Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°1Analyse d'OuvrageÉléments pour l’histoire de l’Ann...

Analyse d'Ouvrage

Éléments pour l’histoire de l’Année sociologique. De 1898 à nos jours

Andrei Gaghi
p. 112-113
Référence(s) :

Matthieu Béra, Jean-Christophe Marcel, Sébastien Mosbah-Natanson (Dir.), L’Année sociologique, volume 69/2010 n° 1,286 p., Paris, PUF, ISBN 978-2-13-082108-3

Texte intégral

1Il est certes délicat de réaliser une histoire de l’Année sociologique, tant le rassemblement des trois séries de la revue sur une durée de 126 ans peut paraître éclectique malgré des cohérences fortes pendant des périodes déterminées. C’est sans doute la raison pour laquelle ce numéro d’ensemble a été projeté tardivement et n’est pas apparu comme une évidence.

2Les coordonnateurs du numéro, Matthieu Béra, Jean-Christophe Marcel et Sébastien Mosbah-Natanson, indiquent plusieurs buts de leur entreprise scientifique (les revues come analyseur du développement d’une discipline et de la configuration des connaissances légitimes, contribution à la définition de la notion d’école de pensée, etc.) en essayant de compenser par l’originalité des analyses l’évident manque d’exhaustivité du volume, intitulé d’ailleurs de manière réaliste « Éléments pour une histoire de L’Année sociologique de 1898 à nos jours ». Loin donc d’être une présentation chronologique de l’évolution de l’Année sociologique, le numéro s’efforce de présenter un aspect original de l’évolution de la revue à partir de 1898.

3Matthieu Béra, bon connaisseur de la première série de l’Année et chercheur infatigable des archives personnelles ayant trait à l’école durkheimienne, propose un « bilan historiographique » de la première série de la revue (1898-1913) en insistant sur des problématiques qui la placent dans le contexte de l’époque. D’abord la genèse et la place de l’Année parmi les revues de la fin du XIXe siècle, dans ce que l’auteur choisit d’appeler un « champ ». M. Béra nous présente ainsi le contexte du choix de Durkheim de fonder une revue qui s’inspire et se démarque des modèles tels que L’Année psychologique, la Revue de métaphysique et morale, La revue philosophique, la Revue historique, etc.

4Les avantages et les inconvénients d’une revue bibliographique, le cheminement de l’opinion de Durkheim et de ses collaborateurs sur le spécifique de la revue sont présentés avec une grande précision et développés dans un deuxième article qui s’ouvre avec la publication de quatre lettres inédites adressés par Durkheim à Célestin Bouglé en 1897, lors des différents moments de la préparation de la nouvelle revue.

5La relation de Durkheim avec ses jeunes collaborateurs est illustrée plus particulièrement par quatre autres lettres adressées par Durkheim à son disciple Marcel Foucault.

6Myron Achimastos, qui s’est fait connaître par les méticuleuses éditions critiques des Formes élémentaires de la vie religieuse et De la division du travail social (dans la collection Classiques Garnier), présente l’importance du fait religieux dans la sociologie durkheimienne à travers une analyse des mémoires originaux consacrés à la religion. Cette présentation est complétée par une étude et par une classification des comptes rendus parus dans la section « Sociologie religieuse » dans la première série de l’Année.

7Marcia Consolim, spécialiste des rapports entre sociologie et psychologie dans la première moitié du XXe siècle, s’attache à analyser la réception de la psychologie dans les 14 tomes des deux premières séries de la revue (1898-1927). Une première partie de l’article est consacrée au combat de la sociologie durkheimienne contre les différents courants psychologisants (« psychologie sociales françaises », psychologie collective italienne, T. Ribot, G. Tarde). Dans la deuxième série sont mises en évidence les stratégies de Marcel Déat et de Daniel Essertier pour trouver une légitimité à une approche qui puisse réconcilier la sociologie et la psychologie dans un contexte où, de manière générale, l’apport psychologique deviendra de plus en plus fréquent parmi les disciples de Durkheim.

8Jean-Christophe Marcel consacre son article à la deuxième série de l’Année sociologique (deux numéros publiés et les archives de M. Mauss comprenant de la matière pour un autre numéro) ainsi qu’aux Annales sociologiques, revue séparée en 5 séries publiées de 1934 à 1942 et portée notamment par Maurice Halbwachs et Célestin Bouglé. Classant les contributions dans des tableaux éclairants, J.-C. Marcel réussit à repérer l’organisation institutionnelle, les réseaux de recrutement et les orientations théoriques de la sociologie durkheimienne dans ces deux formes de continuité de l’Année dans l’entre-deux-guerres.

9La relance de la revue après la Seconde Guerre mondiale est présentée par Patricia Vannier. Sous les auspices du Centre d’études sociologique fondé par Georges Gurvitch en 1945 mais également du très durkheimien Institut français de sociologie, est lancée en 1949 la troisième série de l’Année sociologique qui, malgré un renouvellement des contributeurs intégrant des auteurs peu favorables à la sociologie durkheimienne, garde une continuité tant dans la présentation (un seul volume, une partie consacrée aux mémoires originaux et une autre aux comptes rendus organisés dans des sections proches de celles de la première série) et dans le rôle de fondateur accordé à Durkheim. Dans une présentation très dense, P. Vannier montre, à travers une analyse du caractère des articles parus dans la revue dans les années 1950, les continuités et les ruptures par rapport à la tradition, les caractéristiques du renouvellement des collaborateurs (élargissement vers les universités de province, proportion accrue de femmes, l’importance croissante des contributeurs se réclamant du CNRS, l’ouverture vers la sociologie américaine, etc.)

10Utilisant une approche bibliométrique, Sébastien Mosbah-Natanson réalise, pour la période comprise entre 1964 et 2013, une analyse de la revue semblable à celle de P. Vannier. L’auteur rend compte de la transformation de L’Année d’une revue généraliste parmi d’autres, gardant une certaine persistance durkheimienne, s’occupant en priorité des questions théoriques mais aussi de l’histoire de la sociologie et analyse en détail le changement de la structure de la revue, les affiliations institutionnelles des contributeurs et des membres du comité de rédaction, la place des femmes ainsi que celle des contributeurs internationaux, sa réception, etc.

11Une question importante abordée par S. Mosbah-Natanson est celle de l’empreinte qu’a pu avoir Raymond Boudon sur la revue, président du comité de rédaction de 1977 à 2003. S’il est certain que les sociologues rattachés à l’université Paris-Sorbonne et au laboratoire GEMASS (fondé par R. Boudon en 1971) sont très bien représentés parmi les membres du comité de rédaction et parmi les contributeurs de l’Année sociologique, l’auteur montre d’une part que ces derniers ne sont pas nécessairement « boudoniens » et d’autre part que la revue n’est pas celle d’une école. Les numéros thématiques sont rédigés par des spécialistes des différents sous-domaines de la sociologie sans rapport évident avec les sociologues réunis autour de Raymond Boudon. À noter que l’article publié par P. Bourdieu dans l’Année en 1971 est largement plus cité que l’ensemble des contributions de R. Boudon.

12Cette présentation de l’histoire récente de la revue est complétée par un court texte de François Chazel portant sur la manière et le contexte dont R. Boudon en assuma la direction en 1977 ainsi que par un entretien avec Bernard Valade réalisé par Jean-Christophe Marcel. D’abord secrétaire général de la revue à la place d’André Davidovitch à partir de 1988, B. Valade s’occupera de l’Année à ce poste jusqu’en 2003. Président du Comité de rédaction de 2003 à 2013, il continuera à diriger de près la revue. Après avoir évoqué les rôles de Monique Poret, Monique Bidault et Annie Devinant dans l’administration de cette revue prestigieuse qui bénéficie pourtant d’une aide publique modeste, B. Valade explique les circonstances qui ont conduit au début des années 1990 à une modification du schéma éditorial qui consistait à transformer l’Année en une revue biannuelle à articles regroupées dans la plupart des cas dans des numéros thématiques. Proche de R. Boudon mais pas « boudonien », B. Valade évoque également le caractère libéral, le souci d’ouverture des suggestions éditoriales correspondant ainsi à la volonté de ne pas transformer l’Année en une revue de « chapelle ».

13Le grand intérêt intrinsèque de ce numéro de l’Année sociologique, qui aurait pu peut-être comporter plusieurs tomes, réside également dans les pistes ouvertes dans l’étude de l’histoire des sciences sociales mettant en évidence l’importance des revues, des réseaux, des relations institutionnelles et des écoles dans la configuration et la légitimation d’une discipline.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrei Gaghi, « Éléments pour l’histoire de l’Année sociologique. De 1898 à nos jours »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°1 | 2020, 112-113.

Référence électronique

Andrei Gaghi, « Éléments pour l’histoire de l’Année sociologique. De 1898 à nos jours »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4607

Haut de page

Auteur

Andrei Gaghi

Docteur en sciences sociales, Université Paris Descartes, chargé de travaux dirigés, université d’Évry-Val-d’Essonne. agaghi@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search