Navegação – Mapa do site

InícioNumérosTome IX - n°2DOSSIER : L'Archéologie entre l'h...La fouille archéologique comme la...

DOSSIER : L'Archéologie entre l'humain et les espaces

La fouille archéologique comme laboratoire et bibliothèque sans murs

Archaeological excavation as laboratory and library without walls
Laurent SCHNEIDER
p. 178-179

Resumos

Le chantier de fouille est aujourd’hui un véritable laboratoire multidisciplinaire éphémère afin de mieux connaitre les processus sociaux-environnementaux du passé.

Topo da página

Texto integral

1Voilà plusieurs décennies que l’archéologie française a désormais obtenu une certaine autonomie disciplinaire. Elle s’est dilatée dans l’espace et dans le temps jusqu’à explorer les traces de la Grande Guerre, elle ne comble plus seulement les vides des sociétés agrammates et de l’Histoire, elle ne discrimine plus les choses et les objets des sédiments qui les recouvrent ou les enveloppent mais elle extrait, démonte, séquence et dissèque au sein des sites ou des « agrégats » qu’elle identifie des éléments contextualisés, artefacts mais aussi écofacts (graine, os, charbons,) dont l’analyse relève tout à la fois des sciences de l’homme, des sciences de la vie et de la terre sinon d’un spectre plus large encore de multiples sous-disciplines. Interface entre nature et culture comme il est souvent dit, cette apparente fragmentation du processus archéologique repose néanmoins sur une scène essentielle où se rejoue sans cesse une partition réadaptée, réinterprétée, sinon améliorée dans son exécution et ses protocoles : le chantier de fouille.

2C’est dès cette étape et à cette étape que s’élaborent le principe et la possibilité de produire un récit, finalité d’une discipline dont le domaine principal — celui de l’appréhension des processus sociaux et socio-environnementaux d’un jadis plus ou moins lointain, n’en est pas moins essentiel pour l’avenir.

3 De fait, le chantier de fouille n’est plus aujourd’hui une simple entreprise de terrassement destinée à dégager des architectures ou des tombeaux. Il est un laboratoire éphémère à ciel ouvert, un lieu d’expérimentations multiples, une bibliothèque virtuelle où sont puisées des données, testés des protocoles méthodologiques et techniques sans cesse renouvelés qui participent à la mise à jour de l’inventaire du monde.

4En France, dans l’histoire de la discipline, la lente émergence de l’archéologie du Moyen Âge, période longtemps pensée suffisamment documentée par d’autres sources — textuelles, iconographiques, mais aussi architecturales, témoigne plus que toute autre sans doute de cette évolution de l’archéologie historique.

5Le développement de chantiers désormais étendus sur plusieurs hectares a fait surgir des centaines de villages souvent construits en terre ou en bois, jusqu’alors invisibles, et interroge les possibles d’une croissance agricole précoce, antérieure du moins à la renaissance des villes et des bourgs du XIIe s., horizon en de ça duquel il était jusqu’alors difficile de descendre par le seul biais des sources écrites qui documentent peu le monde rural et paysan.

6Alors que l’on pensait cette période de la seconde partie du premier millénaire de notre ère dépourvue de fer et d’outillage, fouilles et analyses ont montré par ailleurs l’importance, la qualité et la diffusion de ce matériau jusque dans les sphères paysannes.

7Il faut également souligner l’apport paradoxal — pour des périodes jugées récentes, des recours aux sciences physiques pour améliorer les approches probabilistes des langages de la chronologie avec le développement de méthodes de datation par le radiocarbone mais aussi de l’archéomagnétisme. Celles-ci ont permis l’affinement des datations des grands cimetières urbains et paroissiaux et de nombreux centres de production potière.

8Mais il est sans doute une fouille et un chantier plus que tout autre qui conjugue tous ces bénéfices et que l’on peut associer à la naissance proprement dite de cette archéologie médiévale moderne, celle de Colletière à Charavines sur la rive du lac de Paladru en Isère. Le milieu lacustre particulier a favorisé ici la conservation exceptionnelle d’un petit établissement rural fortifié des années 1003-35 ayant livré de nombreux matériaux organiques — os, bois, vannerie, cuir, tissus, graines etc… Il a contraint les archéologues dès les années 1980 à des innovations techniques et méthodologiques sans précédent en archéologie médiévale, avec un couplage de l’organisation du chantier en deux bases : la fouille subaquatique proprement dite et une sorte de laboratoire terrestre sur le rivage où étaient traités les seaux de sédiments (craie lacustre et vase), les prélèvements et les centaines d’objets immergés qui devaient être inventoriés mais aussi stabilisés. Carottage systématique de la séquence archéologique, mise au point d’une courbe de référence dendrochronologique (datation par le bois), sédimentologie, étude de la microfaune (algues et fossiles), de la macrofaune, palynologie, carpologie mais encore ichtyologie, paléoparasitologie et études plus classiques (mobiliers de la vie domestique et des artisanats, architecture des bâtiments) ont constitué le socle d’une démarche interdisciplinaire encore jamais développée à ce niveau pour ces époques récentes. Et les résultats sont éloquents. Du point de vue des pratiques sociales, le site de Charavines peut être défini comme un site élitaire, un centre domanial marquant la colonisation des moyennes montagnes pré-alpines par des groupes constitués de guerriers (chevaliers) et de paysans. Mais l’étude du milieu associe également le contexte de cette nouvelle pression agricole à un adoucissement climatique et donc à la perspective plus générale des changements climatiques et de l’adaptation des sociétés médiévales aux aléas ; - le site est inondé vers 1035 par un relèvement du niveau du lac. A travers le concept discuté de « Chevaliers-paysans », le récit proposé apporte une contribution spécifique sur deux questions essentielles toujours débattues qui font écho à des interrogations contemporaines. Par le biais du paradigme de la « mutation de l’an Mil », la première est celle qui touche à l’identification des processus sociaux à l’œuvre dans toute « transition » vers un nouveau régime historique (ici celui de la féodalité ou de la seigneuralisation de l’Europe médiévale). La seconde, par l’appréhension archéologique de la gestion des milieux, renvoie à la capacité de résilience des sociétés médiévales aux chocs environnementaux, qu’il s’agisse ici de discuter de la genèse de l’optimum médiéval ou ensuite des aléas du Petit Âge glaciaire.

9De manière pionnière, les fouilles de Charavines dont les méthodes et les innovations sont désormais largement déclinées, y compris en milieu terrestre ont accompagné l’ancrage d’un questionnement social de l’histoire environnementale, que l’archéologie médiévale peut interroger à un pas de temps, celui de la vie humaine, qui n’est pas toujours, celui plus habituel, de la longue ou de la très longue durée des sciences de la nature.

Topo da página

Bibliografia

Boissinot Philippe, « Pourquoi l’archéologie, dans toutes ses composantes, est une science sociale ? », Palethnologie [En ligne], 9 | 2017, http://journals.openedition.org/palethnologie/320,

Colardelle Michel et Verdel Eric, Les habitats du lac de Paladru dans leur environnement, la formation d’un terroir au XIe siècle, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1993.

Devroey Jean-Pierre, La Nature et le Roi. Environnement, pouvoir et société à l’âge de Charlemagne (740-820), Albin Michel, 2019.

Sanders Lena, Peupler la Terre. De la Préhistoire à l’ère des métropoles, Presses universitaires de Rennes, Collection Villes et Territoires, 2017.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Laurent SCHNEIDER, «La fouille archéologique comme laboratoire et bibliothèque sans murs»Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 178-179.

Referência eletrónica

Laurent SCHNEIDER, «La fouille archéologique comme laboratoire et bibliothèque sans murs»Histoire de la recherche contemporaine [Online], Tome IX - n°2 | 2021, posto online no dia 15 julho 2021, consultado o 29 novembro 2021. URL: http://journals.openedition.org/hrc/5124; DOI: https://doi.org/10.4000/hrc.5124

Topo da página

Autor

Laurent SCHNEIDER

Directeur de recherche CNRS, archéologue médiéviste, CNRS-EHESS, CIHAM, UMR-5648 Lyon-Avignon, laurent.schneider34@orange.fr

Topo da página

Direitos de autor

© Comité pour l’histoire du CNRS

Topo da página
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search