Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome X - n°1VARIALa Fondation Alexander von Humbol...

VARIA

La Fondation Alexander von Humboldt : acteur majeur dans le paysage scientifique allemand et international

The Alexander von Humboldt Foundation : a major player in the German and international scientific landscape
Corine Defrance
p. 75-77

Résumés

La Fondation Alexander von Humboldt, l’une des principales institutions scientifiques allemandes, joue un rôle crucial dans les échanges scientifiques en favorisant le séjour de chercheurs et en particulier de chercheurs étrangers d’excellence dans les laboratoires allemands, ainsi que le séjour de scientifiques allemands dans des équipes à l’étranger. Corine Defrance présente quelques-unes de ses caractéristiques en introduction de deux articles consacrés à son histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Eva Glandt, Kristina Gueroff et Sophie Hinzmann, de la Alexander von Hu (...)

1La Alexander von Humboldt-Stiftung est une des principales institutions scientifiques de la République fédérale d’Allemagne. Elle joue un rôle crucial dans les échanges scientifiques en favorisant le séjour de chercheurs et en particulier de chercheurs étrangers d’excellence dans les laboratoires allemands et aussi le séjour de scientifiques allemands dans des équipes à l’étranger. La Fondation se considère comme un élément de la politique étrangère allemande et vise à faire de l’Allemagne un centre de science et de recherche dans le monde1.

L’histoire d’une double fondation, reflet de l’histoire de l’Allemagne au 20e siècle

2La Fondation a une longue histoire, que notre revue se propose d’aborder ici grâce aux contributions de deux historiens. Holger Impekoven, aujourd’hui responsable du département de la recherche et des transferts (Dezernat für Forschung und Transfer) à l’Université de Bonn, a consacré en 2012 une thèse de doctorat à la première Fondation Humboldt qui a vu le jour en 1925 et a existé jusqu’en 1945. Christian Jansen est professeur à l’Université de Trèves. Il a notamment publié en 2004 un ouvrage sur l’histoire de la nouvelle Fondation Humboldt depuis 1953.

3Comme le montrent les auteurs, la première fondation de 1925 a été un instrument du pouvoir politique et une émanation à peine masquée du ministère allemand des Affaires étrangères. Elle s’est ensuite volontairement mise au service du régime nazi, conduisant à sa dissolution à la fin de la guerre. C’est pourquoi la Alexander von Humboldt-Stiftung a été refondée en 1953 sur des bases nouvelles et démocratiques. Elle a alors contribué au retour de la jeune RFA sur la scène internationale après que l’Allemagne a été mise au ban des nations en 1945. C’est cette histoire des relations complexes entre science et politique dans le cadre de réseaux et de relations internationales que retracent les deux articles. Ils interrogent aussi la question des ruptures et des continuités autour des dates clés de 1933, 1945 et 1953 et analysent les rapports scientifiques en termes de coopération, concurrence ou rivalité dans des constellations politiques et idéologiques mouvantes de l’entre-deux-guerres à aujourd’hui.

La Fondation Alexander von Humboldt aujourd’hui

4Depuis près de 70 ans, la Fondation Alexander von Humboldt, avec un double siège à Bonn et Berlin, promeut la coopération scientifique dans toutes les disciplines entre des chercheurs d’excellence allemands et étrangers. La Fondation encourage l’internationalisation scientifique et renforce la place et la visibilité de l’Allemagne fédérale dans la compétition globale. Aussi, chaque année, elle finance environ 2 000 séjours de recherche dans des universités et institutions de recherche allemandes.

5La Fondation et ses partenaires facilitent la recherche interdisciplinaire concernant les grands défis transnationaux que sont les ressources, le climat, la santé ou le développement notamment. Elle joue encore un rôle important en matière de politique scientifique et culturelle à l’étranger en promouvant le dialogue culturel et les échanges universitaires et scientifiques. Les « Humboldtiens » étrangers retournent chez eux avec une réelle connaissance du pays hôte, allant bien au-delà du seul champ de la coopération scientifique. Certains deviennent ensuite des « ambassadeurs » de la Fondation, et donc un peu de l’Allemagne, dans leur propre pays et jouent de facto un rôle de passeur.

6Pour mener à bien ses missions, la Fondation Alexander von Humboldt dispose d’un budget d’environ 148,6 millions d’euros en 2021, financé principalement par les quatre ministères fédéraux des Affaires étrangères, de l’Éducation et de la Recherche, de la Coopération économique et du Développement, ainsi que de l’Environnement, de la Préservation de la Nature et de la Sécurité nucléaire.

7L’échange scientifique international est au cœur de la mission de la Fondation. À cette fin, elle propose notamment plus de 700 bourses et prix de recherche par an. Il s’agit d’une part de faire venir en Allemagne des chercheurs étrangers, travaillant sur des thématiques librement choisies et débattues avec leur hôte et partenaire en Allemagne ; d’autre part, d’inciter des chercheurs allemands par un Feodor Lynen Research Fellowship à coopérer avec un ancien boursier (Alumni) de la Fondation à l’étranger. Une fois encore, il s’agit de promouvoir une recherche individuelle. Même au temps de la recherche par équipe, la Fondation mise sur le talent et l’engagement des individus comme clé de la réussite scientifique.

8La Fondation propose toute une série de programmes, les uns destinés à de jeunes post-docs (doctorat soutenu depuis moins de 4 ans), les autres à des chercheurs expérimentés (doctorat soutenu depuis moins de 12 ans). Elle offre aussi des prix et chaires généreusement dotés qui permettent à des chercheurs de développer leur projet dans la durée. Outre le prix de la recherche Humboldt, signalons le prix de recherche Friedrich Wilhelm Bessel et la « chaire Humboldt » qui s’adressent à des chercheurs expérimentés. Les comités de sélection prennent leur décision de manière indépendante et exclusivement sur la base de la qualité scientifique des candidatures. Il n’y a aucun quota par pays ou champ disciplinaire. En outre, la Fondation souhaite encourager tout particulièrement les femmes scientifiques à poser leur candidature.

9Le réseau de la Fondation se compose de plus de 30 000 Humboldtiens (boursiers et anciens boursiers) de toutes disciplines dans plus de 140 pays dans le monde. Parmi les Alumni, on compte 56 anciens prix Nobel. En 2020, la Française Emmanuelle Charpentier a partagé le Nobel de chimie avec sa collègue Jennifer Doudna. Aujourd’hui directrice du Centre de recherche Max Planck de science des pathogènes à Berlin, elle avait obtenu une « chaire Humboldt » en 2014.

© Fondation Alexander von Humboldt

© Fondation Alexander von Humboldt

La Fondation Alexander von Humboldt et la France

10De 1953 à 2020, 865 chercheurs français, hommes et femmes, ont bénéficié d’une bourse de recherche Humboldt, ce qui représente 3,2 % de l’ensemble des scientifiques soutenus par la fondation et 7,7 % des Européens. 53,3 % d’entre eux (461) étaient en sciences dites « dures », 22,8 % en sciences humaines et sociales (197), 20,1 % en sciences du vivant (174) et seulement 3,8 % (33) en sciences de l’ingénieur. Cette répartition par grands champs thématiques n’a pas fondamentalement changé ces dernières années. La représentation française est dans la moyenne internationale pour les SHS et les sciences du vivant, très élevée pour les sciences dures et faible pour les sciences de l’ingénieur. Au cours des cinq dernières années, la France se situe à la huitième place dans le classement international par pays d’origine des boursiers. Le nombre des candidatures a varié entre 52 et 71 par an et le pourcentage de réussite entre 24 et 48 %.

11Outre les boursiers, 196 scientifiques français ont obtenu un prix de la Fondation, 119 en sciences dures, 30 en sciences humaines et sociales, 20 en sciences de l’ingénieur et 18 en sciences du vivant. Parmi eux, citons à titre d’exemple Elisabeth Décultot (CNRS) qui a obtenu en 2014 une chaire Humboldt en littérature allemande moderne. Ou bien encore Anne Bouloumié (INSERM) et Stéphane Charlot (CNRS), qui ont été lauréats en 2002 du prix Sofja Kovalevskaja, respectivement dans les domaines de la physiologie et de l’astrophysique. Enfin, signalons que 157 boursières et boursiers allemands ont été accueillis dans le cadre du programme Feodor Lynen par des Alumni français dans leurs propres laboratoires : 93 en sciences dures, 47 en SHS, 12 en sciences du vivant et 9 en sciences de l’ingénieur. Ce pourcentage reste encore trop faible par rapport à l’accueil des boursiers Feodor Lynen en Europe et dans le monde.

12Les relations entre les chercheurs et équipes français et allemands favorisées par la Fondation Alexander von Humboldt, sont denses, pourraient être encore intensifiées par un plus grand nombre de candidatures, et contribuent à l’européanisation et l’internationalisation de la science et des réseaux scientifiques.

Elisabeth Décultot (CNRS) a obtenu en 2014 une chaire Humboldt à l’Université de Halle-Wittenberg

© Fondation Humboldt/ Axel Schneppat

— Pour en savoir plus sur la Fondation https://www.humboldt-foundation.de/​en

— Pour les chercheurs travaillant en France et désireux d’effectuer un séjour de recherche en Allemagne, voir notamment : https://www.humboldt-foundation.de/​en/​apply/​sponsorship-programmes/​humboldt-research-fellowship

Haut de page

Notes

1 Je remercie chaleureusement Eva Glandt, Kristina Gueroff et Sophie Hinzmann, de la Alexander von Humboldt-Stiftung, pour leur aide précieuse et la communication de données statistiques, graphiques et documents iconographiques.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Fondation Alexander von Humboldt
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5859/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Crédits © Fondation Alexander von Humboldt
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5859/img-2.png
Fichier image/png, 43k
Légende Elisabeth Décultot (CNRS) a obtenu en 2014 une chaire Humboldt à l’Université de Halle-Wittenberg
Crédits © Fondation Humboldt/ Axel Schneppat
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corine Defrance, « La Fondation Alexander von Humboldt : acteur majeur dans le paysage scientifique allemand et international »Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 75-77.

Référence électronique

Corine Defrance, « La Fondation Alexander von Humboldt : acteur majeur dans le paysage scientifique allemand et international »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome X - n°1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5859

Haut de page

Auteur

Corine Defrance

Directrice de recherche au CNRS, UMR 8138 Sirice (Sorbonne-identités, relations internationales et civilisations de l’Europe), membre du comité de rédaction d’Histoire de la recherche contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search