Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome X - n°2DOSSIER : Les outils documentaire...Organisation des connaissances : ...

DOSSIER : Les outils documentaires de la science

Organisation des connaissances : approche historique et critique des classifications des savoirs

Organisation of knowledge: historical and critical approach to knowledge classifications
Widad Mustafa El Hadi et Ismaïl Timimi

Résumés

L’article que nous proposons traite des approches historiographiques et critiques des systèmes d’organisation des connaissances, notamment de la classification des savoirs. Ainsi, en menant cette étude, notre objectif est triple : retracer l’histoire des classifications documentaires dites « universelles » et mettre en évidence l’apport spécifique des auteurs français au champ de l’organisation des connaissances notamment celui des Encyclopédistes. Cette approche historiographique sera suivie par un examen critique des classifications et leur place à l’ère du numérique, et nous aborderons enfin les questions éthiques des SOC.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le besoin croissant de disposer à tout moment de moyens d’accès aux savoirs et aux savoir-faire a suscité une série de techniques d’organisation des connaissances de plus en plus complexe dont la science de l’information reflète l’état le plus récent. Au cours du lent rapprochement entre science du livre et science du document qui a donné naissance à la science de l’information, plusieurs disciplines ont contribué à éclairer et à délimiter cet espace épistémologique par leurs concepts et leurs théories, notamment la logique, la linguistique, l’informatique et les sciences cognitives. Mais ce champ de la connaissance issu de besoins pratiques reste fondamentalement une science appliquée destinée à favoriser et à rationaliser les échanges de connaissances. La classification figure parmi les outils méthodologiques traditionnels importants de l’histoire des sciences et de la philosophie. Au sens documentaire, elle se définit comme l’organisation des connaissances en un système ordonné de classes et sous-classes, établissant des relations entre les notions selon leurs sujets (mise en relation entre thématiques des ouvrages). Les classifications permettent à la fois le regroupement intellectuel par sujets de notices (catalogue, bibliographies) et l’arrangement physique des documents. L’intérêt porté aux problématiques de l’organisation des connaissances s’est fortement accru face aux enjeux majeurs et stratégiques que le savoir représente à l’ère du numérique. Il a ouvert un champ d’activités autonome, d’étude et de recherche, au sein du vaste territoire couvert par les sciences de l’information.

2Les outils d’organisation des connaissances résultent d’un discours qui implique un processus de classification d’objets ou de classes d’objets qui requiert le recours à la langue et à ses concepts. On peut distinguer trois approches : approche historique (regard sur les origines et l’évolution) ; approche conceptuelle et théorique (philosophie des sciences, philosophie de la connaissance) et une approche empirique (identification des éléments constitutifs des SI, de sa mission, de ses liens avec d’autres disciplines, Hudon et Mustafa El Hadi 2013).

3La définition la plus consensuelle de l’Organisation des Connaissances (désormais OC) est celle de Tennis (2008) : « Domaine d’étude et de pratique qui s’intéresse à la conception, à l’examen et à la critique des processus d’organisation et de représentation de documents que la société juge utiles de préserver » (Hudon, Mustafa El Hadi et ali. 2010, Hudon et ali. 2013). L’OC se situe à la croisée de diverses disciplines (sciences de l’information, sciences du langage, sciences de l’informatique, sciences cognitives) et s’inscrit de manière forte dans les sciences de l’information. L’OC est liée à la question du partage des savoirs et à leur représentation. Les classifications bibliographiques ont été les premiers outils d’organisation thématique des ouvrages (Hudon et alii 2010, 2013) : les systèmes de classification (grandes classifications bibliographiques universelles), les encyclopédies, les listes d’autorité (RAMEAU, LCSH, MeSH…), les terminologies, les thesaurus, les ontologies, les taxonomies.

4Notre objectif dans cette contribution n’est pas de présenter de manière détaillée le contenu de la littérature portant sur le domaine de l’OC. Nous voulons plutôt rappeler les grandes lignes en adoptant une approche historiographique et épistémologique tout en montrant l’actualité du champ en le retraçant depuis l’Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, le siècle des Lumières et jusqu’à l’apparition des classifications encyclopédiques dites «  universelles  ». Soulignons au passage que la plus grande partie de cette contribution se base sur des articles co-écrits par Widad Mustafa El Hadi et Michèle Hudon, EBSI, Université de Montréal (2010, 2012, 2015, 2017) mais également sur les actes de colloques ISKO-France1 depuis sa fondation en 1996 et ceux de l’ISKO International2 (1991-2020), ISKO Encyclopedia3, les travaux et séminaires de recherche de l’Axe 4 Geriico (circulation de l’information et organisation des connaissances) dont les deux auteurs de cette contribution sont membres. Ainsi, en menant cette étude, notre objectif est triple : a) retracer l’histoire des classifications documentaires dites « universelles » et mettre en évidence l’apport spécifique des auteurs français au champ de l’organisation des connaissances notamment celui des Encyclopédistes (les philosophes des Lumières). Cette approche historiographique sera suivie d’un examen critique des classifications ayant entrainé des ruptures paradigmatiques successives ; b) proposer une approche épistémologique, analytique et critique des classifications des savoir. Nous nous interrogeons à l’instar de Hjørland (2012) sur la place des classifications à l’ère du numérique et comment les classifications sont sorties des bibliothèques pour émerger dans le web (Elis et al. 1995, Smiraglia 2013, Hudon et alii. 2017) et sur le cas des classifications à facettes de Ranganathan utilisées dans l’architecture des sites web commerciaux ; c) aborder enfin les questions éthiques en analysant certaines décisions biaisées produites par les systèmes d’organisation des connaissances (classifications, autorités matières).

Centralité de l’OC

5L’OC est un champ actif d’activités, d’étude et de recherche, au sein du vaste territoire couvert par les sciences de l’information. L’OC était d’abord une pratique professionnelle de description de documents et de collections dans des systèmes documentaires qui se sont voulus très tôt internationaux et donc multilingues. L’évolution technique (l’informatique, traitement automatisé de l’information, linguistique de corpus, les technologies Web, les statistiques textuelles) a conduit à une rationalisation de cette pratique. Elle a fait naître un domaine original mêlant bibliothéconomie, modèles de recherche d’information, linguistique, sciences cognitives et statistiques.

6L’intérêt porté aux problématiques de l’OC s’est fortement accru face aux enjeux majeurs et stratégiques que le savoir représente à l’ère du numérique. Il a ouvert un champ d’activités autonome, d’étude et de recherche au sein des sciences de l’information.

7Décrit comme un domaine d’étude et de pratique qui s’intéresse à la conception, à l’examen et à la critique des processus d’organisation et de représentation des documents, ce champ couvre un ensemble de concepts, de méthodes et d’outils destinés à représenter et à organiser le savoir humain pour le conserver, l’utiliser et le partager. Il a pour rôle de produire un langage commun normalisé entre des documents et contenus divers dont le regroupement est nécessaire pour l’étude et la recherche. L’OC est donc un élément déterminant des infrastructures qui organisent l’accès à des documents hétérogènes (publications, images, sons). L’ensemble des moyens qu’elle se donne (classifications, langages documentaires, thesaurus, ontologies…) est l’équivalent pour les contenus de ce que sont les protocoles de communication entre les machines en réseau

Approches historiques

8Bien qu’il puisse s’actualiser sous plusieurs formes, le processus d’organisation suppose presque toujours une opération de classification. Celle-ci est certainement l’une des méthodes les plus raffinées de segmentation de la réalité, de mise en ordre et de production de cadres de référence utiles, tout processus d’analyse, de déduction, d’apprentissage et de mémorisation en fait usage. La classification est également inhérente au processus de définition, lequel consiste à déterminer à la fois ce qu’est une entité et ce qu’elle n’est pas ; le but est d’organiser des entités en classes, de sorte que les entités semblables ou parentes soient regroupées et séparées des entités non semblables ou étrangères. La classe est donc un ensemble d’entités (objets physiques ou virtuels, individus, attributs, etc.) présentant une ou plusieurs caractéristiques communes. Cette distinction est nécessaire à la compréhension du monde dans lequel nous vivons et à la communication de ce que nous savons (Mustafa El Hadi et ali.2010).

9Dès l’Antiquité, la nécessité de disposer d’un système qui permettrait de repérer et de localiser un document particulier se fit sentir à partir du moment où un grand nombre de documents devenaient disponibles dans un même lieu, dans une même collection. L’organisation systématique des collections fut longtemps basée sur des critères physiques, tels la forme et le matériau, bien qu’on puisse observer à toutes les époques des tentatives de segmentation en grandes catégories représentant des sujets ou des genres (histoire, poésie, mythologie, etc.). L’organisation des documents en fonction de ce dont ils traitent plutôt que de ce à quoi ils ressemblent a donc toujours été vue plus ou moins clairement comme un objectif à atteindre, mais il fallut attendre la Renaissance pour que se répandent les systèmes d’organisation des collections basés sur d’autres critères que la forme, la couleur, le nom de l’auteur ou la date d’acquisition (ibid).

Une brève histoire de l’organisation des connaissances : de l’Antiquité aux Lumières

10Bien que les technologies évoluent et permettent de nouvelles façons de partager et d’utiliser l’information, toutes les époques et tous les contextes ont éprouvé le besoin d’organiser leurs connaissances. Depuis les premiers temps de l’histoire connue, les philosophes ont cherché les principes de base selon lesquels un cadre systématique de connaissances pourrait être structuré. Les principes d’ordonnancement ont également été appliqués très tôt aux besoins pratiques d’organisation des documents. Dans ce cas, les principes étaient moins abstraits, car les documents les plus anciens avaient tendance à traiter de problèmes quotidiens tels que le commerce des produits ou la gestion de la vie sociale, plutôt que de la structure générale du monde (Dousa, 2018).

Une liste de synonymes sur une tablette de la bibliothèque d’Assurbanipal

British Museum

11Les premiers documents écrits connus, les tablettes d’argile sumériennes et les planches de bois recouvertes de cire, sont souvent structurés comme de simples listes d’éléments. Les listes sont en effet la forme minimale de SOC. Elles organisent les éléments d’information dans un espace limité et plat qui peut être balayé dans diverses directions par le lecteur. L’adoption de l’écriture a donc encouragé les penseurs à organiser leurs idées de manière plus systématique et plus abstraite (Goody, 1977). Bien que les images peintes sur les parois des grottes aient déjà été des exemples de documents, l’OC elle-même a largement émergé de l’essor de la culture écrite, (Gonli, 2020).

12La civilisation mésopotamienne s’est développée en produisant également de véritables bibliothèques de tablettes d’argile. Sur les murs et les portes de certaines pièces, un catalogue était gravé, enregistrant chaque titre ou incipit avec le nombre de lignes correspondant dans une tablette, ou le nombre de tablettes dans une œuvre entière (Hyman, 1982). La question de savoir si la bibliothèque entière était organisée par disciplines au sens moderne du terme est contestée, bien que certaines salles soient spécialisées dans les textes historiques, géographiques, juridiques, grammaticaux ou mythologiques. On retrouve une situation similaire dans les vestiges de l’autre grande culture de la première Antiquité : l’Égypte. Déjà vers 2500 avant J.-C., on trouve des listes de mots, parfois regroupées par classes, sur des tablettes d’argile, et plus tard, comme c’était typique de cette région, sur des rouleaux de papyrus. Comme en Mésopotamie, les éléments énumérés ne s’excluaient pas toujours mutuellement de manière rigoureuse, bien qu’ils aient eu tendance à l’être dans le cas particulier des normes, selon lesquelles les faits connus devaient être différenciés de manière précise afin d’appliquer une sanction appropriée. Les vocabulaires sont mieux développés (Gardiner, 1947, cité par Gnoli 2020) dans un lexique égyptien tel que le Ramesseum, où les mots sont formellement enfermés entre des lignes parallèles et classés sous des rubriques de classification. Plus encore dans le lexique d’Amenope vers 1100 avant J.-C., contemporain de la bibliothèque de Tiglath-Pileser où plus de 600 articles sont classés sous des classes principales telles que : I Rubrique introductive ; II Ciel, eau, terre ; III Gens, cour, offices, professions ; IV Classes, tribus et types d’êtres humains ; V Les villes d’Egypte ; VI Bâtiments, leurs parties et types de terre ; VII Terres, céréales et leurs produits ; VIII Boissons ; IX Parties d’une vache et types de viande, etc. (Gnoli, 2020). Dans chaque classe de ce lexique, les mots peuvent être triés selon des critères tels que de haut en bas (pour les classes II), de général en spécifique (pour les classes III-IV et IX). Les bases de l’OC étaient déjà instaurées, d’après l’auteur (ibid).

13L’Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, Descartes, les Lumières, la Révolution française ont été témoins d’une activité florissante en OC grâce aux apports de K. Gesner, F. Bacon, G. Naudé (la Renaissance), Bayle, Buffon, Von Linné, D. Hume, Diderot, D’Alembert, J. Locke, G. Berkeley (les Lumières) d’Antoine Lavoisier, Th. Jefferson, A Comte (La Révolution Française). Sir Francis Bacon influence les auteurs des classifications bibliographiques modernes même si les origines se trouvent chez les philosophes grecs (Aristote, Porphyre).

  • 4 Ces outils et ces méthodes que l’on nomme aussi « technologies de l’intelligence », d’après Pierre (...)
  • 5 Pour cela, on peut partir du tableau chronologique et de la synthèse en accès sur l’Internet : Chro (...)

14Un concept fondamental et totalement lié aux outils de l’OC est celui de « technologies intellectuelles »4. (Goody, Bell, Levy). Dans son article sur S. Briet, Sylvie Fayet-Scribe (2018 : 2) montre cette relation : « Découvrir l’histoire de la documentation nécessite une démarche particulière. Il est nécessaire d’acquérir une culture de l’écrit, et de l’appréhender à travers l’histoire des supports, des dispositifs spatiaux et des dispositifs sémantiques ; en particulier, les outils de repérage de l’information s’inscrivent sur un « temps long » de la naissance de l’écriture (environ 3500 avant J.-C. à Sumer) jusqu’à aujourd’hui5. Pouvoir situer dans le temps l’apparition et le développement des outils de repérage de l’information en même temps que leur évolution est primordial pour l’histoire de la documentation. En effet, les listes, les index, les résumés, les répertoires, les catalogues, les systèmes de repérage dans le texte, les tables de contenu et de matière, les bibliographies diverses, les dictionnaires et encyclopédies, les annuaires, les dossiers documentaires, les thésaurus, les bulletins de sommaire, les hypertextes et les cartes sémantiques possèdent un passé qui permet de mieux cerner les évolutions actuelles de l’accès à l’information numérique et papier ».

Aux origines des grandes classifications bibliographiques

  • 6 Gabriel Naudé (1600-1653) était un bibliothécaire et un érudit français. Il est l’héritier de l’hum (...)

15À partir du XVIe siècle, le classement des documents en fonction des sujets dont ils traitent s’implante progressivement, mais demeure une entreprise individuelle, rarement soumise à validation externe ou à normalisation. L’invention de l’imprimerie et la multiplication des ouvrages à organiser en collections et en sous-collections rendent impératif le développement de systèmes d’organisation plus performants, aptes à servir des utilisateurs autres que leurs seuls créateurs. Trois initiatives influenceront plus particulièrement l’évolution de la classification documentaire. Konrad Gessner (1516-1565), pionnier de la recherche bibliographique, organise le savoir en 21 classes distinctes, une division que l’on trouve encore aujourd’hui dans quelques grands outils de classification. Sir Francis Bacon (1561-1626) propose dans sa classification des sciences (1605) une segmentation des collections en œuvres de mémoire, d’imagination et de raison ; cette segmentation sera reprise deux siècles plus tard par Thomas Jefferson (1743 –1826) d’abord, et ensuite Melvil Dewey (1851-1931). Chez Gabriel Naudé6 (1600-1653) se dessinent déjà les divisions disciplinaires qui structurent aujourd’hui les systèmes encyclopédiques de classification documentaire : histoire, sciences humaines, droit, médecine, mathématiques, philosophie et théologie.

Gabriel Naudé

D.R.

16Au début du XIXe siècle, une multitude de systèmes de classification développés localement coexistent encore. Ces systèmes ont en commun d’être peu accessibles à l’utilisateur des collections documentaires et c’est en réaction à ce fait que Melvil Dewey explore la possibilité de simplifier et de systématiser le rangement des documents. Dewey implante la classification « relative », plaçant tout document d’une collection en relation non seulement avec celui qui le précède et avec celui qui le suit immédiatement, mais également avec tous les autres ouvrages faisant partie de la collection. Dewey développe ainsi l’idée d’un contemporain, William T. Harris, de classifier non pas le livre mais plutôt son contenu, donc les éléments d’information et de connaissance qu’il véhicule. Reprenant en les inversant les trois classes proposées par Bacon en 1605, il reproduit l’organisation des connaissances en vigueur dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Les disciplines liées à la raison y occupent la plus grande place, se répartissant en cinq grandes classes : philosophie, théologie, sciences sociales, linguistique et sciences pures. L’imagination se voit consacrer trois classes : sciences appliquées et technologie, beaux-arts et musique, littérature. La géographie et l’histoire occupent l’unique classe consacrée à la mémoire. L’indice de classification est conçu de telle sorte qu’il renvoie non seulement à la localisation exacte du document physique, mais également à la place et à l’importance relative du sujet dont il traite dans l’univers des connaissances. Ces divers apports ont été à la base des classifications : Les langages à structure hiérarchique ou arborescente (schémas de classification) sont plus anciens que les langages à structures combinatoires (thésaurus, terminologies, index structurés). Les grandes classifications encyclopédiques sont la Classification décimale de M. Dewey, Universelle Classification Décimale de P. Otlet, la Classification de la Bibliothèque du Congrès, d’A. Cutter, la Colon Classification (classification à facettes) de S.R. Ranganathan. D’autres classifications moins utilisés sont les classifications de H. E. Bliss.

Sur quelques origines oubliées de la contribution française à l’OC

  • 7 Auguste Comte est connu pour avoir fondé le courant philosophique du positivisme, courant intrinsèq (...)

17Dans cette partie nous nous intéresserons aux auteurs, théoriciens et praticiens de l’OC qui ont été négligés ou oubliés par les spécialistes français de l’information et tenterons d’évaluer, dans cet exercice rétrospectif, leur contribution ainsi que leur impact sur les sciences de l’information, discipline scientifique qui sous-tend les fondements théoriques et méthodologiques de l’OC. Cet exercice peut être divisé en trois périodes chronologiques : la première remonte aux philosophes français du Siècle des Lumières, dont beaucoup ont participé au projet global de l’Encyclopédie mais qui comprend aussi l’importante contribution à la théorie de la classification et l’empreinte de Gabriel Naudé sur l’OC. La deuxième période couvre l’histoire relativement récente, du XIXe au XXe siècle avec la naissance des théoriciens francophones tels que le philosophe Auguste Comte7 et sa Classification des sciences. La troisième période enfin est représentée par les activités florissantes de ce que nous appelons en France les précurseurs (Palemiti, 2000) parmi lesquels on peut citer Suzanne Briet, Éric de Grolier, Jean-Claude Gardin, Robert Pagès, Robert Escarpit, Jean Meyriat et Jacques Maniez.

L’esprit Encyclopédique

La première période

  • 8 8 Galica BnF. https://gallica.bnf.fr/essentiels/bayle/dictionnaire-historique-critique

18Les philosophes français du siècle des Lumières et les encyclopédistes ont apporté une contribution majeure à la théorie de la classification à travers leurs modèles et ont montré l’influence de G. Naudé sur l’organisation des connaissances, une filiation qui remonte à la Renaissance avec K. Gesner et aux encyclopédistes français, en particulier Pierre Bayle8, Diderot et D’Alembert. Le processus de diffusion des idées nouvelles se trouva amplifié par le progrès des techniques de diffusion de l’information. Les passages de l’Encyclopédie sont lus par les nobles et les bourgeois dans des salons, les personnes présentes donnent leur avis sur les écrits des philosophes. Les journaux et la correspondance permirent des échanges plus rapides dans toute l’Europe, réalisant une nouvelle forme d’unité culturelle ((sources Wikipédia). L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Denis Diderot et Jean le Rond D’Alembert (1751) est représentative d’un nouveau rapport au savoir : elle marque la fin d’une culture basée sur l’érudition, telle qu’elle était conçue au siècle précédent, au profit d’une culture dynamique tournée vers l’activité des hommes et leurs entreprises. Elle permet à un plus grand nombre de personnes d’accéder au savoir. Ce mouvement intellectuel des lumières défend l’idée qu’il existe une architecture scientifique et morale du savoir, une structure prévalente et ordonnée dont la réalisation est un moyen de libération de l’homme. Les journaux et la correspondance permirent des échanges plus rapides dans toute l’Europe, réalisant une nouvelle forme d’unité culturelle.

Le discours préliminaire des éditeurs de l’Encyclopédie

D.R.

  • 9 Le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle est la réalisation suprême de l’un des homme (...)
  • 10 10 Le Dictionnaire historique et critique, Bayle, 1697, ouvrage unique en son genre, il repose sur (...)

19Mais le premier encyclopédiste serait d’après Voltaire Pierre Bayle (1647 - 1706), né en France, mort en Hollande, auteur du Dictionnaire historique et critique9 (1697) qui préfigure l’encyclopédie. Il peut être considéré comme un proto-philosophe des Lumières (Mustafa El Hadi, 2018) et le premier encyclopédiste français. Le but déclaré de son Dictionnaire était la correction des erreurs des auteurs des dictionnaires précédents (Louis Moréri)10. Pour Bayle, le monde ne se réduit jamais à une vision manichéenne et suppose le croisement permanent de points de vue et d’opinions contradictoires. Il écrit alors l’œuvre majeure de sa vie, le « Dictionnaire historique et critique », dont plusieurs éditions, encore très bien conservées, sont présentées dans le musée. Cette œuvre est considérée comme l’ancêtre de L’Encyclopédie des Lumières, Voltaire affirmant même que ce fut « le premier ouvrage de ce genre où l’on puisse apprendre à penser ».

Le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle

D.R.

La deuxième période

20Une autre période clé couvre une histoire relativement récente, du XIXe au XXe siècle, avec l’apport des théoriciens français comme Auguste Comte et sa Classification des sciences « Broad System of Ordering », une classification inspirée de l’enchaînement des sciences allant des mathématiques et de la physique, en passant par la chimie, la biologie et la psychologie, jusqu’aux sciences sociales et humaines. Comte conjugue la philosophie des sciences et son histoire en donnant une classification qui est, d’une part dans un ordre de découverte chronologique et, d’autre part propose biologie et sociologie, sciences qu’il affirme comme appartenant aux idées positivistes et modernes. Ce système s’oppose alors à celui de Diderot et son Encyclopédie qui avait un mode principalement alphabétique. D’une manière plus générale, Comte s’oppose aux Lumières avec le positivisme et sa classification nouvelle. Il reproche notamment à la classification de D’Alembert de se baser principalement sur la théorie métaphysique des facultés de l’âme qui sont mémoire, imagination et raison. Pour Comte, elles sont liées dans les disciplines de l’Homme et donc, doivent être ajoutées au système de classification. En 1825, la Classification des sciences proposée par Auguste Comte prend toute son ampleur dans les articles intitulés « Considérations philosophiques sur les sciences et les savants »11. Selon Comte, « les sciences supérieures ont besoin de connaître les lois des disciplines inférieures parce que celles-ci interviennent partiellement dans l’explication des phénomènes qu’elles étudient ».

La troisième période

21La troisième période est représentée par les activités florissantes de ce que nous appelons en France les précurseurs (Palemiti, 2000) parmi lesquels on peut citer Éric de Grolier, Jean-Claude Gardin, Robert Pagès, Robert Escarpit, Robert Estival, Jean Meyriat et Jacques Maniez (voir aussi Mustafa El Hadi, 2018a). Le onzième colloque ISKO-France organisé à l’UNESCO en hommage aux pionniers français a permis de retracer l’apport français à la science de l’information et du document. L’apport spécifique à l’OC et démontré par l’examen des positions spécifiques d’Éric De Grolier (1911-1998) pour le rôle qu’il a joué dans la définition et l’élargissement des catégories de Ranganathan. Celui de Jean-Claude Gardin (1925-2013), considéré comme un précurseur des Humanités numériques et dans sa relation avec la discipline sciences de l’information, avec un accent particulier sur l’OC. Dans « The organization of knowledge based on the proposals of J.-C. Gardin », Wilhelmina Smit (voir Mustafa El Hadi 2018, introduction au volume) et son équipe soulignent l’apport fondamental de cet archéologue au processus d’automatisation du traitement de l’information (Smit et al., 2018). Pour J.-C. Gardin, le travail intellectuel devrait être fondé sur des processus de classification explicites et formels, pour que la machine puisse manipuler les données (le calcul) et créer des conditions pour établir des corrélations et des associations d’information. L’article revient sur des propositions de J-C. Gardin qui le relient aujourd’hui aux développements du web sémantique et aux ontologies et à leur rôle important pour les sciences de l’information et du document.

22Dans sa conférence invitée, ISKO-France 2017, « Jean-Claude Gardin and the search for interdisciplinary methodologies and reliable tools for the knowledge organization practices : analyse documentaire and langage documentaire », José Augusto Guimarães (2018, ibid) revient sur le rôle de Paul Otlet et sa contribution majeure à l’élaboration de techniques et de méthodologies destinés aux milieux documentaires, participant ainsi à promouvoir l’accès le plus large possible à l’information. Guimarães rappelle le rôle majeur de l’OC comme médiateur entre les contextes de production et d’utilisation des connaissances. Il met par ailleurs en exergue le rôle fondamental de J.-C. Gardin dans la construction de la dimension épistémologique de l’OC et du développement d’une méthodologie interdisciplinaire, basée sur des modèles logiques et linguistiques, l’« analyse documentaire », ainsi que sur la recherche d’outils fiables destinés à construire des ponts solides entre le document, le système documentaire et l’utilisateur : les « langages documentaires ».

Classification du savoir : des bibliothèques aux Web

23Avant la notion élargie de l’OC, ce mode opératoire était le plus souvent fondé sur une approche strictement disciplinaire de la connaissance, les livres pouvaient être divisés en catégories thématiques telles que : théologie, philosophie, histoire, littérature etc. ce qui supposait que chaque livre était effectivement rattaché à une discipline. Cependant, de nouveaux médias sont apparus progressivement et devaient eux aussi être organisés : images imprimées, supports digitaux, information en réseau, ceux-ci sont désormais intégrés et convergents grâce à de multiples supports interopérables : contenu multimédia, pouvant facilement être transmis d’un téléphone portable à un ordinateur, ou un système de navigation routier, équipements interactifs dans des foyers connectés et équipés d’objets communicants, etc. Face à cette situation, l’interdisciplinarité s’impose dans la conception de nouveaux systèmes d’organisation des connaissances (SOC). L’approche par facettes semble répondre à cette exigence. En effet, la classification à facettes de S. R. Ranganathan (1892-1972), également connue sous le nom de « Classification Colon (CC) », met au cœur de la structure classificatoire, non pas le sujet comme unité sémantique de base mais plutôt le concept, que Ranganathan nomme « isolat », (Hudon et alii 2017 ; Maniez 2002), les tables de la CC se comparent donc à des inventaires de concepts. Cette particularité met en évidence une rupture paradigmatique de l’approche traditionnelle (Maniez 1999). Elle permet de se libérer de structures hiérarchiques complexes et critiquées, tout en préservant la logique de navigation dans un domaine de la connaissance ou dans une collection documentaire. Les facettes, très présentes sur le web, occupent une place privilégiée au sein d’un environnement technologique qui permet de tirer parti de leur simplicité, de leur flexibilité, de leur adaptabilité et de leur potentiel d’interopérabilité.

24Avec de nouvelles formes de métadonnées descriptives apparues pour traiter de nouvelles formes de documents, la modification de la description des sujets, l’amélioration des outils d’organisation de l’information, l’OC reste au cœur de la science de l’information. Cependant, les classifications énumératives sont, malgré leur limitation, toujours les principaux outils utilisés dans les notices de catalogue des bibliothèques et servent à organiser les ressources Internet dans certains portails web (Hjørland, 2012). Largement utilisées au niveau international, leur révision, généralement confiée à des comités internationaux, se fait lentement. Désormais, les distributeurs de supports numériques poussent à converger vers l’utilisation d’un espace de représentation unique pour tout échantillon de savoir. Une tendance confirmée par l’intégration croissante des principes du catalogage et de plans de classement comme le FRBR ou le CIDOC-CRM, à des disciplines telles que la bibliothéconomie, l’archivistique et la muséologie.

Le rôle des SOC dans l’environnement numérique : dimensions multilingue, sociale et interculturelle

25L’un des défis auxquels nous sommes confrontés dans l’OC est l’hétérogénéité des systèmes, tant au niveau des expressions que dans celui de la structure et du contenu conceptuel. De même, les préoccupations linguistiques et le rôle de la langue et des cultures rejoignent les réflexions menées en Sciences de l’information. En effet, la mise en œuvre de l’interopérabilité dans les SOC soulève de nombreuses difficultés car au-delà des questions techniques premières, les problèmes liés aux communications entre des cultures différentes sont évoqués de manière récurrente. Ceux-ci sont considérés comme étant une dimension déterminante de l’éthique de l’organisation des connaissances (Mustafa El Hadi, 2017 ; 2019 ; 2021). Par ailleurs, dans le cadre du web des données les enjeux liés à l’ouverture et l’interopérabilité des données dans un espace de publication commun renouvellent l’importance des normes et standards et interrogent leur degré de pertinence. La nouvelle norme répond aux insuffisances repérées et propose notamment l’établissement de passerelles entre diverses formes de langages documentaires pour favoriser « l’interopérabilité sémantique des systèmes de représentation et de recherche d’information », (Favier et alii 2013). Elle accorde en effet, plus d’attention aux questions touchant le multilinguisme et le multiculturalisme dans les langages et les systèmes de représentation et de recherche d’information. Leur prise en compte conditionnera l’avenir du web de données et l’enrichissement sémantique de contenus.

La dimension éthique dans l’organisation des connaissances : quelques positionnements

26L’acte de classifier, aussi invisible et banal soit-il, n’est pourtant pas sans conséquence (Mustafa El Hadi et ali 2010). Bowker et Star (1999) considèrent que la classification est au cœur de toute vie sociale et insistent à juste titre sur les dimensions éthiques de l’acte. Le choix d’une caractéristique de division, la création de regroupements et la séquence de présentation de ceux-ci valorisent nécessairement un point de vue particulier et condamnent à l’invisibilité d’autres critères valables d’analyse et de regroupement. « Il peut en résulter des déductions ou interprétations erronées, et dans les cas extrêmes, une discrimination liée au placement d’une entité ou d’un individu dans un groupe particulier. En outre, le problème des entités, individus et situations jugés inclassables est critique, car si la classification permet de regrouper les entités, elle doit en même temps assurer à chaque entité un positionnement approprié dans la structure d’organisation ainsi constituée », (Bowker et Star, 1999, 5-6 cités par Mustafa El Hadi et ali. 2010 : 5).

27L’éthique de l’organisation des connaissances est considérée en tant que processus intimement lié à la langue et aux cultures (Mustafa El Hadi 2017). D’un point de vue historique l’éthique dans l’OC s’est ancrée dans les premières critiques adressées aux systèmes de classification. Dès 1973, l’IFLA a lancé le programme de contrôle bibliographique universel, (Universal Bibliographic Control Program) demandant aux bibliothèques nationales de partager leurs fonds et de les indexer en accordant une attention particulière aux spécificités culturelles. Mais cette initiative n’a pas abouti et l’OCLC et récemment Google en ont repris le contrôle.

28La plupart des critiques ont été fondées sur le fait que les SOC n’offrent qu’une représentation particulière de la langue et que leur structure modifie notre interprétation de la langue d’une manière inutile ou fausse. C’est pour cette raison que nous devons tenir compte du poids des cultures et des langues dans la conception des SOC, comme le suggère Tennis (2013).

Conclusion

29Avec des systèmes d’organisation des connaissances constitués en champ scientifique spécifique, la classification des savoirs comme l’éthique de l’organisation des connaissances constituent désormais des champs ouverts de confrontation d’idées et d’analyse et de résultats partagés au niveau global.

30Ce champ construit, se situe au carrefour de nombreuses tâches qui ont en commun d’appréhender l’évolution sémantique des termes du vocabulaire scientifique et les règles de son indexation sur le temps long comme sur le temps court.

31A l’heure numérique plus encore, l’évolution des termes de la science est un enjeu qui va en s’universalisant et en partageant davantage toutes ses applications possibles : dès lors la connaissance des biais de toute nature entrant dans ces opérations est une tâche systémique aussi ardue qu’essentielle, dans tous les champs où l’objectivation du contenu des connaissances est soumise au relativisme historique et culturel.

32Certes, l’ambition de l’universalisme sémantique des sciences est ancienne et, d’un champ disciplinaire à l’autre, cette ambition s’est inégalement réalisée et stabilisée : des progrès remarqués s’enregistrent, notamment dans les disciplines les plus directement exposées, par exemple en géographie.

33Dans la période contemporaine, cette ambition se renouvelle en profondeur avec cette « nouvelle découverte du Monde » qu’est celle du partage du sens à l’échelle globale (à l’aulne de quelques deux cent langues enregistrables sur le Web) tant dans les influences et les collaborations que véhicule ce partage, que dans les concepts qu’il produit et qui s’associent à la nouvelle dynamique intercontinentale. Cette double évolution du partage universel du sens et des concepts qui en sont issus, avec chacune leur sémantique propre, est placée désormais sous le regard d’une recherche attentive à la construction d’un universalisme intègre et multiculturel : en ce siècle de forte croissance d’une production scientifique émanant sans cesse davantage de nouvelles aires géographiques, mais aussi en cette époque où apparaissent de très profondes évolutions internes aux sociétés humaines, nul n’est besoin de souligner l’enjeu régulateur qui s’associe aux SOC, avec de grands et difficiles défis scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Adler, M., Tennis, J.T. Toward a Taxonomy of Harm in Knowledge Organization Systems. Knowledge Organization, 40, 4. 2013.

Beghtol, C., A proposed ethical warrant for global knowledge representation and organization systems 2002, Journal of Documentation, 58(5) :507-532, 2002.

Bowker G.C., Star S. L., Sorting Things Out : Classification and Its Consequences, Cambridge, 1999.

Brentano, F. Auguste Comte et la philosophie positive. Traduction de Denis Fisette et Hamid Taieb, p. 257-284, openedition, 2014 (https://doi.org/10.4000/cps.1061).

Casenave, J., Mustafa El Hadi, W. « Developments in Ethics of Knowledge Organization : From Critical Approaches to Classifications to Controlled Digital Communication Practices ». In D. Haynes, J. Vernau (eds.). Actes du colloque The Human Position in an Artificial World : Creativity, Ethics and AI in Knowledge Organization p. 114–127. Ergon Verlag, Baden-Baden, 2019.

Couzinet, V., Mustafa El Hadi, W., Papy, F. « De quelques théoriciens et quelques praticiens de l’information-documentation ». Les Cahiers du Numérique, Volume 17, 2020/1, ISSN est 1622-1494, 2020.

Dousa, T. M. Library Classification, Part 1 : introduction and premodern classification. In Hjorland, B. and Gnoli, C. (eds), ISKO Encyclopedia of Knowledge Organization, 2018.

Ellis, D. Vasconcelos, A. Ranganathan and the Net : Using facet analysis to search and organize the World Wide Web, Aslib Proceedings ; Jan 1999 ; 51, 1 ; ProQuest Central pg. 3

Favier, L., Mustafa El Hadi, W. « L’interopérabilité des systèmes d’organisation des connaissances : une nouvelle conception de l’universalité du savoir ? ». In : Recherches ouvertes sur le numérique. Editions Hermès « Traité des sciences et techniques de l’information » p. 23-38, 2013.

Fayet-Scribe, S. Suzanne Briet, héritière d’une généalogie de pionniers francophones. In Mustafa El Hadi, W. (2018) Fondements épistémologiques et théoriques de la science de l’information-documentation : hommage aux pionniers francophones, p. 22-39, publication ISTE, 2018.

Fox, M. J « Priorities of Arrangement” or a “Hierarchy of Oppressions ?” : Perspectives on Intersectionality in Knowledge Organization. Knowledge Organization, 43(5), p. 373–383, 2016.

Gnoli, C. Introduction to Knowledge Organization, Fact, London, 2020.

Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. (1re éd. 1979) et présentation par J. Bazin et A. Bensa, Paris, Éd. de Minuit, 1986 (titre original : The domestication of the savage mind, recueil de textes partiellement extraits de diverses revues et publications, 1973-1977).

Hudon, M., Mustafa El Hadi, W.,(dir.), « Organisation des connaissances : épistémologie, approches théoriques et méthodologiques », Études de communication, vol. 39, 2012.

Hudon, M., Mustafa El Hadi, W., (dir). « La classification à facettes revisitée, De la théorie à la pratique ». Les Cahiers du numérique,N° 1 Hermès-Lavoisier, Paris, 2017.

La Barre K. « The heritage of early FC in document reference retrieval systems, 1920-1969 », vol. 23, p. 129-149, Library History, U.K. 2007.

Maniez J., « Actualité des langages documentaires : fondements théoriques de la recherche d’information » ADBS, Paris, 2002.

Maniez, J., Des classifications aux thésaurus : du bon usage des facettes. Documentaliste – 36, 4-5, p. 249-262, Sciences de l’information, 1999.

Mustafa El Hadi, W., Hudon, M. dir « Organisation des connaissances et web 2.0. » Numéro thématique des Cahiers du Numérique, LCN, vol. 6 N° 3/2010, Hermès-Lavoisier, Paris, 2010.

Mustafa El Hadi, W. « Diversité culturelle et linguistique et dimension éthique dans l’organisation des connaissances », in Isabelle Fabre, Cécile Gardiès, Patrick Fraysse, Viviane Couzinet, Sur les sciences de l’information et de la communication. Contributions hybrides autours des travaux de Viviane Couzinet, Collection : IDC Information Documentation Communication, p. 411-426, 2017.

Mustafa El Hadi, W. (2018a) Fondements épistémologiques et théoriques de la science de l’information-documentation : hommage aux pionniers francophones, actes du 11e Colloque International organisé conjointement par le Chapitre Français de l’ISKO, le laboratoire GERiiCO - Université de Lille (SHS), la Division des sociétés du savoir de l’UNESCO et le CURAPP - Université de Picardie Jules Verne, à Paris, siège de l’UNESCO, les 11 et 12 juillet 2017, publication ISTE.

Mustafa El Hadi, W (2018b). « Documentation and Information Science : On Some Forgotten Origins of the French Contribution », Zagadnienia Informacji Naukowej. Studia Informacyjnen (ZIN), 56(1), p. 7–20.

Mustafa El Hadi, W. « Cultural Frames of Ethics, a Challenge for Information and Knowledge,Organization. » Zagadnienia Informacji Naukowej. Studia Informacyjnen (ZIN), 57(2), p. 23–39. 2019.

Mustafa El Hadi, W, « Ethique de l’information », Dictionnaire du numérique, in Cauli M., Favier L., Jeannas J.-Y. (dir.) (à paraître 2021) Dictionnaire du numérique, 371 pages. ISTE éditions

Palermiti, R., « Vers des précurseurs : Robert Pages, Éric De Grolier, Jean-Claude ...Théories et Pratiques scientifiques » (TPS) de la SFSIC, le 3 mars 2000.

Sarada Ranganathan, Endowment for Library Science. « Knowledge Organization : from Libraries to the Web », dossier thématique de SRELS Journal of Information Management, vol. 50, No. 6 December 2013, ISSN : 0972-2467.

Smiraglia, R.P. (2013). Prolegomena to a New Order : A Domain-Analytical Review of the Influence of S.R. Ranganathan on Knowledge Organization. Knowledge Organization from Libraries to the Web, in Journal of Information Management, SRELS (Sarada Ranganathan Endowment for Library Science), Bangalore, vol. 50, n° 6, p. 709-719, December 2013.

Tennis, J. T., « Epistemology, Theory, and Methodology in Knowledge Organization  : Toward a Classification, Metatheory, and Research Framework  », Knowledge Organization, vol.  35, n°  2/3, p.  102-112. (2008) DOI : 10.5771/0943-7444-2008-2-3-102

Timimi, I., « Indexation, Référencement ». In Cauli M., Favier L., Jeannas J.-Y. (dir.) (à paraître 2021), Dictionnaire du numérique, 371 pages. ISTE éditions.

Haut de page

Notes

1 http://www.isko-france.asso.fr

2 https://www.isko.org

3 https://www.isko.org/cyclo

4 Ces outils et ces méthodes que l’on nomme aussi « technologies de l’intelligence », d’après Pierre Lévy (1999). Les technologies intellectuelles sont des artefacts techniques qui donnent accès à des systèmes de représentation et de traitement de l’information et des connaissances. Ces outils ne sont pas nécessairement des objets matériels ou techniques (outils cognitifs) ex. le langage, outil cognitif de nature symbolique, ce sont les outils de production, de mémorisation, et de circulation du savoir. Le langage et l’écriture sont les premières formes de technologies intellectuelles.

5 Pour cela, on peut partir du tableau chronologique et de la synthèse en accès sur l’Internet : Chronologie des supports, des dispositifs spatiaux, des outils de repérage de l’information de la préhistoire à nos jours, dans « Le savoir et ses outils d’accès : repères historiques », Solaris, Les cahiers du Groupe Interuniversitaire de Recherche en Sciences de l’information (GIRSIC), n° 4, 1997. http://biblio-fr.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris/d04/4fayet--0-intro.htlm. Le tableau ayant été édité en 1997, il y a plus de 20 ans, demanderait une mise à jour historique.

6 Gabriel Naudé (1600-1653) était un bibliothécaire et un érudit français. Il est l’héritier de l’humanisme de la Renaissance et un précurseur de Bayle et Fontenelle qui marquent la transition vers la période classique. Naudé était un écrivain prolifique qui a produit des ouvrages sur de nombreux sujets, notamment la politique, la religion, l’histoire et le surnaturel. Il a écrit un ouvrage influent sur la bibliothéconomie quand il a publié en 1627 son livre Advis. Plus tard, il a pu mettre en pratique toutes les idées qu’il avait présentées dans son Advis lorsqu’il a eu l’occasion de construire et, plus tard, de diriger la bibliothèque du cardinal du Cardinal Jules Mazarin qui était à l’époque le Premier Ministre du royaume.

7 Auguste Comte est connu pour avoir fondé le courant philosophique du positivisme, courant intrinsèquement lié à ses travaux tels que la loi des trois états ou la classification des sciences.

8 8 Galica BnF. https://gallica.bnf.fr/essentiels/bayle/dictionnaire-historique-critique

9 Le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle est la réalisation suprême de l’un des hommes de lettres les plus éminents du XVIIe siècle. Vivant aux Pays Bas où il avait trouvé refuge suite à sa conversion suivie de rétractation du Protestantisme au Catholicisme (sa motivation n’était due qu’à un accès à l’éducation de la part d’un jeune homme pauvre) Bayle a animé le débat intellectuel en Europe grâce à son travail d’éditeur, d’auteur et de correspondant prolifique. Conçu à l’origine comme une réponse aux erreurs du Grand dictionnaire historique de Louis Moréri, son Dictionnaire historique et critique est devenu un ouvrage exemplaire de méthodologie critique. L’auteur a minutieusement compilé, comparé, questionné, cherchant un degré de certitude historique, aussi minime soit-il. Le Dictionnaire de Bayle a été qualifié d’"arsenal des Lumières", pillé et réédité tout au long du XVIIIe siècle par les croyants comme par les sceptiques, qui trouvaient dans les notes de l’ouvrage de quoi alimenter leur argumentation philosophique, Galica BnF.

https://gallica.bnf.fr/essentiels/bayle/dictionnaire-historique-critique et Wikipédia

10 10 Le Dictionnaire historique et critique, Bayle, 1697, ouvrage unique en son genre, il repose sur une méthode rigoureuse dans l’établissement des faits par la critique des sources et sur un questionnement perpétuel, d’une insolence ingénue, à l’égard de toutes les idées reçues en philosophie et en théologie. Bayle veut combler les lacunes des dictionnaires antérieurs et se donne pour mission de tout remettre en question, passant en revue tous les problèmes de morale, de théologie et d’exégèse, canalisant toute la libre pensée des siècles précédents. Il use de la forme biographique et de la disposition alphabétique du dictionnaire pour ouvrir l’espace intellectuel d’une encyclopédie, confondue avec le mouvement historique de la pensée. On y trouve un souci constant d’objectivité et de tolérance et un plaidoyer passionné pour « les droits sacrés de la conscience ». Cette œuvre connaît un énorme succès avec au moins dix éditions avant 1760. Voltaire y a beaucoup puisé, le lisant la plume à la main (Source, Galica BnF. https://gallica.bnf.fr/essentiels/bayle/dictionnaire-historique-critique).

11 Note Maison Auguste Comte, Biographie [en ligne] disponible sur : http://augustecomte.org/auguste-comte/biographie.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Une liste de synonymes sur une tablette de la bibliothèque d’Assurbanipal
Crédits British Museum
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/6513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Gabriel Naudé
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/6513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Le discours préliminaire des éditeurs de l’Encyclopédie
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/6513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/6513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Widad Mustafa El Hadi et Ismaïl Timimi, « Organisation des connaissances : approche historique et critique des classifications des savoirs »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome X - n°2 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/hrc/6513 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.6513

Haut de page

Auteurs

Widad Mustafa El Hadi

Professeure des universités en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille 3, au Département SID. widad.mustafa@univ-lille.fr

Ismaïl Timimi

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille, Labo. GERiiCO, UFR DECCID, ismail.timimi@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search