Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1DOSSIER : Les mutations récentes ...La géographie française en contex...

DOSSIER : Les mutations récentes de la géographie en France

La géographie française en contexte mondialisé : nouvelles relations disciplinaires et enjeux épistémologiques.

French Geography in a Globalized Context : New Disciplinary Relationships and Epistemological Issues.
Isabelle Lefort
p. 66-77

Résumés

Les géographes français, depuis près de trois décennies, ont très significativement fait évoluer leur discipline. Celle-ci, dans le contexte mondialisé de l’économie de la connaissance, enregistre des transformations touchant aux objets de la recherche, mais également aux outillages notionnels, conceptuels et instrumentés, en particulier dans les réagencements des dispositifs en studies. Il en résulte des périmètres d’investigation qui reconfigurent ou renégocient les échanges entre la géographie et les autres sciences sociales, voire au-delà. L’article propose une lecture de ces évolutions et de quelques enjeux épistémologiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Chaque discipline a son histoire singulière, sujette aux récits qui en identifient des origines et des trajectoires, et qui construisent ce faisant, des doxa successives et/ou concomitantes avec lesquelles leurs savants produisent, dans la durée et continument, de nouvelles propositions, capitalisations ou bifurcations. Dans ces histoires, plus ou moins au long cours, la question des périmètres légitimes et pertinents, identifiables par des objets, des méthodes et des programmes, ne cesse de reposer celle de leurs prés carrés et donc de leurs limites. La partition des savoirs et leur mise en ordre dans un objectif universel de connaissances a, en effet, historiquement suivi un principe de divisions (Fabiani, 2006) et d’individuations (Wallerstein, 1996), indissociables de proximités, complexes et parfois conflictuelles au regard de (volonté de) prévalence des unes sur les autres. Les limites – autrement dit les frontières – ne font jamais l’économie des contrebandiers (De Certeau, 1990). D’où évidemment une histoire des sciences tissée de tensions et de revendications comme d’apports et de porosités. C’est ainsi que La Terre et l’évolution humaine (1922) de Lucien Febvre défendait une répartition des légitimités entre Histoire et Géographie : « le Sol et non l’Etat, voilà ce que doit retenir le géographe  » ! On ne peut être plus clair sur l’éviction du politique (et du social) dans le projet que le grand historien, fondateur des Annales, prescrivait à la Géographie.

2Comme le réel se discrétise rarement de lui-même, c’est bien la division du travail scientifique, sa praxis, qui en effectue les partitions/configurations dans un processus de disciplinarisation. Ainsi comprises, les trajectoires disciplinaires, en constant mouvement, participent de schèmes dominants - tel le moment poststructuraliste contemporain - marqués par des effets de champs et de circulations d’une discipline à l’autre. Mais ils sont également indexés sur les conditions de production et de circulation d’une économie de la connaissance qui en configurent les enjeux (changement global) et les moyens matériels. Quid de la géographie dans ce moment, principalement dans le concert de sciences sociales, mais mobilisant nécessairement aussi de nouvelles jonctions avec d’autres domaines scientifiques (sciences expérimentales ou numériques) ?

3On commencera donc par une question d’échelles pour rendre compte des qualifications et des dispositifs théoriques et méthodologiques des différents courants et recompositions disciplinaires de la géographie française qui engagent moins une discussion sur la vieille question de l’identité de la discipline géographique que sur ce que la (post-)disciplinarisation fait avec les (autres) savoirs spatiaux, scientifiques et profanes.

Effets de contexte mondialisé : une géographie française en situation

4La « mondialisation » ne concerne pas uniquement la circulation des produits et des hommes mais bien aussi évidemment celle des connaissances et des modalités intellectuelles et institutionnelles de leurs productions. Elle a mis en branle un nouveau moment de la connaissance, en internationalisant les espaces de recherches - par des collaborations et une intensification des échanges - en mobilisant des questionnements neufs (justice spatiale, gender, postcolonial, refugee studies), bref en faisant rentrer autrement le Monde mondialisé dans la sphère de la connaissance. La dénonciation d’un provincialisme épistémologique (belle métaphore géographique) théorique et méthodologique (Houssay-Holzschuch, 2008) souligne ces disparités entre des manières de faire science, et la nécessité de les réduire. Ce qui n’est pas anodin, au regard de la globalisation.

5L’échelle Monde constitue désormais l’horizon d’intelligibilité pour saisir les dynamiques disciplinaires, alors que durant leur étape initiale d’institutionnalisation – concomitante de l’avènement des Etats-nations - c’est l’échelle nationale qui a prévalu. Non pas, dans un premier temps, que l’on puisse faire l’hypothèse que la géographie serait plus concernée que d’autres par ce changement scalaire. Mais, une discipline qui s’intéresse à l’espace n’est sans doute a priori pas la moins concernée par la transformation des échelles d’interprétations des phénomènes spatiaux, d’ancrage comme de mobilité, prégnante dans le déploiement de la mondialisation et de son intelligibilité. Dans la re-configuration induite par l’ouverture mondialisée du champ de la recherche (et de l’enseignement) au sein des différentes institutions locales ou nationales, les prévalences hiérarchiques se réactualisent, en même temps que les politiques de la recherche invitent à des collaborations renforcées. Les mises en réseaux internationaux comme les mutations du financement et du pilotage de la recherche (en France, politique du CNRS et de l’ANR ; ERC et utilisation de la langue anglaise dans les réponses aux projets européens) participent évidemment de l’orientation de choix thématiques « porteurs » ou des contributions disciplinaires croisées souhaitées et financées. Ces modalités relèvent de nouveaux modèles économiques de la recherche et de leurs effets leviers pour engager la pluri/inter-disciplinarité dessinant des fronts « innovants ».

6Dans ce contexte, le poids des grands discours mondialisés/mondialisant - développement durable puis aujourd’hui changement global, anthropocène ou habitabilité de l’écoumène – n’est pas sans poser aux géographes d’autres questions et/ou de leur en reposer d’anciennes autrement (Philo, 1991). L’invite politique forte faite à la Science, à toutes les échelles, de répondre aux enjeux globaux touchant aux questions environnementales comme de société et d’économie ne peuvent que remobiliser des géographes et de la géographie. C’est sans doute ici que la géographie française présente des singularités intéressantes à analyser, au regard de sa structuration interne en « sous-disciplines » et de ses habitus disciplinaires.

7Deux choses en effet. La première concerne son positionnement séminal, encore vivace dans nombre de laboratoires et départements d’enseignement, entre « milieux » et « sociétés ». Toutes les géographies nationales ne se sont pas élaborées de façon identique, comme la géographie américaine qui s’est historiquement construite en découplant ce qui revient aux uns et aux autres. De ce point de vue, les questions touchant à la durabilité ou l’anthropocène résonnent donc particulièrement si l’on veut bien tenir compte de ce premier positionnement nexialiste.

Marché aux vêtements Ataba, Le Caire dans le cadre du projet EDMON (Espaces discrets de mondialisation), les chercheurs ont pris pour point de départ la ville de Yiwu en Chine, considérée comme le plus important marché de gros du monde dans le domaine des menus articles pour tenter de repérer et suivre les routes et espaces discrets des réseaux internationaux de la mondialisation par le bas.

Olivier PUEZ/CNRS Photothèque).

8Par ailleurs, la structuration nationale des disciplines, centralisée dans ses institutions (Comité National des Universités-CNU), ses modalités de reconnaissance (qualification) et d’identifications des périmètres scientifiques sont infiniment moins souples que celles des modèles anglophones – les studies renvoient à des « objets » et/ou des postures - où les porosités intellectuelles et disciplinaires sont par définition plus réceptives à l’ouverture continuée de nouveaux fronts qui n’amputent par leurs périmètres (Stazack et al., 2001).

9Si l’on veut bien considérer les processus de mondialisations comme indexées sur deux polarités en tension dialectique, l’une de normalisation, l’autre de (ré)activation des spécificités – indexation qui trouve dans le champ politique d’exemplaires manifestations - on peut dès lors analyser aussi à cette aune les débats autour de la postmodernité qui traversent la géographie française depuis la fin des années 90. Paradoxalement, certes, puisque ses fondements s’originent grandement dans les pensées et ouvrages d’intellectuels français (Cusset, 2003). Mais, ces détour/retour au dessus de l’Atlantique ou de la Manche (Neveu, 2011) ont tout à la fois fait reconnaitre en légitimité de nouveaux objets (le sexe, le corps), obligé à des réflexivités théoriques et méthodologiques comme à des explicitations de posture, rendant complexes (voire tumultueuses, Espace Géographique, 2004) les greffes venues d’ailleurs, internationales, dans la géographie hexagonale (Chivallon et al., 1999)

10A cette échelle, les relations entre géographie et autres sciences sociales témoignent dès lors d’une double tension. La première correspond à une circulation accrue des modèles intellectuels et scientifiques de l’anglosphère qui s’arriment générationnellement à partir des années 90 et qui ne s’inscrivent pas sans débats au sein des différentes instances (revue, département d’enseignement, CNU), pour des raisons de structuration héritée mais également d’écarts paradigmatiques. Ces nouveaux.elles géographes se positionnent, par leurs projets mêmes, en ouverture disciplinaire (relevant ou non des sciences sociales) – science politique, ethnologie, art, philosophie -. Corrélativement, les écarts se creusent avec leurs collègues de l’environnement par exemple... La seconde est concernée par les turns – linguistique, culturel, praxéologique, relationnel, spatial - qui se succèdent et se tuilent à un rythme accéléré depuis plus de trois décennies, eux aussi promus par la culture universitaire anglo-saxonne. Dans ce sillage, on observe des formes plurielles de repolitisation, après un temps de parenthèses en France durant les décennies 80 et 90, alors même que les géographies sud et nord-américaines ou indiennes ont revendiqué, dans la même période, de nouvelles saisies de l’espace, opérateur d’inégalités et révélateur des implicites et impensés de la géographie (postcolonial studies) et font advenir à la légitimité scientifique des objets jusque-là non considérés. A l’échelle nationale, la géographie, installée dans ses logiques de structuration disciplinaire plus rigides qu’ailleurs et des habitudes de cousinages disciplinaires (histoire, économie), mais également héritière des transformations issues de la charnière des années 70, les renégociations ont donné lieu à plusieurs modalités.

Vente en gros de produits « made in China » à Dubaï, le quartier historique de Deira (au centre des chaines de halls d’exposition de marchandises « made in China » vente en gros aux négociants de passage dans la ville, projet EDMON)

Olivier PUEZ/CNRS, Photothèque

Nouvelles qualifications, nouveaux paradigmes ?

11En termes de qualification d’abord, la géographie française enregistre durant cette période l’avènement de nouvelles dénominations de « spécialité » - géographie culturelle (Espace géographique, 1981), géographie des sexualités, géographie des émotions - alors que dans le même temps les points forts de la discipline des années 60-80 – géographie économique, géographie sociale, analyse spatiale – marquent le pas. Non pas qu’elles disparaissent ; mais elles deviennent moins structurantes et/ou clivantes dans le champ, en termes d’appartenances à des « écoles »(di Meo, 2008 ; Chivallon, 2008).

12Conjointement, le poids de la « géographie régionale », une des pièces maîtresses du dispositif hexagonal disciplinaire - la sainte trilogie physique, humaine, régionale, de la section 23 du CNU - s’estompe, comme le montre l’analyse des revues régionales (Lefort, 2011). Paradoxalement certes, puisque son « objet », l’analyse des singularités spatiales, se remonétise autrement, par la reviviscence (portée par le tournant spatial) des area studies, qui depuis l’après Seconde Guerre avaient vu leurs périmètres reconnus en particulier par l’UNESCO (Gottman, 1952). Le contexte de la Guerre froide n’était pas pour rien dans la nécessité de focaliser des ensembles de connaissances afférentes à des régions du monde moins arpentées et moins documentées. Sous une autre appellation, la géographie régionale - dont les faiblesses hexagonales s’originaient aussi dans le flou conceptuel du terme même de « région » (grands ensembles du monde vs échelle infranationale) – pourrait voir son projet redevenir une focale significative d’un programme géographique mondialisé. Ce qui n’apparaît qu’à la marge des institutions actuellement (Institut Condorcet Paris). Il sera intéressant de suivre l’évolution de la tradition des géographies universelles à l’aune d’une géographie globale, à l’instar (ou non) de l’histoire contemporaine du même nom (Maurel, 2009).

13Ce faisant, que ce soit parce que sont advenues de nouvelles qualifications - de nouvelles branches sur le vieux tronc de la géographie pour reprendre les premières phrases des Principes de Géographie humaine (Vidal, 1922) - ou parce que des modèles de maillage scientifique étrangers se structurent dans le champ de la géographie française, c’est bien la question de la disciplinarisation géographique nationale qui se retrouve aujourd’hui en question. La démultiplication de « sous-disciplines » (le et quelles sont-elles ? La question n’a jamais vraiment été travaillée...) ou plutôt de communautés configurées par d’autres affinités disciplinaires comme des volontés refondatrices se font jour (Berque, 2014). Ces deux tendances sont à l’œuvre et posent la question des relations que la Géographie peut entretenir avec d’autres sciences.

14C’est ce qu’illustre la géographie culturelle dont on peut certes dater l’avènement officiel en France de Géographie et cultures en 1992 - l’intitulé de cette revue étant en soi intéressant, par son balancement entre le singulier géographique et le pluriel culturel - mais qui s’arrime en fait à une longue histoire scientifique. Cette revue inscrit en effet son projet dans une généalogie internationale complexe (Claval 2001 ; 2003), relevant de plusieurs foyers historiques initiaux et ayant subi quelques éclipses temporelles : mais surtout il remobilise et requalifie des contenus disciplinaires que des traditions antérieures (Ritter, Vidal, Brunhes, Gourou) qualifiaient de « géographie humaine », sans oublier la collection publiée chez Gallimard, L’Homme et sous la direction de P. Deffontaines ou les travaux de R. Dion.

Touristes au village de Jorsale, en plein pic touristique, au mois de novembre, dans le Khumbu, au Népal. Le tourisme a profondément transformé l’économie de ce village et entrainé des besoins croissants en eau et en électricité.

Thibaut VERGOZ/PRESHINE/PASSAGES/IRD/CNRS Photothèque

15Ce moment que la géographie française embraye avec la géographie culturelle pose plusieurs questions d’ordre épistémologique au regard des relations au sein des sciences sociales (Collignon, 1988). En définissant la « culture » comme entrée pertinente et opératoire pour l’analyse et la compréhension des faits spatiaux (Cosgrove et Jackson, 1988 ; Crang, 1998), la géographie – culturelle, mais aussi dans son entièreté - se retrouve confrontée à l’explicitation, à nouveaux frais, de son positionnement et de ses catégories (Chivallon, 2003, 2008). Valorisant historiquement la physicalité de ses objets de recherche, la géographie française a privilégié la matérialité sur l’immatérialité (prévalence du régime scopique), tout en cherchant quand même et aussi à en rendre compte. Et ce, sans attendre d’ailleurs les approches phénoménologiques et de l’espace vécu des années 70 qui ont explicitement revendiqué de travailler, en géographie, les dimensions subjectives et sensibles du rapport au monde. Or, il ne s’agit plus, avec la géographie culturelle, de compléter une pluralité d’approches et/ou d’objets à légitimer, mais de penser, pour la reconstruire, la relation entre matériel et immatériel, entre physicalité et symbolique (Géopoint, 2002). Bref, de reprendre, à nouveaux frais, la nécessité de penser ce qu’un dispositif spatial traduit et produit, en dynamique, de dimensions mentales et matérielles, et ce, en tenant compte des différentes cosmogonies que les sociétés véhiculent (Bonnemaison, 1986). Il s’agit donc moins d’une « sous discipline » que d’un nouveau projet cognitif pour la discipline où l’on retrouve les différentes Weltanschauung des géographes eux-mêmes et donc leur positionnement propre dans le champ, en particulier, idéologique. C’est sans doute cette indexation politique qui explique la proposition d’analyse de G. di Meo (2008), mais qu’illustre également la séance inaugurale du colloque de Cerisy consacré à l’anniversaire de la revue Géographie et cultures en 2014 (Géographie et cultures, 2015) mobilisant à la même table ronde des tenants de la géographie culturelle et de la géographie sociale. Les débats qui s’y sont tenus ont rapidement souligné des relations complexes et ambiguës, exprimant, au-delà de leurs objets propres, évidemment, des positionnements politiques différents, parce qu’ils posent une pluralité de questions fondamentales : inclusion/distinction des catégories du social, du politique et du culturel, nécessité de réfuter une essentialisation culturaliste (Copans, 2005), autrement dit de revenir aux postulats et attendus des sciences sociales, qui ne s’arriment pas ici comme ailleurs (Del Casino, Marston, 2006).

16On peut analyser ces débats en termes de domination paradigmatique disciplinaire. En effet, la géographie sociale, à référence marxiste, mais également l’analyse spatiale, organisée autour des notions de centre/périphérie et de logiques d’acteurs rationnels, reposent sur une prévalence, en termes d’intelligibilité, des matrices économistes. En revanche, la géographie culturelle engage vers l’ethnologie (d’un point de vue méthodologique en particulier) et l’anthropologie, que cette dernière d’ailleurs soit d’obédience critique ou non. Le préfixe ethno- a ainsi servi à de multiples disciplines (Garfinkel, 1968 ; Stazack, 1997). Ce moment poststructuraliste est en effet concomitant à - parce que produit aussi par - la montée en puissance des macro-systèmes individualistes, redéployant largement la référence à l’acteur (homo economicus) vers les dimensions pratiques (usager) et politiques (citoyen). Cette descente scalaire au micro-individuel (Joseph, 2000), approchant les questions géographiques à l’échelle du domestique (Stazack, 2001) et du quotidien (Lippuner, 2003) ne peut que déplacer sensiblement le curseur des analyses géographiques (Lussault, 2014). Le temps des substantifs en –tion (analyse des processus et des résultats) fait place progressivement à ceux en –té : urbanité, citadinité, maritimité, ruralité, et bien sûr spatialité, ce suffixe indiquant la relation à. Le paradigme relationnel y trouve un déploiement opératoire, pas nécessairement explicité d’ailleurs, mais sans doute en forme de réponse aux questions fortes d’une approche géographique : relations hommes/milieux, sociétés/environnements, ici/ailleurs, ...

17Les relations avec d’autres science sociales, vues de la géographie, signalent dès lors un déplacement du centre de gravité : après un temps d’écologisation (celui de la géographie dite classique) puis de socialisation-économisation de la géographie (Frémont et al., 1984), le moment contemporain apparaît aujourd’hui redevable d’une anthropologisation de ses horizons de compréhension des faits spatiaux. Ce faisant, ce sont les protocoles méthodologiques mobilisés qui se modifient sensiblement. Venus de la sociologie ou de l’ethnologie, les démarches qualitatives d’entretiens et d’observations (plus ou moins) participantes s’installent comme de nouvelles normes de production de connaissance géographique. Dans ce contexte, le statut heuristique comme normatif du « terrain » (Lefort, 2012), s’en trouve affecté. Celui-ci n’est plus l’espace encaissant de l’enquête, mais un actant de la démarche, intégrant/questionnant la positionnalité du géographe (Volvey et al., 2012) et dont il convient d’être redevable aux enquêtés, dans une perspective de production éthique de la connaissance. Cette renégociation intellectuelle de la « subjectivité » du chercheur et de « l’objectivité » de ses matériaux engage un modèle autre de ce qui fait science. Ces évolutions en cours expriment donc dans leurs modalités mêmes une fragmentation accrue de la corporation géographique française, entendue comme identité académique. C’est justement cette échelle individuelle et la déconstruction des modèles de scientificité dont l’implicite universel servait de fondement que les studies promeuvent. En battant en brèche les évidences du monde blanc hétérosexuel, d’un vol de la science, ces recherches construisent de nouvelles communautés de recherche et explosent le macro-découpage disciplinaire ainsi que ses sous-appellations ou rattachements (études LGBT, géographie participative, géographie radicale, géographie critique). On aura ici volontiers le sentiment qu’il s’agit davantage d’un phénomène plus global de requestionnement des faits spatiaux et de leurs qualifications « géographiques », sous les auspices d’une émancipation de la connaissance, que ces dominations soient de genre ou d’idéologie politique. « Au-delà, l’étude de ce champ (géographie des sexualités) permet de dévoiler un pan entier de connaissances et de théories ignorées, permettant ainsi de renouveler la géographie sociale et la géographie culturelle. Enfin, c’est un enjeu social important dans lequel se joue l’ancrage de la discipline dans les sciences sociales et l’utilité sociale de la géographie en termes d’expertise sur des sujets de société. Il serait dommage de renouveler l’expérience des années 1990, quand les questions de communautarisme ont été posées par les politiques ou que l’ANRS a financé des recherches sur les pratiques spatiales des homosexuels masculins, que les géographes en soient encore à s’interroger sur la géographicité de ce sujet pendant que les sociologues ou les anthropologues occupent un terrain laissé vacant » (Blidon, 2008). On peut entendre la dernière phrase comme un regret de la lutte des places disciplinaires, mais au delà, la remarque continue de poser les difficultés à identifier un propre géographique.

Périphérie de Sâo Paulo au Brésil : Mélange de zones résidentielles et de zones industrielles

Hervé THERY/CREDA/CNRS Photothèque

Disciplines et studies : d’autres modalités relationnelles

18
C’est d’ailleurs sur ce front de dialogues historiquement constitutifs de périmètres que les studies viennent rebattre les cartes. Pour prendre l’exemple d’un vieux champ d’exploration, la ville, le passage à l’urbain et aux urban studies concerne évidemment la géographie urbaine mais également le champ de l’aménagement et de l’urbanisme, dont l’autonomisation ne fut pas sans mal dans le cadre de la création d’une nouvelle section du CNU dans les années 70. « Aujourd’hui, le champ des savoirs urbains apparaît bien installé en France, même s’il ne fait pas l’objet d’une discipline spécifique, ou d’un rayon de bibliothèque spécialisé comme aux États-Unis avec les Urban studies. (...) A y regarder de plus près, l’histoire longue de la constitution des études urbaines révèle à la fois une faible institutionnalisation de ce secteur de la recherche toujours compris comme un domaine interdisciplinaire et une origine impure où l’activité scientifique semble toujours prise dans les rets de l’action publique »(Van Damme, 2005). On ne peut être plus clair sur le lestage institutionnel qui continue de faire coexister logiques disciplinaires et logiques d’objets (Le Goix, 2000). En l’occurrence, la structuration en UMR d’abord, puis en LabEx, a poussé aux collaborations avec les sciences politiques, l’économie, l’aménagement et l’urbanisme, voire l’architecture. Le passage de la discipline aux studies constitue une évolution en profondeur des conditions de productions scientifiques, touchant au système de reproduction de l’enseignement supérieur et de la recherche.

19C’est d’ailleurs aussi par le biais des studies que se renouvelle la question de l’engagement dans la géographie française. L’urbain, par l’ampleur des enjeux que recouvre le phénomène, a constitué un creuset particulièrement porteur pour les positionnements critiques, d’obédience néo-marxiste en particulier. Les effets de la globalisation dans ce contexte ont ainsi alimenté, à l’aval des recherches anglophones, des travaux réengageant explicitement la question de la dénonciation des inégalités (Don Mitchell, 2001), de l’émancipation et de l’empowerment (Drozdz, 2016) et plus globalement de la néolibéralisation (Morange, Fol, 2014). Mais c’est évidemment aussi le cas des postcolonial ou gender studies et d’autres nombreux champs de la recherche possiblement afférente à une saisie géographique. Ainsi de celui du tourisme dont l’évolution comme « objet » avait donné lieu à une tentative de disciplinarisation mais qui finalement se dessine sur le modèle des tourism studies, se déclinant sans cesse, du dark tourism studies aux ruins tourism stsudies.

20Dans ces contextes, la question des relations entre géographie et autres sciences sociales s’en trouve renouvelée en tant que nouveau programme épistémologique, avec en ligne de fuite un stade post-disciplinaire. Ces configurations convient dès lors les géographes à arrimer autrement leurs productions de connaissances aux conditions de possibilités de leurs catégories, ou pour le dire autrement aux matrices philosophiques qui participent de leurs épistémès. De ce point de vue, le glissement d’une épistémologie discontinuiste, fondée sur le principe d’une coupure épistémologique, vers une épistémologie continuiste, fondée sur les philosophies pragmatistes, constitue sans conteste pour le coup une révolution intellectuelle qui excède la « simple » question des relations entre géographie et autres sciences sociales, pour réinterroger, en ce qui la concerne, le statut, les acceptions et les postulats mobilisés de ce qui fait espace. Dans ce sillage se développent les géographies du sensible (émotion, mémoires douloureuses) qui prolongent certes les premières explorations entre géographie, arts et littérature (Westphal, 2007.), mais en dilatent toutes les expériences sensorielles, revenant à l’étymologie de l’aesthesis et promeuvent un régime esthétique de la connaissance des phénomènes spatiaux. Ainsi de la cartographie sensible et narrative (Mekdjian, Almedo, 2016 ) qui initie de nouvelles pratiques méthodologiques, du côté des savoirs esthétiques. Les cartographies sensibles diffèrent des cartes mentales qui avaient constitué un front avancé de protocoles qualitatifs des années 70 et 80 mais dont le traitement achoppait trop souvent sur sa mise en relation avec les espaces euclidiens des cartographies classiques. Les recherches sur le Land Art en sont encore une autre expression, revenant au classique « paysage », qui décidemment constitue un bon indicateur des manières de saisir géographiquement cette relation incontournable des hommes à leurs environnements, des sociétés à leurs natures, bref, ce qui fait sans doute la dimension la plus constitutive, mais irréductiblement complexe, de l’espace.

De l’instrumentation numérique au politique : de nouvelles collaborations

21La congruence entre nouvelle économie de la recherche mondialisée/mondialisante et société de la connaissance d’une part & enjeux de la structuration des savoirs d’autre part alimente deux évolutions différentes. La première contribue à renforcer la composante d’expertise scientifique des savoirs géographiques, la seconde à militer pour un empowerment citoyen émancipateur et critique. C’est ainsi que d’un côté les transformations dans le financement de la recherche impulsent de nouvelles collaborations pour répondre aux questions dites vives de l’agenda mondial et écouménique. Le numérique et son déploiement soutenu par les grandes instances de la recherche nationale participent fondamentalement de cette évolution. La géographie avait déjà effectué un tournant technologique avec les SIG et la cartographie automatique à partir des années 80. Mais avec les digital studies, ce sont d’autres champs et d’autres objets qui se signalent avec intérêt et qui participent de nouvelles collaborations, cette fois en dehors des sciences sociales. Une analyse des projets menés dans le cadre du LabEx IMU (http://imu.universite-lyon.fr/​), qui a fait de la pluralité sa colonne vertébrale, soulignent les prévalences de collaborations entre le laboratoire Environnement Ville Société - à forte représentativité de géographes – et le LIRIS, laboratoire d’informatique et de traitement des données), mais également des collaborations entre naturalistes, géographes et informaticiens. Dans ces collaborations, la place tenue par les géographes (et la géographie) correspond aux compétences touchant à la représentation et à l’analyse de la dimension spatiale (euclidienne) et des localisations d’espèces végétales et animales. La Géographie y représente les Sciences sociales mais recouvre dans les faits la démarche localisante et spatialement distributive de la discipline. Cette expérience collective de pluralité radicale - faire travailler ensemble tous les champs de la recherche en co-construisant les problématiques avec des acteurs non académiques - et ce pour répondre aux enjeux d’une urbanisation généralisée, s’effectue par le recours à une nouvelle instrumentation qui re-monétise la conception euclidienne de l’espace, méconnaissant le postulat d’un espace produit et le fameux renversement des facteurs. Les sciences du vivant y trouve un renouvellement de leurs programmes de recherche, les sciences informatiques un nouveau champ applicatif, la géographie un nouveau champ de légitimité, adossé à un modèle de scientificité qui n’est pas celui des sciences sociales (localisation affinée, géoréférencement mobile et complexification des représentations des données visuelles). D’autres interfaces de recherche, à partir du vieil objet paysager se renouvellent également par la collaboration avec les chercheurs en psychologie cognitive (eye tracking).

22Conjointement, un second front de collaboration numérique alimente la recherche géographique inscrite dans la sphère des recherches participatives. Mais cet outillage décline des projets cognitifs fort différents. Soit il alimente une forme d’externalisation de la collecte par des « profanes » mais selon les protocoles scientifiques habituels (sciences participatives), soit il rend possible la saisie in situ des perceptions/représentations individuelles de la présence au lieu (pollution, paysage), soit encore, il a pour objectif d’initier un empowerment citoyen. Seule, cette troisième acception revendique une nouvelle façon de co-construire les connaissances, en mobilisant et en actant des savoirs non savants.

23Cette dernière modalité, évidemment convergente avec les intérêts de la géographie culturelle, repose donc autrement la question des statuts de connaissance, nécessaires et pertinents pour établir ce qui fait « géographie » : la reconnaissance des connaissances autochtones, vernaculaires et plus généralement profanes engagent évidemment la question du travail de terrain, de la positionnalité du chercheur et des combinaisons pluri-disciplinaires convoquées. Elle est le plus souvent soutendue par une position militante, issues des postures critiques. Le point de convergence est de nature politique et de revendication de reconnaissances des savoirs dominés qu’illustre clairement le positionnement d’ACME.

24« ACME est une revue électronique internationale vouée à des analyses critiques et radicales du social, spatial et politique. Son but est d’offrir un forum de publication de recherches en sciences sociales portant sur des questions d’espace selon une perspective radicale et critique, incluant anarchisme, anti-racisme, environnementalisme, féminisme, marxisme, postcolonialité, poststructuralisme, études ‘queer’, situationnisme ou socialisme. L’analyse critique et radicale est perçue comme faisant partie d’une pratique sociale et politique dont le but est de défier, transformer ou démanteler les relations, systèmes et structures dominants du capitalisme, ainsi que les régimes d’exploitation, oppression, impérialisme, néo-libéralisme, agression nationale et destruction environnementale qui les accompagnent ». Ces revendications, positions et postures ont pour volonté et objectif, à partir des marges, de participer à un projet plus global de dé-essentialisation des catégories, réputées universelles, pour les réinscrire dans leurs modes de productions, historiques et spatiales, et donc politiques. Le succès référentiel d’Harvey (1996) ou la forte remobilisation des travaux d’H. Lefèbvre en sont des indices (Cox, 2006).

Ce que disent et provoquent ces changements

25Les dictionnaires et revues constituent des indicateurs significatifs des mutations en cours. C’est ainsi que le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (2003), constitue une bonne expression de ces transformations, par son organisation et ses champs référentiels pluridisciplinaires. Conjointement, nombre de revues initiées avec des chercheurs français ou francophones sont aujourd’hui conçues sur un principe pluridisciplinaire et multilingue : ACME (An International Journal for Critical Geographies), NSS (Natures Sciences Sociétés), VertigO, justice spatiale|spatial justice. La multiplication des revues de géographie ou de sciences sociales recevant et publiant des articles de géographes est sans commune mesure avec l’état éditorial des années 80. Le passage de l’édition en ligne n’y comptent certes pas pour rien, non plus que la nécessité pour tout chercheur, dans l’élaboration de son CV, de faire état d’un nombre important de publications ou d’actes de colloques, et ce dès le début d’entrée dans la carrière. Il n’en reste pas moins que la vieille division en revue générale et revue régionale, revues disciplinaires ou pluridisciplinaires, se modifie et illustre la structuration de nouvelles ambitions : revues plurilingues, revue critique, thématiques (justice spatiale|spatial justice) : ce ne sont pas moins de 40 revues recensées que CAIRN propose à la requête « géographie ».

26Un autre indicateur est évidemment fourni par les mots. Ceux de l’international et ceux de la production en langue française. Pour les premiers, la mondialisation de la recherche, par les bénéfices attendus en termes de visibilité et de ranking, privilégie sans conteste la publication en anglais et dans des revues de langue anglaise et américaine, revues dont les canons sont indexés sur les paradigmes scientifiques mêmes de l’anglosphère. Cette géopolitique linguistique de la science mériterait en soi une analyse fine, pour la géographie, des enjeux intellectuels, scientifiques, disciplinaires et politiques qu’elle véhicule et qu’ont déjà commencé d’explorer certains géographes français (Debarbieux, 1999 ; Hancock, 2016 ; Houssay, Milhaud, 2013). Plus modestement, et en se restreignant aux enjeux terminologiques en langue française, il est aussi possible de pister des circulations entre disciplines. Les transformations liées aux objets ou aux approches, ont évidemment pour conséquence d’instiller des modifications dans la façon de nommer et de catégoriser. Du côté du lexique, les termes de résilience ou d’habitabilité sont instructifs. Venu du champ de la psychologie, le premier est aujourd’hui largement mobilisé en géographie et ce à l’échelle des territoires confrontés aux difficultés des agendas environnementaux. Quel est le sens effectif de ce transfert ? Doit-on y voir une facilité métaphorique de communication médiatico-politique voire scientifique, et si oui, quelle est le statut de ce trope si présent dans la littérature géographique (Cosgrove, 1989) ? Habitabilité est sans doute plus complexe, qui construit une passerelle entre sciences du vivant (habitat/biotope) et vieil objet géographique (l’homme habitant). En s’arrimant à l’habiter (Lazzaroti, 2006 ; Lussault, 2014), les géographes français re-mobilisent une (vieille) catégorie de leur discipline mais autrement sémantisée et philosophiquement arrimée aux phénoménologies, en particulier heideggérienne. Enfin, le terme « éthique » a fait son apparition dans le champ de l’écriture géographique, touchant autant les conditions de production et de restitution des connaissances que la visée disciplinaire (Collignon, 2010). Pour ce dernier point, il s’agit de renouveler un vieux débat, celui de l’engagement, qui alimente aujourd’hui autrement la porosité entre sciences sociales (philosophie et science politiques essentiellement) et géographie. Ce faisant c’est la question de l’ontologie de ses objets qui est remise sur le travail qu’illustre clairement la proposition mésologique berquienne, proposant pour dépasser le POMC (paradigme occidental moderne classique) de sortir de la logique du tiers exclus et de l’essentialisation des catégorie (Berque, 2014). La proposition berquienne est d’ailleurs particulièrement illustrative de la renégociation, à nouveaux frais, du projet géographique classique, qui achoppait sur la question du sensible et de l’essentialisation de ces catégories.

Quartiers populaires installés sur des pentes en principe inconstructibles à plus de 4000 mètres d’altitude à La Paz en Bolivie

HervéTHERY/CREDA/CNRS Photothèque

27Références pragmatistes et nouveaux postulats épistémologiques, promouvant une conception continuiste de la véridiction, engagent ainsi, plus ou moins selon les références, des postures relativistes qui sont évidemment fort éloignées des positionnements épistémologiques de la géographie française jusqu’aux années 80. Une façon de lire ces mutations est peut-être de prendre du champ historique et de concevoir une vaste courbe qui irait du passage des Humanités aux Sciences humaines devenues sociales durant un très long dix-neuvième siècle, cédant aujourd’hui le pas à une courbe symétriquement inverse qui recomposerait ces dernières sous le qualificatif d’Humanités (Humanities), comprise dans leurs acceptions nord-américaines.

Conclusion

28S’essayer à produire une analyse des relations contemporaines entre géographie et autres sciences (sociales), invite à identifier au moins quatre grandes lignes de force. La première relève d’un double glissement du centre de gravité de la socialisation-économisation à l’anthropologisation-ethnologisation d’une part et d’une nouvelle écologisation d’autre part. Du côté des choses de la nature, même si les contextes politiques invitent les chercheurs à poser ces questions sur un horizon sociétal, les réponses apportées s’arriment aux savoirs naturalistes et à leur modèle de scientificité. La mesure y tient une place prédominante, accompagnée du truchement de l’outillage numérique. Du côté des choses de l’homme et de la société, la pente anthropologique et ethnologique se dessine avec assez de netteté. Le souci de l’habiter, de l’action, de l’usager et de ses représentations se fraie un chemin qui la fait converger vers des savoirs situés, plus ou moins politiquement revendiqués. C’est la bifurcation sans doute la plus visible aujourd’hui des relations entre sciences sociales et géographie. On reconnaît là une bien vieille coupure de la géographie à la française, dont la couture s’est historiquement essayée à de multiples façons, et dont on peut considérer que le reprisage actuel cède, pour évoluer vers une remise à plat du patron disciplinaire hexagonal.

29La deuxième tendance de fond, partiellement induite, est celle d’un glissement des faits surfaciques aux faits individuels, suivant en cela la macro-évolution (hyper)individualiste qui renégocie les interfaces disciplinaires vers l’esthétique et l’ethnologie, faisant du corps et de son échelle, l’avènement de spatialités sensibles à dimensions éthiques et politiques. Ces deux champs, mobilisent l’une le percept et l’autre le concept, soit deux factures épistémologiquement hétérogènes. Les articuler dans un procès de connaissance nécessite de repenser la question même des conditions d’intelligibilité du monde. La « représentation » jusqu’à présent mobilisée pour établir les connexions ne saurait continuer de suffire à leur articulation raisonnée, tandis que la résolution par les sciences cognitivistes manifeste une naturalisation incompatible avec la déconstruction et l’historisation des sciences sociales.

30La troisième repose la question des relations de la géographie française avec son alter ego d’enseignement, l’Histoire. Le découplage au sein du POMC de l’espace et du temps, que la matrice kantienne a contribué à universaliser, a été constitutif de la partition disciplinaire. Or le tournant spatial, qui concerne nombre de disciplines, des études littéraires à l’histoire, si il n’est pas toujours explicitement engagé, est pourtant bien effectif, le synchrone (sub)contemporain l’emportant dans les publications géographiques françaises actuelles sur la mise en perspective historique (à l’exception des travaux de Géohistoire de Ch. Grataloup, 2015). Est-ce à dire que le tournant spatial ne circule pas dans le champ de la recherche géographique française de façon encore clairement identifié et explicité ? D’ailleurs, la dernière tendance majeure transversale, celle du succès des studies qui s’inscrivent sur l’horizon d’une post-disciplinarisation (Fabiani, 2013 ; Wolton, 2013), n’engage pas nécessairement une ressaisie partagée, pourtant importante, de la réflexion sur la catégorie toujours majeure de la discipline : l’espace.

Haut de page

Bibliographie

Berque A., 2014, Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie, Paris, Belin, 237 p.

Blidon M., 2008, « Jalons pour une géographie des homosexualités  », L’Espace géographique 2008/2 (Tome 37), p. 175-189.


Bonnemaison J., 1986, Les fondements d’une identité. Territoire, histoire et société dans l’archipel de Vanuatu, Paris, ORSTOM, 2 vol. 

Chivallon Ch., 2003, « Une vision de la géographie sociale et culturelle  », Annales de Géographie, n° 634, p. 646-657.

Chivallon Ch., 2008, « L’espace, le réel et l’imaginaire : a-t-on encore besoin de la géographie culturelle ? », Annales de géographie 2008/2 (n° 660-661), p. 67-89.

Chivallon Ch., Ragouet P., Samers M. (eds.), 1999, Discours scientifiques et contextes culturels, géographies françaises et britanniques à l’épreuve post-moderne, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Claval P., 2001, « Champs et perspectives de la géographie culturelle », Géographie et Cultures, n° 40, p. 5-28.

Claval P., 2003, Géographie culturelle, Paris, Armand Colin, coll. U.

Collignon B., 2010, « L’éthique et le terrain », L’Information Géographique, 74- 1, 63-83.

Collignon B., 1988, « Quelques remarques à propos de la géographie culturelle », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 55, mis en ligne le 07 avril 1998.

Cook I. (dir.), 2000, Cultural Turns, Geographical Turns, Londres, Prentice Hall, Harlow, Longman.

Copans J., 2005, « Bonnemaison, Joël. – La géographie culturelle. Cours de l’Université Paris IV-Sorbonne, 1994-1997 (établi par Maud Lasseur et Christel Thibault), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), 2000, 152 p.  », Cahiers d’études africaines [En ligne], 167 | 2002, mis en ligne le 22 juin 2005

Cosgrove, D. et Jackson, P., 1988, « New directions in cultural geography », 1988, Area, vol. 19, p. 95-101.

Cosgrove, D., 1989, « A terrain of metaphor : cultural geography, 1986-1989 », Progress in Human Geography, vol. 13, 4, p. 566-575..

Cox K., « Une lecture anglophone et marxiste », EspacesTemps.net, Livres, 2006/11/20.

Crang M. (1998), Cultural Geography, Londres, Routledge.

Cusset, F., 2003, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux Etats-Unis, éd. La Découverte, Paris.

De Certeau M., 1990, L’invention du quotidien tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard.

Debarbieux B., 1999, « Le territoire : histoires en deux langues — a bilingual (his-)story of territory », in Discours Scientifiques et Contextes Culturels : Géographies Françaises et Britanniques à l’Épreuve Postmoderne, Bordeaux : Msha, pp. 33-46.

Del Casino V.J., Marston S.A., 2006, « Social geography in the United States : everywhere and nowhere », Social and Cultural Geography, vol. 7, n° 6, p. 995-1009.

Drozdz M., 2016, « Aux frontières de la démocratisation urbaine. Conflits et urbanisme participatif à Londres », L’Information géographique, vol. 80, n° 4.

Fabiani J.-L. in Jean Boutier, Jean-Claude Passeron & Jacques Revel, eds, 2006, Qu’est-ce qu’une discipline ? Paris, Éditions de l’ehess, 260 p.

Fabiani J.-L., 2013, « Vers la fin du modèle disciplinaire ?  », Hermès, La Revue, 2013/3 (n° 67), p. 90-94.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J., 1984, La géographie sociale, Paris, Masson.

Garfinkel, H., 1968, The origins of the term « Ethnomethodology », in Hill, R.J. et Crittenden, K.S., eds., Proceedings of the Purdue Symposium on Ethnomedology, Purdue, p. 5-11.

Géographie et culture, 2015, Géographie et cultures à Cerisy, 93-94.

Géopoint, 2002, L’idéel et le matériel en Géographie, Groupe Dupont, Avignon, Université d’Avignon.

Gottman J.,1952, La contribution de la géographie humaine et des études économiques aux area studies. Bulletin International des Sciences Sociales Area Studies , 4, UNESCO, Paris : 694-703.

Grataloup Ch., Introduction à la géohistoire, Armand Colin, 2015, 192 p.

Hancok C., 2016, Traduttore traditore, The Translator as Traitor , ACME, vol. 15 No 1

Harvey D., 1996, Justice, Nature and the Geography of Difference, Malden Mass./Oxford, Blackwell Publishers.

Houssay-Holzschuch M., Milhaud O., 2013, « Geography after Babel - a view from the French province ». Geographica Helvetica, Association Suisse de Géographie, 68, pp. 51-55.

Houssay-Holzschuch M., Krichewsky L., Milhaud O., Pettinarolli L., Scot M., (dir.), 2008, « Guide de l’étudiant européen en sciences sociales », Géographie et cultures [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 25 décembre 2012.

Joseph I., 2000,  »Décrire l’espace des interactions « , in J. Lévy et M. Lussault, Logiques de l’espace, esprit des lieux, Paris, Belin, p. 49-55.

L’Espace géographique, 2004, Débat, Le postmodernisme en géographique,(tome 33).

L’Espace Géographique, 1981,  »L’approche culturelle en géographie « , 10(4).

Lazzarotti O., 2006, Habiter, la condition géographique. Paris, Belin.

Le Goix R in Paquot T., Lussault M., Body-Gendrot S. (dir.), 2000, La ville et l´urbain, l´état des savoirs, Paris, La Découverte, 442 p. 

Lefort I., 2011,  »Editorial : Quand les revues dessinent des territoires « , Géocarrefour, vol. 86/3-4 | 2011, 163-168.

Lippuner R., 2003,  »Géographie, culture et quotidien : un renouveau théorique« , Géographie et Cultures, n° 47, p. 29-44.

Lussault M., 2014,  »Compétences de spatialité« , EspacesTemps.net, 2014/07/15.

Maurel C., 2009,  »La World/Global History : questions et débats « , Vingtième siècle, Presses de Sciences-Po, n° 104, p. 153-166.

Mekdjian S., Almedo, E., Médier les récits de vie. Expérimentations de cartographies narratives et sensibles, 2016 M@ppemonde, numéro 118,.

Mitchell D., 2000, Cultural Geography. A critical Introduction, Oxford, Blackwell.


Morange M., Fol. S., 2014, Ville, néolibéralisation et justice, justice spatiale|spatial justice, n° 6 juin 2014,

Neveu, E., 2011, La ligne Paris-Londres des Cultural Studies : une voie à sens unique ? In : Dix ans d’histoire culturelle [online]. Villeurbanne : Presses de l’Enssib.

Philo C., 1991, New Words, new Worlds. Reconceptualising social and cultural Geography, Lampeter, St. David’s University.

Staszack J.-F. (dir.), 2001, Espaces domestiques, Annales de Géographie, n° 620.

Staszak J.-F., Collignon B., Chivallon C., Debarbieux B., Géneau de Lamarlière I., Hancock C., 2011, Géographies anglo-saxonnes, Paris, Mappemonde-Belin, 315 p.

Staszak. J.-F., 1997,  »Dans quel monde vivons-nous ? Géographie, phénoménologie et ethnométhodologie« , in. Staszak J.-F.,(dir.), Les discours du géographe, Paris, L’Harmattan, p. 13-38.

Van Damme S., 2005,  »Les sciences humaines à l’épreuve de la ville : les enjeux d’une archéologie des savoirs urbains (XVIIe-XXe siècles) «  , Revue d’Histoire des Sciences Humaines 2005/1 (no 12), p. 3-15.


Volvey A., Calberac Y., Houssay-Holzschuch M. (dir.), 2012, HYPERLINK "http://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2012-5-page-441.htm" \t "_blank"  »Annales de géographie, N° 687-688.

Wallerstein I., 1996, Ouvrir les sciences sociales. Paris, Descartes & Cie.

Westphal B., 2007, La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Paradoxe ».

Wolton D., 2013, « Conclusion. Pour un manifeste de l’indiscipline », Hermès, n° 63 : p. 210-222.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Marché aux vêtements Ataba, Le Caire dans le cadre du projet EDMON (Espaces discrets de mondialisation), les chercheurs ont pris pour point de départ la ville de Yiwu en Chine, considérée comme le plus important marché de gros du monde dans le domaine des menus articles pour tenter de repérer et suivre les routes et espaces discrets des réseaux internationaux de la mondialisation par le bas.
Crédits Olivier PUEZ/CNRS Photothèque).
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Vente en gros de produits « made in China » à Dubaï, le quartier historique de Deira (au centre des chaines de halls d’exposition de marchandises « made in China » vente en gros aux négociants de passage dans la ville, projet EDMON)
Crédits Olivier PUEZ/CNRS, Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Touristes au village de Jorsale, en plein pic touristique, au mois de novembre, dans le Khumbu, au Népal. Le tourisme a profondément transformé l’économie de ce village et entrainé des besoins croissants en eau et en électricité.
Crédits Thibaut VERGOZ/PRESHINE/PASSAGES/IRD/CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4323/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Périphérie de Sâo Paulo au Brésil : Mélange de zones résidentielles et de zones industrielles
Crédits Hervé THERY/CREDA/CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4323/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Quartiers populaires installés sur des pentes en principe inconstructibles à plus de 4000 mètres d’altitude à La Paz en Bolivie
Crédits HervéTHERY/CREDA/CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4323/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lefort, « La géographie française en contexte mondialisé : nouvelles relations disciplinaires et enjeux épistémologiques. »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 66-77.

Référence électronique

Isabelle Lefort, « La géographie française en contexte mondialisé : nouvelles relations disciplinaires et enjeux épistémologiques. »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4323

Haut de page

Auteur

Isabelle Lefort

Professeur, Université Lyon 2, UMR EVS

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search