Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2VariaJean Pruvost, « dans les mots jus...

Varia

Jean Pruvost, « dans les mots jusqu’au cou »

Jean Pruvost, « in the words up to the neck »
p. 208-224

Notes de la rédaction

Professeur émérite de lexicologie et de lexicographie à l’université de Cergy-Pontoise et directeur éditorial des Éditions Honoré Champion, Jean Pruvost a dirigé le master des sciences du langage et le laboratoire Lexiques Dictionnaires Informatique (LDI, CNRS-Sorbonne Paris Nord). Il a accepté de revenir sur une longue carrière au service des mots, en répondant aux questions de la rédaction d’Histoire de la recherche contemporaine.

Texte intégral

Jean Pruvost

D.R.

On vous présente parfois comme un « fou de dictionnaires », voire comme un « dicopathe » … pouvez-vous nous dire comment vous en êtes arrivé là ?

  • 1 Bernard Quemada, (1926-2018), universitaire français, est l’un des pionniers de la lexicographie fr (...)

Chacun se donne toujours une réponse a posteriori, qui correspond bien à ce que je ressens, mais peut-être l’ai-je reconstruite. Mes parents étaient professeurs de sténo-dactylo et donc pas du tout versés dans la littérature ou la linguistique. Mais ils m’ont appris la sténo et la dactylo très jeune, vers 10 ou 11 ans. Ils étaient par ailleurs espérantistes. Ils m’ont embarqué dans des congrès où il y avait des colonies de vacances pour les enfants des congressistes où je parlais espéranto. Je ne suis pas militant espérantiste, mais à 11 ans, je discutais en espéranto avec des jeunes de tout pays… Et ensuite, j’ai rencontré Bernard Quemada1 et j’ai senti que c’était ça que je voulais faire, c’est-à-dire travailler avec lui dans le domaine des dictionnaires.

Je pense que la sténographie, domaine dans lequel mon père disait que j’avais du talent (il voulait que je sois sténographe à la Chambre. C’est raté !), c’est écouter les mots et les retranscrire avec un système phonétique qui suppose d’ailleurs des élèves qu’ils aient une bonne orthographe, parce que prendre en sténo est une chose, mais après il faut retranscrire. C’est tout le problème de la sténographie : trouver des gens qui ont une bonne orthographe.

Ensuite la dactylo, ce sont les mots au bout des doigts. On tape un « e » accent aigu ou un « e » accent grave. On est obligé de choisir précisément ses lettres. Donc attention à la phonétique, à la graphie ou à l’orthographe du mot. Quant à l’espéranto, c’est un latin simplifié, d’une certaine façon, qui pousse vers la morphologie, c’est-à-dire les préfixes, les suffixes, le jeu des racines… Exactement comme le latin, en plus simple. Quand, à dix ou onze ans, on vous apprend l’espéranto et que vous allez passer quinze jours avec des jeunes venant de tous les pays, dont la seule règle était de parler espéranto, parce que quand vous êtes avec un japonais, un allemand, un anglais vous ne pouvez pas faire autrement, ça marche.

Bernard Quemada, 1926-2018

© Georges Pannetton – Université de France Comté

À l’époque, ça ne m’a pas poussé vers les dictionnaires, mais cela m’a profondément marqué. Il faut ajouter un autre code, la musique. Toujours avec des intentions très pragmatiques, mon père me poussait à apprendre la clarinette, parce que, en cas de guerre, je serai dans l’armée, mais dans la fanfare… c’était vraiment son argument !

J’ai toujours été sensible à la littérature et à une langue codifiée. Je pense qu’il y a eu un déclic, aussi, en première année d’université, à Clermont-Ferrand. On nous a fait étudier Apollinaire. Ça m’a vraiment touché. C’est un poète que je trouvais plus qu’intéressant et je me suis enfermé à l’époque à la bibliothèque pour, dans le fond, radiographier tous les mots un peu difficiles d’Apollinaire, et il y en a beaucoup, ou des mots avec des sens un peu particuliers. C’est là que j’ai découvert le Larousse encyclopédique. Mes parents, quand j’étais en terminale (à l’époque, Bac philo), s’étaient offert le Grand Robert, dont je tirais parti lâchement pour les dissertations en prenant des citations qui donnaient une impression de culture que je n’avais pas. Tout cela me conduisit vers des études de lettres. Et comme je voulais être autonome, je suis devenu surveillant avant d’avoir fini ma licence. J’ai passé un concours pour garantir cette indépendance, même si mes parents n’étaient pas dans la pauvreté. À l’époque, le Capes était très difficile et je ne l’avais pas encore passé, mais je voulais vraiment être indépendant. Et sur le plan sentimental aussi.

  • 2 Professeur d’enseignement général des collèges de l’enseignement technique, corps d’enseignement du (...)

J’ai donc passé le concours de PEGCET2 option lettres et histoire. J’ai été reçu dans les tout premiers. J’ai ainsi fait de l’histoire ! Et je me suis dit : « Je ne vais pas m’arrêter là, sans finir ma licence. » Puis j’ai passé une maîtrise avec Bernard Quemada. Je découvrais la linguistique, dans le fond, en prenant des cours de licence. J’habitais à Saint-Denis. On était dans les années 1970 et en écoutant Bernard Quemada, émerveillé par sa manière de présenter l’histoire des dictionnaires, j’ai vraiment décidé que je ne quitterai pas cet enseignement. Je l’ai suivi en maîtrise, en DEA, premier DEA de linguistique française, et en doctorat, tout en enseignant. Je ne voulais pas rester enseignant dans l’enseignement technique, même si cela a ses vertus. Je me suis retrouvé conseiller pédagogique, car l’enseignement me plaisait beaucoup. J’enseignais le vocabulaire à mes élèves, et d’emblée, ils étaient enthousiastes. Je leur apprenais les racines latines et les racines grecques, ce qui ne se faisait guère dans le jardin de l’enseignement technique. J’avais un exemple en Pierre Larousse qui avait écrit au XIXsiècle un Jardin des racines latines, mais aussi grecques pour des élèves qui ne feraient pas de latin. Ça marchait très bien avec mes élèves. Je me suis retrouvé conseiller pédagogique, professeur d’application et inspecteur de l’Éducation nationale. J’ai dû être reçu la même année que celle de mon doctorat, en 1981. J’étais inspecteur pour le second degré des collèges et pour le primaire. Cela m’a beaucoup plu et m’a permis de diffuser ce qui concernait l’enseignement en particulier. J’ai beaucoup écrit dans le domaine pédagogique sur tout ce qui concernait le vocabulaire, en en mesurant les limites, car certains modes me paraissaient plutôt délétères. Je suis assez conservateur et traditionnel parfois, je pense notamment à la méthode globale.

Vous n’êtes pas le seul à avoir de telles pensées sur la méthode globale !

Je le crois aussi ! J’étais donc inspecteur de l’Éducation nationale, docteur avec une thèse sur les dictionnaires analogiques. L’outil était très compliqué, c’était les classements onomasiologiques, c’est-à-dire les classements des mots en partant de concepts. Donc ce sont des dictionnaires analogiques ou de synonymes, dont j’ai raconté l’histoire.

Je crois aussi que, mettant de côté ma formation par la morphologie à travers l’espéranto, la phonétique à travers la sténo, l’orthographe ou plutôt le mot disséqué sur le clavier, puisque je tape sans regarder mes doigts grâce à mon père, le passage de peu de temps comme professeur de lettres et histoire (l’histoire m’a aussi passionné, comme la géographie) n’a pas du tout été négatif –Quemada est aussi historien des dictionnaires, ce qu’il a su masquer à l’époque structuraliste. Il était quand même philologue. J’ai été formé par lui et dans cette direction-là. Donc, l’histoire des dictionnaires m’a tout de suite vraiment intéressé, en même temps que leur fonctionnement et c’est ainsi qu’a commencé, quand j’ai connu Bernard Quemada, la collecte.

La lettre « A » dans la version originale du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse

D.R.

J’ai 10 000 dictionnaires à peu près chez moi, donc je ne suis pas l’homme d’un seul livre. Jeune marié, aimant aussi les brocantes, j’ai récupéré des morceaux du Trévoux dans des endroits inimaginables, dans une ferme de Normandie, par exemple ! Après, les brocantes furent assez systématiques. Je n’ai hérité de rien, à part le Grand Robert de mes parents. Tous les autres dictionnaires, je les ai achetés, mais sans dépenser beaucoup d’argent. Peut-être que si, au total, mais c’était raisonnable. Au fur et à mesure des brocantes, j’ai, comme ça, acquis tous les Petits Larousse, de 1905 à nos jours, et ceux d’avant. Le premier ouvrage lexicographique de P. Larousse est le Dictionnaire de la langue française, de 1856, ce qui était nouveau à côté de la lexicologie des écoles qui était une grammaire fondée sur le vocabulaire, destinée à des enfants qui ne feraient pas de latin. C’est presque l’inverse des autres expériences, puisqu’il commence par ce petit dictionnaire de 742 pages, pour finir (enfin, il ne l’a pas achevé, aux deux tiers en tout cas) avec le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle de 24 000 pages. C’est un monument inimaginable. C’est une mine.

Tout cela m’a vraiment fasciné. J’ai commencé la collection à ce moment-là. À la fois des Petits Larousse, des Grands Larousse, tout ce que je trouvais et après, c’est sans fin. En ce moment, j’essaie un peu d’arrêter la chose, mais j’en reçois aussi, on m’en offre. Mais c’est vraiment sans fin. Hier soir, je me suis dit : « Je suis en train de me relâcher », parce que j’ai aussi tous les Hachette. Hachette s’est remis dans la bataille en 1981 avec une superbe préface de Roland Barthes. C’est tout simplement parce qu’il y avait tacitement un accord entre Larousse et Hachette. Hachette disait : « Nous faisons des manuels scolaires ; Larousse, vous n’en faites pas, vous faites des dictionnaires. » Chacun avait son rôle. En 1979-1980, Larousse a lancé un petit manuel 6e, 5e d’histoire donc Hachette a déterré la hache de guerre et a dit : « On se remet sur le marché du dictionnaire. » Ils ont publié en un volume le Hachette de la langue française encyclopédique et après, il y en a eu un chaque année. Je les ai tous achetés, mais je me suis aperçu que l’an dernier, je ne l’ai pas acheté. C’est une erreur. Je les achète tous, parce qu’ils ont chacun leurs particularités, leurs différences. Et l’une des qualités du Hachette n’est pas celle de la définition, qui est assez médiocre, enfin ordinaire, c’est la quantité de mots (ils sont dans un registre de 75 000 à 80 000 mots, donc plus que le Petit Robert ou le Petit Larousse), mais surtout, il y a toujours, à la fin ou au début, un sas, en vert jusqu’ici, des mots qui ne sont pas encore dans la nomenclature, qui viennent d’apparaître et qui sont, en quelque sorte, des néologismes en attente de confirmation. Ça, c’est précieux pour un linguiste ou un historien. Vous voyez les mots qui sont là et sont sortis. Vont-ils faire souche ? Parfois on les voit pendant deux, trois ans et ils rentrent dans la nomenclature. Parfois, ils disparaissent. C’est là que vous avez la chance de voir un mot qui ne se trouvera pas dans le Petit Robert ou dans le Petit Larousse, mais qui a déjà été repéré par un observateur. Ça m’a beaucoup servi pour le Que sais-je sur les néologismes. Ça permettait de dire : « Il a été enregistré ou repéré », ce qui ne veut pas dire qu’il est né à ce moment-là. Voilà pourquoi je les ai collectionnés. Ils sont tous, le plus possible monolingues. Je n’ai pas tous les dictionnaires, j'ai les plus importants. Et puis, les bilingues aussi, les français/latin, mais moins. On n’est jamais exhaustif, mais dans ce cas je ne le suis pas du tout. C’est quand même précieux, puisque dans l’histoire des dictionnaires, je le dis quelque part, les bilingues latin/français-français/latin ont précédé les monolingues. On a d’abord eu les dictionnaires bilingues et ensuite les monolingues. Presque tous les dictionnaires sont liés à un grand texte religieux à traduire pour les clercs. C’était le latin in fine (il y avait aussi d’autres langues). Pour aider les clercs, on a fait les dictionnaires, des recueils latin/français-français/latin et la première fois qu’on a un dictionnaire avec le français en premier, c’est en 1539 avec Robert Estienne.

Donc j’ai collectionné tous les recueils alphabétiques de quoi que ce soit. Ça peut être des dictionnaires de l’électricité (chez Larousse, il y en avait beaucoup), mais aussi de la coiffure. Il y avait des petits recueils de 40 pages sur la médecine pendant la Seconde Guerre mondiale c’était pour que les gens aient rapidement un renseignement sur leur maladie… On y trouve des choses surprenantes, parce que, par exemple, quand j’ai fait des petits opuscules sur les mots du cancer, qui m’avaient été demandés, c’est dans ce petit ouvrage vendu pendant l’Occupation, avec des feuilles presque faciles à déchirer, qu’il y avait les « maisons du cancer ». On explique qu’il y a des maisons qui sont propices au cancer, etc. Évidemment, tout cela, scientifiquement, est tout à fait discutable, mais ce n’est que là que j’ai trouvé ce genre de choses. Donc, quand je fais un livre sur un sujet, je ne néglige aucun dictionnaire. Il y a, si vous voulez, le savoir objectif, scientifique du moment, le plus objectif, celui que le CNRS peut dire, peut faire à un moment donné qui, évidemment, peut être remis en cause après. Et puis, il y a tous ces savoirs plus ou moins superstitieux ou subjectifs qui sont les doxas du moment, à plusieurs niveaux d’ailleurs : populaire, scientifique, pédant… C’est toujours très intéressant d’avoir le regard d’une époque. Collectionner ces dictionnaires, au début, ça a été l’enthousiasme, parce que je découvrais Bernard Quemada et l’histoire du dictionnaire. Le Petit Robert, le Grand Robert, le Larousse, il y avait des gens derrière, une histoire, donc quand on est professeur, ça nous intéresse. Après, j’ai vite compris que c’était des photographies d’un moment. C’est presque dommage que le Larousse illustré ne soit pas numérisé, c’est vraiment une mine d’informations.

  • 3 Le Trésor de la langue française est un dictionnaire des XIXe et XXsiècles en 16 volumes et 1 sup (...)

Le propre d’un dictionnaire, c’est que, certes, quelques-uns, Baudelaire le lisait, l’ont lu de A à Z. Moi j’ai lu le Petit Larousse de 1905 de A à Z, le Furetière de A à Z. J’en ai oublié évidemment la moitié, même 90 %, mais j’ai pris des notes et c’est un degré de maladie, une forme de dicopathie… Aujourd’hui, ce n’est plus du tout ça. Le dictionnaire se consulte, mais ne se lit plus, sauf les joueurs du Scrabble ou les champions d'orthographe. À ce moment-là, ce type de dictionnaires fondé sur une année avec les millésimes « Petit Larousse depuis 1905 », c’est extraordinaire de le suivre et de voir l’évolution d’un mot. Beaucoup de mes étudiants prenaient un mot, un thème qui leur était cher, un pays (l’Algérie, par exemple, le Maroc), dans le Petit Larousse, ils voyaient l’évolution chaque année. Même avec les littéraires, il m’est souvent arrivé de dire : « Prenez Albert Camus, essayez de voir quand il entre dans le Petit Larousse, quand il entre dans le Robert des noms propres, ce qu’on en dit, comment ça évolue, est-ce qu’il y a une illustration, elle disparaît, y a-t-il un lien avec Sartre, quand… ». C’est très enrichissant, on l’oublie ! Ce matin encore, on m’a demandé (en ce moment, je me laisse un peu aller parce qu’on me propose les mots et c’est plus simple pour moi quand on me dit : « C’est tel mot. ») le mot « accueillant », un « accueillant ». Évidemment, « accueil » existe depuis très longtemps (c’est pour vous dire que j’apprends aussi tous les jours – j’oublie aussi tous les jours). Tous les dictionnaires aujourd’hui expliquent que ça vient de cueillir (heureusement, il y a le TLF3). Très bien. Mais, une fois qu’on vous a dit qu’accueillir vient de cueillir, comment en est-on arrivé là ? J’ai passé deux heures à chercher et à retrouver en fouillant partout. En fait, il y a eu un premier sens d’accueillir, avec ce préfixe, qui était de pousser devant soi des soldats ou des animaux ensemble, puisque ça vient de « colligere ». De l’image « on les pousse ensemble devant » est venue l’idée d’aller au-devant. Donc accueillir, c’est aller au-devant. On oublie les soldats et les animaux. J’ai mis une ou deux heures à trouver ça. J’ai consulté beaucoup de dictionnaires, mais c’est finalement le TLF qui m’a donné la solution. Après, j’ai regardé dans le Littré et là, surprise ! Évidemment, je n’ai pas lu tout le Littré. Il explique que ce « uei » qui est bien compliqué pour nos élèves, n’est pas du tout normal, que c’est une sorte d’erreur de l’histoire. Autrefois le son « eu » s’écrivait « ue », on l’a oublié et transformé en « eu », comme dans fauteuil, etc. Il se trouve que pour « accueil », il y avait ce « c » devant et il fallait à tout prix continuer de le prononcer « que » : ils l’ont donc gardé. C’est donc une erreur et, dans son article, Littré propose qu’on l’écrive comme « œil » et même avec un seul « c », ce qui est très novateur. C’est étonnant. J’ai un long chapitre sur la phonétique, je ne l’ai pas écrit dedans, mais si j’avais eu cette chronique avant, j’aurais écrit cet exemple. Quand ils sont millésimés et qu’on les a tous, nos dictionnaires sont une mine historique, le témoignage d’un moment complètement oublié. Je pense aux Poilus, par exemple, « être à poil », ça voulait dire « être viril », mais pas « tout nu ». C’était avoir des poils, d’où Poilus. Et, dans le Petit Larousse de 1905, « être à poil », ce n’est pas « être tout nu », c’est « être viril ». C’est passionnant !

Donc voilà pourquoi je me suis passionné pour ça. Il y a aussi quelque chose dont je suis convaincu aujourd’hui. Je ne suis pas structuraliste, quand il s’agit de comprendre le mécanisme, mais on ne peut pas aborder un sujet sans en connaître un peu l’histoire et ensuite beaucoup l’histoire. Rien ne s’invente, tout est progressif. La grammaire, par exemple, ne m’avait jamais passionné ! Aujourd’hui, si j’avais 25 ans ou 30 ans, peut-être que je me passionnerais pour la grammaire, mais en partant de l’histoire et des termes qu’on utilise. Le choix même des termes « complément », « circonstanciel », « attribut » correspondent à une philosophie, le structuralisme étant lui-même une philosophie, donc… L’idée qu’on n’a jamais une vérité, mais la vérité du moment et que, derrière, il y a d’autres vérités, des strates historiques. Je suis persuadé, mais je prêche peut-être dans le désert, que si on enseignait plus l’histoire aux enfants, aux élèves, l’histoire des mots… ils en seraient ravis. Chaque fois que j’ai raconté l’histoire des mots à des élèves, de tout âge, ils étaient ravis.

Votre collection des dictionnaires se poursuit donc, sans fin ?

Oui, exactement. Je continue d’acheter des dictionnaires quand j’en ai la possibilité. Par exemple, j’ai dans ma collection, il faudrait que vous veniez à la maison, des « panneaux routiers ». Je ne sais pas, il y en a peut-être 100 ou 150. Ce sont des dictionnaires de citations ou de mots détournés. J’ai fait un dictionnaire de citations chez Bordas ; un dictionnaire marqué, des années 2009 ou 2010, par moi-même, puisque j’ai une sensibilité littéraire. Les dictionnaires des citations sont aussi éloquents quant à leur corpus, à la manière dont ils ont été retenus, la manière dont ils sont conçus… Après, j’ai les dictionnaires de mots détournés ou ce que j’appelle des caricatures de dictionnaires, comme Les mot qu’il y a que moi qui les connais de Jean Yanne, tous des mots inventés. Il y a une série invraisemblable de mots-valises. Des dictionnaires comme ça, j’en ai 10 ou 15. Quel humoriste n’en a pas fait un ? Je m’en sers beaucoup dans mes chroniques et j’en parle dans ce livre Les secrets des mots, des dictionnaires des mots croisés. Il y en a peu. Ils ont des définitions volontairement hors normes et c’est à nous de les deviner. Quand vous avez « journaliste plume de canard », ça a un certain charme, et souvent, le regard volontairement détourné est aussi quelque chose de révélateur d’une époque ou d’un moment. Par exemple, j’ai eu à faire le mot « magistrat », il y a quelques jours. Comme je veux toujours conclure mes chroniques par quelque chose d’un peu joyeux, ouvrir un petit peu, sourire, je trouve dans les mots croisés « Thémisman », c'est-à-dire Thémis, déesse de la loi et « man », bon, « Thémisman ». Il faut expliquer un peu, mais ça ne manque pas de charme. Ce qui fait d’un dictionnaire une chose intéressante, c’est que, quel que soit le dictionnaire (Littré, le Trésor de la langue française, le Jean Yanne ou le Desproges), il se veut relativement homogène, de A à Z, avec une certaine répartition des mots. On ne peut pas imaginer un dictionnaire avec 90 pages sur A et 2 pages sur B. L’homogénéité et la manière de traiter le mot étant là, c’est porteur d’une information. C’est aussi porteur, chez celui qui le fait, d’un travail de rigueur. Même Desproges ou Jean Yanne sont obligés de réfléchir à ce qu’ils écrivent, à organiser une structure… Ils doivent se creuser la cervelle pour trouver des mots. C’est toujours un travail, un regard, une homogénéité et un témoignage. C’est un témoignage d’une époque, de doxa d’un moment ou d’idées reçues.

Par exemple, l’idée reçue, c’est le Littré. Quand on a dit Littré, parfois, on a tout dit. Je suis allé à une soutenance de thèse de littérature ; on me fait venir parce qu’on parle un peu des dictionnaires (ce sont des thèses où j’ai été très gentil).

Émile Littré (1801-1881)

photographié par Félix Nadard (D.R.)

  • 4 Henriette Walter, née en 1929est une linguiste française, professeure émérite de linguistique à l’u (...)
  • 5 Jacqueline Picoche, née à Paris en 1928, est une linguiste française spécialiste de la lexicologie. (...)
  • 6 Claude Favre, baron de Pérouges, seigneur de Vaugelas, (1585-1650), est un grammairien savoisien et (...)

Vous avez un étudiant qui vous dit : « J’ai étudié telle partie du XIXe siècle en littérature, je me suis fié totalement à Littré, etc. » La malchance veut quand même que Littré n’a pas un exemple au-delà de 1830, que Victor Hugo n’existe pas dans sa deuxième partie de vie et que, Littré, énorme linguiste, énorme lexicographe, avait une conception darwiniste de la langue, qui était parfaite au XVIIe et s’est dégradée à partir du XIXe, comme un être vivant. Pour décrire la langue du XVIIe et du XVIIIe, Littré est une merveille : 90 % des citations sont celles d’écrivains du XVIIe ou du XVIIIe. Pour le XIXe, pas du tout. Il faut aller chercher le Larousse, dans ce cas-là, c’est lui qui décrira le mieux. Ça n’enlève rien à Littré. Il y a un regard. Si on ne sait pas le regard, c’est un peu comme un journaliste, il faut un peu de connaissances en politique pour savoir si son analyse est tendancieuse. Un dictionnaire est forcément une volonté d’objectif, mais partant de quelqu’un qui est subjectif. On ne peut pas faire autrement. Quand on fait un dictionnaire structuraliste, on est dans les années 1980, 1990 et à partir de 1995, on est déjà un peu rétrograde, l’histoire revient. C’est le moment où arrive le Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey, c’est le moment où arrivent Henriette Walter4, Jacqueline Picoche5 aussi. On le voit très bien. Et ça, c’est ce qui manque. Il n’y a pas assez d’histoire de la langue française. Je dérape, mais je suis convaincu qu’on ne peut pas aborder la littérature sans avoir un minimum d’histoire de la langue. Je faisais un cours d’histoire de la langue toute l’année, j’ai le souvenir d’un étudiant en licence, prenant des notes avec frénésie, découvrant la Préciosité, découvrant Vaugelas6, découvrant le Grand Siècle. Et pourtant, Racine, Corneille, Molière, tout ça il l’avait étudié. Il comprenait qu’il avait étudié Corneille sans le rattacher du tout à l’idée de la langue, à la construction de la langue de son époque. C’est ce qui fait aussi des dictionnaires, des outils à bien connaître. C’est pour ça que la première moitié de cet ouvrage (Le secret des mots) est sur ce plan-là plus qu’utile, il me semble. Après, il y a l’homme, son époque (on n’échappe pas à l’homme ou la femme) et les choix qui sont faits. On fait un dictionnaire synchronique ou diachronique. On fait un dictionnaire extensif ou intensif, c’est-à-dire peu de mots mais très bien définis ou beaucoup de mots moins bien définis. Ces questions de langue ou encyclopédiques sont là et nous permettent de dissocier le Petit Larousse avec ses illustrations, l’absence de citations et très peu d’exemples, du Petit Robert avec ses citations et beaucoup d’exemples.

Une fois qu’on a bien repéré qu’il y a toute une série de distinctions que vous verrez dans la deuxième partie (on en distingue une douzaine), il ne faut pas non plus être pris par l’étiquette. Vous pouvez trouver une excellente définition de langue dans le Petit Larousse et une excellente définition encyclopédique dans le Petit Robert, alors que, en principe, ce n’est pas leur ouverture. On oublie aussi que les dictionnaires modernes sont faits par des équipes. Autrefois, c’était un homme et ça garantissait l’homogénéité du regard. Aujourd’hui, parfois, dans le Petit Robert, je peux dire : « Ça doit être unetelle qui a fait cet article. » Quand j’ai dirigé le Littré, à un moment donné, on reconnaissait tout à fait qui avait rédigé l’article. Ça paraissait très objectif, mais en fait non.

Dans les dictionnaires pour enfants, un dictionnaire Bordas il y a plus de 30 ans (il n’existe plus), on pouvait lire pour « front » l’exemple suivant : « Il a un grand front, signe d’intelligence », ce n’est plus possible de nos jours du « politiquement correct ».

Si vous le voulez bien revenons à votre parcours : nous en étions à la thèse…

Vous avez raison. La thèse m’a appris beaucoup de choses : la rigueur et en même temps l’intérêt de l’histoire et le fait que ce n’était qu’un début, ensuite il y avait de nouvelles choses à faire. C’est à ce moment-là que je suis devenu inspecteur de l’Éducation nationale. J’ai écrit un petit livre sur les mots, différents articles, mais je n’ai jamais quitté Bernard Quemada. Une fois devenu inspecteur de l’Éducation nationale, je me suis retrouvé directeur d’école normale du premier degré, pour l’Essonne, au moment où elle se transformait en IUFM. J’y croyais assez, mais c’était très compliqué à mettre en place. J’ai vite compris qu’être directeur de centre IUFM, c’était presque impossible, parce que d’un côté (je l’ai fait avec cœur, je crois que ça ne s’est pas trop mal passé), il y avait le ministère qui ne suivait pas toujours financièrement, alors quand vous avez des allocataires qui ne sont pas payés et que vous êtes directeur, vous êtes vraiment coincé et ne pouvez pas sortir l’argent de votre poche ; et de l’autre côté, les professeurs de l’école normale ne voulaient pas de l’IUFM, pour des raisons évidentes : ils n’avaient pas du tout envie d’être universitaires, ce qui supposait quand même des pertes de salaires. Aussi même si je réussissais assez bien dans cette fonction et comme j’étais muni de mon doctorat, de quelques articles et de quelques livres, j’ai tenté l’aventure de maître de conférences. J’ai été reçu. J’ai été un maître de conférences et à l’IUFM dans un premier temps. J’avais le choix entre l’université de Nanterre et celle de Cergy. J’ai compris aussi que si je voulais faire de l’histoire de la langue, des choses en lexicologie, il valait mieux partir dans une université neuve, où il y avait encore de la place, plutôt que dans une université corsetée. Je suis donc allé à Cergy. Je ne voulais surtout plus avoir de responsabilités administratives, mais ça n’a pas raté, je me suis retrouvé directeur du département, puis de l’UFR naissante. Là, j’ai postulé pour être maître de conférences de l’université en plus de l’IUFM.

  • 7 Bernard Cerquiglini est un linguiste français né le 8 avril 1947 à Lyon. Ancien élève de l’École no (...)
  • 8 Annie Mollard-Desfour, née en 1959, est linguiste, lexicographe, sémiologue au CNRS. Conférencière. (...)
  • 9 Anne-Marie Hetzel, est professeure de linguistique à l’université de Cergy 1.
  • 10 Salah Mejri est professeur des universités en Sciences du langage à Paris XIII. Il a dirigé le labo (...)

J’ai vraiment eu un plaisir immense et jusqu’au bout à enseigner ma discipline : j’enseignais la lexicologie, l’histoire de la langue française, un peu aussi la pédagogie. Ensuite, Bernard Quemada m’a suggéré, ayant aussi des liens d’amitié avec Bernard Cerquiglini7, d’ouvrir un laboratoire du CNRS, une UMR, à Cergy. Je dois avouer que je connaissais mal le CNRS, j’en avais une haute idée, mais je connaissais mal son fonctionnement. Je n’avais même pas bien compris, au départ, ce qu’était une unité mixte de recherche. J’ai eu beaucoup de plaisir à accueillir des collègues du CNRS comme Annie Mollard-Desfour8, Anne-Marie Hetzel9 et les collègues de l’université. On était une toute petite UMR et c’est le moment où la dynamique a changé : il ne fallait plus de petites UMR, mais des grosses. Il a donc été question de se marier avec une autre unité. On avait pensé à Rouen, puis, finalement, ce fut avec l’ex-laboratoire de Bernard Quemada, qui était à Paris XIII. C’est comme ça que l’on s’est « marié » pour faire le fameux laboratoire Lexiques Dictionnaires Informatique (LDI) piloté par Salah Mejri10. Je ne voulais pas piloter l’ensemble, je voulais piloter seulement Cergy. Salah Mejri avait des ambitions plus larges que les miennes, qui étaient vraiment les dictionnaires, lexicologie, lexicographie. On s’est très bien entendu et après il y a eu des aléas. Le laboratoire s’est arrêté quand je suis parti. Je tenais à tout prix à continuer de faire vivre Cergy, qui fonctionnait très bien. Paris XIII, c’était tendu, pour diverses raisons. Salah Mejri est parti, un autre directeur est venu et j’ai survécu, même très bien vécu, à Cergy jusqu’à la fin.

Couverture de la revue Etudes de linguistique appliquée 

(D.R.)

C’est donc à Cergy que vous avez lancé la journée des dictionnaires…

  • 11 Pierre Corbin, professeur émérite de Sciences du langage. Spécialiste de la lexicographie, il a dir (...)

Oui, en 1993 (j’espère que ce n’est pas 1994), dès que j’ai été maître de conférences, j’ai lancé la Journée des dictionnaires à Cergy, pour rendre hommage à Bernard Quemada et à tous ces gens qui m’avaient nourri. C’était vraiment l’objectif. Quand j’ai eu mon doctorat, je me suis retrouvé inspecteur et directeur de l’école normale. Je me suis donc retrouvé dans un autre univers administratif, avec enthousiasme, sans jamais quitter l’autre univers de recherche, mais il m’échappait un peu dans le fond, dans son fonctionnement. Je lisais beaucoup. Quand j’ai été de nouveau maître de conférences, je suis allé retrouver Bernard Quemada, on ne s’était jamais perdus de vue. Il m’a embarqué tout de suite dans un projet : les préfaces des dictionnaires d’Académie. Il donnait cours à l’époque à l’École pratique des hautes études, donc j’ai suivi deux ans, le doctorat en poche, ses cours. On a fait ce livre. Il m’a demandé d’organiser avec lui ce colloque parce que je venais d’organiser la Journée du dictionnaire. Je sais qu’il a dit : « Le fait d’avoir été inspecteur, ça l’a tellement nourri qu’il est un véritable organisateur de manifestations scientifiques. » Cela m’a flatté, j’ai tellement d’admiration pour lui. Ça m’a poussé à envisager de structurer les choses. Quand vous êtes prof dans le secondaire, on n’organise pas de colloque, mais quand vous êtes inspecteur, directeur de l’école normale, là, vous organisez des choses. Donc j’avais sans doute appris un peu là à oser. J’ai donc organisé la Journée du dictionnaire en faisant venir quasiment les meilleurs du sujet, donc Bernard Quemada et Josette Rey-Debove. Je n’ai pas osé faire venir Alain Rey. Entre l’équipe Robert et Bernard Quemada et le TLF, il y avait dissension, une hostilité réciproque, je crois. J’ai atténué les choses et, en fait, je n’ai obtenu la présence de Bernard Quemada et de Josette Rey-Debove qu’à condition, en gros, qu’ils ne soient pas dans la même matinée. Mais ils sont restés quand même. Tout s’est très bien passé. J’avais fait venir à côté d’eux, ces deux maîtres pour moi, Pierre Corbin11 et d’autres personnalités du CNRS qui avaient vraiment contribué à la discipline. Je m’étais cantonné dans un rôle d’animateur et d’un non-dialogue avec Josette Rey-Debove. Mais un dialogue qui avait été extraordinaire : à des questions anodines que je lui posais, elle répondait avec une telle vigueur, notamment si le fait qu’elle soit femme était important. Et là, elle a fait vraiment une déclaration sur la féminité, le féminisme, assez étonnante, expliquant que, à chaque fois qu’elle avait introduit un dogme, ça avait été la dissension… C’était formidable. J’ai retranscrit tout ça.

Me voilà maître de conférences, organisant la Journée des dictionnaires, ayant une petite responsabilité administrative, dont je n’arrivais pas à me débarrasser et on me propose de diriger un laboratoire. Au début, c’était juste un projet, donc j’étais presque étonné que le laboratoire se crée. Dès la première Journée des dictionnaires, il y avait 200 personnes, ça a été un succès, je crois. Du coup, en conclusion, j’ai dit : « À l’année prochaine ! » Et c’est comme ça que je l’ai organisée chaque année. Chaque fois, je me dis que je vais arrêter, que c’est trop et chaque fois je reprends. Le laboratoire m’a enthousiasmé. C’est à ce moment-là qu’on a lancé le projet d’un musée virtuel du dictionnaire, que j’ai lancé la numérisation du Petit Larousse de 1905 et coordonné tous les travaux des uns et des autres.

  • 12 Daniel Delas, professeur émérite de Sciences du langage, de l’université de Cergy. Il fut l’auteur (...)
  • 13 Robert Galisson, (1932-2020) a commencé sa carrière comme instituteur avant de devenir professeur d (...)
  • 14 Cevu : conseil des études et de la vie universitaire d’une université.

Je décide de passer l’habilitation à diriger des recherches (HDR), puisque me voilà à pied d’œuvre. Je la passe en 2000, je crois. Avec Daniel Delas12, Bernard Quemada et quelqu’un qui avait aussi beaucoup compté pour moi, Robert Galisson13. Le soir même du jour où je suis reçu à la HDR, le président de l’université me demande d’être vice-président de l’université pour le Cevu14. Je n’en avais aucune envie, mais on ne peut pas refuser. Je souhaitais rester à Cergy, donc je me suis retrouvé vice-président du Cevu. Ça s’est très bien passé parce que la personne d’avant ne fonctionnait pas du tout (j’ai souvent eu cette chance), donc rien n’est mieux que d’arriver après quelqu’un qui, de notoriété, ne fonctionne pas du tout. Le simple fait d’être normal fait que ça s’est bien passé. Ça se passait si bien que, pour des raisons diverses, le président ne pouvait pas reconduire son mandat, m’a demandé si je souhaitais être président. Là, j’ai dit non. Être président d’université, c’est l’abnégation complète !

  • 15 Danielle Candel, chercheure CNRS honoraire – membre associé au laboratoire HTL, UMR 7597, CNRS univ (...)

En 2009, on m’a confié la revue des Études de linguistique appliquée. C’est une revue à laquelle je suis attaché, qui a été créée par Bernard Quemada dans les années 1960, à peu près, qui a été dirigée par Robert Galisson, qui a été son élève. Il y a quatre numéros par an. C’est lourd, mais mon système fonctionne assez bien : je ne suis pas les directives nationales, je choisis une personnalité forte dans un domaine, ce serait l’un ou l’une d’entre vous dans le domaine de l’histoire, et je lui confie le numéro avec les gens qu’il doit contacter en lui demandant qu’il y ait des jeunes, enfin qu’il y ait quand même une ouverture et après, c’est lui, elle ou un couple qui dirige ce numéro. Ils ont les contraintes matérielles. Moi, je préface toujours. Là, on vient de faire grammaire et dictionnaires. Ce ne sont pas que les dictionnaires. Je prends à chaque fois le mot et je le raconte dans les dictionnaires, pour ne pas marcher sur les plates-bandes des collègues : je prends la définition du mot grammaire dans nos dictionnaires. Là on a eu, par Danielle Candel15, qui est aussi du CNRS, j’ai passé mon doctorat en même temps qu’elle, « une affaire de complémentarité et de discipline en linguistique », très beau sujet, superbe colloque. Moi, je traite les mots « complément » et « complémentarité ». Ils sont contents et je n’ai pas de responsabilité scientifique. Je ne vais pas me mettre à la place de quelqu’un qui est le maître du sujet ! À la fin, il y a toujours des comptes rendus. C’est un peu la variable d’ajustement, parce que c’est 128 pages précises. Ça me demande beaucoup de travail. Ma femme me demande toujours d’arrêter. Je comprends mon épouse, mais ça me tient. Donc je dirige toujours cette revue sur des sujets très variés, toujours en linguistique, qui me permettent d’avoir beaucoup de contacts avec beaucoup de collègues. J’ai tenu à ce qu’il y ait toujours à la fin la bibliographie des auteurs. Souvent, vous avez l’article, le nom de l’auteur, dix lignes de résumé, un long article et une bibliographie, sans rien d’autre. Vous avez : « M. Martin Schaeffer » ou n’importe quel nom, mais vous ne savez pas qui il est. Donc ils ont une dizaine de pages qui leur sont consacrées. Ils y sont sensibles, tous, et moi aussi. Parfois, quand il n’y a pas de place, il n’y a pas de compte rendu.

Et en plus de ces nombreuses activités, il reste aussi un peu de place pour les médias.

L’autre aventure qui a commencé à ce moment-là et qui a transformé mon emploi du temps en jonglage permanent, c’est la radio. J’y suis très attaché. Dans le fond, une revue comme ça, elle est pour les linguistes, faite par les linguistes et fait vivre les linguistes. D’un autre côté, personne dans le grand public ne va lire ça. Nos travaux sont difficiles à lire et c’est normal, ils sont pleins de jargon, il y a de la technique… Ce n’est pas comme l’histoire. L’histoire, c’est extrêmement précis, mais quelqu’un qui ne connaît pas forcément peut se passionner pour un article savant, alors qu’en linguistique, parfois, c’est de la dialectique… Moi-même, je ne comprends pas toujours ce qui est exprimé dans certains domaines.

Au moment du centenaire du Petit Larousse, j’avais fait un livre sur les 100 ans du Petit Larousse et j’ai été invité par Mathieu Vidard, qui s’occupait des matinales sur France Inter. Il m’invite pour en parler. J’étais sans doute en forme, ça lui a plu et quinze jours après, il m’a téléphoné pour me demander si j’acceptais de faire une chronique le samedi et le dimanche, qu’il appellerait « Trésor des mots ». J’étais tout content, j’ai dit oui.

C’était assez simple : il fallait faire deviner des locutions, des expressions. Je donnais un premier indice à 6 heures du matin (c’était heureusement préenregistré), un deuxième à 6 h 30, un troisième à 7 heures. À 7 heures, il y avait toujours quelqu’un qui avait trouvé, ou presque, et j’expliquais la locution. J’ai fait ça pendant trois ans avec Mathieu Vidard, puis il a été invité pour « La Tête au carré ». Et comme tous les chroniqueurs, j’étais totalement dépendant de l’émission dans laquelle je chroniquais. Une dame a suivi, qui m’a repris, sur un autre genre, c’était les mots d’argot. Bon. Elle était moins rigoureuse, à mon sens, que ne l’était Mathieu Vidard. Lui, c’est quelqu’un d’élégant et de carré. Il est vraiment extrêmement précis et fidèle. Ce n’était plus aussi précis ensuite. Au bout de deux ans, ça s’est fini et je me suis retrouvé à Canal Académie à faire des chroniques. Comment ? Je ne sais plus. C’était Hélène Renard, à ce moment-là, qui dirigeait. Canal Académie n’avait pas forcément l’assentiment dans son organisation administrative du chancelier de l’Institut Gabriel de Broglie. Ça s’est arrêté pour n’être réservé qu’aux académiciens. Mes chroniques ont continué un peu, mais je n’en enregistrais plus. Cela étant, les chroniques restent sur le site de l’Académie.

Et il n’y a pas que les médias… On me demande de travailler sur les mots des notaires. Bon, je travaille sur les mots des notaires. Je ne connaissais pas. Pourquoi pas ? Ça leur a plu. Ils étaient prestataires. Après, on me demande de travailler sur les mots du cancer. Bon. Fort heureusement, je n’avais pas de personne dans ma famille atteinte, mais ce n’est pas très joyeux. Ça a duré trois ans, et j’avais vraiment cette aventure à cœur, humainement. L’objectif était difficile : il fallait expliquer les mots difficiles du cancer, évidemment, tumeur, cancer, etc., mais aussi résécabilité, des mots que je ne connaissais pas ou des mots compliqués de la médecine, et les présenter pour les médecins comme pour les malades. Il fallait que ça soit assez humain, léger, même, sans être, évidemment, déplacé. Je crois que j’avais trouvé le ton juste, en tout cas ça leur a plu. J’ai fait beaucoup de choses gratuitement. C’était payé, mais un des paiements les plus agréables fut de voir que des malades étaient satisfaits, par exemple me voir rapporter qu’un docker avait trouvé un réconfort dans l’histoire des mots qu’on lui assénait. Je trouvais que ça légitimait un peu ce travail.

Ensuite c’était à Lyon, RCF, (Radio chrétienne francophone), très installée à Lyon (c’est une des radios les plus puissantes de la ville), dont j’ignorais l’existence, m’a demandé de faire des chroniques de ces mots que j’avais fait. Et à la fin des chroniques, comme ça plaisait, ils m’ont proposé de faire une chronique quotidienne, le mot du jour. Je me suis dit : « Pourquoi pas, après tout ? » J’ai toujours un peu ambitionné de faire comme Alain Rey, avec qui j’étais en bonne amitié, à la radio (avec un peu de jalousie) et puis de faire des chroniques sans parler de politique. J’ai donc fait « un mot, un jour » en me disant que j’allais le faire deux ou trois mois et après je serai peut-être quand même rétribué. Les radios chrétiennes, c’est un peu entre elles et nous, mais on n’est pas payé. Ça fait quatre ou cinq ans que je le fais. Mais, quand vous savez que vous avez entre 300 000 et un million de personnes qui vous écoutent, que, quand vous allez dans des colloques, certains vous disent : « Je vous écoute tous les jours » et que l’exercice est une sorte de gymnastique quotidienne, vous y trouvez votre compte. Là aussi, mon épouse me demande d’arrêter, mais moi, j’y trouve mon compte. Je continue donc tous les jours, en direct ou au téléphone.

Mon objectif était quand même d’être sur une chaîne nationale, Radio France m’a toujours un peu séduit. On m’a invité plusieurs fois aux « Experts », à France Bleu, sur tel ou tel sujet. Et puis, j’ai proposé, c’était une sorte de dialogue avec le directeur, « Au nom des lieux ». Tous les matins, à sept heures moins dix, il y a une chronique sur l’origine des noms de lieux. Il faut être honnête, j’ai quatre minutes à peu près pour ma chronique, mais je n’ai pas le temps d’exploiter les dictionnaires que personne ne connaît. En quatre minutes, une fois que vous avez dit l’essentiel, vous ne pouvez pas ajouter ce petit supplément d’âme qui fait chercheur ou travaux érudits. Ce que je fais, je le ressens comme ça. C’est moins vrai sur RCF, j’ajoute des choses. Ce que je fais, c’est, dans le fond, donner du plaisir sur l’histoire des noms et, en l’occurrence, des noms de lieux. C’est à la fois de la lexicologie et de l’histoire, sans être original sur le sujet. Sinon, ce serait dix minutes sur France Culture. Parfois, c’est quand même assez formidable, car j’apprends beaucoup de choses aux gens, qu’ils pourraient trouver ailleurs, sans trop de mal. Je prends par exemple le Kremlin-Bicêtre, dans une naïveté qu’aucun historien ne peut avoir et que j’ai eue, je ne sais pas pourquoi, je me disais : « Le Kremlin-Bicêtre, c’est une commune rouge, donc ça a sans doute un rapport… » C’était stupide, car on imagine bien que c’était avant 1917, mais dans mon imaginaire, c’était ça. En fait, il y a eu le Kremlin. Pourquoi le Kremlin ? Parce qu’un soldat de Napoléon, qui avait la nostalgie de Napoléon après son exil, s’est installé pour ouvrir une petite auberge qu’il a appelée Au petit lieutenant du Kremlin, en souvenir de la prise du Kremlin à Moscou. Les cartographes, en 1823, ont besoin d’avoir des noms de lieux pour que les soldats se repèrent et vont mettre sur les cartes « le Kremlin », le nom de l’enseigne de l’auberge. Les maisons se construisent et ça devient le Kremlin. À côté, il y avait l’évêque de Winchester, Jean de Pontoise (un historien serait allé chercher plus loin, je ne suis pas allé chercher pour savoir pourquoi Jean de Pontoise est évêque de Winchester et pourquoi il a des terres à côté du Kremlin), a des terres à côté et notre difficulté à prononcer l’anglais ne date pas d’hier : Winchester devient donc Winchestre. Et par attraction paronymique (je ne le dis pas comme ça à la radio), l’attraction par un mot qu’on connaît d’un mot qu’on ne connaît pas, ce Winchestre devient Bicêtre, qu’on connaissait et qui voulait dire « Ah misère, ah, malheur ! » Bicêtre ça vient de bissextile et c’est le jour bissextile de malheur, de mauvais présage. Bicêtre se dit encore jusqu’au XVIIe. Plus du tout après. Les communes ont fusionné et c’est devenu le Kremlin-Bicêtre. Donc je raconte ça. Il n’y a pas de partie scientifique forte dedans, mais j’essaie d’initier quand même le grand public de France Bleue, à l’idée que rien n’est figé. Parce que souvent, dans les origines de noms de lieux, il y a plusieurs interprétations. Donc je les donne, en disant : « Il me semble que c’est plutôt celle-là, mais rien n’est sûr, parfois, on ne sait pas trop. » J’ai beaucoup de plaisir à faire ça. C’est un peu contraignant parce que c’est lourd tous les jours.

Vous pouvez enregistrer les émissions à l’avance ?

Non, RCF, c’est en direct, tous les jours. Ce matin, je l’ai fait au téléphone. Dans 80 % des cas, je le fais au studio, chez Bayard, dans un studio installé à Montrouge (92). Ensuite, « Au nom des lieux », c’est pré-enregistré et « Doc dico », aussi. Tous les dix, quinze jours, j’en fais dix d’un coup. Je crois vraiment que le grand public est friand d’histoire. Vous ne pouvez pas savoir le plaisir que vous faites en étant historien et en faisant ce que je fais, même si ma fonction première est linguiste, lexicologue, historien de la langue, sans être historien comme vous. Le grand public aime ça et il n’aime pas qu’on le prenne pour un niais. Il aime les choses précises et c’est une jouissance. Les radios fonctionnent comme ça : si vous êtes apprécié par le public, elles vous gardent. Si vous n’êtes pas apprécié, vous êtes renvoyé très rapidement et sine die. Je suis sur France Bleu, il y a une partie nationale, diffusée dans tous les France Bleu et il y a France Bleu Île-de-France. Il y a une partie de la journée identique pour toute la France. Depuis quelque temps, à la Toussaint, par exemple, et là pour Noël, ils me mettent aussi en national. Pas pour les noms de lieux, car ce sont ceux de l’Île-de-France, mais à la Toussaint, c’est un exercice invraisemblable, mais j’y trouve du plaisir aussi, ils me prennent comme « savant lié au CNRS, à l’université », donc c’est l’image qu’ils me donnent et j’espère ne pas trop décevoir sur des sujets variés. Je ne m’attendais pas à ça. Ils m’ont dit : « Voilà, pour la Toussaint, ce qui nous intéresserait, c’est qu’on te donne une liste de personnes décédées connues, des personnalités (Mitterrand, de Gaulle, Dalida, Jean Ferrat, Baschung…), et tu raconteras l’histoire de leur nom, d’où vient leur nom et, dans la deuxième partie, l’endroit où ils sont enterrés et d’où vient le nom de la commune ou le Père-Lachaise, par exemple, pourquoi ? » À vrai dire, au départ, Dalida, par exemple, je ne savais pas d’où ça venait. C’est là où les dictionnaires sont plus qu’utiles, parce qu’on y trouve à peu près tout. Baschung, c’est une variante alsacienne de Sébastien, et c’est le nom de son beau-père (son père, on ne sait pas qui c’est) qui était boulanger avec lequel il s’entendait très bien. Donc je raconte ça et les gens sont intéressés. En même temps, il y a des livres à faire, j’en ai plusieurs en commande. Les livres, le problème, c’est de trouver la plage, le temps pour être tranquille. Je m’en sors en me levant à quatre heures.

Et le laboratoire ?

J’ai encore quelques thèses à faire soutenir. Je n’ai rien demandé, ils l’ont appelé « lexiques, discours, textes et dictionnaires » et ils ont proposé de donner mon nom à ce laboratoire. J’ai dit : « Mais je ne suis pas mort ! » Et ça me gêne beaucoup, c’est indécent, « laboratoire Jean Pruvost ». Mais, j’ai eu beaucoup de chance, parce que Bernard Quemada m’a donné une grande partie de sa collection d’ouvrages métalexicographiques sur les dictionnaires, la linguistique. Tout est à Cergy. Ensuite, dans les brocantes, quand je voyais un Larousse de 1925 à un euro ou deux euros, je n’allais pas le laisser partir, donc je me retrouve avec des doubles ou des triples et je les ai donnés à Cergy. Ils ont donc une collection de Petit Larousse, pas complète, mais importante.

Une publicité du Petit Larousse illustré en 1910

(D.R.)

  • 16 Olivier Bertrand est président du département des Langues et cultures de l’’École polytechnique et (...)
  • 17 Christophe Rey, professeur de linguistique à Cergy Paris Université, directeur de l’équipe Lexiques (...)

La chance a été que, médaille de bronze du CNRS, Olivier Bertrand16 a pu être nommé directeur avant que je m’en aille. Moi je souhaitais qu’il y ait quelqu’un pour l’histoire de la langue. Je ne voulais pas que ça se perde. Le président de l’université, François Germinet, qui était vraiment très pertinent, m’a suivi et un poste a été ouvert sur l’histoire de la langue française et c’est Olivier Bertrand qui a légitimement été élu. Je voulais être sûr de partir avec ça, qu’il y ait une suite. Et comme on ne sait jamais ce qui arrive sur votre propre poste, parfois ils sont redistribués autrement. En fait, ça s’est très bien passé : l’équipe et le laboratoire ont fait en sorte que mon poste soit conservé en lexicologie/lexicographie et y a été nommé Christophe Rey17, qui était aussi à l’institut, il est directeur maintenant de ce laboratoire. Sa spécialité est le dictionnaire du XVIIIe-XIXe. J’étais à sa thèse il y a bien longtemps.

Y a-t-il un lien de parenté avec Alain Rey ?

Non, aucun. C’est d’ailleurs assez drôle, parce que j’ai fait diriger à Christophe Rey un numéro des études des linguistiques appliquées que j’ai envoyé à l’Académie, puisqu’il était consacré à l’Académie. Un des membres de l’Académie a dit : « Ah, quand même, Rey a changé d’avis, il a une vision beaucoup plus… » Ils ont confondu. Ça a bénéficié à Alain Rey, qui n’avait pas bonne presse. Christophe Rey est un grand spécialiste, donc le laboratoire est en de bonnes mains. Les dictionnaires sont là-bas.

S’agit-il toujours d’une unité mixte ?

  • 18 François Gaudin est professeur des universités en Sciences du langage à l’université de Rouen. Gran (...)

Non, ce n’est plus une UMR, mais une équipe d’accueil de l’université de Cergy. L’UMR a disparu avec moi. Ils ont réussi quand même à rester avec une identité dictionnaire et lexicologie. Olivier Bertrand et Christophe Rey tiennent bien la barre. En tout cas, quand j’y vais, je suis assez content qu’il y ait des personnes, parce qu’on n’est pas des centaines sur les dictionnaires. Moi, je tiens ma place là-dedans, après, il y a François Gaudin18, près de Rouen, Pierre Corbin est en retraite. Moi, comme je suis tout le temps dans les mots jusqu’au cou à travers les chroniques, les livres, la Journée du dictionnaire, les études de linguistique appliquée. Personne n’imagine que je suis retraité.

« Dans les mots jusqu’au cou » ? Nous retenons cette expression pour le titre de votre témoignage !

  • 19 Marina Yaguello est une linguiste française, professeure émérite à l’université Paris VII.

J’ai commencé par être « spécialiste » des dictionnaires, mais je revendique un peu. Quemada a fait le même parcours, d’ailleurs. Enfin, en plus brillant. Quemada se revendiquait lexicologue. Il s’est trouvé embarqué dans le Trésor de la langue française auquel il a donné sa magnificence, mais il disait toujours : « Je suis lexicologue ». Moi, je me suis retrouvé dans les dictionnaires, les mots. Mais je ne vois pas l’intérêt d’avoir 10 000 dictionnaires chez moi si c’est pour ne pas les ouvrir à tout le monde. Et je ne vois pas l’intérêt d’être demi-savant si ce n’est pas pour le transcrire agréablement. Par exemple, j’ai toujours trouvé qu’il y avait l’humour anglais et les jeux de mots français. Que c’était différent, complémentaire, mais pas tout à fait la même chose. Marina Yaguello19 n’y croyait pas du tout. Et en fait, je suis presque sûr de moi. C’est une hypothèse, mais j’en suis presque sûr. Notre langue n’a pas, et c’est là où la linguistique, l’histoire se complètent, dans ses mots et dans ses phrases, d’accents démarcatifs. Je m’explique, dans « formidable », je peux dire « FORmidable », je peux dire « formiDABle » il n’y a pas d’accent. Il est où on veut bien le mettre, affectif. Notre langue se caractérise par un accent qui est souvent mis à la fin de la phrase et si on demande à quelqu’un où est l’accent dans « anticonstitutionnellement », personne ne sera capable de le dire. Alors qu’en anglais, l’accent est vraiment capital et comme l’accent à tendance à effacer ce qui est avant et après, nous, on a du mal à suivre si on ne sait pas où est l’accent. Donc on fait beaucoup de jeux de mots parce qu’on a des rencontres homonymiques en permanence. Quand on parle « d’une autre », on n’est pas capable de savoir si c’est « d’une autre » ou « du nôtre » et il y a énormément de rencontres de ce type dans notre langue. Pour éviter d’être dans l’embarras, on joue avec les mots. « Pour qui sont ces serpents qui sifflent… », ça, c’est Corneille, donc c’est de la littérature, mais on en a toute une série comme ça : « Les chaussettes de l’archiduchesse », etc. Dans les comptines, on aime en jouer, ça fait partie, peut-être, pour nous, d’une manière de lutter contre cette difficulté-là de notre langue. C’est une hypothèse que j’explique dans Les secrets des mots. Mais ça permet d’expliquer les jeux de mots, comment ils fonctionnent. Et l’expliquer sans passer par « diachronie », « synchronie », mots qu’on va évidemment utiliser dans la Revue linguistique, on n’a pas besoin de parler de syntagme…

  • 20 Charles-Joseph Panckoucke, (1736- 1798) est un écrivain et libraire-éditeur français, éditeur de l’(...)
  • 21 Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, (1741-1794) est un poète, journal (...)

Ceux qui parlent de diachronie, synchronie connaissent-ils le Grand Vocabulaire français qui a été entamé chez Panckoucke20 et auquel a collaboré Chamfort21, qui en a rédigé plusieurs tomes ? Avez-vous les 30 volumes ?

Je les ai tous en PDF. Il y a un dictionnaire qui me manque, c’est le Dictionnaire historique de la langue française par François Villemain bien sûr, mais de l’Académie, parce que, en 1835, ils ont lancé un dictionnaire historique. Or, ils ont fait quatre volumes et se sont arrêtés à la lettre A. Impossible de le trouver chez les brocanteurs, car les gens n’osent pas le vendre, parce qu’ils se disent que ce n’est que la lettre A, l’antiquaire se dit : « Qu’est-ce que je vais faire de la lettre A ? » En fait, il est complet avec la lettre A.

  • 22 Pierre-Claude-Victor Boiste (1765-1824), avocat de formation, puis imprimeur, il est l’auteur d’un (...)

L’autre chose qui est amusante, c’est pour le Boiste22. C’est dans le Boiste que « linguistique » fait son apparition. Tout ce que vous avez dit sur l’histoire était important, parce qu’on ne peut concevoir de dictionnaires de la langue française qu’historiques. Avec les entrées et les sorties.

Le dernier mot que j’ai travaillé, je l’ai donné à un journal, c’est l’histoire du mot « gilet ». En fait, c’est un mot turc, passé par l’arabe et c’était le vêtement des galériens chrétiens. Pourquoi le vêtement, l’historien pourrait peut-être me le dire, mais je pense que parce qu’il n’y avait pas de manches et que ça protégeait les épaules des coups de soleil, je ne sais pas. Après, c’est passé dans notre langue. Littré pense que ça vient de gille. Les gilles qui étaient les personnages un peu carnavalesques, mais, en fait, non. On sait maintenant que ça vient vraiment d’un mot d’arabe issu du turc. Il y a eu une couleur célèbre, c’était les gilets rouges. C’était à la bataille d’Hernani : Théophile Gautier, favorable au romantisme, a arboré un gilet rouge, ensuite Verlaine évoque les gilets rouges pour décrire les romantiques. Après, il y a le gilet de sécurité et il y aura une autre entrée dans le dictionnaire.

Pour en revenir au TLF, le premier volume est paru en 1971, avec la reprise par Bernard Quemada en 1977. Mais il y avait un chantier, un dessein de compléter par un dix-septième volume consacré à l’argot ?

L’idée a existé. Ça n’a jamais été fait. De même que le seul défaut, enfin, tous les dictionnaires ont leurs qualités et leurs défauts, mais le TLF est quand même un monument, avec un moteur de recherche compliqué, mais extraordinaire ; il devait y avoir un complément. Ça manque vraiment. C’est un dictionnaire qui est mort en 1994. Fort heureusement, il est tellement riche que ça nuit aux mots apparus depuis, mais les mots qui ont un peu changé de sens, gardent encore tellement d’informations précieuses ! Mais j’ai toujours regretté. Je ne sais pas comment ça s’est passé. Je suis allé évaluer l’Atilf qui a pris la suite de l’Inalf et ils continuent de travailler magnifiquement d’ailleurs, sur le DMF, Dictionnaire du moyen français. Il y avait les disquettes, tout ce qu’il convenait pour faire un complément. Il n’a jamais été fait et c’est perdu, maintenant. C’est vraiment dommage. C’est comme une immense cathédrale, dont on arrête la construction d’un seul coup.

  • 23 Roland Barthes, (1915-1980) est un philosophe, critique littéraire et sémiologue français, directeu (...)

Quoi qu’il en soit, pour tous les projets, on ne peut pas faire sans une collaboration. La complémentarité des disciplines plus larges, histoire, littérature et linguistique, c’est une nécessité. Musique aussi, d’ailleurs. Là, vous avez des connaissances que les linguistes n’ont pas forcément. Les littéraires ont évidemment aussi leur mot à dire. Et quelqu’un comme Raymond Queneau qui n’est pas un linguiste, pas un lexicologue ni un lexicographe, a son mot à dire sur les mots. C’en est un maître. Et quelqu’un comme Roland Barthes23, qui savait parler sans être abscons, c’était quelque chose de phénoménal. Dans un colloque auquel je participais à l’Inalco, sur les dictionnaires, on m’a demandé de faire l’ouverture du colloque. J’ai évoqué ce que j’appelle la relation quaternaire : d’abord la position dans laquelle on se trouve (est-ce qu’on fait un dictionnaire alphabétique, conceptuel et à quelle époque on se trouve ?), ensuite les choix qu’on fait de procédures (dictionnaire descriptif, historique, de spécialités). Et après, j’évoque, c’est du jargon, la triple investigation dictionnairique. Prenons le mot « histoire », par exemple. Ils le comparent entre plusieurs dictionnaires de même époque et de mêmes formats, ils peuvent prendre des grands, des petits et regarder la définition complète de l’ouvrage, parce que chacun apporte quelque chose, un regard un peu différent (heureusement, il y a un noyau commun) et on les ajoute. On a déjà un panorama de tout ce qu’on pouvait dire ou penser sur l’histoire à un moment donné. C’est la première investigation. La deuxième suppose des supports numériques, c’est chaque fois qu’on a besoin du mot « histoire » dans le dictionnaire, partout où il se trouve. Comme un dictionnaire est fondé sur l’économie de place, l’économie des mots, on n’utilise pas un mot pour le plaisir, mais parce qu’on en a besoin. Je l’avais fait pour le mot « norme » dans le Petit Larousse et le Petit Robert. Et là, c’est un peu comme quand vous appuyez sur la carte du métro et que plusieurs stations s’allument, vous tapez « histoire » et vous voyez une dizaine d’articles, une quinzaine, une trentaine et on voyait très nettement l’orientation du Petit Robert, celle du Petit Larousse et, dans le fond, la belle image, c’était le cumul des deux avec des orientations différentes. Et d’un seul coup, pour le mot « norme », on voyait comment il était indispensable dans toute une série de concepts. Histoire est un mot énorme. L’histoire est toujours présente.

La troisième investigation était de repérer d’un bout à l’autre du dictionnaire numérisé les mots devant et les mots derrière. C’est-à-dire les adjectifs, qu’est-ce qu’on fait de l’histoire ? Elle peut être moderne, antique. Qu’est-ce qu’elle peut être et qu’est-ce qu’on peut en faire ? Là aussi, c’est un éclairage super. J’en arrivais à la conclusion que le Petit Robert était extrêmement riche dans cette triple investigation, mais l’article n’était pas bon. L’article était simpliste quand l’ensemble du dictionnaire donnait quelque chose de très solide. Et je me disais ; « Évidemment, ça échappe au lexicologue ou lexicographe », puisqu’il écrit son dictionnaire article par article, de A à Z pour des raisons pratiques et, à un moment, il ne sait plus quand il a utilisé le mot « histoire », le mot « norme », or il a utilisé à bon escient et au bon moment dans tel ou tel article. Ça donne un point de départ fort aux étudiants dans le cadre d’un doctorat. Ça faisait de l’ensemble des dictionnaires un corpus conceptuel et historique. Je l’ai fait une ou deux fois, mais c’est un gros boulot.

Il y a une comparaison à faire, si vous permettez, qui nous est permise par le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse, que vous avez évoqué tout à l’heure, ce monument, et un autre qui est beaucoup moins cité qui est ce qu’on appelle la Berthelot, les 31 volumes. Il y a un décalage d’une quinzaine d’années, ça se termine en 1910. Mais le traitement des notions est totalement différent.

Il y a une spécialiste, Christine Jacquet-Pfau. Elle était maître de conférences au Collège de France, sa passion était effectivement l’encyclopédie Berthelot. Une fois, comme je me passionnais aussi pour le Grand Dictionnaire universel et le Berthelot que j’ai, je me disais que Berthelot était beaucoup plus complet. En quantité de signes, non. On a comparé. Mais c’est bien plus objectif.

  • 24 Lucien Paul Victor Febvre, (1878-1956) historien moderniste qui a fondé l’École des Annales, revue (...)
  • 25 Anatole de Monzie (1876- 1947), homme politique français. Il a notamment été ministre des Finances (...)

L’encyclopédie qui pose problème reste tout de même l’Encyclopédie française de Lucien Febvre24 et Anatole de Monzie25, puisque les cahiers étaient mobiles. Il est pratiquement impossible d’avoir la collection complète. Le clou de cette encyclopédie, c’est l’article de Lacan. C’est là qu’a été publié pour la première fois le stade du miroir, en 1934. Avoir une collection complète de cette encyclopédie française est à peu près impossible : on a des fascicules qui toujours manquent. Elle était constamment mise à jour. Cette encyclopédie est dynamique et Monzie avait tout fait pour que Febvre ait les moyens de la réviser.

Moi j’en ai une partie. Je ne sais pas ce que j’ai. Il y a des choses, on ne sait pas si on a tout.

Le frontispice du Dictionnaire de l’Académie française en 1694…

(D.R.)

Et pour les dictionnaires étrangers, vous avez tout ?

Non, évidemment, je n’ai pas tout, loin de là. J’ai la Britannica. Quand je dis que j’en ai 10 000, les gens pensent que c’est énorme, mais il y aurait encore une vie à en prendre 10 000 de plus. Les Hachette, je les ai depuis 1981, depuis la préface, et comme je vous dis, j’ai constaté hier soir que je n’avais pas acheté celui de l’an dernier. Donc il y a du relâchement.

Il y a eu un dictionnaire qui a été récompensé par le CNRS récemment, c’est le Dictionnaire des intraduisibles. Est-ce que vous l’avez eu entre les mains ?

Je l’ai vu, mais pour moi, il n’y a pas un seul dictionnaire qui ne mérite pas d’exister, parce que même les mauvais dictionnaires ont leur place.

Je me sens un généraliste de l’histoire des dictionnaires, de langue principalement et encyclopédiques. Après, il y a les dictionnaires de spécialités, qui sont très importants. J’en parle beaucoup. C’est là où on peut aller beaucoup plus loin dans tel ou tel domaine. La langue française, c’est 3 000 mots de base, 30 000 mots de culture générale, 60 000 mots qu’on va retrouver dans le Petit Larousse ou le Petit Robert, avec une partie du vocabulaire technique. Si on pousse le vocabulaire technique, on peut arriver à un million. C’est le cas de l’Office québécois de la langue française. Évidemment, des gens cultivés comme nous, on oscille entre 25 000 et 30 000 mots, mais si vous étiez chimistes, vous en auriez encore beaucoup plus parce qu’ils peuvent en inventer à foison. Donc, pour cette partie spécialisée au-delà des 3 000, des 30 000 de culture générale qui entrent dans les vocabulaires de spécialités, il n’y a pas trop de limites. Et c’est là où les dictionnaires de spécialités vont donner le « rose », le « jaune », etc. et on ira plus loin avec un « carmin », puis entrer dans le vocabulaire précis des peintres. Seuls eux peuvent bien le faire et bien le décrire. C’est pour ça que le travail d’Annie Mollard-Desfour est considérable. Elle est venue un jour presque timidement dans mon bureau me demander si elle pouvait continuer à travailler sur les dictionnaires. On n’attend que ça. Je l’ai eu au téléphone il y a deux ou trois jours et on lui dit que les dictionnaires ne sont plus à la mode. C’est le support. Ça ne peut pas se démoder, mais le support va changer, c’est certain.

… et le site du Dictionnaire de l’Académie française en 2021

(D.R.)

  • 26 Nina Catach (1923-1997), linguiste et historienne de la langue, est une spécialiste de l’histoire d (...)

On nous dit que le Petit Robert et le Petit Larousse ne cessent de descendre, c’est vrai pour le papier, mais pas pour le support numérique. Il y a une petite revanche actuellement du privé et du public. Je vais arrêter là, parce qu’après, je vais m’embarquer. Mais le privé, j’entends Robert, Larousse, atteignait quand même le haut du pavé financier, évidemment, et du grand public. Eux ne peuvent pas se permettre de donner gratuitement des dictionnaires. Ils ont donc cette difficulté. Il faut qu’ils trouvent d’autres moyens de financer leurs équipes et leurs lexicographes. Pendant ce temps-là, l’Académie française a ses vertus et le TLF, qui est fini mais mérite toujours d’être consulté, ne cesse de croître dans la consultation gratuite. Ils sont sur Internet, on les a immédiatement, ils sont gratuits, l’Académie est en train de se doter d’un portail d’excellence. Des gens comme Laurent Catach, le fils de Nina Catach26, normalien en mathématiques, versé après dans le lexique, était le grand informaticien chez Robert. Il est à l’Académie, maintenant. Ils n’ont pas fini encore, mais vous tapez « dictionnaire de l’Académie française », très vite, vous trouvez la définition d’un mot. À l’heure actuelle, une bonne définition, c’est quand même précieux !

Haut de page

Notes

1 Bernard Quemada, (1926-2018), universitaire français, est l’un des pionniers de la lexicographie française au XXe s. De 1975 à 1995, il est directeur d’études à l’École pratique des hautes études de Paris. En parallèle, il dirige de 1977 à 1994 le Trésor de la langue française (TLF) en 16 volumes. En 2004, le CD est publié par les éditions du CNRS.

2 Professeur d’enseignement général des collèges de l’enseignement technique, corps d’enseignement du second degré en extinction depuis le décret de 1986.

3 Le Trésor de la langue française est un dictionnaire des XIXe et XXsiècles en 16 volumes et 1 supplément, publié par l’Atlif du CNRS.

4 Henriette Walter, née en 1929 est une linguiste française, professeure émérite de linguistique à l’université Rennes-II, directrice du laboratoire de phonologie à l’École pratique des hautes études et à la Sorbonne.

5 Jacqueline Picoche, née à Paris en 1928, est une linguiste française spécialiste de la lexicologie. Professeure honoraire de l’université d’Amiens, membre titulaire du Conseil international de la langue française (CILF).

6 Claude Favre, baron de Pérouges, seigneur de Vaugelas, (1585-1650), est un grammairien savoisien et l’un des premiers membres de l’Académie française.

7 Bernard Cerquiglini est un linguiste français né le 8 avril 1947 à Lyon. Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes et docteur ès lettres, il est professeur de linguistique à l’’université Paris VII.

8 Annie Mollard-Desfour, née en 1959, est linguiste, lexicographe, sémiologue au CNRS. Conférencière. Spécialiste du lexique des couleurs français, des codes et symbolique des couleurs (littérature, mode et vêtements, cosmétiques...).

9 Anne-Marie Hetzel, est professeure de linguistique à l’université de Cergy 1.

10 Salah Mejri est professeur des universités en Sciences du langage à Paris XIII. Il a dirigé le laboratoire Lexique Dictionnaire informatique et s’est distingué par ses recherches sur les « séquences figées ».

11 Pierre Corbin, professeur émérite de Sciences du langage. Spécialiste de la lexicographie, il a dirigé à l’université Lille III3 un laboratoire y correspondant, Silex, ainsi qu’un master professionnalisant de lexicographie.

12 Daniel Delas, professeur émérite de Sciences du langage, de l’université de Cergy. Il fut l’auteur d’un dictionnaire analogique chez Le Robert et s’est spécialisé dans la stylistique, la poétique et la littérature francophone.

13 Robert Galisson, (1932-2020) a commencé sa carrière comme instituteur avant de devenir professeur dans l’enseignement technique, puis assistant de linguistique à l’université de Besançon. « Inventeur » avec Louis Porcher de la « didactique du français langue étrangère » et de la « didactique des langues et cultures », il fut professeur émérite à l’université de la Sorbonne-nouvelle Paris III.

14 Cevu : conseil des études et de la vie universitaire d’une université.

15 Danielle Candel, chercheure CNRS honoraire – membre associé au laboratoire HTL, UMR 7597, CNRS université Paris-Diderot – Paris 7

16 Olivier Bertrand est président du département des Langues et cultures de l’’École polytechnique et professeur des universités en linguistique historique à l’université de Cergy-Pontoise, médaille de bronze du CNRS (2011).

17 Christophe Rey, professeur de linguistique à Cergy Paris Université, directeur de l’équipe Lexiques, textes, discours, dictionnaires : centre Jean-Pruvost (LT2D - EA 7518)

18 François Gaudin est professeur des universités en Sciences du langage à l’université de Rouen. Grand spécialiste de l’histoire des dictionnaires du XIXe siècle, il fait partie du laboratoire LT2D.

19 Marina Yaguello est une linguiste française, professeure émérite à l’université Paris VII.

20 Charles-Joseph Panckoucke, (1736- 1798) est un écrivain et libraire-éditeur français, éditeur de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, et de l’Encyclopédie méthodique.

21 Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, (1741-1794) est un poète, journaliste et moraliste français.

22 Pierre-Claude-Victor Boiste (1765-1824), avocat de formation, puis imprimeur, il est l’auteur d’un dictionnaire de géographie universelle et de plusieurs dictionnaires de langue et littérature françaises, dont le plus connu est le Dictionnaire universel de la langue française.

23 Roland Barthes, (1915-1980) est un philosophe, critique littéraire et sémiologue français, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et professeur au Collège de France. Il fut l’un des principaux animateurs du post-structuralisme et de la sémiologie linguistique et photographique en France.

24 Lucien Paul Victor Febvre, (1878-1956) historien moderniste qui a fondé l’École des Annales, revue d’histoire et de sciences sociales avec Marc Bloch, ainsi qu’en 1947 la VIe section de l École pratique des hautes études , devenue ensuite EHESS.

25 Anatole de Monzie (1876- 1947), homme politique français. Il a notamment été ministre des Finances et de l’Éducation nationale pendant l’’entre-deux-guerres

26 Nina Catach (1923-1997), linguiste et historienne de la langue, est une spécialiste de l’histoire de l’orthographe du français.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean Pruvost
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Bernard Quemada, 1926-2018
Crédits © Georges Pannetton – Université de France Comté
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Légende La lettre « A » dans la version originale du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Émile Littré (1801-1881)
Crédits photographié par Félix Nadard (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Couverture de la revue Etudes de linguistique appliquée 
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Une publicité du Petit Larousse illustré en 1910
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Le frontispice du Dictionnaire de l’Académie française en 1694…
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende … et le site du Dictionnaire de l’Académie française en 2021
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5230/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Jean Pruvost, « dans les mots jusqu’au cou » »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 208-224.

Référence électronique

« Jean Pruvost, « dans les mots jusqu’au cou » »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5230

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search