Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2Récensions80 ans de l’Institut de recherche...

Récensions

80 ans de l’Institut de recherche et d’histoire des textes

Denis Guthleben
François Bougard et Michel Zink
p. 225
Référence(s) :

Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, De Boccard, 2019

Texte intégral

1L’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) est une institution originale. Dédié à l’étude des manuscrits médiévaux et des imprimés anciens dans les principales langues de culture du pourtour méditerranéen (latin, hébreu, grec, arabe, etc.), il compte aujourd’hui parmi les quelques laboratoires propres du Centre national de la recherche scientifique, c’est-à-dire relevant de la seule tutelle de cet établissement, et apparaît comme l’un de ses fleurons dans le domaine des sciences humaines et sociales. Surtout, son histoire traverse de part en part celle du CNRS, depuis ses origines à la fin des années 1930 jusqu’à nos jours.

2En mai 1937, alors qu’il œuvre à la construction d’une politique nationale de la recherche en France, le physicien Jean Perrin, sous-secrétaire d’État à la Recherche scientifique du Front populaire, se voit proposer un projet ambitieux. Félix Grat, ancien élève de l’École des Chartes et de l’École française de Rome, lui suggère en effet de fonder un institut visant à étudier « la transmission écrite de la pensée humaine ». L’historien, accessoirement député de la Fédération républicaine et par là même opposant au Front populaire, recommande de débuter ce vaste programme avec les manuscrits médiévaux des textes classiques, ceux qui ont garanti la transmission de l’héritage culturel antique, avant de l’élargir à d’autres sources écrites. Il conseille aussi de faire de cet institut un centre documentaire, afin de mettre à la disposition de la communauté scientifique des ressources multiples : des registres détaillés de manuscrits, ainsi que des reproductions photographiques permettant leur étude sans risque pour les originaux. Avec le soutien de Jean Perrin, convaincu que l’organisation nationale de la recherche doit porter sur les « sciences mathématiques et expérimentales » aussi bien que sur celles « qui ont pour l’objet l’Humanité », l’IRHT voit rapidement le jour, avant d’être rattaché au CNRS dès sa création en octobre 1939. Passé l’épreuve de la guerre – où Félix Grat trouve la mort, dans les premiers jours de l’offensive allemande de mai 1940 – il prend son envol après la Libération.

3L’ouvrage, publié par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, revient sur cette histoire, en particulier dans la contribution de François Bougard, « L’Institut de recherche et d’histoire des textes : quatre-vingts ans de documentation et de recherche ». Mais il offre beaucoup plus que la monographie historique d’un laboratoire. En effet, les missions que l’IRHT a remplies dès l’origine invitent à une réflexion sur le manuscrit lui-même, sa conservation, son étude et la place qu’il occupe au cœur du champ scientifique. Dominique Poirel en dessine les grandes lignes dans sa contribution sur « L’histoire manuscrite des textes » : pourquoi l’étudier – « à quoi sert-elle ? », s’interroge avec provocation l’auteur – et comment l’étudier, en se basant sur le recensement des manuscrits « témoins » d’une même œuvre, en en dressant la généalogie pour arriver au plus près du texte originel, et en se livrant à son interprétation croisée, grâce aux spécialités secondes des chercheurs – car « en plus d’être des spécialistes des textes », ils sont « historiens des écoles, des bibliothèques, des ordres religieux, de la grammaire, de la poésie… » Plusieurs exemples en témoignent : Jérémy Delmulle relate « l’histoire des bibliothèques des mauristes », Christian Müller analyse « la fabrique de la charia en Islam », et Marie-Laure Savoye, dans « retour au Vatican », dévoile un projet associant l’École Française de Rome, l’IRHT et la Bibliothèque apostolique vaticane autour des manuscrits français et occitans conservés à Rome.

4Ce livre revient également sur l’évolution des méthodes et des pratiques, et en premier lieu, bien sûr, sur l’essor des outils numériques – pour les bases de données, qui ont supplanté les fiches établies par les pionniers de l’IRHT, mais aussi pour les appareils de captation. À la lecture du texte de Jérémy Delmulle, comme de celui de Bruno Bon sur « Histoire et perspectives du Novum Glossarium Mediae Latinitatis », on est frappé par les nouveaux horizons qu’elles ouvrent à la recherche, et dans le même temps par la manière dont elles s’inscrivent dans le prolongement des missions originelles de l’IRHT : si les instruments ont été révolutionnés, ils continuent de servir, 80 ans après la fondation de l’IRHT, les mêmes ambitions au sein de l’institut comme pour toute la communauté internationale – ce que Carmela Vircillo Franklin rappelle en abordant l’exemple de travaux nord-américains favorisés par les ressources de l’IRHT. « Ceci n’a pas tué cela », au contraire : l’usage réfléchi des ressources numériques a bel et bien renforcé l’étude de « la transmission écrite de la pensée humaine ».

5En somme, cet ouvrage gigogne, où la célébration critique du parcours d’un laboratoire ouvre une réflexion sur un immense champ de recherche, apparaît comme une heureuse initiative, de surcroît accessible à tous – ou en tout cas, mais c’est un pléonasme, à tous les lecteurs qui s’intéressent à la transmission écrite…

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Guthleben, « 80 ans de l’Institut de recherche et d’histoire des textes »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 225.

Référence électronique

Denis Guthleben, « 80 ans de l’Institut de recherche et d’histoire des textes »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5238 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5238

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Comité pour l'

histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search