Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IX - n°2RécensionsLa démocratie a-t-elle besoin de ...

Récensions

La démocratie a-t-elle besoin de la science ?

Denis Guthleben
p. 227
Référence(s) :

Paris, CNRS Éditions, 2020, 329 p.

Texte intégral

1« La démocratie a-t-elle besoin de la science ? » Il peut sembler étonnant, au premier regard, de rendre compte dans une revue d’histoire d’un ouvrage dont l’intitulé paraît à ce point ancré dans l’actualité : à la lecture de son titre, on ne peut s’empêcher de songer à la crise sanitaire qui tourmente le monde et au rôle de la science et des scientifiques dans sa gestion et dans la riposte face au virus – bien au-delà des seules démocraties, même si c’est là, en Europe et en Amérique du Nord, que ce rôle a été le plus débattu, et parfois vivement contesté.

2Toutefois, si l’ouvrage de Pierre Papon entre en résonnance avec notre quotidien, il s’inscrit dans une temporalité plus longue, à proprement parler celle de notre recherche contemporaine. La question n’a effectivement pas attendu la Covid-19 pour se poser avec insistance : elle forme une toile de fond depuis plusieurs décennies, et bondit épisodiquement sur le devant de la scène. L’auteur le rappelle, et les exemples qu’il convoque en témoignent. Mais son ambition n’est pas d’apporter une réponse catégorique, négative – on en serait tout de même surpris ! – ou positive. Au fil de trois parties, « I. À la recherche de la « vérité » : les voies et les moyens de la connaissance scientifique », « II. La science dans la société » et « III. La science, vigie de la démocratie », il accompagne le lecteur sur un chemin qui vise à réfléchir sur ce que sont, bon an mal an, et ce que pourraient être, dans l’idéal, la place et le rôle de la science dans nos sociétés.

3La première partie, découpée en trois chapitres (la longue marche de la science vers la « vérité », la « vérité » scientifique et ses limites, et la science à l’ère du numérique), propose une synthèse des modalités, expérimentales, théoriques mais aussi éthiques, de la production des connaissances. Elle forme le socle de la réflexion : qu’est-ce que la science, de quelles manières avance-t-elle, et comment appréhender ses « vérités » et ses « réalités » (les guillemets étant bien sûr de rigueur) ? Il ne s’agit toutefois pas d’un exposé liminaire à destination des néophytes : ce rappel des bases de la démarche scientifique autant que de ses limites s’adresse aussi aux connaisseurs, alertés contre certains mirages actuels – l’auteur rappelle ainsi « qu’aucune rupture scientifique majeure ne peut être attribuée à l’utilisation des outils numériques » …

4Ces fondements posés, la deuxième partie examine l’« intrication » des connaissances scientifiques dans la société. L’évocation de quelques exemples historiques, à commencer par les liens de Galilée avec l’Arsenal de Venise, permet de rappeler que ces relations ne datent pas d’hier. Mais elles se sont étoffées, pour le meilleur et pour le pire – dans le quatrième chapitre, « La production du savoir est-elle une activité comme les autres ? », Pierre Papon revient ainsi sur les controverses que la sociologie des sciences a générées dans les années 1970, mais aussi sur les « manquements à l’intégrité scientifique » qui défraient de plus en plus la chronique. Il examine ensuite les liens entre « science et décision politique », en soulignant les difficultés de l’expertise mais en rappelant, exemples du climat, des sciences cognitives, de l’énergie ou de la santé à l’appui, que les politiques laissent souvent la « boussole » scientifique au placard.

5Car c’est bien là le rôle que Pierre Papon entrevoit pour la science – pas celui du placard, on l’aura compris, mais celui de boussole, ou de « vigie », décortiqué dans la dernière partie : « La science ne participe pas à la décision politique, elle statue sur le « possible » : la vigie du Titanic qui a aperçu un iceberg, en pleine nuit, n’a pas donné l’ordre au commandant de dévier de sa route, mais l’a informé immédiatement », indique Pierre Papon, avec une métaphore aussi éclairante que peu rassurante quand on connaît le sort du paquebot ! Toujours est-il que pour assurer cette fonction, bien des conditions doivent être réunies, que Pierre Papon passe en revue : participation des scientifiques au(x) débat(s) public(s), diffusion de la culture scientifique dans la société, ou encore investissement plus vigoureux des pouvoirs publics dans la recherche – en France, alors que la dépense nationale stagne et qu’« il n’est pas certain que la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche permette de redresser la barre », note prudemment l’auteur, la vigie paraît condamnée à la diète !

6Au final, Pierre Papon offre un ouvrage stimulant, d’une actualité tout à la fois brûlante et pérenne, et qui repose sur sa très bonne connaissance de l’histoire de la recherche – qu’il a, soit dit en passant, contribué à écrire, entre autres à la tête du CNRS puis de l’Ifremer dans les années 1980 et 1990. Il parvient à s’adresser à tous les lecteurs, scientifiques ou non, ce qui n’est pas le moindre des défis, mais constitue dans le même temps une impérieuse nécessité : que l’on rejoigne ou non l’auteur sur chacun des aspects qu’il explore, « la démocratie a-t-elle besoin de la science ? » est une question qui concerne tous les citoyens, et les concernera de toute évidence de plus en plus…

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Guthleben, « La démocratie a-t-elle besoin de la science ? »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IX - n°2 | 2021, 227.

Référence électronique

Denis Guthleben, « La démocratie a-t-elle besoin de la science ? »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IX - n°2 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5260

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search