Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1VariaLa découverte du virus sigma de l...

Varia

La découverte du virus sigma de la drosophile (DMelSV) par Philippe L’Héritier et ses collaborateurs

The discovery of the sigma virus of the drosophila (DMelSV) by Philippe L’Héritier and his collaborators
Jean-Michel Rossignol
p. 104-111

Résumés

De la fin des années 30 au milieu des années 60, Philippe L’Héritier et ses collaborateurs ont découvert puis étudié le virus sigma qui infecte la population naturelle de la drosophile mélanogaster dans le monde entier. Le virus Sigma possède deux caractéristiques notables : premièrement, il n’est pas mortel pour son hôte, deuxièmement, il est transmis verticalement par un mécanisme qui ne suit pas les lois de Mandel (biparental, soit par les ovules ou les cellules spermatiques). La plupart des travaux expérimentaux ont été réalisés depuis 1950 sur le campus du CNRS à Gif-sur-Yvette. Dans cet article, nous avons analysé le processus scientifique de ce travail dans le contexte scientifique de cette période (1937-1965).

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Anne Flamand pour ses conseils lorsque j’ai commencé à m’intéresser à Philippe L’Héritier, Yves Carton sans qui cet article n’existerait pas et Jonathan Filée pour nos discussions lors de la rédaction de ce texte.

1Dans les années 1950, Philippe L’Héritier a mis en évidence, pour la première fois, une association héréditaire entre un virus et son hôte, à savoir le virus sigma et Drosophila melanogaster. Cette découverte importante n’a pas eu, semble-t-il, le retentissement qu’elle méritait dans la sphère internationale de l’époque. Depuis, des publications récentes montrent l’importance de ces travaux pionniers sur l’association héréditaire entre le virus sigma et la drosophile, comme je l’évoquerai à la fin de cet article.

2La découverte du virus sigma par Philippe L’Héritier découle – indirectement – du travail qu’il menait avec Georges Tessier sur la génétique des populations naturelles. Sur cet aspect du travail de L’Héritier et Tessier, Gayon et Veuille ont publié dans les années 2000, une très intéressante analyse (1). En ce qui concerne la mise en évidence de l’association héréditaire entre le virus et son hôte, un entretien entre Phlippe L’Héritier et Jean-François Picard en 1986 (2) ainsi qu’un article intitulé « Souvenirs d’un généticien » (3) se sont révélés de remarquables sources d’informations. En y associant la lecture des articles originaux ou des revues écrites par Philippe L’Héritier, il apparaît que cette découverte illustre parfaitement ce que pouvait être une démarche scientifique au milieu du XXe siècle. De plus, elle montre le rôle crucial que peut avoir un seul homme dans ce processus. En effet, l’observation initiale n’était pas interprétable selon les lois de Mendel et il est probable que bon nombre de chercheurs auraient mis un terme à ces expériences, ce que Philippe L’Héritier ne fit pas, permettant ainsi par sa détermination et sa ténacité la découverte du virus sigma.

3Avant d’aborder le récit de la découverte du virus sigma, il m’a paru nécessaire de résumer au préalable comment Philippe L’Héritier a porté son intérêt scientifique sur la drosophile, en m’appuyant sur son entretien avec Jean-François Picard (2).

Philippe L’Héritier (1906-1994) (D.R.).

Philippe L’Héritier fait la connaissance de la drosophile

La génétique et la biologie de l’évolution doivent beaucoup au modèle que représentent les neuf espèces apparentées (ici les mâles) du sous-groupe « Drosophila melanogaster »

© Daniel Lachaise – Jean-François Silvain – CNRS photothèque).

4Après avoir été reçu à l’agrégation de sciences naturelles, Philippe L’Héritier part en 1931 aux États-Unis, pour se former en génétique. Il bénéficie du soutien financier de la Fondation Rockefeller, qui avait, parmi ses buts, celui de permettre à de jeunes scientifiques européens de se former en génétique, science alors en plein développement aux USA. Peu de jeunes scientifiques français semblent avoir bénéficié de cette possibilité mais Jacques Monod fut l’un d’entre eux, en 1934 (4).

  • 1 Prix Nobel de physiologie en 1946 pour avoir montré que l’irradiation aux rayons X génère des mutat (...)

5Pendant son séjour aux USA, L’Héritier va visiter des laboratoires de génétique et établir des liens notamment avec Hermann Joseph Muller1. Par la suite, ce dernier l’encouragera à poursuivre ses travaux après avoir été informé de l’observation à la base de la découverte du virus sigma (2). Toujours pendant ce séjour, il va découvrir la drosophile, à l’occasion d’un congrès : « Je fis connaissance également avec la fameuse petite mouche, la Drosophile. Je n’en avais jamais vu auparavant. Je fus tout à fait séduit par la Drosophile et le projet de recherches qui me vint à l’esprit peut se formuler ainsi : utiliser la Drosophile pour tenter d’étudier expérimentalement d’autres problèmes que celui de la construction des cartes factorielles » (3). Que L’Héritier n’ait pas eu connaissance de la drosophile peut paraître surprenant mais en tant qu’élève de l’École normale supérieure (ENS), il ne suivait pas le certificat de biologie générale de la faculté des sciences, dans le cursus duquel les étudiants manipulaient la « petite mouche ».

Mise en évidence du facteur sigma2 de la drosophile

  • 2 L’Héritier et Tessier ont initialement employé le terme de « génoïde » en lieu et place de facteur (...)
  • 3 Le nom de démomètre reflète la nature de l’instrument qui « mesure le peuple ».

6À son retour des États-Unis, Philippe L’Héritier rejoint l’ENS où Georges Tessier lui propose de collaborer pour trouver les lois mathématiques régissant la croissance des êtres vivants (2). Ensemble, ils portent leur intérêt sur la dynamique des populations en utilisant la drosophile comme L’Héritier l’avait envisagé. Leurs projets impliquent de travailler avec un isolat artificiel de drosophiles, obtenu grâce à une « cage à population » ou démomètre3, que L’Héritier va « bricoler lui-même » (2). Grâce à cet instrument, L’Héritier et Tessier vont ainsi montrer que la population se retrouve à l’équilibre vers le 40e jour (5) puis montrer, pour la première fois, que la sélection naturelle existe en suivant la courbe d’élimination d’un gène dans une population de drosophiles (6). Ces études nécessitaient un dénombrement périodique des populations (pouvant comprendre jusqu’à 4000 individus), sans pour autant perturber leur renouvellement. Le protocole mis au point par L’Héritier était le suivant : les drosophiles étaient endormies par le gaz carbonique (CO2) puis comptées et remises dans le démomètre. C’est après une anesthésie par ce gaz que va survenir un phénomène surprenant, à la base de la découverte du virus sigma.

7Un des projets de Philippe L’Héritier était d’étudier les capacités de différentes souches de drosophiles à peupler un milieu. C’est avec une de ces souches qu’il va faire une observation inattendue : « Un beau jour, je fais la manip, je les endors pour les compter. Mais le lendemain ... surprise, toute la descendance était morte. La première génération avait transmis à la suivante une sensibilité létale au gaz carbonique. C’est un phénomène qui ne semblait pas coller avec les lois de la génétique mendélienne puisque nous nous trouvions en face d’une ségrégation portant sur 100 % d’une population » (2).

  • 4 André Berkaloff, professeur à l’université Paris-Sud, directeur des sciences de la vie au CNRS. Ent (...)

8Les réactions de L’Héritier et Tessier vont être opposées. Le premier est, dit-il, enthousiaste devant ce phénomène imprévu tandis que le second est, selon L’Héritier, furieux parce que l’observation ne pouvait s’expliquer par les lois de Mendel (2). La réaction de Georges Tessier est compréhensible car remettre un dogme en question et donc devoir convaincre des pairs est souvent un long et délicat parcours dans le monde de la recherche. À l’inverse, face à une situation scientifique inattendue, L’Héritier persistait comme l’a expliqué André Berkaloff4 : « Souvent, partant d’une observation énigmatique, il butait sur des difficultés, parfois techniques, parfois conceptuelles qu’il cherchait à résoudre sans se laisser décourager par les risques d’une production scientifique aléatoire. Il fallait, par contre, que cette découverte soit une gageure intellectuelle » (7).

Georges Teissier (1900-1972) (D.R.).

9L’Héritier va convaincre Tessier de publier, d’autant qu’il reçoit le soutien de H.J. Muller de passage à Paris. L’Héritier et Tessier lui montrent leurs résultats. Selon L’Héritier, Muller « était sidéré », ce qui c’était bien sûr traduit par des félicitations : « Bravo, c’est une grande découverte » (2). Cette « grande découverte » va faire l’objet de trois articles successifs dans les Comptes Rendus de l’Académie des sciences (8-10). Le premier paraît en 1937 (séance du 20 novembre), les deux autres en 1938 (séances des 11 avril et 30 mai). La publication de ces résultats en trois temps permet d’apprécier comment la formulation des conclusions a évolué en un peu plus de six mois.

10Dans le premier article, la notion de transmission héréditaire est affirmée mais aucune hypothèse n’est formulée pour l’expliquer : « Nous ne voyons actuellement aucune interprétation physiologique de ces faits. (…). Nous étudions actuellement la transmission héréditaire de ce caractère physiologique qui n’est certainement pas lié au gène ebony. Elle paraît obéir à des règles bien définies et assez remarquables » (8).

11Dans le deuxième article, les auteurs introduisent la notion d’hérédité qui ne peut être interprétée ni par les lois de Mendel, ni par une association avec un chromosome : « Les résultats de nos expériences de transport des chromosomes ne peuvent être interprétés par aucun mécanisme mendélien. Le caractère « sensibilité au gaz carbonique » ne peut être attribué à aucun système de gènes en position normale sur les chromosomes de la Drosophile. Nous ferons connaître prochainement les premières lois empiriques de cette hérédité aberrante et essaierons d’en trouver une interprétation » (9).

12Un mois et demi plus tard, les auteurs supposent que le phénomène peut être interprété par une hérédité de nature cytoplasmique qui serait due à un déterminant qu’ils dénomment le facteur sigma : « Nous ne sommes pas en mesure de donner une explication de ces faits génétiques singuliers (…). Imaginons que la sensibilité au CO2 de la souche S soit subordonnée à la présence dans le cytoplasme d’un certain facteur sigma qui se répartirait entre les gamètes sous forme d’éléments discontinus et dont la vitesse de multiplication dépendrait de la constitution génétique de l’individu qui en est porteur » (10).

Un démomètre utilisé dans les laboratoires de génétique de Gif-sur-Yvette dans les années 1950

CNRS photothèque).

13L’Héritier et Tessier sont donc passés en un peu plus de six mois de l’absence d’hypothèse pour interpréter leurs résultats à une définition du facteur sigma qui s’applique très bien à un virus. Cette évolution remarquable de leur réflexion s’appuie bien entendu sur des expériences qui venaient soit infirmer soit confirmer telle ou telle hypothèse. Il faut aussi souligner que l’hypothèse d’un virus a été retenue dès les premiers travaux, comme le mentionne L’Héritier en 1957 : « Although suspected from the very first, the virus nature of the so-called “genoïde” was demonstrated only after World War II, with the evidence that an infectious agent could be extracted from sensitive flies » (11).

  • 5 Un poste de maître de conférences à cette époque est l’équivalent d’un poste de Professeur de 2ème (...)

14La collaboration scientifique entre Tessier et L’Héritier s’arrête en 1938 lorsque ce dernier est nommé maître de conférences55 à la faculté des sciences de Strasbourg. La guerre interrompt les recherches de L’Héritier, qui, avant d’être mobilisé, confie « ses » mouches sensibles au CO2 à Muller car il croyait qu’elles étaient « uniques » et ne voulait pas qu’elles soient perdues (2, 3). Quinze ans plus tard, une étude montra qu’en fait, 1/3 des souches de drosophiles dans la nature abritent le virus sigma (12).

Du facteur sigma au virus sigma

15En 1946, à la demande de Georges Tessier, devenu directeur du CNRS, Philippe L’Héritier rejoint Paris et l’Institut de biologie physico-chimique. Avec le soutien du CNRS, il va recruter des collaborateurs et développer son équipe à Paris puis à partir de 1950 à Gif-sur-Yvette.

16L’hypothèse de la nature virale du facteur sigma va être confortée par trois observations importantes :

17- les mouches sensibles au CO2 éliminent le facteur sigma de leurs cellules germinales à 30°C (13), ce qui peut s’expliquer par l’inactivation d’un virus, un phénomène connu à l’époque pour certains virus de végétaux (14) ;

18- les mouches insensibles deviennent sensibles au CO2 lorsqu’on leur injecte l’hémolymphe des mouches sensibles (15) ;

  • 6 Il s’agit bien sûr de la taille des virus connus dans les années 1950.

19- l’hémolymphe filtrée sur une membrane ayant des pores de 180 micromètres ne rend plus sensible au CO2 les mouches insensibles, ce qui suggère que la taille du facteur sigma est de l’ordre de celles des virus6 (16).

  • 7 Le temps mis par des mouches pour devenir sensibles au CO2 après injection est linéairement proport (...)

20Si le facteur sigma est un virus, on doit pouvoir le caractériser comme tel avec les méthodes utilisées en virologie à l’époque, en particulier montrer que le facteur sigma peut être inactivé par une exposition aux rayons X. C’est en effet ce que l’on observe avec des extraits de drosophiles sensibles au CO2 irradiés à différentes doses par les rayons X (17), leur « virulence » étant testée selon la méthode mise au point auparavant par Nadine Plus7(18).

21La publication de ces résultats met un terme à environ treize années de travail et de péripéties, mais la conclusion de l’article ne met pas en perspective le travail accompli durant ces années. La conclusion tient en une ligne : « Il est banal de trouver une loi semi-logarithmique dans l’inactivation par les rayons X ». Ni plus, ni moins, et les auteurs passent directement à une seconde conclusion, tirée de la pente d’inactivation, à savoir que le diamètre du virus est de 42 nm.

  • 8 Les virus sont toujours protégés par une capside, formée par une ou des protéines virales et pour c (...)
  • 9 Les rhabdovirus sont des virus enveloppés dont le génome est un ARN, le membre le plus connu de la (...)

22Le travail sur le virus sigma va se poursuivre dans le laboratoire de Gif-sur-Yvette, mais la purification d’un virus gardant son pouvoir infectieux se révèlera difficile. Ce n’est qu’en 1964 qu’un virus infectieux sera obtenu par précipitation au méthanol « sous une forme particulièrement fragile » comme l’écrit Nadine Plus (19). Cette observation liée aux difficultés de la purification du virus par centrifugation (20) conduira à l’hypothèse d’un virus protégé par une enveloppe8 (19), les virus protégés uniquement par une capside étant généralement moins fragiles. L’année suivante, grâce à la microscopie électronique, André Berkaloff et ses collaborateurs observent des virions dans les cystes ovariens de femelles sensibles (21). La taille du virion (70-140 nm), sa forme « en doigt de gant », son bourgeonnement à la surface des cellules infectées sont des propriétés que sigma partage avec le virus de la stomatite vésiculeuse (VSV), ce qui permet aux auteurs de le classer dans la famille des stomatovirus (désormais famille des rhabdovirus9). Par la suite, des virions seront mis en évidence dans les cellules de la lignée germinale mâle de drosophiles dites « stabilisées », i.e. transmettant le virus de façon régulière et indéfinie à leur descendance (22).

Patrice Latron – CNRS Photothèque

23Caractérisation, tri et comptage de drosophiles, endormies par un flux de CO2

Philippe L’Héritier et sa vision des suites de sa découverte

  • 10 Brun, G., Duhamel C., Hugon de Scoeux F., de Lestrange M.T., Ohanessian-Guillemain A., Plus N., Sig (...)
  • 11 François Jacob, Prix Nobel de Médecine avec Jacques Monod et André Lwoff en 1965 a consacré sa thès (...)

24À partir de 1951, P. L‘Héritier ne signe plus les articles décrivant les résultats obtenus sur le virus sigma par les autres membres du laboratoire mais il écrit des revues dans lesquelles il analyse avec une très grande clarté le passé, le présent et le futur possible de l’association héréditaire virus sigma - drosophile. Dans une de ces revues, parue en 1957, il donne aussi sa vision du travail d’équipe : « What is known about virus sigma is the outcome of more or less cooperative work. Although the co-workers are individually engaged in clearing up specific points, their constant habit to share freely ideas and materials has contributed much to the general progress of knowledge » (11). Cette phrase explique sans doute pourquoi L’Héritier n’a plus signé les articles sur le virus sigma et son association héréditaire avec la drosophile. Pour autant, il ne se désintéresse nullement des résultats obtenus. Preuve en est, dans cette même revue, il présente les observations – publiées ou non – de certains de ses collaborateurs10, en précisant qu’il choisit ces résultats car il les considère comme les plus importants pour la virologie et la génétique (11). De fait, cette revue qui traite à la fois du virus et de son hôte est un modèle de clarté dans sa rédaction. Elle comprend une discussion générale d’une dizaine de pages qui envisage tous les cas de figures possibles par rapport aux résultats obtenus sur d’autres systèmes viraux. Il évoque notamment l’association mise en évidence au début des années 1950 par François Jacob11 entre un bactériophage lysogène et son hôte bactérien. On peut aussi noter que L’Héritier sait parfaitement nuancer la valeur des résultats de son laboratoire et qu’il fait preuve d’une grande modestie dans ses propos. Il n’y a donc pas de doutes, même s’il ne signe plus les articles, Philippe L’Héritier domine toujours parfaitement le sujet, ce qui est en contradiction avec ce qu’André Berkaloff a exprimé quelques années plus tard : « En fait, une fois la nature virale de sigma établie, ce virus ne l’intéressa plus » (7).

25Cinq ans plus tard, Philippe L’Hériter analysera ce qui pourrait être fait avec cette association particulière. Il énonce d’une part les avantages et inconvénients du système tels qu’ils se présentent en 1962 et d’autre part envisage comment ledit système pourrait permettre d’étudier le rôle des virus dans l’évolution : « Manifestement, le système Drosophile-virus sigma est un matériel expérimental moins bon que les systèmes bactéries-phages. Du fait de la nature métazoare de l’hôte, il risque fort en outre de se révéler encore plus complexe. Il présente cependant des avantages : l’élevage de la Drosophile est particulièrement facile et peu coûteux ; sa génétique et sa physiologie sont remarquablement bien connues. En outre, l’absence très probable de réactions immunologiques vient simplifier les relations hôte-virus. Il est probablement possible d’approfondir l’analyse expérimentale du système bien au-delà de ce qui est actuellement connu. Qu’il soit souhaitable de le faire, malgré les difficultés rencontrées, reste peu douteux. Les relations hôte-virus ne sont connues jusqu’ici d’une manière précise pour aucun virus aussi nettement non pathogène que sigma. D’autre part, du point de vue de la signification biologique des virus et de leur rôle possible dans l’évolution, cette étonnante association héréditaire d’un insecte et d’un virus reste un phénomène fort intéressant » (23).

Conclusion

26Comme le prédisait L’Héritier, l’association virus sigma/drosophile s’est révélée un excellent système expérimental pour étudier entre autres la résistance de l’hôte à l’infection virale ou encore la co-évolution entre un hôte et son virus. Pas moins d’une trentaine d’articles ont été publiés sur ce sujet ces dix dernières années mais décrire ces résultats n’entre pas dans le cadre de cet article. Je renvoie donc le lecteur à une revue et un article parus récemment, la première sur la résistance de l’hôte à l’infection virale (24) et le second sur la dynamique des interactions hôte-virus (25). Enfin, signalons que l’association virus sigma/drosophile a été l’un des trois systèmes modèles retenus pour mettre au point une nouvelle méthode d’évaluation de l’évolution simultanée d’un virus et de son hôte (26). On est donc loin désormais du moment où seul L’Héritier et ses collaborateurs travaillaient sur cette association.

  • 12 Les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris et les Comptes Rendus de la Société de Biolo (...)

27Gayon et Veuille (1) ont pointé, dans leur analyse des travaux de L’Héritier et Teissier portant sur la génétique des populations, quelques caractéristiques de leurs publications qui pourraient expliquer une relative méconnaissance de ces travaux par la communauté internationale, à savoir des articles en français dans des revues généralistes12, sans description des méthodes, avec parfois un tableau ou un graphique. Ceci suggère que ce mode de rédaction a pu être un handicap pour la renommée des travaux des auteurs, d’autant qu’ils notent que : « The conclusions were formulated in a few sentence and looked more like reflection that supported arguments ». On peut donc a priori considérer qu’il en est de même pour la découverte du virus sigma, à quelques nuances près.

28Tout d’abord, à l’époque, la publication de résultats dans les Comptes Rendus de l’Académie des sciences ne semble pas être un réel obstacle à une notoriété internationale si on considère que François Jacob a publié ses travaux sur la lysogénie essentiellement dans ce journal. On peut aussi remarquer que dès 1946 les travaux de L’Héritier sont cités par un chercheur américain s’intéressant au rôle du cytoplasme dans la transmission des caractères héréditaires (27) et qu’en 1948 il présente ses travaux sous forme de revue dans Heredity, un journal non généraliste américain (16).

  • 13 Devenu par la suite Archives of Virology.

29Par ailleurs, publier ses travaux dans une revue spécialisée en virologie aurait été difficile pour Philippe L’Héritier, le premier journal de ce type Archiv für die gesamte Virusforschung13 n’ayant été créé qu’en 1939, avec une parution quasi inexistante pendant la guerre (trois volumes entre février 1939 et novembre 1947). De plus, à la période correspondant aux recherches sur le virus sigma, il n’existait pas de journal publiant à la fois des travaux sur les virus animaux, de plantes et de bactéries. Le premier journal, Virology, regroupant ces trois aspects de la virologie n’est paru qu’en 1955 à l’initiative de Hirst, Black et Luria (28). D’autre part, le fait que le virus sigma soit un virus d’insecte non pathogène qui plus est, n’en faisait pas un virus susceptible d’une grande attention à l’époque.

30En conclusion, les travaux de Philippe L’Héritier à Gif-sur-Yvette ont permis d’implanter de façon pérenne un laboratoire de recherche sur les virus sur le campus du CNRS, notamment sur les rhabdovirus, sous la conduite successive de Gilbert Brun, Anne Flamand, Félix Rey et Yves Gaudin, avant que cette UMR ne rejoigne l’Institut de biologie intégrative de la cellule (I2BC). Les travaux allant de la génétique à la structure des protéines ont donné lieu à de très nombreuses découvertes et publications, déjà décrits par ailleurs (29).

Au centre, à la lisière des arbres, les laboratoires CNRS de génétique à Gif-sur-Yvette au tournant des années 1950 et 1960

CNRS photothèque

Haut de page

Bibliographie

1. Gayon J., Veuille M., “The Genetics of Experimental Populations. L’Héritier and Teissier’s Population Cages”, in Thinking About Evolution, Historical, Philosophical, and Political Perspectives, vol. 2, Cambridge University Press (2002), p. 77-104.

2. L’Héritier P., « Une génétique non mendélienne chez la drosophile », propos recueillis en 1986 par Jean-François Picard, http://www.histcnrs.fr/archives-orales/lheritier.html

3. L’Héritier P., « Souvenirs d’un généticien », Colloque R.A Fisher et l’histoire de la génétique des populations, Paris 5-6 décembre 1980, paru dans Revue de synthèse, Troisième série, n° 103-104, série Générale : Tome CII p. 334, juillet-décembre 1981.

4. Ullmann A., “In Memoriam : Jacques Monod (1910-1976)”, GBE, (2011), 3, 1025-1033.

5. L’Héritier P., Tessier G., « Étude d’une population de Drosophiles en équilibre », C.R. Acad. Sci. Paris (1933), 197, p. 1765-1767.

6. L’Héritier P., Tessier G., « Une expérience de sélection naturelle, courbe d’élimination du gène Bar dans une population de Drosophile en équilibre », C.R. Soc. Biol. (1934), 117, p. 1049-1051.

7. Berkaloff A., « La biologie moléculaire est un outil », entretien avec Jean-François Picard, 2 avril 1997, http://www.histcnrs.fr/archives-orales/berkaloff.html

8. L’Héritier P., Tessier G., « Une anomalie physiologique héréditaire chez la drosophile », C.R. Acad. Sci. Paris (1937), 205, p. 1099-1101.

9. L’Héritier P., Tessier G., « Un mécanisme aberrant chez la drosophile », C.R. Acad. Sci. Paris (1938), 206, p. 1193-1195.

10. L’Héritier P., Tessier G., « Transmission héréditaire de la sensibilité au gaz carbonique », C. R. Acad. Sci. Paris (1938), 206, p. 1683-1685.

11. L’Héritier P., “The hereditary virus of Drosophila”, Advances Virus Res. (1958), 5, p. 195-245.

12. Duhamel C., « Étude de la sensibilité héréditaire à l’anhydride carbonique chez la Drosophile. Description de quelques variant du virus », C.R. Acad. Sci. Paris (1954), 239, p. 1157-1159.

13. L’Héritier P., Sigot A., « Contribution à l’étude du phénomène de la sensibilité au CO2 chez la Drosophile : influence du chauffage aux différents stades de développement sur la manifestation de la sensibilité chez l’imago », Bull. Biol. France Belgique (1946), 80, p. 171-227.

14. Kunkel, L. O., “Potato Witches’-Broom Transmission by Dodder and Cure by Heat”, Proceedings of the American Philosophical Society (1943), 86, p. 470–475.

15. L’Héritier P., Hugon de Scoeux F., « Transmission par greffe et injection de la sensibilité héréditaire au gaz carbonique chez la Drosophile », Bull. Biol. France Belgique (1947) 31, p. 70-91.

16. L’Héritier P., “Sensitivity to CO2 in Drosophila : a review”, Heredity (1948), 2, p. 325-348.

17. L’Héritier P. et Plus N., « Inactivation par les rayons X du virus responsable de la sensibilité au CO2 chez la drosophile », C.R. Acad. Sci., Paris (1950) 231, p. 192-194.

18. Plus N., « L’invasion d’un organisme par un virus héréditaire. Recherches quantitatives sur la vitesse d’acquisition de la sensibilité au CO2 par les Drosophiles », Exper. Cell. Res. (1950) 1, p. 217-233.

19. Plus N., « Propriétés du virus sigma précipité au méthanol », C.R. Acad. Sci. Paris (1964) 258, p. 742-745.

20. Plus N., « Utilisation des méthodes de séparation des organites cellulaires pour la purification du virus sigma de la Drosophile », C.R. Acad. Sci. Paris (1960) 251, 1685-1686.

21. Berkaloff A., Brégliano J.-C.et Ohanessian A., « Mise évidence de virions dans les drosophiles infectées par le virus héréditaire sigma », C.R. Acad. Sci. Paris (1965) 260, p. 5956-5958.

22. Teninges D., « Mise évidence de virions Sigma dans les cellules de la lignée germinale mâle de Drosophiles stabilisées », Archiv für die gesamte Virusforschung (1968) 23, p. 378-387.

23. L’Héritier P. « Les relations du virus héréditaire de la drosophile avec son hôte », Ann. Inst. Pasteur (1962) 102, p. 511-526.

24. Mussabekova A, Daeffler L et Imler J.-L. “Innate and intrinsic immunity in Drosophila”, Cell Mol. Life Sci. (2017) 74, p. 2039-2054.

25. Longdon B. et al. “Vertically transmitted rhabdoviruses are found across three insect families and have dynamic interactions with their hosts”, Proc. R. Soc. B (2016) 284, 20162381.

26. Vrancken B., Lemey P., Rambaut A., Bedford T., Longdon B., Günthard H.F. et Suchard M.A., “Simultaneously estimating evolutionary history and repeated traits phylogenetic signal : applications to viral and host phenotypic evolution”, Methods Ecol Evol. (2015) 6, p. 67-82.

27. Preer, J. R. “Some properties of a genetic cytoplasmic factor in paramecium”, Genetics (1946) 32, p. 247-253.

28. Joklik, W. K., “When two is better than one : Thoughts on three decades of interaction between Virology and the Journal of Virology”, J. Virol. (1999) 73, p. 3520-3523.

29. Denis Guthleben et collaborateurs, Histoire d’une cité scientifique. Le campus du CNRS à Gif sur Yvette (1946-2016), CNRS Éditions (2016) Chapitre 6, CGM, LEGS, VMS : les « nouvelles » génétiques.

Haut de page

Notes

1 Prix Nobel de physiologie en 1946 pour avoir montré que l’irradiation aux rayons X génère des mutations.

2 L’Héritier et Tessier ont initialement employé le terme de « génoïde » en lieu et place de facteur sigma. Dans le texte, le terme génoïde ne sera utilisé que dans les citations.

3 Le nom de démomètre reflète la nature de l’instrument qui « mesure le peuple ».

4 André Berkaloff, professeur à l’université Paris-Sud, directeur des sciences de la vie au CNRS. Entre 1975 et 1980, il a, par microscopie électronique, mis en évidence le virus sigma en collaboration avec l’équipe de P. L’Héritier.

5 Un poste de maître de conférences à cette époque est l’équivalent d’un poste de Professeur de 2ème classe actuellement.

6 Il s’agit bien sûr de la taille des virus connus dans les années 1950.

7 Le temps mis par des mouches pour devenir sensibles au CO2 après injection est linéairement proportionnel au logarithme du nombre de particules.

8 Les virus sont toujours protégés par une capside, formée par une ou des protéines virales et pour certains par une seconde protection, l’enveloppe formée par des composants cellulaires (lipides, sucres) et une ou des protéines virales.

9 Les rhabdovirus sont des virus enveloppés dont le génome est un ARN, le membre le plus connu de la famille, outre le VSV, est le virus de la rage.

10 Brun, G., Duhamel C., Hugon de Scoeux F., de Lestrange M.T., Ohanessian-Guillemain A., Plus N., Sigot A.

11 François Jacob, Prix Nobel de Médecine avec Jacques Monod et André Lwoff en 1965 a consacré sa thèse aux travaux sur la lysogénie bactérienne. Cette thèse est parue chez Masson sous le titre « Les Bactéries lysogènes et la notion de provirus » en 1954. Elie Wollman a aussi participé à ces travaux.

12 Les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris et les Comptes Rendus de la Société de Biologie.

13 Devenu par la suite Archives of Virology.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Philippe L’Héritier (1906-1994) (D.R.).
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende La génétique et la biologie de l’évolution doivent beaucoup au modèle que représentent les neuf espèces apparentées (ici les mâles) du sous-groupe « Drosophila melanogaster »
Crédits © Daniel Lachaise – Jean-François Silvain – CNRS photothèque).
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Georges Teissier (1900-1972) (D.R.).
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4498/img-3.png
Fichier image/png, 2,9M
Légende Un démomètre utilisé dans les laboratoires de génétique de Gif-sur-Yvette dans les années 1950
Crédits CNRS photothèque).
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4498/img-4.png
Fichier image/png, 405k
Crédits Patrice Latron – CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Au centre, à la lisière des arbres, les laboratoires CNRS de génétique à Gif-sur-Yvette au tournant des années 1950 et 1960
Crédits CNRS photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4498/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Rossignol, « La découverte du virus sigma de la drosophile (DMelSV) par Philippe L’Héritier et ses collaborateurs »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 104-111.

Référence électronique

Jean-Michel Rossignol, « La découverte du virus sigma de la drosophile (DMelSV) par Philippe L’Héritier et ses collaborateurs »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4498

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Rossignol

Professeur émérite à l’Université Paris-Saclay, CNRS, IRD, UMR Évolution, Génomes, Comportement et Écologie, 91198, Gif-sur-Yvette, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search