Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2Editorial

Texte intégral

1Les archéologues se penchent sur les vestiges des temps passés. C’est bien connu mais, ce qui l’est sans doute moins, c’est l’évolution qu’a enregistrée le travail archéologique depuis quelques décennies. Il nous est donc apparu indispensable, dans notre revue, de faire le point sur les nouvelles techniques et démarches mises en œuvre pour repérer, fouiller, classer et, maintenant, reconstruire en 3D les sites archéologiques.

2Ce numéro n’a pas vocation, bien évidemment, à être exhaustif, mais l’essentiel y est présenté, dans les articles et les encarts, au regard de la diversité et de la richesse des nouvelles approches et procédures.

3Ainsi, dans le premier article, se trouve mise en valeur la transformation d’une archéologie préhistorique, s’attachant principalement depuis des décennies, à des tâches d’ordre plutôt taxinomique, en une archéologie s’orientant dorénavant, autant que faire se peut, vers l’étude des modes de vie de nos lointains ancêtres, voire vers celle des dynamiques sociales. La fouille, quelle qu’elle soit, impose d’abord de repérer et de circonscrire un champ ou un espace délimité. À cette fin, comme cela est précisé dans le deuxième article, de nouvelles méthodes, requérant de réelles compétences techniques, ont permis des avancées considérables : le Système d’Information Géographique (SIG) permet, par exemple, de traiter les multiples données fournies par des capteurs comme le LiDar.

4Des questions, suscitées par des interrogations contemporaines, comme celles concernant l’environnement, nourrissent aussi aujourd’hui, comme on le voit dans le troisième article, la réflexion archéologique. L’homme a façonné et transformé son environnement depuis des millénaires : comment ces transformations se sont-elles organisées et instituées ? De telles recherches imposent un véritable travail interdisciplinaire, c’est l’un des apports, pour aujourd’hui, de ce type d’entreprise, puisque s’y entremêlent des enjeux de dynamique sociétale et de dynamique environnementale.

5Il importait également dans ce numéro de souligner le rôle de l’archéologie préventive en France depuis les années 1970. Son développement rapide, présenté dans le quatrième article, est associé à l’ampleur des travaux d’urbanisme actuels (autoroute, réseaux ferrés, etc.). Cette archéologie a permis de mettre en valeur des sites tant anciens que modernes (archéologie industrielle) et a favorisé dans certaines régions le développement de l’industrie touristique.

6L’ensemble de ces recherches, indépendamment de leurs réussites, suscite cependant quelques interrogations épistémologiques sur lesquelles il me semble intéressant de m’attarder un peu.

  • 1 Voir par exemple « Une base de la Luftwaffe découverte près de Caen. Des fouilles ont révélé une in (...)

7L’archéologie, en tant que technique d’investigations et de recherche des vestiges, porte tout autant sur des périodes très anciennes que sur des très récentes : de la pierre taillée aux installations militaires de la Seconde Guerre mondiale par exemple1. Or, dans le premier cas, celui de la pierre taillée, aucun texte ni document ne livre le sens des tâches accomplies et de leur insertion dans le cadre de pensée du tailleur de pierre et de sa communauté, alors que dans le second, celui de la guerre de 1940 (cela est vrai pour toute la période historique), les sources, documents et archives sont présents et parfois en grand nombre pour appréhender l’enchevêtrement conceptuel qui a présidé à l’élaboration de tel ou tel objet ou lieu. La situation présentée est donc bien différente dans les deux cas, quoiqu’il importe toujours, car les choses ne sont pas simples de se garder de tout anachronisme dans l’interprétation et la signification du rôle des objets découverts et du sens des pratiques mises en œuvre pour les élaborer.

  • 2 Pour plus de précisions sur ces questions, voir mon livre, Critique de l’histoire des sciences, Par (...)

8Prenons un exemple : l’introduction du terme de « technique ». On trouve ce terme, tant dans les études relatives aux périodes préhistoriques que dans celles portant sur les périodes modernes et contemporaines. Cela donne à ce terme, omniprésent, une dimension quasi intemporelle et l’associe a priori à l’idée d’un progrès continu sur la longue durée menant jusqu’à nous. Une telle représentation ne va pas de soi car elle présuppose que le rapport au monde qui nous entoure – disons à la nature ou plutôt à l’idée que les hommes s’en font à chaque époque – a gardé un sens et une configuration identique. Il n’en n’est pas ainsi. L’idée de la nature, conçue, par exemple, par les anciens Grecs comme une entité douée de son propre principe d’évolution est, par cela, totalement séparée de la pratique des arts (les « techniques ») et de la construction de machines (il en est globalement de même à l’époque médiévale). Cette conception est fort éloignée de la nôtre puisque nous confondons la nature, via sa mathématisation, précisément avec les arts (toujours les « techniques » mais avec un sens différent) de telle sorte que notre idée de la nature se réduit, depuis le XVIIe siècle, à une machine (la fameuse horloge du grand horloger) ou au XIXe siècle à celle d’un réservoir pour y puiser de l’énergie2.

9Que savons-nous de la conception de la nature que se faisaient nos ancêtres préhistoriques, conception qui ne peut être ni celle des Grecs, ni a fortiori la nôtre, lorsqu’on introduit dans la description de leurs activités le terme de « technique » ? En quel sens peut-on introduire ce terme de « technique » dans le contexte de la préhistoire ? Il me semble, c’est le point essentiel qu’il importe de ne jamais perdre de vue, que la « technique » qui est développée par telle ou telle société est toujours un corrélat de l’idée qu’elle se fait de la nature et de la manière dont elle définit, par là même, son rapport à cette idée de nature et à sa façon d’y vivre et d’y agir, comme en témoignent d’ailleurs aussi les études ethnologiques: il n’y a pas « La  technique », mais autant de façons d’intervenir dans le monde qu’il y a de conceptions différentes de la nature et du rapport que les êtres humains ont construit avec elle. Il y a des « techniques », par exemple, du respect, de l’astuce, de l’identité et, comme actuellement de l’exploitation et de l’extractivisme.

10Il convient donc d’être prudent et circonspect dans l’usage du mot « technique » et de l’inscrire toujours dans l’idée de la nature conçue par ceux qui forment le groupe ou la société. Sinon, le risque d’anachronisme est total et on en vient à confondre un travail très ancien avec une tâche contemporaine parce qu’on oublie que les « techniques » mise en œuvre dans ce travail et cette tâche ne peuvent prendre leur signification et le sens de leur fonction qu’après qu’ont été définis les contextes conceptuel, intellectuel et de croyance par lesquels se trouve introduit l’idée spécifique adaptée à la société de « technique ».

11Un autre point apparaît délicat. Le foisonnement des nouvelles démarches de l’archéologie actuelle fournit une multiplicité de données. Ces dernières vont devenir de plus en plus difficiles à maîtriser et à synthétiser. Or, l’archéologie ne doit pas se contenter d’être une simple collection de spécialités techniques. Il convient de construire l’histoire, de la rendre explicite, signifiante et intelligible, sans l’abandonner à l’émiettement technique. L’horizon historique et conceptuel doit, quoiqu’il arrive, être englobant et prépondérant.

12Cet effort de construction historique s’exprime d’ailleurs dans un autre registre, celui de la physique, au travers de deux des Varia qui viennent compléter le dossier : celui de Jean-Christophe Pain remet en lumière un savant méconnu, Georges Sagnac (1869-1928), tandis que Thiên Nga Lê s’est livrée à une reconstitution minutieuse du parcours d’un laboratoire, celui de physique de la matière condensée de l’École polytechnique. Les lecteurs découvriront aussi, avec autant de plaisir que nous lorsque nous avons recueilli son témoignage, un long entretien avec le lexicologue et « dicopathe » Jean Pruvost.

13Je vous souhaite donc une belle et enrichissante lecture !

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple « Une base de la Luftwaffe découverte près de Caen. Des fouilles ont révélé une installation de l’armée allemande à l’architecture inconnue », Le Monde, 12/13 juillet 2020.

2 Pour plus de précisions sur ces questions, voir mon livre, Critique de l’histoire des sciences, Paris, CNRS Éditions, 2017

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Editorial »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 120-122.

Référence électronique

Michel Blay, « Editorial »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4688

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l'histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search