Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1DOSSIER : Les mutations récentes ...Les études de genre ont-elles tra...

DOSSIER : Les mutations récentes de la géographie en France

Les études de genre ont-elles transformé la géographie française ?

Have gender studies transformed the French geography
Claire Hancock
p. 45-54

Résumés

Tout en saluant l’apport important mais occulté de géographes pionnières, ce texte souligne le développement rapide d’approches géographiques qui se sont d’abord souciées « des femmes » avant d’intégrer l’analyse en termes de genre, puis des épistémologies et méthodologies explicitement féministes.

Haut de page

Texte intégral

1Christine Chivallon, dans son introduction au chapitre sur les géographies féministes dans le volume de 2001 Géographies anglo-saxonnes, a pu avancer qu’il n’existait pas d’équivalent dans les sciences sociales françaises au terme « gender » utilisé par les collègues anglophones. Tel n’est évidemment plus le cas dans un contexte français où les études de genre se sont considérablement développées au cours des vingt dernières années. 2001 se trouve être très précisément la date à laquelle une unité du CNRS qui s’intitulait depuis les années 1980 Groupe d’Etudes sur la Division Sociale et Sexuelle du Travail (GEDISST) prend le nom de GERS (Genre et Rapports Sociaux), avant de fusionner en 2005 avec un autre groupe pour former le GTM (Genre, Travail, Mobilités). C’est à cette unité qu’appartenait, notamment, Jacqueline Coutras, une pionnière de la géographie du genre en France.

2Au-delà des unités de recherche spécialisées qui se sont multipliées, nombreux sont les laboratoires de sciences sociales, humaines ou économiques qui désormais intègrent le genre comme axe transversal ou intitulé d’équipe. C’est le cas aussi en géographie, où les thèses comprenant une dimension de genre ou liée à la sexualité se multiplient. Les géographes sont bien représenté.e.s dans le comité scientifique du GIS Institut du genre du CNRS, même si, sur plus de 150 chercheur.e.s en sciences humaines, sociales, économiques et juridiques déclarant conduire des recherches sur le genre recensé.e.s dans l’annuaire des recherches sur le genre du CNRS, une petite poignée seulement se rattache à la géographie ou à l’aménagement. Le premier colloque français de géographie du genre s’est tenu à Lyon en 2004, et a été suivi de rencontres devenues régulières, dont les actes ont souvent été publiés, à compter de 2010. La plus récente, qui a eu lieu à Paris en juin 2017, s’intitulait « Géographies féministes : théories, pratiques, engagements », ce qui témoigne d’une maturation du champ : en effet, on le verra, la géographie féministe ne résume nullement la géographie du genre, même si elle en constitue aujourd’hui l’un des postes avancés.

3Il serait réducteur de faire de la géographie féministe actuelle un courant sans antécédents, comme le rappellent divers travaux (Hancock, Chapuis, 2016, Ginsburger, 2017). Il est d’autant plus important d’effectuer de tels rappels que c’est un trait commun à de nombreux courants scientifiques portés par des femmes, et à de nombreuses scientifiques femmes, que de voir leurs apports dénigrés, sous-évalués, et invisibilisés dans les « canons » de leurs disciplines respectives. Il ne faut toutefois pas minimiser l’ampleur des évolutions intervenues depuis les années 1990, dont ce texte entend donner la mesure : de « femmes » ou « sexes » à « genre » puis à « féminisme », les glissements ne sont pas juste lexicaux et renvoient à des conceptions, théorisations et degrés de politisation fort différents. Ces changements, confortés par l’engagement de géographes dans des échanges internationaux, rencontrent toutefois en France des résistances particulières qu’évoque la première partie de ce texte. La seconde présente l’ampleur des remises en cause épistémologiques portées par l’émergence de cette géographie féministe longtemps réprimée, et les multiples contributions qu’elle apporte aux recherches actuelles. La dernière partie propose un bilan des avancées réalisées par une approche géographique encore « au milieu du gué ». Je précise, puisqu’il est important, on le verra, d’énoncer d’où l’on parle, que j’ai été partie prenante de ces courants depuis une vingtaine d’années, et que ma posture est donc celle d’une insider ; j’assume le caractère situé de la façon dont je rends compte d’un champ qui est traversé, comme tout champ politique et scientifique, de débats, de tensions et de contestations qui en font la fertilité.

Prémices et résistances

« Peut-être aurions-nous dû chercher à créer une « géographie féministe » comme nos collègues anglo-saxonnes et québécoises. Cela n’a pas été le cas. Cette attitude a été typiquement française, les autres disciplines l’ont appliquée aussi. Elle a été adoptée par crainte de ghettoïsation » (Coutras, in Chivallon et al., 1999, 85)

« Le poids de la « classe » a fait écran et obstacle au sexe, et c’est avec difficulté, lenteur et précaution que les problématiques de genre ont pénétré la géographie française » (Séchet, 2012, 106).

4Jacqueline Coutras raconte que les premières tentatives, au milieu des années 1970, en lien avec le mouvement social féministe, pour théoriser en géographie la dimension spatiale de la domination masculine, se sont heurtées à deux écueils majeurs : le caractère idéologique assumé de la pensée féministe, dans une discipline, la géographie, qui « s’affirmait d’une pure neutralité » (Coutras, 1999, 80), et d’autre part le fait que la géographie marxiste, très puissante institutionnellement, considérait que le féminisme était une diversion et détournait du « front prioritaire de lutte », les inégalités liées à la classe. D’où ce que Jacqueline Coutras a décrit comme « crainte de ghettoïsation » par rapport aux mouvances progressistes en géographie et dans les sciences sociales, et d’où la chape de plomb qui est tombée sur les frémissements féministes qui auraient pu s’y manifester.

5Jacqueline Coutras crédite la mouvance de la géographie sociale, qui s’est développée dans un ensemble d’universités de l’Ouest de la France, à travers l’un de ses chefs de file, Armand Frémont, des percées théoriques qui ont permis le développement de ses propres travaux : l’importance de la notion d’espace vécu, mais aussi l’accent mis sur la subjectivité individuelle, les modes de vie et les pratiques, sur les représentations de l’espace (Coutras, 1999, 85-86). C’est dans le cadre de ce courant qu’a évolué une autre pionnière de la pensée sur le genre en géographie en France, Raymonde Séchet (2012), qui rappelle justement que « les travaux fondateurs en termes d’espace vécu étaient attentifs aux femmes et à leurs espaces », mais souligne également que « c’était largement sur la base d’une naturalisation des différences entre hommes et femmes qui rendait difficile tout regard critique sur la dimension spatiale des rapports sociaux de sexe » (Séchet, 2012, 97). C’était notamment le cas des textes de Renée Rochefort sur les conditions de vie des migrants italiens et de leurs familles dans les bassins miniers du Nord de la France dans les années 60 : on s’inscrit là toujours dans une géographie « des femmes », qui ne revendique pas le terme de « genre » qui n’arrive que bien plus tard, pas plus que l’étiquette de féministe.

6Lorsqu’en 1989 Jacqueline Coutras dirige un numéro spécial de la revue Espace, Populations, Sociétés avec Jeanne Fagnani, le numéro inclut des textes d’auteures nord-américaines et espagnoles (Geraldine Pratt, Damaris Rose, Maria Dolores Garcia Ramon…), et des travaux de sociologues autant que de géographes, mais le titre du numéro est « Sexe et espace » mobilisant donc un vocabulaire qui n’est pas celui qui prévaut à l’international. Les directrices du numéro se félicitent dans l’éditorial que « la prise en compte de la variable « sexe » dans toute étude de géographie sociale semble incontournable » (Coutras, Fagnani, 1989) de manière prématurée, puisque les décennies suivantes de la géographie sociale restent marquées par une faible prise en compte de cette variable.

7À la fin des années 1990 et dans les premières années du nouveau millénaire, beaucoup de géographes engagé.e.s dans des échanges avec des collègues à l’international, et/ou sur des champs dans lesquels les collaborations avec d’autres disciplines, ou dans des domaines où l’influence des organisations internationales, ou de la Commission Européenne, se faisait fortement sentir, en ont retiré des idées et des approches qu’il leur a semblé important d’acclimater et de faire connaître en France. On peut citer, par exemple, Dominique Creton qui, travaillant depuis le début des années 1990 sur les questions démographiques, notamment en Irlande, se trouvait exposée à des réflexions sur le genre : c’est à son initiative que sont parus les deux premiers numéros de revue de géographie sur le genre (et plus le sexe) en France, toujours dans Espace, populations, sociétés, « Questions de genre », en 2002, et « Espace, genre et société », en 2004. Les géographes s’intéressant aux questions de genre ont commencé vers la même époque à se rencontrer dans des colloques organisés par des non-géographes, comme celui de la sociologue Sylvette Denèfle, à Tours, en 2002, sur « Femmes et ville », ou celui d’une historienne d’Angers, Christine Bard, sur « Le genre des territoires ».

8Une des premières thèses de géographie à adopter explicitement une approche de genre est due à Sophie Louargant, qui a travaillé à Grenoble sous la direction d’Hervé Gumuchian, mais a aussi entretenu des échanges nombreux avec des collègues québecoises ou anglophones, et travaillait sur des thématiques de développement rural dans lesquelles l’approche de genre était un des paradigmes dominants à l’international (Louargant, 2003). En parallèle, Virginie Chasles menait une étude du recours aux soins périnataux dans l’Inde du Sud et des chercheures comme Kamala Marius ou Hélène Guétat, travaillant dans ces champs du développement rural et économique dans les pays du Sud, se sont également saisies de cette approche dès le début des années 2000. C’est aussi l’entrée qui a été privilégiée lors du premier colloque français consacré aux questions de genre en géographie, qui s’est tenu à Lyon en mars 2004 : intitulé « Genre, territoire, développement : quels regards géographiques ? », il était organisé par Dominique Creton, Sonia Chardonnel, Chantal Gillette et Sophie Louargant.

9Parallèlement, d’autres géographes français s’intéressaient au genre sous une perspective plus épistémologique. Ce fut le cas par exemple d’auteur.e.s du volume paru en 2001 chez Belin, Géographies anglo-saxonnes, tendances contemporaines : cette anthologie entendait mettre à la disposition d’un lectorat français des articles écrits par des géographes anglophones, traduits et présentés de manière analytique, et comportait un chapitre sur les géographies féministes, que l’auteure, Christine Chivallon, qualifiait de « plaidoyer convaincant pour la constitution de connaissances « situées » » (Chivallon, in Staszak et al, 2001). Ce volume œuvrait à rendre compte du « tournant culturel » et post-moderne des géographies anglophones, et de la place dans ces deux mouvements des épistémologies féministes et des enjeux de genre. Jean-François Staszak soulignait qu’il s’agissait d’un rapprochement entre la géographie et la sociologie, bienvenu à son sens mais mal accepté par une géographie française traditionnellement liée à l’histoire ; et il insistait sur l’idée qu’il ne s’agissait pas juste de nouveaux « objets » pour la géographie, dont on aurait pu faire l’étude avec les mêmes méthodes que par exemple la géographie du commerce de détail, mais de nouvelles méthodes, ouvrant la voie aux paroles alternatives, féministes ou gay, et remettant en cause par là même les biais de la distribution de la parole et des approches classiques de la géographie (L’Espace géographique, 2004, 18). Béatrice Collignon et Jean-François Staszak rappelaient à quel point la géographie française est « rétive à aborder un objet qui n’est pas directement spatial (les femmes, la sexualité, etc) même si ces objets participent à la construction de l’espace et/ou sont (pour partie) construits spatialement » (L’Espace géographique, 2004, 39-40).

10L’enjeu était non seulement de montrer qu’on pouvait apprendre de courants anglophones sans être des « traîtres » à son propre ancrage disciplinaire, mais aussi de faire accepter à des chercheurs de ce contexte culturel français que les questions de genre ne se posent pas que « là-bas », au Sud, mais concernent également les sociétés du Nord, occidentales, y compris la France. Dès cette période, ont été posées des questions essentielles qui traversent encore les échanges aujourd’hui en géographie du genre : la nouveauté était-elle celle des objets ou des épistémologies et des méthodologies ? S’agissait-il des femmes, ou des « rapports sociaux de sexe », de rapports de pouvoir qu’il fallait, pour les analyser correctement, décomposer en rôles sociaux masculins et féminins, et dont il importait de questionner le caractère hétéronormatif ? Quelle place faire à une parole militante, engagée, questionnant la pseudo-objectivité de tout le reste du champ disciplinaire ? Un jalon important de cette théorisation du genre en géographie a été posée avec la parution en 2005 du numéro spécial de la revue Géographie et cultures, « Le genre, constructions spatiales et culturelles » : ce numéro lancé à l’initiative de Francine Barthe, géographe s’intéressant depuis de longues années aux pratiques quotidiennes des espaces et au corps, a permis d’illustrer la diversité de champs et d’approches susceptibles d’être renouvelés par une approche en termes de genre : le naturisme, les ateliers de musique proposés aux jeunes, le travail…

Sexualités, et autres questions de positionalité

11Si le passage de « sexe » à « genre » a été un des premiers changements faisant entrer la géographie française en dialogue avec ses homologues étrangères, la question des « sexualités », et notamment des minorités sexuelles, n’a pas tardé à suivre. Elle partage avec la géographie du genre un souci de dé-naturalisation de l’« ordre des sexes » hétéronormatif et une interrogation des normes de genre. Marianne Blidon choisit de faire des spatialités gayes l’objet de sa thèse, au début des années 2000. Elle se lança dans le travail en cherchant du côté des sociologues et des anthropologues des soutiens intellectuels rares du côté des géographes, et sa thèse a été soutenue en 2007 devant un jury pluridisciplinaire. Ses travaux ont sans doute aussi eu pour effet de libérer la parole de certain.e.s géographes de la génération précédente, qui n’avaient pas osé, dans un contexte intellectuel défavorable, traiter d’un sujet que beaucoup considéraient comme non pertinent pour la discipline, voire porteur d’un certain stigmate.

12En se saisissant des questions de genre et de sexualité, la géographie française continue d’avancer dans la transformation qui est celle des sciences géographiques dans leur ensemble, la grande mue qui, de science naturelle, les convertit progressivement en sciences sociales. Pour se construire une légitimité dans ce champ, la géographie dispose d’un atout, qui est sa dextérité dans l’analyse des configurations spatiales, son aptitude à déchiffrer le rôle des espaces dans la construction d’expériences genrées, et dans les rapports de pouvoir plus généralement : en quelque sorte, elle surfe sur la vague d’un « tournant spatial » dans les sciences sociales, peut-être plus souvent annoncé qu’effectivement acquis. Elle paie néanmoins le prix de sa mue d’un flou important environnant son image auprès des autres sciences sociales, qui l’identifient encore à ses liens historiques avec l’exploration, les sciences naturelles, l’environnement, et ne comprennent guère comment elle peut se saisir de questions telles que le genre.

13On retrouve par ailleurs l’expression d’une préoccupation classique des intellectuels français : travailler sur des groupes sociaux qui seraient définis autrement que par leur appartenance de classe représente-t-il une menace pour l’universalisme républicain, en faisant advenir par effet d’énonciation un sentiment communautaire ? C’est cette posture que reflète un article de Jacques Lévy (2004), critiquant pêle-mêle le « communautarisme » dont serait marqué le champ de la recherche sur le genre, l’abolition de la distinction « entre le registre de la production de connaissances et celui de l’action militante », l’existence d’un soi-disant « gender business » (sic)… Cette attitude est caractéristique de l’universalisme français où taxer de « communautarisme » suffit à disqualifier tout travail qui ne traite pas, sous couvert d’objectivité et d’universalité, des expériences des hommes blancs hétérosexuels valides de la classe moyenne/aisée (Delphy, 2010). Ce débat est d’autant plus important qu’il est perpétuellement renouvelé à propos de multiples appartenances sociales (sexualités, genres, races) encore trop souvent pensées sur un mode essentialisant, alors même que les sciences sociales montrent qu’il s’agit de constructions sociales dont l’espace est partie prenante.

14Il importe à ce titre de rappeler les différences existant entre « géographie des femmes », géographie du genre et géographie féministe. Le texte de Nicolas Ginsburger qui retrace la féminisation de la discipline (Ginsburger, 2017) peine à nommer la nouveauté que celle-ci aurait apportée, et postule un lien de causalité entre féminisation et émergence d’une géographie féministe : or on pourrait dire en invoquant le raisonnement mathématique qu’il s’agit d’une « condition nécessaire mais non suffisante ». L’analyse est réductrice aussi parce qu’essentialisant « la question des femmes », « l’étude géographique des femmes », « la féminité comme facteur géographique ( !) » ou « l’émergence de questions et d’objets « féminins » (sic) » (Ginsburger, 2017, 237-238). Rappelons donc qu’il s’agissait, dans la première géographie « des femmes », d’illustrer des expériences de vie, de travail, de mobilité, de migration… invisibilisées ou occultées dans les approches traditionnelles de la géographie—comme dans d’autres sciences sociales d’ailleurs : on cite souvent la célèbre phrase de Lévi-Strauss « Le village entier partit le lendemain dans une trentaine de pirogues, nous laissant seuls avec les femmes et les enfants dans les maisons abandonnées » …

15L’apport ne peut cependant se réduire à une simple addition d’un « point de vue différent », car il remet en cause l’ensemble de la production de savoir comme biaisé, centré sur les expériences ou activités des hommes, donc subjectif et déterminé par une perspective androcentrique. En ce sens, ce n’est pas un ajout à la façon de faire de la géographie, mais le rappel d’un point aveugle qui remet en cause fondamentalement le mythe de l’objectivité des chercheurs. Au-delà, faire une géographie du genre, c’est mettre l’accent sur les relations de pouvoir entre personnes assignées femmes et personnes assignées hommes en contexte social patriarcal, la production sociale arbitraire de ces rôles, la place qu’y tient l’hétéronormativité, et questionner le rôle de l’espace dans la reproduction du patriarcat. Enfin, l’approche féministe exporte à l’ensemble des thématiques ou questions abordées par la géographie une perspective critique, qui rénove aussi bien la géographie urbaine que la géographie politique ou la géographie économique. Il s’entend qu’on peut faire une géographie « des femmes » qui ne soit pas nécessairement féministe, et qu’introduire dans ses recherches une variable « sexe » n’est qu’un pas bien modeste dans la direction d’une analyse féministe.

16Là où le cartésianisme postulait des esprits humains pensants abstraits de toute détermination corporelle, le féminisme a œuvré à montrer en quoi cette prétendue objectivité scientifique était en fait pétrie du privilège de l’homme blanc. Les femmes comme les non-Blancs ont été historiquement construit.e.s comme spécifiques, et déterminés par une spécificité physique dont il leur était impossible de s’abstraire pour produire un discours scientifique ; sujet.te.s à leurs « humeurs » selon les théories les plus anciennes, incapables de contrôler leurs « émotions » ou soumis.es à leurs « hormones » selon d’autres plus récentes, elles étaient tout au plus à même de produire des « témoignages » marqués par leur spécificité, et non un savoir proprement scientifique. Affirmer comme l’ont fait les féministes que tous les savoirs sont situés, et conditionnés dans une large mesure par la position de celui ou celle qui les énonce, c’est révoquer en doute l’universalisme revendiqué par le savoir scientifique, mais aussi instaurer la nécessité d’énoncer d’où l’on parle comme condition sine qua non de validation d’une posture rigoureuse.

17La position selon laquelle le savoir est situé ne suppose pas qu’on renonce à l’objectivité. Quand on parle de « point de vue », il ne s’agit pas de mettre en avant une subjectivité individuelle comme source du savoir. Le « point de vue » en question n’est pas un point de vue individuel, mais une conscience ou une identité collective qui se construit et s’acquiert dans la lutte. En d’autres termes, il ne suffit pas d’être une femme pour avoir une perspective féministe ; mais le fait d’être socialement assignée femme peut être le point de départ de l’émergence d’un « point de vue », qui ne s’affirme en tant que tel que via une expérience de mobilisation collective. Ainsi le parallélisme temporel qui existe entre la théorisation du point de vue et les mouvements féministes n’a rien d’une coïncidence.

18Des chercheures comme Donna Haraway ou Anne Fausto-Sterling ont montré comment y compris dans les sciences de la vie et la recherche biomédicale, les biais masculinistes ont longtemps faussé les modalités de production de connaissance, et c’est a fortiori le cas dans les sciences humaines et sociales. Ce qui résulte de leurs mises en cause, ce n’est pas du relativisme ou des approches subjectives, c’est ce que Sandra Harding qualifie d’objectivité « forte », renforcée par la rigueur qu’exige la réflexion critique du « point de vue ». De là le « privilège épistémique » qui vient d’une expérience de l’oppression politiquement construite, qu’il importe de bien différencier de postulats essentialistes qui laisseraient entendre que les femmes et/ou les Noir.e.s ont une meilleure compréhension des réalités sociales intrinsèquement, du simple fait d’être femmes et/ou Noir.e.s. L’une des difficultés à la fois théoriques et pratiques qu’on rencontre alors, c’est celle de la multiplicité des axes d’oppression, et le fait que par exemple, les expériences vécues varient considérablement en fonction de la classe sociale, de l’orientation sexuelle, de l’appartenance à une minorité racisé.e ou religieuse, de l’âge, du handicap, du lieu de résidence, etc. Cette difficulté a également été théorisée et politisée par les féministes afro-américaines, notamment, et a donné lieu à l’émergence de la notion d’intersectionnalité.

19Un débat qui ne s’est pas encore véritablement tenu dans la géographie française dite « de genre », outre celui sur l’intersectionnalité et la position de privilège d’où parlent nombre de ses tenant.e.s les plus actif.ve.s, c’est celui sur les méthodologies féministes : en effet, si l’on prend au sérieux l’idée que le discours masculin, et l’appareil statistique déployé par la science sociale masculiniste, ont historiquement contribué à l’oppression des femmes, alors une méthodologie proprement féministe consiste à ne pas reproduire ces biais. Il s’agit en particulier de considérer avec circonspection les approches quantitatives qui tendent à réifier et à participer à la reproduction de catégories qui nécessitent par ailleurs une déconstruction. Dans le même temps, il s’agit d’insister sur la reconnaissance de la valeur scientifique des méthodes qualitatives fondées sur l’empathie et l’écoute, ainsi que la co-construction des savoirs—pour éviter de reproduire dans la relation enquêteur.trice/enquêté.e une forme d’imposition d’en haut d’un savoir considéré comme supérieur qui est une des marques de fabrique du rapport de domination genré qu’on rejette. C’est en somme une éthique de la recherche autant qu’une méthodologie (Hancock, Collignon, à paraître).

Géographies du genre et féministes au milieu du gué

20En cette deuxième décennie du 21ème siècle, où en sont les géographies du genre et/ou les géographies féministes en France ? Par certains points de vue, on peut avoir l’impression d’une consolidation et d’une institutionnalisation : la géographie est partie prenante du « GIS Genre », dont la première présidente du comité scientifique fut une géographe, Nadine Cattan. Le CNFG (Comité National Français de Géographie, qui représente auprès de l’Union Géographique Internationale les géographes français.es) s’est doté depuis 2017 d’une commission de géographie féministe. La recherche en géographie du genre commence à être soutenue par les collectivités territoriales, notamment du fait des injonctions européennes au « gender mainstreaming » dans les municipalités et l’aménagement urbain, en vigueur à l’échelle de l’Union Européenne depuis 1999. L’existence de financements pour des manifestations scientifiques et des recherches sur le genre n’est pas sans susciter, parmi les géographes, des grommellements sur le fait qu’il s’agit d’un « phénomène de mode ».

21Il faut donc ré-affirmer qu’il y a tout à gagner, dans tous les champs de recherche qu’investit la géographie, à penser par le genre, même si cela ne peut se réduire à re-travailler des séries statistiques en ajoutant la variable hommes/femmes. La géographie, comme d’autres sciences sociales, a eu à se poser la question de l’application concrète, sur le terrain, de principes éthiques et théoriques élaborés par la philosophie et la théorie sociale. Elle a pu contribuer des approches et méthodes propres, notamment une façon de spatialiser (et donc rendre plus spécifique et concrète, très littéralement « située ») l’analyse féministe, et une aptitude que détient la géographie en général qui est celle d’articuler différentes échelles et de savoir circuler de l’une à l’autre (du corps au global, avec une compréhension fine des échelles intermédiaires, échelle domestique, urbaine, locale, régionale, nationale… et des enjeux liés à chacune). En géographie comme dans toutes les sciences sociales, l’émergence des questions de genre continue d’aller trop souvent de pair avec des formes d’essentialisation, des conceptualisations du masculin et du féminin comme « allant de soi », alors qu’il existe désormais une abondante littérature qui devrait offrir des garde-fous vis-à-vis de ces écueils. En outre, l’étiquette « féministe » reste en large part tout aussi sulfureuse aujourd’hui qu’elle pouvait l’être à l’époque de Jacqueline Coutras, et beaucoup de chercheur-e-s hésiteraient encore à inscrire leurs travaux sous cette bannière.

22Ce dont on peut se féliciter, c’est la parution de numéros spéciaux de revue facilement accessibles en ligne qui devraient contribuer à une plus large diffusion chez les géographes d’une culture sur les questions de genre : le numéro spécial de la revue bilingue Justice Spatiale/Spatial Justice en 2011 sur « Genre, identités sexuelles et justice spatiale », le numéro spécial de Géographie et cultures en 2012, sur « Les espaces des masculinités », et le dossier de la revue « Travaux et documents d’ESO » consacré au genre, également en 2012. Ces parutions témoignent du fait que les deux courants géographiques qui avaient initialement contribué à l’émergence des thématiques de genre dans la géographie française, la géographie culturelle et la géographie sociale, portent toujours les réflexions. Ces publications marquent aussi l’arrivée d’une nouvelle génération de chercheur.e.s familiarisé.e.s avec la question du genre et des sexualités, souvent explicitement engagé.e.s dans les mouvements féministes et/ou queer, et connaissant bien les travaux anglophones sur le sujet.

23La géographie du genre en France se présente aujourd’hui comme un champ multiforme et bouillonnant, qui réunit des travaux dont certains se réclament simplement d’une approche par le genre, et d’autres revendiquent l’étiquette féministe. On y trouve d’une part des travaux prolongeant ceux qui existent depuis les années 1990 et qui forment désormais un corpus très riche, sur les liens entre genre et développement (Monique Bertrand, Kamala Marius, Hélène Guétat…), genre et migration (Camille Schmoll, Serge Weber, Sophie Blanchard…), genre et ville (Gaëlle Gillot, Mina Saïdi-Sharouz, Yves Raibaud…), genre et corps (Francine Barthe, Djemila Zeneidi, Joanne Le Bars), ou encore sur les minorités sexuelles (Marianne Blidon, Stéphane Leroy, Nadine Cattan et Anne Clerval)… On peut identifier d’autre part des axes thématiques plus récents, ou travaillés de façon particulièrement novatrice : sexualités et hétéronormativité (Charlotte Prieur, Karine Duplan, Rachele Borghi…), genre et santé (Virginie Chasles, Emmanuelle Faure…), genre et pratique du « terrain » en géographie physique (Anne Jégou, Antoine Chabrol, Edouard de Bélizal…), genre et urbanisme (Lucile Biarrotte)…

24Ces développements récents sont intéressants dans la mesure où ils illustrent les contributions diverses d’approches par le genre ou la sexualité qui ne se cantonnent plus dans quelques domaines « classiques », ou ne se limitent pas à quelques « objets » incontournables, mais s’attachent à faire relire la pratique même de la géographie, interroger les rapports de pouvoir qui s’y jouent, et impulser des modes de fonctionnement plus réflexifs et mieux assumés comme « engagés ». En d’autres termes, ces courants auront permis dans une certaine mesure à la géographie de battre en brèche le mythe de la « pure neutralité » positiviste. Ainsi s’il n’y a aucune « école » constituée de géographie du genre, ou de géographie féministe, il y a néanmoins mise en réseau, par le biais des colloques notamment, d’une multiplicité d’approches plus ou moins informées théoriquement, plus ou moins articulées à une posture militante.

25On peut se réjouir en outre que pour lutter contre l’amnésie récurrente et l’effacement des contributions féministes à la connaissance géographique, des efforts aient été faits par le réseau de jeunes chercheur.e.s GenrEspace, à l’initiative de Lucile Biarrotte, pour leur donner enfin un caractère cumulatif par le biais de la création en 2016 d’une bibliographie zotero collective francophone « Géographies du genre, féministe et queer » qui comporte 350 références. Soulignons aussi que ce collectif GenrEspace, qui se réunit régulièrement depuis novembre 2016, a organisé plusieurs sessions dans le congrès international de recherches féministes qui s’est tenu à Nanterre fin août 2018, consacrant la pleine participation de géographes et urbanistes à ce champ. Ce qui semble toutefois encore faire défaut pour permettre aux géographies du genre de véritablement capitaliser sur leurs acquis, c’est une transmission dans le cadre des formations en géographie, urbanisme et aménagement : alors que dans de nombreux autres pays des cours dédiés existent, la question occupe rarement plus de quelques séances dans ces formations, dans le meilleur des cas.

26Nous ne sommes pas dans un « ghetto », comme l’avait craint Jacqueline Coutras, sans avoir encore la position de pouvoir que nous prêtent à tort certains qui se sentent menacés par nous. Nous nous trouvons en quelque sorte « au milieu du gué », au bénéfice d’évolutions intervenues depuis les années 1980 : l’ouverture de la géographie critique à d’autres rapports sociaux que la classe, le dialogue accru établi avec les géographies d’autres aires linguistiques (anglophones ou hispanophones, notamment), et l’affirmation dans les champs politiques et sociaux de mouvements féministes foisonnants et enfin audibles.

27D’une certaine façon, l’absence relative d’« illustres anciennes » dans le champ, s’il a rendu plus difficile l’affirmation, notamment institutionnelle, des questions de genre, a permis à la génération actuelle de se saisir de toutes les références qui lui ont semblé utiles dans la constitution d’une culture féministe, avec un relatif éclectisme : aux côtés de grandes figures mondialisées du féminisme queer comme Judith Butler, importées en France notamment par des chercheures comme Sam Bourcier ou Elsa Dorlin, les géographes françaises n’oublient pas les fondements du féminisme matérialiste, incarné par Colette Guillaumin, Christine Delphy ou Danièle Kergoat. Il est en tout cas patent que la génération montante de géographes est à mille lieues de professer la méfiance qui était celle des générations passées vis-à-vis de toute importation d’idées depuis les contextes anglophones, et n’hésite pas à s’inspirer de tout courant d’idées qui lui paraît fertile.

28Là où la géographie française semble relativement en retrait par rapport à ses homologues d’autres pays, c’est dans sa prise en compte de l’intersectionnalité, et sa capacité à réfléchir sur les articulations du racisme et du sexisme : il semble que toute à sa célébration d’une parole féminine enfin audible, de témoignages homosexuels enfin pris au sérieux, la géographie française n’ait pas avancé beaucoup dans la reconnaissance de sa propre blanchité, et œuvré assez à se dissocier de discours nationalistes qui stigmatisent les populations issues de l’immigration, en France, comme bastions de la misogynie ou de l’homophobie.

29L’approche par le genre, les minorités sexuelles et le féminisme ont ouvert des brèches, et réussi à porter une parole de contestation qu’il n’est plus aussi facile de disqualifier en la présentant comme partiale et illégitime. On peut espérer que par la brèche ainsi ouverte, d’autres minorités (raciales, religieuses, liées au handicap, à l’âge…) puissent participer à la contestation de l’universalisme d’exclusion et de violence symbolique qui est la marque de fabrique de la France ; on peut espérer aussi que le mythe de la « neutralité » et de l’objectivité du savoir scientifique soit enfin reconnu pour ce qu’il est, c’est-à-dire un discours de défense de l’ordre établi et des privilèges, un discours réactionnaire—à l’inverse de la posture féministe, qui s’accepte comme de parti-pris, mais cherche à faire changer la situation dans le sens de la reconnaissance de toutes les inégalités, toutes les discriminations et toutes les violences, y compris celle qu’exerce souvent le discours dit « scientifique ».

Etude d’une carte topographique de l’isthme Miquelon-Langlade, dans l’archipel de Saint-Pierre-et­ Miquelon, ,dans la perspective de réaliser des profils du sous-sol suivre sa formation et son évolution dans le temps et dans l’espace

CNRS Photothèque

Haut de page

Bibliographie

Barthe F. Hancock, C., 2005, dirs. « Le genre, constructions spatiales et culturelles », numéro spécial de la revue Géographie et cultures, n° 54

Blidon M., 2007, « Distance et rencontre. Eléments pour une géographie des homosexualités », thèse soutenue à l’université Paris-7-Diderot

Chivallon C., 2001, « Les géographies féministes. Un plaidoyer convaincant pour la constitution de connaissances « situées » », pp. 57-94 in Staszak et al., Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines. Paris, Belin.

Collignon B., Staszak J.-F., 2004, « Que faire de la géographie postmoderniste ? », pp. 38-42, L’Espace géographique, n° 1, p. 18

Coutras J., 1999, « Espaces sexués et géographie française : bon heur et malheur d’une géographe », pp. 75-90 in Chivallon, C., Ragouet P. et Samers M. (dirs) Discours scientifiques et contextes culturels. Géographies françaises et britanniques à l’épreuve postmoderne. Talence, Maison des Sciences de l’Hommes d’Aquitaine

Delphy C., 2010, Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française, 1980-2010, éditions Syllepses, collection Nouvelles Questions Féministes

Hancock C., 2002, « Genre et géographie : les apports des géographies de langue anglaise », in Espaces, Populations, Sociétés, n° 3, numéro spécial « Questions de genre », 257-264

Hancock C., 2004, « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste », pp. 167-176 in C. Bard (dir.), Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Presses de l’Université d’Angers

Hancock C., 2011, dir. « Genre, identités sexuelles et justice spatiale », Justice Spatiale/Spatial Justice n° 3, www.jssj.org/archives/03

Hancock C., Chapuis, A. 2016, « Geografía de genero, geografía feminista en Francia : una geografía paradojíca ? », in M. Veronica Ibarra, I. Escamilla Herrera, Geografías feministas de diversas latitudes, orígenes, desarrollo y temáticas contemporáneas, México, editoriales de la UNAM

Hancock C., Collignon B. (à paraître) « Méthodologies et épistémologies féministes », in Hancock (dir.), Géographies anglophones, tendances contemporaines, Presses Universitaires de Nanterre

Ginsburger N., 2017, « Femmes en géographie au temps des changements. Féminisation et féminisme dans le champ disciplinaire français et international », L’Espace Géographique, 46 :3, 236-263

L’Espace géographique, 2004, débat « Le postmodernisme en géographie », pp. 6-37, n° 1

LévyJ., 2004, « Genre », Espacestemps.net, Dans l’air, 18/10/2004 http://www.espacestemps.net/articles/genre/

Louargant S., 2003, « L’approche Genre pour relire le territoire : les trajectoires hommes-femmes dans les projets touristiques ruraux, Ardèche méridionale, Ligurie, Fès-Boulemane », thèse soutenue à l’université de Grenoble

Séchet R., 2012, « De la place des femmes et de leurs corps dans la géographie française. Souvenirs et expériences personnels », pp. 97-107 in Travaux et documents d’ESO n° 33, juin.

Staszak J. F. et al., 2001, Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines. Paris, Belin.

Travaux et documents d’ESO, 2012, n° 33, dossier « Genre », juin. http://eso.cnrs.fr/spip.php?art

Haut de page

Table des illustrations

Légende Etude d’une carte topographique de l’isthme Miquelon-Langlade, dans l’archipel de Saint-Pierre-et­ Miquelon, ,dans la perspective de réaliser des profils du sous-sol suivre sa formation et son évolution dans le temps et dans l’espace
Crédits CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Hancock, « Les études de genre ont-elles transformé la géographie française ? »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 45-54.

Référence électronique

Claire Hancock, « Les études de genre ont-elles transformé la géographie française ? »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4182

Haut de page

Auteur

Claire Hancock

Professeure des universités département de géographie, université Paris Est Créteil (UPEC) Lab’Urba

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search