civiles ouvre le champ au développement des systèmes d’aide à la navigation. En 2005 les technologies dites du Web 2.0 facilitent les interactions avec les pages Web et permettent de mutualiser des éléments logiciels entre les sites Web. Google, bientôt suivie par d’autres grandes sociétés du Web, les utilise pour construire une interface cartographique de visualisation des résultats de son moteur de recherche Google Maps (Crampton, 2009). L’interface de programmation de l’application est rendue accessible aux développeurs qui sont extrêmement nombreux à l’utiliser pour cartographier les données de leur site. C’est le point de départ du foisonnement de ce que M. Noucher appelle les « petites cartes du Web » (Noucher, 2017). La quatrième évolution est la géolocalisation liée à l’arrivée des smartphones en capacité de se connecter au réseau Internet par téléphonie mobile ou par wifi, de capter un signal GPS et d’avoir accès en continu à leur position géographique tout en mobilisant sur Internet les informations contextuelles à cette position.

Une géonumérisation accélérée du monde

24Depuis le début des années 1970 est à l’œuvre un processus de transcription en format numérique des objets les plus divers localisés sur la surface terrestre. On peut parler à ce propos de géonumérisation11 puisque la localisation de ces entités se fait aussi dans un format et au moyen de techniques numériques. Elle est le résultat d’un travail acharné de décalque informatique des plans et cartes anciennes, souvent sous-traité à moindre coût à des opérateurs en travail posté dans les pays du Sud. Les satellites d’observation de la terre déployés grâce aux technologies développées par les États-Unis pendant la Guerre froide contribuent largement depuis les années 1970 à cette géonumérisation des entités concrètes visibles depuis l’espace (Desbois, 2015a). Ils ont donné naissance à la télédétection, une (sous-)discipline à part entière, associée mais distincte de la géomatique, qui décolle véritablement dans les universités françaises avec le lancement du premier satellite SPOT en 1986 pour devenir une source d’information toujours plus riche et précise sur les états du sol et de l’environnement (Verger, 2010). Elle a aussi fortement contribué à l’irruption des ordinateurs dans les laboratoires de géographie. La géonumérisation s’est aussi étendue dans les années 2000 au domaine culturel avec le géoréférencement systématique des « œuvres de l’esprit humain » présentes dans les bibliothèques, les musées, les archives et sur le Web (Hill, 2006).

25La géonumérisation des véhicules, des marchandises et des individus est rendue possible par les capteurs GPS et les puces RFiD associées aux cartes de transports, aux badges d’identification, ainsi qu’aux adresses des ordinateurs connectés à Internet et aux traces laissées sur les sites web ou les réseaux sociaux (Severo et Romele, 2015). Une géonumérisation volontaire (Goodchild, 2007) se déploie aussi pour contribuer à une carte mondiale libre de droit (Projet OpenStreetMap12) ou à des initiatives de sciences citoyennes telles que l’observatoire naturaliste Faune-France13. La miniaturisation des capteurs (température, bruit, pollution…), le développement rapide des objets connectés et le déploiement de véhicules autonomes bardés de capteurs divers sont autant de facteurs d’une géonumérisation accélérée qui se fait de plus en plus par l’incorporation du code informatique directement dans les objets de l’espace quotidien sans que ses usagers en aient conscience (Kitchin et Dodge, 2011).

26Ce processus de géonumérisation s’appuie sur une infrastructure organisationnelle, technique et économique complexe, publique et privée, constituée de satellites, de câbles et réseaux terrestres et sous-marins, de datacenters, de serveurs et routeurs pour acheminer l’information à distance. On regroupe sous le terme de Géoweb ce processus d’organisation par l’espace de l’information à travers un géoréférencement direct ou indirect sur la surface terrestre qui permet de décrire de plus en plus précisément le contexte géographique proche ou éloigné de sa propre position (Joliveau, 2011). Le Géoweb peut être envisagé comme le volet géographique de la transformation numérique en cours qui voit l’ensemble des activités sociales prises en charge par des procédures informatiques. Paradoxalement, la dimension géographique des données est tellement massive qu’elle finit par devenir invisible. Les technologies de géonumérisation et de géolocalisation sont pourtant au cœur de nombre des bouleversements des usages récents grâce à la synchorisation, version spatiale de la synchronisation qui permet une coordination dans l’espace en temps continu (Beaude, 2012). Plus largement, les modes de perception de l’espace et de l’environnement sont progressivement transformés par le Géoweb, qui devient un puissant opérateur de spatialité (Joliveau, 2017), tant au niveau des pratiques de l’espace, par exemple le choix d’un itinéraire en voiture ou d’un nouveau logement, que de ses représentations, tant changent les manières dont on s’informe sur les lieux et dont on les documente. Les nouveaux outils du Géoweb conduisent d’ailleurs à dépasser cette opposition pratique/représentation. En reliant de manière performative l’information numérique et l’expérience directe, le Géoweb active des choix spatiaux souvent inconscients qui transforment en profondeur les modes de consommation (le développement de la livraison de repas), les transports (les vélos ou trottinettes en flotte connectée), et plus largement les interactions sociales et les formes de travail. Les volumes colossaux d’information géolocalisée produite sous forme de traces par les individus a fait émerger le modèle d’une ville dite intelligente fondée sur un pilotage de la vie urbaine par les données géographiques et l’intelligence spatiale (Picon, 2015). Au-delà des questions éthiques et politiques que posent ces traces personnelles, leur intérêt et leur pertinence pour la recherche en sciences sociales est de plus en plus discutée (Beaude, 2017). Les objectifs et le contexte de l’émission de la trace indispensable à l’interprétation ne sont en effet jamais connus. Par ailleurs ces données sont toujours présentées comme individuelles alors qu’elles sont émises dans des processus sociaux de communication dont on ne sait rien, mais dont il paraît dangereux de faire abstraction dans les choix d’agrégation, en particulier spatiale, que nécessite leur analyse. Un très important travail de recherche est à faire pour décrire et comprendre comment ces dispositifs géonumériques inédits et très évolutifs influent sur les interactions spatiales des individus et modifient leurs relations aux lieux.

Les enjeux sociopolitiques géonumériques

27Un des reproches fait aux géomaticiens lors de la « guerre des SIG » de 1990 était leur naïveté politique et éthique dans la participation aux appareils de surveillance et d’encadrement des individus et des groupes. Les racines militaires des technologies de la géomatique, de la carte au GPS, de la télédétection aux visualisation 3D ont été rappelées depuis (Desbois, 2015b) et l’utilisation militaire de ces techniques a été dénoncée (Smith, 1992). Cette cécité portait aussi sur les conditions humaines et sociales du monde dit virtuel et de la société numérique dont pouvaient être porteuses les technologies de traitement de l’information. Comme le rappelle Goodchild (Goodchild, 2014 op. cit.), l’Initiative 19 du NCGIA (National Center for Geographic Information and Analysis) (Harris et Weiner, 1996) a conduit à ouvrir les recherches pour et sur les usages sociaux des SIG (Harris et Weiner, 1996). L’intégration de méthodes qualitatives dans les SIG a été explorée (Cope et Elwood, 2009), ainsi que l’usage participatif des SIG (Sieber, 2006), qu’a prolongé la problématique de l’Information Géographique Volontaire (Goodchild, 2007 op. cit.). Mais Goodchild lui-même déplore plus récemment le peu de travaux en cours sur la critique des SIG, alors que les enjeux socio-politiques lui paraissent beaucoup plus sérieux qu’au début des années 90 (Goodchild, 2014 op. cit.).

28En 2016, 30 chercheurs américains rassemblés à Friday Harbor, plus de 20 ans après le meeting fondateur mentionné plus haut, ont tenté de renouer avec une approche critique des SIG (Thatcher et al., 2016). Il leur paraît nécessaire de rester attentif à l’analyse critique des usages des SIG traditionnels qui demeurent des outils puissants d’organisation et de représentation de l’information géographique. Mais une myriade de technologies spatiales variées est apparue, non à la place mais à côté de ces SIG traditionnels, très monolithiques. Les données que le géographe doit manipuler maintenant sont non seulement plus volumineuses mais extrêmement hétérogènes, par la nature, les sources, le format, l’incertitude associée. Il est devenu plus difficile d’observer et d’analyser des pratiques numériques de l’information qui sont devenue diffuses et ubiquistes. Le rôle toujours croissant des réseaux sociaux dans les communications interpersonnelles, l’information socio-politique et culturelle et les échanges marchands a rendu indispensable l’analyse de ces données massives, pour une large part, accaparées par des plateformes qui en ont fait la base de leur modèle économique et se refusent à communiquer sur la nature et leur utilisation de ces données. Cette dimension économique de l’information géographique et de ces usages doit entrer dans les analyses des géographes.

29Il est donc nécessaire d’inventer des méthodes adaptées à l’analyse critique des usages géonumériques qui dépassent la critique traditionnelle de la cartographie (Joliveau, Noucher, et Roche, 2013). M. Noucher qui s’est investi dans la construction de cette nouvelle critique propose d’explorer les usages effectifs de l’information géographique avec des méthodes susceptibles de « susciter la réflexivité des usagers » (Noucher, 2018). Il propose aussi de décomposer finement les processus techniques complexes et cachés des infrastructures de données spatiales, ce qui nécessite de développer « une approche critique de la géomatique par la géomatique ». Il est aussi nécessaire de dépasser les applications classiques de la géomatique pour s’ouvrir aux pratiques géonumériques quotidiennes. Les géographes doivent mobiliser leur maîtrise de l’analyse et de l’interprétation spatiales des phénomènes dans un cadre interdisciplinaire, en joignant leurs efforts aux spécialistes des autres sciences humaines et sociales, sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication ou économie qui se sont attelées à analyser les transformations liées au numérique. Cela conduira-t-il à faire évoluer le face-à-face entre géographes et informaticiens qui structure la recherche géomatique depuis ses origines ?

Des multiples images de la géolocalisation repérage, à l’aide d’un GPS, des structures micro-topographiques en forêt de Chailluz, près de Besançon. L’objectif est d’étudier des paysages sur une très longue durée pour mettre en évidence la dynamique de l’occupation des sols et les modes de gestion forestière en fonction du contexte économique et technologique.

@ Cyril Fresillon, CNRS Photothèque

Conclusion : les défis géonumériques

30Au début des années 1990, la géographie a bien connu une révolution informatique, comme toute la société. Alors que l’usage de l’ordinateur était limité à quelques pionniers, souvent considérés comme marginaux, les outils géomatiques ont investi la géographie et modelé les pratiques des géographes selon un patron nouveau, celui des SIG. Ils ont aussi fourni à un nombre non négligeable de diplômés de géographie des débouchés dans les domaines d’application habituels de la géographie, aménagement et environnement, mais aussi dans d’autres secteurs (santé, transports, énergie …). La transition numérique qui s’est traduite par la diffusion des données géonumériques dans toutes les facettes de la vie quotidienne n’a pas eu pour effet de réduire l’importance des outils géomatiques pour la structuration et l’analyse des données géographiques. Au contraire, ce champ ancien connaît des évolutions méthodologiques et techniques importantes et rapides. Le traitement des questions géographiques à venir nécessite l’apprentissage de méthodes informatiques adaptées : géodonnées massives, méthodes d’apprentissage automatique, fouille de texte, web sémantique, nouveaux modes de visualisation … pour ne citer que certaines d’entre elles. L’adoption par la géographie d’outils informatiques s’est produite avant celle d’autres sciences humaines et sociales, avant par exemple l’émergence du champ des humanités numériques, avec lequel elle entretient de ce fait un lien encore distant. Les géographes doivent maintenant s’impliquer dans ces nouveaux projets pluridisciplinaires en collaboration avec des historiens, des spécialistes de la culture de l’art et de la littérature, des linguistes... L’enjeu est triple : promouvoir les approches spatiales et géographiques dans ces domaines, enrichir l’analyse et le raisonnement géographique avec des objets peu usités encore dans la discipline, améliorer les outils en les confrontant à des problématiques nouvelles.

31La perception du numérique évolue au fur et à mesure qu’il occupe un champ toujours plus vaste des activités. Le potentiel de transformation économique, social et culturel de l’informatique a été perçu très tôt ; pensons à la faveur que connut la cybernétique dans les années 1950, bien au-delà des spécialistes. La promesse informatique a nourri un flux ininterrompu de fictions anticipative, littéraires, cinématographiques et ludiques et contribué à créer un imaginaire technique, une utopie informatique, positive ou négative (Flichy, 2001), dont la dimension spatiale n’est pas absente (Desbois, 2010) (Desbois, [s.d.]). Cet imaginaire crée un sentiment contradictoire de familiarité et d’étrangeté avec les transformations effectives que produit l’informatique dans la vie de tous les jours, comme si ce qui advient avait déjà été vécu, mais différemment. Depuis quelques années, la promesse informatique d’un progrès dans la résolution des problèmes des sociétés humaines s’est inversée en une inquiétude croissante vis-à-vis de ses menaces : perte de la vie privée, surveillance et contrôle social généralisés, champ toujours plus étendu de décisions algorithmiques opaques, déstabilisation des formes traditionnelles de travail et d’organisation sociale. Or les techniques de géonumérisation et de géolocalisation tiennent un rôle majeur dans ces processus. Cela exige un effort de rigueur et de réflexion critique de la part des géographes, qui doivent être présents dans la compréhension et le dévoilement de ces évolutions.

32Au début des années 1990, certains craignaient que la « révolution des SIG » conduise la géographie à régresser en une forme moderne d’ingénierie géographique. Une fois tous transformés en géomaticiens, les géographes se borneraient, tels les ingénieurs géographiques du Roi, à fournir descriptions et inventaires de la surface terrestre avec des outils informatiques. La mission scientifique de la géographie : proposer théories, analyses et interprétations du monde contemporain dans sa complexité, s’en serait vu oubliée. 30 ans après, cette menace non advenue revient transformée à l’ordre du jour. Avec la mutation qui nous a fait passer de l’informatique au numérique, il ne s’agit plus seulement pour les géographes d’expliquer un monde physique et social avec des outils informatiques comme il y a 30 ans. Ce monde physique et social se produit, s’exprime et se représente maintenant lui-même en continu à travers un « nuage » d’information numérique toujours plus grand, que le géographe doit traiter afin de pouvoir décrire, inventorier, mesurer et expliquer ce monde, dans sa consistance nouvelle.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. Le Grand Système. Paris : Fayard, 2001.

Beaude B. Internet, changer l’espace, changer la société. [s.l.] : FYP éditions, 2012. 256 p.ISBN : 2-916571-69-8.

Beaude B. « Spatialités algorithmiques ». In : Traces numériques et territoires [En ligne]. Paris : Presses des Mines, 2017. p. 135‑162. Disponible sur  : < http://books.openedition.org/pressesmines/2000 > (consulté le 24 mars 2020) ISBN : 978-2-35671-436-7.

Boquet Y. Géographes et géographies  : de la connaissance de la terre à la compréhension des territoires. Dijon, France : Éditions Universitaires de Dijon, 2018. 444 p. ISBN : 978-2-36441-283-5.

Chamussy H. « Le Groupe Dupont dans le renouvellement de la géographie ». Bulletin de l’association de géographes français. Géographies. 1 mars 2015. vol. 92, n° 92‑1, p. 34‑41.

Chrisman N. R. Charting the unknown: how computer mapping at Harvard became GIS. Redlands, Calif.: ESRI Press : Independent Publishers Group (IPG) [distributor], 2006. ISBN: 1-58948-118-6.

Clarke K. C., Cloud J. G. « On the Origins of Analytical Cartography ». Cartography and Geographic Information Science [En ligne]. 1 janvier 2000. vol. 27, n° 3, p. 195‑204. Disponible sur : https://doi.org/10.1559/152304000783547821 .

Cope M., Elwood S. Qualitative GIS. A mixed methods approach. [s.l.]: SAGE Publications Ltd, 2009. ISBN: 978-1-4129-4566-0.

Coppock J. T., Rhind D. W. « The History of GIS ». In: Maguire DJ, Goodchild MF, Rhind DW (éd.). Geographical Information Systems : Principles and Applications. Harlow: Longman Scientific and Technical, 1991. p. 21‑43.

Crampton J. W. « Cartography : maps 2.0 ». Prog Hum Geogr [En ligne]. 2 janvier 2009. vol. 33, n° 1, p. 91‑100. Disponible sur  : < https://doi.org/10.1177/0309132508094074 >

Denègre J., Salgé F. Les systèmes d’information géographique. Paris, France : Presses universitaires de France, 2004. 127 p.ISBN : 978-2-13-053923-0.

Desbois H. « La carte et le territoire à l’ère numérique ». Socio. La nouvelle revue des sciences sociales [En ligne]. 25 avril 2015a. n° 4, p. 39‑60. Disponible sur  : < https://doi.org/10.4000/socio.1262 >

Desbois H. Les mesures du territoire : aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique. Villeurbanne, France : Presses de l’Enssib, 2015b. 239 p. ISBN : 979-10-91281-47-8.

Desbois H. « Code Source de William Gibson et les imaginations géographiques à l’ère du GPS ». Géographie et cultures. 1 novembre 2010. n° 75, p. 189‑206.

Desbois H. « On ne joue plus  ! De Tron à Tron, l’héritage, l’évolution d’un imaginaire des espaces virtuels. » Carnets de géographes.

Ellul J. Le Système technicien. [s.l.] : Le Cherche-Midi, 1977.

Flichy P. L’imaginaire d’Internet. Paris, France : Ed. la Découverte, 2001, 2001. 272 p.ISBN: 978-2-7071-3537-7.

Foresman T. W. The History of Geographic Information Systems, Perspectives from the Pioneers. Upper Saddle River: Prentice Hall, 1998. ISBN: 0-13-862145-4.

Goodchild M. F. « Geographical information science ». International journal of geographical information systems [En ligne]. 1992. vol. 6, n° 1, p. 31‑45. Disponible sur  : < https://doi.org/10.1080/02693799208901893 >

Goodchild M. F. « Two decades on: Critical GIScience since 1993 ». Can. Geogr. [En ligne]. 2014. vol. 59, n° 1, p. 3‑11. Disponible sur  : < https://doi.org/10.1111/cag.12117 >

Goodchild M. F. « Citizens as sensors ; the world of volunteered geography ». GeoJournal. 2007. vol. 69, n° 4, p. 211‑221.

Goodchild M., Kemp K. K. NCGIA Core Curriculum in GIS. History of GIS [En ligne]. Santa Barbara CA: National Center for Geographic Information and Analysis, University of California, 1990. Disponible sur  : < http://www.geog.ubc.ca/courses/klink/gis.notes/ncgia/u23.html#UNIT23 >

Guermond Y. « Information, informatique et systèmes d’information géographique ». In : Bailly A, Ferras R, Pumain D (éd.). Encyclopédie de géographie. Paris : Economica, 1995. p. 277‑282.

Guermond Y. « Informatique et géographie ». In : Bailly AS (éd.). Les concepts de la géographie humaine. Paris : Masson, 2001. p. 277‑286.

Guermond Y. « Conclusion de Géopoint 94 ». In : Dupont G (éd.). Géopoint 94 S.I.G., Analyse spatiale et aménagement. Avignon, 25-26 mai 1994 : Faculté des Lettres et Sciences Humaines. Université d’Avignon, 1994. p. 187‑228.

Hägerstrand T. « The propagation of innovation waves ». Lund Studies in Geography. 1952. vol. SER B. HUMAN GEOGRAPHY n° 4, p. 3‑22.

Harris T., Weiner D. GIS and Society: The Social Implications of How People, Space, and Environment Are Represented in GIS- Scientific Report for the Initiative 19 Specialist Meeting (96-7) [En ligne]. [s.l.] : [s.n.], 1996. Disponible sur  : < https://escholarship.org/uc/item/9bw2d2rw > (consulté le 9 novembre 2018)

Harvey F., Chrisman N. « The social construction of geographic information systems ». In: The imbrication of geography and technology [En ligne]. [s.l.]: Kluwer Academic Publishers, 2004. p. 65‑80. Disponible sur  : < https://researchbank.rmit.edu.au/view/rmit :25266 > (consulté le 5 novembre 2018)ISBN : 978-1-4020-1857-2.

Hill L. Georeferencing. The Geographic Associations of Information. Boston: The MIT Press, 2006. 280 p.ISBN: ISBN-10: 026208354X ISBN-13: 978-0262083546.

Jeansoulin R. « Review of Forty Years of Technological Changes in Geomatics toward the Big Data Paradigm ». ISPRS International Journal of Geo-Information [En ligne]. 29 août 2016. vol. 5, n° 9, p. 155. Disponible sur  : < https://doi.org/10.3390/ijgi5090155 >

Johnston R. J. Geography and Geographers, Anglo-American Human Geography since 1945. London : Edward Arnold., 1997.

Joliveau T. Géomatique et gestion environnementale du territoire. Recherches sur un usage géographique des SIG [En ligne]. Rouen : Université de Rouen, 2004. Disponible sur  : < http://perso.wanadoo.fr/thierry.joliveau/Biblio/HDR.htm >

Joliveau T. « La géographie et la géomatique au crible de la néogéographie ». Tracés. 2010. vol. 2010/3, n° HS-10, p. 227‑239.

Joliveau T. « Le géoweb, un nouveau défi pour les bases de données géographiques ». L’Espace Géographique. 2011. vol. Tome 40, n° 2, p. 151‑163.

Joliveau T., Noucher M., Roche S. « La cartographie 2.0, vers une approche critique d’un nouveau régime cartographique ». L’Information géographique. 1 décembre 2013. vol. 4, n° 12, p. 29‑46.

Kitchin R., Dodge M. Code/Space : Software and Everyday Life. [s.l.] : MIT Press, 2011. 304 p.ISBN : 0-262-04248-7.

Moatti A. « Le numérique rattrapé par le digital  ? ». Le Débat [En ligne]. 4 février 2016. n° 188, p. 68‑72. Disponible sur  : < https://doi.org/10.3917/deba.188.0068 >

Noucher M. Les Petites Cartes du web. Analyse critique des nouvelles fabriques cartographiques [En ligne]. Éditions rue d’Ulm.[s.l.] : [s.n.], 2017. 70 p.(Actes de la recherche à l’Ens n° 18). Disponible sur  : < http://www.presses.ens.fr/481-actes-de-la-recherche-a-l-ens-petites-cartes-du-web-les.html > (consulté le 15 avril 2017)ISBN : 978-2-7288-3597-3.

Noucher M. « Que reste-t-il de Friday Harbor  ? - Pour une approche critique renouvelée des usages du géoweb fondée sur l’analyse des traces numériques ». Rev. Int. Geomat. [En ligne]. 1 janvier 2018. vol. 28, n° 1, p. 15‑37. Disponible sur  : < https://doi.org/10.3166/rig.2017.00036 >

Noucher M., Gautreau P. « Le libre accès rebat-il les cartes  ? ». Les Cahiers du numérique. 1 avril 2013. vol. vol. 9, n° 1, p. 57‑83.

Noucher M., Gourmelon F. « Regard critique sur le partage de données géographiques  : du discours des acteurs aux données diffusées ». In : Journées d’étude sur la gouvernance informationnelle de l’environnement en Guyane. [s.l.] : [s.n.], 2016. Disponible sur  : < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01387666 > (consulté le 22 mars 2020)

Picon A. Smart Cities: A Spatialised Intelligence. [s.l.]: John Wiley & Sons, 2015. 171 p.ISBN : 978-1-119-07560-8.

Rimbert S. « G.I.S. ou pas  ? ». Mappemonde. 1989. vol. 1989, n° 1, p. 1‑3.

Roche S. « Les SIG  : un regard nouveau sur l’espace et sa gestion ». L’Espace géographique [En ligne]. 1997. vol. 26, n° 1, p. 60‑66. Disponible sur  : < https://doi.org/10.3406/spgeo.1997.1032 >

Scholl M., Voisard A., Peloux J.-P., Raynal L., Rigaux P. SGBD Géographiques - spécificités. Paris: International Thomson Publishing France, 1996.

Schuurman N. « Trouble in the heartland : GIS and its critics in the 1990s ». Progress in Human Geography. 2000. vol. 24, 4, p. 569‑590.

Severo M., Romele A. Traces numériques et territoires. Paris : Presses de l’Ecole des mines, 2015. 270 p.ISBN: 978-2-35671-227-1.

Sieber R. « Public Participation Geographic Information Systems: A Literature Review and Framework ». Annals of the Association of American Geographers. 2006. vol. vol. 96, n° Issue 3, p. 491–507.

Smith N. « History and Philosophy of geography. Real wars, theory wars ». Progress in Human Geography. 1992. vol. 16, p. 257‑271.

Staszak Jean-François. « Les enjeux de la géographie anglo-saxonne ». In : Staszak J.-F., Collignon B, Chivallon C, Debarbieux B, Géneau de Lamarlière I, Hancock C (éd.). Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines. Paris : Belin, 2001. p. 7‑21.

Sui D. Z. « GIS and urban studies : Positivism, post-positivism, and beyond ». Urban Geography. 1994. vol. 1994 (15), p. 258‑278.

Thatcher J., Bergmann L., Ricker B., Rose-Redwood R., O’Sullivan D., Barnes T. J., Barnesmoore L. R., Beltz Imaoka L., Burns R., Cinnamon J., Dalton C. M., Davis C., Dunn S., Harvey F., Jung J.-K., Kersten E., Knigge L., Lally N., Lin W., Mahmoudi D., Martin M., Payne W., Sheikh A., Shelton T., Sheppard E., Strother C. W., Tarr A., Wilson M. W., Young J. C. « Revisiting critical GIS ». Environ Plan A [En ligne]. 1 mai 2016. vol. 48, n° 5, p. 815‑824. Disponible sur  : < https://doi.org/10.1177/0308518X15622208 >

Tomlinson R. F. « The Impact of the Transition From Analogue to Digital Cartographic Representation ». The American Cartographer. 1988. vol. 15 n° 3, p. 251‑261.

Turner A. J. Introduction to Neogeography. [s.l.]: O’Reilly Media, Inc., 2006. ISBN: 978-0-596-52995-6.

Unwin D. « Cartography, Visc and GIS ». Progress in Human Geography. 1994. vol. 18, n° N° 4, p. 516‑522.

Verger F. « Les débuts de la télédétection spatiale dans la géographie française  : témoignage d’un pionnier ». L’Information géographique [En ligne]. 15 juillet 2010. vol. 74, n° 2, p. 45‑52. Disponible sur  : < https://doi.org/10.3917/lig.742.0045 >

Wilson M. W. « New lines? Enacting a social history of GIS ». The Canadian Geographer / Le Géographe canadien [En ligne]. 1 mars 2015. vol. 59, n° 1, p. 29‑34. Disponible sur  : < https://doi.org/10.1111/cag.12118 >

Haut de page

Notes

1 On considèrera que les deux mots sont à peu près synonymes, sans chercher à distinguer les nuances que pense y voir Moatti (2016). Pour nous, numérique n’est que la version avalisée par les instances françaises et québécoises de l’anglais digital.

2 On se réfèrera aux chapitres que Yves Guermond consacra durant cette période à ces questions dans des manuels de géographie universitaire pour mesurer l’importance de l’informatique pour les géographes de l’époque (Guermond, 1995 ; Guermond, 2001).

3 Office de la langue française du Québec (Bergeron, M., Bédard, Y., Bouhn, G., Hudon, Y. Bruger, D., Malboeuf. Lexique des termes de la géomatique, 1993. Le texte ne semble plus en ligne mais est abondamment cité. Voir par exemple (Roche, 1997)

4 Voir par exemple la page de la société ESRI : https://www.esri.com/en-us/what-is-gis/history-of-gis.

5 Par exemple J. Dangermond fondateur d’ESRI et D. Sinton responsable du développement d’Intergraph.

6 http://gdr-magis.imag.fr/

7 http://www.afigeo.asso.fr/

8 https://georezo.net/

9 https://blog.georezo.net/laminute/2013/07/01/les-premiers-resultats-de-lenquete-2013-sur-metiers-de-la-geomatique/

10 Cette critique s’exprime avec retard et de manière plutôt atténuée (Staszak, 2001) (Desbois, 2008)

11 https://mondegeonumerique.wordpress.com/geomatique-et-cie/geomatique-et-geonumerisation/

12 https://www.openstreetmap.org

13 https://www.faune-france.org

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Roger Tomlinson (1933-2014), pionnier de l’informatique géographique, en 1957dans la péninsule du Labrador au Canada (DR)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende 5YJW un programme d’illustration et d’analyse de données spatiales développé au Laboratory of Computer Graphicr d’Haward
Crédits (DR)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4062/img-4.png
Fichier image/png, 616k
Légende Carte présentant l’évaluation des dégâts de l’ouragan Irma, dans la région de la baie de Saint-Jean à Saint Barthélemy, dressée grâce à l’imagerie spatiale
Crédits CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Une géonumérisation accélérée du monde
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Des multiples images de la géolocalisation repérage, à l’aide d’un GPS, des structures micro-topographiques en forêt de Chailluz, près de Besançon. L’objectif est d’étudier des paysages sur une très longue durée pour mettre en évidence la dynamique de l’occupation des sols et les modes de gestion forestière en fonction du contexte économique et technologique.
Crédits @ Cyril Fresillon, CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4062/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Joliveau, « Une révolution numérique de la géographie ? Le cas de la géomatique. »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 21-34.

Référence électronique

Thierry Joliveau, « Une révolution numérique de la géographie ? Le cas de la géomatique. »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4062

Haut de page

Auteur

Thierry Joliveau

Université Jean Monnet/Université de Lyon. CNRS UMR Environnement-Ville-Société. thierry.joliveau@univ-st-etienne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search