Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2DOSSIER : L'Archéologie entre l'h...L’archéologie préventive en Franc...

DOSSIER : L'Archéologie entre l'humain et les espaces

L’archéologie préventive en France : du sauvetage du patrimoine ancien à l’émergence de pratiques scientifiques et au partage de la connaissance.

Preventive archeology in France : from the rescue of ancient heritage to the emergence of scientific practices and the sharing of knowledge.
Dominique Garcia
p. 169-177

Résumés

Brève histoire de l’archéologie préventive et patrimoniale de V. Hugo, P. Mérimée qui crée « les monuments historiques » à protéger de la destruction jusqu’à la création de l’Institut National des recherches archéologiques préventives (INRAP) qui grâce à une collaboration étroite entre service public et propriétaires privés permet de connaitre tous types de patrimoine mis à jour en fouilles urbaines, ensuite présentés à un large public par des reconstitutions en 3D.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En France, après quelques soubresauts au XIXe siècle, la nécessité de protéger le patrimoine archéologique n’a été ressentie que tardivement. C’est en 1941 que la loi Carcopino (validée en 1945) instaure l’autorisation et la surveillance des fouilles par l’État et rend obligatoire la déclaration de découverte fortuite.

2Après la Seconde Guerre mondiale, avec les nombreux travaux d’aménagement du territoire, les destructions de vestiges sans étude préalable se multiplient. Divers scandales éclatent donnant lieu, en 1973, à la création de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan) qui chargée de la mise en œuvre du fonds d’intervention pour l’archéologie de sauvetage. Cependant, début 1997, « l’affaire de Rodez » met en évidence les limites du dispositif législatif et des conditions de financement de l’archéologie de sauvetage, ainsi que la position dominante de l’Afan comme opérateur privilégié de l’État. Une réforme s’impose.

3Inspirée par le rapport Demoule-Pêcheur-Poignant, et fondée sur la Convention européenne signée à Malte en 1992, la loi sur l’archéologie préventive est promulguée le 17 janvier 2001. Elle instaure une redevance visant à financer les diagnostics et les fouilles d’archéologie préventive, et stipule la création de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), établissement public administratif. Ce dispositif demeure en vigueur aujourd’hui, mais modifié en 2003 (ouverture de l’activité à la concurrence) puis récemment en 2016 par la loi relative à la liberté de la création, l’architecture et au patrimoine. L’Inrap, opérateur majoritaire et fort de plus de 2000 agents, réalise les diagnostics et les fouilles d’archéologie préventive mais, également, il « assure l’exploitation scientifique des opérations d’archéologie préventive et la diffusion de leurs résultats (…) [tout comme il] concourt à l’enseignement, à la diffusion culturelle et à la valorisation de l’archéologie. » (extrait de l’article L523-1 du Code du patrimoine). Les évolutions en cours et les défis à venir, pour l’Inrap comme pour l’ensemble des opérateurs qui exercent dans ce domaine, visent à pérenniser la qualité de collecte des données, à largement les partager avec la communauté scientifique nationale et internationale, et à développer une mise en perspective sociétale des apports de cette démarche patrimoniale originale.

L’archéologie et la protection du patrimoine

4En 1825, Victor Hugo, scandalisé par la démolition de nombreux monuments médiévaux parisiens, lance un appel dans un article devenu célèbre : « Guerre aux démolisseurs ! ». Son expression est à l’origine de la création d’un service de protection des monuments historiques.

5En 1834, Prosper Mérimée est nommé inspecteur général des Monuments historiques. Pour la première fois, l’archéologie française bénéficie d’une véritable attention de la part des pouvoirs publics. Cependant, la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques ignore la protection des vestiges préhistoriques et historiques non monumentaux. Les chantiers archéologiques s’ouvrent de gré à gré par accord entre le propriétaire du terrain et le fouilleur. En 1941, le régime de Vichy promulgue la première loi sur les fouilles archéologiques, elle sera validée en 1945. Elle subordonne à autorisation de l’État la possibilité d’entreprendre des fouilles et rend obligatoire la déclaration des découvertes fortuites. Cependant, les interventions archéologiques n’ont qu’un caractère occasionnel. À la fin des années 1960 deux scandales opposent des aménageurs aux défenseurs du patrimoine autour du parvis de Notre-Dame de Paris et de la place de la Bourse à Marseille. La communauté scientifique, les associations et les municipalités sont alertées, suscitant une forte mobilisation citoyenne.

Notre Dame de Paris. Suite à l’incendie de 2019, l’Inrap a dépêché, au chevet de la cathédrale, une dizaine d’archéologues et de techniciens.

© Marc Viré 

6Créée en 1973, l’Afan assure notamment la gestion des crédits du ministère de la Culture dédiés aux fouilles programmées (opérations motivées par des objectifs de recherche scientifique) et de sauvetage (opérations provoquées par un risque de destruction du site), et réalise les opérations prescrites. D’emblée, l’Afan s’affirme comme relais incontournable de l’État. Le système repose sur une négociation du prix des fouilles entre l’État, l’Afan et l’aménageur. 
1974 marque une évolution importante : l’adoption de l’article R. 111-3-2 du Code de l’urbanisme, qui autorise le refus d’un permis de construire « si les constructions sont de nature (…) à compromettre la conservation ou la mise en valeur d’un site ou de vestiges archéologiques ». En s’appuyant sur cet outil réglementaire, les services de l’État développent les opérations archéologiques de sauvetage.

7 Enfin, en 1979, dans le cadre de la nouvelle direction du Patrimoine du ministère de la Culture, est créée la sous-direction de l’Archéologie chargée « d’étudier, de protéger, de conserver et de promouvoir le patrimoine archéologique national ». Cette date signe la reconnaissance définitive de l’archéologie comme part intégrante du patrimoine.

Du Grand Louvre à la réforme de l’Afan

8En 1982, l’État confie à l’Afan les fouilles du chantier du Grand Louvre, longtemps considérées comme la première grande opération d’archéologie préventive, ainsi que la gestion des fouilles programmées du mont Beuvray et l’organisation de l’année de l’archéologie en 1989.

9En janvier 1997, éclate « l’affaire de Rodez » : un site gallo-romain au cœur de la ville rouergate est détruit aux trois quarts par un aménageur. L’événement met en relief la faiblesse du dispositif législatif et des conditions de financement. La ministre de la Culture et de la Communication, Catherine Trautmann missionne, en 1999, un groupe de travail composé de Jean-Paul Demoule, professeur d’université, Bernard Pêcheur, conseiller d’État, et Bernard Poignant, maire de Quimper, pour réfléchir aux éléments pouvant déboucher sur une loi. Après de longs débats parlementaires, la loi sur l’archéologie préventive est promulguée le 17 janvier 2001. Elle a pour fondement légal la Convention européenne pour la protection du patrimoine archéologique, signée à Malte le 16 janvier 1992.

10Cette loi instaure une redevance servant à financer les diagnostics et les fouilles d’archéologie préventive, et prévoit la création d’un établissement public administratif qui hérite des droits et obligations de l’Afan -laquelle est dissoute. L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) est mis en place le 1er février 2002. Ses personnels deviennent des agents contractuels de droit public.

Le cadre législatif actuel de l’archéologie préventive

11L’article L.521-1 du code du patrimoine donne la définition juridique de l’archéologie préventive : « L’archéologie préventive, qui relève de missions de service public, est partie intégrante de l’archéologie. Elle est régie par les principes applicables à toute recherche scientifique. Elle a pour objet d’assurer, à terre et sous les eaux, dans les délais appropriés, la détection, la conservation ou la sauvegarde par l’étude scientifique des éléments du patrimoine archéologique affectés ou susceptibles d’être affectés par les travaux publics ou privés concourant à l’aménagement. Elle a également pour objet l’interprétation et la diffusion des résultats obtenus. »

12L’État reste au cœur du dispositif via les services régionaux de l’Archéologie qui prescrivent les fouilles et les diagnostics, en définissent les objectifs scientifiques, désignent les responsables scientifiques et contrôlent le bon déroulement des recherches. Le système de financement comprend désormais une taxe (Redevance d’archéologie préventive) exigible pour tous les aménagements supérieurs à 3 000 m2. Le Fonds national d’archéologie préventive (Fnap) subventionne les aménageurs dont le projet pourrait être compromis par le coût des fouilles.

13Les diagnostics, prérogative publique, sont réalisés soit par l’Inrap, soit par le service agréé d’une collectivité locale. S’agissant des fouilles, la loi de 2003 prévoit une ouverture à la concurrence (opérateurs publics et privés agréés). L’opération de fouille, dont l’aménageur est maître d’ouvrage fait l’objet d’un contrat ou d’un marché avec l’opérateur choisi.

14En 2016, la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (loi LCAP) du 7 juillet renforce le rôle de l’Etat qui exerce la maîtrise scientifique des opérations et assure un véritable contrôle scientifique, technique, administratif et financier du dispositif d’archéologie préventive. La loi met également en place un nouveau régime de propriété unifié des biens archéologiques mobiliers, mis au jour à la suite d’opérations archéologiques ou de découvertes fortuites, qui sont présumés appartenir à l’État.

L’Inrap, un service public original

15Largement autofinancé, l’Inrap est un établissement public de recherches placé sous la tutelle des ministères en charge de la Culture, de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

16Source permanente de renouvellement des connaissances sur les sociétés du passé, les opérations archéologiques constituent un « laboratoire » d’expérimentation de nouvelles procédures d’acquisition, de traitement et d’analyse des vestiges archéologiques. À leur issue, un rapport final d’opération, élaboré par l’équipe de chercheurs, livre à la communauté scientifique une synthèse diachronique de l’histoire archéologique du site, tout en présentant, sous une forme raisonnée, la documentation scientifique produite au long de l’opération. Ainsi, en 2018, le catalogue en ligne Dolia, qui depuis 2006 collecte l’ensemble des rapports d’archéologie préventive, a été enrichi de 3970 nouveaux rapports, dont 2752 de diagnostic et 569 de fouilles. En même temps qu’il clôture l’opération archéologique, le dépôt d’un rapport ouvre une nouvelle phase de la recherche. Les données collectées dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive peuvent être mises en relation avec d’autres ensembles de données, archéologiques ou non, afin de répondre à des réflexions au plus long cours, souvent transversales, s’inscrivant dans les axes de la programmation nationale du Conseil national de la recherche archéologique ou de la Stratégie nationale de la recherche. Contribuer à ces questionnements représente le cœur de la mission de service public de l’Inrap.

17C’est pourquoi l’Inrap promeut chaque année une multiplicité d’actions en soutien de la recherche, dont la plupart donne lieu à des publications et des communications dans le cadre de colloques ou autres manifestations d’intérêt scientifique. Cet effort, que l’Inrap assure en puisant dans ses ressources propres, se traduit par la mobilisation de journées de travail et, ponctuellement, d’aides financières, aux bénéfices des agents concernés. Ainsi, en 2018, les actions scientifiques réalisées à l’échelle nationale ont représenté une enveloppe de 20 017 journées de travail, qui s’ajoutent aux 665 journées de travail accordées aux actions scientifiques réalisées à l’étranger. Cet investissement de taille – équivalent à plus de 125 agents travaillant à temps plein pendant un an – traduit la volonté de l’Inrap de valoriser scientifiquement les données archéologiques issues des opérations qu’il conduit et d’en partager le contenu avec l’ensemble de la communauté scientifique.

18En 2018, par exemple, plus de 1 570 000 visiteurs ont bénéficié d’actions de valorisation impliquant l’Inrap. Cette fréquentation confirme l’engouement des citoyens pour l’archéologie et la vitalité des partenariats que l’Inrap a su nouer avec des établissements publics nationaux et des acteurs territoriaux.

19Les Journées nationales de l’archéologie, dont l’Inrap coordonne l’organisation pour le compte du ministère de la Culture, ont connu une nouvelle augmentation de leur fréquentation : en 2018, 200 000 visiteurs ont participé aux 1595 animations proposées dans 633 lieux en métropole et outre-mer. L’éducation artistique et culturelle (EAC) fait partie des priorités de la politique des publics de l’Inrap ; plus de 100 000 jeunes bénéficient chaque année d’une action.

Le partage des connaissances avec les scolaires lors des Journées européennes de l’archéologie.

© Inrap.

20Par ailleurs, dans le champ du handicap sensoriel, l’Inrap a poursuivi sa collaboration avec l’Institut national des jeunes sourds (INJS) et l’Institut national des jeunes aveugles (INJA) de Paris. Enfin, chaque année, l’Inrap coproduit une trentaine d’expositions en région. Parmi celles-ci, dernièrement, notons le succès de l’exposition « Arkéaube - Des premiers paysans au prince de Lavau à Troyes », l’itinérance de l’exposition « Tromelin, l’île aux esclaves oubliés » s’est poursuivie au Musée d’histoire de Tatihou, et « Quoi de neuf au Moyen âge », a été accueillie à la Cité des Savoirs Les Clévos, dans la Drôme.

L’archéologie préventive, la redéfinition de la discipline et la diversification des pratiques opérationnelles et conceptuelles

21En France, l’archéologie programmée –qui représentait l’écrasante majorité de l’activité archéologique jusqu’aux années 1970– est encadrée par la loi du 27 septembre 1941, désormais codifiée dans le livre V du Code du patrimoine, et légèrement modifiée en juillet 2016. Elle repose sur un régime d’autorisation accordée à un individu, professionnel de l’archéologie ou amateur, dès lors qu’il présente les garanties exigées au regard des objectifs scientifiques de la discipline et de sa méthodologie. Elle n’est motivée que par des objectifs de recherche et s’exerce en général à un rythme saisonnier sur des périodes de temps relativement longues.

22Comme nous venons de le voir, un nouveau champ d’acquisition et d’interprétation des données a été ouvert en France avec l’avènement de l’archéologie de sauvetage ‒dont les fouilles de la Bourse à Marseille (en 1967) ou celle du Grand Louvre (en 1970) peuvent servir à marquer l’origine ‒, puis celui de l’archéologie préventive.

Vue générale des fouilles d’urgence opérées sur le site de la Bourse à Marseille à partir de 1967

© Centre Camille Jullian

23En effet, paradoxalement, c’est le développement des travaux d’aménagement du territoire – tracé de linéaires autoroutiers, ferroviaires, gaziers ou autres – qui a conduit l’archéologue à aborder d’un point de vue nouveau les limites spatiales des sites, voire à développer une archéologie intersites. Ces explorations linéaires deviennent des transects au sens strict du terme : ruban où des occupations humaines successives peuvent être analysées et mises en perspective. À terme, ils constituent des référentiels qui autorisent le réexamen de données recueillies sur des espaces limités (fouille programmée, par exemple) et la redéfinition des réseaux territoriaux anciens. En France, ce n’est pas loin de la totalité du territoire qui est potentiellement devenue un site archéologique, ce qui permet de défricher de nouveaux champs d’étude et de porter un regard neuf sur l’histoire à l’échelle nationale. Malgré certains freins idéologiques ou contraintes économiques, le modèle français de l’archéologie préventive, très largement influencé par la pratique scandinave, est vanté et la démarche qui consiste à concilier le développement économique et l’étude du patrimoine se développe sur tous les continents. La construction du canal Seine-Nord Europe et le projet du Grand Paris Express sont des exemples de projets phares qui, dans les années à venir, vont être précédés d’études archéologiques qui permettront d’écrire et de faire partager au plus grand nombre l’histoire de ces territoires en mutation. Au Proche-Orient et dans les pays émergents – en particulier en Chine – l’augmentation exponentielle de la surface des terrains artificialisés et l’essor des travaux publics rendent urgent le déploiement de cette protection du patrimoine par la fouille.

Diagnostics archéologiques à Etricourt-Manancourt (Somme) sur le canal Seine-Nord Europe, 2009.

© Denis Gliksman, Inrap

24Sur les chantiers, il semble à première vue que les méthodes d’excavation ont peu évolué ces dernières décennies. Cependant, trois facteurs ont depuis le milieu du xx e siècle sensiblement modifié le champ opérationnel. Le premier est l’approche anthropologique qui dicte de nos jours toute conduite de terrain. Loin de la seule collecte des objets, de la lecture du plan d’une architecture voire de l’analyse stratigraphique d’un site, l’archéologue aujourd’hui repère et décrit l’ensemble des « gestes » humains qui ont concouru à la mise en place, au fonctionnement puis à l’abandon du site. Chaque unité stratigraphique, qu’elle soit d’origine humaine ou naturelle (paléosol, trace d’inondation), « positive » (apport de sédiments ou de matériaux, étape de construction…) ou « négative » (creusement d’une fosse, arasement d’un mur…), est étudiée et mise en relation avec les autres unités afin de mettre en séquence chaque événement de l’histoire du site et de son environnement.

25Le deuxième facteur qui, sur le chantier de fouille, a modifié les pratiques opérationnelles et a ouvert de nouveaux champs de recherche est l’analyse intrasite des données paléo-environnementales. En effet, traditionnellement, la dimension environnementale du site était appréhendée séparément et a posteriori de la phase de terrain ; le milieu – perçu avant tout comme naturel – était un objet d’étude périphérique. Depuis une trentaine d’années, en archéologie préventive –et sur de trop rares sites d’archéologie programmée– la fouille d’habitats ou de nécropoles permet de collecter des écofacts (graines, charbons de bois, pollens, ossements, sédiments…) qui renseignent sur l’environnement, son évolution, la nature et l’impact des activités humaines sur les terroirs et les espaces dits « naturels ». Ces données conjointement interrogées par les climatologues, les glaciologues, les historiens et les archéologues permettent d’apprécier les caractéristiques climatiques de chaque période et les évolutions climatiques régionales.

26Le troisième facteur innovant est lié à l’usage de plus en plus fréquent de la photogrammétrie, du scanner 3D et de la prise de vue numérique afin d’enregistrer, d’analyser, voire de restituer virtuellement le site. L’usage de ces outils, issus de prouesses technologiques sans cesse renouvelées, est rendu indispensable par le fait que, en archéologie préventive en particulier, le site est détruit lors de l’exploration et restitué – scientifiquement et / ou virtuellement – par l’étude. Notons que sur les sites dont la fouille n’est pas en lien avec l’aménagement du territoire, le manque de moyens octroyés pour la mise en valeur patrimoniale des « champs de ruines » ou les risques encourus sur des sites archéologiques majeurs lors de catastrophes naturelles ou de conflits rendent de plus en plus nécessaires le recours à des moyens de relevés performants.

Orthoplan du souterrain de Sublaines (Indre-et-Loire),

© Inrap 2013

27Cependant, l’archéologie n’échappe pas à un phénomène qui touche la quasi-totalité des disciplines scientifiques : celui de la multiplication des données, de leur enregistrement, de leur mode de gestion et d’analyse, et de leur exploitation. Dès les années 1950, les archéologues – en premier lieu les préhistoriens dont André Leroi-Gourhan et François Bordes – ont su gérer statistiquement les informations et développer de nouvelles approches. Grâce à des personnalités comme René Ginouvès, archéologue spécialiste de l’architecture grecque, l’informatique a rapidement été adoptée par les chercheurs dont l’établissement de corpus documentaires était au cœur du métier. Aujourd’hui, à l’image des expériences menées depuis un quart de siècle en Grande-Bretagne, en Italie ou en France, ainsi qu’en Amérique du Nord et du Sud, des systèmes d’information archéologique sont développés par des archéologues, des historiens, des topographes et des informaticiens. Ils permettent d’organiser ‒ d’affronter ! ‒ les mégadonnées en mettant en œuvre des outils appropriés à la gestion des données et des informations répondant aux questionnements des sciences sociales et humaines.

28Pendant longtemps, l’humain a paradoxalement été tenu à l’écart de ces questionnements et seules ses productions matérielles (objets, habitats, construction des paysages…) ou idéelles (cultes, rites, civilisations…) retenaient l’attention des chercheurs et des amateurs. Dans les décennies 1980-1990, un renouveau de l’archéologie funéraire, jusqu’alors centrée sur l’architecture des tombes et les dépôts d’objets, a permis le développement de l’archéo-thanatologie (première attestation du terme en 1998 !). Même si les objets déposés, les offrandes rituelles et l’architecture funéraire sont toujours étudiés, les restes du défunt sont placés au centre du discours et l’anthropologie dite « biologique » (étude des restes humains) est associée à l’anthropologie sociale et à l’ethnologie. Alors que, bien trop souvent dans le passé, la mise en perspective des realia se heurtait à une appréciation biaisée et que les processus d’altération et les modes de conservation différenciés ont même fait perfidement détourner le regard des chercheurs du cœur de certaines problématiques, la taphonomie a fait réévaluer le concept d’objet archéologique dans le domaine funéraire. De ce fait, ce sont les finalités de la démarche archéologique qui ont pu être sensiblement modifiées.

29En effet, l’archéologie – à la croisée d’autres disciplines – a dû reconsidérer l’humain non pas uniquement comme « producteur » ou « produit » de l’histoire mais comme porteur de sa propre histoire, individuelle ou collective ; une histoire sensible, nuancée et plurielle. Ce phénomène est perceptible dans toutes les formes opérationnelles de la discipline mais il particulièrement bien représenté en archéologie préventive par le volume d’activité généré et la mise en œuvre de grands chantiers. Ces dernières décennies, de nouveaux regards sur les sociétés ont été possibles grâce aux études menées sur les pratiques funéraires – individuelles ou collectives –, les modes de gestion des corps, et le lien entre le monde des morts et celui des vivants. Plus récemment, depuis les années 2000, sous l’influence de ce renforcement de l’intérêt pour l’humain en tant qu’objet archéologique, est apparue une archéologie de la santé. Celle-ci est un indicateur essentiel puisqu’elle est le reflet d’un état d’équilibre complexe entre un individu et son environnement. Les hommes sont les acteurs décisifs de leur propre milieu et les changements de mode de vie conduisent à des modifications de l’état de santé des populations. La gestion de la santé par le groupe est un fait culturel : une même pathologie ne fait pas la même maladie selon les époques et les latitudes ; le contexte – là encore – est essentiel. Développé depuis plusieurs années, notamment à l’Inrap, ce sujet d’étude nous parait aujourd’hui très d’actualité…

30Si la prise en compte de l’humain a renforcé une archéologie de la santé et une archéologie de la mort, la paléodémographie fait l’objet d’un questionnement récent qui apparaît pourtant comme essentiel. De façon classique, la démographie étudie la structure de la population et les divers quotients et ratios qui en découlent (proportion femmes / hommes, espérance de vie, taux de mortalité…). La paléodémographie a pour principal objectif de restituer, à partir des artefacts et de restes humains, une évolution quantitative des populations. Ainsi peuvent être tentées des approches sociales, économiques mais aussi spatiales des peuplements, au niveau d’un simple habitat voire d’une région. Au-delà du rapport premier à la subsistance, la démographie a un poids fondamental dans nombre de phénomènes sociaux, qu’elle en soit le facteur de départ ou qu’elle en subisse les conséquences. Aux quantités d’individus estimées et aux flux de populations observés – dispersions ou concentrations – sur des espaces limités répondent de façon malheureusement encore peu convaincante des données appréciées à l’échelle d’un pays ou d’un continent.

31Ces dernières années, les travaux sur la génomique humaine ont bouleversé la recherche en génétique des populations et en biologie évolutive. Celles menées sur l’acide désoxyribonucléique (ADN) fossile ont énormément progressé et la mise en œuvre d’analyses paléogénétiques des populations prénéandertaliennes jusqu’aux populations actuelles a permis de caractériser différents groupes d’hominidés, d’appréhender les routes des migrations et d’apprécier la nature des contacts entre les diverses communautés humaines. Aussi difficile à appréhender qu’il soit, l’humain devient enfin aujourd’hui une « archive du sol » à part entière, un objet archéologique essentiel qui vient enrichir de nombreux champs d’étude pluridisciplinaires, aptes à nourrir une histoire universelle des civilisations.

32Du sol, on notera qu’il a fallu une cinquantaine d’années pour que les archéologues le considèrent non plus uniquement comme la matrice d’artefacts mais, en tant que terre, comme un objet archéologique polysémique : matériau de construction essentiel dont la dégradation naturelle ou anthropique constitue la majeure partie des sédiments explorés. Ce sont les fouilles en domaine urbain qui ont révélé la richesse et l’intérêt du corpus mais également sa portée heuristique. La collaboration entre les archéologues, les pédologues et les géomorphologues est déterminante et les mises en perspective des découvertes de plus en plus en plus nombreuses. Les études sur l’usage architectural de la terre mettent en évidence l’importance de l’appréhension de l’environnement du site et de la nature du sédiment dans lequel les archives sont piégées. L’archéologie est avant tout une discipline de terrain et ne peut se passer de l’apport des sciences de la Terre : de la géoarchéologie qui permet de saisir le contexte environnemental à la micromorphologie qui détaille l’histoire du sédiment, en passant par la pédologie qui interroge la nature des sols.

La restitution des données vers un large public : l’apport de la 3D

33L’usage de nouvelles technologies permet de recréer virtuellement des sites détruits par des travaux d’aménagement. Ces technologies nouvelles, formes d’anastyloses numériques qui proposent parfois une vision « augmentée » des cultures matérielles, ne sont peut-être pas dénués de risque. En créant des répliques de monuments détruits ou inaccessibles, comme ce fut le cas en 2016 pour l’arc de Palmyre érigé à Trafalgar Square à Londres, en restituant en 3D des volumes architecturaux sans les associer à des contextes précis (voire connus), on patrimonialise une catégorie de sites dits « éternels », qualificatif historiquement peu heuristique puisqu’il signifie « qui n’a pas eu de commencement et qui n’aura pas de fin ».

Des perspectives d’avenir pour l’archéologie préventive…

34La visibilité de son activité sur tous les territoires, tant sur le terrain qu’au travers des médias, assure à la discipline une image de qualité et ses relations améliorées avec ses « clients » (aménageurs publics et privés) une image de sérieux. Les thématiques de recherches souvent indépendantes des strictes limites nationales, le transfert de savoir-faire techniques, la politique de collaboration internationale font également de cet institut un outil de diplomatie culturelle ainsi qu’un contributeur actif dans l’espace européen de la culture et de la recherche.

35De façon générale, la politique scientifique de l’Inrap doit nourrir la notion de Pôle public d’archéologie et encourager de façon contractuelle les collaborations interinstitutionnelles. Les actions scientifiques les plus marquantes (« Enquêtes nationales » thématiques ou chronologiques (type « Enquête Bronze »), « Saisons » (type « saison médiévale » 2016-2017), « Etudes et valorisation de sites majeurs » (Type « Projet Lavau ») …) doivent associer des partenaires d’autres institutions (CNRS, MCC, Collectivités, Universités françaises ou étrangères) et susciter des dynamiques transdisciplinaires.

Vue aérienne d’un grand fossé ceinturant un tumulus princier de Lavau (Aube)

© Denis Gliksman, Inrap

Détail du chaudron de la tombe princière du Ve siècle avant notre ère (représentation du dieu fleuve Achéloos)

© Denis Gliksman, Inrap

36La politique scientifique de l’Inrap encourage la diffusion des données : libre accès de la documentation et politique nationale de publication concertée. A cet égard, on note que l’établissement national a su montrer l’exemple : le dispositif de libre accès à la documentation archéologique le plus important est la base de données Dolia mise en œuvre par l’Inrap et qui permet d’accéder à plusieurs centaines de rapports en ligne. De façon générale au niveau de l’archéologie nationale, comme cela a été parfois souligné, on peut cependant regretter que la diffusion en ligne de ces rapports et notices relève d’initiatives encore peu coordonnées, parfois freinées par la nécessité de concilier l’objectif d’accès au plus grand nombre et le nécessaire respect des droits d’auteur.

37L’Inrap est un acteur majoritaire dans le domaine opérationnel ; il se doit donc de pointer des perspectives disciplinaires d’avenir. L’Institut joue un rôle essentiel dans le développement de nouveaux outils de détection de sites, de fouilles archéologiques et d’exploitation des données patrimoniales. De façon implicite, il est à l’origine de l’établissement de standards des pratiques opérationnelles ; il exerce un rôle direct dans la formation des archéologues et, indirectement, oriente la formation académique depuis une quinzaine d’années…. c’est un institut dont le modèle est un modèle unique en Europe et dont l’action se doit d’être pérennisée.

Sites internet :

38Ministère de la Culture - https://www.culture.gouv.fr/​Sites-thematiques/​Archeologie

39Collection Grands Sites archéologiques -https://musee-archeologienationale.fr/​musee-collections/​collection-grands-sites-archeologiques

40Inrap - https://www.inrap.fr

41revue Archéopages, n° en ligne - https://journals.openedition.org/​archeopages/​

42Rapport Livre Blanc : https://www.culture.gouv.fr/​content/​download/​64286/​file/​rapport-livre-blanc-archo-preventive-2013.pdf

Haut de page

Bibliographie

Demoule Jean-Paul L’archéologie préventive dans le monde : apports de l’archéologie préventive à la connaissance du passé, Ed. La Découverte, Paris, 2007.

Demoule Jean-Paul , Aux origines, l’archéologie : une science au coeur des grands débats de notre temps, Paris, La Découverte, 2020.

Demoule Jean-Paul (dir.), Garcia Dominique (dir.) et Schnapp Alain (dir.), Une histoire des civilisations : Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances. Paris, La Découverte, 2018.

Jockey Philippe, L’archéologie. Paris, Belin, 1999.

Kaplan Benoît, Lehoërff Anne (dir.), « Archéologie. Entre rupture et continuité » , revue « Culture et recherche », n° 139, 2019.

Lehoërff Anne, L’archéologie, collection « Que sais-je ? », n° 4122, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Notre Dame de Paris. Suite à l’incendie de 2019, l’Inrap a dépêché, au chevet de la cathédrale, une dizaine d’archéologues et de techniciens.
Crédits © Marc Viré 
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Le partage des connaissances avec les scolaires lors des Journées européennes de l’archéologie.
Crédits © Inrap.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Vue générale des fouilles d’urgence opérées sur le site de la Bourse à Marseille à partir de 1967
Crédits © Centre Camille Jullian
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5054/img-3.png
Fichier image/png, 42M
Légende Diagnostics archéologiques à Etricourt-Manancourt (Somme) sur le canal Seine-Nord Europe, 2009.
Crédits © Denis Gliksman, Inrap
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Orthoplan du souterrain de Sublaines (Indre-et-Loire),
Crédits © Inrap 2013
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5054/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Vue aérienne d’un grand fossé ceinturant un tumulus princier de Lavau (Aube)
Crédits © Denis Gliksman, Inrap
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5054/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Détail du chaudron de la tombe princière du Ve siècle avant notre ère (représentation du dieu fleuve Achéloos)
Crédits © Denis Gliksman, Inrap
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5054/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Garcia, « L’archéologie préventive en France : du sauvetage du patrimoine ancien à l’émergence de pratiques scientifiques et au partage de la connaissance. »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 169-177.

Référence électronique

Dominique Garcia, « L’archéologie préventive en France : du sauvetage du patrimoine ancien à l’émergence de pratiques scientifiques et au partage de la connaissance. »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5054 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5054

Haut de page

Auteur

Dominique Garcia

Professeur des universités, et président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) depuis 2014. dominique.garcia@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search