Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2DOSSIER : L'Archéologie entre l'h...Trois décennies de recherche : un...

DOSSIER : L'Archéologie entre l'humain et les espaces

Trois décennies de recherche : une archéologie préhistorique plus proche de l’humain.

Three decades of research : prehistoric archaeology closer to humans.
Catherine Perlès
p. 125-138

Résumés

La préhistoire du XXI ème siècle n’est plus une discipline désincarnée ou livresque mais pluridisciplinaire. Elle fait revivre des hommes, des femmes en société qui se sont adaptés à plusieurs changements de climat pendant des millénaires.

Haut de page

Texte intégral

Jacques Pelegrin, Patrick Pion et Gérard Slabodsky m’ont fait profiter de leurs commentaires sur une première version de ce texte, et je les en remercie. Je remercie également Michèle Ballinger, Nicole Mallet, Christian Verjux, Jacques Pelegrin et Jean Vaquer pour les illustrations qu’ils m’ont généreusement fournies.

Introduction

1Rendre compte en quelques pages seulement des développements de l’archéologie préhistorique au cours des deux ou trois dernières décennies est tâche impossible. Il n’est pas excessif, en effet, de dire que l’archéologie préhistorique, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, n’a plus grand chose à voir avec ce qu’elle était il y a trente ans. Le panorama que nous pouvons en présenter est donc nécessairement partiel. Il est également partial, dès lors qu’il reflète forcément les centres d’intérêt et d’expertise de l’auteur. Cependant il s’appuiera sur des exemples issus de périodes et d’aires géographiques variées, en suivant un fil thématique plutôt que chronologique.

  • i Compte tenu de l’ampleur et de la diversité des thèmes abordés, il est exclu de fournir une bibliog (...)

2Ces réserves apportées, soulignons d’emblée un acquis essentiel, et qui concerne peu ou prou toutes les périodes préhistoriques : grâce à des moyens analytiques sans commune mesure avec ceux qui étaient disponibles il y a quelques décennies, nous disposons maintenant d’une vision extraordinairement plus précise de la composition des groupes, de leur base de subsistance, de leurs traditions techniques, de leur quotidien. La Préhistoire n’est plus cette discipline désincarnée, à tendance taxinomiste ou strictement environnementaliste, qu’elle fut naguère. Les « groupes » ou « sociétés » préhistoriques ne sont plus des entités indifférenciées et abstraites. Ils s’animent, se composent d’adultes, d’enfants et d’adolescents, de femmes et d’hommes, qui se partagent différemment les tâches du quotidien, possèdent des statuts différents selon les groupes, apprennent et enseignent, s’alimentent autrement qu’en consommant un ratio journalier de kilocalories… Les bases d’une paléo-histoire (Valentin 2008), d’une paléo-sociologie, d’une préhistoire de l’enfance et d’une préhistoire du genre (Bolger 2013) sont ainsi poséesi. Et grâce aux datations par dendrochronologie et l’utilisation des modèles dits bayésiens pour les dates par radiocarbone, c’est à l’échelle d’une génération que, dans des conditions propices, cette histoire peut être écrite (Whittle 2011).

3Les données sur les variations climatiques anciennes ont été considérablement précisées grâces aux carottages dans les calottes glaciaires et dans les lacs par l’analyse des isotopes de l’oxygène, qui reflètent les paléo-températures. En parallèle, la perception de la relation entre ces groupes et l’environnement dans lequel ils évoluaient a été radicalement transformée : l’environnement n’est plus soit le décor neutre sur lequel agit l’humain (perspective française), soit, au contraire, le déterminant contraignant qui s’impose aux choix techniques et économiques des groupes humains (perspective anglo-saxonne). Les nouveaux concepts d’« écodynamisme », de systèmes « socioécologiques », de « natureculture », sont témoins d’une conception nouvelle selon laquelle l’homme et le milieu naturel interagissent en permanence et sont en coévolution.

L’apport des données de terrain

4Abordons très brièvement la phase de terrain. Trois points peuvent être soulignés : une attention accrue à la qualité des contextes, le développement des fouilles de grande surface, et un renouveau dans l’approche des monuments funéraires néolithiques.

5La prise en compte des problèmes taphonomiques dans l’évaluation de la qualité des contextes, tant lors des fouilles récentes (choix des échantillons prélevés pour analyses) que pour les stratigraphies anciennement fouillées, conduit à réévaluer les chronologies et les associations entre vestiges, notamment pour les périodes de transition telles que les transitions Paléolithique moyen/Paléolithique supérieur, ou Mésolithique/Néolithique. C’est lors de la phase dite Châtelperronienne, au début du Paléolithique supérieur, que se développent en Europe les industries de pierre taillée laminaires, les industries en os, en bois de cervidés et en ivoire, pour la parure. Des débats acrimonieux qui ont eu lieu au sujet de leur auteur, Homme de Neandertal ou Homme moderne, nous ne retiendrons que la contribution la plus récente, fondée sur un tel réexamen stratigraphiques et spatial : la réfutation de l’association entre industrie châtelperronienne et Homme de Neandertal dans la grotte de Saint-Césaire (Gravina et al. 2018), ce qui repose de façon aiguë le statut de cette phase, la plus ancienne du Paléolithique supérieur et la question de son auteur.

6Le développement des fouilles sur de grandes surfaces, grâce aux opérations préventives, a renouvelé la perception des sites de plein air du Paléolithique moyen au Mésolithique, en en démontrant l’ampleur parfois insoupçonnée, la diversité des structures — postes de taille du silex, zones de boucherie, zones d’habitat — et en permettant d’appréhender les zones « vides », ou de moindre densité, qui constituent la trame unissant les différentes zones d’activité. Pour le Néolithique, c’est l’organisation de la trame villageoise, des minières ou des enceintes qui sont ainsi révélées (e.g. Pelegrin & Richard 1995, Thirault et al. 2016). Ailleurs, ce sont des sites d’une nature jusqu’alors inconnue qui sont mis au jour, tels les « champs de fosses » rituels de Thrace bulgare, les vastes « sites plats » du Nord de la Grèce, là ou seuls des tells ou monticules étaient repérés, voire des ensembles culturels encore ignorés comme les sites lacustres du bassin d’Amindeon, également en Grèce du Nord. Si les contraintes temporelles et financières imposent de plus en plus d' ajustements dans les techniques de fouille et de relevé, le principe reste identique à celui qu’avait posé A. Leroi-Gourhan dans les années soixante : recouvrer le maximum de témoins des occupations anciennes, préciser leurs relations spatiales et stratigraphiques, comprendre l’organisation de l’espace.

7En revanche, les fouilles - en général programmées - des monuments néolithiques, et notamment des tumulus, ont connu un véritable changement de paradigme inspiré des méthodes de l’archéologie du bâti médiéval. L’accent, de nos jours, porte moins sur le ou les caveaux funéraires qu’ils masquent que sur le tumulus lui-même. Ces monuments, qui étaient perçus comme des masses statiques et peu organisées, révèlent un degré de planification inattendu, des savoir-faire spécialisés et des biographies très complexes, comprenant plusieurs phases de remaniement et de transformation (e.g. Laporte et al. 2011). Ce qui restitue au monument son véritable statut de monument, et à ses bâtisseurs le statut de véritables ingénieurs.

8Si une part non négligeable du renouvellement de nos connaissances sur les sociétés préhistoriques est redevable à la multiplication des fouilles préventives et la découverte de sites majeurs, tels la grotte Chauvet (Delannoy & Geneste, sous presse), le site Gravettien d’Amiens-Renancourt et ses statuettes féminines en craie (Paris et al. 2017), les sites monumentaux du Néolithique précéramique au Proche-Orient (Stordeur 2015), il est aussi fortement lié aux développements méthodologiques de la discipline, à de nouveaux outils pour ‘faire parler’ les vestiges.

Technologie lithique, savoir-faire et apprentissage

9L’approche technologique en est un excellent exemple. À considérer l’outil non plus seulement sous sa forme finie mais, au travers du processus de production, comme l’aboutissement et la matérialisation de toute une série d’options économiques, sociales, méthodologiques et techniques, ce sont les domaines de la cognition, de l’apprentissage, de la transmission des savoirs, de la spécialisation artisanale, qui nous ont été ouverts.

10Initiée dans les années 80 par les équipes de A. Leroi-Gourhan et J. Tixier, l’approche technologique française, fondée sur la notion de chaîne opératoire, s’est d’abord développée dans l’étude des industries lithiques taillées (Audouze et al. 2018, Tixier [1978] 2012). L’identification de modalités de production des outillages lithiques de plus en plus diverses permet aujourd’hui d’appréhender avec finesse différentes conceptions des chaînes opératoires, en d’autres termes, différentes façons qu’ont eu les préhistoriques de répondre au problème : comment produire un outillage diversifié à partir d’une ou plusieurs matières premières ?

11Dès les périodes les plus anciennes, comme l’a démontré le site de Lokalelei 2C au Kenya, certains hominidés avaient intégré les notions de planification dans l’exploitation des matières premières et la conduite des débitages, ainsi que des règles techniques permettant une forte productivité par bloc. Les contrastes dans les facultés cognitives et la maîtrise neuro-motrice entre Lokalelei 2C et les sites contemporains, il y a plus de 2 millions d’années (Tableau 1), révèlent une diversité des comportements, voire des compétences, naguère inimaginables et qui contredit dès l’origine un schéma d’évolution continu et linéaire de la taille de la pierre dans le Paléolithique très ancien (Delagnes & Roche 2005).

Tableau 1 : Tableau chronologique synthétique et principaux sites mentionnés dans le texte.

12L’évaluation des compétences mises en oeuvre dans la taille de la pierre peut s’appuyer sur les avancées de la psychologie cognitive et sur des expérimentations spécifiquement conçues, qui mettent en lumière, par exemple, l’activation de zones cérébrales différentes selon que l’on a affaire à un débitage simple ou complexe, ou bien l’acquisition progressive de la perception volumétrique et de la maîtrise gestuelle chez les jeunes enfants (Roux & Bril 2005 ; Stout et al. 2008). Ces données confortent les observations faites directement sur le matériel archéologique, et dont les interprétations s’appuient sur les acquis d’expérimentateurs contemporains. Comme toute activité technique, la taille de la pierre nécessite des connaissances et un savoir-faire, les premières pouvant être acquises plus rapidement que les seconds (Pelegrin 1991). Evalués chacun selon une grille progressive, ces deux aspects permettent de définir différents stades dans l’apprentissage de la taille, depuis l’enfant qui imite maladroitement les adultes jusqu’aux tailleurs les plus expérimentés. Ainsi, dans la dernière décennie, la prise en compte de deux facteurs trop longtemps ignorés, l’état technique des pièces et l’importance des débitages d’apprentis a permis d’affiner la définition des objectifs techniques et de réévaluer le caractère ‘expéditif’ de certains ensembles, en réalité quelque peu défigurés par la quantité importante de restes malhabiles provenant de jeunes qui s’entrainaient à la taille (Klaric 2018). La présence de ces derniers souvent en nombre dans la plupart des séries paléolithiques étudiées sous cet angle, a des implications importantes en termes de composition et de mobilité des groupes : loin du modèle de mobilité dit logistique, avec un camp de base de longue durée autour duquel s’organisent des sites spécialisés, elle conduit à envisager le déplacement réguliers de groupes entiers, hommes, femmes et enfants, suivant les ressources saisonnièrement disponibles, et emportant avec eux un « outillage de voyage » constitué de supports d’outils et d’outils spécialement conçus pour ces déplacements (Fig. 1).

Figure 1 : Familles magdaléniennes se déplaçant d’un campement à l’autre.

Dessin original de Michèle Ballinger.

Circulation des hommes, circulation des outils

13L’inscription de la chaîne opératoire de production et d’utilisation des outils dans le temps et l’espace permet en effet de définir la segmentation des activités de taille, bien plus fréquente qu’on aurait pu le penser, entre différents postes de taille, différents moments, parfois différents individus (e.g. Julien & Karlin 2014). Dans l’espace du campement, elle montre également que la place des apprentis diffère selon les groupes, tantôt relégués à la périphérie, tantôt aux côtés des plus aguerris. Au plan régional, la segmentation des phases de production, entre les sources de matières premières et le ou les sites de chasse et d’habitat, permet de préciser l’aire de mobilité des groupes. Elle démontre également, dès le Paléolithique inférieur, différentes stratégies de gestion des outils, à usage bref ou au contraire prolongé, destinés à une utilisation locale ou à être transportés, variant selon la qualité de la matière première et la fonction des outils (Meignen et al. 2009). En parallèle, la constitution de « lithothèques » régionales ou nationales, systématiques, appuyées sur de nouvelles approches en pétrographie (Fernandes et al. 2013), donne des assises plus sûres à l’étude de la circulation des matières premières, que celles-ci accompagnent les déplacements de groupes mobiles, qu’elles témoignent d’interactions entre groupes néolithiques et chasseurs-collecteurs mésolithiques (Binder et al. sous presse) ou qu’elles soient distribuées par des tailleurs itinérants. Une augmentation sensible des aires d’approvisionnement, direct ou par échanges, peut ainsi être mise en évidence du Paléolithique ancien au Paléolithique récent, témoignant à la fois d’une mobilité accrue des groupes de chasseurs-cueilleurs et d’exigences accrues pour la qualité des matières premières qu’ils exploitaient (Féblot-Augustins 2009).

14L’organisation de la production change au Néolithique, avec l’apparition de producteurs spécialistes. Au cours de ces trente dernières années, plusieurs études intégrées ont été menées sur de grands réseaux de distribution de productions néolithiques spécialisées, en particulier de produits lithiques. Le projet « JADE », sur les haches en « jade » des Vème et IVème millénaires, dirigé par P. Pétrequin (Pétrequin et al. 2012, 2017), en a ainsi redécouvert les gisements d’origine et caractérisé les matières premières, permettant d’en dresser un inventaire après identification vérifiée par analyse pétrographique et éléments traces. Le résultat est impressionnant : ces « haches », de forte valeur symbolique et souvent surinvesties (surpolissage, perforation) se sont retrouvées dans la majeure partie de l’Europe occidentale, jusqu’en Ecosse… D’autres programmes se sont attachés à la diffusion, dans tout le Sud de la France et jusqu’en Catalogne espagnole, des nucléus traités thermiquement en silex du Mont Ventoux, à celle de grandes lames « poignards » de Touraine jusqu’en Suisse et aux Pays-Bas (Figs. 2 et 3), à celles des obsidiennes de Méditerranée occidentale et orientale et à bien d‘autres diffusions d’ampleur régionale, attestées dès le Néolithique ancien (nord France et Belgique, Gargano en Italie, etc). Outre les échanges de proche-en-proche, une redistribution à partir de centres récepteurs, tout comme le déplacement de tailleurs spécialistes, ont pu être mis en évidence. La précision de ces études est parfois surprenante : on a pu suivre un tailleur spécialiste du Bassin parisien venant débiter des lames dans deux sites du Hainaut belge, en parallèle avec la redistribution de site à site de lames en silex importé (Denis 2017). De façon générale, il en ressort la polysémie de ces échanges, où semblent dominer selon les cas, l’intérêt fonctionnel de produits « optimisés », une valeur d’échange sans justification techno-économique, une forte valeur d’affichage symbolique ou sociale…

Figure 2 : Carte de distribution des poignards en silex du Grand-Pressigny sur lame extraites de nucléus « en livre de beurre ».

Cartographie S. Weisser. D’après N. Mallet, J. Pelegrin et C. Verjux 2019, avec leur aimable autorisation.

Figure 3 : Poignard sur lame du Grand-Pressigny de la grotte sépulcrale de Rousson (Gard), conservé au Muséum d’Histoire Naturelle de Nîmes. Il mesure 230 mm de long et 33 mm de large.

Cliché et infographie J. Vaquer.

L’élargissement du spectre des approches technologiques

15Lors des dernières décennies, l’approche technologique a également été fortement développée dans d’autres domaines : industries en matières dures animales, céramique, parures de pierre et de coquillage, art pariétal, métallurgie… Tous, bien évidemment, supposaient eux aussi un apprentissage des principes et des pratiques, et des productions d’apprentis ont été mises en évidence récemment dans des sphères où ce thème n’avait jamais été abordé, tels que la parure et l’art mobilier.

16Des résultats particulièrement intéressants ont été obtenus avec la céramique, et plus particulièrement la poterie (Roux 2016). La poterie a en effet été traditionnellement le marqueur utilisé pour définir les ‘groupes culturels’ du Néolithique. En réalité, non pas tant la poterie que ses décors, lorsqu’ils sont présents, et, dans une moindre mesure, les formes. Or il convient, là-encore, de distinguer les connaissances et les savoir-faire. Tant les formes que les décors relèvent du registre des connaissances, qui peuvent être assimilées sans difficulté par une rapide observation visuelle, et (presque) aussi aisément reproduites à l’identique par quiconque, qu’il ou elle appartienne à la communauté ou soit un parfait étranger. Elles sont donc de piètres indicateurs des « communautés de pratique » ou des « lignages d’apprentissage », à l’inverse des dégraissants ajoutés, des modalités de montage et de traitement des surfaces, invisibles à l’observateur extérieur. Il est dès lors possible de différencier les similitudes qui relèvent réellement de traditions techniques partagées et celles qui relèvent d’emprunts ou d’imitations. Tout récemment, l’étude de dégraissants ou de techniques de montage a ainsi permis d’identifier le déplacement de groupes de colons néolithiques sur plusieurs centaines de kilomètres (Gabriele et al. 2019 ; Gomart et al. 2017). Sur le plan diachronique, on peut de même mettre en évidence des parcours différents dans la diffusion et l’évolution des techniques et des décors (Binder et al. SPF sous presse). À cet égard, il faut souligner l’importance des travaux d’ethnoarchéologie, particulièrement développés sur les productions céramiques. Ils valident le fait que l’apprentissage et la transmission des techniques constituent des marqueurs forts de l’appartenance à une communauté de pratique (qui, sur le plan sociologique, peut varier de la famille à la caste spécialisée) et permettent à l’archéologue de mettre en évidence des traditions techniques qui correspondent effectivement à des groupes ou sous-groupes culturellement proches. Ils permettent en outre de mieux comprendre les mécanismes d’emprunt et de refus d’emprunt entre communautés voisines, tant pour les techniques que les décors (Roux et al. 2017).

De multiples analyses physico-chimiques pour la caractérisation des matériaux

  • ii Ces analyses font appel à de nombreuses techniques, utilisées seules ou couplées, essentiellement f (...)

17Les connaissances des techniques anciennes ne se limitent plus aux matériaux traditionnels, pierre, céramique et os, dont les modalités de travail peuvent être appréhendées macroscopiquement. Les avancées dans la caractérisation des matériauxii par la physique et la chimie ont ouvert de nouveaux champs à l’étude des technologies préhistoriques, l’étude des savoirs techniques, qui s’avèrent bien plus précoces qu’on ne le pensait naguère. 

18On sait ainsi que des emmanchements à base de brai de bouleau étaient réalisés il y a près de 200 000 ans en Europe, qu’il y a plus de 100 000 en Afrique des microlithes étaient emmanchés avec de la résine de Podocarpus mélangée à des grains de quartz et de l’os pilé, qu’ailleurs on préférait un mélange de résines végétales et d’ocre (e.g. Charrié-Duhaut et al. 2013 ; Mazza et al. 2006)… On sait également que des colorants étaient obtenus par chauffe de la goethite il y a plus de 150 000 ans, et que les occupants de Blombos, en Afrique du Sud, préservaient dans de grandes coquilles d’ormeaux une pâte colorante à base d’ocre, de fragments d’os pilés et chauffés pour en extraire la graisse, et de microcharbons de bois (Henshilwood et al. 2011). Le feu était également utilisé il y a plus de 150 000 ans pour façonner des bâtons à fouir, pour transformer par chauffe de la silcrete afin d’en améliorer les qualités à la taille et, opération plus délicate, pour traiter thermiquement le silex en Europe il y a peut-être plus de 60 000 ans. Le feu était peut-être aussi utilisé, il y a environ 100 000 ans, pour transformer la couleur des premières parures en coquillages.

19La caractérisation de ces matériaux très anciens a bouleversé les conceptions traditionnelles sur l’évolution des techniques et sur l’apparition des comportements symboliques : tous les éléments précités étaient en effet considérés comme l’apanage du Paléolithique supérieur et d’un « comportement moderne ». On sait désormais qu’ils apparaissent beaucoup plus tôt, aussi bien chez des Sapiens anciens d’Afrique que chez des néandertaliens d’Europe. Toutefois, certaines de ces innovations seront sans suite immédiate, et ne réapparaitront que des dizaines de millénaires plus tard. C’est le cas, par exemple, de la parure en coquillage, de la chauffe du silex ou des industries en os, dont des témoins très élaborés ont été mis au jour dans le Middle Stone Age d’Afrique (d’Errico et al. 2003). L’hypothèse classique d’un unique foyer d’invention technique à partir duquel l’innovation diffuserait urbi et orbi est donc clairement à rejeter.

L’alimentation : l’apport des analyses isotopiques

20Nombre de ces innovations techniques ont concerné, directement ou indirectement, la subsistance et l’acquisition des ressources alimentaires. Ces domaines de recherche qui étaient autrefois limités, faute de moyens analytiques adéquats, à de vagues estimations sur la base des restes animaux et, pour le Néolithique, des graines carbonisées, sont en plein essor. On dispose maintenant de connaissances de plus en plus précises sur l’alimentation et surtout sur la variabilité des choix alimentaires d’une forme humaine à l’autre (Hublin & Richards 2009), d’une région à l’autre, d’un individu à l’autre. Ces acquis illustrent clairement en quoi l’alimentation n’est pas exclusivement fonction des ressources disponibles mais également un choix culturel et un acte social (Ivanova et al. 2018).

21Les proportions de carbone 13 et d’azote 15 conservés dans le collagène des os et de la dentine permettent respectivement d’évaluer, sur des échelles relatives, la proportion de ressources d’origine terrestre ou marine et l’importance de la consommation de protéines animales. Les applications de ces analyses isotopiques ont été nombreuses, avec des résultats importants. Elles ont notamment confirmé que les néandertaliens, loin d’être d’occasionnels charognards comme l’affirmaient certains collègues anglo-saxons, consommaient, pour la plupart, des quantités importantes de viande de grands herbivores, tels que le renne, le rhinocéros laineux et le mammouth (e.g. Richards & Trinkaus 2009). Néanmoins, ils n’étaient pas exclusivement carnivores : l’étude des usures dentaires indique des différences régionales importantes dans la consommation de ressources végétales, d’autant plus importantes, semble-t-il, que l’environnement était plus boisé (El Zaatari et al. 2011). L’extraction d’ADN préservé dans des plaques dentaires de plusieurs néandertaliens européens confirme ce point : tandis qu’un individu de Spy (Belgique) consommait presque exclusivement du rhinocéros laineux et du mouflon, un autre à El Sidrón (Espagne) se nourrissait principalement de champignons, de pignons de pin et de mousses et utilisait déjà des plantes médicinales pour soigner ses affections dentaires et intestinales (Wayrich et al. 2017). Quelques dizaines de millénaires plus tard, la « Dame de Saint-Germain-la-Rivière », au Magdalénien, continuait à consommer des protéines animales en quantité, notamment de grands herbivores (Drucker & Henry-Gambier 2005). Toutefois, dans l’ensemble, l’alimentation des chasseurs-cueilleurs modernes du Paléolithique supérieur paraît plus diversifiée que celle des néandertaliens. Cette diversification des ressources augmente au cours de la période, sans être toutefois dépendante des fluctuations climatiques, auxquelles ces chasseurs-cueilleurs évolués ont pu s’adapter sans modifier substantiellement leur régime alimentaire (El Zaatari & Hublin 2014).

22De nombreuses études isotopiques ont été réalisées sur la transformation de la base de subsistance et des régimes alimentaires entre les derniers chasseurs-collecteurs du Mésolithique et les premiers agro-pasteurs néolithiques, notamment dans les régions proches des côtes. De manière générale, alors que les groupes mésolithiques consommaient en abondance les ressources marines, l’introduction d’une économie agro-pastorale se marque par un changement radical au profit des ressources terrestres, même dans les villages proches des côtes. Quelques régions toutefois font exception, telle que la Mer Baltique ou la Méditerranée occidentale (Salazar-Garcia et al. 2018).

23Ces ressources terrestres et leur mode de préparation peuvent être maintenant précisés. Des milliers d’analyses ont été réalisées depuis deux décennies en Europe sur les résidus organiques conservés sous forme d’imprégnation des parois ou de résidus carbonisés dans les poteries néolithiques. Elles permettent de séparer leur usage pour des laitages, des laitages fermentés, du fromage, des graisses de ruminants, de la graisse de porc, des poissons d’eau douce, des produits marins, du miel, des céréales ou des légumineuses.

24En couplant l’extraction et l’identification des lipides contenus dans les poteries et l’analyse du 13C dans les acides gras, on a pu ainsi récemment montrer que les toutes premières poteries japonaises, de la fin de Paléolithique supérieur, étaient utilisées quasi-exclusivement pour préparer des ressources aquatiques, marines et d’eau douce (Craig et al. 2013). Au Néolithique, certains pots de cuisson étaient utilisés pour y faire cuire indifféremment les produits animaux, sous quelle que forme qu’ils soient. À l’inverse, dans le Néolithique moyen de Dalmatie, le lait, la viande, le fromage et les produits laitiers fermentés étaient chacun préparés ou contenus dans des poteries de technique et de forme différentes (McClure et al. 2018). Mais la consommation de lait ou de ses dérivés n’est pas systématique au Néolithique : les produits laitiers sont rares par exemple en Grèce alors qu’ils sont très bien représentés dans le Nord-Ouest de l’Anatolie (Whelton et al. 2017). Une étude récente suggère d’ailleurs un gradient depuis le sud des Balkans vers la Hongrie, avec le passage de l’exploitation majoritaire de graisse adipeuse animale (ruminants et non-ruminants) vers des graisses d’origine laitière (Ethier et al. 2017).

25Tous les individus, au demeurant, n’ont pas accès de façon égale aux ressources alimentaires, et notamment carnées. Tandis qu’à Çatalhöyük en Anatolie centrale, au Néolithique hommes et femmes partagent le même régime alimentaire (Hodder 2006), plus à l’Est, à Çayönu les femmes consommaient moins de viande (Pearson et al. 2013). C’est également ce que l’on constate en Europe centrale, sur un échantillon important d’individus du Néolithique ancien : la consommation de protéines animales est plus importante chez les hommes que chez les femmes (Bickle & Whittle 2013).

26Ces mêmes isotopes apportent des éclairages tout aussi importants sur les conditions de culture des plantes et la gestion du cheptel. Ils permettent, en particulier, d’étudier l’apport en eau et l’utilisation du fumier animal pour amender les cultures dans le cadre de pratiques agricoles intensives. Des différences intéressantes apparaissent tant entre les régions qu’entre les espèces végétales elles-mêmes, notamment dans le cadre d’une gestion parcimonieuse d’une ressource qui exige un travail de manutention important et qui devait être limitée lorsque l’on ne disposait que de petits troupeaux de chèvres et de moutons (Bogaard et al. 2013). Ces derniers constituaient l’essentiel de l’apport carné dans les régions méditerranéennes au Néolithique, le bœuf étant réservé à des festins collectifs faute de pouvoir conserver la viande. Un exemple permettra d’apprécier l’apport remarquable des analyses isotopiques : à Makriyalos (Grèce du Nord), des restes très abondants de moutons, de porcs et de bovidés ont été mis au jour dans une vaste fosse, associés à des poteries décorées, toutes cassées. Les analyses du carbone 13, de l’azote 15, de l’oxygène 10 révèlent que le bœuf ne constituait pas une part importante de l’apport en protéines, et devait donc être consommé uniquement épisodiquement, lors d’évènements festifs. Ces bovins avaient eux-mêmes une alimentation plus variée que les chèvres et les moutons, démontrant qu’ils pâturaient sur des espaces plus éloignés du village et en particulier les marais côtiers. Enfin, les analyses de strontium révèlent que deux bovins étaient d’origine exogène et avaient donc dû être amenés spécialement en contribution à ces festins, ce qui suggère la présence de groupes provenant de régions assez éloignées (Vaiglova et al. 2018).

27Le strontium est en effet couramment utilisé maintenant pour cerner la mobilité des troupeaux — sauvages ou domestiques — comme ceux des hommes et des femmes. Utilisé notamment dans les importants cimetières du Rubané au Néolithique ancien, il révèle que les femmes sont plus souvent enterrées hors de leur lieu de naissance que les hommes, suggérant ainsi des règles d’exogamie au moins partielle et une virilocalité du jeune couple. En outre, parmi les hommes, ceux qui ont été enterrés avec une herminette polie, objet d’affichage, sont moins mobiles que leurs compagnons (Bickle & Whittle 2013), mais l’on sait depuis peu que des fractions de la communauté vivaient essentiellement hors du village, peut-être avec les troupeaux.

Le développement de la paléogénétique

28Les analyses sur la mobilité, le régime alimentaire et l’état de santé des individus peuvent, de nos jours, être couplées à des analyses génomiques. Les progrès méthodologiques dans l’extraction de l’ADN sur des squelettes anciens ont permis la multiplication des analyses génétiques, avec des résultats parfois surprenants. Le plus étonnant est sans doute la mise en évidence d’un nouveau groupe humain, les Dénisoviens, qui n’avaient pas été identifiés à partir des restes osseux (Reich et al. 2010), mais dont les gênes se retrouvent actuellement dans les populations du sud-est asiatique (Sankaraman et al. 2016). Les débats concernant l’hybridation potentielle de leur cousin néandertalien avec les hommes modernes ont également progressé grâce aux analyses génétiques, qui révèlent que les eurasiens actuels possèdent une petite partie de leur génome commun avec les néandertaliens. On ne peut plus contester que néandertaliens et hommes modernes se soient rencontrés (mais où et quand ?), qu’ils se soient fréquentés, même si les causes de la disparition des premiers restent énigmatiques.

29Pour des périodes plus récentes, l’archéogénétique a également mis fin aux débats acrimonieux sur l’origine du Néolithique en Europe. La réalité des migrations d’origine anatolienne et proche-orientale dans la mise en place d’une économie agro-pastorale ne peut plus être contestée y compris pour le courant de néolithisation du Rubané ancien que bien des spécialistes attribuaient à des populations locales acculturées. De ce fait, ces processus migratoires et la nature des interactions entre ces colons et les populations locales de chasseurs-cueilleurs peuvent devenir des objets d’étude pour eux-mêmes, y compris au travers de modélisations sophistiquées appelés modèles multi-agents (« agent based modeling ») (Cigielski & Rogers 2016).

30Si l’on ne peut nier qu’il existe encore de réelles difficultés à intégrer les données archéologiques et paléogénétiques, tout concourt à démontrer la diversité des processus mis en jeu, la multiplicité des phénomènes migratoires et de leurs origines, les différentes temporalités dans l’intégration des groupes locaux aux groupes de colons. L’image actuelle de la diffusion du Néolithique en Europe, riche et complexe, est devenue bien éloignée des interprétations dichotomiques, soit en termes d’une adoption de l’économie de production par les groupes mésolithiques européens, soit, au contraire, en termes d’une unique migration de colons originaires d’une unique région orientale (e.g. Perlès 2010). Ce sont au contraire des flux répétés, par voie maritime et par voie terrestre, que mettent en évidence tant les données archéologiques qu’archéogénétiques. De plus, le modèle d’une expansion continue, la « vague d’avancée », est mise à mal par l’observation d’avancées rapides entrecoupées de stases, et par les discontinuités spatiales des premières implantations néolithiques. Le choix d’environnements jugés appropriés, après de nécessaires reconnaissances (« scouting ») conduit à ce que l’on appelle maintenant des colonisations « en saut de grenouille ». Lors de ces avancées, l’assimilation de groupes locaux, ou plus précisément de femmes, semble avoir été plus importante dans les colonisations par voie maritime : il était difficile, dans des embarcations de dimension limitée et qui transportaient déjà animaux vivants et graines, de déplacer des communautés entières dans des expéditions qui présentaient nécessairement des risques importants. Au contraire, l’expansion par voie terrestre des Balkans vers l’Europe centrale puis occidentale, qui concernait essentiellement des zones peu favorables aux chasseurs-collecteurs, s’est d’abord faite de façon indépendante, avant que, quelques siècles plus tard, descendants des colons et chasseurs-cueilleurs ne s’intègrent dans des communautés mixtes. Sur les marges de ces zones de néolithisation initiale, des groupes autochtones ont eux aussi adopté, plus ou moins complètement, l’économie et le mode de vie néolithique, entraînant leur diffusion au sein de communautés proches et créant des foyers de néolithisation secondaires. Si l’on ajoute à ces phénomènes la nécessaire adaptation des cultivars et des espèces animales à des milieux naturels de plus en plus éloignés de leur milieu d’origine, il en résulte un paysage culturel et économique d’une très grande diversité, et dont la diversité ne fera que s’accroître au cours du Néolithique selon les trajectoires socio-politiques différentes de ces communautés agro-pastorales.

31Cette vision plus nuancée et plus complexe de la mise en place d’une économie agro-pastorale n’est pas uniquement le fait d’un changement de paradigme par la reconnaissance des mouvements de colonisation : elle résulte tout autant d’un changement dans la hiérarchie des données prises en compte. La céramique décorée n’est plus, loin s’en faut, le seul « marqueur culturel » permettant de suivre le déplacement des groupes que l’ on étudie aussi bien par les pratiques agricoles, les outils de moisson, l’approvisionnement en matières premières, les techniques de montage de la poterie… Ce qui nous renvoie à notre premier point, les avancées dans le domaine de la technologie…

Les comportements symboliques

32Les manifestations symboliques de ces groupes préhistoriques ont continué à fasciner les préhistoriens, et la littérature à ce sujet est pléthorique. Les interprétations sont trop diverses, voire divergentes, pour tenter d’en rendre compte. Nous nous en tiendrons donc à trois domaines qui témoignent d’un renouveau important des connaissances ou des méthodes. Le premier, déjà signalé, porte sur l’origine même des comportements symboliques dont les manifestations, il est vrai sporadiques, remontent maintenant à plus de 100 000 ans en Afrique et au Proche-Orient, et 50 000 ans en Europe où elles sont attribuables à l’homme de Néandertal.

33Le second concerne l’art pariétal du Paléolithique supérieur. Son approche a connu un véritable bouleversement, qui n’est pas sans rappeler celui que nous évoquions à propos des monuments funéraires néolithiques. Les parois peintes ou gravées dans les grottes ne constituent plus l’unique objet des investigations, isolées de leur contexte. Elles sont intégrées dans l’espace souterrain, sa topographie et ses caractéristiques, mais également à l’espace extérieur d’où proviennent les colorants et les outils qui en ont permis la réalisation. C’est à la naissance d’une véritable archéologie des grottes ornées à laquelle nous assistons (Paillet 2015), archéologie qui bénéficie de tous les acquis techniques mentionnés précédemment, et qui a pu être développée grâce à la découverte de grottes ornées exceptionnellement conservées en France (Cosquer, Chauvet, Cussac) et dans les Cantabres. La topographie d’origine de la grotte, les cheminements, le choix et l’accessibilité des parois, la détermination du l’âge et parfois du sexe de ceux qui ont laissé leurs empreintes, les échafaudages nécessaires, l’origine et la composition des matières colorantes, des différentes « recettes » utilisées dans les grottes, les restes animaux, les mouchages de torche, le bris intentionnel et les déplacements de concrétions, tout concourt désormais à restituer une image dynamique de la grotte ornée, régulièrement transformée par l’homme mais également par les animaux.

34Les relevés des figurations bénéficient des techniques les plus avancées : microtopographie, relevés 3D laser, photogrammétrie, radiations UV et infrarouge, filtrage différentiel et traitement informatique de l’image. On peut ainsi suivre avec une grande précision la technique et le geste de l’artiste, ses repentirs, et repérer parfois des oeuvres attribuées à une même main. De plus, les datations par spectrométrie de masse ont permis la datation directe des figurations au charbon de bois, établissant notamment l’âge particulièrement ancien de la grotte Chauvet et mettant à mal l’hypothèse d’une évolution de l’art paléolithique de l’abstrait vers le plus figuratif.

35Un troisième domaine qui a connu un renouvellement très important est celui de la symbolique des premières communautés néolithiques au Proche-Orient. Jacques Cauvin avait bouleversé les théories prévalentes sur les facteurs de la néolithisation en avançant que la ‘révolution néolithique’ était d’abord une révolution symbolique —la naissance des divinités— avant d’être une révolution économique. Selon lui, le panthéon était dominé par une divinité transcendentale féminine à laquelle était soumise des divinités masculines. La découverte ultérieure de grands sanctuaires du tout début du Néolithique sur le Moyen-Euphrate et en Haute-Mésopotamie a infirmé cette hypothèse : que ce soit à Jerf-El-Ahmar (Syrie) ou dans les exceptionnelles enceintes de Göbekli (Turquie), l’iconographie, très riche, met clairement l’accent sur la masculinité et la dangerosité des animaux figurés. La sphère féminine en est pratiquement totalement absente, et c’est auprès des foyers domestiques qu’il faut chercher les figurines féminines…

Conclusion 

36On l’aura perçu à travers ce qui précède : la pratique de l’archéologie préhistorique aujourd’hui est devenue véritablement pluri- et inter-disciplinaire. Les spécialités qui concourent à la recherche préhistorique sont maintenant très nombreuses et dépassent le cadre disciplinaire pour intégrer des anthropologues, des biologistes, des biogéographes, des chimistes, des physiciens, des informaticiens…De façon plus essentielle, ces approches multiples, autrefois simplement juxtaposées, sont intégrées à la problématique d’ensemble dès la conception du projet scientifique et tout au long de sa réalisation, nécessitant, inéluctablement, le recours à des financements bien plus importants qu’ils ne l’étaient il n’y a encore 20 ans (ANR, ERC, etc).

37Ceci a, bien évidemment, des conséquences importantes sur la maîtrise intellectuelle de la discipline. On pouvait encore, il y a trente ans, être simplement « un préhistorien », un(e) chercheur(e) intéressé(e) par le développement des sociétés préhistoriques depuis leur origine jusqu’à l’émergence des premiers états, capable d’intégrer dans sa réflexion l’ensemble des champs disciplinaires et chronologiques. Mais l’augmentation considérable des chercheurs de par le monde, en partie lié au développement de l’archéologique préventive, celles des spécialités auxquelles il faut faire appel, et celle, bien plus considérable encore, des publications, rendent maintenant cet objectif inatteignable. Une « spécialisation » s’impose. Pour les préhistoriens « culturalistes », il s’agit au moins d’une spécialisation chronologique, quand cette dernière ne se double pas d’une spécialisation thématique. Au risque de voir émerger des préhistoires, préhistoire du Paléolithique moyen, préhistoire du Paléolithique supérieur, préhistoire du Néolithique, etc., forgeant leurs propres concepts et leur propre terminologie, souvent dans l’ignorance de ce qui se fait pour les autres périodes. Comment alors restituer l’histoire des sociétés humaines dans sa continuité ? La préhistoire est une discipline handicapée par la disparition inéluctable de la majeure partie des données sur les sociétés qu’elle étudie. Il serait regrettable que, précisément parce qu’elle s’est donnée les moyens d’approcher de beaucoup plus près l’humain et ses modes de vie, elle perde de qui fait sa force, la possibilité d’analyser la dynamique des sociétés humaines dans la très longue durée.

38Oublions cette crainte, que l’on peut espérer non fondée, pour revenir au bilan très positif qui s’impose. Si l’on ne devait retenir qu’un seul point des développements de l’archéologie préhistorique dans les dernières décennies, il serait, à mes yeux, le même pour toutes les périodes : la complexité et la richesse de ces sociétés anciennes apparaissent de nos jours sans commune mesure avec les clichés simplistes hérités de Gordon Childe ou de l’évolutionnisme social anglo-saxon qui prévalaient encore il y a deux ou trois décennies. Ceci s’applique déjà au Paléolithique le plus archaïque et, plus encore, aux sociétés du Middle Stone Age et du Paléolithique moyen, du Paléolithique supérieur comme du Néolithique précéramique et céramique. De fait, les découvertes récentes en Afrique du Sud (parures, colorants, outillages en os, chauffe du silex au Middle Stone Age), la mise en évidence de débitages laminaires ou de possibles parures au Paléolithique moyen, l’art de la grotte Chauvet, les sépultures de la grotte ornée de Cussac, les bâtiments collectifs et sanctuaires du Néolithique précéramique, concourent tous à démontrer un point théorique essentiel : la dynamique des sociétés humaines ne s’inscrit pas dans un schéma continu et linéaire du simple au complexe. L’évolution des sociétés ne répond pas à un schéma cumulatif universel : elle est le produit d’innovations multiples dans le temps et l’espace, d’inventions parfois sans lendemain, d’emprunts et de refus d’emprunts, d’avancées lentes ou très rapides, de progrès dans un domaine associé à des régressions dans un autre…

39Les stratégies sociales et économiques, au moins depuis le Paléolithique moyen, sont d’une étonnante diversité, et se transforment sans que l’on puisse établir de trajectoire générale. Beaucoup semblent s’écarter des formes d’organisation socio-économique actuellement documentées, et posent, de ce fait, des problèmes d’interprétation passionnants. Ceci concerne aussi bien les sociétés de chasseurs-cueilleurs, dont les formes de mobilité et d’exploitation de l’espace ne répondent pas aux schémas initialement proposés, que les premières sociétés sédentaires, notamment celles du Néolithique précéramique au Proche-Orient, dont l’organisation tant économique que politique échappe à tout modèle historique. Mais il est clair, en tout état de cause, que la complexité, quel que soit le sens que l’on souhaite donner à ce terme, n’est pas le propre des sociétés inégalitaires et hiérarchisées. À ce titre, le concept d’hétérarchie a bien heureusement contribué à dépasser la dichotomie traditionnelle : non hiérarchisé/simple, hiérarchisé/complexe, et permis de mettre en évidence des organisations fondées sur la complémentarité de segments spécialisés de la société.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages généraux

Bon F., Préhistoire, la fabrique de l’Homme, Le Seuil, Paris, 2009.

Demoule J.-P., Naissance de la figure. L’art du paléolithique à l’âge du Fer, Folio Histoire, Paris, 2017.

Demoule, J.-P., Les dix millénaires oubliés qui ont fait l’histoire. Quand on inventa l’agriculture, la guerre et les chefs, Fayard, Paris, 2017.

Geneste, J.-M. & Valentin, B., Si loin, si près. Pour en finir avec la Préhistoire, Flammarion, Paris, 2019.

Guy, E. Ce que l’art préhistorique dit de nos origines, Flammarion, Paris, 2017.

Marchand, G., Préhistoire atlantique. Fonctionnement et évolution des sociétés du Paléolithique au Néolithique, Éditions Errance, Paris, 2014.

Teyssandier, N., Nos premières fois, éditions La ville brûle, Montreuil, 2019.

Teyssandier, N. & Thiébault, S. (dir.), Pré-histoires. La conquête des territoires, CNRS-Cherche-midi, Paris, 2018.

Références citées dans le texte

Audouze, F., Bodu, P., Karlin, C., Julien, M. Pelegrin, J. & Perlès, C. . Leroi-Gourhan and the chaîne opératoire approach : a response to delage. World Archaeology, 2018

https://doi.org/10.1080/00438243.2017.1416012.
DOI : 10.1080/00438243.2017.1416012

Bickle, P. & Whittle, A. The first farmers of Central Europe, Oxbow Books, Oxford, 2013.

Dinder, D. et al. (Sous presse) Bulletin de la Société Préhistorique Française.

Bogaard, A., Fraser, R., Heaton, T. H. et al.Crop manuring and intensive land management by Europe’s first farmers. Proceding of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) n° 110, p. 12589-12594. 2013

Bolger, D. A companion to gender archaeology, Wiley-Blackwell, Oxford, 2013.

Charrié-Duhaut, A., Porraz, G., Cartwright, C., Igreja, M., Connan, J., Poggenpoel, C. & Texier, P.-J. « First molecular identification of a hafting adhesive in the Late Howiesons Poort at Diepkloof Rock Shelter (Western Cape, South Africa). » Journal of Archaeological Science n° 40, 2013, p. 3506-3518.

Cigielski, W. H. & Rogers, J. D. « Rethinking the role of agent-based modeling in archaeology. » Journal of Anthropological Archaeology n° 41, 2016, p. 283-298.

Craig. O. E., Saul, H., Lucquin, A. et al.. Earliest evidence for the use of pottery. Nature n° 496, 2013, p. 351-354.

D’Errico, F., Henshilwood, C., Lawson et al. « Archaeological evidence for the emergence of language, symbolism, and music — An alternative multidisciplinary perspective » Journal of World Prehistory n° 17(1), 2003, p. 1-70.

Delagnes, A. & Roche, H. « Late Pliocene hominid knapping skills : the case of Lokalelei 2C, West Turkana, Kenya. Journal of Human Evolution n° 48(5), 2005 p.435-472.

Delannoy, J.-J. & Geneste, J.-M., Atlas de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris. (sous presse).

Denis, S. L’industrie lithique des populations blicquiennes (Néolithique ancien, Belgique) : organisation des productions et réseaux de diffusion. Petits échanges en famille, BAR International Series 2873, Oxford, 2017.

Drucker, G. G. & Henry-Gambier, D., »Determination of the dietary habits of a Magdalenian women from Saint-Germain-La-Rivière in southwestern France.« Journal of Human Evolution n° 49, 2005, p. 19-35

El Zaatari, S., Grine, F. E., Ungar, P. S. & Hublin, J.-J. » Ecogeographic variation in Neandertal diterary habits : Evidence from occlusal molar microtexture analysis.« Journal of Human Evolution n° 61, 2011, p. 411- 424.

El Zaatari, S. & Hublin, J.-J.. Diet of Upper Paleolithic modern humans : evidence from microwear texture analysis. American Journal of Physical Anthropology n° 153(4),2014, p. 570-581.

Ethier, J., Bánffy, E., Vukovi , J., Leshtakov, K., Bavvarov, K., Roffet-Salque, M., Evershed, R. P. & Ivanova, M. 2017. Earliest expansion of animal husbandry beyond the Mediterranean zone in the sixth millennium BC. Nature Scientific Reports n° 7(1), p. 7146. DOI :10.1038/s41598-017-07427-x

Féblot-Augustins, J. »Revisiting European Upper Palaeolithic raw material transfers : the demise of the cultural ecological paradigm ? « In B. Adams and B. S. Blades (eds), Lithic material and Palaeolithic societies, Wiley-Blackwell, Oxford, 2009 p. 25-46.

Fernandes, P., Raynal, J.-P., Tallet, P. et al. »Une carte et une base de données pour les formations à silex du sud de la France : un outil pour la pétroarchéologie.« Paléo n° 24, 2013, p. 219-228.

Gabriele, M., Convertini, F., Verati, et al.. »Long-distance mobility in the North-Western Mediterranean during the Neolithic transition using high resolution pottery sourcing.« Journal of Archaeological Science : Reports 28 2019, https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2019.102050

Gomart, L., Weiner, A., Gabriele, M., et al.. »Spiralled patchwork in pottery manufacture and the introduction of farming to southern Europe.« Antiquity n° 91(360), 2017, p. 1501-1514.

Gravina, B. Bachellerie, F., Caux, S., Discamps, E., Faivre, J.-P., Galland, A., Michel, A., Teyssandier, N. & Bordes, J.-G. » No reliable evidence for a Neanderthal-Châtelperronian association at La Roche-à-Pierrot, Saint-Césaire.« Nature Scientific Reports n° 8, 2018, 15134 DOI :10.1038/s41598-018-33084-9 1

Henshilwood, C. S., d’Errico, F., van Niekerk, K. L., Coquinot, Y., Jacobs, Z., Lauritzen, S.-E., Menu, M., Garcia-Moreno, R. 2011. »A 100 000-year-old ochre processing workshop at Blombos Cave, South Africa.« Science n° 334, p. 219-222.

Hodder, I. Çatalhöyük. The Leopard’s tale, Thames and Hudson, London, 2006.

Hublin, J.-J. & Richards, M. P. The evolution of hominin diets. Integrating approaches to the study of Palaeolithic subsistence. Springer, New York, 2009.

Ivanova, M., Athanassov, B., Petrova, V., Takorova, D. & Stockhammer, P. W., Social dimensions of food in the Prehistory of the Balkans, Oxbow Books, Oxford, 2018.

Julien, M. & Karlin, Cl. Un automne à Pincevent. Le campement magdalénien du niveau IV20, Société préhistorique française, Paris, 2014. ( »Mémoire 57« ).

Klaric, L. L’apprenti préhistorique. Appréhender l’apprentissage, les savoir-faire et l’expertise à travers les productions techniques des sociétés préhistoriques. Dolni Vestonice Publications, Dolni Vestonice, 2018.

Laporte, L., Jallot, L. & Sohn, M. »Mégalithismes en France. Nouveaux acquis et nouvelles perspectives de recherche.« Gallia Préhistoire 2011, p. 289-334.

Mallet, N., Pelegrin, J. & Verjux, C., Le phénomène pressignien. La diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique, Association des publications chauvinoises, Chauvigny, 2019. ( »Mémoire LI« ).

Mazza, P.P.A., Martini, F., Sala, B. et al.. A new Palaeolithic discovery : tar-hafted stone tools in a European Mid-Pleistocene bone-bearing bed. Journal of Archaeological Science n° 33(10), 2006, p. 1310-1318.

McClure, S. B., Magill, C., Podrug, E., Moore, A. T., Harper, T. K., Culleton, B. J., Kennett, D. J. & Freeman, K. H., » Fatty acid specific delta13C values reveal earliest Mediterranean cheese production 7,200 years ago. PLoS ONE« n° 13 : 9, 2018 : e0202807. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0202807

Meignen, L., Delagnes, A. & Bourguignon, L., »Patterns of lithic material procurement and transformation during the Middle Paleolithic in Western Europe.« In Adams, B. et Blades, B. S. (eds) Lithic materials and Paleolithic societies, Wiley-Blackwell, Chichester, 2009, p. 3-14.

Paillet, P. »Art et comportements symboliques au Paléolithique : quelques points de vue actuels.« 2015, HAL Id : halshs-01138307. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01138307

Paris, C., Deneuve, E., Fagnart, J.-P., Coudret, P., Antoine, P., Peschaux, C., Lacarrière, J., Coutard, S. Moine, O. & Guérin, G.. Premières observations sur le gisement gravettien à statuettes féminines d’Amiens-Renancourt 1 (Somme). Bulletin de la Société préhistorique française, n° 114(3), 2017, p. 423-444.

Pearson, J., Grove, M., Özbek, M. & Hongo, H., » Food and social complexity at Çayönü Tepesi, southeastern Anatolia : stable isotope evidence of differentiation in diet according to burial practice and sex in the early Neolithic.« Journal of Anthropological Archaeology n° 32, 2013, p. 180-189.

Pelegrin, J. »Les savoir-faire : une très longue histoire.« Terrain n° 16, 1991, p. 106-113.

Pelegrin, J. & Richard, A., Les mines de silex au Néolithique en Europe : avancées récentes, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Section de Préhistoire, Paris, 1995.

Perlès, C. Grèce et Balkans : deux voies de pénétration distinctes du Néolithique en Europe ? In Demoule, J.-P. (dir.), La révolution néolithique dans le monde, CNRS Éditions, Paris, 2010, p. 263-281.

Pétrequin, P., Cassen, S., Errera, L., Sheridan, A. & Pétrequin, A.-M. (dir.). Jade. Tomes 1 et 2. Grandes haches alpines du Néolithique européen, Ve et IVe millénaires av. J.-C., Presses universitaires de l’université de Franche-Comté et Centre de recherches archéologiques de la vallée de l’Ain, Besançon, 2 vols., 2012.

Pétrequin, P., Gauthier, E. & Pétrequin, A.-M. (dir). Jade. Tomes 3 et 4. Objets-signes et interprétations sociales des jades alpins dans l’Europe néolithique. Presses universitaires de l’université de Franche-Comté et Centre de recherches archéologiques de la vallée de l’Ain, Besançon, 2 vols, 2017.

Reich, D., Green, R. E., Kirchner, M. et al.. Genetic history of an archaic hominin group from Denisova Cave in Siberia. Nature n° 468, 2010, p. 1053-1060.

Richards, M. P. & Trinkaus, E.. Isotopic evidence for the diet of European Neanderthals and early modern humans. Proc. Nat. Acad. Sciences n° 106(38), 2009, p. 16034-16039.

Roux, V. & Bril, B. Stone knapping. The necessary conditions for a uniquely hominin behavior, McDonald Institute Monographs, Cambridge, 2005.

Roux, V., avec la coll. de M.-A. Courty. Des céramiques et des hommes. Décoder les assemblages archéologiques. Presses Universitaires de Paris Ouest, 2016.

Roux, V., Bril, B., Cauliez, J., Goujon, A.-L., Lara, C., Manem, C., Saulieu, G. de & Zangato, E.. Persisting technological boundaries : Social interactions, cognitive correlations and polarization. Journal of Anthropological Archaeology n° 48, 2017, p. 320-335.

Salazar-García, D., Fontana-Colls, M., Goude, G. & Subirà, M. E. »To ’sea-food’ or not to ’sea-food’ ? An isotopic perspective on dietary preferences at the Mesolithic-Neolithic transition in the Western Mediterranean.« Quaternary International n° 470, 2018, p. 497-510.

Sankaraman, S., Mallick, S., Patterson, N. & Reich, D. »The combined landscape of Denisovan and Neanderthal ancestry in present-day humans.« Current Biology n° 26, 2016, p. 1241-1247.

Stordeur, D., Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500-8700 avant J.-C.) : L’architecture, miroir d’une société néolithique complexe, CNRS éditions, Paris, 2015.

Stout, D., Toth, N., Schick, K. & Chaminade, T., »Neural correlates of early Stone Age toolmaking : technology, language and cognition in human evolution.« Philosophical transactions of the Royal Society B n° 363, 2008, p. 1939-1949.

Thirault, E., Léa, V., Lepère, C. & Vannieuwenhuyse, D., »Un nouveau « très grand site » du IVe millénaire dans le Sud de la France : L’apport du chantier « Cazan l’Héritière 2008 » à Vernègues (Bouches-du-Rhône).« , Bulletin de la Société préhistorique française n° 113(3), 2016, p. 523-570.

Tixier, J., Méthode pour l’étude des outillages lithiques, Centre de Recherche Archéologiques, Musée National d’Art et d’Histoire, Luxembourg, 2012.

Vaiglova, P., Halstead, P., Pappa, M., et al., Of cattle and feasts : Multi-isotope investigation of animal husbandry and communal feasting at Neolithic Makriyalos, northern Greece. PLoS ONE 13(6) : 2018, e 0194474. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0194474

Valentin, B.. Jalons pour une paléohistoire des derniers chasseurs, Publications de la Sorbonne. »Cahiers Archéologiques de Paris 1, n° 1« .2008

Wayrich, L. S., Duchene, S., Soubrier, J. et al.. Neanderthal behaviour, diet and disease inferred from ancient DNA in dental calculus. Nature n° 544 (7650), 2017, p. 357-372.

Whelton, H. L., Roffet-Salque, M. Kotsakis, K., Urem-Kotsou, D. & Evershed, R. P., »Strong bias towards carcass product processing at Neolithic settlements revealed through absorbed lipid residues of archaeological pottery.« Quaternary International n° 496, 2017, p. 127-139.

Whittle, A., »Grand narrative and shorter stories. In Hadjikoumis," A., Robinson E. & Viner, S. (eds), The dynamics of Neolithisation in Europe. Studies in honour of Andrew Sherratt, Oxbow Books, Oxford and Oakville, 2011, p. 10-24.

Haut de page

Note de fin

i Compte tenu de l’ampleur et de la diversité des thèmes abordés, il est exclu de fournir une bibliographie exhaustive. Je donnerai donc les références de quelques ouvrages généraux récents en bibliographie, et les références des publications scientifiques originales lorsque je reprends une idée d’un collègue ou mentionne une étude précise.

ii Ces analyses font appel à de nombreuses techniques, utilisées seules ou couplées, essentiellement fondées sur la spectrométrie  pour les éléments minéraux et la chromatographie pour les éléments organiques: SEM (Scanning electron microscopy), SEM-EDX (Scanning électron microscopy-energy dispersive X-ray), TEM (transmission electron microscopy), PIXE (particle induced X-ray emission spectrometry), PIGE (Proton-induced Gamma-ray emission) SEM-FEG-EDX (Scanning electron microscopy-field emission gun-energy dispersive Xray), PIXE-PIGE-TEM (particle induced X-ray emission spectrometry -proton-induced Gamma-ray emission- transmission electron microscopy), ICP-MS (Inductively coupled plasma mass spectrometry), EDS (Energy dispersive spectroscopy), X-ray microanalysis, FT-IR (Fourier transform infrared spectrometry), XRD (X-ray diffraction), XRF (X-Ray fluorescence), spectrométrie Raman, μXRD (Micro-X-ray diffraction), XRPD (X-ray powder diffraction), ICP-OES, LA-ICP-MS (Laser ablation inductively coupled plasma mass spectrometry), GC (Gas chromatography,), GC/MS (Gas chromatography/Mass spectrometry), GC-C-IRMS (Gas chromatography-combustion-isotope ratio mass spectrometry).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Tableau chronologique synthétique et principaux sites mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Figure 1 : Familles magdaléniennes se déplaçant d’un campement à l’autre.
Crédits Dessin original de Michèle Ballinger.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4695/img-2.png
Fichier image/png, 9,1M
Légende Figure 2 : Carte de distribution des poignards en silex du Grand-Pressigny sur lame extraites de nucléus « en livre de beurre ».
Crédits Cartographie S. Weisser. D’après N. Mallet, J. Pelegrin et C. Verjux 2019, avec leur aimable autorisation.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Perlès, « Trois décennies de recherche : une archéologie préhistorique plus proche de l’humain. »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 125-138.

Référence électronique

Catherine Perlès, « Trois décennies de recherche : une archéologie préhistorique plus proche de l’humain. »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4695 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4695

Haut de page

Auteur

Catherine Perlès

Préhistorienne, Professeure à l’Université Paris X-Nanterre, chercheuse au sein de l’UMR 7055 « Préhistoire et Technologie ». Catherine.PERLES@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search