Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome X - n°1VARIAL’excellence au niveau mondial. L...

VARIA

L’excellence au niveau mondial. La « nouvelle » Fondation Alexander von Humboldt, entre promotion de la science et politique culturelle extérieure (de 1953 à nos jours)

Excellence at the global level. The “new” Alexander von Humboldt Foundation, between promotion of science and foreign cultural policy (from 1953 to the present days)
Christian Jansen
Traduction de Jean-Léon Muller
p. 89-100

Résumés

Après avoir rappelé les principales étapes de l’histoire de la Fondation Humboldt depuis sa recréation en 1953, sous la présidence du physicien Werner Heisenberg, Christian Jansen développe les grands principes de son fonctionnement, avec entre autres la promotion de l’excellence scientifique des boursiers, le soutien personnalisé et l’indépendance vis-à-vis de l’État fédéral. Fixés pour la plupart dès les années 1950, ces orientations continuent de marquer aujourd’hui encore la politique de l’institution.

Haut de page

Texte intégral

1Ses activités de promotion de la recherche à l’échelle internationale et le soutien qu’elle apporte par principe, leur vie durant, à ses bénéficiaires selon le mot d’ordre « Humboldtien un jour, Humboldtien toujours » ont permis à la Fondation Alexander von Humboldt de tisser depuis 1953 un réseau mondial réunissant pas moins de 28 000 universitaires de plus de 140 nationalités. Dans plus de 70 pays à travers le monde, on trouve ainsi des associations d’alumni fondées par d’anciens boursiers afin d’entretenir ces liens qui les unissent les uns aux autres, à l’Allemagne et à la Fondation elle-même. Et ce n’est pas seulement en termes quantitatifs mais aussi qualitatifs que les résultats obtenus ces 50 dernières années par la Fondation impressionnent. S’il ne fallait citer qu’un seul chiffre supplémentaire, rappelons que 54 prix Nobel sont aujourd’hui des « Humboldtiens »1.

  • 2 . D’autres fonds proviennent de l’Union Européenne (2,1 %) ou sont d’origine privée (4,3 %).
  • 3 Kurt Reumann, Editorial, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 20.12.1994.

2Le fait que la Fondation Humboldt soit parvenue à créer ce réseau d’ampleur mondiale au sein de l’élite scientifique a été salué à maintes reprises avec reconnaissance par le public et, ce qui est peut-être plus important encore, par ses bailleurs de fonds que sont les ministères fédéraux allemands. Ses principaux contributeurs sont en effet le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche, qui a financé plus de la moitié du budget 2016 (50,8 %), le ministère fédéral des Affaires étrangères (pour 34,9 % du même budget) et, dans une moindre mesure, le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (6,7 %) et le ministère fédéral de l’Environnement, de la Protection de la nature, de la Construction et de la Sûreté nucléaire (1,2 %)2. L’ancien chef du département Culture du ministère fédéral des Affaires étrangères Dieter Sattler, qui a particulièrement œuvré pour la création et le développement de la Fondation, l’a qualifiée de « Rolls-Royce de la politique étrangère culturelle ». Sattler a ainsi voulu souligner la qualité du travail accompli et son importance pour la politique culturelle de la République fédérale à l’étranger, à l’image de cet éditorial de la Frankfurter Allgemeine Zeitung donnant aux « Humboldtiens » le titre de « meilleurs ambassadeurs de l’Allemagne ».3 La formule souligne le rôle majeur, assigné dès le départ à la Fondation dans la politique étrangère allemande : la promotion discrète mais néanmoins efficace de la nouvelle Allemagne démocratique, une Allemagne née de la désolation semée par le « Troisième Reich », non seulement en Europe mais aussi dans le destin personnel et la conscience politique des Allemands. Le secret du succès de la Fondation dans l’accomplissement de sa mission culturelle à l’étranger a tenu et tient toujours au fait que celle-ci n’a jamais été mise en avant. Si l’institution a œuvré pour l’image de la RFA, c’est de façon secondaire, en parallèle du véritable objectif poursuivi par ses boursiers, quand ils séjournent en Allemagne : la poursuite de projets scientifiques pour lesquels ils veulent entrer en contact avec des chercheurs allemands de haut niveau.

Werner Heisenberg, président de la Fondation Humbolt, en compagnie de boursiers en 1955

Fondation Humboldt

Refondation et structure de la Fondation

3Pour quelles raisons le gouvernement fédéral a-t-il remis sur pied la Fondation Alexander von Humboldt en lui allouant des moyens considérables dès le milieu des années 1950, soit immédiatement après la naissance de l’État ouest-allemand ? Les motifs qui favorisent la promotion de la coopération scientifique internationale et des échanges d’étudiants au début des années 1950 sont, pour l’essentiel, liés à cinq grandes tendances :

41. Celle de la réintégration des chercheurs allemands dans la communauté scientifique internationale, favorisant le soutien très généreux, en particulier dans l’espace anglo-saxon, d’un certain nombre d’institutions scientifiques.

52. Celle du retour au sein de la communauté internationale de l’Allemagne, sa grande tradition scientifique et son potentiel en la matière semblant être les seules ressources que le pays puisse offrir avec assurance à l’extérieur.

63. La redéfinition de l’image de soi de l’Allemagne à l’étranger en celle d’un État cosmopolite, pacifique et coopératif.

74. L’affrontement, en pleine guerre froide, de deux systèmes politiques.

85. L’espoir de voir les relations scientifiques déboucher sur des relations économiques qui profitent au pays.

  • 4 Voir, dans ce même numéro, la contribution de Holger Impekoven et, du même auteur, Die Alexander vo (...)

9C’est dans ce contexte qu’au début des années 1950 virent le jour les plus importantes institutions allemandes de financement de la recherche et de politique culturelle extérieure, institutions qui appartiennent à deux catégories. Il y a d’une part, celles qui existaient déjà avant le « Troisième Reich », dont en premier lieu la Fondation Alexander von Humboldt, créée initialement en 18604, puis la Société Max-Planck, fondée en 1911, sous le nom de Société Kaiser-Wilhelm, mais aussi la Studienstiftung des Deutschen Volkes (Fondation universitaire du peuple allemand), la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG, Fondation allemande pour la Recherche), le Deutsche Akademische Austauschdienst (DAAD, Office allemand des échanges universitaires) et la Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft (Union des donateurs pour la science allemande), tous nés dans les années 1920, même si ce fut le plus souvent sous d’autres noms. La seconde catégorie réunit les organismes nouvellement créés par la jeune République fédérale, alors en plein miracle économique : la Société Carl-Duisberg, le Goethe Institut Inter Nationes, la Commission Fulbright, les fondations Thyssen et Volkswagen.

Werner Heisenberg, président, et Ruth Tamm, secrétaire générale de la Fondation Humboldt en 1958

Fondation Humboldt

10Quelles raisons historiques président-elles au fait que nombre des plus importants organismes allemands de financement de la recherche et de la politique culturelle extérieure du pays aient été créés ou refondés au cours des premières années de la République fédérale ? Nous sommes en pleine période d’édification réussie d’une économie viable et d’institutions politiques démocratiques, marquée par la naissance de l’économie sociale de marché, la consolidation de la démocratie parlementaire, l’intégration au camp occidental et la concurrence de deux systèmes politiques, dans le contexte de la guerre froide. Depuis la création du ministère fédéral des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt) en mars 1951, la jeune République s’est engagée dans une politique étrangère de plus en plus indépendante, dont l’une des particularités est la grande importance accordée à la politique culturelle. Le gouvernement fédéral est peu à peu libéré de la curatelle des vainqueurs de 1945, à commencer par la signature des Accords de Bonn (1952), suivi par l’adhésion à l’UEO (1954), la signature des Accords de Paris qui conduisent à l’adhésion à l’OTAN (1955) et au réarmement du pays, et enfin la fondation de la CEE avec le traité de Rome (1957). C’est une époque d’essor de la consommation, et aussi de prospérité généralisée et de meilleure conscience de soi pour les Allemands dont témoigne la formule « Nous comptons à nouveau » (« Wir sind wieder wer »). Toutefois, c’est aussi une période de refoulement de la période nazie et de la responsabilité allemande dans ses atrocités sans précédent.

11Les nombreuses institutions nouvelles ou refondées destinées à promouvoir la recherche et les échanges internationaux reflètent ces grandes tendances des années 1950. Dans le même temps, elles sont l’expression d’une nouvelle confiance en soi démocratique en Allemagne (d’abord limitée à l’Ouest), une confiance neuve à double titre : d’une part comme signe d’une capacité d’action économique et politique retrouvée, de l’autre comme expression d’un engagement pour les valeurs libérales et démocratiques occidentales, dont la diffusion dans le monde doit être favorisée par ces nouvelles institutions. Cependant, bon nombre d’organismes nouvellement créés s’inscrivent aussi dans la continuité d’institutions qui ont été corrompues sous le « Troisième Reich » par leur (auto)mise au pas. La refondation des institutions existantes et la reformulation de leurs objectifs visent à illustrer le changement de conscience politique et la volonté d’un nouveau départ. Toutefois, en termes de personnel comme de domaines de compétences respectifs, elles restent souvent liées aux organismes qui les ont précédées. Une différence décisive, essentielle à la réussite des organismes évoqués comme au succès de la République fédérale, est que ceux-ci ne se considèrent plus (ce fut le cas dans la si peu estimée République de Weimar) comme distants des institutions républicaines et même, dans certains cas, hostiles à l’ordre constitutionnel. Ils agissent désormais au contraire dans le cadre de la Loi fondamentale, doivent expressément contribuer à la formation des élites démocratiques de la nouvelle République fédérale, et se mettre au service de sa politique étrangère et culturelle. Dans le contexte d’une souveraineté retrouvée, d’une puissance économique croissante et de la concurrence entre deux systèmes sous le signe de la guerre froide, des institutions publiques et privées ont donc été créées dans les années 1950 pour permettre aux universitaires et aux étudiants allemands de réintégrer la communauté universitaire internationale. Après la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale et les crimes alors commis par les Allemands, la tradition et le potentiel scientifiques du pays constituent, comme nous l’avons vu, la seule ressource à offrir pour son retour dans la communauté des États sans susciter à nouveau la peur ou le ressentiment.

  • 5 Salat, notes du 30 novembre 1950 (Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, B 90-KA, vol. 430, f. (...)
  • 6 Goepel et Salat, 27 juillet 1950, ibid., f. 101.
  • 7 Cf. Bertie K. Blount, « Some Thoughts of an old Friend of Germany », in : Verstand zur Verständig (...)
  • 8 Cf. propos de Heinrich Pfeiffer en septembre 2003. Dans de nombreuses publications, pour l’essent (...)

12Plus de trois ans ont séparé la décision de principe de rétablir la Fondation en juillet 1950 et la remise solennelle de l’acte de refondation par le chancelier fédéral et ministre des Affaires étrangères Konrad Adenauer au nouveau président de l’institution, le physicien de renommée mondiale Werner Heisenberg, le 10 décembre 1953. La raison de ce retard n’était pas un manque d’argent, mais de longs débats sur la forme de la Fondation et sur ses statuts. Le département culture du ministère des Affaires étrangères songea d’abord à reconstituer à l’identique l’ancienne institution en tant que « fondation propre de bourses d’études [...] en étroite collaboration avec le DAAD, dans le bureau duquel toutes les questions relatives aux études à l’étranger et des étrangers […devaient] être coordonnées »5. L’administrateur de l’ancienne Fondation Humboldt, Kurt Goepel, a offert son aide en déclarant qu’il entretenait « à nouveau une correspondance privée avec nombre d’anciens boursiers, et […qu’il était] sûr que leur cercle peut apporter quantité de soutiens précieux »6. Il a ainsi mis en avant un autre argument de poids en faveur de la recréation de la Fondation : l’existence d’un réseau d’anciens bénéficiaires sur lequel on pouvait s’appuyer. Ces boursiers, dont les séjours en Allemagne ne remontaient qu’à dix ou quinze ans, avaient depuis accédé à des postes de direction, et étant par ailleurs d’âge moyen, étaient susceptibles d’offrir un soutien à moyen terme. Certains d’entre eux avaient même travaillé comme experts scientifiques pour les autorités d’occupation alliées – l’exemple le plus connu étant celui du chimiste Bertie Blount, qui avait œuvré dans la zone britannique comme directeur du département des sciences et de la recherche de la Commission de contrôle interalliée, où il avait transformé la société Kaiser-Wilhelm et ses instituts de recherche pour en faire la société Max-Planck7. Les encouragements d’anciens boursiers – nommons le directeur de la Bibliothèque royale de Suède Uno Willers, le germaniste français Pierre Bertaux, le mathématicien américain Saunders MacLane et le spécialiste de physique quantique azerbaïdjanais Lew Landau, lauréat du prix Nobel 1962 – auraient même été décisifs pour la recréation de la Fondation Humboldt, à en croire la façon dont celle-ci s’est longtemps présentée, des années 1960 à 1990. Il n’existe pourtant aucune preuve attestant la véracité de ces affirmations. Il est certes possible que ces anciens boursiers se soient prononcés, au sein de la communauté scientifique internationale, en faveur de la renaissance de la Fondation, en témoignant auprès des autorités d’occupation de la distance relative entre l’institution et le régime nazi, ou encore qu’ils aient appuyé des personnalités de poids au sein du comité de refondation, dont Werner Heisenberg8.

13Pour le « bureau des Affaires étrangères » de la chancellerie fédérale (le ministère des Affaires étrangères n’exista en tant que tel qu’à partir de 1952), ce rétablissement semblait être un instrument approprié pour intensifier les relations scientifiques internationales. De fait, la Fondation Alexander von Humboldt, en raison du soutien actif et du suivi qu’elle apportait à ses bénéficiaires, jouissait d’une bonne réputation qui n’avait pas été durablement entachée par la période nazie. Par ailleurs, la structure de l’ancienne Fondation, qui devait être copiée, assurait un contrôle fédéral directe de la politique culturelle et scientifique, laquelle, en raison des structures de la RFA, relevait par principe des Länder. Le principal levier du ministère des Affaires étrangères pour exercer son influence sur la politique scientifique était bien sûr l’argent. Ainsi, à la fin de l’été et à l’automne 1950, le département de la culture mena des négociations budgétaires au sein de son propre ministère et avec le ministère des Finances, ainsi que des discussions sur les futurs programmes de bourses d’État avec la Conférence permanente des ministres de l’éducation et des affaires culturelles et la Conférence des recteurs. En conséquence, le budget de 1951 prévoyait déjà un poste important pour les bourses d’études destinées aux étrangers. La croissance économique ne tarda pas non plus à apporter des moyens pour de tels programmes.

14En définitive, lorsque la Fondation Alexander von Humboldt fut recréée, les éléments de la continuité l’emportèrent sur ceux de la nouveauté. Néanmoins, la longue période ayant précédé la refondation finale du 10 décembre 1953 prouve que le ministère des Affaires étrangères ne souhaitait pas seulement ranimer ce qui avait été, mais aussi adapter la forme prise par l’institution à la situation de la jeune République fédérale. Les efforts déployés, avant tout par Walter Hallstein, pour contrecarrer la concentration dans les mains du DAAD de toutes les relations académiques et marquer ainsi une rupture claire avec la centralisation recherchée par le régime nazi sont une illustration claire de cette intention. Une conscience démocratique accrue et le renoncement de la République aux enjeux de puissance en matière de politique étrangère s’illustrent dans le fait que, contrairement à l’ancienne, la nouvelle Fondation Alexander von Humboldt ne dissimulait pas son affiliation au ministère des Affaires étrangères. Plus de propagande culturelle secrète mais la présentation ouverte et sans fards du pays, telle était la devise de la nouvelle Fondation Alexander von Humboldt. Cette réorientation, qui s’expliquait principalement par la situation politique d’un État à la souveraineté limité et encore occupé, conduisit de façon révélatrice les représentants du ministère des Affaires étrangères au conseil d’administration de la Fondation à y défendre le plus fortement la neutralité politique comme un impératif.

15Restés largement inchangés depuis 1953, les statuts de la Fondation Alexander von Humboldt ont jusqu’à ce jour fait leurs preuves. Une de leurs particularités réside dans la composition du conseil d’administration, au sein duquel sont représentés les principaux partenaires et parfois aussi les concurrents de la Fondation : DFG, DAAD et (depuis 1973) Société Max-Planck. Conflits d’intérêts potentiels et points de friction peuvent ainsi être identifiés à un stade précoce et résolus au sein même du conseil. Cela s’applique en particulier aux conflits ouverts entre le DAAD et la Fondation Humboldt à propos de la délimitation de leurs compétences respectives, conflits qui durèrent jusqu’aux années 1970. La recherche d’un compromis et une coopération de plus en plus consensuelle ont également été favorisées par le fait que les réunions du conseil d’administration de la Fondation débutaient généralement par une soirée accompagnée d’un repas où les convives mangeaient (et buvaient) bien. En novembre-décembre, on servait toujours un repas traditionnel, avec une oie comme plat principal. Ces réunions préalables ont constitué un forum informel où les décideurs les plus importants des ministères et des organismes intermédiaires se rencontraient et discutaient de questions d’actualité en dehors de l’ordre du jour officiel, de sorte que les conflits pouvaient généralement être résolus avant la réunion du conseil proprement dite.

  • 9 Lettre de Werner Heisenberg au Regierungspräsident (président de district) à Cologne, 30 mars 197 (...)

16Des modifications substantielles des statuts ont d’abord concerné la définition de la catégorie des candidats à soutenir, laquelle est devenue de plus en plus restrictive. Alors que l’idée initiale était de permettre à de « jeunes universitaires de nationalité étrangère d’approfondir leur formation académique en étudiant en République fédérale d’Allemagne », après plusieurs changements successifs depuis 1965, il s’agit à présent d’aider de « jeunes universitaires hautement qualifiés de nationalité étrangère » à mener à bien un « projet de recherche ». Depuis avril 1978, les scientifiques qui ont encore la nationalité allemande mais vivent sans interruption à l’étranger depuis au moins dix ans ont également droit à un financement. Afin de ne pas contrevenir aux dispositions des statuts citées plus haut, on leur attribue des « bourses spéciales »9.

  • 10 Lettre de Werner Heisenberg au ministre de la Recherche Hans Lenz, 17 juillet 1964 (AvH-Archiv Ba (...)

17D’autre part, divers changements sont venus renforcer la fonction de Heinrich Pfeiffer, en poste depuis 38 ans : en 1963, il est devenu secrétaire général et, en 1964, il a été nommé membre exécutif du conseil d’administration afin de contrecarrer une offre lucrative que lui avait faite le Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft (Union des donateurs pour la science allemande)10. Après son départ, fin 1994, la combinaison problématique entre fonction de secrétaire général et siège au conseil d’administration – organe qui doit précisément contrôler le travail du secrétaire – a été abandonnée, de sorte que ses successeurs n’ont plus disposé d’un tel pouvoir.

18Pour évaluer continuités et discontinuités, il est aussi utile de considérer le mandat de Ruth Tamm, important pour le travail de la Fondation en dépit de sa brièveté (1953-1956). Le grand mérite de la première administratrice générale de l’après-guerre a été de remettre la Fondation en marche et d’avoir, avec un engagement sans faille, fait venir en Allemagne les premiers boursiers de l’institution. Avec la conférence annuelle, elle a créé un événement qui s’est perpétué jusqu’à aujourd’hui sous une forme très similaire et dont le caractère unique, festif et joyeux est l’un des fondements essentiels du succès de la Fondation. Une telle manifestation, d’une durée de plusieurs jours, combinant des activités scientifiques, touristiques et sociales, et qui culmine avec une réception en présence du Président fédéral, reste longtemps dans la mémoire de la plupart des boursiers comme un moment d’exception. Avec cette conférence annuelle, la première administratrice générale de l’après-guerre a réussi à créer une tradition qui est venu combler une lacune en termes d’émotion et d’atmosphère. Combinaison de science, de culture et de convivialité, ce rendez-vous a contribué à asseoir l’identité de « Humboldtiens » des boursiers tandis que le caractère multinational et diversifié de ces festivités a donné de la Fondation et de ses membres une image positive, infirmant celle, habituelle à l’étranger, de l’Allemand qui réussit, mais se montre froid, nationaliste, arrogant et militariste.

  • 11 Cf. Eric Hobsbawm/ Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge 1983.

19La Fondation Alexander von Humboldt est très clairement une création du ministère fédéral des Affaires étrangères. La formule largement répandue selon laquelle elle a été rétablie « après la Seconde Guerre mondiale à l’incitation de scientifiques étrangers » relève, comme le montrent les sources, d’un récit légendaire, autrement dit d’une utile tradition inventée. Même si elle ne résiste pas à un examen approfondi, cette formule a contribué à faciliter l’acceptation internationale d’une fondation issue de l’Allemagne « après Auschwitz ». Depuis que le succès même de l’institution a assis sa réputation, cette légende fondatrice a perdu de son importance11.

20On peut associer trois phases du développement de la Fondation à ses trois premiers administrateurs ou secrétaires généraux, Ruth Tamm (1953-1956), Heinrich Pfeiffer (1956-1995) et Manfred Osten (1996-2003) : la remise sur pied de l’institution, son expansion et sa différenciation, et, enfin, sa consolidation depuis le tournant de 1989-1990. La phase de refondation est l’œuvre de la première directrice générale, Ruth Tamm, historienne de l’art cosmopolite et polyglotte, qui a d’abord dirigé la nouvelle institution, encore très petite, en même temps que le DAAD. Elle a organisé la sélection et la supervision des deux premières années de délivrance des bourses, un travail dont les traces sont encore visibles aujourd’hui. L’innovation la plus importante de l’époque Tamm a probablement été la création de la conférence annuelle. Seize mois après sa nomination en tant qu’administratrice à plein temps, Ruth Tamm a remis sa démission en raison de son remariage. En tant que Ruth Ziervogel-Tamm, elle a cependant participé pendant de nombreuses années à différents comités de la Fondation.

21C’est Heinrich Pfeiffer qui a de loin accompli le plus long mandat en restant à la tête de la Fondation pendant plus de 38 ans, de 1956 à 1995, d’abord comme administrateur, puis comme secrétaire général et enfin comme administrateur siégeant au conseil d’administration. Il a accédé à l’âge de 29 ans à la direction de l’institution à laquelle il a apporté l’élan propre à sa génération, celui qui marqua, dans tous les domaines, le développement réussi de la République fédérale. La longue période pendant laquelle Pfeiffer a dirigé la Fondation englobe les trois phases de son histoire, mais l’activité de celui qu’on surnommait souvent « Mr. Humboldt », se range essentiellement dans la rubrique « expansion et différenciation ». Pfeiffer avait été recruté par le président fondateur Werner Heisenberg, lui-même en poste pendant 22 ans. Tous deux étaient liés non seulement par une étroite relation de confiance, mais aussi par leur adhésion aux valeurs occidentales et aux principes fondateurs de la République fédérale. Sous leur direction, la Fondation s’est résolument détournée de l’ancienne tradition nationaliste, qui considérait la politique étrangère culturelle avant tout comme une forme d’autoreprésentation nationale censée donner une image aussi avantageuse que possible du pays. Heinrich Pfeiffer aimait en revanche qualifier le travail de la Fondation de « politique culturelle extérieure à l’intérieur de son propre pays ». Celle-ci ne cherchait pas à imposer sa vision à ses destinataires, comme le faisait d’ordinaire la propagande culturelle, mais leur offrait une image directe et sans fard du pays, non passée par le filtre d’une autoreprésentation valorisante. C’est pendant la longue ère Pfeiffer qu’a lieu l’exceptionnelle expansion de la Fondation, l’augmentation du nombre de bourses d’études octroyées par an, de 100 à plus de 800 pour les années record, le développement du bureau de Godesberg, l’accumulation d’un capital considérable, la diversification des donateurs, etc…

22Les bonnes pour ne pas dire excellentes relations nouées par la Fondation avec ses donateurs institutionnels reposaient notamment sur des contacts systématiques avec des personnalités clés des ministères, auxquels les présidents, de nombreux collaborateurs de haut rang et surtout le secrétaire général Heinrich Pfeiffer (1956-1994) se consacrèrent dans les occasions les plus diverses. La proximité géographique entre Bad Godesberg, siège de la Fondation, et Bonn, alors capitale fédérale, a facilité cette manière informelle d’entretenir des relations, à laquelle la Fondation a toujours attaché une grande importance. Dans ses fonctions, Heinrich Pfeiffer, loin de se retirer dans la tour d’ivoire du financement de la recherche, s’est volontiers impliqué dans tous les aspects de la politique étrangère culturelle et de la politique de recherche. Cet engagement l’a conduit à de nombreuses rencontres, tant avec les représentants des administrations qu’avec ceux d’autres institutions intermédiaires. Il a ainsi pu établir un réseau diversifié d’amitiés personnelles et politiques sur la scène, aux dimensions encore accessibles, de la capitale fédérale de l’époque. Grâce à ses anciennes fonctions au World University Service et à la Fulbright Commission, il avait également fait la connaissance de certaines figures de poids, qui elles aussi firent ensuite carrière. Une bonne mémoire des personnes, l’attention portée aux dates d’anniversaire et aux goûts des personnes influentes, l’entretien parmi elles d’un cercle de plusieurs dizaines d’amis, le goût des rencontres conviviales, un solide capacité à manger et à boire, autant de qualités qu’on ne saurait sous-estimer, et que Pfeiffer s’efforça aussi d’entretenir chez ses collaborateurs. L’un des centres de ce réseau informel était le restaurant « Maternus » de Bonn, où eurent lieu de nombreuses rencontres plus ou moins fortuites, permettant aux responsables la Fondation d’ouvrir plus facilement bien des portes et de rendre nombre d’oreilles plus réceptives aux problèmes de l’institution.

Conférence annuelle 2018 de la Fondation Humboldt, réception des boursiers au château de Bellevue, résidence du président fédéral à Berlin. Au centre, Frank-Walter Steinmeier, président de la République fédérale d’Allemagne. À gauche, le président de la Fondation, le neurophysiologiste Hans-Christian Pape

Fondation Humboldt/David Ausserhofer

23Dans ses relations avec les ministères concernés (comme avec les donateurs privés), la Fondation a toujours cherché à obtenir autant de fonds que possible, tout en veillant à ce que ceux-ci soient en adéquation avec son profil et ses objectifs. Ses boursiers exerçant dans toutes les disciplines et venant de tous les pays du monde, d’autres programmes ou bourses additionnelles spécifiques ont aussi toujours été associés à l’ensemble des bourses et prix de recherche de la Fondation. Quand la Fondation et ses donateurs identifiaient des « lacunes de financement », qu’ils souhaitaient combler ensemble, ou des orientations à redéfinir (par exemple, suivant les époques, sur les pays à soutenir, en Europe du Sud-Est ou en Europe centrale et orientale), nombre de nouveaux programmes furent aussi élaborés pour y remédier.

Principes et spécificités du travail de la Fondation

24Il est possible d’identifier huit principes qui ont guidé et guident toujours le travail de la Fondation Humboldt.

25Le premier est le choix de la formation des élites : « La Fondation Humboldt promeut les meilleurs scientifiques en compétition avec leurs confrères du monde entier ». L’unique critère de sélection doit être la qualité de leur production scientifique et la perspective crédible de voir les chercheurs concernés se hisser au sommet de leur discipline.

26Le deuxième est l’attribution des bourses aux seuls jeunes chercheurs. Werner Heisenberg a formulé ce principe de façon éloquente : « la personne que la Fondation Humboldt doit promouvoir est un jeune chercheur assez expérimenté pour réaliser un travail indépendant, mais aussi suffisamment jeune pour pouvoir changer de cap en repartant de zéro ». Au départ, la limite d’âge des boursiers de la Fondation était de 30 ans, mais elle a été peu à peu augmentée, à mesure qu’on relevait les critères de qualité.

27Le troisième est d’apporter un soutien à des individus et non à des projets collectifs. La coopération internationale entre scientifiques est certes encouragée, mais seuls des individus peuvent solliciter une bourse ou recevoir un prix de recherche.

  • 12 Charles Burdick, « Eine bessere Welt », in : Verstand zur Verständigung. Festschrift für Heinrich P (...)

28Le quatrième principe suppose que la Fondation offre à ses boursiers et ses lauréats une prise en charge flexible, non bureaucratique et personnalisée. Un jour, un Humboldtien, l’historien militaire américain Charles B. Burdick, l’a gratifiée d’une belle formule en disant que le personnel de la Fondation appliquait l’éthique de travail des jardiniers et non celle des technocrates.12 Une grande importance est également accordée au soutien et à l’hébergement des scientifiques invités. C’est pourquoi la Fondation n’a cessé de prendre des initiatives pour améliorer la situation des scientifiques étrangers en Allemagne, depuis le vaste programme de construction de maisons d’hôtes et de centres de rencontre internationaux, financé par la Fondation Volkswagen, jusqu’à l’attribution d’un prix de la plus accueillante des institutions pour étrangers.

29Conformément au cinquième principe, la sélection des boursiers et des lauréats est confiée aux seuls universitaires. Contrairement au mode de fonctionnement de la première Fondation, l’examen du candidat par ses pairs a rendu très difficile l’ingérence de l’État dans l’attribution des bourses. Une autre particularité de la sélection est qu’il n’existe pas de comités spécialisés, mais seulement des comités interdisciplinaires couvrant l’ensemble des spécialités. Les chercheurs en sciences humaines ont donc leur mot à dire dans le choix des chercheurs en sciences naturelles et vice versa.

30Si ces cinquante dernières années, des centaines d’universitaires allemands ont contribué à la sélection des boursiers comme membres de commissions ou experts, le sixième principe de la Fondation, à savoir le suivi continu des boursiers, repose sur les nombreux collaborateurs du bureau de Godesberg. Parce que le suivi à vie consiste en une foule de petites attentions et d’aides, allant de gestes simples mais nécessitant beaucoup de travail, comme souhaiter les anniversaires, ou effectuer des dons en nature comme des livres ou des appareils, jusqu’aux invitations à revenir en Allemagne, l’organisation de conférences régionales, etc.

  • 13 Verstand zur Verständigung. Festschrift für Heinrich Pfeiffer, Heidelberg 1987, p. 154 sq.
  • 14 Pour davantage de précisions, voir Jansen, Exzellenz weltweit, p. 175.

31Le septième principe consiste, en dépit d’un financement pour l’essentiel sur fonds publics, à se maintenir aussi éloigné que possible de l’État, autrement dit à agir de façon autonome et à rester politiquement neutre. La Fondation Alexander von Humboldt a toujours rejeté les quotas par disciplines, pays, etc. et a, dans la mesure du possible, refusé que des conditions soient posées à l’attribution des fonds. Partant de la volonté de ne promouvoir que les meilleurs, elle a, partout où c’était possible, choisi d’ignorer les exigences politiques. Cela valait autant pour celles des autorités allemandes que pour celles des pays d’origine des boursiers. Des années 1950 à 1980, on compta même des boursiers venant de pays avec lesquels la République fédérale n’entretenait aucune relation diplomatique. C’est ainsi que la biologiste Nada Pipan a raconté comment elle est devenue boursière Humboldt en octobre 1957, un jour après la rupture des relations diplomatiques de la Yougoslavie avec la République fédérale : « J’ai rencontré un Heinrich Pfeiffer rieur, qui m’a expliqué, enjoué et amical, que la Fondation Alexander von Humboldt n’était en rien concernée et que, si j’en étais d’accord, je devais poursuivre mes recherches sans m’en préoccuper »13. L’absence de prise en compte des susceptibilités politiques du pays d’origine s’illustre également à travers l’exemple des Chinois. Depuis les années 1980, des scientifiques de la République populaire de Chine, de Hong Kong et de Taïwan, tout comme des Chinois ayant émigré aux États-Unis, ont simultanément bénéficié du soutien de la Fondation. La Chine continentale offre aussi un bon exemple de l’impact à long terme de la politique étrangère culturelle. Lorsqu’au début des années 1970, la Fondation Alexander von Humboldt et la Société Max-Planck ont, au nom du ministère des Affaires étrangères, établi des relations scientifiques avec la République populaire de Chine, une délégation chinoise a visité le bureau de Godesberg. Son chef avait étudié avec Heisenberg en 1929-1930. Au cours des difficiles négociations de l’année 1974, une relation de confiance existait entre les deux scientifiques, le Chinois ayant autrefois joué au ping-pong avec Heisenberg14. Cet exemple prouve non seulement que le succès de la politique étrangère culturelle échappe largement aux évaluations à court terme, mais aussi combien il est important d’offrir un soutien global qui tienne d’abord compte de la personne du bénéficiaire.

  • 15 Alexander von Humboldt-Stiftung, Mitteilungen 20 (1975), p. 2s., réédité in : Werner Heisenberg, (...)

32Enfin, le huitième principe de la Fondation tient au fait de reconnaître que la réussite de la politique culturelle extérieure suppose des concessions mutuelles. La Fondation n’a ainsi jamais fait directement la promotion de l’Allemagne. Pour autant, l’avantage que représentent boursiers et lauréats pour la réputation du pays et pour ses exportations, n’a pas été passé sous silence. Les bourses d’études constituent « une aide substantielle, d’abord pour notre propre pays. Le développement scientifique et technologique de la République fédérale d’Allemagne satisfait ainsi aux standards internationaux »,15 ainsi que l’a déclaré Werner Heisenberg. Le modèle pour le développement du réseau aujourd’hui si divers des « Humboldtiens » a d’abord été l’ensemble des relations politiquement et économiquement efficaces tissées entre anciens bénéficiaires issus des grandes nations occidentales : France, Grande-Bretagne et États-Unis.

33Même si la Fondation Alexander von Humboldt est régie par les mêmes principes depuis 1953, les mutations du contexte international et l’évolution politique de la République fédérale ont aussi eu un impact considérable sur son action. Cela apparaît en particulier à travers les catégories visées pour lesquelles la Fondation s’est particulièrement engagée. Si, au début, on a accueilli avec reconnaissance tous les candidats souhaitant venir en Allemagne malgré le passé national-socialiste, la guerre et ses destructions – des candidats pour la plupart issus de pays en voie de développement ou de pays méditerranéens ayant par tradition des relations scientifiques suivies avec l’Allemagne –, pendant les années du miracle économique, les chercheurs des pays occidentaux industrialisés ont été plus particulièrement recherchés. Dans les années 1950 et 1960, la Fondation s’est aussi efforcée d’établir des contacts scientifiques avec l’Europe de l’Est, avant même que le gouvernement fédéral n’adopte sa nouvelle Ostpolitik. Ainsi, en 1968-1969, le contingent de boursiers tchécoslovaques dépassa-t-il celui, habituellement en tête, des Japonais et des Américains. De 1986 à 1991, le nombre de boursiers des États successeurs de l’URSS a fortement augmenté. Aujourd’hui, la Fondation s’efforce, dans la mesure du possible, de ne pas laisser subsister de « zones blanches » sur la carte du monde. Afin d’y remédier, de nouveaux programmes ciblés ont été créés ces dernières décennies. À l’heure actuelle, le plus important est sans doute le programme Georg Forster, mis sur pied en 1996 pour soutenir des projets ayant un « rapport avec la politique du développement ». Le programme Forster a ainsi permis de soutenir des candidats issus du tiers monde sans qu’ils aient à se mesurer directement aux scientifiques originaires des pays industrialisés.

34Au cours de ces cinquante dernières années, les mêmes principes ont donc, pour l’essentiel, présidé au travail concret de la Fondation Alexander von Humboldt. Toutefois, certains d’entre eux ont perdu de leur importance au fil du temps, tandis que d’autres ont pris plus de poids. C’est particulièrement vrai pour le critère d’excellence, autrement dit l’objectif de ne soutenir que les meilleurs et de favoriser ainsi la formation des élites scientifiques et la mise en réseau des meilleurs chercheurs du monde. Dès le départ, cette exigence a été en contradiction latente avec le deuxième principe, celui de l’octroi exclusif des bourses aux jeunes scientifiques. De fait, plus les candidats sont jeunes, plus il est difficile d’évaluer leur potentiel et plus le risque est grand, en particulier pour la Fondation, dont les principes supposent de soutenir les candidats à vie. Diverses innovations ont permis, en cas de doute, de favoriser les principes d’excellence et de formation des élites en reléguant un peu au second plan celui du soutien aux scientifiques les plus jeunes, même si lors des sessions de sélection des années 1980 et 1990, la direction fut la première à rappeler à plusieurs reprises la nécessité « d’oser prendre des risques » et a, en conséquence, encouragé l’octroi de bourses à de très jeunes chercheurs. En relevant progressivement la limite d’âge de 30 à 38 ans (et dans des cas exceptionnels, même au-delà), en différenciant le montant des bourses puis en créant les prix de recherche, la Fondation a accru l’attractivité de ses programmes, y compris pour des candidats confirmés. Toutefois, les tentatives pour abolir complètement les limites d’âge n’ont jusqu’à présent pas abouti.

  • 16 Communication du bureau „Evaluation et Stastistique“ de la Fondation Alexander von Humboldt (Annett (...)

35Ce sont avant tout les prix de recherche qui ont permis d’accueillir dans la « famille Humboldt » des scientifiques reconnus dans leur domaine comme appartenant à l’élite mondiale et de les mettre en contact avec des instituts de recherche allemands. Du point de vue de l’analyse coûts-bénéfices, laquelle devient justement plus fréquente en période de réduction des moyens, opter pour des chercheurs plus âgés et confirmés peut être considéré comme un facteur d’accroissement de l’efficacité. La probabilité d’un bénéfice pour l’Allemagne et sa recherche est plus grande si le pays fait venir sur son sol des étrangers un peu plus âgés et reconnus. Ainsi, de nombreux lauréats du Nobel, que la Fondation Humboldt considère fièrement comme faisant partie de sa « famille », ont été intégrés dans le seul cadre des prix de recherche. Les jeunes scientifiques allemands que l’institution envoie à l’étranger par le biais du programme Feodor Lynen, afin d’améliorer leur mise en réseau à l’échelle internationale, sont aussi pour l’essentiel des professeurs ayant remporté des prix de recherche de la Fondation et ayant ainsi intensifié leur coopération avec leurs collègues allemands. Cependant, la promotion de jeunes scientifiques étrangers par le biais de bourses de recherche est restée la tâche principale de la Fondation. Aujourd’hui, près de 40 % des fonds sont toujours dépensés pour ce programme classique de promotion des jeunes talents. En raison de nouveaux prix de recherche, fortement dotés (prix de recherche Humboldt, prix Sofja-Kovalevskaja, chaire Alexander von Humboldt, prix Gay Lussac-Humboldt pour des scientifiques français, prix de recherche Max Plack-Humboldt), la part des moyens attribués aux jeunes chercheurs dans le budget total a baissé au cours des vingt dernières années. Cependant aujourd’hui encore, 48 % des fonds attribués à des personnes par la Fondation financent des bourses de recherches pour de jeunes chercheurs étrangers, qui constituent ainsi, et de loin, le groupe le plus important des bénéficiaires.16 L’accent mis sur le soutien aux jeunes chercheurs produit des effets remarquables à moyen et long terme. Chaque année, plusieurs centaines d’anciens boursiers sont nommés professeurs titulaires, intègrent des académies, deviennent recteurs ou doyens et sont lauréats de différents prix. Le travail de la Fondation Alexander von Humboldt a donc un impact considérable sur le monde scientifique et le milieu de la recherche de nombreux pays dans le monde.

Conférence annuelle 2018 de la Fondation Humboldt, réception des boursiers au château de Bellevue, résidence du président fédéral à Berlin

Fondation Humboldt/David Ausserhofer

36Depuis 1953, la Fondation a respecté de façon conséquente le principe d’individualité, et a donc rejeté tout quota. Le choix d’accorder un soutien non à des projets mais à des personnes a largement fait ses preuves. Bien que les prix de recherche les plus récents (prix Kovalevskaja et prix Wolfgang Paul) offrent une dotation très élevée visant à financer des groupes de recherche, ils distinguent aussi des individus d’exception censés s’assurer, en toute autonomie, le concours des collaborateurs qu’ils jugent les plus compétents. Le principe du « refus des quotas » a également souvent permis à la Fondation de se soustraire aux pressions politiques. Elle a ainsi pu préserver son autonomie et son indépendance. Par ailleurs, des membres du conseil d’administration ont aussi eu plusieurs fois l’occasion de se plaindre que l’« échange » avec certains pays cibles comme la France ou le Japon était trop unilatéral, autrement dit que les efforts et dépenses considérables de la partie allemande ne s’accompagnait pas d’investissements équivalents de l’autre partie.

37Même si elle le revendique pour elle-même, la Fondation Alexander von Humboldt ne pouvait et ne peut cependant pas échapper aux attentes politiques. Financée en premier lieu par des fonds publics, elle n’opère pas dans un espace apolitique. Quand, avec certains États, le gouvernement fédéral applique aux prix de recherche le principe de réciprocité, quand une nouvelle ère politique conduit à privilégier les relations avec certains pays (les États-Unis pour leur haut niveau technologique et par gratitude pour le plan Marshall, l’ancienne Europe de l’Est en raison de sa proximité géographique avec l’Allemagne et pour stabiliser sa démocratisation, les pays émergents afin de favoriser leur développement, etc.), quand des donateurs privés proposent de soutenir des projets qui leur paraissent essentiels, la Fondation ne peut se retirer sur son Aventin en invoquant le « refus des quotas ». Dans de telles situations, l’institution a généralement été en mesure de prendre en charge les programmes qui lui semblaient intéressants, tout en préservant son autonomie de décision. Le principe tacite d’égalité de traitement de tous les fonds entrants y a contribué, autrement dit, pas de comités de sélection distincts, mais une centralisation des décisions pour l’ensemble des prix et programmes, leur répartition entre les chercheurs étrangers retenus par les scientifiques chargés de leur sélection n’intervenant qu’en dernier ressort.

38Ces comités de sélection, qui jouent un rôle central dans le réseau complexe des instances concernées, matérialisent un autre principe de la Fondation : la sélection des boursiers par des commissions scientifiques interdisciplinaires, dans lesquelles les représentants des ministères ne forment qu’une petite minorité. La règle selon laquelle « les scientifiques décident des bourses et des prix de recherche » ne s’est imposée que progressivement. Elle a marqué la distance entre politique et modes de sélection et a rendu l’intervention politique directe presque impossible. La réputation de la Fondation repose en grande partie sur des procédures de sélection très élaborées, qui visent à l’objectivité. Les candidats aux bourses de recherche doivent présenter au moins cinq rapports d’expertise ; les lauréats potentiels ne peuvent pas se présenter eux-mêmes mais doivent être parrainés par des collègues allemands ; l’examen préliminaire de toutes les candidatures et propositions est suivi d’une discussion approfondie des cas litigieux par le comité de sélection. En conséquence, si cette procédure par étapes ne conduit pas à des décisions incontestables, celles-ci le sont presque de facto dans le monde scientifique, car elles y ont fait l’objet d’un large consensus. Les comités de sélection de la Fondation se sont souvent révélés être des instruments d’une remarquable perspicacité dans la détection précoce des talents scientifiques. Les années d’expérience des membres des comités de sélection au sein de l’institution les a aussi sensibilisé à ses objectifs en matière de politique culturelle extérieure (par exemple en termes de soutien au développement).

39Malgré la mise en œuvre réussie du principe directeur selon lequel seuls des critères scientifiques déterminent le choix des boursiers et des lauréats, le bureau de Bad Godesberg joue aussi un rôle important dans le processus de sélection : de la désignation des membres du comité de sélection et des experts, au pilotage des négociations et à l’examen des candidatures de remplacement. Il existe donc plusieurs étapes du processus décisionnel où le comité de sélection, très hétérogène et ne se réunissant que rarement, est dépendant du bureau qui, lui, fonctionne en continu. C’est à ce moment que, le cas échéant, ce dernier peut arbitrer entre des principes de fonctionnement non dénués de contradictions puisqu’ils qui sont à la fois destinés à promouvoir la science et une politique culturelle extérieure. Fournis par les institutions allemandes hôtes, à propos de chaque chercheur invité, les rapports d’évaluation finale donnent une idée de la qualité du processus de sélection. Dans leur écrasante majorité (près de 90 %), ils qualifient les boursiers de « très bons » ou de « bons » et font part d’une volonté de coopérer à l’avenir avec eux. Dans le cadre du large éventail d’offres de suivi des boursiers, cette volonté se concrétise souvent par le soutien renouvelé de la Fondation.

40En définitive, le principe le plus important, celui par lequel la Fondation se distingue, est certainement le soutien personnalisé qui, en dépit du nombre considérable de « Humboldtiens », s’illustre à chaque fois à travers tout un ensemble d’attentions accordé avant tout à des individus d’exception. Pour les bénéficiaires, la Fondation apparaît généralement à la hauteur de son ambition, celle de répondre de manière non bureaucratique et souple à leurs besoins spécifiques, qu’ils soient nouveaux ou anciens boursiers, ou encore lauréats de prix.

41Le concept premier de la Fondation consistant à nouer des liens avec de jeunes scientifiques prometteurs par des bourses de recherche et, grâce un suivi intensif, à créer chez eux un sentiment d’identification à la « famille Humboldt » et aux buts de la Fondation, a aussi largement fait ses preuves. Par son action, la Fondation a également satisfait aux objectifs qui lui avaient été assignés en matière de politique culturelle extérieure : créer un réseau des amis de l’Allemagne. Le sentiment de cohésion et d’identité commune est particulièrement renforcé par la conférence annuelle, dont l’organisation astucieuse permet aux bénéficiaires du programme Lynen, de retour de mission, aux anciens boursiers et aux lauréats des prix de recherche de se retrouver pendant trois jours pour une grande réunion festive, en compagnie des membres du bureau de Godesberg et des comités de sélection.

42Quand les boursiers réussissent (rappelons qu’ils ont moins de 40 ans), ils font carrière au fil des trente années qui suivent au sein de l’élite scientifique et en tant que membres d’un réseau mondial. Si l’on considère les nombreux exemples de « Humboldtiens » ayant accédé à de hautes responsabilités politiques, il apparaît clairement que ce réseau s’étend aussi, au-delà du monde scientifique, à une partie des élites économiques, administratives et politiques de nombreux pays. Grâce au soutien attentionné dont ils ont bénéficié et à la générosité des bourses d’études, les « Humboldtiens » ont généralement une image positive de l’Allemagne, sont reconnaissants envers la Fondation et son personnel et sont tout disposés, lorsqu’ils occupent des positions influentes, à s’engager en faveur des intérêts de l’institution. Ainsi, même si seule une partie des chercheurs étrangers sélectionnés réussit, le réseau de relations personnelles et scientifiques lié à la Fondation est en constante expansion.

43En plus de l’encadrement et du suivi généreux, le critère d’excellence est lui aussi très favorable à la création d’une identité de « Humboldtien » et à la naissance d’un sens de la communauté au sein de la « famille Humboldt ». Le montant des bourses, la qualité du soutien prodigué, mais aussi les paroles explicites des discours prononcés lors des nombreuses réunions de boursiers (de la conférence inaugurale à la conférence annuelle), sans oublier les attentions de chaque jour renvoient toujours les bénéficiaires à l’idée qu’ils sont hors du commun, qu’ils appartiennent à une élite. Ce sentiment partagé n’est pas pour rien dans l’atmosphère détendue qui préside à leurs rencontres : contrairement à ce qui est habituel dans les conférences scientifiques, les participants n’ont ici pas à se faire concurrence, car ils savent qu’ils sont tous parmi les meilleurs au monde (au moins selon les critères de sélection de la Fondation). Ce climat d’égalité dans l’excellence les renforce : il favorise la cohésion, la confiance en soi en tant que « Humboldtien » et l’identification à cette communauté singulière.

  • 17 Cf. Haug v. Kuenheim, « Die Humboldt-Mafia », in : DIE ZEIT, 27 juin 1997, p. 1 ; réunion du cons (...)

44Les personnes extérieures et en particulier celles qui, pour une raison ou une autre, ont en vain sollicité des bourses d’études ou espéré un prix, parlent parfois d’une « mafia Humboldt ». Dans la présentation que font d’eux-mêmes les Humboldt-Clubs, on trouve aussi certains termes et concepts qui semblent exclure les non-membres et peuvent accréditer l’idée que, dans le domaine scientifique (ou même au-delà), les « Humboldtiens » concocteraient des décisions en se favorisant mutuellement17. Les instances directrices sont conscientes des risques liés au succès de la mise en réseau et de la rhétorique familiale qui l’accompagne et s’efforcent d’y répondre en améliorant constamment le processus de sélection pour atteindre la plus grande objectivité possible dans le choix des boursiers et des lauréats.

Haut de page

Notes

En règle générale, ce sont les formes masculines qui sont utilisées. Elles incluent toujours – en proportion croissante au cours de la période couverte par cet article – les Humboldtiennes, chercheuses, boursières, etc.

1 Pour une première vison d’ensemble, cf. https ://www.humboldt-foundation.de/web/start.html. Cet article a pour source principale Christian Jansen (en collaboration avec Christoph Nensa), Exzellenz weltweit. Die Alexander von Humboldt-Stiftung zwischen Wissenschaftsförderung und auswärtiger Kulturpolitik (1953-2003), Cologne, DuMont 2004.

2 . D’autres fonds proviennent de l’Union Européenne (2,1 %) ou sont d’origine privée (4,3 %).

3 Kurt Reumann, Editorial, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 20.12.1994.

4 Voir, dans ce même numéro, la contribution de Holger Impekoven et, du même auteur, Die Alexander von Humboldt-Stiftung und das Ausländerstudium in Deutschland 1925-1945. Von der „geräuschlosen Propaganda” zur Ausbildung der „geistigen Wehr” des „Neuen Europa”, Göttingen, 2012.

5 Salat, notes du 30 novembre 1950 (Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, B 90-KA, vol. 430, f. 89.

6 Goepel et Salat, 27 juillet 1950, ibid., f. 101.

7 Cf. Bertie K. Blount, « Some Thoughts of an old Friend of Germany », in : Verstand zur Verständigung. Festschrift für Heinrich Pfeiffer, Heidelberg1987, p. 19-21. La refondation de a société Max-Planck a été bien étudiée par Manfred Heinemann, « Der Wiederaufbau der Kaiser Wilhelm-Gesellschaft und die Neugründungen der Max-Planck-Gesellschaft (1945-1949) », in : Rudolf Vierhaus/Bernhard vom Brocke (éd.), Forschung im Spannungsfeld von Politik und Gesellschaft, Stuttgart, 1990, p. 407-470.

8 Cf. propos de Heinrich Pfeiffer en septembre 2003. Dans de nombreuses publications, pour l’essentiel des années 1960 à 1990, mais aussi parfois jusqu’aux années 2000 (cf. Alexander von Humboldt-Stiftung : Programm und Profil 2001/2002, p. 6), on retrouve la formule : « La Fondation Alexandre von Humboldt a été fondée en 1953 par la République fédérale sur incitation de scientifiques étrangers comme une fondation publique de droit privé ayant son siège à Bonn. » Les archives du ministère des Affaires étrangères ne conservent pas davantage de traces de participation des anciens Humboldtiens à la refondation de l’institution. Cette présentation de l’histoire de la Fondation apparaît pour la première fois dans le rapport annuel 1958-1959, p. 9.

9 Lettre de Werner Heisenberg au Regierungspräsident (président de district) à Cologne, 30 mars 1973, 7 octobre 1975 ; lettre du ministère fédéral de la Recherche scientifique à Werner Heisenberg, 9 septembre 1963 ; réunions du conseil d’administration des 25 février et 12 mai 1964, 9 février 1965, 8 février 1973, 21 juillet 1975, 26 avril 1978 (voir en particulier annexe C/D) (ensemble des documents conservé aux archives du ministère des Affaires étrangères : AvH-Archiv Bad Godesberg ; Ordner „abgeschl. Auswertung Vorstands-Protokolle“).

10 Lettre de Werner Heisenberg au ministre de la Recherche Hans Lenz, 17 juillet 1964 (AvH-Archiv Bad Godesberg, Nachlass Heisenberg, Bd. V/2) ; réunion du conseil d’administration du 12 mai 1964.

11 Cf. Eric Hobsbawm/ Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge 1983.

12 Charles Burdick, « Eine bessere Welt », in : Verstand zur Verständigung. Festschrift für Heinrich Pfeiffer. Heidelberg 1987, p. 30.

13 Verstand zur Verständigung. Festschrift für Heinrich Pfeiffer, Heidelberg 1987, p. 154 sq.

14 Pour davantage de précisions, voir Jansen, Exzellenz weltweit, p. 175.

15 Alexander von Humboldt-Stiftung, Mitteilungen 20 (1975), p. 2s., réédité in : Werner Heisenberg, Gesammelte Werke, Serie C, vol. 5 : Wissenschaft und Politik. Munich 1989.

16 Communication du bureau „Evaluation et Stastistique“ de la Fondation Alexander von Humboldt (Annett Zeitschel) du 6 mars 2020.

17 Cf. Haug v. Kuenheim, « Die Humboldt-Mafia », in : DIE ZEIT, 27 juin 1997, p. 1 ; réunion du conseil d’administration du 21 novembre 1978, p. 9 : « Une intensification du soutien des boursiers à l’intérieur du pays est souhaitable. Il faut augmenter le nombre de nos " amis " dans les écoles d’enseignement supérieur [Hochschule]. »

Haut de page

Table des illustrations

Légende Werner Heisenberg, président de la Fondation Humbolt, en compagnie de boursiers en 1955
Crédits Fondation Humboldt
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Werner Heisenberg, président, et Ruth Tamm, secrétaire générale de la Fondation Humboldt en 1958
Crédits Fondation Humboldt
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5895/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Conférence annuelle 2018 de la Fondation Humboldt, réception des boursiers au château de Bellevue, résidence du président fédéral à Berlin. Au centre, Frank-Walter Steinmeier, président de la République fédérale d’Allemagne. À gauche, le président de la Fondation, le neurophysiologiste Hans-Christian Pape
Crédits Fondation Humboldt/David Ausserhofer
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5895/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5895/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Légende Conférence annuelle 2018 de la Fondation Humboldt, réception des boursiers au château de Bellevue, résidence du président fédéral à Berlin
Crédits Fondation Humboldt/David Ausserhofer
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/5895/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jansen, « L’excellence au niveau mondial. La « nouvelle » Fondation Alexander von Humboldt, entre promotion de la science et politique culturelle extérieure (de 1953 à nos jours) »Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 89-100.

Référence électronique

Christian Jansen, « L’excellence au niveau mondial. La « nouvelle » Fondation Alexander von Humboldt, entre promotion de la science et politique culturelle extérieure (de 1953 à nos jours) »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome X - n°1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/hrc/5895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.5895

Haut de page

Auteur

Christian Jansen

Professeur à l’Université de Trèves

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search