Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2DOSSIER : L'Archéologie entre l'h...Les nouveaux rapports avec la nat...

DOSSIER : L'Archéologie entre l'humain et les espaces

Les nouveaux rapports avec la nature ne doivent pas nous faire ignorer ceux du passé.

New relationships with nature must not make us ignore those of the past.
Stéphanie Thiébault
p. 157-166

Résumés

La prise de conscience de l’importance de l’environnement dans la conduite des sociétés humaines est un phénomène nouveau de ces 30 dernières années. L’intégration de toutes les dimensions des sciences environnementales dans les problématiques archéologiques est majeure. Cela met à jour la co-évolution des sociétés humaines et leur environnement pour s’adapter à de nombreux changements climatiques.

Haut de page

Texte intégral

1La crise écologique que traverse aujourd’hui la planète pose clairement, pour certains, la question de la survie, à plus ou moins brève échéance, de l’espèce humaine. Comment les humains, qui occupent la place la plus élevée dans la pensée, la culture, en sont arrivées là en moins de 200 ans ?

2La prise de conscience de l’importance de l’environnement dans la conduite des sociétés humaines est un phénomène relativement nouveau que l’on peut dater des années 1970 avec l’écologie humaine. L’homme comme facteur géologique en Europe de B. Frenzel (1979) posait déjà bien le cadre : « Je pense que même l’homme primitif a perturbé sérieusement l’équilibre de la nature, mettant très souvent en cause ses propres conditions de vie. Avons-nous assez appris pour régler les problèmes de l’avenir ? » p. 199.

3Cette prise de conscience a attiré l’attention sur la co-évolution entre biologie, cognition, socialité pour interpréter et comprendre les sociétés humaines et leurs productions au cours de leur évolution ; en même temps qu’elle interroge sur le rôle de l’environnement et sa dynamique.

4Il faut remonter le temps sur le très long terme car c’est bien depuis les débuts de la Préhistoire, en effet, que toutes les sociétés humaines ont puisé et puisent une part considérable de leurs ressources, qu’elles soient minérales, animales ou végétales, dans leur environnement.

5Les études en environnement se situent directement dans la longue durée. Depuis les années 1980 et le développement des grands travaux d’aménagement du territoire (autoroutes, voies ferrées pour le TGV, construction de lotissements ou de parking…), l’archéologie préventive intervient systématiquement avant la destruction des potentiels sites archéologiques. En cela elle remplace l’archéologie de sauvetage qui intervenait une fois le mal fait ! Par la recherche des tracés linéaires, ou la multiplication des analyses, cette archéologie préventive a permis aux disciplines environnementales de faire un bon important dans les connaissances de l’évolution des climats de la fin du Pléistocène et au cours de l’Holocène à différents pas de temps, d’appréhender les relations entre le déterminisme climatique et l’impact des sociétés humaines sur l’évolution des paysages et de l’environnement. Par ce qu’elle nous fait accéder aux changements climatiques du passé, à l’évolution de l’environnement terrestre et aux « crises environnementales » tout en étudiant les réponses apportées par les sociétés et leur degré de « résilience » l’archéologie environnementale offre une vue d’ensemble sur le passé et propose des solutions ou des adaptations pour l’avenir.

Une intégration à petits pas

6Ainsi, parmi les évolutions qu’a connu l’archéologie au cours des 30 dernières années, l’implication des disciplines environnementales, au sens large, est majeure.

7Leur intégration au sein des problématiques archéologiques ne s’est pas faite sans que quelques pionniers n’en montrent et n’en défendent l’intérêt, notamment celui de connaître les interactions entre les sociétés humaines et leur milieu sur le temps long.

8À la fin des années 1970, le recours aux « sciences naturelles » ou biologiques dépasse un stade embryonnaire voire anecdotique et l’intervention de ceux que l’on appelle alors les « spécialistes » commence à être associée au déroulement et à la stratégie de la fouille.

9La décennie 1990-2000 est celle où le dialogue entre ces « spécialistes » qui pour la plupart ont une forte pratique de la fouille archéologique, et ceux qui deviennent alors des « archéologues généralistes » se noue et où la pluridisciplinarité prend ses marques, se dirigeant, pas à pas, vers l’interdisciplinarité. Ce dialogue, encore balbutiant, a été encouragé et soutenu par le programme scientifique PIREN (Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement), futur PEVS (programme environnement-vie-société) du CNRS (terminé en 2002), dans le cadre duquel des chercheurs comme l’historien Robert Delort, ou Jean Guilaine archéologue préhistorien ont beaucoup œuvré pour fédérer les sciences de l’Homme – et l’archéologie en particulier– et les sciences de la nature autour de nouveaux objets d’étude propice à une approche globale.

10En 1991, toujours Jean Guilaine, dans l’ouvrage collectif Pour une archéologie agraire, montrait combien la palette de l’archéologue et de l’historien devait s’enrichir de méthodologies et d’outils nouveaux.

11Les milieux, les paysages, les écosystèmes dans lesquels les sociétés humaines ont évolué nous sont aujourd’hui connus plus précisément, tout comme la façon dont les sociétés humaines se sont mises à les exploiter et à les gérer. Cette connaissance des environnements du passé et de leur évolution est rendue possible grâce à la prise en considération de la totalité des vestiges sur les sites archéologiques d’une part, aux progrès des techniques, qui maintenant autorisent les observations à l’échelle moléculaire d’autre part. Les différentes disciplines qui permettent cette approche sont, pour la plupart, issues des sciences de la Terre ou des sciences de la Vie. Elles concernent directement trois grands domaines, la géo-archéologie, l’archéozoologie et l’archéobotanique, ces deux derniers sont aussi appelés bio-archéologie.

Pour une archéologie environnementale

La géoarchéologie

12Archéologue et spécialiste des sciences de la Terre, le géoarchéologue étudie, décrypte et restitue l’évolution des sols, le milieu physique, les formes du paysage mais aussi la place de l’Homme dans ce milieu qu’il façonne depuis le Néolithique. L’approche géoarchéologique se place dans un cadre chronologique assez long, avec des résolutions parfois très fines, de l’ordre de la décennie selon les périodes considérées et la qualité des marqueurs chronostratigraphiques.

13A côté de l’observation directe du sédiment, il étudie aussi le sol au microscope : c’est la micromorphologie. Cette technique permet d’étudier en lame mince au microscope pétrographique des échantillons de sols, après prélèvement et induration. La structuration et la composition intime des sols sont alors révélées, indiquant les conditions climatiques sous lesquelles ils se sont formés, les aménagements et les transformations qu’ils ont subis sous l’effet des pratiques agro-pastorales.

14Sur les gisements archéologiques l’approche se décompose souvent en 4 étapes :

15La première consiste à réaliser une cartographie inventoriant les formes du paysage, les paléo-formes visibles en surface, à distinguer les secteurs de fossilisation et d’érosion. Elle permet de valider la carte archéologique, d’identifier les changements morphologiques et d’estimer les archives paléo-environnementales. L’étape suivante sert à construire la démarche scientifique afin de spatialiser les données paléoenvironnementales. Les techniques sont nombreuses, elles utilisent une approche indirecte (télédétection, prospections géophysiques…) ou l’observation (carottages, micromorphologie…). C’est au laboratoire que s’effectue la troisième étape, destinée à analyser les données recueillies afin de reconstruire, pour l’étape finale, la chronologie de la formation du site, intégrer les données dans un système d’information géographique afin de modéliser les reconstitutions environnementales. (Fouache 2010).

16Le but est bien d’envisager les conditions environnementales dans lesquelles ont évolué les sociétés et de réfléchir à ces conditions afin de mieux comprendre le présent voire à anticiper le futur. Il en est ainsi du débat sur la modification possible du réseau hydrographique dans le delta du Rhône suite aux inondations de 2003, à la lumière des résultats des travaux de recherche géoarchéologiques, du fonctionnement et du tracé des paléochenaux antiques et médiévaux (Arnaud-Fasseta 2008).

17Enfin, depuis quelques années se développe un domaine encore peu exploré en France et qui s’intéresse aux processus d’enfouissement et de conservation des vestiges dans les sédiments ou taphonomie. Souvent utilisée en médecine médico-légale elle est de plus en plus utilisée pour comprendre l’origine de la conservation, et les processus d’enfouissement et de localisation des vestiges dans les gisements.

L’archéozoologie

18L’archéozoologie s’intéresse aux multiples témoins animaux, macro- ou microscopiques, retrouvés dans les niveaux archéologiques sous les formes les plus diverses (os, dents, bois, coquilles de mollusques ou d’œufs, arêtes de poisson, poils, insectes, parasites …). Ces restes témoignent des rapports entre l’homme et l’animal au cours des temps, de l’animal chassé à l’animal domestique. Les restes d’animaux, une fois identifiés, sont quantifiés afin d’estimer leur importance relative. L’analyse métrique des ossements permet de reconstituer la morphologie, la taille et le poids des animaux. La détermination de l’âge d’abattage et du sexe apporte des informations sur les saisons d’occupation des sites et la fonction des troupeaux (pour la viande, le lait, la laine, la force …). L’achéozoologie permet d’accéder aux activités d’élevage, de chasse, de pêche et donc à une part importante de l’alimentation humaine et de son évolution au cours du temps.

19De récentes études (Duval 2017) portant sur l’analyse des mesures osseuses apportent des résultats tout à fait novateurs. Ainsi celles, réalisées en Gaule et en Italie sur de très nombreux restes de porcs antiques, révèlent que quelle que soit la période, les animaux italiens sont plus petits que les cochons de quatre provinces de Gaule, ce qui permet d’exclure l’idée d’un apport de matériel génétique italique qui provoquerait la croissance du bétail gaulois. Que l’augmentation des mensurations du squelette des cochons débute entre le iv e et le ii e siècles avant notre ère, soit bien avant la Conquête. La prise de pouvoir de Rome sur la Gaule n’est donc pas responsable des bouleversements économiques supposés.

20L’analyse des coquilles de mollusques terrestres ou aquatiques, ou malacologie, tient une place importante dans l’étude des restes de faunes car ces animaux ont des exigences écologiques extrêmement précises. Elle permet de reconstituer clairement, en un lieu donné, les fluctuations climatiques et les transformations du paysage.

21Prenons pour exemple l’étude réalisée par S. Martin (Martin et al. 2017) à Lattes (Hérault) sur des monuments funéraires protohistoriques du v e siècle avant notre ère. Au sud, le site est constitué de quatre enclos où prennent place bûchers funéraires et dépôts secondaires de crémation ayant livré des mobiliers luxueux ; à côté, des fosses de plantation, interprétées comme celles d’une vigne, pourraient correspondre à un jardin funéraire. Les résultats des analyses de malacofaunes montrent un clivage entre la zone nord et la zone sud : la zone funéraire nord s’insère dans des paysages agro-pastoraux, les enclos de la zone sud semblent bien individualisés dans le paysage par la présence de haies et / ou de petits boisements.

22De la même façon l’archéoentomologie s’intéresse aux insectes. Pour J.-B. Huchet (2017) la stabulation a constitué un environnement favorable à la prolifération de parasites du bétail. La promiscuité entre l’homme et l’animal engendrée par les pratiques d’élevage a favorisé la diffusion de parasites. Ainsi, la mouche domestique (Musca domestica L.) est omniprésente dans la plupart des sites archéologiques, elle est notamment présente dans des niveaux de la culture du Néolithique Rubané de la vallée du Rhin, il y a près de 7 000 ans, caractérisée par le décor en ruban de ses céramiques. Dotés d’un exosquelette particulièrement résistant, les ectoparasites se préservent remarquablement bien en contexte archéologique. De nombreux restes de puce de l’homme (Pulex irritans) ont pu être mis au jour sur le site néolithique lacustre de Chalain dans le Jura (3100 BC) (Ponel in Yvinec 2000). La présence de ces hôtes suggère que le sol des habitations préhistoriques était recouvert de nattes ou de fourrures, condition obligatoire pour l’accomplissement du cycle biologique de l’espèce.

23Parmi les disciplines encore peu développées, mais d’un apport important pour la compréhension d’un site archéologique et des populations qui l’occupèrent, la paléoparasitologie étudie les parasites anciens dont les marqueurs préservés sont retrouvés dans les sites archéologiques et paléontologiques (Le Bailly 2017). La paléoparasitologie permet d’élaborer des scenarii sur l’histoire des maladies parasitaires, l’état sanitaire des populations, leur alimentation, les pratiques funéraires…. Les échantillons peuvent être prélevés dans toutes les structures, couches ou vestiges où la présence de matières organiques est suspectée. Cela inclut les squelettes humains et animaux, les corps ou organes momifiés, les structures d’accumulation comme les latrines, fosses, puits, égouts, ou encore les couches d’occupation des sites ou des bâtiments. Un travail réalisé entre 2002 et 2007 sur un ensemble de sites néolithiques (3900-2900 avant notre ère) de bords de lac dans la région périalpine a mis en évidence une nette augmentation de la diversité en parasites liés à l’ichtyophagie, conséquence probable d’une adaptation du régime alimentaire des populations à une crise climatique ayant réduit les apports de céréales cultivées (Le Bailly et al. 2007).

L’archéobotanique

24L’archéobotanique est le domaine dédié aux études réalisées sur les végétaux. L’identification, au microscope, de pollen conservé dans les sols permet de suivre l’évolution des formations végétales au cours des âges. Cette discipline appelée palynologie autorise la reconstitution de l’environnement végétal et des climats. L’évolution de la végétation est directement liée aux changements climatiques, mais aussi à l’intervention des sociétés humaines : défrichements, agriculture, élevage…. Le palynologue étudie le « spectre pollinique » correspondant à l’ensemble des pollens et spores fossilisés et retrouvés dans les sédiments et reconstitue les dynamiques de végétation.

Charbon de bois archéologique (chêne à feuillage caduc), en vue transversale, MEB

©Stéphanie Thiébault

25Parmi les derniers développements en palynologie, un nombre croissant de travaux s’intéresse à la reconstitution quantitative du couvert végétal. En effet, la relation non-linéaire observée entre les comptages polliniques et la végétation, principalement liée à des différences interspécifiques de production et de dispersion du pollen, peut être corrigée via l’utilisation de modèles mathématiques comme le Landscape Reconstruction Algorithm, avec ses deux sous-modèles REVEALS et LOVE. L’application du modèle REVEALS aux données holocènes du Bassin parisien a permis d’estimer les proportions relatives des principaux taxons présents dans le paysage. Ainsi, la part accentuée des taxons herbacés dans les quantifications réévalue l’étendue des milieux ouverts durant toute la période postglaciaire. De même, on perçoit plus fortement l’impact sur le paysage des pratiques agro-pastorales grâce aux proportions accrues des taxons marqueurs d’anthropisation. Ces résultats ont également suggéré, à la suite d’autres études du même type en Europe du Nord, que l’étendue des milieux ouverts devait être revue fortement à la hausse pour l’ensemble de l’Holocène. L’image de groupes mésolithiques évoluant au sein d’une épaisse forêt primaire durant la première partie de l’Holocène, puis celle des premiers groupes d’agriculteurs néolithiques créant de petits îlots épars de pâturages et de cultures dans le dense couvert forestier, semble devoir être réévaluée à la lumière des estimations fournies par les modèles récents de reconstruction du couvert végétal (David et al. 2015).

26Les gisements archéologiques fournissent de nombreux fragments de charbons de bois, qui parfois même les définissent. Ils résultent du fonctionnement des foyers pour la cuisson des aliments, la chaleur, la lumière. Leur identification au microscope, ou anthracologie, donne un accès direct à l’évolution des couverts forestiers et à leur gestion par les sociétés humaines.

27Les dernières recherches, fondées sur l’anthraco-typologie, vont encore plus avant et permettent d’explorer la fonction, le statut social ou économique des occupations et les modes de gestion du bois des boisements. Les résultats de l’analyse du site de la Justice-Le Marais de la Fontaine du Cœur à Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) en est une bonne illustration (Dufraisse et Coubray 2018). Deux modes d’exploitation des ressources forestières sont proposés. À La Tène finale ou second âge du Fer, au cours des derniers siècles avant notre ère, caractérisée par une occupation de type aristocratique, le hêtre est majoritaire et les traits de vie des taxons associés indiquent l’exploitation de boisements anciens et peu fragmentés, probablement éloignés du site. Les hêtres de 10 cm de diamètre sont exploités et les taux de croissance suggèrent l’utilisation de jeunes bois. Le chêne semble exploité sur des critères semblables. À la période romaine, caractérisée par des occupations rurales de petite taille, le chêne dont la collecte est aussi axée sur des petits bois est l’essence principale. Les patrons de croissance observés sur le chêne et d’autres taxons comme l’érable, l’orme et peut-être le charme induisent des pratiques d’émondage. Ce mode de gestion correspondrait à l’exploitation d’un espace plus proche et aménagé pour les activités domestiques quotidiennes.

28Parce que l’anatomie et l’écologie des plantes n’ont pas ou peu changé depuis le début du Quaternaire et que les végétations réagissent rapidement aux changements du climat ou aux interventions humaines, palynologie et anthracologie permettent l’observation et l’interprétation de ces variations au cours des temps de la Préhistoire à aujourd’hui.

29L’impact de l’homme sur le milieu est mis en évidence lors, notamment, des grandes phases de défrichements agricoles ou lors de l’abandon des terres. L’analyse des phytolithes, éléments siliceux produit par les végétaux, se développe peu à peu en France. Ces phytolithes se déposent sur les sols lors de la décomposition ou de l’incinération de la plante. Leur nature minérale leur assure une bonne conservation dans les sédiments les plus divers. Leur étude apporte des informations multiples, sur les pratiques agricoles principalement, par la mise en évidence de structures de stockage, d’incendies, d’aires de battage, d’anciens champs cultivés ... Ils peuvent même témoigner de l’utilisation de l’irrigation.

30La carpologie s’intéresse aux restes de fruits et de graines. Elle nous conte l’histoire de l’alimentation végétale du point de vue des espèces consommées (sauvages ou domestiques) et des préparations culinaires. Elle retrace l’évolution de l’agriculture depuis la préparation du sol à cultiver jusqu’à la récolte, le stockage et la transformation des denrées ; elle permet enfin de comprendre les mécanismes de domestication des espèces et les modifications morphologiques et génétiques qu’entraîne la sélection depuis le Néolithique.

31Des exemples choisis dans la littérature archéobotanique illustrent certaines des restitutions possibles (Bouby 2000).

32Dans la plaine littorale languedocienne, les étangs et étendues palustres occupaient à l’Âge du Bronze final (du XIIIe à la fin du VIIe siècle avant notre ère) un espace plus important qu’aujourd’hui. Pourtant ce milieu était densément peuplé et les villages se multipliaient à proximité ou en bordure des étangs. Les conditions très humides, la rareté des terres exploitables pour l’agriculture conduisent à s’interroger sur les modes d’approvisionnement de ces villages, issus notamment de villages situés plus en retrait dans les terres. Des sondages archéologiques entrepris sur un gisement du Bronze final II, à La Fangade, immergé dans l’étang de Thau, à Sète (Hérault) et situé en milieu aquatique, ont livré une abondante documentation organique. À La Fangade, les principales céréales exploitées sont l’amidonnier et l’orge polystique vêtue. Le lin et le pavot tiennent une place prépondérante dans le groupe des plantes cultivées. L’alimentation végétale s’enrichit d’une large palette de fruits cueillis.

33Les restes végétaux, résultant majoritairement de ce que les habitants rejettent, constituent des assemblages de type thanatocénose. L’abondance des issues de battage et des semences de plantes sauvages offre un cadre exceptionnellement favorable à la réflexion. La présence de cortèges de mauvaises herbes et de déchets caractéristiques des opérations antérieures au stockage atteste une production locale à La Fangade. Il existe des déchets typiques des premières étapes du traitement de l’orge, au premier rang desquels de nombreux segments de rachis d’épis révélateurs d’une autoproduction. La forte présence de fragments de capsules de lin plaide également pour un battage de cet oléagineux sur le site. Les habitants de La Fangade étaient donc des cultivateurs. Ils pratiquaient des semis d’automne, très certainement en liaison avec la céréaliculture et, vraisemblablement, des cultures de printemps que l’on pourrait rattacher à la production d’oléagineux et de légumineuses. Les propriétés écologiques des mauvaises herbes d’hiver révèlent qu’elles proviennent d’un sol sec et calcaire. On pourrait en déduire la culture de céréales sur les pentes du Mont Saint-Clair qui domine le site (Bouby, 2000).

34Dans ce même article Laurent Bouby donne un exemple très intéressant concernant les échanges de produits agricoles sur de longues distances et plus particulièrement le ravitaillement des armées romaines.

35Ainsi le cantonnement militaire romain situé sur le limes nordique, aux Pays-Bas. Dans la forteresse de Valkenburg (Pays-Bas), un puits du II e siècle de notre ère a livré un lot de vannes provenant du décorticage d’une récolte d’un blé vêtu, l’épeautre. Les semences de plusieurs mauvaises herbes étaient mélangées aux vannes, dont l’orlaya à grandes fleurs (Orlaya grandiflora), une adventice qui ne pousse pas à des latitudes aussi septentrionales. Ces trouvailles indiquent que les garnisons cantonnées dans cette partie du limes étaient en partie ravitaillées grâce à l’importation de grain depuis des régions plus méridionales, peut-être la Belgique ou le Nord de la France (Pals et al 1989 in Bouby 2000).

36Les quelques exemples exposés montrent que la recherche ouvre sans cesse de nouveaux horizons et offre ainsi de nouveaux outils pour observer, étudier et comprendre les vestiges du passé. Il en est ainsi de l’application des analyses isotopiques en archéologie.

37Au cours des dernières décennies, l’étude des isotopes stables du carbone, de l’oxygène et de l’azote a connu un développement considérable en archéologie comme en écologie. Les domaines d’application sont divers : archéologie, reconstitutions paléoenvironnementales et paléoécologiques, géologie, environnement, hydrologie, agro-alimentaire, biologie, médecine, médecine légale et lutte contre les fraudes… Les isotopes sont des atomes qui possèdent le même nombre d’électrons et de protons, mais un nombre différent de neutrons. Les isotopes d’un même élément ont des propriétés chimiques identiques, mais des propriétés physiques différentes. Les isotopes sont dits stables lorsqu’ils ne sont pas radioactifs.

38Les isotopes stables ne permettent pas de dater des événements (contrairement aux analyses au carbone 14 qui est un isotope instable et donc radioactif), mais identifient des processus physico-chimiques et caractérisent des sources ayant une signature isotopique spécifique. Les outils analytiques modernes de la spectrométrie de masse isotopique, en permettant de comptabiliser l’abondance relative des isotopes des éléments chimiques dans un échantillon, autorisent la mesure précise des faibles variations des abondances en isotopes stables de certains éléments. Les nombreuses applications contribuent à une meilleure connaissance des régimes alimentaires des organismes fossiles terrestres, de la composition des écosystèmes du passé, de l’évolution des climats, de la reconstruction des chaînes trophiques anciennes et de l’évolution des êtres vivants… Actuellement, la biogéochimie isotopique appliquée à la restitution de l’alimentation des populations humaines repose sur l’analyse de l’azote et du carbone du collagène ainsi que sur celle du carbone, de l’oxygène et du strontium de la fraction minérale des os et des dents. Le régime alimentaire des populations humaines actuelles peut être reconstitué à partir des proportions respectives des trois principaux isotopes stables (carbone, azote, oxygène). Concernant les populations du passé, si le collagène se conserve pendant plusieurs centaines de milliers d’années, voire plus (mais de façon exceptionnelle), une autre approche doit être utilisée pour les fossiles plus anciens : l’analyse de la composition isotopique du carbonate apatite de l’émail dentaire.

39De nombreux exemples informatifs pourraient être exposés ici. Les résultats de l’analyse des compositions en carbone 13 de 67 squelettes issus de 5 sites archéologiques en Angleterre (datés entre les XIIIe -XIVe siècles) montrent l’importance de la consommation des ressources marines dans l’alimentation des populations côtières ainsi que dans celle d’une population plus continentale. L’alimentation de ces populations varie aussi en fonction des groupes sociaux. Ainsi, les membres de la communauté bénédictine ne se nourrissaient que de poissons, de coquillages et de crustacés, alors que les sujets laïcs avaient un régime plus varié (Herrscher et al. 2002).

40Les comportements alimentaires et leur évolution sont cernés sur le long terme et peuvent se distinguer en fonction de la géographie, de l’appartenance sociale, du sexe (les femmes semblent consommer moins de protéines animales que les hommes comme cela a été mis en évidence sur le site de Poundbury en Angleterre, au IV è siècle). Aujourd’hui l’analyse des isotopes stables des vestiges osseux apporte une importante contribution et ouvre de nouvelles perspectives à la connaissance des facteurs biologiques et sociaux-culturels impliqués dans les comportements alimentaires humains (Herrscher et al. 2002).. Affaire à suivre….

41Les domaines exposés, les exemples cités dévoilent la complexité des relations entre les sociétés humaines et les systèmes écologiques. Il apparaît aujourd’hui qu’une approche mono-disciplinaire pour déchiffrer les changements du passé et prédire ceux du futur ne peut qu’ignorer des mécanismes ou des dynamiques cruciales. Dans ce domaine, comme dans la plupart des sciences, une transformation majeure est en cours. Les sciences de la nature et de la vie, tout comme les sciences de l’Homme et de la Société ne conçoivent plus une relation unilatérale entre l’homme et son environnement, dans laquelle soit le premier subit et s’adapte au deuxième, soit inversement l’humanité dégrade l’environnement. Ces deux points de vue anthropocentriques sont remplacés par une vision selon laquelle dynamiques sociales et dynamiques environnementales ne peuvent plus être séparées. Les domaines de la nature et de la société n’existent pas en tant que sphères individualisables et sont indissociables en sorte que la relation socio-environnementale est conçue comme réciproque. La dynamique de la co-évolution entre l’espèce humaine et les différentes sphères qui l’entourent (atmosphère, géosphère, biosphère…) devient un objet important de la recherche, et ce, à toutes les échelles concernées, dans le temps et dans l’espace. Il s’agit d’une véritable approche d’écologie globale.

42Après cet exposé succinct des apports de l’archéologie environnementale à l’archéologie et à l’environnement, les questions de son avenir se posent. La communauté est très réactive en France et reconnue internationalement, certaines équipes sont même leaders dans des disciplines comme les paléoenvironnements ou les dynamiques des milieux. Elle ne rassemble, cependant, qu’un petit nombre de chercheurs, dans une communauté fragmentée entre différentes sous-disciplines, entre différents objets, entre différentes écoles et, enfin, entre différentes régions. Cette fragmentation résulte de l’histoire de la discipline, de la diversité des sujets concernés, des approches pratiquées, des méthodes et techniques utilisées. Elle pose des problèmes préoccupants, car, dans certaines sous-disciplines, le nombre de chercheurs est trop limité (archéo-entomologie, paléoparasitologie…) pour assumer les différents rôles nécessaires au bon fonctionnement de la recherche.

43L’archéologie environnementale est, pour le moment, encore constituée de deux catégories de chercheurs : ceux, proches des sciences naturelles, qui étudient le passé de l’environnement et ceux qui s’intéressent à l’environnement des sociétés anciennes, à l’environnement du passé, et qui se sentent plus proches des sciences de l’Homme et de la Société. Ces deux orientations sont issues de la tradition intellectuelle occidentale, pour laquelle les phénomènes dits « naturels » ont toujours été abordés de manière très différente des phénomènes dits « culturels » (van der Leeuw 1998 ; Redman et van der Leeuw 2002). Former et rassembler des chercheurs qui, à terme, dépasseront les frontières, passe par l’identification d’objets de recherche communs. L’étude des techniques et des savoir-faire (de la taille de la pierre, de la fabrication de la céramique et du travail des métaux, mais aussi de la culture des plantes et de l’élevage des animaux), qui passe par l’utilisation des ressources naturelles et la transformation d’objets naturels (matières premières) en objets culturels (outils, nourriture, etc.), doit constituer l’une des priorités de l’archéologie environnementale.

44Un grand nombre des disciplines de l’archéologie environnementale est issu de l’application de nouvelles méthodes ou techniques d’analyse à des questions qui n’avaient pas de réponses il y a encore peu de temps. Ces approches proviennent souvent de disciplines éloignées de l’archéologie, qui ont des pratiques différentes. Les fusionner nécessite un important travail intellectuel, qui prend et nécessite du temps. Le développement d’une archéologie environnementale réellement transdisciplinaire passe par une structuration de la communauté et par une politique cohérente. Celle-ci commence avec l’importance de la formation universitaire en archéologie environnementale. La place accordée à l’archéologie environnementale dans les cursus universitaires est trop limitée.

45Il est en effet tout à fait fascinant de constater que les problématiques étudiées par l’archéologie environnementale sont bien souvent les mêmes que celles que l’on cherche à résoudre pour le futur. Cela apparaît par exemple dans la recherche sur les impacts socio-économiques et territoriaux engendrés par le changement climatique.

46Si la fragmentation de la communauté constitue un frein au développement de l’archéologie environnementale, la parcellisation des données déjà acquises ne doit pas en constituer un second. C’est pourquoi, les prochaines années devront voir se développer des stratégies fondées sur les approches multi-paramètres, afin d’apporter des réponses aux questions complexes des relations et des impacts, sociétés-milieux sur la longue durée, dans une perspective globale, où une large place devra être faite aux techniques et aux savoir-faire.

Haut de page

Bibliographie

Frenzel B., « L’Homme comme facteur géologique en Europe », Quaternaire,16-4, 1979, p. 191-199.

Guilaine J., Pour une archéologie agraire, Armand Colin, Paris,1991, 575 p.

Fouache E., « L’approche géoarchéologique ». In : Regards croisés sur l’étude archéologique des paysages anciens. Nouvelles recherches dans le Bassin méditerranéen, en Asie centrale et au Proche et au Moyen-Orient. Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, Lyon, 2010, p. 17-30.

Arnaud-Fassetta G., « La géoarchéologie fluviale », EchoGéo ,4 |2008. http://journals.openedition.org/echogeo/2187 ; DOI : 10.4000/echogeo.2187

Duval C., « La taille du bétail est loin d’être un détail », Les nouvelles de l’archéologie, n° 148 | 2017, p. 56-61.

Martin S., Jorda C., Gandelin M., Jung C., Bel V., «  L’étude des escargots au service de l’archéologie ou l’apport de la malacologie à la compréhension des activités agro-pastorales et des paysages anciens, » Les nouvelles de l’archéologie n° 148 | 2017.

Huchet J.-B., « Insectes et archéologie », Les Nouvelles de l’archéologie n° 148 | 2017,p. 40-44.

Yvinec J.-H., Ponel P., Beaucournu J.-C., « Premiers apports archéoentomologiques de l’étude des puces aspects historiques et anthropologiques (Siphonaptera)  », Bulletin de la Société entomologique de France, n° 105, 2000, p. 419-425.

Le Bailly M., Maicher C., Dufour B., « La paléoparasitologie », Les nouvelles de l’archéologie n° 148 | 2017.

Le Bailly M., Leuzinger U., Schlichtherle H., Bouchet F., « Economic crash during the Neolithic at the Pfyn-Horgen transition (3400 BC) : Contribution of the Paleoparasitology » , Anthropozoologica,. n° 42, 2007, p. 175-185.

David R., Leroyer C., Mazier F., « Les modélisations du couvert végétal en palynologie, »

Les nouvelles de l’archéologie, n° 138, 2015, p. 44-49.

Dufraisse A., Coubray S., « De l’arbre à la forêt domestiquée : apport de l’anthraco-typologie, » Les nouvelles de l’archéologie, n° 152, 2018, p. 54-61.

Bouby L., « Restituer les pratiques agraires par la carpologie archéologique », Études rurales, n° 153-154, 2000, p. 177-194.

Herrscher E., Bocherens H., Frédérique V., « Reconstitution des comportements alimentaires aux époques historiques en Europe à partir de l’analyse isotopique d’ossements humains. » In : Revue belge de philologie et d’histoire, tome 80, fasc. 4, Histoire médiévale, moderne et contemporaine - Middeleeuwse moderne en hedendaagse geschiedenis. 2002, p. 1403-1422.

Van der Leeuw S., The Archaeomedes Project - Understanding the natural and anthropogenic causes of land degradation and desertification in the Mediterranean., Office for Official Publications of the European Union, Luxemburg, 1998.

Van der Leeuw S., Redman C.L., « Placing Archaeology at the Center of Socio-Natural Studies », American Antiquity, n° 67, 2002, p. 597-605.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Charbon de bois archéologique (chêne à feuillage caduc), en vue transversale, MEB
Crédits ©Stéphanie Thiébault
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/4949/img-1.png
Fichier image/png, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Thiébault, « Les nouveaux rapports avec la nature ne doivent pas nous faire ignorer ceux du passé. »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 157-166.

Référence électronique

Stéphanie Thiébault, « Les nouveaux rapports avec la nature ne doivent pas nous faire ignorer ceux du passé. »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 03 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/4949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.4949

Haut de page

Auteur

Stéphanie Thiébault

Directrice de recherche au CNRS, paléo et archéo-botaniste, directrice de l’Institut Écologie et Environnement du CNRS. Stephanie.THIEBAULT@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search