Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2DOSSIER : L'Archéologie entre l'h...Introduction

DOSSIER : L'Archéologie entre l'humain et les espaces

Introduction

L’archéologie aujourd’hui : comment saisir innovations et inventions des sociétés humaines dans leurs rythmes et leurs espaces ?
Pierre Rouillard
p. 123-124

Texte intégral

1L’archéologie, étude du passé, histoire et science tout à la fois, s’inscrit dans une durée de plus en plus longue. Les traces de l’existence de l’homme, de son habitat à sa sépulture, d’un atelier de production au bateau qui transporte cette production, sont autant de témoins que l’archéologue cherche à reconnaître, à identifier et à comprendre. Les étapes franchies par la recherche en archéologie au fil des trente dernières années sont multiples ; en témoignent plusieurs entreprises récentes de bilans des développements de la recherche en ce domaine présentés dans des fascicules de revues (cités in fine) ou dans une synthèse comme « Une histoire des civilisations » (Paris, 2018). Tous les aspects de ces recherches ne peuvent être abordés ici et nous avons privilégié quelques domaines, la recherche sur l’humain et la prise en compte d’espaces de plus en plus vastes.

2Il convient de souligner combien le cadre institutionnel et le milieu ont changé, avec un effectif d’archéologues qui, en France, a considérablement augmenté : aux centaines de chercheurs des services archéologiques du Ministère de la Culture, du CNRS et de quelques Universités, se sont ajoutés, depuis une génération, plus de 2200 agents de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) et ceux des collectivités territoriales. Et il est loin le temps du (probable) premier article du journal Le Monde sur un chantier archéologique qui, en 1968, contait les mésaventures de la fouille du secteur de la place de La Bourse à Marseille. Au départ de ces évolutions, il y a une prise de conscience de l’ensemble de la société et un profond changement dans la formation des archéologues. À partir des années 1970 on a assisté à un phénomène de professionalisation des archéologues : l’université de Paris I et plusieurs autres universités ont mis en place une formation spécifique à l’archéologie et à la préhistoire. En témoigne la multiplicité des spécialités dont nous présentons ici quelques exemples, des spécialités qui sont réunies dans bien des chantiers de fouille : au delà de l’aspect convivial de la recherche sur le terrain, un chantier de fouille devient un véritable laboratoire in situ.

3Relevons les premiers acquis. Le tout premier est l’approche interdisciplinaire, qui se situe dans la deuxième moitié du XXe siècle. Au fil de ces décennies les spécialités mises en œuvre dans la recherche archéologique sont de plus en plus nombreuses associant anthropologues, archéozoologues, archéobotanistes, géoarchéologues, archéothanatologues, paléodémographes, physiciens spécialistes du C14, chimistes, généticiens, dendrochronologues : elles se réunissent pour fournir autant d’outils désormais « naturels ». Les interactions société et milieu sont alors une quasi norme de toute enquête archéologique. Les outils numériques se sont imposés par nécessité face à la masse des informations, dans les mêmes temps, surtout à partir des années 1980. Une première étape a été constituée avec des systèmes d’information archéologiques ; mais la France est là, comme dans d’autres domaines, divisée en deux, avec au nord un système « ArchéoData » élaboré par les collègues travaillant à Bibracte et dans le Sud le « SysLat » conçu pour l’étude du site de Lattes (Hérault), mais qui a connu un grand succès auprès des archéologues de la région méditerranéenne, le sud de la France, mais aussi la Catalogne et bien des régions italiennes. Aujourd’hui presque tous les programmes archéologiques comportent un volet « 3D » qui assure une excellente qualité de relevé et le clone numérique facilite ensuite de multiples études.

4Longtemps le nom d’un archéologue a été associé (et l’est encore parfois…) à celui d’un site ; on parlait de « l’oppidum de monsieur X », son étude étant souvent conduite en comparaison avec les sites contemporains voisins. Désormais, avec l’archéologie spatiale, la perspective est ample. Les SIG (Systèmes d’information géographique) ont décuplé les possibilités de traitement et de synthèse des données pour les formuler graphiquement. Et parmi les données, on compte notamment celles fournies par un nouvel outil, le LIDAR (light detection and ranging) qui permet d’enregistrer rapidement des témoignages de paysages et de structures anciens sur de vastes espaces restés inaccessibles sous le couvert végétal.

5La politique d’archéologie préventive a comme première vertu de suivre l’histoire de l’occupation du territoire sur la longue durée et de révéler la densité de cette occupation au fil des millénaires. Ayant mis au jour de vastes espaces dans les centres urbains réaménagés pour mettre en valeur telle ou telle construction antique, cette pratique livre à tous les publics des pages entières de centres historiques, comme à Tours.

6L’humain est au centre de la plupart des travaux, davantage en préhistoire que pour les périodes historiques : composition des groupes (hommes/femmes, adultes/enfants), cadre de vie, mode de subsistance, choix et comportements alimentaires, savoir-faire deviennent accessibles dans leurs environnements, dans leur quotidien, dans leurs migrations (grâce à la paléogénomique), dans leurs pratiques funéraires.

  • 1 Laurent Flutsch, Futur antérieur, Trésors archéologiques du 21e siècle après J.C., p. 107 (Catalogu (...)

7Longue durée (très longue durée…), vastes espaces occupés par des sociétés humaines évoluant en dialogue avec la nature et se déplaçant par étapes, et ce depuis la préhistoire, sont les enjeux de l’archéologie tels qu’ils se dessinent depuis un trentaine d’années. Avec l’ardente obligation de la valorisation de la recherche : c’est le cas, par exemple avec ce que fait l’INRAP, en organisant avec les équipes des différentes régions les Journées nationales de l’Archéologie depuis 2010, complétant ainsi toutes les réalisations de musées et d’aménagement de sites. Mais sachons aussi, au moins un instant, faire pivoter notre regard : que restera-t-il de nous dans 2000 ans ? Lira-t-on un « nain de jardin » « portant longue barbe et bonnet comme un « haut personnage , notable ou plus vraisemblablement prêtre dont la physionomie bienveillante souligne la fonction protectrice ….. »1.

Haut de page

Bibliographie

- De Beaune , S. et Francfort, H.-P. (dir.), L’archéologie à découvert, Cnrs éditions, 2012.

- Demoule (J.-P.), Garcia (D.) et Schnapp, (A.) (dir.), Une histoire des civilisations, Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances, La Découverte-Inrap, 2018.

- Archéologie, entre ruptures et continuités, dans Culture et recherche, n° 139, 2019.

- Averbough, A. et Karlin, Cl. (dir.), Les nouvelles ont 40 ans ! , dans Les nouvelles de l’archéologie, n° 157-158, 2019.

Haut de page

Notes

1 Laurent Flutsch, Futur antérieur, Trésors archéologiques du 21e siècle après J.C., p. 107 (Catalogue de l’exposition, Musée romain de Lausanne-Vidy, 2002-2003).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rouillard, « Introduction »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 123-124.

Référence électronique

Pierre Rouillard, « Introduction »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4690 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4690

Haut de page

Auteur

Pierre Rouillard

Directeur de recherche émérite au CNRS, UMR 7041, ArScAn, Maison archéologie et ethnologie, René-Ginouvès, conseiller scientifique du labex Les passés dans le présent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search