Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1VariaLa construction d’une discipline ...

Varia

La construction d’une discipline universitaire : la génétique à la faculté des sciences de Paris de 1946 à 1970

Establishing of an university curriculum: Genetics at the Faculty of Sciences of Paris, from 1946-1970
Odile Ozier-Kalogeropoulos et Denise Cabet-Busson
p. 88-103

Résumés

L'accession de la génétique au rang de discipline enseignée à la faculté des sciences de Paris en 1946 est liée à l'attribution de la première chaire universitaire de génétique à Boris Ephrussi. Au milieu du XXème siècle, les professeurs Boris Ephrussi, Philippe L'Héritier, Georges Teissier et Georges Rizet, puis Piotr Slonimski et Madeleine Gans, ont été les initiateurs d'une pédagogie novatrice appuyée sur une recherche scientifique originale. Durant les décennies suivantes, les progrès de la recherche ont entrainé des remaniements importants de l'enseignement mais le lien organique entre recherche et enseignement s’est toujours maintenu.

Haut de page

Texte intégral

Dédicace et remerciements

Cet article est dédié à Madeleine Gans et à Edwige Jakob, scientifiques exceptionnelles, qui nous ont fait l’amitié de nous confier leurs souvenirs de généticiennes. Nous remercions nos anciens collègues qui nous ont communiqué souvenirs et documents. Merci également à Alexandre Peluffo et aux archivistes de Sorbonne Université, de l’Université Paris Diderot, du CNRS, de l’Institut Pasteur et de l’IBPC pour leur aide efficace.

Introduction

1Le certificat d’études supérieures de génétique débute à la faculté des sciences de Paris, en octobre 1946, suite à l’attribution de la première chaire universitaire de génétique à Boris Ephrussi (1901-1979) [1]. Auparavant, en France, contrairement à la situation en Grande-Bretagne et en Allemagne, la génétique était peu enseignée [2]. Philippe L’Héritier (1906-1994) indique que, lorsqu’il était étudiant à la fin des années 1920, « les lois de Mendel et la théorie chromosomique de l’hérédité étaient correctement enseignées dans des cours de biologie générale mais donnaient le sentiment que tout ceci n’était finalement pas très important pour la biologie » [3]. Néanmoins, avant 1930, parmi les enseignements dispensés, ceux de Lucien Cuénot à Nancy, dans le cadre du certificat de biologie générale, étaient renommés ainsi que les cours de génétique organisés dans les écoles supérieures d’agronomie [4]. Dans le laboratoire d’évolution des êtres organisés à la Sorbonne, des travaux pratiques sur la drosophile étaient effectués sous la direction de Maurice Caullery [2] et à l’École normale supérieure, des cours étaient donnés par Louis Blaringhem, spécialiste de génétique végétale [5]. À partir de 1942, Albert Vandel, titulaire de la chaire de zoologie à la faculté des sciences de Toulouse, inclut un cours de génétique dans son enseignement de zoologie [6].

Les fondateurs

2Dans les années 1930, de jeunes biologistes, Boris Ephrussi, Philippe L’Héritier et Georges Teissier (1900-1972) furent les initiateurs de la nouvelle génétique française [5]. G. Teissier et Ph. L’Héritier avaient, tous deux, étudié à l’École normale supérieure (ENS) en section mathématiques. Boris Ephrussi, arrivé de Russie en 1919, avait fait des études de biologie à la Sorbonne. Il est engagé en 1927 par Emmanuel Fauré-Frémiet, professeur au Collège de France, comme assistant à l’Institut de biologie physico-chimique (IBPC), institut de recherche indépendant de la Sorbonne venant d’être créé [7]. B. Ephrussi effectue ses premiers travaux de recherche sur le développement de l’oursin [8]. En 1932, il soutient sa thèse, première thèse d’État présentée au sein de l’institut, « Contribution à l’analyse des premiers stades du développement de l’œuf. Action de la température ». Il bénéficie en 1934 d’une bourse de la fondation Rockefeller [9] pour se former en génétique aux États-Unis, dans le laboratoire de Thomas H. Morgan au California Institute of Technology (CalTech, Berkeley). Il y collabore avec George W. Beadle sur l’étude des voies biochimiques de la pigmentation des yeux de la drosophile [10]. Après la guerre, B. Ephrussi a été nommé professeur de génétique le 1er octobre 1945. Il faut souligner qu’« à cette époque, l’installation officielle de la génétique à la Sorbonne s’est faite non pas grâce aux biologistes, mais avec l’appui de physiciens et de mathématiciens » [3]. B. Ephrussi dirige jusqu’en 1959 le laboratoire de génétique de l’IBPC. Le financement de son laboratoire a plusieurs origines : les fondations Rothschild et Rockefeller, l’université, le Collège de France et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) [11]. Outre les travaux sur la drosophile, B. Ephrussi développe avec ses collaborateurs d’autres sujets, en particulier sur la levure [12] et les cellules de mammifères en culture [13]. En 1946, B. Ephrussi recrute Philippe L’Héritier [14] comme maître de conférences. Un an plus tôt, il avait recruté Georges Rizet (1914-2005) [15] comme chef de travaux. Celui-ci avait soutenu, en 1943, sa thèse « Recherches sur la génétique des Ascomycètes. Étude expérimentale du Podospora anserina ». Dans le laboratoire de B. Ephrussi, il continue et élargit ses recherches sur les Ascomycètes avec son équipe (Christiane Lefort, Jean Tavlitzki, Denise Marcou, Janine Beisson). En 1954, il devient titulaire à la faculté des sciences de Paris d’une chaire de génétique, la deuxième en France.

3En 1931, Philippe L’Héritier part aux États-Unis, à l’instigation d’André Mayer [16], professeur de physiologie au Collège de France, pour apprendre la génétique afin de l’implanter en France. Il bénéficie, avant même B. Ephrussi, d’une bourse Rockefeller pour se former dans le laboratoire de génétique du maïs de Ernest W. Lindstrom à l’université de l’Iowa. Il rencontre Theodosius Dobzhansky [17] et Hermann J. Muller [18] dans le laboratoire de T.H. Morgan au Caltech. À son retour en France en 1932, il devient agrégé préparateur à l’ENS. Il soutient sa thèse en 1937 : « Étude de variations quantitatives au sein d’une espèce : Drosophila melanogaster » (première thèse de génétique en France) [3]. Ph. L’Héritier collabore avec Georges Teissier qui s’était orienté, comme lui, vers la biologie. Ils inventent la cage à population (démomètre) pour drosophiles et développent des études de génétique des populations. Leurs travaux apporteront des contributions significatives à la théorie synthétique de l’évolution [19].

4Georges Teissier, qui a participé activement à la Résistance, eut un rôle de premier plan dans l’organisation de la recherche et de l’enseignement supérieur en France au lendemain de la seconde guerre mondiale. Tout au long de sa carrière, il maintient plusieurs orientations : zoologie et embryologie, croissance et biométrie, génétique évolutive et génétique des populations [20]. En 1931, il soutient sa thèse « Recherches morphologiques et physiologiques sur la croissance des insectes ». En 1938, Georges Teissier devient directeur du laboratoire de biométrie animale de l’École pratique des hautes études (EPHE). En 1941, il est nommé professeur sans chaire à la Sorbonne puis en 1945, il devient titulaire de la chaire de « zoologie, anatomie comparée et physiologie générale » et dirige le laboratoire de zoologie de la faculté des sciences. Il est également directeur de la station biologique de Roscoff [21]. Après-guerre, il devient directeur-adjoint du CNRS en 1945 puis directeur de 1946 à 1950 à la suite de Frédéric Joliot-Curie. Son rôle sera déterminant pour la création des laboratoires de génétique à Gif-sur-Yvette [22].

Georges Teissier (1900-1972) a également dirigé le CNRS entre 1946 et 1950

CNRS photothèque

Philippe L’Héritier (1906-1994)

D.R., don de la famille

Boris Ephrussi (1901-1979) à Gif-sur-Yvette au début des années 1970

D.R.

Un laboratoire de l’Institut de biologie physico-chimique dans les années 1930

photo Chevojo – IBPC

Les enseignements des fondateurs

Le certificat d’études supérieures de génétique

5Dès leurs débuts en 1946, les enseignements du certificat d’études supérieures de génétique sont séparés en trois branches comme il paraissait normal à l’époque de séparer l’ensemble de la génétique [3] : la génétique formelle enseignée par Philippe L’Héritier, la génétique physiologique par Boris Ephrussi et la génétique des populations par Georges Teissier. Quelques années plus tard, les charges assumées par G. Teissier à la direction du CNRS, à la station de Roscoff et dans le cadre de la Sorbonne l’amènent à demander à Ph. L’Héritier de prendre le relais pour enseigner à sa place la génétique des populations dans le certificat de génétique [3]. Une quinzaine d’étudiants y sont inscrits, la plupart déjà dotés de diplômes d’études supérieures, essentiellement des ingénieurs agronomes et quelques médecins. Georges Valdeyron [4], Nadine Plus et Edwige Jakob, font partie des premiers étudiants (communication personnelle d’Edwige Jakob). Durant l’année 1955-56, on trouve parmi les étudiants Jean Bernet, Luc Decourtye, Ethel Moustacchi, Georgette Risser, Michel Sicard, Philippe Vigier [23, 24].

6Les cours ont lieu dans des locaux de la faculté des sciences situés 105 boulevard Raspail. Il n’y a pas de traces écrites des premiers cours mais plusieurs témoignages indiquent qu’en plus des cours, les étudiants doivent choisir un sujet, en faire la recherche bibliographique et présenter un exposé devant les enseignants et leurs camarades. Le chef des travaux était alors Georges Rizet. Les travaux pratiques étaient organisés par Madeleine Gans (1920-2018), chef de travaux depuis 1953. Il fallait résoudre des problèmes de génétique par des expériences en laboratoire sur les drosophiles. Les travaux pratiques avaient lieu rue de l’Abbé-de-L’Épée, dans les sous-sols de la Sorbonne, dans des locaux prêtés à titre provisoire par les antiquités indiennes [25].

La création des certificats de 3ème cycle puis des DEA

7Dans toutes les disciplines, se mettent en place dans les années 1950 des certificats de 3ème cycle pour les étudiants souhaitant faire de la recherche [26]. En 1956-57, le certificat de troisième cycle de génétique approfondie est créé (Table 1a). Il se déroule principalement à Gif-sur-Yvette. Boris Ephrussi en est le responsable. Madeleine Gans [27], Piotr Slonimski (1922-2009) [28] et Georges Prévost (1927-1970) [29] organisent l’enseignement de façon originale. Les binômes d’étudiants préparent, réalisent et critiquent des expériences sur plusieurs modèles. Ainsi « en 1963-64, les étudiants ont travaillé sur le phage T4, la levure Saccharomyces cerevisiae et la drosophile. Il n’y avait pas de cours magistraux à l’exception, pendant quelques années, de celui de François Jacob au Collège de France. Les étudiants eux-mêmes assuraient l’enseignement par des séminaires bibliographiques, sous la responsabilité de spécialistes. Enfin, très rapidement, les examens stricto sensu ont été supprimés. Le contrôle continu tentait d’apprécier les qualités expérimentales, l’esprit d’analyse et de synthèse, la curiosité, la rigueur, l’aptitude à transmettre un message par voies orale et écrite » (communication personnelle de Marguerite Picard). Cet enseignement deviendra le diplôme d’études approfondies en génétique (DEA de génétique approfondie) en 1965 (Tables 1b et 1c) [30] et continuera pendant presque 40 ans, jusqu’à la mise en place de la réforme Licence-Master-Doctorat (LMD) en 2002 [31].

8En 1960, Georges Teissier et Maxime Lamotte (1920-2007) [32] créent l’option « génétique quantitative et appliquée » du certificat de 3ème cycle de génétique approfondie. La génétique quantitative, la génétique des populations, la génétique et l’amélioration des plantes et les mathématiques y sont enseignées par des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’institut national de la recherche agronomique (Inra) tels que Yves Demarly (génétique et amélioration des plantes), Jacques Poly et Jean-Jacques Lauvergne (sélection des animaux), Guy Lefort (mathématiques). Maxime Lamotte confie à Jean Génermont, qui a réalisé sa thèse sous sa direction, une grande part de la coordination des enseignements et des relations avec les chercheurs de l’Inra. En 1965, cette option du certificat de 3ème cycle de génétique deviendra le DEA de génétique quantitative et appliquée (Tables 1b et 1c). Celui-ci accueille bon nombre de normaliens scientifiques. Il constitue un vivier dans lequel l’Inra recrute beaucoup de chercheurs en génétique animale et en amélioration des plantes [32].

9Le DEA d’évolution des êtres organisés (Tables 1b et 1c) est mis en place à la même époque. Très lié à l’orientation scientifique du laboratoire de zoologie et d’évolution des êtres organisés dirigé depuis 1940 par Pierre-Paul Grassé [33], il se déroulait dans ses locaux au 105 du boulevard Raspail. En 1967, au départ à la retraite de P.P. Grassé, Charles Bocquet [34], élève de G. Teissier, est élu à la chaire de zoologie et d’évolution des êtres organisés. C’est un changement radical dans l’orientation de ce laboratoire et du DEA correspondant. En 1978, il deviendra le DEA de biologie évolutive des populations et des espèces animales dirigé par le professeur Philippe Dreux.

Table 1 : Liste des certificats de 3ème cycle de biologie et des DEA de 1964 à 1972 (Source : Livrets de l’étudiant de 1964 à 1972 de la faculté des sciences de Paris et de l’université Paris VI)

1.a. Extrait de la liste des doctorats et certificats de 3ème cycle de la faculté des sciences de Paris, 1964-65

1.a. Extrait de la liste des doctorats et certificats de 3ème cycle de la faculté des sciences de Paris, 1964-65

1.b. Extrait de la liste des DEA de la faculté des sciences de Paris, 1966-67 (Création des DEA : Décret n° 64 867, du 19 août 1964 : 1ère année du doctorat de spécialité de 3ème cycle

1.b. Extrait de la liste des DEA de la faculté des sciences de Paris, 1966-67 (Création des DEA : Décret n° 64 867, du 19 août 1964 : 1ère année du doctorat de spécialité de 3ème cycle

1.c. Extrait de la liste des DEA du livret de l’étudiant, Université Paris VI, 1971-72 (Application de la loi Faure : création de l’université de Paris VI, 1970)

1.c. Extrait de la liste des DEA du livret de l’étudiant, Université Paris VI, 1971-72 (Application de la loi Faure : création de l’université de Paris VI, 1970)

La génération suivante des enseignants-chercheurs

10Au début des années 1960, des élèves des fondateurs prennent le relais pour l’enseignement. Les élèves de Boris Ephrussi sont Madeleine Gans, nommée professeur en 1961, et Piotr Slonimski, directeur du laboratoire de génétique physiologique du CNRS à l’IBPC en 1954, nommé professeur en 1966. Ceux de Philippe L’Héritier sont Gilbert Brun et Philippe Vigier. Trois élèves de Georges Teissier sont particulièrement impliqués dans l’enseignement : Charles Bocquet, Maxime Lamotte et Claudine Petit [35]. Les élèves de Boris Ephrussi et de Philippe L’Héritier assurent l’enseignement du DEA de génétique approfondie et les enseignements magistraux du certificat de génétique. Madeleine Gans enseigne la génétique formelle et Piotr Slonimski reprend le cours de génétique physiologique créé par B. Ephrussi. Gilbert Brun puis Philippe Vigier assurent le cours de génétique des populations. Les élèves de Georges Teissier enseignent principalement au DEA de génétique quantitative et appliquée et au DEA d’évolution des êtres organisés.

11À cette époque, les enseignements du certificat de génétique emménagent dans le bâtiment B du quai Saint Bernard. Quelques dizaines d’étudiants sont inscrits à ce certificat puis la génération du baby-boom en fait exploser le nombre. De nombreux enseignants-chercheurs à peine plus âgés que les étudiants sont recrutés pour encadrer les travaux pratiques et travaux dirigés (Nicole Prud’homme, Léa Clavilier, François Lacroute, Jean Mousseau, Michel Pradines, Denise Cabet-Busson, Claudie Lamour-Isnard...).

Le C1 de génétique en 1966-67

12En 1966, la réforme Fouchet [36] met en place les maîtrises de spécialité constituées de quatre certificats d’études supérieures, intitulés de manière abrégée C1, C2, C3 et C4 fixant l’ordre de préparation correspondant à la spécialité. La maîtrise de spécialité de génétique sera constituée du C1 de génétique, du C2 de biochimie structurale et métabolique, d’un C3 de physiologie, d’embryologie ou de microbiologie et d’un C4 libre.

13L’étude des documents de Catherine Fougère-Deschatrette, étudiante en 1966-67 (communication personnelle) montre que l’enseignement du C1 de génétique (250 heures) est divisé en trois parties, comme le certificat d’études supérieures de génétique l’était à sa création, vingt ans plus tôt mais le contenu a évolué en fonction des nouvelles découvertes.

14Le plan de cours de génétique formelle de 1966-67 de M. Gans diffère notablement du cours de Ph. L’Héritier de 1954 par l’introduction de la génétique formelle des bactéries et des virus. Le cours de génétique physiologique de P. Slonimski, basé sur les découvertes des années 1960, concerne la nature du matériel génétique, sa réplication, les mécanismes de la synthèse des protéines et de leur régulation. Le code génétique récemment élucidé occupe une place importante de ce cours. Cependant, à plusieurs reprises, il est fait mention des limites rencontrées par le fait qu’on ne sait pas séquencer l’ADN. L’enseignement de génétique des populations de G. Brun commence par un cours de statistiques représentant environ 1/3 du total. Le contenu du cours de génétique des populations stricto sensu présente les mêmes chapitres que le volume « génétique des populations » du traité de Ph. L’Héritier édité en 1954 : les différents systèmes de croisements et la structure génétique des populations, les facteurs susceptibles de faire varier la fréquence des gènes et le rôle du hasard dans la modification des fréquences géniques.

15Les travaux dirigés comprennent une vingtaine d’exercices de génétique formelle, de génétique des populations et de génétique humaine (Annexe 1). Les treize séances de travaux pratiques sont constituées de nombreuses manipulations sur des organismes étudiés dans les laboratoires de Gif : drosophile, champignons (levure, sordaria, coprin), Bacillus subtilis, Escherichia coli et le bactériophage T4. En génétique humaine, des résultats expérimentaux concernant différents traits (phénotype goûteur, groupes sanguins, albinisme) sont donnés aux étudiants et analysés en séance (Annexe 2).

L’année 1970, année charnière

16De nombreux changements dans l’organisation des enseignements ainsi que dans leur contenu ont lieu en 1970. Au niveau de l’Université, l’application de la loi Faure [37] aboutira le 1er janvier 1971 à la création des universités de Paris VI et VII. Le certificat de génétique subit des remaniements. Suite au départ de P. Vigier nommé professeur à la faculté d’Orsay, le cours de génétique des populations est repris par M. Gans, bien que ce ne soit pas son domaine de recherche jusqu’à la nomination d’Albert Jacquard en 1978 [38]. Pendant cette période, les travaux dirigés de génétique des populations seront effectués, jusqu’à l’arrivée de Jean-Louis Serre, par Georges Périquet et Dominique Anxolabéhère, assistants dans le laboratoire de « biologie animale 3 CPEM » dont le directeur est C. Petit (communications personnelles de G. Périquet et de D. Anxolabéhère). Gérard Buttin [39], élève de François Jacob et de Jacques Monod à l’Institut Pasteur est nommé professeur en 1970 et met en place un enseignement de génétique bactérienne et virale. Sa nomination est associée à son installation dans le nouvel Institut de biologie moléculaire créé sur le campus de Jussieu. Les cours magistraux de génétique formelle des eucaryotes sont effectués par Nicole Prud’homme, élève de M. Gans, et nouvellement nommée professeur. Le cours de génétique physiologique toujours assuré par P. Slonimski, s’intitulera peu de temps après « cours de génétique moléculaire ». Dorénavant, l’enseignement du certificat de génétique sera divisé en quatre parties distinctes : génétique formelle des eucaryotes, génétique bactérienne et virale, génétique des populations et génétique moléculaire, au lieu des trois créées à l’origine en 1946 [3].

À partir de 1970, plusieurs établissements naissent de la scission de l’Université de Paris. Ici, l’entrée de l’une des annexes de la nouvelle université Pierre-et-Marie-Curie, Paris 6, rue Cuvier à Paris

D.R.

Les livres de génétique pour les étudiants

17Plusieurs livres correspondant aux enseignements du certificat de génétique sont publiés entre 1950 et 1970. Ces livres sont des témoins importants de la nature des enseignements et de leur évolution liée aux nouvelles découvertes scientifiques.

Le traité de génétique de Philippe L’Héritier

18Philippe L’Héritier est le premier généticien de la faculté des sciences à avoir écrit des livres pour ses étudiants. Il dit « avoir toujours aimé enseigner… j’aimais les idées générales, disons avoir une vision générale de la biologie » [14]. Le traité de génétique [40] édité en 1954, huit ans après la création du certificat de génétique, a été la bible de générations d’étudiants. Ph. L’Héritier est conscient que cet ouvrage « a été rédigé juste avant la grande révolution que fut la découverte du rôle de l’ADN ! ». Il écrit dans le premier chapitre du tome I : « La génétique se présente aujourd’hui sous trois aspects principaux qui seront traités successivement dans les trois parties de cet ouvrage. Le mécanisme de la transmission du patrimoine héréditaire chromosomique constitue ce qu’il fut convenu d’appeler la génétique formelle, à laquelle se rattachent les questions concernant la structure des chromosomes et des gènes et le mécanisme des mutations (tome I). La génétique des populations examine les conséquences du mécanisme mendélien au niveau des populations et en tire les conclusions sur le mécanisme de l’évolution des êtres vivants au cours des âges géologiques (tome II). La génétique physiologique est une discipline plus récente et dont les limites sont plus délicates à définir. Elle s’intéresse à la chaîne des processus qui, au cours du développement, relie les gènes aux caractères. Cela l’amène nécessairement à étudier les gènes et les autres constituants cellulaires... » (tome III). Ce dernier tome, qui devait traiter du domaine de B. Ephrussi, n’est jamais paru, laissant inconnu le contenu des cours de ce dernier.

Le polycopié de Georges Rizet

19Georges Rizet partage avec Philippe L’Héritier un même goût pour l’enseignement. Vers 1960, il fait imprimer par l’Association générale des étudiants en médecine de Paris (AGEMP) un manuel de 250 pages extrêmement détaillé : Génétique, mécanisme chromosomique de l’hérédité [41]. Ce manuel, comme le traité de Ph. L’Héritier, décrit très précisément les bases de la génétique formelle : la génétique mendélienne, la théorie chromosomique de l’hérédité, les phénomènes de liaison et les crossing-over, les cartes factorielles, l’hérédité des caractères quantitatifs, les agents mutagènes, les mutations. Il mentionne les expériences sur le pneumocoque montrant que le principe transformant de la virulence est l’acide désoxyribonucléique. Un chapitre est consacré à divers exemples d’hérédité non mendélienne, inexplicables à l’époque. Deux des exemples choisis sont issus des travaux menés dans les laboratoires de Gif : le cas des grandes et des petites colonies chez la levure étudié par B. Ephussi et P. Slonimski et la sensibilité au gaz carbonique chez la drosophile étudiée par Ph. L’Héritier et ses collègues. Il sera montré plus tard que ces cas correspondent respectivement à un phénomène d’hérédité mitochondriale et aux effets d’un virus.

De la génétique classique à la génétique moléculaire

20Rappelons que les règles de la génétique classique avaient été établies avant 1940 chez des espèces eucaryotes dont la drosophile. Par contre, c’est chez les bactéries et les bactériophages [42] que les grandes découvertes concernant la nature et les propriétés des macromolécules du vivant ont eu lieu entre les années 1940 et 1970 : la nature chimique du matériel génétique, la structure en double hélice de l’ADN, la génétique des bactéries et des bactériophages, le code génétique. Au tout début des années 1960, c’est également chez ces organismes que les mécanismes de régulation des gènes, opérons, notion de gènes de structure et de gènes régulateurs, ont été découverts.

21Comment intégrer dans un ouvrage pour les étudiants les bases de la génétique classique des eucaryotes et les nouvelles connaissances concernant l’ADN et ses propriétés découvertes chez les bactéries et les bactériophages ? Robert Paul Levine de l’université d’Harvard, le premier, en 1962 a réussi ce tour de force dans le livre Genetics (Éditions Holt, Rinehart et Wiston). En France, la transition entre génétique classique et génétique moléculaire apparait plus tard dans plusieurs livres édités entre 1967 et 1969.

22Philippe L’Héritier et Maxime Lamotte publient une série d’ouvrages de biologie générale en 1968. Dans l’introduction du tome II, Lois et mécanismes de l’hérédité [43], ils indiquent que « la partie la plus importante du matériel génétique est localisée dans les chromosomes et est constituée par des macromolécules codées d’acide désoxyribonucléique (ADN) ». Ils mentionnent que, compte-tenu de « tous les progrès récents et essentiels, l’ordre historique des découvertes sera abandonné pour présenter l’état actuel de la génétique de manière plus rationnelle, en partant des manifestations élémentaires de l’hérédité chez les organismes les plus simples... ». Ils présentent ainsi dans le chapitre premier la notion de gène, de clone, d’unité de mutation et de fonction chez Escherichia coli. Les chapitres suivants présentent en alternance les bases de la génétique classique et les connaissances récentes obtenues par des méthodes moléculaires : la nature biochimique du matériel génétique, les relations entre gènes et caractères, les mécanismes de la synthèse des protéines dont le problème de déchiffrement du code génétique et la régulation du fonctionnement des gènes. L’hérédité non-mendélienne termine les chapitres de cet ouvrage, rappelant la façon dont Georges Rizet avait terminé le sien dix ans auparavant.

23Le tournant moléculaire est résolument adopté par Georges Prévost dans l’ouvrage Génétique et évolution qu’il publie avec Claudine Petit en 1967 [44]. La partie Génétique est la plus importante, représentant les trois quarts de l’ouvrage. D’emblée, G. Prévost indique dans l’introduction que « la génétique, science de l’hérédité, cherche une réponse aux trois questions fondamentales : Quelle est la nature du matériel génétique ? Comment ce matériel est-il transféré d’une génération à la suivante ? Par quel processus assure-t-il la réalisation matérielle des caractères envisagés ? » Pour répondre à ces questions, G. Prévost intègre les connaissances apportées par la génétique classique et la biologie moléculaire aussi bien chez les bactéries et les virus que chez les organismes supérieurs, montrant l’universalité des structures et des mécanismes. Ainsi pour la structure fine du gène, il donne les exemples du gène lozenge de la drosophile et du locus rII du bacteriophage T4. La régulation du métabolisme cellulaire est présentée d’abord de façon détaillée chez les micro-organismes où elle est étudiée dans plusieurs systèmes (régulation de la biosynthèse d’acides aminés, modèle de l’opéron lactose chez Escherichia coli) puis est survolée chez des métazoaires moins étudiés (régulation du glycogène, rôle des hormones dans l’activité génique). D’une manière générale, la génétique formelle est beaucoup moins développée dans ce livre que dans les ouvrages de Ph. L’Héritier et de G. Rizet. Claudine Petit, auteur de la partie Évolution explique que les recherches contemporaines relatives à l’évolution s’appuient essentiellement sur la génétique des populations dont les règles ont été élaborées dans la première partie du XXe siècle. Les premiers chapitres concernent : la structure des populations, les lois génétiques qui régissent leur évolution et les mécanismes susceptibles d’aboutir à la création de nouvelles espèces. Le dernier chapitre concerne des travaux plus récents : l’évolution de l’espèce humaine avec des hypothèses concernant la phylogénie des hominidés et la radiation adaptative des primates. La notion de races humaines y est remise en cause.

24D’autre part, Georges Rizet traduit avec Marguerite Picard et Michelle Carnis la deuxième édition du livre Genetics de R. P. Levine [45]. Ce livre « plus simple et moins cher que les précédents, utilisable directement par les étudiants débutants » est publié en 1969. Il semble que G. Rizet se soit résolu à traduire un ouvrage intégrant les nouvelles connaissances moléculaires à la génétique classique plutôt que d’en rédiger un nouveau, car dit-il « Il est toujours difficile d’introduire des données extrêmement récentes dans un canevas ancien, souvent démodé et fait parfois de vieux souvenirs ». L’ADN est au centre de cet ouvrage et le plan est radicalement différent de celui de son ouvrage précédent : Partie 1 : La nature du matériel génétique, Partie 2 : La transmission du matériel génétique et Partie 3 : action du matériel génétique.

L’émergence de nouveaux centres de recherche et d’enseignement

La naissance des laboratoires à Gif-sur-Yvette

25En 1945, le CNRS avait acquis le domaine Noetzlin à Gif pour créer une « véritable cité de la recherche scientifique ». Le projet de Frédéric Joliot-Curie, directeur du CNRS et de son adjoint Georges Teissier, était la construction de laboratoires pour « des disciplines relativement récentes mais déjà devenues fondamentales ne disposant en France d’aucun laboratoire ou se contentant d’installations très insuffisantes. » C’est le cas de la génétique [46]. Le CNRS réussit donc à créer sur le campus de Gif à partir de 1950, malgré des difficultés financières et administratives [47] mais avec le soutien de la fondation Rockefeller, trois laboratoires de génétique dont les directeurs sont professeurs à la faculté des sciences de Paris : le laboratoire de génétique physiologique destiné à Boris Ephrussi, celui de génétique évolutive et de biométrie à Georges Teissier et celui de génétique formelle (nommé par la suite, en 1961, génétique des virus) à Philippe L’Héritier. G. Teissier décrit le lieu ainsi : « dans un cadre de verdure reposant, dans une atmosphère calme et de bon air propice au travail intellectuel, tout en étant proche de Paris (à 40 mn du quartier Latin par la ligne de Sceaux) » [46].

26En 1950, Ph. L’Héritier quitte l’IBPC en premier et installe son laboratoire à Gif. La même année, il est nommé professeur de génétique et de biologie générale à la faculté des sciences de Paris. Il continuera d’y faire ses cours jusqu’en 1960. Au 1er janvier 1961, il devient professeur de biologie générale à la faculté des sciences d’Orsay [48]. Georges Teissier est le deuxième à installer son laboratoire à Gif en 1951. Mais compte-tenu de ses nombreuses responsabilités, il est peu présent et c’est le sous-directeur du laboratoire, Bernard Possompès, professeur à la faculté des sciences, spécialiste de la physiologie endocrinienne des insectes qui assure la direction du laboratoire [34]. En 1958, Georges Rizet et son équipe s’installent au laboratoire de génétique physiologique officiellement dirigé par Boris Ephrussi mais ce n’est qu’en 1959 que B. Ephrussi et son équipe quittent l’IBPC et s’installent à Gif [46].

Le campus de Gif-sur-Yvette peu après son acquisition par le CNRS. Derrière l’église, au milieu des arbres, se trouve le château. Plus haut, au pied du plateau de Saclay, les bâtiments qui accueillent les premiers laboratoires de génétique

CNRS photothèque

La création du centre scientifique d’Orsay

27Créé sur proposition de Frédéric Joliot-Curie en mars 1955 comme une extension de la faculté des sciences de Paris, le centre d’Orsay avait bénéficié depuis la fin de la guerre de la mise en place de structures importantes de recherche essentiellement en physique. À partir de 1958, de nombreux postes d’enseignants-chercheurs sont créés dans toutes les disciplines [49]. En 1965, suite à l’accroissement rapide du nombre d’étudiants et du potentiel des installations scientifiques, le centre d’Orsay voit son indépendance reconnue et devient la faculté des sciences d’Orsay. À sa création, de nombreux étudiants parisiens y sont envoyés par l’administration faute de place à Paris. En 1970, la faculté des sciences d’Orsay devient l’université Paris XI.

28En 1963, Ph. L’Héritier crée avec G. Rizet et Jean Chevaugeon, professeur de phytopathologie, le groupe des laboratoires de biologie expérimentale qui, en 1989, feront partie de l’institut de génétique et microbiologie d’Orsay [50]. Ils y fondent les enseignements de génétique. Georges Prévost et Philippe Vigier sont nommés professeurs respectivement en 1968 et en 1970. Gilbert Brun, élève de Ph. L’Héritier et professeur à Paris, rejoint Orsay en 1967.

L’essaimage en province

29Jusqu’au début des années 1960, les enseignements universitaires de génétique sont localisés dans les facultés de Paris et d’Orsay. La création de nouveaux campus dans plusieurs villes de province est l’occasion d’un essaimage de la génétique « parisienne ». Toutefois, la nomination de généticiens à des postes de professeurs est difficile, souvent écartée par les biologistes locaux. À Toulouse en 1966, Michel Sicard est nommé professeur à un poste de biologie cellulaire à une seule voix de majorité. En 1967, Philippe L’Héritier est nommé professeur titulaire à Clermont-Ferrand mais a beaucoup de difficultés à s’installer. Ce fut plus simple à Bordeaux pour Jean Bernet et à Strasbourg pour François Lacroute dans un contexte universitaire plus favorable [23]. Il est intéressant de noter que ces chercheurs ont importé leur espèce-modèle favorite dans leurs nouveaux laboratoires. Ainsi Philippe L’Héritier a mis en place le laboratoire de génétique à Clermont-Ferrand étudiant un phénomène de dysgenèse hybride chez la drosophile, François Lacroute à Strasbourg a créé le laboratoire de génétique physiologique centré sur le métabolisme de la levure Saccharomyces cerevisiae, Michel Sicard à Toulouse le laboratoire dédié à la transformation du pneumocoque, et Jean Bernet avec Joël Bégueret à Bordeaux le laboratoire « Podospora anserina ». Cet essaimage de la région parisienne vers la province a continué pendant les décennies suivantes avec, entre autres, la nomination de Georges Périquet et Liliane Palabost-Charles à Tours, de Roland Motta et Daniel Locker à Orléans, de Bernard Decaris et Jean-Marc Simonet à Nancy.

La construction d’instituts consacrés à la biologie moléculaire

30Le colloque de Caen [51] a fortement contribué au renouveau de la recherche scientifique française. Ce colloque est organisé en 1956 sous la présidence de Pierre Mendès-France à l’université de Caen, première université reconstruite après la guerre. Ce sont, en fait, de véritables « États généraux » de la recherche scientifique et de l’enseignement supérieur. De nombreux jeunes scientifiques y participent activement dont le biologiste Jacques Monod, le mathématicien André Lichnerowicz et le physicien Pierre Auger. « Les douze points de Caen » seront les articles essentiels d’une nouvelle politique combinée de la recherche et de l’enseignement supérieur. Dans la foulée, la création en 1961 de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) faite pour relancer la recherche française est directement à l’origine du développement de la biologie moléculaire [52, 53]. Le principal objectif de la DGRST était d’introduire la biologie moléculaire au sein des institutions existantes et notamment du CNRS [54].

Le Centre de génétique moléculaire

31Le projet de la DGRST [53] pour la construction d’un institut dédié à la biologie moléculaire sur le site du CNRS à Gif, voit le jour en 1962. Dans un document d’archive concernant ce projet « Il est fait le constat qu’il n’existe pas, en dehors du groupe d’enseignants-chercheurs de la faculté des sciences de Paris dont les chefs de file sont B. Ephrussi, M. Gans et P. Slonimski, de noyau capable de promouvoir l’expansion d’un tel centre... » [55]. Le Centre de génétique moléculaire (CGM) remplaçant le laboratoire de génétique physiologique, « bâtiment temporaire déjà en mauvais état » [55] ouvre ses portes en 1967. B. Ephrussi en assure la direction pendant quelques années, puis en 1971, P. Slonimski le remplace. Une enquête de la faculté des sciences de Paris préalable à celle de la DGRST et du ministère de l’Éducation nationale donne la composition du CGM en 1966-67 [56]. Sur un total de 120 personnes, les deux tiers sont des personnels CNRS et un tiers de la faculté des sciences de Paris (enseignants-chercheurs, personnels techniques et administratifs). Il comprend sept groupes de recherche dont trois sont dirigés par des directeurs CNRS et quatre par des professeurs ou maître de conférences de la faculté des sciences de Paris. Sur un total de 60 chercheurs, 33 sont des chercheurs CNRS et 27 des enseignants-chercheurs (table 2). Au cours des années 1970, le recrutement d’enseignants-chercheurs de la faculté des sciences faisant leur recherche au CGM se poursuit. Ceux-ci feront, comme leurs ainés, la navette entre Gif pour la recherche et Paris pour l’enseignement, les thèmes de recherche du CGM nourrissant les enseignements de la faculté. Curieusement, malgré la forte proportion de personnel de la faculté travaillant au CGM, il n’y a pas, jusqu’à la fin des années 1970, de convention entre les deux partenaires (le laboratoire du CNRS et la faculté des sciences) fixant les règles de recherche et d’enseignement. C’est seulement en 1980 qu’une convention d’association est signée : « le laboratoire propre du CNRS, le CGM, est associé à l’université Pierre et Marie Curie. Cette association a pour but de favoriser la coopération, notamment les échanges, entre le laboratoire et les unités d’enseignement et de recherche de l’université » (article 1). Les conditions d’hébergement des membres de l’université sont identiques à celles des personnels CNRS (article 6). Il est indiqué que les chercheurs CNRS sont invités à participer, dans la mesure du possible, à l’enseignement de niveau 3ème cycle, (article 2). Cette convention fixe aussi les règles de répartition des crédits, les questions relatives aux articles et aux brevets (articles 7, 9 et 10) [57].

Le centre de génétique moléculaire en construction au milieu des années 1960 sur le campus de Gif-sur-Yvette

CNRS photothèque

Table 2 : Liste des chercheurs du centre de génétique moléculaire à Gif-sur-Yvette en 1966-67 (Source : enquête Faculté des sciences, Archives UPMC, fonds de la Présidence UPMC, boite 66W 717)

Table 2 : Liste des chercheurs du centre de génétique moléculaire à Gif-sur-Yvette en 1966-67 (Source : enquête Faculté des sciences, Archives UPMC, fonds de la Présidence UPMC, boite 66W 717)

Groupe 1 : Génétique des cellules somatiques ; mécanisme de la recombinaison

Groupe 1 : Génétique des cellules somatiques ; mécanisme de la recombinaison

Groupe 2 : Génétique biochimique

Groupe 2 : Génétique biochimique

Groupe 3 : Enzymologie physico-chimique

Groupe 3 : Enzymologie physico-chimique

Groupe 4 : Biophysique

Groupe 4 : Biophysique

Groupe 5 : Génétique bactérienne

Groupe 5 : Génétique bactérienne

Groupe 6 : Génétique physiologique

Groupe 6 : Génétique physiologique

Groupe 7 : Génétique du bactériophage

Groupe 7 : Génétique du bactériophage

Le projet de Jacques Monod : l’institut de biologie moléculaire

32La construction d’un institut de biologie moléculaire, sous la forme mixte CNRS-Université, dans le cadre du nouveau campus Jussieu fait aussi partie des projets de la DGRST et du CNRS [53]. Depuis 1962, l’objectif original de Jacques Monod, avec le solide soutien du doyen Marc Zamansky, était de créer un grand centre de recherche pour cette nouvelle discipline, comprenant une partie « recherche » (11000m2) et une partie « enseignement » (6000 m2) [58]. Cet institut mixte rassemblerait des équipes de recherche dispersées dans différentes institutions (faculté des sciences, Institut Pasteur, IBPC, faculté de médecine, CNRS). Le projet indique que la partie « enseignement » permettra d’assurer l’enseignement théorique et pratique de trois certificats de maîtrise, chacun pour 300 à 400 étudiants : les certificats de chimie biologique-structure et métabolisme, de biologie moléculaire et physico-chimique et de génétique ainsi que tous les services annexes : secrétariat, travaux dirigés, bibliothèque et salles de travail. Les plans de l’institut de biologie moléculaire (IBM) réalisés par les architectes Urbain Cassan, René Coulon et Edouard Albert en 1966, indiquent la répartition des locaux centrés autour de la tour 43. Ils seront moins grands que ceux prévus dans le projet de 1962 : 8000m2 pour la recherche et 3000 m2 pour l’enseignement. En mai 1966, Raymond Dedonder devient directeur provisoire du comité de direction, après le renoncement de Jacques Monod en février 1966 à la direction du projet [59, 60]. L’IBM est créé le 29 mars 1966 par une convention entre le CNRS et la faculté des sciences de Paris [61]. Le comité de direction est composé de huit scientifiques dont la plupart sont biochimistes, professeurs à la faculté des sciences et ont leur laboratoire à l’Institut Pasteur (Raymond Dedonder, Jacques Monod, François Jacob, François Gros, François Chapeville) ; l’exception étant Piotr Slonimski « qui représente la génétique-faculté bien qu’il ait décidé de rester à Gif » [62]. Ce comité définit les grandes orientations scientifiques qu’il convient de développer autour du thème de la biochimie de l’hérédité : étude de la réplication, biosynthèse des protéines, mécanismes et contrôle de la transcription et de la traduction chez les bactéries et dans les cellules d’organismes supérieurs, étude des mécanismes de différenciation et étude des conformations des macromolécules biologiques. Les locaux de l’IBM sont occupés officiellement en décembre 1969. Les premiers chefs d’équipe nommés sont : Giorgio Bernardi, François Chapeville, René Cohen, Raymond Dedonder, Jean-Marie Dubert, François Gros, Adam Képès, Jean Tavlitzki, Luigi Benedetti, Mickaël Yarmolinsky, Gérard Buttin, Jean-Claude Mounolou [63] et J. Georges Brahms. L’année suivante, ces treize laboratoires encadrés par des services administratifs et techniques, soit un total de 143 chercheurs et enseignants-chercheurs et 80 techniciens et administratifs, y emménagent [64]. Entre 1970 et 1975, huit assistants effectuant leur enseignement en génétique intégreront les laboratoires de l’IBM. Les locaux d’enseignement sont centrés sur la tour 42 (1er, 2ème, 3ème et 4ème étage). Le 1er étage (aile 42-43 et 1/2 aile 42-32) est consacré aux enseignements de génétique, les autres étages sont dédiés en majorité aux enseignements de biochimie. Les laboratoires sont répartis sur tous les étages, le 5ème étage étant en partie destiné au laboratoire du directeur de l’institut ainsi qu’à l’administration de l’IBM et à la bibliothèque [58]. En octobre 1969 les enseignements du certificat de génétique, à l’exception des cours magistraux qui demeurent dans les amphithéâtres du bâtiment B du quai Saint Bernard, emménagent au 1er étage de l’IBM. Les locaux comportent trois grandes salles de travaux pratiques, deux laveries et salles de préparation, un secrétariat, des salles de réunion et des bureaux [65]. Quelques années plus tard, des modifications seront effectuées permettant la création de deux nouvelles salles de travaux dirigés.

Conséquences de la création des universités Paris VI et Paris VII

La répartition des locaux

33L’application de la loi Faure aboutit à la disparition de l’université de Paris et à son remplacement par 13 nouvelles universités dont Paris VI et Paris VII, officiellement créées le 1er janvier 1971. S’ensuit sur le campus de Jussieu un imbroglio de répartition des surfaces de l’ancienne faculté des sciences [66]. Pour que les deux universités puissent fonctionner, les directions établissent des conventions de prêt de locaux. L’IBM « appartient » à Paris VII car la majorité des chercheurs de l’institut, essentiellement des biochimistes, ont choisi cette université. Les enseignants-chercheurs du certificat de génétique, faisant pour la plupart leur recherche au CGM à Gif, choisissent Paris VI. Les deux généticiens, directeurs d’unités de recherche de l’IBM, Gérard Buttin et Jean-Claude Monoulou, choisissent également Paris VI. En conséquence, l’université Paris VII va « prêter » ses locaux à l’université Paris VI pour l’enseignement de la génétique [67]. Les locaux du 1er étage deviennent une enclave de Paris VI dans un environnement de Paris VII.

34Un rapport sur les locaux d’enseignement et de recherche de l’IBM établi par Jean-Marie Dubert, directeur de l’unité d’enseignement et de recherche (UER) de biochimie de Paris VII daté du 31 octobre 1972 [68] confirme que le premier étage de « l’aile 42/43 et de la 1/2 aile 42/32 est utilisé pour les enseignements de génétique donnés dans le cadre de l’université Paris VI mais ouverts par accord entre les deux universités aux étudiants de la maîtrise de biochimie de Paris VII ». Pendant près de 30 ans, les enseignements de génétique ainsi que le secrétariat s’y tiendront. Ce même document confirme que deux unités de recherche de l’IBM sont dirigées par des professeurs de l’UER de biologie de Paris VI : Gérard Buttin et Jean-Claude Monoulou. Ainsi l’IBM, conçu au début des années 1960 comme une structure où recherche et enseignement doivent être associées à l’intérieur de la faculté des sciences de Paris, devient au début des années 1970 un lieu tiraillé entre deux universités Paris VI et Paris VII, aussi bien pour l’enseignement que pour la recherche.

35Le projet de déménagement de l’université Paris VII-Paris-Diderot sur le site Paris Rive Gauche s’est imposé en 1995. Les premiers bâtiments seront livrés peu après l’an 2000. L’ancien IBM devenu l’institut Jacques Monod (IJM) en 1992, honorant celui qui a joué un rôle essentiel dans sa création, s’installe dans le bâtiment Buffon en 2006. Paris VI restera la seule université sur le campus de Jussieu. En 1974, elle prendra le nom d’université Pierre et Marie Curie et en 2007, UPMC deviendra le nom officiel de l’université [69].

De nouveaux enseignements de génétique

36Les conséquences administratives de la création des deux universités n’ont pas empêché, et dans certains cas ont même favorisé, la mise en place de nouveaux enseignements de second cycle. En effet, des aménagements sont effectués pour que l’appartenance des étudiants à l’une ou l’autre université ne leur interdise pas de suivre un certificat. Un certificat de maîtrise « génétique des populations et évolution » est créé à Paris VII par Claudine Petit et Jean-Michel Goux mais peut aussi faire partie du cursus d’étudiants de Paris VI. Ce certificat comprenait quatre unités de valeur (UV) de 50 heures : U1 statistiques, U2 génétique des populations théories et modèles, U3 génétique des populations naturelles et expérimentales et U4 espèces et spéciation. Les enseignants-chercheurs de TP-TD étaient : Georges Périquet, Dominique Anxolabéhère et Liliane Palabost-Charles [70]. D’autre part, en 1971, Claudine Petit crée avec Liliane Palabost-Charles la première UV de génétique des populations et évolution pour les étudiants de deuxième année de DEUG.

37En 1974, le C4 de « génétique physiologique et humaine » est créé à Paris VI par Madeleine Gans. À partir de 1978, Claudie Isnard en devient responsable. Les étudiants doivent choisir trois options dans la liste suivante : génétique humaine et cellulaire (Gérard Buttin et Marie-Claude Hors) ; génétique du développement (Nicole Prud’homme et Claudie Isnard) ; génétique extrachromosomique (Piotr Slonimski et Monique Bolotin) et virologie (Daniel Blangy) ; immunogénétique (Pierre-André Cazenave) ; biologie moléculaire (en commun avec le C3 de biochimie) ; génétique des populations humaines (Albert Jacquart et Jean-Louis Serre). À partir de 1979, ce C4 change de nom, il devient « génétique physiologique et génétique humaine ».

L’enseignement de la génétique après 1970

38Cette discipline subit comme les autres les changements du cadre des études universitaires. Deux réformes importantes ont lieu : la réforme Saunier-Séïté [71] en 1976 et la création du LMD [31] en 2002. La réforme Saunier-Séïté supprime les maîtrises de spécialité créées en 1966 et les remplace par des licences-maîtrises pluridisciplinaires, à dénomination nationale. La maîtrise de génétique disparaît mais paradoxalement à cette époque, la méthodologie génétique envahit toutes les disciplines des sciences de la vie. Ainsi à l’UPMC, six modules obligatoires de génétique de 125 heures sont créés dans les licences-maîtrises de biochimie, de biologie des organismes et populations, de biologie cellulaire et physiologie, de sciences naturelles. La diversification de la discipline se renforcera avec la création d’unités d’enseignement (UE) optionnelles de maîtrise : 12 UE seront créées entre 1976 et 1999 dans le domaine de la génétique (Annexe 3). La réforme LMD effective en 2004 à l’UPMC accentuera encore cette tendance de diversification-parcellisation de l’enseignement de génétique avec la création de 15 UE de 30 ou 60 heures entre 2004 et 2015 (Annexe 3). Des pans entiers de « l’ancienne génétique » disparaissent de l’enseignement, parallèlement à la disparition de thèmes de recherche dans les laboratoires et on assistera à l’arrivée en force d’enseignements, souvent en liaison avec d’autres disciplines, concernant les génomes, l’épigénétique, la bio-informatique, les régulations cellulaires, le monde des ARN... Les structures de recherche évoluent. À partir des années 1980, la recherche s’effectue au sein d’unités mixtes de recherche (UMR) dans lesquelles les nouveaux enseignants-chercheurs en génétique seront recrutés et y effectueront leur recherche ; ces UMR sont implantées dans différents centres : Institut de Biologie Physico-Chimique (IBPC), Institut de Biologie Paris-Seine (IBPS), Institut Curie, Institut Jacques Monod (IJM), Institut Pasteur, École normale supérieure (ENS), Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), Hôpital de la Pitié-Salpêtrière...

Conclusion

39Nous venons de présenter un quart de siècle d’enseignement de la génétique à la faculté des sciences de Paris, depuis sa création en 1946, suite à la nomination de Boris Ephrussi à la première chaire universitaire de génétique en France. Notre étude s’étend jusqu’en 1970, année de la suppression de l’université de Paris et de ses facultés et de la création de treize nouvelles universités.

40La naissance de cette discipline à la Sorbonne s’est faite, rappelons-le, grâce à l’appui de physiciens et de mathématiciens et contre les biologistes. Malgré cela, l’enseignement de la génétique s’est développé grâce à la détermination de personnalités scientifiques, originales et engagées, à l’initiative de ce projet. Au départ, l’enseignement était composé de trois domaines indépendants : la génétique formelle, la génétique des populations et la génétique physiologique qui n’avaient ni la même importance ni la même histoire. Les lois fondatrices de la génétique formelle et de la génétique des populations avaient été formulées au cours de la deuxième partie du XIXe siècle et au début du XXe siècle, par contre la génétique physiologique était une science toute jeune qui reposait sur des expériences des années 1940 concernant la nature du matériel génétique et son rôle dans le métabolisme cellulaire. L’explosion des découvertes concernant l’information génétique dans les années 1950-60 a rapidement entrainé des modifications de l’enseignement de la génétique physiologique. Celle-ci, nommée ensuite génétique moléculaire, prendra une importance de plus en plus grande dans le cursus de l’enseignement. Dans les années 1970, les trois domaines (génétique formelle, génétique physiologique et génétique des populations), seront remplacés par quatre : génétique formelle des eucaryotes, génétique des populations, génétique moléculaire et génétique bactérienne et virale.

41Finalement, il faut souligner le lien organique entre recherche et enseignement constamment présent durant la construction de cette discipline. Dès le départ, Le CNRS a joué un rôle moteur dans la création, sur le campus de Gif-sur-Yvette, des trois laboratoires de génétique dont les directeurs étaient professeurs à la faculté des sciences de Paris. De même, il a été un acteur fondamental dans l’établissement des deux instituts dédiés à la recherche en biologie moléculaire, le Centre de génétique moléculaire et l’Institut de biologie moléculaire. Enfin, les relations entre le CNRS et les universités n’ayant cessé de progresser ont abouti depuis les années 1980 à la mise en place des unités mixtes de recherche CNRS-université. Dans le cas de la génétique, comme pour d’autres disciplines, ces structures ont permis de pérenniser le lien recherche-enseignement.

Annexe 1 : Liste des TD du C1 de génétique en 1966-67

Annexe 1 : Liste des TD du C1 de génétique en 1966-67

Annexe 2 : Liste des TP du C1 de génétique en 1966-67

Annexe 2 : Liste des TP du C1 de génétique en 1966-67

Annexe 3 : Liste des UE optionnelles de maîtrise-master entre 1976 et 2015 à l’UPMC

Annexe 3 : Liste des UE optionnelles de maîtrise-master entre 1976 et 2015 à l’UPMC
Haut de page

Bibliographie

1. Journal officiel du 28 juin 1945 : nomination de Boris Ephrussi professeur titulaire de la chaire de génétique à la faculté des sciences de l’université de Paris (chaire créée) à compter du 1er octobre 1945.

2. Gayon Jean and Burian Richard M., “France in the Era of Mendelism,” Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Paris. Sciences de la vie / Life Sciences 324, 2000, p. 1097-1106.

3. L’Héritier Philippe, « Souvenirs d’un généticien », Colloque R. A. Fischer et l’histoire de la génétique des populations, in : Revue de synthèse, 103-104, CII, 1981, p. 331-343.

4. Valdeyron Georges, « Amélioration des plantes et génétique », Cahiers pour l’histoire de la recherche, Paris, CNRS Editions, 1994 http://www.histcnrs.fr/ColloqDijon/Valdeyron-genetiquevegetale.pdf

5. Burian Richard M. and Gayon Jean, « The French School of Genetics : From Physiological and Population Genetics to Regulatory Molecular Genetics ». Annual Review of Genetics, 33, 1999 p. 313-49.

6. Sicard Michel, « Blocages et sursauts en génétique » Communication présentée à l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, le 26 novembre 2015.

7. Morange Michel, « L’Institut de biologie physico-chimique de sa fondation à l’entrée dans l’ère moléculaire », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 7 | 2002.

8. Burian Richard M. et Gayon Jean, « Génétique et recherche médicale en France : le cas de Boris Ephrussi (1901-1979) » Sciences sociales et santé, vol. 10, n° 4, 1992, p. 25-45.

9. https://en.wikipedia.org/wiki/Rockefeller_Foundation

10. Burian Richard M., « Boris Ephrussi on the units of inheritance and of development », Late Draft of “Boris Ephrussi on the units of inheritance and of development.” In Galperin, C., Gilbert, S.F., and Hoppe, B., Fundamental Changes in Cellular Biology in the 20th : Development, Chemistry and Physics in the Life Sciences ; Proceedings of the XXth International Century : Biology of Congress of the History of Science (Liège, 20-26 July, 1997), vol. III. Tournhout, Belgium : Brepols, 1999, p121-135.

11. Gayon Jean, http://www.histcnrs.fr/cahiers-cnrs/sciences-ex-shs-4.html

12. Ephrussi Boris, Slonimski Piotr P., « Subcellular units involved in the synthesis of respiratory enzymes in yeast ». Nature, 176 (4495), 1955 p. 1207-8.

13. Ephrussi Boris ,« The cytoplasm and somatic cell variation », J. Cell. Physiol. Suppl. 52, 1958, p. 35-53.

14. http://www.histcnrs.fr/archives-orales/lheritier.html

15. https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Rizet

16. http://www.academie-sciences.fr/pdf/eloges/mayer_notice.pdf

17. http://www.nasonline.org/publications/biographical-memoirs/memoir-pdfs/dobzhansky-theodosius.pdf

18. https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/1946/muller-bio.html

19. Loison Laurent, « Georges Teissier (1900 - 1972) and the Modern Synthesis in France », Genetics, Oct ; 195(2), 2013, p. 295–302.

20. http://www.histcnrs.fr/histoire-genetique/teissier.html

21. http://www.sb-roscoff.fr/sites/www.sb-roscoff.fr/files/documents/station-biologique-roscoff-georges-teissier-1900-1972-un-biologiste-4117.pdf

22. Guthleben Denis, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Armand Colin, Paris, 2ème édition, 2013. chapitre 3, p. 107 à 139.

23. Sicard Michel, Généticien, pourquoi pas ? L’Harmattan, Paris, 2015.

24 https://www2.nancy.inra.fr/collectif/archorales/entretiens/Risser/pages/transcr.htm

25. Bannerot Hubert, archorales-INRA – cassettes dat 26-1 et 26-2. Propos recueillis par D. Poupardin, 1995.

26. Décret n° 54-770 du 20 juillet 1954 portant sur la création d’un 3ème cycle d’enseignement dans les facultés des sciences.

27. http://www.histcnrs.fr/histoire-genetique/gans.html

28. http://www.histrecmed.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=85:slonimski-piotr&catid=8:entretiens

29. http://www.histcnrs.fr/histoire-genetique/prevost.html

30. Décret n° 64-857 du 19 août 1964 doctorat de spécialité, diplôme d’études approfondies.

31. JORF n° 99 du 27 avril 2002 page 7631 texte n° 56, Arrêté du 25 avril 2002 relatif au diplôme national de master, NOR : MENS0200982A.

32. http://maximelamotte.free.fr/?page_id102 Hommage de Gaelle Lahoreau et Patrick Blandin « Maxime Lamotte ou la modernité d’un grand naturaliste »

33. https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Paul_Grass %C3 %A9

34. Carton Yves, « L’oeuvre de Charles Bocquet » In Le laboratoire de génétique évolutive de Gif sous la direction de Laurent Loison, Editions Hermann, Intersciences, Paris, 2014, p. 81-109.

35. Gayon Jean, « Sexual Selection in the French School of Population Genetics : Claudine Petit (1920-2007) », Current Perspectives on Sexual Selection : What’s left after Darwin ?, Springer, 2015.

36. Loi Fouchet : Décret n° 66-412 du 22 juin 1966, arrêté du 15 juillet 1966.

37. Loi Faure : Loi n° 68-978 du 12 novembre 1968 d’orientation de l’enseignement supérieur.

38. https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Jacquard

39. http://prabook.com/web/person-view.html?profileId=291744#

40. L’Héritier Philippe, Traité de Génétique / Tome I : Génétique formelle ; Tome II : Génétique des populations, PUF, 1954.

41. Rizet Georges, Génétique, Mécanisme chromosomique de l’hérédité, Polycopié édité à l’AGEMP.

42. Morange Michel, Histoire de la biologie moléculaire, Éditions la Découverte, 1994.

43. Lamotte Maxime et L’Héritier Philippe, Biologie générale / Tome II : Lois et Mécanismes de l’hérédité, Doin 2° édition, 1968.

44. Petit Claudine et Prévost Georges, Génétique et évolution, Hermann collection Méthodes, 1967.

45. Levine Robert Paul, Genetics, traduit par G. Rizet, Génétique, Ediscience, 2ème édition, 1969.

46. Guthleben Denis, Histoire d’une cité scientifique : le campus du CNRS à Gif-sur-Yvette (1946-2016), ouvrage collectif, CNRS Éditions, 2016.

47. Burian Richard M. & Gayon Jean, « Genetics After World War II. The Laboratories at Gif ». In Cahiers pour l’histoire du CNRS, 1990, p. 1-7.

48. Décret de nomination de Philippe L’Héritier, Professeur à Orsay (Archives Musée Clermont-Ferrand).

49. https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit %C3 %A9_Paris-Sud

50. http://www-archbac.u-psud.fr/Meetings/igm_ie1f/historique.html

51. Cremieux-Brilhac Jean-Louis, « Le mouvement pour l’expansion de la recherche scientifique, 1954-1968 », Reprint des Cahiers pour l’histoire de la recherche, CNRS Éditions, 1995.

52. Gaudillière Jean-Paul, « Biologie moléculaire et biologistes dans les années soixante : la naissance d’une discipline, le cas français », Thèse Université Paris VII, 21 mai 1991.

53. Polanco Xavier, « La mise en place d’un réseau scientifique. Les rôles du CNRS et de la DGRST dans l’institutionalisation de la biologie moléculaire en France (1960-1970) » In Cahiers pour l’histoire du CNRS, 1990-7.

54. Picard Jean-François, « 1/2 siècle de génétique de la levure ». La revue pour l’histoire du CNRS, 2002.

55. Archives Institut Pasteur MON.Ins.02, Projet de construction du CGM, (document non signé).

56. Archives UPMC, Fonds de la présidence, boite 66w 717. Recencement des chercheurs travaillant dans les laboratoires de la faculté des sciences de Paris, 1er janvier 1967, Enquête DGRST.

57. Archives UPMC, Fonds de la présidence, boite 66w 963. Convention d’association entre un laboratoire propre du CNRS et l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI) n° 80 0181.

58. Archives Institut Pasteur, MON.Ins.02, Dossier IBM : Projet Enseignement Institut Biologie Moléculaire à Jussieu, 1963.

59. Archives Institut Pasteur, MON.Ins.02, Lettre de démission de Jacques Monod à Marc Zamansky.

60. https://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Dedonder

61. Archives Institut Pasteur, MON.Ins.02, Document indiquant l’existence de la convention pour l’IBM : CNRS et la faculté des sciences de Paris.

62. Archives Institut Pasteur, MON.Ins.02, Document présentant une proposition de composition du comité avec P. Slonimski.

63. https://www.vjf.cnrs.fr/histcnrs/archives-orales/mounolou.html

64. https://www.ijm.fr/20/historique.htm

65. Archives de l’université Paris-Diderot, Plan de masse du gril Site Bichat, carton 149-7, dossier numéro 45 Plan du 1er étage.

66. Hottin Christian, Jussieu l’inachevée : Cinquante ans de projets pour la faculté des sciences de Paris-centre. Association Livraisons d’histoire de l’architecture (LHA), 2007, <halshs-00137627>, p. 23-51.

67. Archives UPMC, Fonds de la présidence, document 66w60, convention de prêts de locaux.

68. Archives Paris-Diderot, Site Bichat, locaux en 1972 carton 149-7, dossier numéro 54.

69. https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit %C3 %A9_Pierre-et-Marie-Curie#cite_note-6

70. http://jacquesderic.free.fr/RastellToull2/RT_C112_LePetitPoisDeride/RT_C112A3_PPD02.pdf

71. Journal officiel du 20 janvier 1976, (page 00528) Dispositions relatives au deuxième cycle des études universitaires.

Haut de page

Annexe

Voir le site en ligne de la revue (https://journals.openedition.org/​hrc/​)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Georges Teissier (1900-1972) a également dirigé le CNRS entre 1946 et 1950
Crédits CNRS photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Philippe L’Héritier (1906-1994)
Crédits D.R., don de la famille
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Boris Ephrussi (1901-1979) à Gif-sur-Yvette au début des années 1970
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-3.png
Fichier image/png, 799k
Légende Un laboratoire de l’Institut de biologie physico-chimique dans les années 1930
Crédits photo Chevojo – IBPC
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 1.a. Extrait de la liste des doctorats et certificats de 3ème cycle de la faculté des sciences de Paris, 1964-65
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 1.b. Extrait de la liste des DEA de la faculté des sciences de Paris, 1966-67 (Création des DEA : Décret n° 64 867, du 19 août 1964 : 1ère année du doctorat de spécialité de 3ème cycle
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 1.c. Extrait de la liste des DEA du livret de l’étudiant, Université Paris VI, 1971-72 (Application de la loi Faure : création de l’université de Paris VI, 1970)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende À partir de 1970, plusieurs établissements naissent de la scission de l’Université de Paris. Ici, l’entrée de l’une des annexes de la nouvelle université Pierre-et-Marie-Curie, Paris 6, rue Cuvier à Paris
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende Le campus de Gif-sur-Yvette peu après son acquisition par le CNRS. Derrière l’église, au milieu des arbres, se trouve le château. Plus haut, au pied du plateau de Saclay, les bâtiments qui accueillent les premiers laboratoires de génétique
Crédits CNRS photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Légende Le centre de génétique moléculaire en construction au milieu des années 1960 sur le campus de Gif-sur-Yvette
Crédits CNRS photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Table 2 : Liste des chercheurs du centre de génétique moléculaire à Gif-sur-Yvette en 1966-67 (Source : enquête Faculté des sciences, Archives UPMC, fonds de la Présidence UPMC, boite 66W 717)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Groupe 1 : Génétique des cellules somatiques ; mécanisme de la recombinaison
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Groupe 2 : Génétique biochimique
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Groupe 3 : Enzymologie physico-chimique
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Groupe 4 : Biophysique
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Groupe 5 : Génétique bactérienne
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Groupe 6 : Génétique physiologique
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Groupe 7 : Génétique du bactériophage
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Annexe 1 : Liste des TD du C1 de génétique en 1966-67
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Annexe 2 : Liste des TP du C1 de génétique en 1966-67
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Annexe 3 : Liste des UE optionnelles de maîtrise-master entre 1976 et 2015 à l’UPMC
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4486/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Ozier-Kalogeropoulos et Denise Cabet-Busson, « La construction d’une discipline universitaire : la génétique à la faculté des sciences de Paris de 1946 à 1970 »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 88-103.

Référence électronique

Odile Ozier-Kalogeropoulos et Denise Cabet-Busson, « La construction d’une discipline universitaire : la génétique à la faculté des sciences de Paris de 1946 à 1970 »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4486

Haut de page

Auteurs

Odile Ozier-Kalogeropoulos

a été maître de conférences à l’université Pierre et Marie Curie jusqu’en 2012. Entre 1974 et 1994, elle a effectué ses travaux de recherche en génétique formelle et moléculaire sur le coprin puis sur la levure au Centre de génétique moléculaire du CNRS à Gif-sur-Yvette. À partir de 1995, elle a participé aux programmes d’analyse génomique des levures à l’Institut Pasteur où elle a également été chargée de mission « enseignement ». Durant toute sa carrière, elle a enseigné la génétique dans les différents cursus de l’université. odile.kalogeropoulos@gmail.com

Denise Cabet-Busson

est professeure émérite de Sorbonne Université. De 1964 à 2009, elle a enseigné la génétique à la faculté des sciences de Paris puis à l’université Pierre et Marie Curie. De 1964 à 1992, elle a effectué ses recherches dans le laboratoire de Madeleine Gans au Centre de génétique moléculaire à Gif-sur-Yvette. À partir de 1992, elle a assuré la codirection scientifique de l’équipe Génétique du développement et évolution à l’Institut Jacques Monod. Son domaine majeur de recherche est la génétique du développement sur le modèle drosophile. denise.busson@sorbonne-universite.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search