Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome X - n°1VARIALa fondation Alexander von Humbol...

VARIA

La fondation Alexander von Humboldt et la politique culturelle extérieure de l’Allemagne dans les années 1925-1945

The Alexander von Humboldt foundation and the foreign cultural policy of Germany in the years 1925-1945.
Holger Impekoven
Traduction de Jean-Léon Muller
p. 78-87

Résumés

Créée en 1925 comme un programme de bourses financées par le ministère allemand des Affaires étrangères, la Fondation Alexander von Humboldt a profondément évolué jusqu’en 1945. Holger Impekoven dévoile comment son parcours s’inscrit dans l’histoire de la politique culturelle extérieure de l’Allemagne, et permet dans le même temps d’éclairer l’histoire politique des étudiants étrangers accueillis dans ce pays au cours de cette période.

Haut de page

Texte intégral

Les débuts de la politique culturelle extérieure sous la République de Weimar1

  • 1 Cet article se fonde sur l’ouvrage suivant de l’auteur : Holger Impekoven, Die Alexander von Humbol (...)
  • 2 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts [archives politiques de l’Auswätiges Amt], Berlin, Akte DGe (...)

1Au commencement, il y eut la guerre, plus précisément la défaite allemande de 1918 et la « honte de Versailles ». La décision de créer la Fondation Alexander von Humboldt est la conséquence directe de cet événement décisif de l’histoire allemande et surtout de l’isolement de l’Allemagne sur la scène internationale dans les premières années d’après-guerre. Afin d’y remédier, le ministère allemand des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt) mit en place au niveau étatique, en 1925, un premier programme de bourses pour étudiants étrangers. La circulaire du 3 juillet 1925, annonçant aux postes diplomatiques allemands à l’étranger la création de la fondation Humboldt, résume clairement l’esprit et l’objectif de cette mesure : « Un des rares instruments dont dispose actuellement le gouvernement pour favoriser le développement de relations efficaces avec les cercles intellectuels étrangers passe par le travail culturel à l’étranger et l’appel direct aux étudiants étrangers pour les encourager à venir étudier dans les établissements allemands d’enseignement supérieur. En espérant que ces jeunes gens, après avoir reçu dans leurs domaines une formation allemande minutieuse, créent des ponts entre l’Allemagne et leurs pays d’origine […], des cercles allemands influents ont créé une organisation, sise à Berlin et portant le nom de Alexander von Humboldt-Stiftung qui a pour mission d’attribuer des aides pour études (bourses) à des étrangers selon des critères déterminés »2.

2Ainsi, à la différence de la Fondation Alexander von-Humboldt créée en 1953, et aujourd’hui connue dans le monde entier, l’institution jadis mise en place s’adressait en premier lieu à des étudiants avancés, qui devaient passer leur diplôme en Allemagne, et en second lieu à des étudiants diplômés étrangers invités à suivre des « études complémentaires » en Allemagne et, dans l’idéal, à y préparer le doctorat. Ce ciblage sur les étudiants étrangers reflétait l’esprit de l’époque et révélait une approche pragmatique. A l’époque, l’Allemagne souffrait toujours des conséquences du soi-disant « boycott de la science allemande par l’étranger », introduit par les articles 282 et 297 du traité de Versailles, cherchant à exclure l’Allemagne de la communauté scientifique internationale après la Première Guerre mondiale. Aussi un échange de chercheurs aurait été plus difficile à mettre en œuvre. En revanche, les étudiants étrangers offraient une « masse critique » suffisante pour assurer l’efficacité politico-culturelle.

« Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »

D.R.

  • 3 Arnold Bergsträsser, Sinn und Grenzen der Verständigung zwischen Nationen, Duncker & Humblot, Munic (...)
  • 4 Circulaire du. 3.7.1925, voir note 1.

3Toutefois, le but de ce programme d’études ne consistait pas à dépasser les intérêts nationaux dans un esprit idéaliste. Le juriste de Heidelberg, Arnold Bergsträsser, rejetait catégoriquement cet objectif dans son essai programmatique « Sinn und Grenzen der Verständigung zwischen Nationen » [« Sens et limite de la compréhension entre les nations »], si déterminant pour la politique culturelle extérieure de la République de Weimar. « La rencontre culturelle » devait passer par la compétition et le « combat des Weltanschauungen ».3 Ainsi, c’est bien plus la politique allemande de puissance qui devait être constitutive de la (re-)prise des relations universitaires avec l’étranger que la réconciliation telle qu’on la comprend aujourd’hui. Les critères d’attribution des bourses, établis par l’Auswärtiges Amt en témoignent : il fallait sélectionner des étrangers doués, dont on pouvait avoir la quasi-certitude qu’ils seraient un jour « utiles à l’Allemagne dans leur pays, d’un point de vue politique et économique »4.

  • 5 Adolf Morsbach, « Deutsche Kulturpolitik im Ausland », cité d’après : Brigitte Schröder-Gudehus, De (...)
  • 6 Pour cette citation de Stresemann et la suivante : Verhandlungen des Reichstages, vol. 425, 24.06.1 (...)

4Dans un certain sens « l’ère Stresemann » commença dans les universités allemandes avec l’introduction des bourses Humboldt. Comme en matière économique, la politique culturelle devint aussi une sorte d’« Ersatz de politique étrangère ». Par un « Locarno des sciences », comme on disait à l’époque, il ne s’agissait pas seulement de rétablir la réputation internationale de la science allemande, mais de « mettre plus globalement les relations nouées […] au service de la politique allemande »5. Le ministre des Affaires étrangères Stresemann en personne parla de « compréhension entre les peuples, dans un sens allemand » lors d’un débat au Reichstag en 1929 – on parlerait aujourd’hui d’une approche en terme de « soft-power »6. Pour Stresemann, la nécessité d’un soutien ciblé aux étudiants étrangers résultait de l’urgence plus grande encore à assurer la place dans le monde d’une Allemagne politiquement affaiblie : « Je vois avec frayeur combien le nombre des étudiants étrangers en Allemagne a reculé par rapport au passé. Comme il est faux de considérer qu’ils prendraient la place des étudiants allemands ! Comme c’est mal de ne pas attribuer les moyens, quand on le peut, pour assurer un séjour agréable à ces étudiants venant chez nous et leur faciliter la tâche. Les générations suivantes, en Allemagne, en profiteront encore ».

  • 7 Kurt Goepel, « Kulturpropaganda oder Gastfreundschaft. Gedanken zu akademischen Gastformen », in : (...)

5Le secrétaire général de la fondation Humboldt, le Dr. Kurt Goepel, revint sur cette question des retombées escomptées en terme de solidarité : « L’étranger qui, une seule fois, aura vu de ses yeux le non-sens que constituent la frontière de la Vistule, les troupes de couleur en Rhénanie occupée, les camps et baraquements où vivent des centaines de milliers de réfugiés originaires des territoires séparés, toute la misère colossale de ce peuple innombrable, deviendra sans doute un ennemi du système de Versailles »7. L’engagement en faveur des échanges universitaires et la politique d’intérêt national, visant à la révision du traité de Versailles, n’étaient pas en contradiction, mais en interdépendance.

« Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »

D.R.

  • 8 Bundesarchiv [archives fédérales] Berlin, vol. R 901/45796, Memorandum Heilbron 1.1.1924, f. 76-77.

6Ce qui est aussi caractéristique de cette situation, c’est que Stresemann, dans son discours devant les députés du Reichstag, choisit précisément l’exemple de la France : « Regardez la République française : […] elle sait précisément comment elle a intellectuellement conquis l’Orient : avec ses écoles françaises, par ses efforts culturels ». Le succès de la politique culturelle de « l’ennemi héréditaire » français était vu comme rien moins que l’une des causes ayant conduit l’Allemagne à perdre la prédominance dans la « direction mentale de la guerre » et, au final à perdre la guerre elle-même (« sur le champ de bataille » on était finalement resté invaincu, selon une opinion alors largement répandue). C’est pourquoi, dans le Reich, on considérait désormais de manière critique le fait que la France était en train de devenir une destination plus attrayante que l’Allemagne en matière de mobilité universitaire. Le directeur de la section culturelle de l’Auswärtiges Amt, Friedrich Heilbron, l’avait déjà relevé dans un mémorandum fin 1923- début 1924. On soupçonnait la France d’être empressée « d’attirer toute sorte d’étudiants étrangers par une propagande ciblée et diverses facilités ». Et cette propagande visait précisément les pays « avec lesquels l’Allemagne aurait le plus grand intérêt, à l’avenir, à entretenir de bonnes relations au niveau politique, économique et culturel ». C’est pourquoi l’Allemagne devait elle aussi « se tourner vers les étudiants étrangers, si elle veut affirmer sa place internationale en matière culturelle, en adaptant l’enseignement à leurs besoins intellectuels, en rendant agréable le séjour de ces étrangers et en leur offrant des conditions économiques adaptées, assurant leur subsistance »8.

  • 9 Texte du mémoire in : Politisches Archiv des Auswärtigen Amts Berlin, vol. R 64010.
  • 10 Dans les universités et universités techniques suivantes : Bonn, Berlin-Charlottenburg, Darmstadt, (...)
  • 11 Martin Aust, Daniel Schönpflug, Vom Gegner lernen. Feindschaften und Kulturtransfers im Europa des (...)

7Reinhold Schairer, le directeur de la Wirtschaftshilfe der Deutschen Studentenschaft – une association d’aide économique aux étudiants allemands – ancêtre du Deutsches Studentenwerk d’aujourd’hui, constatait lui aussi qu’en matière de prise en charge des étrangers, l’Allemagne était en retard sur la France. Dans un mémoire confidentiel pour l’Auswärtiges Amt, intitulé « réflexions sur la question des étudiants étrangers en Allemagne », Schairer exposait en 1926 que la Sorbonne, grâce à la fondation de la Cité universitaire, allait bientôt pouvoir accueillir 3 000 étudiants environ. Par là même elle se plaçait, « sous forme de communauté estudiantine de la SDN », au centre de la vie universitaire internationale. Jusqu’à présent l’Allemagne, dans ce domaine, n’aurait pas encore « accordé l’attention nécessaire ni à l’importance considérable de l’Université allemande, ni à la nécessité de liens nouveaux et solides à travers le monde ». Aussi Schairer exigeait-il « une politique d’accueil plus active que précédemment »9 – et ces paroles ne restèrent pas sans écho. Dès le semestre d’hiver 1927/28, des bureaux de l’étranger – prédécesseurs des offices universitaires avec l’étranger ou International Offices – avaient été ouverts dans pas moins de 12 établissements d’enseignement supérieur. Deux ans plus tard, on en comptait déjà 1810. Ils devaient offrir une assistance pour tous les problèmes relevant notamment du quotidien des étudiants (logement, formalités, conseil etc.) et développer dans chaque université un programme d’accompagnement pour les étudiants étrangers. Ainsi la France servit à la fois d’incarnation de l’ennemi et de modèle aux responsables de la politique culturelle extérieure allemande. Ce qui se développe en Allemagne à partir du milieu des années 1920 doit être compris précisément comme la mise en pratique exemplaire de ce que signifie « apprendre de l’ennemi » : la situation exacerbée de concurrence conduisit à un transfert de méthodes empruntées à l’ennemi11.

  • 12 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, Berlin, vol. R 64797, note du conseiller [Hofrat] Proppe, (...)

8Pour d’évidentes raisons, l’Auswärtiges Amt tenta bien sûr de masquer l’arrière fond politique du soutien aux étudiants étrangers. Officiellement, il s’agissait de « cercles influents » qui auraient créé à Berlin une « fondation » pour l’encouragement aux étudiants étrangers. Une note de l’Auswärtiges Amt du 23 juin 1925 révèle cependant la réalité motivant son attitude : « L’attribution de places à des étudiants étrangers dans les universités allemandes est une des missions les plus importantes de la politique culturelle de la section VI [c.à.d. de la future Kulturpolitische Abteilung – section de politique culturelle, H.I.]. Afin de la mener à bien […], la section VI a missionné un bureau spécifique, avec l’attribution de moyens considérables, qui travaille sous son contrôle au sein de l’Auswärtiges Amt et doit être compris comme un élément de la section VI. Le ministère fournit les espaces de travail, le mobilier, les fournitures, les machines à écrire, les téléphones etc. Ils sont à prendre sur les fonds généraux correspondants. Que ce bureau mentionné soit juridiquement une fondation et qu’il porte le nom de ‘Fondation Alexander von Humboldt’ ne change rien à l’affaire. Le nom lui a été attribué, pour d’évidentes raisons, afin que l’Auswärtiges Amt n’apparaisse pas comme le financeur à l’extérieur. »12

9Ainsi, une autre différence importante apparaît avec l’institution d’aujourd’hui qui porte le même nom. La « Fondation » Alexander von Humboldt de l’époque n’était au fond pas un organisme d’attribution de bourses ; elle était un programme de bourses financées par l’Auswärtiges Amt. La structure organisationnelle ne lui accordait aucune autonomie, mais servait juste de camouflage. La suite de l’article tentera d’exposer, dans ce contexte, comment l’histoire de la Fondation Alexander von Humboldt s’inscrit dans l’histoire de la politique culturelle extérieure de l’Allemagne. Plus précisément, comment elle permet de comprendre l’action universitaire avec l’étranger. Ainsi conçue, l’histoire de la Fondation Alexander von Humboldt est aussi une contribution à une histoire politique des étudiants étrangers en Allemagne – ce qui signifie qu’il faut comprendre la fondation Humboldt comme le synonyme d’une méthode de politique culturelle, à savoir le soutien aux étudiants étrangers. C’est seulement ainsi que l’on peut présenter son histoire comme un récit continu jusqu’en 1945. Car, d’un point de vue institutionnel, cette histoire s’arrête en réalité déjà en 1931. A ce moment-là, la Fondation Humboldt est intégrée dans le Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD) – le Service universitaire allemand avec l’étranger, ce qui constitue encore une différence avec la situation actuelle en Allemagne, où deux institutions indépendantes l’une de l’autre existent sous ces noms. Encore dix ans plus tard, en 1941, la fondation – ou plus exactement les « bourses Humboldt » – ont été retirées par l’Auswärtiges Amt au DAAD et ont constitué un programme spécifique du nouveau Deutsches Studienwerk für Ausländer, Action estudiantine allemande pour les étrangers. Ainsi, la continuité pour la période 1925-1945 ne réside pas dans la structure institutionnelle, mais dans le fait que la Fondation Humboldt, depuis le début, a été une action de camouflage dont s’est constamment servi le Reich pour faire venir des « multiplicateurs » étrangers dans les universités allemandes. Nous montrerons comment cela s’est produit précisément et dans quels buts concrets.

L’attribution des bourses sous la République de Weimar

10De 1925 à 1932, 50 nouvelles bourses Humboldt furent attribuées chaque année en moyenne. Aussi, en fonction des prolongations, le nombre total de boursiers se situait entre 75 et 100. La plupart d’entre eux étudiaient à Berlin (environ 40 %) et Munich (20 %), les autres sites universitaires arrivant bien après. Même si le nombre des boursiers augmenta ultérieurement, cela ne devait rien changer à leurs préférences géographiques. L’action en faveur des boursiers ciblait surtout l’Europe du sud-est, dont venaient 28 % des étudiants, la plupart de Bulgarie et de Grèce. Traditionnellement, l’Allemagne considérait cette région comme une sorte d’« Hinterland » et l’Europe sud-orientale resta un bénéficiaire prépondérant dans l’attribution de bourses par l’Allemagne jusqu’en 1945 : non seulement il s’agissait d’une région intéressant l’Allemagne, mais aussi de territoires s’intéressant à l’Allemagne. Pour bien des Européens du sud-est, faire ses études en Allemagne était une étape obligatoire pour la suite de la carrière. C’était un bon point de départ pour une politique culturelle, ciblant précisément les traditions de mobilité académique vers l’Allemagne et qui savait ensuite en tirer profit d’un double point de vue économique et politique. Ainsi, l’importance de l’Europe du sud-est résultait d’une interaction : une politique culturelle étrangère réussie ne peut être « à sens unique ».

  • 13 Bundesarchiv Berlin, cote R 9208/4215, Rapport d’activité de la Fondation Humboldt 1932/33, p. 24.

11Dans le choix des boursières et des boursiers – 17 % des bourses étaient attribués à des femmes – un pourcentage exceptionnellement élevé pour l’époque, les critères de qualification et d’intérêt politico-culturel étaient formellement placés sur le même plan. Cependant, en cas de doute, le critère politique devait l’emporter sur la qualification scientifique. Dans l’ensemble, on partait du principe que les deux critères se conditionnaient l’un l’autre, et que seuls des étrangers excellents dans leurs domaines de spécialité étaient promis à une future carrière politique. Afin de bien pouvoir évaluer ces compétences, l’attribution de bourses se limitait en général à des étrangers déjà très avancés dans leurs études universitaires, voire les ayant déjà brillamment terminées. On pensait alors qu’il fallait surtout chercher ce potentiel politico-culturel chez les spécialistes de sciences humaines « ayant la capacité d’agir dans une communauté […], un intérêt global pour les choses politiques et culturelles et […] une certaine facilité dans les relations avec autrui »13. Aussi 60 % des boursiers des années 1925-1932 venaient-ils des sciences humaines tandis que 14 % seulement venaient respectivement des sciences et de la médecine.

12Dans l’ensemble, dans les premières années, la politique d’attribution des bourses ne visait pas des succès immédiats, mais la pénétration pacifique sur le plus long terme. Depuis le départ, l’Allemagne œuvra à entretenir les contacts avec les anciens boursiers, à créer des associations d’Alumni dans leurs pays d’origine et à organiser des rencontres régulières par lesquelles il s’agissait de maintenir voire de réactiver leurs relations à l’Allemagne. Ainsi, à partir de 1930, y eut-il une association des anciens Humboldtianer bulgares à Sofia. L’année suivante on comptait déjà cinq organisations de ce type, dont trois dans différentes régions de la Yougoslavie (Belgrade, Sarajevo et Zagreb), les deux autres au Luxembourg et en Hongrie. En 1932, des associations d’Alumni furent créées en Finlande, en Estonie et en Lettonie.

« Conformément aux principes de l’Allemagne nationale-socialiste » : les échanges universitaires de 1933à 1938

  • 14 Pierre Bertaux, « Nationalsozialistische Kulturpolitik und ihre Folgen », in : Gerhard Schulz (dir. (...)

13Le 10 mai 1933, dans les villes universitaires allemandes, on ne jeta pas seulement aux flammes les œuvres d’écrivains juifs, mais tout ce qui passait pour étranger et « non allemand ». Le bûcher des livres fut le fanal de la transformation des universités humboldtiennes en établissements d’enseignement supérieur politisés et racistes – ce qui, parce qu’il s’agissait d’une action estudiantine, fut célébré par des chercheurs réputés dans des discours véritablement « enflammés ». Parmi les témoins du bûcher des livres à Berlin se trouvait le germaniste français Pierre Bertaux, qui avait été le premier boursier français de la Fondation Humboldt en 1927/28. Des années plus tard, Bertaux devait confronter les impressions de son séjour à la fin des années 1920 avec l’expérience du bûcher des livres et constater qu’en ces jours de printemps 1933 on s’était retrouvé au point de passage entre « deux différents types de culture » : « L’une de ces cultures était ouverte sur le monde ou aspirait à l’être ; l’autre voulait le contraire, gagnant d’autant plus en intensité et en force de conviction qu’elle s’encapsulait, se repliant sur elle-même et se concentrant sur l’image qu’elle cultivait d’elle. La première de ces cultures s’ouvrait volontiers sur ce qui lui était étranger, et dont elle s’enrichissait ; l’autre se refermait et se défendait contre tout ce qu’elle trouvait étranger. »14

14En plus des autodafés, l’émigration de savants renommés suite à la loi sur le « rétablissement de la fonction publique » ainsi que l’entrée en scène de l’association des étudiants nazis, très radicalisée, portèrent durablement atteinte au prestige international de l’Allemagne et de ses universités. Dans Nature et Science, l’hostilité du « Troisième Reich » à la science était discutée et le nombre des étudiants étrangers diminua considérablement. À nouveau, comme au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’Allemagne était menacée d’isolement. Après 1933, on tenta à nouveau de contrecarrer cet isolement et cette perte de renommée en intensifiant la politique culturelle extérieure, tout particulièrement par le recrutement universitaire à l’étranger. Le nombre total de boursiers augmenta en 1934/35 de 80 à 150 afin de contrebalancer l’effondrement du nombre des étrangers. Et les effectifs des boursiers devaient continuer de monter, avec un quintuplement à la veille de la guerre (430).

« Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »

D.R.

  • 15 Bundesarchiv Berlin, cote R 9335/463, lettre de la Fondation Humboldt aux représentations allemande (...)
  • 16 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts Berlin, cote R 64227, Remarques générales sur la sélection (...)
  • 17 Bundesarchiv Berlin, cote R 9208/4216, rapport d’activité de la Fondation Humboldt pour les années (...)
  • 18 Cité d’après : Frank-Rutger Hausmann, Auch im Krieg schweigen die Musen nicht“. Die deutschen wiss (...)

15Bien sûr, la question centrale est de savoir si cette augmentation quantitative s’est accompagnée d’une modification qualitative. Autrement dit : le système des bourses est-il devenu national-socialiste ? Au premier abord, on repère surtout des continuités. Comme auparavant, la majorité des bourses étaient attribuées à des spécialistes de sciences humaines (54 %), les boursiers originaires de l’Europe du sud-est étaient les plus nombreux, désormais encore renforcés de ceux de la Deutschland-Stiftung du Congrès économique pour l’Europe centrale, bourses mises en place en 1936 sur le modèle des bourses Humboldt et spécialement destinées à des étudiants en économie et sciences de l’ingénieur, ce qui permit à ces disciplines d’être un peu mieux représentées en pourcentage. A y regarder de plus près, on reconnaît pourtant la marque du temps : d’abord et avant tout, il y eut cette consigne sans ambiguïté envoyée à toutes les légations allemandes à l’étranger en mars 1935 : « trouver le moyen sous une forme appropriée d’empêcher les candidats d’origine juive de postuler, par exemple en faisant mention d’un nombre déjà très importants de candidatures »15. Il est important de souligner qu’il y avait là une certaine marge de manœuvre, dont il ne fut pas fait usage au regard de tous les obstacles bureaucratiques et autres auxquels les Juifs étaient déjà exposés. Mais ce n’est qu’au début de 1940 que leur immatriculation fut officiellement interdite. Dans les éléments nouveaux, il y eut aussi la mise en place en 1935 d’un fonds spécial « invitation à de jeunes savants », dotés de 35 000 RM, sur lequel des bourses, attribuées par le ministère de la Propagande de Goebbels, furent offertes non seulement à des chercheurs mais aussi à d’autres personnes pour des raisons politiques16. L’attribution des bourses prit une tournure plus idéologique – du point de vue géopolitique et disciplinaire. Dans le choix de boursiers belges, on travailla de concert avec la section universitaire de l’organisation fasciste Vlaamsch Nationaal Verbond (VNV). A l’Institut Kaiser-Wilhelm d’anthropologie, de génétique humaine et d’eugénisme, dirigé par Eugen Fischer et de sulfureuse réputation, des boursiers étaient formés selon les « méthodes allemandes modernes de la recherche raciale »17. Et le futur ministre des Affaires étrangères du régime oustachi, Mladen Lorkovic, étudia dans les années 1930 auprès de Carl Schmitt, le premier des juristes du « Troisième Reich ». Mais ici aussi on observe le principe déjà énoncé d’action à double sens. C’était précisément l’idéologie nazie qui attirait de nombres candidats boursiers. L’« expérimentation » nationale-socialiste leur paraissait être une troisième option intéressante entre la « ploutocratie occidentale » et le bolchevisme soviétique. Citons ici l’exemple d’Émile Cioran, qui deviendrait plus tard un philosophe et essayiste réputé, qui dès la fin 1933, alors qu’il était membre de la « garde de fer » roumaine, avait déclaré : « J’aime les Hitlériens en raison de leur culte de l’irrationnel, de leur adoration de la vitalité, de leur force virile. Dans ce monde, il n’y a pas d’homme politique qui ne mérite autant de sympathie et d’admiration que Hitler. L’adulation du Führer en Allemagne est pleinement justifiée. C’est le mérite de Hitler que d’avoir à nouveau éveillé l’esprit critique de son peuple à la vie enthousiaste »18. De 1933 à 1945, Cioran a étudié la philosophie à Berlin et Munich grâce à une bourse Humboldt et préparé sa thèse de doctorat sur « Conscience et vie chez Nietzsche ».

  • 19 Bundesarchiv Berlin, cote R 9208/4216, rapport d’activité de la Fondation Humboldt pour l’année 193 (...)
  • 20 Bundesarchiv Berlin, Collection Schumacher 211, « directives strictement confidentielles pour le tr (...)

16Le suivi des boursiers humboldtiens devint toujours davantage, à partir de 1933, un encadrement de « camaraderie » politisé, à caractère national-socialiste. Le programme du « Club Humboldt » de Berlin permet de voir à quoi cela pouvait ressembler. Avant 1933, des conférences y étaient tenues sur Alexander von Humboldt et sur les « chansons populaires et chansons d’étudiants des nations » ; mais dès l’automne 1933, les thèmes abordés étaient : « De l’esprit de la SA », « Pourquoi l’Allemand fait-il de la généalogie ? », « La pensée völkisch [nationale et raciale] dans la politique extérieure », « A quoi ressemble la nouvelle Allemagne », ou bien encore « la juridiction de l’État national-socialiste ». Dans cet esprit, il y eut aussi, au semestre d’hiver 1935/36 une visite prévue de la prison de Moabit, suivie d’une discussion au club sur « le droit pénal et le régime pénitentiaire dans la nouvelle Allemagne ». Et si l’on regarde les excursions, on allait avant 1933 au musée de Pergame et au Château de Tegel (propriété de la famille Humboldt) ; ensuite, il y eut au programme la maison d’édition et l’imprimerie du Völkischer Beobachter ainsi que des écoles des mères ou des ateliers de cuisines et de couture de l’association nationale-socialiste des femmes. Celle-ci fut d’ailleurs impliquée dans l’attribution des chambres pour les boursiers : « afin d’assurer à l’avenir que les boursiers soient hébergés dans des familles ayant clairement une vision nationale-socialiste et leur assurant un bon et chaleureux accueil »19. Dans les antennes à l’étranger des établissements allemands d’enseignement supérieur, seuls les collaborateurs « représentant l’Allemagne nationale-socialiste et conscients de leur condition völkisch »20 étaient autorisés à travailler. Dans la très grande majorité des cas, il s’agissait de cadres de la fédération estudiantine nazie (NS-Studentenbund).

17Il serait faux de parler de « politisation » du système allemand des bourses pour la période après 1933, car il l’était déjà auparavant. Les exemples donnés, dont on pourrait poursuivre la liste à volonté, montrent cependant que, à côté de la politique culturelle au service du national-socialisme, il y avait de plus en plus une politique culturelle du national-socialisme, dans le sens d’une politique culturelle spécifiquement nationale-socialiste. On allait encore mieux s’en rendre compte au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La mise sur pied d’une « défense intellectuelle » de la « nouvelle Europe » : les bourses Humboldt en guerre

18A l’automne 1940, l’association nationale-socialiste des étudiants publia un numéro spécial richement illustré de son Hochschulblatt avec pour titre « les étudiants étrangers dans le Reich ». Le président du DAAD, Ewald von Massow, y soulignait fièrement que les relations avec l’étranger avaient connu un considérable élargissement pendant la guerre. Le lecteur d’aujourd’hui peut être surpris par de tels propos, car on pourrait spontanément penser que les échanges universitaires furent stoppés par le conflit. Et pourtant l’attribution des bourses à des étudiants étrangers a connu effectivement une forte expansion après le 1er septembre 1939. Dès 1940, plus de 800 des 2 319 étudiants étrangers – soit 35 % d’entre eux – obtinrent une bourse allemande. En 1941/42 le nombre des bourses était déjà passé à 1 750 (dont plus de 1 000 bourses Humboldt) – un quadruplement en comparaison du niveau d’avant-guerre. Leur valeur totale se montait à 2,5 millions de Reichsmarks environ. Jusqu’à la fin de la guerre, l’engagement financier allemand ne devait pas descendre en-deçà.

  • 21 Ausländer in Berlin ?, édité par le Humboldt-Klub Berlin, publication interne, Berlin, mars 1942.
  • 22 Universitätsarchiv [archives universitaires] Jena, cote U Abt. II, Nr. 31, Deutsches Studienwerk fü (...)
  • 23 Universitätsarchiv Jena, cote U Abt. II, Nr. 30 : Aka Jena à la direction de la police de Iéna, 24. (...)
  • 24 Universitätsarchiv Jena, cote U Abt. II, Nr. 31 : lettre du Deutscher Studienwerk für Ausländer au (...)

19Si l’on en croit la propagande allemande, l’objectif de cette offensive massive des bourses était « l’amplification de la défense intellectuelle de la nouvelle Europe »21. En réalité, il s’agissait de consolider les fondements de l’hégémonie politico-militaire de l’Allemagne sur cette « nouvelle Europe ». Aussi, à côté de la « pénétration culturelle » de ses alliés, notamment en Europe du sud-est, l’accent fut mis aussi sur des aspects très concrets relatifs à la politique d’occupation et à des objectifs de stratégie militaires : les collaborateurs ukrainiens formés en Allemagne devaient former la base politique fiable pour la domination allemande d’après-guerre dans le « gouvernement général ». Les fascistes serbes, qui s’étaient distingués « dans la rénovation du pays » et dans sa « pacification », reçurent eux-aussi des bourses. Les critères universitaires ne jouaient « aucun rôle notable » dans la sélection des boursiers. Ce qui comptait, c’était les « mérites dans la lutte contre les partisans communistes »22. Conjointement avec le grand Mufti de Jérusalem, Amin al-Husseini, des bourses étaient allouées à des Syriens et des Palestiniens qui avaient fait leur preuve dans le « combat arabe pour la liberté contre la domination anglaise et l’immigration juive en tant que francs-tireurs » et qui, après leurs études, devaient à nouveau combattre contre les Britanniques dans les unités de volontaires arabes23. Les Arabes et les Serbes n’étaient du reste pas les seuls pour lesquels l’attribution d’une bourse était couplée à un engagement dans les fédérations de volontaires, les troupes auxiliaires ou la Waffen-SS. Les Ukrainiens aussi étaient presque tous au service de la Wehrmacht – l’armée allemande. A peine sortis des amphithéâtres, nombre de boursiers norvégiens se retrouvèrent « mobilisés à l’Est ». En comparaison, l’attribution de bourses à des diplômés de la Sorbonne pour une formation complémentaire en germanistique dans une université allemande paraissait bien anodine. On voulait par-là, dit-on, influencer « la manière prochaine d’enseigner l’allemand dans les établissements secondaires français »24. Les rangs de ces étudiants furent complétés par des universitaires français, prisonniers de guerre en mains allemandes, auxquels la possibilité avait été donnée d’entrer en contact avec des savants allemands de leur spécialité, afin de discuter ensemble de problèmes et de questions scientifiques voire éventuellement de poursuivre leurs travaux dans les universités allemandes.

« Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »

D.R.

  • 25 Universitätsarchiv Jena, cote BA 2132 : lettre du chargé de mission pour l’encadrement de l’Univers (...)

20Cette ouverture de la partie allemande, surprenante au premier abord, devait bien sûr d’abord servir à établir un contre-pôle à toutes les universités de camps françaises qui existaient partout dans le Reich et aux enseignements qui y étaient transmis et, par ce biais, « de gagner les savants français à l’idée de solidarité européenne »25 – ce qui n’était bien sûr qu’un euphémisme pour la « nouvelle Europe » sous domination allemande. Les boursiers de Roumanie, formés à l’académie des Mines de Freiberg, servaient aussi à consolider la domination allemande, afin d’assurer dès que possible les quotas de pétrole roumain nécessaire à la Wehrmacht. De manière générale, on attribua toujours davantage de bourses aux étudiants des disciplines techniques et de médecine. La « nouvelle Europe » de Hitler avait besoin d’ingénieurs et de médecins à côté de combattants partisans du régime.

  • 26 Bundesarchiv Berlin, cote R 58/165, f. 164 & 166, communiqué du Reich du 23 octobre 1941.

21Par ailleurs, la fiabilité politique des boursiers était contrôlée par le service de sécurité de la SS (le Sicherheitsdienst – SD), impliqué au plus tard depuis janvier 1942 dans la sélection des candidats. Aussi peut-on penser que le discours sur « l’Europe nouvelle » adressé aux étudiants par la propagande allemande leur présentait une vision à caractère mobilisateur et que les boursiers des années de guerre avaient pour la plupart une forte disposition à la collaboration, du moins qu’ils reconnaissaient les ambitions dominatrices de l’Allemagne. Mais cette disposition fondamentale se heurtait en même temps à ce qu’on peut qualifier de conflit inhérent aux études des « éléments étrangers » au sein de « l’État racial » en constante radicalisation. Le point culminant de cette contradiction non soluble ne manifestait dans les relations de ces étudiants étrangers avec des jeunes filles ou femmes allemandes. Derrière cette formulation a priori banale, il y avait l’accusation, qui elle n’avait rien d’anodin, de Rassenschande – « honte raciale », à laquelle toute une série de boursiers furent confrontés. Ce ne furent pas les seules raisons qui conduisirent des boursiers à l’origine partisans de la collaboration à se détourner du système nazi. S’est ajoutée à cela une désillusion politique progressive, dont la cause était largement liée à la réalité de la pratique de domination allemande dans ce qu’on appelait la « Nouvelle Europe ». Ainsi, un rapport du SD de 1942 constatait que les étudiants ukrainiens, « de partisans de l’Allemagne » étaient devenus rapidement des « opposants ». Des boursiers bulgares et norvégiens furent qualifiés respectivement de « communistes » et d’éléments « clairement anti-allemands »26.

  • 27 Bundesarchiv Berlin, cote R 4901/13160, rapport confidentiel de la direction des étudiants du Reich (...)
  • 28 Bundesarchiv Berlin, cote R 6/160, Mémorandum de Wetzel du 17.3.1943.

22Le vrai saut qualitatif dans le domaine des bourses, au cours de la guerre, se produisit dans le soi-disant Ostland et dans le « nord-ouest germanique ». Le but n’était plus « l’hégémonie culturelle » mais la « germanisation ». Dans ces territoires, la politique culturelle n’était plus un instrument de la politique étrangère, mais de la politique de la race et du peuple. Le principe d’origine des multiplicateurs, qui avait jusqu’alors été la base du système politico-culturel des bourses, fut remplacé par l’instrument de la soi-disant Umvolkung – l’assimilation au peuple – et la Eindeutschung – la germanisation. Par exemple, dans la région de la Baltique, des bourses furent octroyées à des « éléments », qui « par leur profil racial permettent d’espérer que nous puissions progressivement les incorporer dans la communauté du peuple allemand par des méthodes appropriées d’éducation et de sélection »27. Là derrière se cachait bien plus qu’une sélection raciale. Les études en Allemagne avaient bien davantage une fonction de catalyseur politico-racial, c’est-à-dire qu’elles visaient à une « re-germanisation » par le biais de la bourse : « Il paraît opportun – dit Erhard Wetzel, chef de bureau à l’Office pour la politique de la race du NSDAP – que plusieurs jeunes étudiants et savants estoniens puissent très vite venir dans le Reich suivre des études d’anthropologie ou une formation complémentaire en anthropologie, de telle sorte qu’il deviennent les fondateurs d’une alliance par le sang entre leur peuple et le peuple allemand »28.

23Ce sont des objectifs à long terme similaires qui étaient poursuivis dans le « nord-ouest germanique » (Belgique, Pays-Bas, Norvège), où Heinrich Himmler voulait encourager la « réunion des hommes de sang germanique », notamment par l’attribution de bourses à des étudiants racialement appropriés. A ces fins, tous les boursiers de Flandres, de Wallonie, des Pays-Bas et de Norvège devaient être versés au début de l’année universitaire 1944/45 à un « Office germanique des élites » de la SS. Seul le cours de la guerre empêcha l’exécution de cette mesure. Les plans élaborés et les programmes partiellement mis en œuvre dans l’Ostland et le « nord-ouest germanique » indiquent nettement ce qui aurait déterminé une vraie politique nazie des bourses, si le cours des opérations militaires en était allé autrement. L’idéologie raciale comme principe de base de l’État nazi totalitaire devait nécessairement déterminer les objectifs de la politique culturelle extérieure, comme elle était déjà parvenue à le faire pour la politique étrangère et les buts de guerre allemands.

  • 29 Institut für Zeitgeschichte, cote 677/5, rapport d’activité n° 28, avril 1944, p. 25.
  • 30 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, cote R 60657, note concernant les tâches de la politiqu cu (...)
  • 31 Bundesarchiv Berlin, cote R 2/11623, circulaire n° 11 du Deutscher Studienwerks für Ausländer, 4.11 (...)
  • 32 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, cote R 60657 : note sur la section de politique culturelle (...)

24Cependant, le tournant de la guerre ne signifia pas la fin des bourses Humboldt. La poursuite de l’action universitaire à l’étranger restait « l’expression la plus visible de notre foi et de notre confiance dans l’avenir et dans la victoire », comme on le dit en avril 1944 dans l’administration militaire en Belgique et dans le nord de la France29. En juin 1944 encore, un institut culturel allemand fut ouvert à Tirana, par l’intermédiaire duquel 500 à 600 Albanais furent envoyés en Allemagne pour faire leurs études. Ils contribuèrent encore à accroître le nombre des étudiants étrangers – sans doute plus de 8 000 – qui, séjournaient alors dans le « grand Reich allemand ». Leur situation fut de plus en plus précaire avec l’avancée de l’Armée rouge et des alliés occidentaux. A partir de l’automne 1944, un nombre croissant de bourses-relais furent attribuées aux étudiants en détresse et coupés de leur pays (plus de 1 000 bourses supplémentaires !). Peu de temps après, le ministère des Affaires étrangères mit en place des « mesures concertées d’évacuation » pour les étudiants et chercheurs des pays de la sphère allemande. Dans ce cadre, et sur le fonds dédié aux bourses, des aides complémentaires furent payées aux chercheurs et étudiants, qui par suite des mesures d’évacuation ou comme réfugiés avaient dû quitter les États alliés ou les régions occupées – surtout les collaborateurs – et se replier vers le Reich. L’objectif était d’éviter une « catastrophe mentale chez les réfugiés qui aurait pu conduire à la dissolution de l’Allemagne ». Car finalement il s’agissait chez ces intellectuels des prescripteurs du discours de « communauté européenne du socialisme völkisch sur base fédérative », grâce auxquels le Reich reçut « une possibilité historique unique »30. Le paiement des bourses devait contribuer à ce que « les collaborateurs et partisans étrangers et aptes puissent être conservés et remobilisés dans la perspective future du renouveau national »31. S’assurer du concours des élites universitaires étrangères pour la « victoire finale » fut ainsi le dernier grand défi de la politique culturelle extérieure de l’Allemagne nazie. Jusqu’en mars 1945 des bourses furent versées à des étudiants étrangers – dans la mesure où ceux-ci n’étaient pas appelés au combat dans de soi-disant « associations de volontaires ». Le recensement des étudiants, l’inscription au service du Travail ainsi que le recrutement des étudiants aptes au service armé incombait aux offices universitaires à l’étranger des établissements d’enseignement supérieur – une forme très spéciale « d’hospitalité active » (voir supra), dans laquelle seul un cynique pouvait voir l’accomplissement de l’exigence du ministère des Affaires étrangères : « maintenir en quelque sorte les élites dirigeantes des pays extra-germaniques dans un milieu culturel allemand „du berceau au tombeau“ »32.

Conclusion : polyvalence des échanges universitaires

  • 33 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, cote B 90/432-03/Nr. 430 : note de Salat du 30.11.1950 et (...)
  • 34 Institut für Zeitgeschichte, cote MA 1300/3, interrogatoire (« Interrogation ») Six/Mahnke, p. 29.
  • 35 Archiv der Humboldt-Universität Berlin, cote Akademisches Auskunftsamt 29, note d’information relat (...)

25Quand, en 1950, on discuta de la refondation de la Fondation Humboldt, son ancien secrétaire général, le Dr. Kurt Goepel, rapporta : « Même sous le Troisième Reich, la Fondation Humboldt a pu préserver une grande partie de son autonomie et s’opposer avec succès aux tentatives d’introduire des critères politiques ou raciaux dans l’attribution des bourses ». Le sénateur de Berlin-Ouest en charge de la Justice corrigea ce point de vue un an et demi plus tard : « Après la prise du pouvoir par les nazis, [la Fondation Humboldt] a servi le NSDAP à des fins de propagande »33.A l’issue de notre présentation, il nous faut rectifier tant les propos auto-exculpatoires de Goepel que le jugement de Berlin – il est vrai plus réaliste. En effet, les bourses Humboldt constituèrent depuis le début un pan de la « systematic stipend policy »34, motivée par des considérations de politique étrangère, comme les Américains le remarquèrent déjà peu après la fin de la guerre. Cette politique est née en 1925 d’une position de faiblesse et d’une attitude défensive. Les échanges universitaires étaient une réponse à l’expérience de la défaite et de l’isolement qui en avait résulté, et non une réponse aux expériences de guerre. Ce qui signifie que la « compréhension » ne servait pas prioritairement le maintien de la paix, mais la révision – même s’il s’agissait encore, alors, du « rétablissement pacifique du rang mondial de l’Allemagne »35. Le rapport entre guerre perdue et mise en place d’une politique culturelle extérieure (ce qu’on avait d’ailleurs pu observer avec l’exemple de la France après 1871) explique pourquoi les échanges universitaires avec l’étranger ont pu devenir après 1933 l’instrument d’un offensif rétablissement du rang de l’Allemagne dans le monde – avec même le recours à la guerre à partir de 1939 – et pourquoi les responsables y virent la poursuite logique de ce qui avait été entrepris en 1925.

  • 36 A ce sujet,voir les réflexions sur le rapport de la science au politique in : Michael Grüttner, Rüd (...)

26Après 1933, et surtout pendant la guerre, les approches traditionnelles de la politique étrangère (totalement orientée vers le révisionnisme et la domination) se recoupèrent de plus en plus avec les objectifs nazis, ce que le terme de « propagande » ne peut décrire que de manière très insuffisante. La domination allemande sur « l’Europe nouvelle » n’était pas seulement une affaire de propagande. A la différence d’autres champs de la propagande culturelle (comme par exemple les conférences scientifiques), les bourses constituaient une méthode de recrutement direct des élites – tant dans le sens de classes dirigeantes prêtes à la collaboration et politiquement pro-allemandes que dans celui d’une élite raciale. On ne peut contester le fait que les bourses Humboldt ont été un instrument d’un système criminel. Leur histoire montre que la possibilité d’une instrumentalisation politique voire idéologique des échanges universitaires existe fondamentalement. Ces échanges ne présentent pas de mécanismes immanents, les préservant de la mise au service d’un système de domination dictatoriale violant les droits de l’homme. Ils sont en soi polyvalents36. Si l’on a perdu cela de vue aujourd’hui, au moment où une « génération Erasmus » a grandi en Europe, jeter un regard sur le passé doit servir de mise en garde : ce qui a été acquis au cours des décennies précédentes ne doit pas être remis en jeu.

Haut de page

Notes

1 Cet article se fonde sur l’ouvrage suivant de l’auteur : Holger Impekoven, Die Alexander von Humboldt-Stiftung und das Ausländerstudium in Deutschland 1925-45. Von der „geräuschlosen Propaganda“ zur Ausbildung der „geistigen Wehr“ des „Neuen Europa“, Bonn University Press, Göttingen, 2013. Pour rendre la lecture plus facile, nous avons renoncé à indiquer la totalité des références – à l’exception de celles des citations et des sources archivistiques.

2 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts [archives politiques de l’Auswätiges Amt], Berlin, Akte DGes Budapest, Fach 217, Humboldt-Stiftung/vol. 1, circulaire du 3.7.1925.

3 Arnold Bergsträsser, Sinn und Grenzen der Verständigung zwischen Nationen, Duncker & Humblot, Munich et Leipzig, 1930, p. 75.

4 Circulaire du. 3.7.1925, voir note 1.

5 Adolf Morsbach, « Deutsche Kulturpolitik im Ausland », cité d’après : Brigitte Schröder-Gudehus, Deutsche Wissenschaft und internationale Zusammenarbeit 1914-1928. Ein Beitrag zum Studium kultureller Beziehungen in politischen Krisenzeiten, Dumaret & Golay, Genève, 1966, p. 265.

6 Pour cette citation de Stresemann et la suivante : Verhandlungen des Reichstages, vol. 425, 24.06.1929, p. 2881 (http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w4_bsb00000109_00822.html; consulté le 08.03.2018).

7 Kurt Goepel, « Kulturpropaganda oder Gastfreundschaft. Gedanken zu akademischen Gastformen », in : Der Deutsche Student. Zeitschrift der Deutschen Studentenschaft, 3e année, n° 4, avril 1934, p. 226-236, ici p. 233.

8 Bundesarchiv [archives fédérales] Berlin, vol. R 901/45796, Memorandum Heilbron 1.1.1924, f. 76-77.

9 Texte du mémoire in : Politisches Archiv des Auswärtigen Amts Berlin, vol. R 64010.

10 Dans les universités et universités techniques suivantes : Bonn, Berlin-Charlottenburg, Darmstadt, Dresde, Francfort/M., Freiberg/Saxe, Göttingen, Hambourg, Heidelberg, Iéna, Karlsruhe, Cologne, Königsberg, Leipzig, Marbourg, Munich, Tübingen, Würzburg.

11 Martin Aust, Daniel Schönpflug, Vom Gegner lernen. Feindschaften und Kulturtransfers im Europa des 19. und 20. Jahrhunderts, Campus, Francfort/M., 2007, p. 31.

12 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, Berlin, vol. R 64797, note du conseiller [Hofrat] Proppe, 23.6.1925 (souligné dans l’original).

13 Bundesarchiv Berlin, cote R 9208/4215, Rapport d’activité de la Fondation Humboldt 1932/33, p. 24.

14 Pierre Bertaux, « Nationalsozialistische Kulturpolitik und ihre Folgen », in : Gerhard Schulz (dir.), Die Große Krise der dreißiger Jahre. Vom Niedergang der Weltwirtschaft zum Zweiten Weltkrieg, Göttingen, 1985, p. 120-136, ici p. 135. Au sujet du séjour de Bertaux à Berlin voir aussi : Pierre Bertaux, Un Normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, éditées, annotées et commentées par Hans Manfred Bock & al., PIA, Asnières 2001.

15 Bundesarchiv Berlin, cote R 9335/463, lettre de la Fondation Humboldt aux représentations allemandes à l’étranger, 11.3.1935.

16 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts Berlin, cote R 64227, Remarques générales sur la sélection des boursiers pour l’année universitaire 1935/36, 20.6.1935.

17 Bundesarchiv Berlin, cote R 9208/4216, rapport d’activité de la Fondation Humboldt pour les années 1934/35 et 1935/36, p. 20.

18 Cité d’après : Frank-Rutger Hausmann, Auch im Krieg schweigen die Musen nicht“. Die deutschen wissenschaftlichen Institute im zweiten Weltkrieg, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 2001, p. 68.

19 Bundesarchiv Berlin, cote R 9208/4216, rapport d’activité de la Fondation Humboldt pour l’année 1933/34, p. 53.

20 Bundesarchiv Berlin, Collection Schumacher 211, « directives strictement confidentielles pour le travail des bureaux universitaires à l’étranger » [s.d., probablement fin 1934].

21 Ausländer in Berlin ?, édité par le Humboldt-Klub Berlin, publication interne, Berlin, mars 1942.

22 Universitätsarchiv [archives universitaires] Jena, cote U Abt. II, Nr. 31, Deutsches Studienwerk für Ausländer à Aka Jena, 23.11.1942.

23 Universitätsarchiv Jena, cote U Abt. II, Nr. 30 : Aka Jena à la direction de la police de Iéna, 24.11.1939.

24 Universitätsarchiv Jena, cote U Abt. II, Nr. 31 : lettre du Deutscher Studienwerk für Ausländer au Romanisches Seminar der Universität Jena, 27.9.1943.

25 Universitätsarchiv Jena, cote BA 2132 : lettre du chargé de mission pour l’encadrement de l’Université des prisonniers français à tous les bureaux universitaires à l’étranger, 17.7.1943. Au sujet des universités de camps françaises, voir : Laura Hannemann, « Der entfesselte Geist. Die französischen Lageruniversitäten im Zweiten Weltkrieg », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 33/3, 2006, p. 95-120.

26 Bundesarchiv Berlin, cote R 58/165, f. 164 & 166, communiqué du Reich du 23 octobre 1941.

27 Bundesarchiv Berlin, cote R 4901/13160, rapport confidentiel de la direction des étudiants du Reich [Reichsstudentenführung], n° 1 du 31.3.1943 (incluant une reproduction de la conférence « le traitement de l’ethnisme étranger » [« Die Behandlung des fremden Volkstums »], p. 1-9, ici p. 7).

28 Bundesarchiv Berlin, cote R 6/160, Mémorandum de Wetzel du 17.3.1943.

29 Institut für Zeitgeschichte, cote 677/5, rapport d’activité n° 28, avril 1944, p. 25.

30 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, cote R 60657, note concernant les tâches de la politiqu culturelle extérieure de l’Allemagne face au mouvement de réfugiés européens, s. d. [fin 1944], p. 1s.

31 Bundesarchiv Berlin, cote R 2/11623, circulaire n° 11 du Deutscher Studienwerks für Ausländer, 4.11.1944.

32 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, cote R 60657 : note sur la section de politique culturelle de l’Auswärtiges Amt, 29.9.1944, p. 1s.

33 Politisches Archiv des Auswärtigen Amts, cote B 90/432-03/Nr. 430 : note de Salat du 30.11.1950 et lettre de Hübner au DAAD, 10.3.1952.

34 Institut für Zeitgeschichte, cote MA 1300/3, interrogatoire (« Interrogation ») Six/Mahnke, p. 29.

35 Archiv der Humboldt-Universität Berlin, cote Akademisches Auskunftsamt 29, note d’information relative à la fondation du Akademischer Austauschdienst (AAD) à l’université de Heidelberg, s. d.

36 A ce sujet,voir les réflexions sur le rapport de la science au politique in : Michael Grüttner, Rüdiger Hachtmann, « Wissenschaften und Wissenschaftler unter dem Nationalsozialismus. Selbstbilder, Praxis und Ressourcenmobilisierung », in : Michael Grüttner, Rüdiger Hachtmann et.al. (dir.), Gebrochene Wissenschaftskulturen. Universitäten und Politik im 20. Jahrhundert, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 2010, p. 143-148, ici p. 146 ; voir aussi Mitchell G Ash, « Wissenschaft und Politik als Ressourcen für einander », in : Rüdiger vom Bruch, Brigitte Kaderas (dir.), Wissenschaften und Wissenschaftspolitik. Bestandsaufnahmen zu Formationen, Brüchen und Kontinuitäten im Deutschland des 20. Jahrhunderts, Franz Steiner, Stuttgart 2002, p. 32-51, ici p. 33.

Haut de page

Table des illustrations

Légende « Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende « Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende « Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende « Hochschulblatt, “Ausländische Studenten im Reich” »
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Holger Impekoven, « La fondation Alexander von Humboldt et la politique culturelle extérieure de l’Allemagne dans les années 1925-1945 »Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 78-87.

Référence électronique

Holger Impekoven, « La fondation Alexander von Humboldt et la politique culturelle extérieure de l’Allemagne dans les années 1925-1945 »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome X - n°1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5870

Haut de page

Auteur

Holger Impekoven

Université de Bonn

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search