Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome X - n°1Analyses d'ouvragesLes vies minuscules d’Édouard Cha...

Analyses d'ouvrages

Les vies minuscules d’Édouard Chatton

Denis Guthleben
p. 107
Référence(s) :

Catherine Jessus et Vincent Laudet, Les vies minuscules d’Édouard Chatton, Paris, CNRS Éditions, 2020, 284 p.

Texte intégral

1Si l’on convient que la lecture d’un ouvrage s’apparente à l’exploration d’une terre inconnue, Les vies minuscules d’Édouard Chatton vont bien au-delà de cette promesse. Vincent Laudet et Catherine Jessus parviennent en effet à mettre en lumière, dans un même élan, le parcours d’un grand chercheur qui est étonnamment tombé dans l’oubli, les êtres microscopiques qu’il a étudiés avec passion et qui continuent de fasciner les biologistes, et une expérience pédagogique admirable – dans tous les sens du terme – qui s’est déroulée dans l’entre-deux-guerres.

2Le scientifique, on l’aura compris, c’est Édouard Chatton. Dans sa préface, le prix Nobel Tim Hunt le note avec franchise : « Je n’avais jamais entendu parler d’Édouard Chatton… » Reconnaissons avec la même sincérité qu’il n’est pas le seul ! Mais on ne tarde pas à se sentir coupable de cette ignorance. Ce n’est pas n’importe qui, en effet, que Vincent Laudet et Catherine Jessus ont sorti du placard de l’histoire : formé à l’Institut Pasteur, Édouard Chatton (1883-1947) a enseigné dans les universités de Strasbourg, de Montpellier et de Paris, et a dirigé les stations marines de Sète, de Villefranche-sur-Mer et de Banyuls-sur-Mer ; il a inspiré des chercheurs de renom, dont André Lwoff et Jacques Monod, qui ont gardé leur vie durant une admiration profonde pour ce maître discret et prévenant ; il est l’auteur de plus de 250 publications, rigoureuses et inspirées, qui ont posé certaines des bases de la biologie – c’est à lui que l’on doit rien de moins que la distinction entre eucaryotes et procaryotes, « tellement naturellement ancrée chez les biologistes qu’elle apparaît comme une évidence », rappellent Vincent Laudet et Catherine Jessus... Au fil de leur ouvrage, on passe ainsi de surprises en étonnements devant l’œuvre et le parcours d’Édouard Chatton : aurait-il été victime d’un mauvais sort pour sombrer ainsi dans les oubliettes du passé ? Ou est-ce parce qu’il a toujours préféré arpenter les berges, les plages et les amphithéâtres plutôt que les allées du pouvoir, et n’a jamais cédé un pouce sur le terrain de l’intégrité scientifique, au risque de froisser quelques susceptibilités ? Qu’importe, l’essentiel est de lui rendre aujourd’hui sa place dans l’histoire des sciences du vivant, grâce à ce travail biographique aussi nécessaire que remarquable.

3Les êtres microscopiques, ensuite, ce sont les protistes. Personnages récurrents du premier chapitre, ils ont accompagné le « protistologue » Édouard Chatton des débuts de sa carrière à sa disparition prématurée. Ils deviennent les vedettes du deuxième chapitre, « Les protistes, terra incognita de la biologie », où les auteurs dévoilent un univers où « le bizarre est partout », un « monde totalement inconnu [qui] vit, se reproduit, se mange et meurt à une échelle qui nous est largement étrangère et où agissent des forces qui sont pour nous négligeables ». Les auteurs ont rassemblé, étudié et mis en perspective les archives avec un tel savoir-faire dans le premier chapitre, qu’on aurait presque oublié, en cours de route, leur pedigree : ils ne sont pas historiens, mais biologistes… Nul n’est parfait, bien sûr, mais ce trait-là leur permet de montrer avec précision et un enthousiasme communicatif ce que les protistes, ces êtres unicellulaires et donc « eucaryotes » depuis Édouard Chatton, ont apporté à la recherche, et l’ensemble des défis qu’ils continuent de poser, notamment pour comprendre les grands équilibres de la diversité à l’échelle de la planète. Vincent Laudet et Catherine Jessus parviennent ainsi à rendre accessible à tous, ce qui n’était pas la moindre des gageures, un pan méconnu de la biologie d’hier et d’aujourd’hui.

4L’expérience pédagogique, enfin, se compose d’une collection de planches qu’Édouard Chatton a réalisées entre 1922 et 1937, « à la craie et au pastel sec, sur papier, de fond noir ou ocre, et recouverts d’un vernis fixateur », pour illustrer ses cours. Dans ses Titres et Travaux, le chercheur en mentionnait 125, dont Vincent Laudet et Catherine Jessus ont pu retrouver une bonne moitié au Muséum d’histoire naturelle de Perpignan, au laboratoire Arago de Banyuls et au Muséum national d’histoire naturelle. Ce catalogue d’œuvres d’art – il n’y a pas d’autre mot ! – occupe la dernière partie de l’ouvrage : bien avant l’utilisation débridée des vidéoprojecteurs, Édouard Chatton a trouvé un moyen original de faire découvrir à ses étudiants les étapes d’une division cellulaire, celles de la reproduction sexuée chez les plantes, ou les visages de l’amibe dysentérique, pour ne citer que trois exemples. C’est en somme un patrimoine scientifique et esthétique formidable que Vincent Laudet et Catherine Jessus ont exhumé et mis en valeur dans cet ouvrage, dont on tirera un enseignement plus général qui, lui, n’est pas minuscule : quand on lui consacre autant de passion, de rigueur et de désintéressement qu’Édouard Chatton, elle est vraiment belle, la science !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Guthleben, « Les vies minuscules d’Édouard Chatton »Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 107.

Référence électronique

Denis Guthleben, « Les vies minuscules d’Édouard Chatton »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome X - n°1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/hrc/6000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.6000

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search