Navegación – Mapa del sitio

InicioNumérosTome X - n°1Analyses d'ouvragesImmunité innée

Analyses d'ouvrages

Immunité innée

Jean-Luc Imler
p. 108
Referencia(s):

Immunité innée, Yves Carton, Londres, ISTE editions, 2019, 309 p.

Texto completo

1L’immunité innée forme la première barrière contre les infections chez les animaux. Chez les vertébrés et l’Homme en particulier, elle précède l’activation de la réponse immunitaire adaptative, qui est l’œuvre d’un type particulier de globules blancs, les lymphocytes. Si c’est l’immunité adaptative, dotée d’une grande spécificité (elle s’adapte littéralement au micro-organisme qui infecte l’organisme) et de mémoire, qui rend possible la vaccination, l’immunité innée n’en est pas moins importante. C’est en effet elle qui permet à l’organisme d’une part de résister en attendant que l’immunité adaptative se mette en place et d’autre part d’orienter la réponse en fonction du type de microbe. En ces temps de confrontation avec un fléau majeur d’origine infectieuse, il n’est pas inutile de se pencher sur les travaux ayant mené à partir de la seconde moitié du XIXe siècle aux concepts de l’immunité innée et à leur validation expérimentale. Dans son ouvrage, Yves Carton, directeur de recherche émérite au CNRS et spécialiste de l’immunité des insectes, revient sur cette grande aventure et rend justice à l’importance des travaux pionniers menés en France sur les insectes.

2Publié dans la collection « Histoire des sciences et des techniques », l’ouvrage Immunité innée couvre la période s’étendant des premiers travaux de Pasteur sur le ver à soie, en 1865, à la reconnaissance de l’importance de l’immunité innée par l’attribution du Prix Nobel de Médecine ou Physiologie à Jules Hoffmann, Bruce Beutler et Ralph Steinmann en 2011. Il est organisé en six chapitres chronologiques, qui permettent de suivre l’évolution des idées et des concepts, tout en se replongeant dans le contexte national et international de l’époque. On voit ainsi dans le premier chapitre comment Pasteur, chimiste de formation mais ayant établi un lien entre un organisme vivant (la levure) et un phénomène chimique (la fermentation) est sollicité par le Ministère de l’Agriculture en 1865 pour étudier la maladie du ver à soie, qui frappe le Midi de la France. Ces travaux sur une maladie des insectes amèneront Pasteur à poser les fondements d’une nouvelle discipline, la pathologie microbienne, qui sera décisive pour la suite de sa carrière (il n’a en 1865 que 43 ans). Le second chapitre est dédié à Elie Metchnikoff, le découvreur de la phagoytose, qui sera accueilli à bras ouverts par Pasteur dans son tout nouvel Institut à Paris en 1888, afin de comprendre les mécanismes de résistance aux microbes et par là de la vaccination. Là aussi, l’auteur décrit le cheminement intellectuel qui a conduit Metchnikoff à s’intéresser à une étoile de mer plutôt qu’aux mammifères pour ses travaux pionniers. Surtout, il situe bien le travail dans le contexte de la vive rivalité entre l’équipe de l’Institut Pasteur et celle de Robert Koch à Berlin au sujet des théories cellulaire et humorale de l’immunité, la première attribuant un rôle clé aux cellules phagocytaires, alors que selon la seconde ce sont des facteurs circulant qui neutralisent les microbes. Bien que l’attribution conjointe du Prix Nobel à Metchnikoff et Koch en 1908 reconnaisse de facto l’importance des deux phénomènes, la lutte entre les deux courants de pensée, dans un contexte diplomatique tendu entre la France et l’Allemagne, persistera et aura des effets pervers. En effet, alors que sous l’impulsion de Metchnikoff l’Institut Pasteur était devenu dans les années 1920 un centre pionnier pour la pathologie comparée, faisant la part belle aux insectes, les successeurs de Metchnikoff s’entêteront à défendre l’œuvre de leur maître en privilégiant les observations liées aux cellules phagocytaires, sans apprécier l’existence d’une immunité humorale chez les insectes.

3Le livre d’Yves Carton revient ensuite sur la longue éclipse de l’immunité innée après la seconde guerre mondiale, qui voit pendant quarante ans se succéder des découvertes remarquables sur l’immunité adaptative chez les mammifères. Celles-ci rejettent dans l’ombre l’étude de l’immunité des insectes, qui reste essentiellement descriptive. Le déclic surviendra au début des années 1970, lorsque le suédois Hans Boman s’attaquera à la purification des substances antibactériennes qu’il décrit chez la mouche drosophile dans un article princeps en 1972. Ces travaux aboutiront à la description des premiers peptides antimicrobiens, dans son laboratoire puis celui de Jules Hoffmann à Strasbourg. La caractérisation de la régulation de l’expression des gènes codant ces peptides mettra en évidence l’implication de facteurs de transcription apparentés à NF‑B, un facteur qui joue un rôle clé dans le déclenchement de l’inflammation chez les mammifères. Surtout, l’exploitation par le laboratoire Hoffmann de l’approche génétique chez la drosophile mettra en évidence l’importance du récepteur Toll dans la régulation de l’expression de ces gènes, menant à la découverte du rôle clé joué par les récepteurs Toll-like (TLRs) dans l’induction de l’immunité innée chez les mammifères. Ainsi, en investissant le domaine de l’immunité des insectes sans a priori basé sur les acquis de l’immunologie chez les mammifères, les travaux menés à Strasbourg, en collaboration avec les laboratoires d’Alan Ezekowitz et Charlie Janeway, puis de Bruce Beutler aux USA permirent de poser de nouveaux concepts et de faire émerger une nouvelle discipline, l’immunité innée.

4En résumé, le livre d’Yves Carton, abondamment illustré et d’une grande rigueur, nous offre un récit vivant et plaisant d’un siècle et demi de travaux sur l’immunité innée. Riches en anecdotes qui intéresseront les lecteurs, qu’ils soient scientifiques ou non, il donne un éclairage précieux sur le contexte historique dans lequel se sont fait les découvertes et sur la démarche scientifique. Il illustre parfaitement l’importance de l’investissement à long terme sur des questions fondamentales et l’intérêt de ne pas focaliser toute l’attention sur l’Homme ou les modèles mammifères.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Jean-Luc Imler, «Immunité innée»Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 108.

Referencia electrónica

Jean-Luc Imler, «Immunité innée»Histoire de la recherche contemporaine [En línea], Tome X - n°1 | 2021, Publicado el 15 diciembre 2021, consultado el 16 mayo 2022. URL: http://journals.openedition.org/hrc/6015; DOI: https://doi.org/10.4000/hrc.6015

Inicio de página

Derechos de autor

© Comité pour l’histoire du CNRS

Inicio de página
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search