Skip to navigation – Site map

HomeNumérosTome X - n°1Analyses d'ouvragesNoël Bernard (1874-1911). Du maît...

Analyses d'ouvrages

Noël Bernard (1874-1911). Du maître des orchidées au pionnier de la symbiose végétale.

Daniel Prat
p. 108-109
Bibliographical reference

Michel Pinault, Noël Bernard (1874-1911). Du maître des orchidées au pionnier de la symbiose végétale, L’Harmattan, 2021, 461 p.

Full text

1L’historien des sciences Michel Pinault, auteur de plusieurs biographies de scientifiques français, s’intéresse dans cet ouvrage à Noël Bernard, scientifique de premier plan de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. Ce biologiste, plus spécialement botaniste, formé aux différentes disciplines, a occupé une place capitale en renouvelant la botanique dont il a fait une science basée sur des concepts et théories, s’appuyant sur des travaux de recherche scientifique. Le sous-titre, « Du maître des orchidées au pionnier de la symbiose végétale » synthétise parfaitement l’œuvre scientifique conséquente de Noël Bernard. C’est en effet le premier à avoir maîtrisé la germination d’orchidées, ce qui l’a conduit ensuite à construire sa théorie sur la symbiose. Ce scientifique exceptionnel, d’une grande culture, orateur de talent, disparu prématurément il y a plus d’un siècle, a insufflé de nouvelles idées et directions de recherche.

2Pourquoi publier aujourd’hui un ouvrage sur Noël Bernard ? Sa brève et pourtant brillante carrière l’a poussé dans la longue liste des scientifiques quelque peu oubliés alors qu’il a sa place dans l’élite française de cette époque et mérite d’être mis en valeur. À côté de sa production scientifique, il a aussi contribué de manière déterminante à la diffusion du savoir et à l’organisation de l’université. Cet ouvrage biographique ne traite pas seulement de la vie et de l’œuvre de Noël Bernard, mais il le positionne dans son contexte historique, intellectuel, scientifique, politique aussi. Bernard Boullard, botaniste, ayant reçu des enseignements de la part d’un élève de Noël Bernard, a déjà publié une biographie de Noël Bernard en 1985, mais sa diffusion est restée assez limitée. Ce nouvel ouvrage, avec une démarche d’historien, repose sur une conception différente, davantage ancrée sur la société française de l’époque afin de mettre en valeur les rôles et facettes multiples de Noël Bernard dans son contexte, complétant ainsi la biographie existante. Ce scientifique brillant mérite à plus d’un titre qu’on s’intéresse à lui et cette biographie lui rend ainsi un hommage tout à fait justifié.

3L’ouvrage est organisé en trois parties, relativement chronologiques, sur la vie et l’œuvre de Noël Bernard. Le travail d’historien de Michel Pinault est remarquable par sa recherche documentaire, sa consultation et son analyse de nombreux textes pour trouver le maximum d’informations concernant Noël Bernard, son époque, les scientifiques qu’il a côtoyés. Cette recherche méticuleuse permet de valider chaque information par une source, correspondances variées concernant Noël Bernard, articles de journaux, procès-verbaux de délibération, ouvrages témoignant de la vie scientifique et politique de cette époque. Les descendants de Noël Bernard ont fourni les correspondances qui ont été conservées. De nombreuses citations issues de ces sources d’information sont intégrées dans le texte.

4La première partie « La jeune carrière normalienne et universitaire d’un chercheur partant à l’assaut des sommets » retrace la vie de Noël Bernard, son cadre familial, ses études, sa réussite à l’École normale supérieure et ses recherches. Cette partie occupe la moitié de l’ouvrage. C’est la phase de montée en puissance du jeune Noël Bernard ayant comme étapes clés sa thèse jugée d’un niveau exceptionnel, sa théorie sur la symbiose et ses publications et communications lors de colloques. Noël Bernard a su exploiter complètement et engager des travaux de recherche scientifique à la suite de sa découverte fortuite des germinations d’orchidées, mais n’était-il pas à leur recherche quand il arpentait la forêt lors de son service militaire ? Il a su mobiliser des approches de microbiologiste pour arriver à ses fins. Comme le fait comprendre l’auteur de cette biographie, c’était le plein essor des sciences à la fin du XIXe siècle, y compris pour la biologie : les travaux récents, notamment de Pasteur et Darwin, ont largement révolutionné les concepts et ouvert de nouvelles perspectives en inspirant la génération de Noël Bernard. L’École normale supérieure constituait un véritable lieu de réflexion par les échanges entre les scientifiques, peu nombreux, de toute spécialité, abordant tout sujet, de science, de société, de politique, et Noël Bernard y était particulièrement actif. Malgré sa nomination mal vécue à l’université de Caen, il s’y était intégré et poursuivait ses recherches tout en se faisant remarquer par sa maîtrise des sujets et son aisance oratoire notamment lors de colloques en France et à l’étranger.

5La deuxième partie « Du normalien dreyfusard et socialiste à l’intellectuel engagé pour la promotion de la recherche et pour les intérêts collectifs des universitaire », aborde les implications dans les tâches collectives et les multiples facettes de l’homme. Michel Pinault nous révèle, par les extraits de correspondances entre autres, l’homme laïc, républicain, désintéressé, droit et au franc parlé, engagé, qu’était Noël Bernard s’impliquant pleinement les tâches et actions d’intérêt collectif à l’université, pour les universitaires et aussi avec ses amis dans la diffusion des sciences. Noël Bernard connu aussi le bonheur par son mariage à l’âge de 34 ans, en pleine période de rayonnement scientifique.

6La dernière partie « Du tutoiement d’un rêve scientifique à l’élan brisé de Noël Bernard » relate la fin prématurée de sa carrière, où il a sacrifié en partie son travail pour sauver son fils, né prématurément. Là aussi, il a agi en scientifique et fait preuve d’une grande ingéniosité. Dans le même temps, sa nomination à Poitiers constituait une promotion et il ambitionnait, soutenu par son université, de créer la station de recherche en botanique la plus importante de France. Sa publication, « L’évolution dans la symbiose », synthèse remarquable, aboutissement d’années de réflexion n’a pas apporté le retentissement attendu. C’est dans cette période très favorable à sa carrière scientifique que la maladie a été découverte puis emporta Noël Bernard, à seulement 36 ans, loin d’avoir achevé son œuvre pourtant très prometteuse.

7Cette biographie témoigne de l’abondante correspondance de Noël Bernard avec d’autres grands scientifiques ayant marqué cette époque comme Émile Borel, Marie et Pierre Curie, Paul Langevin, Jean Perrin, pourtant de spécialités bien différentes mais s’enrichissant mutuellement. Son œuvre a eu des impacts forts sur la culture notamment des orchidées pendant plus d’un demi-siècle. Il a su intégrer toutes les connaissances du moment et les utiliser pour construire sa théorie qu’il a sans cesse enrichie. L’homme aussi est remarquable, par sa droiture, son attachement à la laïcité, son engagement politique, son désintéressement en communicant tous les détails afin que chacun puisse reproduire ou utiliser ses travaux, son sacrifice pour sauver son fils qui, normalien aussi, a embrassé une carrière universitaire.

8Cet ouvrage est l’un des rares consacrés à la vie et à l’œuvre de Noël Bernard, un botaniste, et un biologiste d’exception, disparu prématurément, mis à l’écart par les mandarins de l’époque, dont l’œuvre, poursuivie par sa femme Marie Louise, ses proches, ses élèves, a montré toute l’importance de ses théories sur les relations entre pathogènes et hôtes et la symbiose. Il a eu la chance de découvrir des germinations de Neottia nidus-avis, des mycorhizes de pomme de terre, mais ce qui a fait son intelligence a été sa capacité à interpréter et exploiter ces observations jusqu’à théoriser dessus. C’est là qu’on reconnait le scientifique moderne décrit au travers de cette biographie et qui peut inspirer de nouvelles carrières. On peut se demander, comme Michel Pinault, ce que serait devenu cet idéaliste au XXe siècle et pendant la première guerre mondiale. Cette biographie très touchante et bien documentée concerne beaucoup de lecteurs, pas seulement ceux qui sont intéressés par l’histoire des sciences et des scientifiques.

Top of page

References

Bibliographical reference

Daniel Prat, “Noël Bernard (1874-1911). Du maître des orchidées au pionnier de la symbiose végétale.”Histoire de la recherche contemporaine, Tome X - n°1 | 2021, 108-109.

Electronic reference

Daniel Prat, “Noël Bernard (1874-1911). Du maître des orchidées au pionnier de la symbiose végétale.”Histoire de la recherche contemporaine [Online], Tome X - n°1 | 2021, Online since 15 December 2021, connection on 27 May 2022. URL: http://journals.openedition.org/hrc/6027; DOI: https://doi.org/10.4000/hrc.6027

Top of page

About the author

Daniel Prat

Professeur à l’Université de Lyon 1, Laboratoire d’écologie des hydrosystèmes naturels et anthropisés (LEHNA)

Top of page

Copyright

© Comité pour l’histoire du CNRS

Top of page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search