Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1DOSSIER : Les mutations récentes ...Le foisonnement récent de la géog...

DOSSIER : Les mutations récentes de la géographie en France

Le foisonnement récent de la géographie critique en France 

The recent rise of critical geography in France
Cécile Gintrac
p. 35-44

Résumés

Depuis dix ans, le terme « géographie critique », s’est fait une place dans le champ de la géographie française. Si cette émergence est le fruit d’une puissante internationalisation de la recherche, elle remobilise aussi les héritages de la géographie française, notamment ceux des décennies 1970 et 1980.

Haut de page

Texte intégral

1 Depuis une dizaine d’années, le terme « géographie critique » s’est fait une place dans le champ de la discipline géographique française. S’il n’existe pas à proprement parler de courant institutionnalisé sous forme de groupe de recherche identifié par exemple, individuellement, de plus en plus de géographes identifient leurs travaux à cette démarche.

2Car ce n’est pas l’objet qui rend la géographie « critique », mais bel et bien la démarche revendiquée : celle d’une géographie qui assume une visée émancipatrice, de transformation de la société qu’elle étudie (De Koninck, 2004 ; Gintrac, 2012). On pourrait définir la géographie critique comme « l’ensemble des approches construites autour d’une remise en question des catégories analytiques classiques pour lire le monde, articulées à une volonté de peser sur les évolutions politiques et sociales des sociétés étudiées. » (Calbérac et Morange, 2012). La géographie critique s’est nourrie du tournant culturel.

En mars 2019, la revue Antipode célèbre 50 ans de publications de « géographie radicale »

D.R.

  • 1

3L’étiquette « géographie critique » se veut plurielle : elle regroupe, entre autres, la géographie des minorités, la géographie féministe, les approches postcoloniales, la géographie anarchiste et surtout la géographie radicale qui a précédé chronologiquement la géographie critique. En effet, ce dernier courant est mieux identifié, dans le temps et dans l’espace. La géographie radicale est née au tournant des années 1960 et 1970, aux États-Unis autour de la création, en 1969, de la revue Antipode (A journal of Radical Geography). A partir de 1972, la revue est devenue plus explicitement marxiste et a débouché sur la constitution d’un groupe de « géographes socialistes » lors des congrès nationaux. De fait, la géographie radicale est plus explicitement liée à la pensée, à l’analyse du fonctionnement spatial du capitalisme et des inégalités qu’il engendre à différentes échelles. En géographie, les approches critiques ont donc marqué une forme de rupture épistémologique avec la géographie radicale (le marxisme étant l’un des grands récits remis en question par le tournant culturel) ou du moins une pluralisation des voies de la critique, débouchant ainsi « une large coalition d’approches géographiques progressistes de gauche1 » (Berg, 2010, p. 617).

4La difficulté à transposer ce schéma en France provient du décalage chronologique : la géographie radicale et les géographies critiques se sont installées en France, dans les années 1990 et 2000 du fait de la concomitance des traductions.

5Il y a une vingtaine d’années encore, l’appellation n’était en effet pas réellement présente dans la littérature géographique française. Dans le dictionnaire les Mots de la géographie, l’entrée « critique » décline bien six acceptions du terme, mais il n’y est pas question de « géographie critique » (Brunet, Ferras, Théry, 1993, p. 136-137). Même chose dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, dirigé par Jacques Lévy et Michel Lussault, où la critique est définie selon les registres philosophiques de la « raison théorique » et de la « raison pratique », sans évoquer pour autant de « géographie critique ».

  • 1

6Dans d’autres contextes, dans le monde anglophone notamment, la géographie critique a une existence tangible (Gintrac, 2015a ; Gintrac, 2017). Elle est matérialisée par l’existence de groupes qui s’en revendiquent, tel que le Groupe International de Géographie Critique qui tient des conférences tous les 3 ans environ (Gintrac 2017). Elle guide explicitement l’orientation de certaines revues telles qu’ACME : An International E-Journal for Critical Geographies / Revue électronique internationale de géographie critique, GeocritiQ et Geocritica en Espagne, S u b \ u r b a n (Zeitschrift für kritische Stadtfroschung2) en Allemagne (Gintrac, 2014), etc.

7Il s’agira ici de retracer l’émergence de la géographie critique en France et ses effets sur le positionnement des chercheuses et chercheurs. Pour autant, cette émergence ne se manifeste pas comme une rupture épistémologique brutale car elle remobilise en réalité autant d’héritages de la géographie française, notamment ceux des décennies 1970 et 1980, qu’elle n’introduit de nouvelles manières de faire la géographie.

L’émergence à la fin dans la décennie 2000

8La géographie radicale et les géographies critiques ont fait pleinement leur entrée dans le champ de la géographie française de manière concomitante, à partir des années 2000, à la faveur d’une série de traduction, alors que dans le monde anglophone, elles avaient déjà une longue histoire et une chronologie différenciée.

9La publication en 2001 de Géographies anglo-saxonnes, un ouvrage sous forme d’un reader de textes incontournables introduits et commentés, a permis d’introduire en France - en les regroupant - la géographie radicale et les géographies féministes, post-coloniale ou encore les gay et lesbian studies (François Staszak et alii), sans que le terme « géographie critique » ne soit du reste employé.

10Il a fallu attendre la fin de la décennie 2000 pour que les géographies radicale et critique ne deviennent réellement visibles dans le paysage de l’édition et de la recherche françaises. La géographie radicale marxiste a d’abord trouvé un écho grâce au travail de l’édition indépendante. En effet, plusieurs ouvrages ont été publiés par la maison d’édition « Les Prairies ordinaires » : Le stade Dubaï du capitalisme de Mike Davis en 2007 ou Géographie de domination de David Harvey en 2008. Dans la foulée, les références à la géographie radicale marxiste se multiplient dans les travaux géographiques. Anne Clerval dont l’article sur la gentrification à Paris, publié dans la revue en ligne Cybergeo (2010), s’inspire des travaux de Neil Smith. Les géographes Gatien Elie et Allan Popelard ont retracé, dans le Monde diplomatique de janvier 2010, le parcours de William Bunge, qualifié de « géographe révolutionnaire », connu pour les expéditions géographiques qu’il a menées dans les ghettos afro-américains de Détroit à la fin des années 1960 et au début des années 1970.

Cartes dressées par William Bunge lors de ses travaux sur Détroit : les différences de revenus dans la région de Détroit et… les bébés mordus par les rats dans la ville

D.R.

11En parallèle, la revue bilingue, gratuite et en ligne Justice spatiale / Spatial Justice, créée en 2009, a lancé un grand chantier de traductions et donnent accès, en français, aux travaux d’Edward Soja (Soja, 2009), Susan Fainstein (Fainstein, 2009) ou encore David Harvey (Harvey, 2011) et a largement contribué à introduire la notion de justice spatiale (Justice spatiale / Spatial Justice, 2009). A partir 2009, les numéros successifs ont aussi revisité les géographies du genre et postcoloniales au prisme de la question de la justice et de la revendication politique.

12On doit également mentionner le rôle précurseur de l’Atlas des migrants en Europe : Géographie critique des politiques migratoires, paru en 2009 et porté par le réseau MIGREUROP, « un réseau européen et africain de militants et chercheurs dont l’objectif est de faire connaître et de lutter contre la généralisation de l’enfermement des étrangers et la multiplication des camps, dispositif au cœur de la politique d’externalisation de l’Union européenne. » (MIGREUROP, 2018).

13La recherche française s’est rapidement emparée de manière réflexive de ce mouvement, interrogeant notamment l’engagement des chercheurs. En 2012, le dossier « Géographies critiques » (Carnets de géographes) constate « l’essor contemporain des approches critiques dans la géographie française » (Calbérac et Morange, 2012). Le colloque « Espace et rapports sociaux de domination : chantiers de recherche », qui s’est tenu les 20 et 21 septembre 2012, est l’occasion d’une ultime intervention de Neil Smith en France (décédé quelques jours plus tard). Serge Weber et Anne Clerval qui en assurent l’organisation constatent eux aussi le renouveau récent : « il y a une envie, une visibilité, et des gens qui commencent à se dire qu’il se passe quelque-chose, même si ça ne veut pas dire qu’il ne se passait strictement rien avant. » (Clerval et Weber, 2012).

La multiplication des « géographies critiques » à la française

14A la suite des premières traductions d’Harvey et la création de Justice spatiale / Spatial Justice, la jeune génération de chercheurs n’hésite pas à revendiquer la démarche de la géographie critique pour des objets finalement extrêmement variés, dont il est possible de proposer un panorama, non exhaustif et nécessairement incomplet.

15La géographie critique a trouvé un terreau fertile dans les études urbaines, ce qui a débouché sur la publication de plusieurs ouvrages chez des éditeurs non universitaires : Paris sans le peuple aux éditions La Découverte (Clerval, 2013), Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain aux éditions Les Prairies ordinaires (Gintrac et Giroud, 2014), Pour une ville habitable. De l’espace-temps comme enjeu démocratique aux éditions Le Temps des Cerises (Luxembourg, 2015).

16La géographie des minorités, qui avait été largement introduite en France à la suite de la publication d’ouvrages et d’articles sur la géographie anglophone (Staszak, 2001 ; Hancock, 2002), s’inscrit le mouvement récent de la géographie critique : c’est ainsi que des chercheuses et chercheurs spécialistes de la question du genre (Chapuis, 2016 ; Prieur, 2015) ou des études postcoloniales (Choplin, 2014) revendiquent conjointement les deux approches.

Un événement organisé par le réseau des géographes libertaires en 2018

D.R.

17Sous l’impulsion de l’écologie politique, la géographie physique a récemment considéré l’apport des approches critiques. Le séminaire « Environnements critiques » de l’ENS conduit par Reghezza Zitt et Emeline Comby décrypte cette émergence : « Géographie critique de l’environnement, géographie physique critique, géomorphologie critique… L’adjectif qualificatif « critique » cohabite de plus en plus avec l’environnement, invitant à questionner les sens donnés à ce terme » (Comby et Reghezza, 2017). La « géographie physique critique », visant à intégrer de façon explicite géographie physique et géographie humaine critique dans les pratiques de recherche et d’enseignement, est également envisagée (Dufour, 2015).

18Au-delà des références théoriques, ce sont donc des séminaires, des groupes de recherche, des réseaux qui commencent à se structurer. Parmi eux, le réseau des géographes libertaires (RGL), qui organise des séminaires annuels depuis 2015, se présente ainsi :

« Ce réseau international et transdisciplinaire a pour ambition de rassembler et de mettre en relation toutes les personnes intéressées par la géographie critique et/ou radicale, dans le milieu académique et au-delà, en promouvant une pensée « libre de tous dogmes ». Aujourd’hui, il regroupe plus d’une cinquantaine de personnes (chercheurs-euses ; étudiant-e-s ; professionnel-le-s, etc.) actives dans le réseau et provenant de différentes régions du monde. » (RGL, 2018)

19Des événements réguliers s’y rattachent également comme les rencontres de géopolitique critique, qui matérialisent en France l’introduction du courant théorique identifié comme dominant dans le monde anglophone (Rosière, 2017). Ces rencontres existent depuis 2016 à Grenoble, dans une perspective ouvertement postcoloniale. Ainsi, l’annonce des 3e rencontres de géopolitique pose les bases d’un nouveau rapport à la géopolitique :

20« Une géopolitique critique du savoir cherche à mettre en lumière l’historicité et la positionnalité des producteurs de savoirs, c’est-à-dire à éclairer qui ils sont et d’où ils parlent. Les savoirs ne sont pas neutres parce que les individus qui les produisent ne sont pas sans histoire. Ce sont des savoirs situés, socialement, historiquement, politiquement, positionnés dans les rapports de force en vigueur : classe, genre, religion... » (PACTE, 2018)

21Ce foisonnement théorique correspond aussi à un moment de renouvellement des pratiques de recherche.

Un moment d’expérimentations : dépasser les limites de l’université

22La géographie critique constitue avant tout une démarche. Il s’agit de sortir de l’idéal de neutralité axiologique, définie par Max Weber comme « l’exigence extrêmement triviale qui impose au savant ou au professeur de faire absolument la distinction [...] entre la constatation des faits empiriques [...] et sa propre prise de position évaluative de savant qui porte un jugement sur des faits » (Weber, 1965, pp. 416-417, cité par Corcuff, 2011). La géographie critique dont la visée est d’analyser, pour les dénoncer, les formes de domination ne peut logiquement pas s’inscrire dans cette conception de la recherche, ce qui n’est pas sans poser quelques difficultés dans le contexte. Marie Morelle et Fabrice Ripoll soulignent ainsi que : « le problème principal, en matière d’éthique comme de scientificité, c’est que la croyance en l’absence possible d’engagement semble fortement répandue voire dominante : il y aurait d’un côté des chercheurs engagés (militants) et de l’autre des chercheurs neutres (impartiaux) » (Morelle et Ripoll, 2009, p. 165).

23Parmi la jeune génération de géographes, on assiste à un foisonnement d’expérimentations qui interroge le positionnement du chercheur et qui remet en question la recherche d’une « objectivité ». Ces expérimentations se font souvent à la marge - spatiale comme institutionnelle - d’une université, considérée comme de plus en plus contraignante par les chercheuses et les chercheurs eux-mêmes.

24Cela passe par la création de réseaux de recherche-action, souvent hors de l’université. C’est le cas du réseau MIGREUROP. Autre exemple, la plateforme de recherche et d’action Genre et Ville, dont le « travail est nourri par la géographie critique, les études de genre, l’anthropologie urbaine, l’art féministe et politique », est une « think tank et Do Tank, plateforme de recherche et d’action, Genre et Ville est composée d’urbanistes, de sociologues, d’architectes, d’artistes, dont l’objet est de rendre les territoires égalitaires et inclusifs. » (Genre et ville, 2018)

25Les recherches se font de plus en plus sous forme d’ateliers, à la croisée de l’art et de la recherche. A Gennevilliers, des géographes féministes participent à la demande de la mairie, à « un diagnostic des pratiques féminines de l’espace public et de leurs modes d’appropriation » qui passe notamment par la « constitution d’un corpus de cartes mentales dessinées par les femmes et les hommes. La méthodologie globale est mixte et se nourrit autant des sciences humaines que de pratiques artistiques pour faire œuvre commune. » (Luxembourg, 2017)

26A Grenoble, l’atelier « Cartographies traverses » a été conçu comme dispositif de recherche-création qui regroupe des productions visuelles et sonores traitant des expériences migratoires contemporaines. En élaborant des cartes sensibles, partant de la géographie vécue, l’objectif est d’envisager différemment la production des savoirs qui ne passent plus nécessairement par l’écrit ni par le regard décentré et a priori objectif du chercheur (Mekdjian et Amilhat Szary, 2015.

  • 1

27Enfin, un dernier champ d’expérimentation concerne la pédagogie, comme en témoigne le dossier de la revue Carnets de géographes, « Pour une réflexion collective sur l’enseignement de la géographie à l’Université », dirigé par Jean Gardin, Marie Morelle et Fabrice Ripoll. Ce dossier témoigne de la recherche de nouveaux lieux, comme à Saint-Denis : « A la rentrée 2015-2016 a été lancé un cycle d’études conjoint entre l’université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis et la Dionyversité, l’université populaire de Saint-Denis. Ce cycle constitue une expérimentation d’enseignement en position intermédiaire dans et hors de l’institution. [...] Pour ouvrir, aussi, les cours à tou·tes, et ne pas réserver la diffusion des savoirs produits à l’université aux étudiant·es payant et aux cercles académiques. Pour transmettre, ainsi, des outils techniques, comme la cartographie participative ou l’usage critique des statistiques, qui peuvent servir à tou·tes pour intervenir dans le débat public. » (Collectif de participant·es3 au cycle de « Géographie sociale » à Saint-Denis », 2017)

Généalogies de l’engagement et remobilisation des géographies françaises

28On objectera que de telles expérimentations ne sont pas nouvelles, comme l’a bien montré Yann Calbérac dans son article paru dans l’ouvrage Spatial histories of Radical Geography : North America and Beyond (Calbérac, 2019). En effet, les différentes initiatives présentées ici (colloques, publications, réseau de recherche) se pensent rarement comme une rupture épistémologique car les géographes ont aussi cherché à s’inscrire dans l’histoire récente de la géographie française. On a donc assisté à une tentative de renouer avec certaines démarches des années 1970 ou 1980.

29On peut penser d’abord à l’intense courant de réappropriation de l’œuvre de H. Lefebvre (Martin, 2016) qui dépasse largement le seul champ de la géographie. Il faut rappeler ici le rôle crucial des critical urban studies anglophones dans ce mouvement de redécouverte et notamment des travaux d’Edward Soja ou de David Harvey (Revol, 2012). Droit à la ville (traduit en 1996 en anglais puis largement diffusé par les urban studies), production de l’espace sont devenus des concepts incontournables depuis une dizaine d’années chez les géographes.

30Les jeunes géographes ont également remobilisé les travaux de la géographie sociale. Dans les années 1980, celle-ci avait largement contribué à développer en France une géographie des problèmes sociaux. Dans le manuel de 1984, publié chez Masson, Armand Frémont, Robert Hérin, Jean Renard et Jacques Chevalier citent Engels, interrogent les rapports sociaux de production, introduisent la notion de domination. Autant de points communs avec la géographie radicale, qui est d’ailleurs citée par les auteurs comme un des courants proches de la géographie sociale. Pour eux, « le géographe doit être de son temps et contribuer à la prise de conscience collective et à la solution des problèmes de société » (Frémont et al., 1984, p. 125). En 2006, à la suite du colloque célébrant les vingt ans du « Masson », Raymonde Séchet et Vincent Veschambre décrivent une géographie sociale « soucieuse de son utilité critique », « impliquée, ou plutôt engagée, parce que les géographes sociaux ne sauraient se départir de leurs aspirations pour un monde plus juste, aujourd’hui et demain, et donc de leur regard attentif aux inégalités, aux dominations, aux drames humains, et à la manière dont ils sont vécus » (2006, p. 14), même si ce courant a toujours revendiqué une forme d’objectivité méthodologique.

31En termes d’engagement, les prises de position militantes des géographes ne sont pas nouvelles. Dans les années 1970, des chercheurs comme Manuel Castells ont pris position en faveur des luttes urbaines. On pourrait aussi relire quelques articles des premiers numéros d’Hérodote, revue fondée notamment par Yves Lacoste en 1976, tel que celui de Raymond Guglielmo dont la radicalité du propos - et peut-être aussi la proximité avec certains articles récents lus çà et là dans les revues anglophones - pourrait presque surprendre.

32« La seule attitude possible, à mon sens, pour tous ceux qui parmi nous, cherchent à mettre leur activité professionnelle et scientifique en accord avec une option progressiste, consiste à se demander, avant toute autre préoccupation, comment faire, en tant que géographes, pour nuire le plus possible à la domination du capitalisme et du pouvoir d’État sur les travailleurs, de France ou d’ailleurs, c’est-à-dire pour aider au maximum au développement des luttes populaires, qui visent à miner et finalement à détruire cette domination, pour instaurer une société nouvelle, socialiste. Poser le problème de cette façon, c’est refuser d’étudier ces luttes en expert, de l’extérieur, pour en faire l’objet d’articles, de thèses ou de séminaires, qui feront certes avancer la carrière mais pas les luttes. C’est au contraire les étudier de l’intérieur, en y participant, lorsque cette étude est ressentie par les gens qui mènent ces luttes comme un besoin politique, pour contribuer à leur succès, et à condition qu’elle soit faite en collaboration avec eux. » (Guglielmo, 1976, p. 73).

33Il convient donc d’interroger les conditions de la relative mise sous silence de la réflexion autour de l’engagement et du positionnement en France durant les années 1980. La fin des années 1960 et les années 1970 ont été celles de l’éclosion de revues engagées (Hérodote, Espaces et Sociétés que Lefebvre a contribué à fonder) ou en rupture avec le positionnement d’une géographie décrite comme conventionnelle (Espace-Temps). Les tensions sur le positionnement étaient d’ailleurs l’objet de débats entre ces revues elles-mêmes comme en témoigne le texte du comité de rédaction de Hérodote, prenant explicitement position contre Jacques Lévy et la revue Espace-Temps, accusés de limiter la crise de la géographie à une question épistémologique interne et de considérer qu’« il suffit de faire de la science pour résoudre les problèmes de notre société », sans s’engager politiquement (Hérodote, 1976, p. 155).

34Cela renvoie sans doute à ce que François Cusset a qualifié de « longue parenthèse des années 1980 » voire de « grand cauchemar des années 1980 » (Cusset, 2006), à laquelle la géographie n’a pas échappé. Cela tient pour partie aux relations spécifiques voire fusionnelles entre un « l’État rationnel » et la communauté scientifique : « un État dont le modèle est celui-là même de la rationalité scientifique, une République française dont la science est constitutive historiquement. La science, en tant qu’ultime référence, y figure une véritable ‘raison d’Etat’, et un rempart ultime contre tous les relativismes, identitaires ou cognitifs » (Cusset, p. 339). Au sein de la géographie française, la parenthèse des années 1980 correspond donc sans surprise à l’institutionnalisation d’une partie des géographes qui avaient participé à ce mouvement de remise en cause d’une géographie « scientifique ». L’histoire de la géographie des années 1980 reste sans doute à explorer.

Les conditions d’un renouveau

35Deux hypothèses permettent d’expliquer ce qui s’apparente donc, sous une autre appellation, à un renouveau des formes de recherche engagées depuis le milieu des années 2000.

36L’émergence d’une géographie critique en France est d’abord sans doute une réponse à un moment lui-même critique, celui de la conjonction des crises du début du XXIe siècle. Les sociétés connaissent une prise de conscience de l’urgence environnementale, de la légitimation des revendications des minorités et d’un néolibéralisme exacerbé. A ce titre, la crise de 2008, les effets des bulles immobilières, ont donné largement raison à ceux qui, David Harvey le premier, soulignaient l’interpénétration des logiques de l’accumulation du capital et de la production de l’espace urbain. Les travaux de la géographie critique urbaine ont contribué à redonner un sens à la crise que traversent les villes et le monde. Cela rejoint le constat de Cynthia Ghorra-Gobin et de Flaminia Paddeu dans leur article bilan sur la géographie urbaine : « la géographie critique et radicale enrichit progressivement le terrain de la géographie urbaine pendant que le néolibéralisme sévit dans les villes » (Ghorra-Gobin et Paddeu, 2017).

  • 1

37La deuxième hypothèse relève d’une géopolitique du savoir mondialisé, où les références anglophones sont parfois qualifiées d’hégémoniques. Une grande partie de la géographie critique anglophone a réussi à se tailler une niche dans l’écosystème universitaire néo-libéral. C’est le cas de la géographie urbaine critique ou de la géopolitique critique. Cela conduit souvent à mettre en cause la portée effective d’une géographie institutionnalisée voire de ce qui est parfois qualifié de « radicalisme de campus ». De même, certaines revues de géographie critiques ou radicales, telles qu’International Journal of Urban and Regional Research (IJURR)4 ou Antipode, dont l’accès est payant, sont adossées à des grands groupes de l’édition universitaire (Wiley, en l’occurrence). Bien classées, réputées, elles assurent une reconnaissance aux auteurs qui publient dans leurs colonnes.

38C’est un phénomène qui a pu s’observer dans le cas de la jeune géographie critique allemande. Dans un article, trois géographes qui s’inscrivent dans ce courant, considèrent ainsi que le « tournant critique de la géographie allemande » n’a été possible qu’à travers l’internationalisation de la géographie allemande (Belina, Best et Naumann, 2009, p. 47). Selon eux, alors que la géographie critique serait périphérique au champ d’une géographie allemande « dominée par diverses formes de recherche appliquée imprégnées d’une dose non négligeable de conservatisme politique et académique » (ibid. p. 47), les références aux pensées radicales ont progressivement été mieux acceptées « non pas parce qu’elles sont critiques, mais parce qu’elles sont internationales et mondialement reconnues » (ibid. p. 54).

39C’est sans doute la conjonction de ces deux tendances (crise et internationalisation) qui ont légitimé l’émergence d’une géographie critique au sein d’une génération de jeunes chercheurs, redécouvrant les expériences de la géographie française des années 1970 et 1980.

40Sans déchirements internes au champ de la discipline, la géographie radicale et critique s’est indéniablement installée dans le champ de la géographie française, comme revendication d’une recherche engagée. Ce mouvement global se fait sous l’effet conjoint de la remobilisation des géographies des années 1970 et 1980 et d’une puissante internationalisation de la recherche. Le mouvement à l’œuvre permet d’interroger la place des géographes dans la société et d’explorer de nouvelles pratiques et lieux, à l’interface de l’engagement et de la recherche.

  • 1

41Une forme d’institutionnalisation s’observe même. Les recrutements de géographes dont les recherches s’inscrivent dans cette démarche se multiplient (ou sont au moins possibles) : au CNRS5, dans certaines universités (Paris Ouest Nanterre la Défense, Paris-Est Marne-la-Vallée, Caen Normandie, Grenoble Alpes entre autres). Dans l’enseignement scolaire et supérieur, la géographie critique est progressivement intégrée aux programmes : Le Droit à la Ville d’Henri Lefebvre est au programme de l’ENS Lyon, les formations d’épistémologie de la géographie à l’épreuve sur dossier du CAPES y font de plus en plus référence. Si le terme n’apparaît pas comme tel dans les programmes scolaires, les enseignants le connaissent désormais. Un exemple en date de cette reconnaissance institutionnelle : le prix de thèse du CNFG (Comité National Français de Géographie) 2018 a été attribué Laurence Pillant pour sa thèse intitulée La frontière comme assemblage. Géographie critique du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque, Université d’Aix-Marseille.

Haut de page

Bibliographie

Belina Bernd, Best Ulrich et Matthias Naumann, « Critical geography in Germany : from exclusion to inclusion via internationalization », Social geography, vol. 4, 2009, p. 47-58.

Berg Lawrence, « Critical Human Geography », The Encyclopedia of Geography, Londres, Sage Publishers, 2010, p. 616-621.

Calbérac Yann, « ‘Can these words, commonly applied to the Anglo-Saxon social sciences, fit the French ?’ Circulation, translation and reception of radical geography in the French academic context » in BARNES T. et SHEPPARD E. (dir.). Spatial histories of Radical Geography : North America and Beyond. Wiley-Blackwell : Chichester, 2019.

Calbérac Yann et Marianne Morange, « Appel à articles », Carnets de géographes, 2011.

Calbérac Yann et Marianne Morange, Géographies critiques « à la française ». Carnets de géographes, n° 4, 2012, [En ligne] http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_debats/debat_04_01_Morange_Calberac.php

Chapuis Amandine, « Sexe, genre et droit à la ville : une géographie critique », Séminaire conjoint OUIEP/LIRTES, Université Paris Est, juin 2016.

Choplin Armelle., 2014. « Les villes ordinaires de Jennifer Robinson », in C. Gintrac et M. Giroud (dir.), Villes contestées, pour une géographie critique de l’urbain, Paris : Les Prairies Ordinaires, Paris, 2014, p. 27-33.

Clerval Anne, « Les dynamiques spatiales de la gentrification à Paris ». Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 505, mis en ligne le 20 juillet 2010, [En ligne] http://cybergeo.revues.org/23231

Clerval Anne et Serge Weber, Retour sur la création du colloque « Espace et rapports sociaux de domination : chantiers de recherche », propos recueillis par Marianne Morange, Carnets de géographes, n° 4, 2012, [En ligne] http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_debats/debat_04_02_Clerval_Weber.php

Clerval Anne, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013.

Clerval Anne, Fleury Antoine, Rebotier Julien et Serge Weber, Espace et rapports de domination, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Collectif de participant·es au cycle de « Géographie sociale » à Saint-Denis », « L’expérimentation d’une formation conjointe d’enseignement université institutionnelle – université populaire : la « géographie sociale » à Saint-Denis », Carnets de géographes [Online], 10 | 2017, [En ligne] http://journals.openedition.org/cdg/1139.

Comby Emeline et Magali Reghezza, « Environnements critiques », [En ligne] http://www.geographie.ens.fr/-Environnements-critiques-319-.html

Corcuff Philippe, « Le savant et le politique », SociologieS, mis en ligne le 06 juillet 2011, [En ligne], http://sociologies.revues.org/3533

Cusset François, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux Etats-Unis, Paris, Éditions La Découverte, 2003.

Cusset François, La décennie. Le grand cauchemar des années 1980, Éditions La Découverte, 2006

Davis Mike, Le stade Dubaï du capitalisme, Les Prairies Ordinaires, 2007.

Dufour Simon, Sur la proposition d’une géographie physique critique, l’Information géographique, Armand Colin, 2015, 79 (3), p. 8-16

Fainstein Susan F., « Spatial Justice and Planning », [« Justice spatiale et aménagement urbain », traduction : Philippe Gervais-Lambony, justice spatiale | spatial justice, n° 01, 2009.

Frémont Armand, Hérin Robert, Chevalier Jacques et Jean Renard , Géographie sociale, Masson, 1984.

Genre et ville, « Pourquoi Genre et ville ? », [En ligne] http://www.genre-et-ville.org/page-d-exemple/

Ghorra-Gobin Cynthia et Flaminia Paddeu, « Géographies urbaines en recomposition », l’Information géographique, Armand Colin, 2017, 81 (3), p. 8-12.

Gintrac Cécile, « Géographie critique, géographie radicale : comment nommer la géographie engagée ? » Carnets de géographes, n° 4, 2012, [En ligne] http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_04_04_Gintrac.php

Gintrac Cécile, « La revue des revues de géographie critique », Aggiornamento hist-géo, 2014, [En ligne] https://aggiornamento.hypotheses.org/2352

Gintrac Cécile, Au seuil critique de la ville. Trois groupes de géographie engagée, thèse, 2015a.

Gintrac Cécile, « Quels positionnements pour quelles(s) géographie(s) critique(s) », In Espace et rapports de domination, dir. A. Clerval, A. Fleury, J. Rebotier & S. Weber, Rennes : PUR., 2015b, p. 58-67.

Gintrac Cécile, « La fabrique de la géographie urbaine critique et radicale », EchoGéo [En ligne], 39 | 2017, mis en ligne le 28 mars 2017. [En ligne] http://journals.openedition.org/echogeo/14901

Gintrac Cécile et Matthieu Giroud (dir.). Villes cntestées : pour une géographie critique de l’urbain. Les Prairies Ordinaires, Paris, 2014.

Gugliemo Raymond, « Profession géographe : quelle pratique militante ? », Hérodote n° 4, 1976, p. 67-78.

Harvey David, Géographie et capital, Vers un matérialisme historico-géographique. Paris, Syllepse, 2010a.

Harvey David, Le Nouvel Impérialisme, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010b.

Harvey David, « Justice territoriale, épanouissement humain et stratégies géographiques de libération. Un entretien avec David Harvey », propos recueillis par Frédéric Dufaux, Philippe Gervais-Lambony, Chloé Buire, Henri Desbois, traduction : Henri Desbois, justice spatiale | spatial justice, n° 4, décembre 2011.

Harvey David, Paris, capitale de la modernité. Paris, Les Prairies Ordinaires, 2012@.

Harvey David, « Marx and the City », propos recueillis Dominique Dupart, Cécile Gintrac, Philippe Mangeot, et Nicolas Vieillecazes, Vacarme, printemps 2012, n° 59, 2012b, p. 218-249.

Hérodote (comité de rédaction), « Le spectre du scientisme », Hérodote n° 5, p. 155-160.

Justice spatiale / Spatial Justice « Qui sommes-nous », Justice Spatiale/Spatial Justice, mai 2009, [en ligne] http://www.jssj.org/qui-sommes-nous/

Koninck (de) Rodolphe, « La géographie critique », in Bailly et al. (dir.), Les concepts de la géographie humaine, Paris, Economica, 2004, p. 185-198.

Lefebvre Henri, Le Droit à La Ville, Paris, Editions Anthropos, 1968.

Luxembourg Corinne, « La banlieue côté femmes : une recherche-action à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) », Itinéraires, 2016-3,| 2017, [en ligne] http://itineraires.revues.org/3633

Luxembourg Corinne, Pour une ville habitable. De l’espace-temps comme enjeu démocratique, Collection Projet, éditions du Temps des Cerises, 2015.

Martin Jean-Yves, « De quoi Lefebvre est-il le nom dans la jeune géographie critique française ? », NORUS (Novos Rumos Sociologicos), v. 4, n° 6, 2016.

Sarah Mekdjian et Anne-Laure Amilhat Szary, « Cartographies traverses, des espaces où l’on ne finit jamais d’arriver », Visions carto, 2015, [En ligne] https://visionscarto.net/cartographies-traverses.

MIGREUROP, Atlas des migrants en. Europe. Géographie critique des politiques migratoires, Armand Colin, Paris, 2009, 144 p.

Morelle Marie et Fabrice Ripoll, « Les chercheur-es face aux injustices : l’enquête de terrain comme épreuve éthique », Annales de géographie, n° 665-666, 2009, p. 157-168

PACTE, « 3ème rencontres de géopolitique critique », 2018, [En ligne] https://www.pacte-grenoble.fr/actualites/3eme-rencontres-de-geopolitique-critique

Popelard Allan, Gatien Elie et Paul Vannier, « William Bunge, le géographe révolutionnaire de Detroit », Le Monde diplomatique, janvier 2010.

Prieur Cha, « Des géographies queers au-delà des genres et des sexualités ? », EspacesTemps.net, Travaux, 2015/04/20. URL : https://www.espacestemps.net/articles/des-geographies-queers-au-dela-des-genres-et-des-sexualites/

Racine Jean-Bernard, « Radical Geography » in Lévy et Lussault, M. (dir.). Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 761

Réseau des Géographes Libertaires, « A propos du RGL », [En ligne] https://rgl.hypotheses.org/accueil

Revol Claire, « Le succès de Lefebvre dans les urban studies anglo-saxonnes et les conditions de sa redécouverte en France », L’Homme et la société 2012/3 (n° 185-186), p. 105-118

Rosière Stéphane, « Dix ans de L’Espace politique. Géographie politique et géopolitique en question », L’Espace Politique [En ligne], 32 | 2017-2, mis en ligne le 14 septembre 2017, [En ligne] http://journals.openedition.org/espacepolitique/4327.

Séchet Raymonde et Vincent Veschambre, « introduction générale », in Séchet et Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, pp. 7-24.

Soja Edward W., « The city and spatial justice”, « La ville et la justice spatiale », traduction : Sophie Didier, Frédéric Dufaux, justice spatiale | spatial justice, n° 01, 2009.

Staszak Jean-François (dir), Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, 2001.

Vergnaud Camille, « Qu’est-ce que signifie être enseignant-chercheur “critique” », Carnets de géographes, n° 4, 2012.

Weber Max, « Essai sur le sens de la « neutralité axiologique » dans les sciences sociologiques et économiques », dans Essais sur la théorie de la science, Éditions Plon, 1965 [1917], p. 399-477.

Haut de page

Notes

1

« a broad coalition of Left-progressive approaches to the study of Geography »

2

Revue de recherche urbaine critique

3

Fait notable, la signature de l’article n’est pas réservée aux seul.e.s chercheur.ses

4

IJURR a été créée en 1977 par le comité 21 (Research Committee 21 ou RC21) de l’Association internationale de sociologie, auquel appartenait, entre autres, Manuel Castells.

5

A titre d’exemple, Mélina Germes (UMR Passage) en 2013, Martine Drozdz (laboratoire LATTS) en 2016

Haut de page

Table des illustrations

Légende En mars 2019, la revue Antipode célèbre 50 ans de publications de « géographie radicale »
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4122/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4122/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1017k
Légende Cartes dressées par William Bunge lors de ses travaux sur Détroit : les différences de revenus dans la région de Détroit et… les bébés mordus par les rats dans la ville
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4122/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Un événement organisé par le réseau des géographes libertaires en 2018
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4122/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4122/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4122/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Gintrac, « Le foisonnement récent de la géographie critique en France  »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 35-44.

Référence électronique

Cécile Gintrac, « Le foisonnement récent de la géographie critique en France  »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4122 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4122

Haut de page

Auteur

Cécile Gintrac

Laboratoire LAVUE. UMR 7218 cecile.gintrac@gmail.com

Enseignante en classes préparatoires, Cécile Gintrac mène en parallèle des recherches sur la géographie critique et radicale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search