Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome X - n°1DOSSIER : La théorie littéraire e...Introduction : « État des lieux d...

DOSSIER : La théorie littéraire en questionS

Introduction : « État des lieux de la théorie littéraire. Définitions, histoire, enjeux »

Inventory of literary Theory. Definitions, history, issues.
Michèle Gally
p. 6-9

Texte intégral

  • 1 Roland Barthes, « La mort de l’auteur » (1968), in Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984  (...)

1En 1998 dans Le démon de la théorie Antoine Compagnon opposait toutes les tentatives de « théoriser » la production littéraire au « sens commun ». Le point aveugle de sa critique était bien ce « sens commun » qu’il déclinait en « auteur », « œuvre », « style » …sans dire précisément qui partageait ce « sens » – lecteurs cultivés, grand public, journalistes, spécialistes… ? – Car rien n’est plus « commun » que l’expérience de la lecture littéraire (ou qualifiée de telle) et rien ne l’est moins selon les choix de lecture, la position socio-culturelle, l’époque, la société, la langue… La notion d’auteur par exemple, telle que nous l’entendons communément, n’est universelle ni dans le temps ni dans l’espace sans qu’il soit besoin d’évoquer la « mort de l’auteur » (en tant que « sujet ») discutée dans les années 1960-70 sur les pas de Michel Foucault et de Roland Barthes1. Gisèle Sapiro dans son présent article précise combien ces notions d’auteur et d’œuvre sont des « constructions sociales inscrites dans l’autonomisation des champs de production culturelle ». Car il faut considérer autour du phénomène de la création littéraire différents niveaux d’analyse et de réception (amateurs vs professionnels) et des acteurs ou des intervenants en complémentarité et non en opposition (voir Hélène Merlin Kajman). Cette création, plus encore peut-être que d’autres, se situe au carrefour de plusieurs discours et de plusieurs pratiques, de la consommation grand public et de la fabrication des best-sellers à la recherche scientifique.

  • 2 « Frontières de la fiction », Alexandre Gefen, René Audet (dir.), Modernités 17, Presses de Bordeau (...)
  • 3 Qu’est-ce que la littérature ? Paris, Gallimard, 1948 ; réédité en folio, p. 12.

2On peut la définir soit historiquement (en gros depuis le XIXe siècle) comme une institution déterminée par les prix décernés aux écrivains, les interviews qu’ils donnent, les comptes-rendus journalistiques et/ou universitaires etc. et comme discipline scolaire ; soit étymologiquement comme ce qui renvoie à la « lettre ». Est-ce à dire que tout écrit relève de la « littérature » ? La question est posée ici même par Christophe Hanna. Et que dire de l’oxymorique « littérature orale » ? On pourrait préférer le terme de « fiction » s’il n’était trop englobant, désignant l’adhésion, – la croyance –, dans certaines circonstances et pour un temps déterminé, à un contenu/représentation imaginaire. « La fiction n’est pas une propriété spécifiquement littéraire mais représente une option plus générale qui se retrouve dans les arts plastiques, dans la poésie, dans la littérature narrative, au théâtre, à l’opéra, au cinéma2 ». Or, dans Qu’est-ce que la littérature ? J.P. Sartre en 1948 insistait sur la spécificité de la littérature par rapport aux autres arts (musique, peinture…) : « L’écrivain, dit-il, c’est aux significations qu’il a affaire (…). C’est une chose de travailler sur des couleurs et de sons, c’en est une autre de s’exprimer par des mots. Les notes, les couleurs, les formes ne sont pas des signes, elles ne renvoient à rien d’autre qui leur soit extérieur3 ». Sartre cependant ne se proposait pas de « théoriser » la littérature, s’interrogeant essentiellement sur le comment et le pourquoi de l’acte d’écrire tout en suggérant quelques pistes sur le rapport auteur/lecteur. Tenter une définition de la littérature n’est pas exactement en proposer la/une théorie.

  • 4 Le démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Points-Seuil, 1998, p. 307, 308.

3Il n’empêche. Quand bien même pour qui suivrait Compagnon, « la réalité de la littérature n’est pas entièrement théorisable » et la théorie une fiction « qui aura ambitionné de devenir une science4 », cette démarche, que l’on peut appeler la tentation théorique, perdure et a une histoire, comme l’ombre (nécessaire) qui accompagne la création des écrivains.

4Nécessaire retour réflexif, en effet, sur ce qui n’est qu’illusoirement évident, transparent, à partir du moment où l’on souhaite le commenter, l’analyser et non pas seulement le consommer comme loisir et divertissement : comment appréhender un récit, un poème, un texte dramatique ? Avec quels outils ? Comment en parler sans simplement le répéter en paraphrase ? Comment en jauger l’effet sans simplement en référer à une subjectivité floue et elle-même inconsciente de ses propres présupposés ? Comment en élucider la fabrique ? Est-ce à dire cependant qu’il faut, que l’on peut, élaborer une/des « théorie(s) » - une poïétique ?

5Le terme de « théorie » pose incontestablement problème appliqué à des productions artistiques, en l’occurrence des écritures, qui ne sauraient être entièrement normées et donc prescriptibles à la faveur de certains protocoles. À l’évidence, il y a là un premier, et fondamental, questionnement et une matière à réflexion et à débats. Là se déploie aussi un vaste champ de recherches.

6Au-delà des définitions classiques et anciennes de la rhétorique et de l’art du bien écrire, au-delà du lien établi entre « l’homme et l’œuvre » du début du XXe siècle (« histoire littéraire » de Gustave Lanson), – qui sont autant de recherches de compréhension du fait littéraire, d’interrogations sur ce qu’il est et de sa mise en œuvre , les définitions, les polémiques autour du phénomène scripturaire, des écritures de l’imaginaire, de la fabrication des récits et de la poésie (…), n’ont cessé jusqu’à nos jours et ce particulièrement depuis l’effervescence intellectuelle des années 1960/80 : collection « Poétique » du Seuil, revues « Poétique », « Littérature », « Tel Quel » etc. On ne compte pas le nombre d’ouvrages d’alors, comportant le terme de « théorie » : Théorie d’ensemble (collectif, dont le titre se veut un emprunt aux mathématiques), Pour une théorie de la production littéraire, Pierre Macherey, 1966, Théorie de la littérature (traduction des formalistes russes par Tzvetan Todorov)1966, La Théorie littéraire, 1971 (traduction de Theorie of Literature de René Welleck et Austin Warren)…

  • 5 Questions de poétique, Paris, Seuil, p. 15. Publié en français en 1973 l’ouvrage réunit des article (...)

7La volonté d’établir une théorie adaptée à la production littéraire croisait, bien sûr, l’essor des sciences humaines - linguistique et structuralisme, sociologie et marxisme, psychanalyse (…) se proposant de parvenir à une « science » de la littérature constituée d’invariants autour du concept de « littérarité » avancé par Roman Jakobson. Pour le linguiste et poéticien d’origine russe, il s’agissait de rejeter toute considération psychologique, philosophique, politique (…) pour cerner « ce qui fait d’une œuvre donnée une oeuvre littéraire » : « Si les études littéraires veulent devenir science, affirmait-t-il, elles doivent reconnaître le procédé comme leur ‘personnage’ unique. Ensuite la question fondamentale est celle de l’application, de la justification du procédé5 ».

8 C’est la « narratologie » qui apparaît comme la principale héritière de cet effort d’objectivation des textes littéraires (voir la contribution de Sylvie Patron et les débats qu’elle ouvre) et de la constitution d’un ensemble de lois reconductibles, aptes à rendre compte des modalités de production du littéraire, à les expérimenter et ce sur les pas de la sémiologie barthienne (voir aussi l’article d’Hélène Merlin Kajman). Le problème reste, in fine, l’opposition entre cette tentative de généralisation et l’irréductible individualité de chaque œuvre, malgré tous les topiques, les codes langagiers, les univers partagés de représentation, les méthodes d’analyse.

9Quelles que soient donc les difficultés auxquelles elle se heurte et les discussions qu’elle engendre, la théorie littéraire constitue un travail essentiel qui accompagne la diversité de la production littéraire et la seule jouissance immédiate d’un récit, d’un poème. Elle fonde la recherche, fût-elle toujours à reprendre, de ce qui en forge le sens, l’effet, la réalité verbale. C’est là une position et une dynamique vers une pensée du phénomène littéraire plus qu’un résultat, un questionnement toujours reconduit des fausses évidences. C’est pourquoi le pluriel vaut mieux que le singulier. Une théorie de la littérature n’est-elle pas destinée à devoir être périodiquement remise sur le métier, sauf à réduire son objet à quelques procédés définitifs, à ramener sa multiplicité tant historique (pas de littérature antique ou médiévale telle que nous l’entendons), que synchronique ?

10C’est ce dont témoigne ce numéro en ce qu’il dresse à la fois un historique récent et un bilan d’une scientificité possible, fût-elle illusoire, et la met à l’épreuve, en fait surgir la valeur heuristique, en décrit les prolongements, les querelles, les ajustements, l’actualité. L’intention n’est pas, ou plus, désormais de dresser une théorie mais d’affirmer l’importance des travaux spéculatifs sur cette production omniprésente, offerte à tous, et pourtant étrange si on y réfléchit, qu’est la littérature faite de signes tracés sur une page qui ouvrent à un univers à la fois factice et pourtant relié au vécu, à l’inventivité des langues, aux jeux de faux-semblants avec le réel, aux conceptions du monde en relation avec les savoirs (éthiques, politiques, scientifiques) de telle époque, de tel groupe humain.

  • 6 En dépit de nos sollicitations, l’ITEM (Institut des Textes Et Manuscrits modernes, CNRS) ne partic (...)

11Ce dossier voudrait donc à la fois interroger cette histoire, en mesurer les réussites et les apories, faire le point sur son évolution et l’état actuel de ses propositions. Il ne pouvait être exhaustif et visiter tous les axes d’une démarche dont certains traits peuvent paraître datés, d’autres toujours pertinents et productifs, tandis que de nouveaux surgeons s’articulent aux préoccupations contemporaines, de l’écologie au féminisme (« écopoétique », « zoopoétique »…), tendant à nouveau à arrimer la « littérature » à des grilles scientifiques (comme l’anthropocène) et à des prises de position sociétales et politiques aussi bien qu’aux nouveaux outils techniques à disposition (comme le numérique : voir la contribution de Anne-Sophie Bories6). Tant il est vrai que la « littérature » se tient à la croisée de tous les discours et de toutes les saisies possibles et toujours s’en échappe.

12Les articles écrits par des spécialistes du domaine témoignent, et là, on l’a compris, était l’enjeu, de la diversité des approches. Pour plus de lisibilité nous les avons regroupés en deux grandes parties entre lesquelles demeurent une porosité évidente et de multiples passerelles. Je ne peux qu’assumer le caractère imparfait de cet essai de classement.

13Chacune des parties est ouverte par un texte qui m’a paru présenter les problématiques les plus larges dans lesquelles les suivants s’inséraient. Ainsi un premier volet intitulé « Regards critiques sur la théorie, entre héritage et nouvelles donnes » est introduit par la contribution d’Hélène Merlin-Kajman « La littérature n’est plus au-delà de la morale. Le défi de la transitionnalité » qui nous livre un parcours chronologique large depuis Barthes jusqu’aux polémiques les plus récentes engageant la définition de la littérature et sa place, indécise, controversée, menacée actuellement, dans l’espace social et culturel. Suivent les nécessaires mises au point sur l’état présent des recherches en narratologie et des débats qui la traversent à partir de notions centrales comme celle du narrateur (Sylvie Patron) et sur la continuité d’approches psychanalytiques relancées à la fois par les penseurs de la « French Theory » et des chercheurs qui poursuivent le travail sur l’interprétation à partir des grilles lacanienne et freudienne (Francesca Manzari). Le texte de Michel Collot, « Tendances actuelles de la géographie littéraire » à son tour, en précisant les notions de « géographie de la littérature », de « géopoétique » et de « géocritique », se constitue en passeur des travaux effectués du XXe siècle jusqu’à nos jours, entre le souci de l’espace en relation avec les formes et les genres littéraires et la reconsidération des relations entre les œuvres littéraires et le « réel ». Cet article fait ainsi le lien avec le deuxième volet « Le champ littéraire : définition et mises à l’épreuve » qui interroge et exemplifie de diverses manières le concept bourdieusien de « champ littéraire », dont Gisèle Sapiro présente avec une grande clarté la définition, les enjeux et la fécondité pour penser, entre autres, les polémiques sur les engagements d’auteurs plus anciens ou actuels (en quoi cet article rejoint aussi celui d’Hélène Merlin-Kajman). Suivent comme autant de possibles articulations à ces problématiques, malgré la présentation d’approches spécifiques, la contribution de Christophe Hanna autour de la redéfinition des frontières entre le « littéraire » et le supposé « non-littéraire », ce qu’il appelle les « écritures qui occupent les angles morts des études littéraires » fussent-elles le produit d’auteurs reconnus et qu’il nomme, non sans humour, des OVNIS « objets verbaux non identifiés », et celle de Pierre Schoentjes, « Perspectives écopoétiques : écologie et écriture » qui présente à travers de nombreux exemples de romans contemporains la traduction littéraire des problématiques environnementales contemporaines et, de ce fait, fait directement écho aux mises en place de Michel Collot. Un dernier article, celui d’Anne-Sophie Bories sur les « lectures appareillées » en quelque sorte surplombe l’ensemble en analysant ce que la numérisation et l’outil informatique changent dans le rapport entretenu aux textes, à l’étude précise des expressions, de la langue, de l’univers de représentation d’un romancier, d’un poète. Ce domaine en expansion se tient au croisement des études littéraires consacrées à un auteur, un mouvement, une esthétique (…) et des « humanités numériques », occupant ainsi une place que l’on peut appeler méta-critique et méta-textuelle. Il se devait, pour cela, de conclure cette revue des pistes ouvertes par une recherche littéraire vivante et articulée à son présent.

Haut de page

Notes

1 Roland Barthes, « La mort de l’auteur » (1968), in Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984 ; Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » (1969) in Dits et écrits, t. 1, Paris, Gallimard, 1994.

2 « Frontières de la fiction », Alexandre Gefen, René Audet (dir.), Modernités 17, Presses de Bordeaux, 2001, p. 10.

3 Qu’est-ce que la littérature ? Paris, Gallimard, 1948 ; réédité en folio, p. 12.

4 Le démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Points-Seuil, 1998, p. 307, 308.

5 Questions de poétique, Paris, Seuil, p. 15. Publié en français en 1973 l’ouvrage réunit des articles écrits entre 1919 et 1972.

6 En dépit de nos sollicitations, l’ITEM (Institut des Textes Et Manuscrits modernes, CNRS) ne participe pas à ce dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Gally, « Introduction : « État des lieux de la théorie littéraire. Définitions, histoire, enjeux » »Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 6-9.

Référence électronique

Michèle Gally, « Introduction : « État des lieux de la théorie littéraire. Définitions, histoire, enjeux » »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome X - n°1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5315 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5315

Haut de page

Auteur

Michèle Gally

Professeure de littérature à l’Université d’Aix-Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search