Navegação – Mapa do site

InícioNumérosTome X - n°1Editorial

Texto integral

1Nous avons choisi de consacrer ce nouveau numéro de la revue Histoire de la Recherche Contemporaine à la littérature. Cela peut surprendre : pourquoi dédier un dossier thématique dans une revue consacrée aux développements de la recherche à la littérature alors que cette dernière semble, bien souvent, n’être comprise que sous la forme d’un divertissement susceptible d’occuper le temps agréablement en dehors de celui passé aux affaires dites sérieuses ; ou bien de n’être que l’objet de rubriques dans la presse généraliste ou bien encore de n’être que l’occasion de susciter des débats télévisés autour de quelques auteurs de renom venant faire la promotion de livres que l’on retrouvera les jours suivants en tête de gondole dans les supermarchés ou en piles dans les kiosques des gares ?

2Pourquoi donc composer un numéro portant sur la littérature ? Précisément parce que cette dernière est tout autre chose que ce que nous venons de suggérer, tout autre chose que cet espace marchant traversé, voire construit, par les prix littéraires et la fabrication des bestsellers assujettis à des protocoles d’écriture attendus. Mais alors qu’est-elle ? Ou, plus précisément, que peut-elle nous enseigner, nous faire percevoir, nous faire connaître ?

3Qu’est-ce que la littérature ? Belle question sartrienne à laquelle je ne me permettrai pas de répondre ici car ce n’est pas, pour moi, le principal enjeu de ce dossier thématique. Quel est cet enjeu ? Il se révèle à travers l’exemple du questionnement sur ce qu’est la littérature et, par cela, nous indique une direction de pensée, une façon d’interroger le savoir. Un questionnement qui doit nous interpeller et qui, par ce qu’il est, donne tout son sens à ce numéro par-delà les réponses ou les tentatives de réponses à l’interrogation sur la littérature, questions et réponses qui font la richesse de ce dossier et dont la longue introduction permet d’en comprendre les tenants et les aboutissants.

4Poser la question de ce qu’est la littérature, c’est immédiatement s’interroger sur son sens, c’est faire surgir une position critique c’est-à-dire visant à s’interroger sur les méthodes et envisageant d’en introduire de nouvelles, c’est sortir de la naïveté devant ce que l’on fait lorsqu’on produit ou lit un texte, un poème ou tout autre forme écrite comme cela est souligné dans plusieurs articles. Poser la question du sens de son activité voilà bien ce à quoi nous invite le contenu de ce numéro.

5Ne serait-il pas utile – nécessaire – de poser courageusement cette même question en direction de la science physique, de la biologie etc. Quel est le sens de la physique, quel est celui de la biologie, quel est celui de l’économie ? Voilà des questions bien simples que tout praticien de ces domaines devrait se poser au cœur même de son activité, se les poser sans croire a priori qu’il travaille évidemment pour le « progrès » ou pour le « bien de l’humanité » ; d’ailleurs, qu’est-ce que le « progrès » en général ou le « bien de l’humanité » sans autres précisions ? Qu’est-ce qu’une science qui ne se réfléchit pas ?

6La littérature à travers ce qui s’appelle la théorie littéraire, qui n’est pas la théorie au sens, par exemple, de la physique qui se veut entre-autres prédictive, s’interroge sur elle-même, sur ses enjeux, sur ce qu’elle construit, sur ce qu’elle fait voir et surgir du monde qui nous entoure. Par cela, par cette démarche toute nourrie de fictions, la littérature offre sans doute le meilleur outil pour échapper à la mainmise de la propagande, pour regarder les choses du monde, le vivant du monde, autrement, dans une dimension d’ouverture et non plus simplement de clôture scientiste et conceptuelle.

7Ce numéro « littéraire » est enrichi par trois varia. Deux sont consacrés à l’histoire et à la politique scientifique de la célèbre fondation Alexander von Humboldt, le premier aborde ces questions depuis sa création en 1925 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; le second poursuit la réflexion pour la période d’après-guerre jusqu’à nos jours. Le troisième varia, d’esprit plus documentaire, porte sur les importantes ressources qu’offrent pour l’histoire des sciences, les archives de l’Institut national de la propriété industrielle.

8Bonnes lectures à tous

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Michel Blay, «Editorial»Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 5-6.

Referência eletrónica

Michel Blay, «Editorial»Histoire de la recherche contemporaine [Online], Tome X - n°1 | 2021, posto online no dia 15 dezembro 2021, consultado o 18 maio 2022. URL: http://journals.openedition.org/hrc/5310; DOI: https://doi.org/10.4000/hrc.5310

Topo da página

Autor

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

© Comité pour l’histoire du CNRS

Topo da página
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search