Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome XII n°1I. La mission de sauvegarde et de...La mission de sauvegarde et de mi...

I. La mission de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC)

La mission de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC)

The mission to safeguard and promote contemporary scientific and technical heritage (PATSTEC)
Anne-Sophie Rozay, Catherine Cuenca, Yves Thomas, Daniel Thoulouze, Catherine Ballé, Valérie Joyaux, Maud Nimeskern, Marie-Laure Baudement, Serge Chambaud, Christian Amatore et Pascale Heurtel

Résumés

Un projet de sauvegarde et de valorisation du patrimoine scientifique et technique universitaire contemporain a démarré à Nantes en 1996 sous la direction de Catherine Cuenca, conservatrice générale du patrimoine. En 1999, ce projet s’est ensuite étendu à la région des Pays-de-la-Loire. Une sauvegarde immatérielle s’est alors développée avec l’aide des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) sous l’impulsion de Yves Thomas, automaticien : plusieurs CD-Rom puis DVD-Rom d’histoires de vie de chercheurs, d’histoires de laboratoires et un site Web incluant une base de données d’objets scientifiques et techniques. Ces travaux appréciés par un conseil scientifique international et publiés en étroite collaboration avec Catherine Ballé, sociologue, intéressent les représentants des ministères de la recherche et de la culture, qui suscitent la création d’une mission nationale que Daniel Thoulouze, physicien, directeur de recherche au CNRS et du Musée des arts et métiers au Conservatoire national des arts et métiers de 2001 à 2007, pilote et développe avec Catherine Cuenca. Nous revenons, à travers des entretiens avec quatre pionniers, sur les origines et le développement de la mission devenue PATSTEC en 2006.

Haut de page

Texte intégral

Préface de Pascale Heurtel

1Construire le patrimoine de la recherche, une évidence.

2Préserver pour l’avenir le patrimoine matériel et immatériel de la recherche, l’idée semble simple et naturelle. Comme pour toutes productions du génie humain, c’est une obligation que de laisser aux générations futures suffisamment pour comprendre notre époque ; la science en est un rouage essentiel. Pourtant, à l’heure où « les communs » ne portaient pas encore leur nom et où les universités gagnaient leur autonomie, il a fallu la détermination d’une femme, Catherine Cuenca, pour proposer à la fois une méthodologie et un réseau afin d’en organiser la collecte, la description, la promotion PATSTEC était né, porté sur les fonts baptismaux par l’université de Nantes et rapidement a essaimé à travers la mobilisation de partenaires dans tout le territoire. Puisqu’il s’agissait de patrimoine scientifique et technique, le pilotage de la mission était confié au CNAM et à son musée des arts et métiers. 20 ans après, la mission est vivante, active, bien implantée, et ce numéro de la revue d’Histoire de la recherche contemporaine du CNRS lui est consacré.

3Que ce soit l’occasion de se réjouir du chemin parcouru, de dresser un bilan sincère de ce qui a été accompli, de réfléchir aux enjeux et aux perspectives de son développement ; que ce soit l’occasion aussi de saluer le travail à la fois de Titan et de fourmi accompli par Catherine Cuenca depuis deux décennies, infatigable ambassadrice au service du patrimoine scientifique de la recherche. Tous les membres du réseau PATSTEC et tous ceux qui ont cru et croient encore en l’importance de la transmission de ce patrimoine savent ce qu’ils lui doivent. Nous la remercions ici. Mais PATSTEC n’est pas une œuvre solitaire et l’une des forces de ce réseau est sa capacité à se mobiliser collectivement, comme cela a été le cas pour construire le sommaire de ce dossier. Merci à tous les contributeurs, mais aussi au comité éditorial, Marie-Laure Baudement, Yves Thomas, Daniel Thoulouze, Dominique Poulot, Catherine Ballé et tout particulièrement à la coordinatrice de ce travail d’équipe, Anne-Sophie Rozay.

1. La mission nationale de sauvegarde et de valorisation du patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC), origine et développement

4Le projet de sauvegarde et de valorisation du patrimoine scientifique et technique universitaire contemporain a démarré à Nantes en 1996 sous la direction de Catherine Cuenca, conservatrice générale du patrimoine. En 1999, il s’est ensuite étendu à la région des Pays-de-la-Loire. Une sauvegarde immatérielle s’est alors développée avec l’aide des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) sous l’impulsion de Yves Thomas, automaticien : plusieurs CD-Rom puis DVD-Rom récits de vie de chercheurs, d’histoires de laboratoires et un site Web incluant une base de données d’objets scientifiques et techniques. Ces travaux évalués par un conseil scientifique international et publiés en étroite collaboration avec Catherine Ballé, sociologue, intéressent les représentants des ministères de la recherche et de la culture, qui suscitent la création d’une mission nationale que Daniel Thoulouze, physicien, directeur de recherche au CNRS et du musée des arts et métiers au Conservatoire national des arts et métiers de 2001 à 2007, pilote et développe avec Catherine Cuenca.

5Nous revenons, à travers quatre entretiens avec les pionniers, sur les origines et le développement de la mission devenue PATSTEC en 2006.

Une mission régionale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique : regards croisés de Catherine Cuenca et Yves Thomas

Entretien avec Catherine Cuenca

Catherine Cuenca, vous avez initié une démarche patrimoniale sur l’instrumentation scientifique du XXe siècle, d’où vient votre intérêt pour l’instrument scientifique ?

  • 1 Catherine Cuenca a été directrice du Muséum d’histoire naturelle de Nantes de 1989 à 1996, après en (...)

J’ai été sensibilisée aux instruments scientifiques déjà lorsque j’étais directrice du Muséum d’histoire naturelle de Nantes1. Nous travaillions à l’époque sur la rénovation du Muséum. Lors de l’écriture du synopsis général du projet, l’équipe scientifique du Muséum a réfléchi à la façon d’évoquer ce que l’on appelle « la démarche scientifique ». C’est en souhaitant cette mise en valeur auprès des publics que l’instrument avait toute sa place dans le discours proposé.

Quand je suis partie du Muséum d’histoire naturelle de Nantes, en juillet de l’année 1996, j’ai bénéficié d’une mise à disposition par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche auprès du président de l’université de Nantes, comme chargée de missions, avec pour mission de sauvegarder et de valoriser le patrimoine de l’université. Et c’est alors que j’ai constaté que beaucoup d’instruments scientifiques récents étaient mis de côté, au sein des laboratoires universitaires : parfois ils étaient démontés pour que certaines pièces puissent resservir à de nouveaux travaux scientifiques, mais le plus souvent, ils étaient conservés intacts dans une vitrine ou un placard dans le laboratoire.

  • 2 Catherine Cuenca-Boulat, « Nantes, le patrimoine universitaire, repérages, bilan et perspectives, m (...)

Par ailleurs, la pratique scientifique et les sciences et technologies ont connu, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, de nombreux bouleversements, ce qui a laissé un volume d’instruments qui m’a interrogée. Peu à peu l’idée de les sauvegarder m’est apparue essentielle, après une enquête commencée à l’université de Nantes (1996), qui donna lieu à un premier rapport d’étude présenté au président de l’université et au ministère de l’Enseignement supérieur2. Cette démarche a ensuite été développée à l’échelle des établissements d’enseignement supérieur et de la recherche de la région des Pays-de-la-Loire (en 1999), après accord du ministère de l’Enseignement supérieur et du président de l’université de Nantes, et avec les encouragements du délégué régional à la recherche et à la technologie de l’époque, Yves Thomas.

Quelles étaient alors vos objectifs ?

L’idée était de recenser, inventorier et valoriser le matériel scientifique et technique instrumental récent, « futur » patrimoine scientifique et technique, matériel et immatériel produit majoritairement après la Seconde Guerre mondiale et qui disparaissait souvent des laboratoires au profit d’un matériel plus récent. Sauvegarder les instruments scientifiques et techniques, mais aussi les savoir-faire, les documents associés, les témoignages qui racontent une partie de la recherche scientifique contemporaine.

Comment se concrétise cette phase de sauvegarde ?

La sauvegarde des instruments scientifiques et techniques, telle que nous l’évoquons, se situe en amont de l’inventaire et de la conservation, et bien entendu de la patrimonialisation. Sur le terrain, les critères de choix vont prendre en compte l’intérêt scientifique et l’histoire de celui-ci en y associant tous les éléments documentaires pouvant apporter des informations utiles à sa description et connaissance. À terme, ils sont susceptibles de devenir ou pas du patrimoine. Ces objets sont encore à ce stade du « matériel d’étude » ou des « collections d’étude » dans la terminologie technique du patrimoine.

Figure 1 - Le professeur Grolleau

Figure 1 - Le professeur Grolleau

Le professeur Grolleau effectuant un premier tri à L'IUT en Pays-de-la-Loire

©Catherine Cuenca

Dans cette aventure, nous sommes face à une masse d’objets importante, d’où l’intérêt de solliciter l’avis des scientifiques qui les ont utilisés et celui d’un comité de pilotage et d’un comité scientifique à propos des thématiques liées à des corpus d’objets développés plus couramment voire essentiellement au cours de cette période contemporaine des 60-70 dernières années. Je pense aux spectrographes, aux chromatographes, aux ordinateurs, aux lasers, aux instruments de l’imagerie médicale, de la robotique…

  • 3 « Le projet scientifique culturel […] est un document qui définit les grandes orientations et les s (...)

En ce qui concerne le tri, il est empirique mais il serait intéressant que chaque région rédige une sorte de modeste PSC3 basé sur des thématiques directrices de recherches régionales, et sur la nature des objets collectés l’idée étant, autant que possible, de croiser des critères d’intérêt national à l’intérêt régional.

Malgré tout aura-t-on gardé le bon corpus ? Il vaut mieux sélectionner de façon un peu plus large et faire une deuxième voire une troisième sélection avant de définir un corpus définitif. Une opportunité nous est fournie de collecter un futur patrimoine in vivo, tenu jusque-là pour peu intéressant par nos prédécesseurs.

D’un point de vue méthodologique, la mission de sauvegarde concerne à la fois le patrimoine matériel et immatériel, quel est votre point de vue concernant celle des savoir-faire ?

La question de la sauvegarde des savoir-faire est complexe. Une collecte d’archives orales, avec la réalisation de vidéos, montrant l’usage et le fonctionnement d’un objet, les travaux d’un laboratoire et de son équipe, reste une des manières de sauvegarder ces savoir-faire.

L’émergence des nouvelles technologies de l’information et de la communication, d’une part, la disponibilité de supports multimédia dans les années 1990 d’autre part, ont contribué à la réflexion sur cette sauvegarde du patrimoine immatériel. Dès les origines du projet, le parti pris a été d’exploiter ces technologies pour apporter des contenus multimédias aux fiches d’inventaire réalisées sur les instruments. L’Institut de l’homme et de la technologie (IHT) au sein du GIP Atlantech à Nantes possédait une expertise de modalités d’interviews transférables à du multimédia. Sous la coordination de Yves Thomas, qui avait déjà expérimenté ces techniques à propos d’autres sujets à l’IHT, ces méthodes ont pu être adaptées au cas du patrimoine et du projet régional. Nous avons en Pays de Loire par exemple, réalisé des histoires de parcours de chercheurs, des histoires de laboratoire, des histoires d’objets : Yves Thomas vous décrira cette approche, disponible sur le site www.PATSTEC.fr. Vous constaterez que de nombreux membres du réseau ont également élaboré ensuite des histoires multimédia.

Est-ce que les corpus constitués peuvent être considérés comme des sources d’un point de vue de l’histoire des techniques ?

Oui, à terme, ces corpus constituent des supports de connaissances dont les historiens pourront s’emparer. Les sources écrites seront sans doute plus rares pour les chercheurs de demain - je pense notamment aux correspondances, aux documents intermédiaires - mais nous collaborons avec des bibliothèques universitaires qui ont vocation à traiter de tels matériaux.

Donc l’étude approfondie des corpus matériels constitués par les partenaires de la mission nationale pourra sans aucun doute devenir des données à exploiter.

Lorsque notre projet de sauvegarde du patrimoine instrumental a débuté, les choses n’étaient pas simples. Ce sujet n’emportait pas l’adhésion unanime des historiens et des professionnels du patrimoine et du monde universitaire.

Nous avions heureusement le soutien de Robert Halleux, professeur et historien des sciences et des techniques et ancien directeur du Centre d’histoire des sciences et des techniques de l’université de Liège (CHST). Il avait lui-même, dès 1997, commencé une collecte de ces objets récents et des archives, ce qui nous a souvent servi d’exemple dans la démarche de sauvegarde des objets des cinquante dernières années. Et depuis cette date, j’ai eu la chance de pouvoir échanger régulièrement avec lui sur ces sujets. Il était également membre de notre conseil scientifique et a participé de façon régulière à toutes nos journées d’études aux niveaux régional, national et international. Il nous a permis de développer un réseau en Belgique sur ce sujet du patrimoine scientifique et technique contemporain à Liège mais aussi à Namur. Son rôle sera important au moment où le CNAM Lorraine portera une mission avec la Grande Région (ceci avant la Loi NOTRe).

Figure. 2 - Robert Halleux

Figure. 2 - Robert Halleux

Robert Halleux, colloque de la mission nationale PATSTEC, CNAM, Paris, 2010.

©Catherine Cuenca

De même Catherine Ballé, sociologue, directrice de recherche honoraire du CNRS au fil de ces années suivi assidument et avec confiance le programme, nous apportant régulièrement des conseils avisés et ainsi a joué un rôle déterminant.

Figure 3. Catherine Ballé

Figure 3. Catherine Ballé

Catherine Ballé lors des ateliers nationaux, Paris, Musée des arts et métiers

©Catherine Cuenca

Dominique Poulot, professeur d’histoire à Paris1 Sorbonne et spécialiste de l’histoire des musées, également membre du conseil scientifique, participera aux nombreux colloques et suivra le projet national régulièrement.

Figure.4 - Dominique Poulot

Figure.4 - Dominique Poulot

Dominique Poulot, président du séminaire « Cabinet de curiosités du XXIe siècle : passé et avenir des cabinets de curiosités », Paris, 2016.

©Catherine Cuenca

La démarche de sauvegarde patrimoniale est liée à une sorte d’injonction - souvent de la part des institutions universitaires - à mettre en place des opérations de valorisation du patrimoine. « Valoriser » des collections en voie de patrimonialisation, quel sens cela a pour vous ?

Collecter un objet, c’est lui porter un intérêt scientifique dans le contexte de sa vie dans un laboratoire, dans notre cas, mais il ne devient pas toujours « patrimoine ». Il peut devenir objet du patrimoine, une fois documenté, si son intérêt scientifique ou historique le détermine comme étant rare ou parce qu’il apporte de par son originalité technologique, et son utilisation dans la recherche cet intérêt scientifique.

À terme, l’objectif de la mission est de construire un corpus qui raconte une histoire de la recherche nationale, des histoires de recherches régionales, des histoires d’institutions. C’est ainsi que nous pouvons faire connaître une partie de la recherche contemporaine et faire en sorte qu’on se l’approprie. À travers ces histoires, les objets sont support d’informations et doivent être valorisés.

La valorisation auprès des publics passe souvent par des expositions. Est-ce que vous pensez que ces instruments sont porteurs d’une valeur esthétique ?

J’en suis persuadée, même si l’esthétique est probablement subjective et même s’il est peut-être trop tôt pour considérer que certains objets sont « beaux » quand on parle de la période contemporaine. Notons cependant que, ces dernières années, de nombreuses expositions réunissaient science et art, et utilisaient des objets techniques de la vie quotidienne. À Nantes, plusieurs artistes ont travaillé sur cette période. Je pense notamment à un artiste qui, à partir d’une collection de téléphones portables, en a fait des tableaux extraordinaires, mais il y a aujourd’hui d’autres exemples. En matière d’art contemporain, les instruments scientifiques, les objets techniques sont un matériau qui incite à la création.

De manière générale, notamment pour les objets des années 1950-1960, le design est tout à fait original et profite d’un regain d’intérêt comme pour les arts décoratifs des années 1920-1930. En revanche, les objets instrumentaux contemporains sont un peu plus difficiles à comprendre, car ce sont souvent des « boîtes noires », des objets avec des matériaux nouveaux et « froids », par exemple avec de l’aluminium, du fer, des composants électroniques et mécaniques.

  • 4 Catalogue de lexposition « Prototypes, de l’expérimentation à l’innovation », Paris, CNAM, 2020.

D’autres instruments scientifiques ont été valorisés lors de l’exposition « Prototypes de l’expérimentation à l’innovation », créée au Musée des arts et métiers au CNAM en mars 2020. Fruit d’une collaboration entre tous les chefs de projets du réseau de la mission nationale, cette manifestation présenta des objets sélectionnés autour d’une thématique transversale. Elle montrait la démarche et les échanges au sein d’une équipe scientifique dans un laboratoire pour créer de nouveaux instruments ou de nouveaux appareils, ceci à des fins d’innovations adaptées à ces travaux de la recherche. Parfois, un prototype de laboratoire peut aboutir à la création de prototypes industriels4.

L’une des innovations du projet a été de s’approprier des outils numériques : de créer une base de données et un site multimédia, incluant des vidéos et exploitant Internet. Aujourd’hui de nombreux projets de numérisation du patrimoine émergent. Quel est votre point de vue à ce sujet ?

La numérisation des objets sert à sauvegarder des éléments variés pour en faire une base de connaissances pour l’avenir. Cette démarche permet, par des méthodes points par points ou en utilisant le 3D, de produire des bases de données sur l’objet, soit en partant de l’artefact lui-même, soit en partant de documents et en réinventant l’objet.

  • 5 Par exemple, le projet RESEED : Retro-conception sémantique d'objets patrimoniaux digitaux soutenu (...)

La numérisation est un outil extraordinaire pour emmagasiner et exploiter des éléments de connaissances. Ces données peuvent ensuite faire l’objet de réingénierie. Des équipes de recherche5 travaillent sur ces aspects. Ces nouveaux outils permettent de garder une trace d’un instrument ou d’un équipement scientifique important en taille ou qui risque d’être détruit. Mais malgré la richesse de cette perspective, ce sont des outils qui doivent rester complémentaires des sources primaires de connaissance.

Aux débuts de la numérisation à des fins de valorisation, l’idée d’un musée virtuel a été très en vogue. Je pense qu’il faut être nuancé. Les diverses expériences, notamment avec les enfants, montre que l’objet physique reste ce qu’il y a de mieux pour expérimenter. La preuve en est que l’on continue de fabriquer des maquettes. Les outils numériques ne remplacent pas l’expérimentation concrète et l’objet réel pour le monde du patrimoine, mais ils deviennent des éléments de valorisation apportant des connaissances complémentaires à des objets parfois peu lisibles, grâce à des simulations ou un placement en « espace » numérique adapté.

Figure 5 - Yves Thomas

Figure 5 - Yves Thomas

Yves Thomas, Catherine Cuenca et Jim Lengle, université de Nantes, au moment de la finalisation du site web (2002-2003).

©Catherine Cuenca

Entretien avec Yves Thomas

Yves Thomas, merci d’avoir accepté cet entretien. Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Après des études classiques de sciences à l’université de Rennes puis à celle de Nantes renaissante dans l’École nationale supérieure de mécanique (ENSM), j’ai choisi le laboratoire d’automatique en démarrage à l’ENSM. A cette époque, l’enseignement supérieur et la recherche n’étaient pas très attrayants pour les jeunes qui avaient beaucoup de choix mieux rémunérés dans les nombreuses entreprises en développement. Après quatre années d’enseignant-chercheur, j’ai passé une année universitaire en détachement CNRS aux États-Unis à l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA) en qualité de jeune chercheur invité NATO/Fulbright. J’ai ensuite obtenu un doctorat d’État en automatique au sein du laboratoire nantais qui s’est rapidement développé. Immédiatement après, j’ai été nommé maître de conférences (dénomination de l’époque) et chef du département génie électrique à l’IUT (Institut universitaire de technologie) de Nantes, établissement qui avait été créé trois ans auparavant sur le site de l’ENSM. La création des IUT en France a été une chance extraordinaire pour les jeunes enseignants-chercheurs de ma génération. De nombreux postes ont été créés dans ce système très novateur. Puis six ou sept ans plus tard, j’ai été nommé directeur de cet IUT (1978). Après ce premier poste de direction, j’ai bizarrement continué à assurer des postes de direction auprès de différents organismes et établissements régionaux et nationaux. Avec l’aide du Conseil régional des Pays-de-la-Loire, nous avons créé une école d’ingénieurs en systèmes électroniques, puis en informatique, puis un Institut de l’homme et de la technologie (devenu aujourd’hui un service de Polytech Nantes). Quelques années plus tard, j’ai dirigé un GIP (Groupement d’intérêt public) qui réunissait tous les établissements d’enseignement supérieur de la région des Pays-de-la-Loire. Ce GIP a entre autres porté le projet initial pré-PATSTEC.

Après cette fonction, fortement incité par des collègues de Grenoble, chargés de mission au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, j’ai finalement accepté le poste de DRRT (Délégué régional de la recherche et la technologie) des Pays-de-la-Loire. Après le fort développement à Nantes, St Nazaire, La Roche-sur-Yon, Angers, Le Mans et Laval des formations supérieures, il fallait s’efforcer de « rattraper » le retard de la recherche. J’ai ensuite été directeur de la valorisation de la recherche auprès du président de l’université de Nantes, période au cours de laquelle nous avons notamment initié une société filiale de valorisation de la recherche (Capacités SAS) puis un groupement d’intérêt public (GIP) hébergeant un cyclotron de haute énergie dédié à la médecine nucléaire. Je suis, aujourd’hui encore, associé à la direction de ce GIP Arronax (accélérateur pour la recherche en radiochimie et oncologie à Nantes Atlantique).

Comment a eu lieu votre rencontre avec le Patrimoine ?

C’est une rencontre avec Catherine Cuenca à ce moment-là, j’étais DRRT (1996-2003). De son côté, elle avait commencé un travail de sauvegarde à l’université de Nantes, en médecine. Nantes a perdu son université en 1791 mais a ensuite conservé une école hospitalière, puis une école de médecine. Des enseignants, des médecins avaient mis en place quelques réserves très limitées en nombre d’instruments. Catherine s’est intéressée à ces collections en y intégrant la notion de contemporain.

A partir des années 1970, les instruments de laboratoire, les techniques et procédés se sont multipliés. Une véritable révolution ! Je l’ai vécue personnellement dans les laboratoires où il y a eu beaucoup d’innovations de rupture. Les instruments de recherche avaient tendance à être écartés ou jetés au fur et à mesure de leurs obsolescences.

Je dois admettre, qu’au début, la sauvegarde des instruments n’était pas ma préoccupation principale ! J’étais davantage tourné vers l’avenir que vers le passé. Cependant, lorsque Catherine Cuenca m’a parlé de son projet régional de sauvegarde des instruments scientifiques contemporains, elle a su me convaincre. J’ai décidé, en tant que DRRT, de l’aider à monter le financement de son projet. Cependant très vite, je lui ai dit, je m’en souviens très bien : « ça ne va pas être passionnant de faire des fiches d’inventaires ! Ces instruments et procédés pourraient être associés à une sauvegarde immatérielle impliquant les chercheurs qui les ont utilisés ». Rapidement, l’idée d’inclure des témoignages est ainsi venue. A l’époque, je venais de participer à un projet d’édition de Cd-Roms à l’Institut de l’homme et de la technologie. Ce projet, réalisé avec l’AGEFIPH, contenait des entretiens avec des personnes handicapées en phase de réinsertion dans le travail et plus généralement dans la vie normale. L’idée de décliner un tel modèle d’entretiens aux chercheurs semblait être une bonne piste.

Donc toute la partie multimédia se développe suite à cette expérience ?

Oui, mais pas seulement sur la base de cette expérience. J’avais vécu la longue histoire des semi-conducteurs et j’étais conscient de l’incidence de la miniaturisation galopante des circuits intégrés (la loi de Moore) et de l’avènement potentiel des systèmes multiprocesseurs. D’autre part, au début des années 1980, j’étais l’un des directeurs d’IUT qui avaient mis en place un « réseau internet » privé à base de minitels. Enfin, à l’école d’ingénieurs que je dirigeais ensuite, nous avions inauguré les réseaux de « stations de travail » et les logiciels libres associés.

  • 6 Les « Collections d’objets » sont une rubrique du site internet où les objets sont rassemblés par t (...)

L’activité multimédia a été installée dans l’IHT (Institut de l’homme et de la technologie6) vers 1993. On avait fait venir le professeur Roger C. Schank qui travaillait aux USA sur le multimédia depuis plusieurs années. Il nous a aidés avec Francis Brucelle sur la manière de faire, de concevoir, de réaliser. Une équipe collaborative s’est mise en place à l’IHT. J’ai pris le rôle de « réalisateur ». Nos discussions aboutissaient à des réalisations intéressantes, à condition que les chercheurs-acteurs eux-mêmes soient très volontaires.

Suite à cela, avec Catherine Cuenca, nous avons décidé de faire des « Parcours de recherche ». D’autres idées ont été concrétisées assez rapidement mais quelquefois difficilement en cette période de mutations technologiques et de financements limités : la mise en place d’un site Web, des rubriques associées aux fiches d’inventaire comme par exemple les « collections d’objets », des « expositions virtuelles », des vidéos courtes, un glossaire, des histoires de laboratoire, des histoires d’industries.

Vous mentionniez les fiches d’inventaires, avez-vous travaillé à la rédaction de fiches ?

Oui, pour le cadrage de la description des objets. Avant 2000, il n’y avait pas Wikipédia, mais on voyait venir ce type de possibilité, avec la dérive potentielle de la description encyclopédique. Je pensais que ce n’était pas la peine d’expliquer en détails et en longueur ce qu’est un objet, car on pouvait et on pourrait retrouver ailleurs des informations plus complètes. Ce qu’il fallait faire, c’était donner une explication simple, courte et précise, en y mentionnant le contexte de l’utilisation.

L’une des difficultés est de décrire ces instruments qui sont de plus en plus complexes. De par votre expérience, que préconiseriez-vous en termes de présentation : une description par « celui qui l’utilise » ou bien par celui qui l’« a utilisé » ?

Cela dépend évidemment si l’objet est encore utilisé. Plus sérieusement, il est essentiel que le descripteur soit un spécialiste scientifique et technologique et un pédagogue. Ensuite on peut y adjoindre un spécialiste des SHS pour l’alphabétisation, pour voir aussi s’il comprend la description, et si le contexte de l’utilisation de l’objet a bien été introduit. Dans ce travail, il y a heureusement souvent beaucoup de scientifiques bénévoles qu’il faut pouvoir faire travailler en équipe pour homogénéiser les résultats et engendrer un peu d’émulation.

Figure 6 - Page d’accueil du premier site web PATSTEC

Figure 6 - Page d’accueil du premier site web PATSTEC

Page d’accueil du premier site web www.PATSTEC.fr en 2004 à Nantes http://www.PATSTEC.fr

©Catherine Cuenca

Comment a été accueilli l’outil multimédia ?

Un conseil scientifique international à Nantes suivait le projet, à raison d’une séance par an. La plupart des membres étaient enthousiastes pour la sauvegarde du patrimoine contemporain. Cependant au début, il y a eu quelque perplexité sur l’environnement multimédia jusqu’à ce qu’on montre des résultats qui ne pouvaient plus être considérés comme des « gadgets ». Finalement, après deux ans, les membres du conseil ont tous été convaincus. C’est intéressant de voir qu’en cherchant à sauvegarder l’innovation, le projet fut aussi une innovation. Ce n’est pas par hasard que le projet devint plus tard national.

Quand la sauvegarde est mise en œuvre, est-ce qu’il y a aussi une sauvegarde physique des instruments ?

C’est le point très délicat, difficile à régler dans le temps. Pour les « petits » objets déclassés, on a vu des enseignants qui les sauvegardaient avant le passage de la benne, pour les mettre dans leur bureau. Ce n’est pas forcément la plus mauvaise solution, sauf qu’elle ne concerne que les petits objets. Ensuite, il y a eu recherche de lieux de stockage avec le risque de voir ces lieux périodiquement visés par une nouvelle utilisation, forcément plus urgente et plus justifiée. C’est la période des objets nomades.

Pour les objets les plus récents, c’est devenu compliqué. En effet, les équipements modernes sont de plus en plus complexes, difficiles à décrire et souvent ce sont souvent des boites noires hermétiques et peu esthétiques. C’est dramatique car peu de gens voient l’intérêt et la facilité de les sauvegarder.

Parfois, on a envie de les désosser pour voir et montrer où est l’innovation mais Catherine Cuenca, conservateur du patrimoine d’État, s’y est toujours opposée, « l’instrument perdant ainsi son intégralité et son intégrité ! »

C’est la rencontre de deux mondes entre les sciences et le patrimoine !

C’est vrai ! Mais cela dépend de ce qu’on inclut dans la définition du patrimoine, en matière d’instrument ou de procédé scientifique : l’innovation n’est pas dans la boite qui est autour ! Ce n’est pas comme une voiture dont la carrosserie, la jupe, peut être grandement innovante et esthétique. Récemment pour un ouvrage sur la cancérologie, j’ai été amené à décrire, un peu longuement, le fonctionnement des machines d’imagerie médicale, telles l’IRM (imagerie par résonance magnétique), la TEP-Scan (Tomographie à Emission de Positons), l’écho-Doppler. Ce sont des systèmes extrêmement complexes : ce ne sont plus des objets mais des systèmes constitués de plusieurs objets interconnectés. C’est chaque objet du système qui devrait être sauvegardé et conservé. Il n’est cependant pas toujours facile d’isoler chaque objet du fait de cette interconnexion.

Pour nous, la collaboration entre les deux mondes a commencé en 1999 avec le programme régional « Mémoire de l’innovation scientifique et technologique du XXe siècle ». Ce projet a pu démarrer parce qu’il fut financé grâce à des fonds européens et un financement d’É tat puisque le poste de Catherine était financé par le MESR. La région des Pays-de-la-Loire, le Conseil général de Loire Atlantique et la ville de Nantes se sont aussi impliqués. C’est ainsi que le projet a pu se développer dans de bonnes conditions avec une petite équipe dynamique.

Pouvez-vous nous parler de votre manière d’envisager « Les parcours de recherche » ?

  • 7 Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées.

Suite au projet avec l’AGEFIPH7, j’avais une petite expérience. Et puis, quand on est responsable d’établissement, l’exercice d’interviewer est fréquent. Il a fallu s’adapter, notamment dans la préparation des personnes que l’on interviewait. Je me souviens toujours du premier chercheur interviewé : il avait tout appris par cœur : la catastrophe ! On n’a rien pu tirer de cet entretien. Cela a cependant permis de modifier instantanément notre approche de l’interviewé.

La plupart du temps, nous étions évidemment face à des personnes qui avaient une bonne expérience de la recherche, qui étaient habituées à expliquer leurs projets à leurs collaborateurs, à leurs étudiants. Ils étaient capables de structurer et de vulgariser leurs réponses. Cependant, Il fallait un moment informel de préparation à cet entretien vidéo. En général, on déjeunait ensemble, on discutait très librement, très facilement, de leur parcours. On notait les points clé, on cherchait les bifurcations, les réussites, les plantages éventuels et, en fait, il suffisait de quelques notes pour voir sur quoi on allait les interroger et possiblement creuser. Il restait au dessert à les inciter à réfléchir à la conclusion qu’il pourrait nous livrer lors de l’entretien en vidéo quelques jours après.

Est-ce que vous avez rencontré des difficultés lors des interviews ?

Pas vraiment. Je ne me souviens pas de grosses difficultés. Il faut bien sûr accompagner les personnes interviewées, les aider pour qu’elles vulgarisent, qu’elles illustrent leur propos éventuellement avec des schémas, des figures. Au bout d’un moment, on le faisait assez facilement car chacun dans l’équipe savait ce qu’il avait à faire. On les réalisait assez rapidement avec un monteur qui d’ailleurs n’avait pas forcément de super logiciels par rapport à ce qu’on fait aujourd’hui mais on s’en débrouillait assez facilement. Cela a pris un peu de temps pour se roder mais la présentation de nos réalisations à notre conseil scientifique a été immédiatement très appréciée. A posteriori, il faut aussi, comme dans les films, trouver le bon acteur, le plus original, celui qui a réussi dans un domaine d’intérêt, celui dont l’expérience peut servir à d’autres.

Comment vous choisissiez les thématiques ?

Ce n’était pas immédiatement facile. Mais, c’est un avantage d’être DRRT, on a une vision globale du paysage de la recherche d’une région. Et puis, il y a aussi le bouche à oreille…

Les thématiques, ça allait un peu de soi, compte tenu de l’existence des principaux laboratoires de la région. Au début, il y a eu dix-sept parcours, ce qui représente beaucoup de travail au niveau des contenus et du choix des illustrations, car tout parcourt est lié à des objets scientifiques et techniques.

Est-ce que vous aviez envisagé d’aller sur des thématiques touchant aux sciences humaines ?

On n’avait évidemment rien contre ! Le contenu, les méthodes et les aboutissements de la recherche sont très différents d’une discipline à l’autre. Parmi les dix -sept parcours, il y a un spécialiste du droit d’auteurs, plus généralement du droit de la propriété intellectuelle, et un géographe. Il fallait cependant trouver des « SHS » acceptant de collaborer avec des « technologues ».

Comment le projet passe de l’échelle régionale à l’échelle nationale ?

  • 8 À partir de la loi 2002 des musées, les conservateurs d’état du patrimoine PSTN furent gérés égalem (...)

Des personnes du ministère étaient au courant du projet mené par Catherine Cuenca à l’université de Nantes, puisqu’ils étaient membres du conseil scientifique. Ils étaient au courant aussi parce que Catherine Cuenca, étant conservateur d’État du patrimoine, n’avait pas un statut classique : elle était rattachée au ministère de l’Enseignement supérieur, mais connaissait bien les collègues du ministère de la Culture8. Être connue dans les deux administrations a joué certainement et puis le facteur déterminant que j’ai connu plus directement, c’est la rencontre avec Daniel Thoulouze, qui me semble le mieux placé pour expliquer cette « nationalisation » du projet.

Comment avez-vous fait connaissance de Daniel Thoulouze ?

C’est l’époque pendant laquelle nous étions tous deux DRRT, lui en région Rhône-Alpes, moi en Pays-de-la-Loire. On discutait ensemble assez souvent lors des réunions au ministère de la rue Descartes. J’échangeais plus ou moins avec tous les DRRT, mais peut-être un peu plus avec lui. Un jour, dans le couloir, je lui ai montré ce que nous avions fait à Nantes. Je pense que c’était un CD-Rom d’entretien. Je crois que cela l’avait intéressé, pourtant il n’était pas vraiment « numérique » comme il le dit lui-même.

Puis, il est devenu directeur du Musée des arts et métiers. Parallèlement, le ministère s’intéressait de près aux activités de Catherine Cuenca sur notre projet régional et réfléchissait à sa pérennisation, à condition qu’il devienne national. Mais comment articuler le portage ? La logique fut le Musée des arts et métiers et la nouvelle appellation PATSTEC.

Happé par de nouvelles responsabilités, je suis cependant resté intéressé et impliqué sur certains aspects de la mission, mais assez peu finalement dans son développement territorial. J’ai plusieurs fois revu Daniel dans le cadre PATSTEC, toujours avec plaisir. À ce stade, je voudrais ajouter le rôle fondamental joué depuis le démarrage et encore aujourd’hui par Catherine Ballé : ainsi les collaborations efficaces sont possibles entre scientifiques, technologues et sociologues.

La mission nationale fête ses vingt ans, que lui souhaitez-vous ?

D’abord de poursuivre son développement grâce à des financements divers et pérennes, à des acteurs éclairés et efficaces, à des initiatives innovantes bien concertées. C’est une œuvre intéressante car elle répond à des besoins de formation scientifique et technique des jeunes mais aussi à des attentes des moins jeunes qui y retrouvent et revivent leur passé technique galopant. C’est aussi une œuvre difficile car requérant des compétences diverses et complémentaires, nécessitant de la rigueur, une démarche qualité et un pilotage à la fois vigilant et souple. La chance aujourd’hui est d’avoir dépassé la phase de faisabilité et de disposer d’une maturité numérique qui permet beaucoup d’applications innovantes et utiles.

D’un projet régional à une mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain : l’adaptation d’une méthodologie à de nouveaux enjeux.

Tout en se poursuivant à Nantes et en Pays-de-la-Loire, les compétences, les méthodes et singularité du programme de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain seront mis à disposition de la création d’une mission en 2003 au niveau national, à la demande du ministère de la Recherche et de l’enseignement supérieur et sous l’impulsion du Musée des arts et métiers à Paris dirigé alors par Daniel Thoulouze.

D’un projet régional à une mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain : l’adaptation d’une méthodologie à de nouveaux enjeux

Entretien avec Daniel Thoulouze

Figure 7 - Daniel Thoulouze

Figure 7 - Daniel Thoulouze

Daniel Thoulouze, Musée des arts et métiers, Paris vers 2006.

©Catherine Cuenca

Daniel Thoulouze, votre implication dans le projet de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique PATSTEC a été essentielle pour son développement à l’échelle nationale, puis internationale. En quoi la sauvegarde des instruments vous semble-t-elle importante ?

Les outils ont beaucoup évolué au cours des derniers siècles en fonction des besoins et de leur utilisation, en particulier dans le domaine des sciences et des techniques. Alors quand on dit science, on oublie souvent le mot technique !

  • 9 Louis Néel (1904-2000), physicien, reconnu pour ses travaux sur l’antiferromagnétisme. Il reçoit en (...)

Mon intérêt pour les techniques est né dès le début de ma carrière à Grenoble, au cours de mes travaux de thèse. Dans les années 1960, je travaillais alors sur les propriétés de la matière condensée dans des conditions extrêmes, les très basses et les ultra-basses températures. J’étais dans un laboratoire CNRS dirigé à l’époque par Louis Weil qui avait été élève de Néel9. Dans ce laboratoire, l’instrumentation tenait une place particulière. On y avait développé des idées et des expériences pour aller le plus bas possible en température. On y faisait des expériences à quelques centièmes de degré absolu. C’est à ce moment-là, je pense, que je me suis rendu compte du poids de l’instrumentation. Il était important de la développer parce qu’on abordait des domaines nouveaux. En allant plus loin dans la technique, on obtenait des résultats inédits, ce qui nous permettait de rester en tête au sein de la communauté scientifique. Si on n'a pas une instrumentation originale, si on l'achète dans des entreprises, on n'a pas d'avance sur les autres. Si on a un système standard, on fait de la recherche standard et on n'est pas au top niveau.

  • 10 Le propramme Ultimatech.

Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas creuser les idées, mais pour moi, une recherche expérimentale forte ne peut pas aller sans une instrumentation forte. D’ailleurs, j’ai appliqué cette idée lorsque j'ai été appelé à la direction du département de physique du CNRS en promouvant un programme de développement de l'instrumentation10.

2001, est aussi l’année où vous êtes nommé à la direction du Musée des arts et métiers du CNAM, pouvez-vous nous parler de cet épisode de votre carrière ?

En arrivant au Musée des arts et métiers, après la direction du CNRS, je me suis rendu compte que le musée présentait des collections d'objets qui étaient tout à fait remarquables mais qui dataient toutes du XIXᵉ siècle et du début du XXᵉ siècle et très peu de la seconde moitié du XXᵉ siècle, alors qu’une explosion de la connaissance scientifique, et technique avait eu lieu après les années 1950. Il y avait eu tout de même pas mal de prix Nobel de physique et en chimie en France récemment ! Et il n'y avait rien, pas de collection qui marquait ces domaines. C'est à ce moment-là que j’ai pensé qu’il faudrait faire quelque chose pour présenter un peu mieux l'évolution des techniques. Plus tard, avec les équipes du musée, on a réfléchi à développer une section dédiée, la « section IV » au sein des collections. On a fait une vitrine sur le magnétisme, sur la matière molle, ou encore sur la physique atomique et sur la physique nucléaire, notamment avec les chambres à fils de Georges Charpak.

Dans quelle condition avez-vous eu connaissance des travaux de Catherine Cuenca menés en Pays-de-la-Loire ?

  • 11 Revue pour l’histoire du CNRS, n°5, novembre 2001, p. 66-87.
  • 12 Programme du GIP Atlantech.

Et c'est à ce moment qu'il y a eu une réunion décisive à Orsay, en 2001, du Comité pour l'histoire du CNRS11, où j’ai échangé avec Catherine Cuenca. J’ai eu connaissance de ce qu’elle avait développé avec Yves Thomas à Nantes avec toutes ses compétences professionnelles de conservatrice. Leur travail12 était intéressant car ils avaient développé une sauvegarde du matériel des laboratoires nantais mais aussi une sauvegarde de la mémoire des ingénieurs, des techniciens et des chercheurs, ce qui était tout à fait innovant à l’époque.

Le travail qui avait été fait à Nantes allait dans le sens de mes réflexions sur les collections “manquantes” au sein du musée. Finalement, ces lacunes existaient également dans les universités où la plupart du temps, le vieux matériel disparait. Après cette réunion, nous avons discuté sur la possibilité de développer la démarche de sauvegarde à un niveau national, on s’est dit : « pourquoi pas ! »

J’ai parlé avec le chargé de mission du ministère de ce projet de créer un réseau national de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique avec les universités qui seraient intéressées.

Ensuite j'ai reçu la lettre de mission de Mme Haigneré et cette mission a été assez naturellement attribuée au musée du CNAM qui en avait toute la légitimité de par son histoire et ses missions nationales.

Dès 2002, en un an, on a mis sur pied PATSTEC. On est allé rencontrer des présidents d’université, et quelques DRRT que j’avais connus lorsque j’avais été moi-même DRRT en Rhône-Alpes. La plupart trouvait la démarche intéressante. Le premier partenariat s’est noué avec l’université de Toulouse, avec des travaux sur la microscopie électronique, puis à Grenoble sur incitation du ministère avec l’Association de sauvegarde du patrimoine informatique (ACONIT), et puis avec les universités de Montpellier, de Lille, avec Paris VI, l’Observatoire, avec l’université d’Orsay.

Est-ce que vous pouvez nous parler de l’organisation globale du réseau national ?

Le ministère nous a alloué un budget pour soutenir le réseau et les universités qui étaient partie prenante. Il s’agissait de donner les moyens nécessaires et redistribuer un maximum d'argent sans être trop centralisateur et que les universités puissent démarrer avec de réels moyens.

L’important était de diffuser dans les régions. Le Musée des arts et métiers est un musée national des sciences et des techniques et il doit donc avoir une mission de diffusion sur le territoire national, sans tout ramener à Paris.

Vous avez ensuite demandé aux partenaires de mettre en place une organisation spécifique, pouvez-vous nous parler de ce mode d’organisation ?

J'ai pris exemple sur ce qui existait notamment au CNRS, pour l’organisation des laboratoires. Il fallait traiter chaque mission un peu comme un laboratoire : il fallait trouver un responsable pour la mission qui serait conseillé par un conseil scientifique et accompagné par un comité de pilotage qui puisse se réunir une fois par an pour mettre les choses sur pied, pour aider à avancer. Il fallait que le projet soit bien identifié dans les universités…

Ainsi le réseau national a pu se développer. Vous avez également travaillé sur les profils de poste pour les chargés de mission ?

  • 13 Voir l’article fiches d’emplois types susmentionnées qui sont regroupées au sein du référentiel des (...)

Oui, cela ne concernait pas seulement la mission PATSTEC. Il s’agissait de réfléchir à la mise en place de profils de postes spécifiques à la diffusion des sciences. On a travaillé avec le Museum national d’histoire naturelle, mais aussi avec l’Institut national du patrimoine (INP) et cela a abouti à la création de deux BAP (branche d’activité professionnelle)13 spécifiques : médiation scientifique et chargé de collections. Et puis parallèlement un concours a été créé avec les sciences naturelles.

Vous avez également mis en place des journées nationales, comment est venue cette idée ?

C’est aussi par analogie avec le CNRS où je réunissais les directeurs de laboratoires une fois en région, une fois à Paris. On a reproduit cela pour PATSTEC.

Que pensez-vous des liens entre le patrimoine scientifique et la culture ?

Lorsqu’on emploie le terme de « culture » au sens de la culture générale, on oublie souvent la culture scientifique. Cette culture scientifique, se fait par les idées, mais se construit aussi à travers des témoins matériels qui les concrétisent et c’est pour cela que la sauvegarde des instruments est importante.

Pour rendre ce patrimoine accessible, je crois qu'il faut qu'il y ait des intermédiaires qui sachent dire les choses, de bons médiateurs.

Trop souvent, les scientifiques pensent qu’ils sont les seuls à devoir et à pouvoir diffuser la science. Mais je ne pense pas. Pour bien faire comprendre aux gens ce qu'est la science, il faut des médiateurs qui sachent mieux adapter leur langage. On observe d’ailleurs cela à travers le succès des vidéos de vulgarisation scientifiques sur internet.

La Mission fête ses vingt ans, et les travaux d’inventaire au sein des établissements a abouti à la mise en place au fil du temps à de nombreux espaces de stockage des collections. Quel est votre regard sur cette évolution ?

Le stockage des collections n’était pas un objectif affiché de la mission. Nous savions qu’avoir des espaces et des locaux au sein des laboratoires ou des universités serait difficile.

Au début, nous avions même loué un espace pour recevoir les objets qui pourraient venir des régions au cas où un établissement ne pourrait pas conserver quelque chose d’important, pour qu’il puisse au moins l'envoyer au niveau national. Le but n'était pas de l'attirer, non, mais d’accompagner les régions si besoin. Finalement, cela a été peu utilisé.

Les collections sont restées parfois dans les laboratoires. Il y a eu des espaces aménagés dans certains halls. C’est important aussi que les étudiants soient au contact de ce patrimoine, même dans des lieux de passage. D’autres établissements ont trouvé des mètres carrés pour mettre en place des réserves. C’est le cas à l’université de Rennes, de Clermont-Ferrand de Montpellier, de Lille, de l’INSA et de l’université de Rouen Certains ont mis en place une galerie d’instrumentation scientifique alimentées par les travaux PATSTEC…. Chacun a son approche. C’est comme pour la mémoire orale, certains établissements ont fait des « parcours de chercheurs » comme à Nantes, d’autres on fait des documentaires comme à Rouen ou Lille.

Si la mission nationale fourni des outils et une méthodologie, les membres du réseau sont plutôt libres.

Les porteurs de projets sont pour la plupart des universités qui sont indépendantes. On aurait aimé parfois orienter un peu plus les projets, notamment les coupler à l'histoire des sciences. Mais en France, l'histoire des sciences est finalement assez peu développée, on parle plus souvent de philosophie des sciences.

L’un des enjeux est d’assurer la continuité de cette opération. Il faut que le CNAM ait conscience de l’importance de cette mission Ce n'est pas l'affaire de quelques personnes, mais il faut que les universités sentent que cela fait également partie de leur mission.

De nombreux liens ont été toutefois faits avec des historiens des sciences et des sociologues ?

Oui, à travers des colloques et des séminaires. La mission s’appuyait sur un comité qui était constitué en autre de Robert Halleux, Catherine Ballé, Girolamo Ramunni et on s’est dit qu’il faudrait peut-être faire un espace de colloque sur telle et telle approche du patrimoine scientifique et technique. Et ces colloques ont abouti à des publications.

Il y a eu par exemple des travaux sur les aspects juridiques avec Marie Cornu, une juriste spécialiste des archives scientifiques. Il y a eu également des échanges avec des musées militaires qui ont des collections scientifiques et techniques récentes, comme le musée des transmissions à Rennes, ou encore le Musée de la marine à La Rochelle. L’idée était d’avancer ensemble. Et puis après, petit à petit, la dynamique s’est émoussée.

Mais on a travaillé avec d’autres partenaires notamment Météo-France, ou le CEA, le CERN avec Bernard Pellequer.

Et les industriels ?

On a eu quelques belles expériences. On a travaillé avec des entreprises comme Michelin, avec Essilor. Cela a été assez ponctuel, on n’a pas réussi à avancer comme je l’espérais au début.

Quel à votre avis quels sont les enjeux à venir pour les porteurs de projets ?

Les collections patrimoniales qui sont constituées sont très différentes de celles des musées.

Les musées se sont souvent construits autour de collections déjà existantes, et l’étude se fait, en quelque sorte, dans un second temps. Pour la mission c’est presque l’opposé. On propose une approche globale et après on sélectionne. Mais ces critères de sélection sont difficiles à définir. Il y a plusieurs approches possibles qui sont très dépendantes des porteurs de projets.

Si on veut faire un bilan global, je crois que c'est quand même un succès. La mission s’est développée dans les universités, il y a eu des embauches de chargés de mission dans ce domaine qui ont été pérennisées, des vice-présidents avec des missions dédiés au patrimoine…. Un grand nombre d’évolutions en 20 ans.

« En hommage à la mémoire de Paolo Brenni et de Girolamo Ramunni qui ont contribué très activement aux activités de la mission nationale PATSTEC depuis son origine en Pays-de-la-Loire et à Paris au CNAM »

Entretien avec Catherine Ballé

6Catherine Ballé, sociologue, directrice de recherche CNRS, membre du comité scientifique de la mission nationale, a suivi de près les activités du réseau et a fortement contribué à l’organisation de journées nationales, de séminaires de recherche et à l’édition de publications nationales.

Figure 8 - Présentation du premier ouvrage sur Le Patrimoine scientifique et technique contemporain au Centre de sociologie des organisations

Figure 8 - Présentation du premier ouvrage sur Le Patrimoine scientifique et technique contemporain au Centre de sociologie des organisations

Présentation du premier ouvrage sur Le Patrimoine scientifique et technique contemporain, un programme de sauvegarde en Pays-de-la-Loire, L’Harmattan, Paris, 2005 au Centre de sociologie des organisations. De Gauche à droite : Yves Thomas, Catherine Cuenca, Girolamo Ramunni, Catherine Ballé, Paolo Brenni et Daniel Thoulouze.

©Mission nationale PATSTEC

Catherine Ballé, pouvez-vous nous donner quelques éléments clés de votre parcours ?

Je suis entrée au CNRS en 1969. Après une année d’études déterminante à l’université de Columbia à New York, j’ai participé à l’enquête sur la réforme régionale de 1964 menée par Pierre Grémion et Jean-Pierre Worms au Centre de sociologie des organisations, laboratoire dans lequel j’ai étudié ensuite l'informatisation des entreprises. Lors d’un nouveau séjour aux États-Unis et d’un détachement au Mexique, j’ai étudié les politiques de développement économique. À mon retour en France, j’ai dirigé avec Denise Emsellem un programme de recherche sur l’organisation de la justice. Pour une thèse de 3e cycle, j’avais analysé le traitement judiciaire de la violence verbale. Puis, l’orientation de mes travaux est devenue plus académique. J’ai soutenu une thèse d’État sur le changement institutionnel et écrit un « Que Sais-Je ? » sur l’histoire de la sociologie des organisations. Dans les années 1990, la culture - plus particulièrement la transformation des musées et les questions de patrimoine - est devenu mon champ privilégié d’investigation. En 1981, j’avais souhaité aborder les musées dans une perspective sociologique, mais cela ne s’est pas réalisé tout de suite. J'ai alors rencontré Christian Pattyn, le directeur du patrimoine au ministère de la culture, qui m'a ouvert les portes de sa direction et j'ai pu effectuer une étude de cas sur la réutilisation des monuments historiques à Avignon.

Et votre rencontre avec Catherine Cuenca ?

Lors d’un rapprochement entre le ministère de la Recherche et le ministère de la Culture, la volonté de réunir les chercheurs qui travaillaient sur la culture et les professionnels des musées s’est concrétisée par une journée d’études au cours de laquelle j’ai rencontré Catherine Cuenca. Elle était à la tête du Muséum d’histoire naturelle de Nantes et nous avons sympathisé. Lorsqu’elle a mis en œuvre un projet de rénovation du musée, j’ai participé à plusieurs réunions de travail. Nous nous sommes très bien entendues.

Ensuite, Catherine Cuenca a été missionnée par le ministère de la Recherche pour recenser le patrimoine de l'université de Nantes. Elle m'a expliqué qu'elle souhaitait faire l’inventaire des instruments récents de la recherche dans cette université. Je dois dire que je n’ai pas saisi tout de suite l'intérêt d’un tel travail ! En dehors de l’étude sur l’informatique, je ne m'étais jamais intéressée aux sciences « dures ». Mais Catherine était très convaincue et je l'ai encouragée à poursuivre ce projet, bien qu’il me parût quasiment impossible et un peu fou !

  • 14 Le programme « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique du XXe siècle » était porté par l (...)
  • 15 Catherine Cuenca, Yves Thomas, Catherine Ballé (dir.), Le Patrimoine scientifique et technique cont (...)

Lorsque le projet de « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique du XXe siècle14 » a été lancé, il y a eu une première réunion de spécialistes à Nantes. Cette réunion correspondait à la deuxième phase du projet, qui pouvait s’étendre à l’échelle des institutions scientifiques de la région des Pays-de-la-Loire avec des fonds européens. Dans cette réunion, Yves Thomas a présenté le site internet du projet régional15.

C'était audacieux à ce moment-là de parier sur le numérique et de construire un site internet ?

Oui. Mais je pense que s’il n’y avait pas eu le site internet, il est probable qu’il n’y aurait pas eu de programme patrimonial. La partie patrimoniale était moins mise en avant que la partie valorisation. La rencontre de la dimension patrimoniale et de la dimension numérique a été en quelque sorte un hasard heureux. Lors de ma recherche sur l’introduction de l'informatique dans les entreprises, j'avais pu observer que cet outil magique était malheureusement trop souvent mis en place sans tenir compte des personnes et de leur situation de travail. Avec l'informatique, une conception techniciste des activités et des relations professionnelles était à nouveau à l’œuvre. Dès les débuts de l’informatisation, j’avais pu voir ses effets. C'est peut-être la raison pour laquelle j’étais moins fascinée que d'autres par l’importance de l’innovation technique dans le projet régional.

Comment a été reçu le projet ?

  • 16 Catherine Ballé, Laurent Pascail, « Culture scientifique et technique, patrimoine et multimédia », (...)
  • 17 Catherine Cuenca, Yves Thomas, Catherine Ballé (dir.), Le Patrimoine scientifique et technique cont (...)

7Lors de cette réunion à Nantes, il y avait un intérêt manifeste, mais aussi un certain scepticisme dans la salle. Les spécialistes, les enseignants, les chercheurs et les professionnels du patrimoine présents n'étaient pas convaincus. J’ai particulièrement apprécié le soutien apporté par Robert Halleux et sa conviction, avertie et chaleureuse, de l’intérêt et de l’importance du projet. Devant les réticences qui se manifestaient, Catherine Cuenca et Yves Thomas m'ont demandé de faire une enquête sur ce que pensaient les différents spécialistes de la notion de patrimoine scientifique et technique contemporain. Laurent Pascail, un sociologue qui avait travaillé au Centre de sociologie des organisations et qui était à l’époque à Nantes, a réalisé les entretiens16. Les interventions d’une autre journée d’étude ont été publiées dans le premier livre sur le patrimoine scientifique et technique contemporain17. À partir de ce moment, j'ai accompagné amicalement et scientifiquement le programme, sans que ce rôle n’ait jamais été défini de manière formelle.

Quel a été ensuite votre rôle au sein de la mission ?

J'ai eu en quelque sorte un rôle de conseil scientifique, en fournissant le point de vue du spécialiste en sciences humaines qui participe, mais reste à distance. Le fait que ce rôle ne soit pas institutionnalisé correspondait finalement bien à ma personnalité. En outre, pour moi, cet accompagnement était une activité parmi d'autres. D’ailleurs, je suis très peu allée dans les régions, même si j’ai beaucoup apprécié, de temps à autre, participer à des journées d’études régionales, car elles apportaient une diversité très riche d’expériences et de débats.

  • 18 « Patrimoine contemporain : Science, Technique, Culture & Société », séminaire de recherche organis (...)

Vous avez tout de même joué un rôle fondamental dans l’organisation des journées d’études, des séminaires18 et des publications. Cela a été très important pour la formation des chargés.e. s de mission, mais aussi pour faire connaitre la mission.

J'en suis ravie. Si j’ai eu ce rôle, c’est très bien. Mais, vous savez, quand vous avez terminé un article, un colloque ou un livre, c’est simplement terminé ! J'avais une certitude. Dans le climat de scepticisme qui a marqué les débuts du programme nantais et compte tenu de la nécessité pour Catherine de le défendre, il fallait qu'il y ait des traces de l’activité de réflexion et d’étude qui accompagnait le travail patrimonial proprement dit : c’est-à-dire affirmer en quelque sorte l’orientation « recherche-action » du programme : journées d'études, séminaires, ateliers. J’ai toujours pensé qu’il ne suffisait pas de se satisfaire de la valorisation, des manifestations et des expositions. Il était nécessaire de créer des espaces de réflexion. C'est au moins ce que j'ai toujours défendu.

Nous avons organisé deux colloques et mis en place un séminaire de recherche. L’idée était de mettre ensemble des universitaires, des professionnels du patrimoine, des spécialistes en sciences humaines, des scientifiques des « sciences dures ». Dans le cadre de séminaires associés à mes recherches antérieures, j’avais déjà eu l’expérience de ce « mélange des genres » qui m’a toujours paru indispensable et fructueux.

  • 19 Catherine Ballé, Catherine Cuenca, Daniel Thoulouze (dir.), « Patrimoine scientifique et technique. (...)
  • 20 Catherine Ballé, Serge Chambaud, Catherine Cuenca, Robert Halleux, Daniel Thoulouze (dir.), « Patri (...)
  • 21 Prototypes est un projet collectif de toutes les régions impliquées dans le programme et du Musée d (...)

Le colloque organisé pour le lancement de la mission nationale a donné lieu à la publication d’un deuxième livre19 et le séminaire au CNAM a permis de faire une troisième publication20. Avec l’aide de Dagmar Rolf, responsable de projet éditorial à la Documentation française, je me suis impliquée dans le processus d’édition pour mener à bien ce type d’ouvrage avec de nombreuses contributions. J’ai toujours été convaincue qu’il fallait attacher une attention particulière à la qualité d’une publication. Avoir une exigence éditoriale peut sembler passéiste et rétrograde, mais c’est aujourd’hui, me semble-t-il, une nécessité absolue dans la mesure où cette exigence se perd avec la généralisation de l’édition numérique. À cet égard, le travail éditorial sur le catalogue de l’exposition Prototype21 me paraît un modèle, car il est très soigné. Je ne suis intervenue qu’en toute fin de parcours sur ce projet particulier, mais j’ai trouvé que la force du travail collectif lors de sa préparation était mise en valeur par la qualité du catalogue. Malgré la diversité des contributions des membres du réseau - des personnes d’horizons différents - toutes les connaissances accumulées au fil des inventaires font sens.

Qu’est-ce qui vous a plu dans le projet PATSTEC ?

Au début, j'ai passé mon temps à dire non. Je ne connaissais rien aux différents domaines scientifiques et je n’étais pas disposée à les connaître mieux. En revanche, j'ai toujours eu de l'intérêt pour la démarche patrimoniale du projet. Au cours des années, deux raisons principales m’ont incitée à suivre le programme :

  • La première : les réunions étaient beaucoup plus conviviales et amicales que beaucoup d'autres réunions auxquelles je participais.

  • La seconde : j'avais été toujours convaincue des bienfaits de rapprocher les universitaires, les chercheurs et les professionnels. Comme me l’a montré la recherche, telle que Michel Crozier la concevait au CSO, j'ai toujours considéré que les sociologues étaient au service de leur interviewés et ne devaient pas prendre la parole à leur place. Par ailleurs, je trouvais intéressant qu’un programme français se développe en régions et pas seulement à Paris. Enfin, il me semblait qu’il était particulièrement courageux d'associer de nombreuses institutions à collaborer à ce projet de collecte patrimoniale, particulièrement au début quand le sujet n'existait même pas. Il y a trente ans, les universités ne s'intéressaient pas à leur patrimoine. Le contexte est très différent maintenant.

Et comment voyez-vous la prise en compte de « l'humain » dans le programme ?

Je me souviens de réunions sur l’informatique, dans lesquelles un académicien intervenait systématiquement à la fin de séances pour demander : « Et l’homme dans tout ça ? »

  • 22 Cuenca Catherine, Thomas Yves, « Des chercheurs : 16 histoires de recherche » in Le Patrimoine scie (...)

Il y toujours eu dans le programme - régional d’abord puis national - une préoccupation de prendre en compte les aspects humains du patrimoine. C’est ce qu’ont fait Catherine Cuenca, Yves Thomas et leurs équipes lorsqu’ils ont réalisé des histoires de vie de chercheurs22. Je trouvais très important d’introduire des « biographies » à côté de la collecte des objets. Cela donnait du sens. Tout le travail présenté dans les premiers DVD me paraissait vraiment novateur. Malheureusement, cette démarche n’a pas été poursuivie autant qu’elle aurait dû l'être, principalement, je suppose, parce que ça impliquait des moyens trop importants.

Après 20 ans d’activités, quel est votre regard sur la Mission ?

  • 23 Actes du colloque « Osez la technique ! » 16-17 mai 2018 organisé par le réseau Résitech et le labo (...)

Je trouve que le travail accompli par Catherine Cuenca est remarquable. Manifestement, le « binôme » ou « tandem », qu’elle a su former avec Yves Thomas à Nantes, puis avec Daniel Thoulouze à Paris et ses successeurs au CNAM, a donné à la mission nationale toute son originalité et son efficacité. La personnalité de Daniel Thoulouze et son implication ont apporté au programme une ampleur à l’échelle nationale, et son influence a été essentielle. Au cours des dernières années, j’ai moins participé à la mission, en dehors d’une intervention lors de journées d’études à Grenoble en 2015, au colloque « Osez la technique » que vous avez organisé à Rouen, de la rédaction d’un article pour les actes de ce colloque23 et des échanges amicaux et professionnels avec Catherine. Il me semble néanmoins possible de dire que la clarté des objectifs de la mission, le pragmatisme de sa démarche, l’expertise de ses méthodes et la variété de ses questionnements en matière de recherche, ont permis à PATSTEC d’étendre ses activités et d’assurer son ancrage institutionnel tant au sein du CNAM que des universités en région.

Pour vous, quel sont les enjeux, les défis à relever pour l’avenir ?

Pour moi, la pérennisation de la conservation des objets sauvegardés et des collections constituées et les modes d’institutionnalisation de cette conservation est l’enjeu essentiel de la mission nationale dans l’avenir proche. Que va devenir le « patrimoine » de la recherche réuni par la mission nationale et le réseau PATSTEC ? D'une manière assez curieuse, en 2015, la dernière séance du séminaire organisé au CNAM n'a pas eu lieu. Cette dernière séance devait porter sur la question de la pérennisation du patrimoine scientifique et technique contemporain - matériel et immatériel - sauvegardé depuis vingt ans.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Plusieurs possibilités viennent à l’esprit :

  • Je suis très favorable à une conception « éclatée » du patrimoine. Laisser les objets là où ils sont et donner la responsabilité patrimoniale aux personnes qui les produisent, en l’occurrence les centres de recherche. En Grande-Bretagne, les agriculteurs britanniques sont considérés comme les « gardiens » du paysage. Cependant, même s'il y a une plus grande conscience patrimoniale dans les laboratoires avec la mise en place de vitrines ou d’actions de sauvegarde, un laboratoire reste un laboratoire.

  • Il est envisageable que dans les différentes régions, tous les objets - ou certains de ces objets - soient réunis en dehors des laboratoires, dans des lieux où un projet patrimonial et culturel plus large est présent.

  • Il paraît évident que le patrimoine scientifique et technique de la recherche contemporaine devrait trouver une destination institutionnelle dans les musées scientifiques « historiques ». Cela leur permettrait de prendre en compte le contemporain. Dans le domaine de l’art, l’art contemporain est entré dans les musées de beaux-arts, mais à un moment donné il a dû prendre son autonomie et des structures ad hoc sont nées. Quelle que soit leur qualité, quelle que soit leur histoire, quelle que soit leur viabilité, ces structures existent et garantissent la transmission des œuvres d’art contemporaines dans le futur.

  • Des centres de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) qui ont été créés dans toutes les régions afin de rapprocher les sciences et la société. Ils devraient développer une vocation patrimoniale, s’intéresser à la conservation du patrimoine contemporain qu’ils réunissent lors des expositions ou engager des partenariats avec PATSTEC. Plus généralement, j'ai toujours considéré qu’il y avait un vide institutionnel entre le CNAM et la Villette. Compte tenu des évolutions récentes des musées, je ne sais pas si le patrimoine scientifique et technique contemporain devrait entrer dans « dans des musées existants » ou « dans de nouvelles formes de musée ». Quelle que soit sa forme institutionnelle, l’espace patrimonial consacré aux objets dont le réseau PATSTEC a assuré la sauvegarde, l’inventaire, la formation de collections, l’étude et la mise en valeur, requiert une réflexion qui me paraît essentielle pour pérenniser et transmettre le patrimoine de la recherche contemporaine.

2. La Mission nationale en 2022 : un réseau de partenaires régionaux et nationaux dans une dynamique commune

8Le lancement de la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain en 2003, est un pari audacieux. Depuis lors, le succès de sa mise en œuvre repose principalement sur une organisation fonctionnelle, des outils pertinents et l’implication forte de ses partenaires.

Les objectifs de la Mission

  • Sensibiliser les organismes d’enseignement supérieur et de recherche et les structures culturelles, ainsi que les entreprises, à la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain- Susciter l’organisation dans les régions d'une mission locale autour d’un chef de projet, d’un comité de pilotage et d’un comité scientifique.

  • Accompagner la mise en œuvre du programme dans les régions par un suivi et une coordination nationale, tout en généralisant la méthodologie sous forme de conseils et d’expertises

  • Repérer, inventorier, documenter et photographier les objets dans les laboratoires de la recherche publique et privée afin de réaliser des « fiches descriptives », sauvegardées dans une base de données multimédia

  • Sauvegarder la mémoire et les savoirs des équipes des laboratoires sous forme par exemple de vidéos, d’histoire de parcours de chercheurs, d’histoires d’objets et de collections d’objets

  • Transférer les inventaires réalisés dans les régions vers la base de données nationale et le site web associé

  • Conserver les objets dans des locaux adaptés sur place ou dans des structures sécurisées

  • Valoriser ce patrimoine par des événements marquant les étapes de réalisation sous diverses formes au niveau des régions et au niveau national

  • Susciter autour de ce « patrimoine » des actions de recherche pluridisciplinaires.

La Mission nationale et les partenaires régionaux

  • Pour développer cette mission, un dispositif dont la création d’un réseau national en 2004, a été mis en place au sein de la Direction de la culture et scientifique et technique au CNAM, en lien avec le Musée des arts et métiers, à Paris.

9Organisation de la Mission nationale

10La mission nationale est dotée :

  • d'une équipe composant la cellule de coordination nationale. - d'un conseil scientifique national dont le rôle est de valider et orienter la politique de la Mission.

  • de groupes de travail composés des membres du réseau, de professionnels du patrimoine et de chercheurs spécialisés dans le domaine du patrimoine en général ou du patrimoine scientifique et technique contemporain afin de définir des axes de réflexion sur ce champ patrimonial dans des perspectives historique, sociologique, juridique.

11La cellule nationale utilise et améliore régulièrement les outils multimédias utilisés pour la réalisation d’un inventaire commun. La base de données nationale intègre l'ensemble des données réunies par les partenaires du réseau (fiches d'inventaire d'objets, interviews-vidéos de chercheurs, animations pédagogiques...). Ces données alimentent un site web sémantique et dynamique public (www.PATSTEC.fr). Ce dernier est directement associé à la base de données et permet une consultation des ressources multimédias.

12Un réseau créé et piloté par le CNAM

13Le réseau de la Mission nationale a été créé en 2004. Il est composé de partenaires régionaux et nationaux. Ce réseau national est communément intitulé « PATSTEC ». Depuis 2019, la Mission nationale est intégrée à la PICST (Patrimoine, information, culture scientifique et technique), dirigée par Pascale Heurtel, adjointe de l’administratrice générale du CNAM. La PICST comprend le musée, les archives, la bibliothèque et, enfin, le service « réseaux et recherches » sous la responsabilité de Catherine Cuenca et incluant la mission nationale PATSTEC.

Figure 9 - Le schéma de la Mission PATSTEC

Figure 9 - Le schéma de la Mission PATSTEC

Le schéma suivant résume l’organisation actuelle de la Mission nationale et de son réseau de partenaires @Mission PATSTEC

14Les partenaires « régionaux » sont souvent les universités, les organismes de recherche, les CNAM régionaux, des musées qui rejoignent le réseau après la signature d’une convention annuelle avec le CNAM. Cela leur donne accès aux méthodes et outils de la Mission nationale.

15Un financement a été attribué dès 2004 par le ministère au CNAM dans le cadre de son contrat d’établissement. Chaque partenaire recevra un budget, après accord entre les parties CNAM/structure régionale partenaire, avec pour objectif de travailler sur l’inventaire des instruments scientifiques et technique contemporains, dont ils ont la charge, et leur mise en valeur. L’institution partenaire apportera de son côté un budget complémentaire à celui du CNAM.

16D’autres partenaires dit « nationaux » tels que Météo France, le CEA, la Fondation EDF, Essilor, INRIA, INSEE, le Conseil de l’ordre des pharmaciens utilisent et sont formés aux méthodes et outils du réseau, mais ils ne reçoivent pas de budget. Par contre, ils participent aux activités du réseau : journées d’études, colloques, ateliers. Ces partenariats peuvent évoluer au cours du temps, c’est le propre d’un réseau dynamique.

Le Conseil scientifique de la Mission nationale, rencontre avec Christian Amatore

17Au moment de la mise en place du réseau national, Daniel Thoulouze a souhaité instaurer une instance d’évaluation de la Mission nationale avec le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ainsi sont réunis des experts de domaines scientifiques divers afin d’apporter leurs regards et leurs préconisations sur les activités de la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain.

18Pierre Joliot, biologiste et chercheur CNRS à l'Institut de biologie physico-chimique (IBPC), membre de l'Académie des sciences, a été le premier président du Conseil scientifique national de la mission de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC) de 2005 à 2012.

19Christian Amatore lui succédera de 2013 à 2018 ; il est aujourd’hui directeur de recherche émérite au CNRS, École normale supérieure de Paris (ENS - rue d'Ulm) et membre de l’Académie des sciences et de plusieurs académies des sciences d’autres pays.

20Didier Roux, depuis 2019, est le président du conseil scientifique de la Mission ; il a été directeur de la recherche et de l'innovation de Saint-Gobain et est membre de l'Académie des sciences et de l'Académie des technologies.

21Rencontre avec Christian Amatore.

Vous avez été membre du conseil scientifique de la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain, puis président de ce conseil. Dans quel contexte avez-vous rejoint le conseil ?

« J’avais rencontré Daniel Thoulouze dans les années 1990, lorsqu’il pilotait le projet Ultimatech, un projet du CNRS orienté sur le développement de nouvelles instrumentations afin que les pratiques expérimentales transcendent les champs disciplinaires. J’avais apprécié ses travaux et ses qualités, et lorsqu’il m’a proposé de rejoindre le conseil scientifique de la mission nationale, je n’ai pas hésité, j’étais en confiance.

En outre, le fait que ce projet soit attaché au CNAM m’a plu ; j’ai un grand respect pour le CNAM en tant qu’institution, pour le projet qu’il porte de formation continue et bien sûr pour le Musée des arts et métiers dont les collections continuent de m’impressionner.

Mais j’avoue que je n’ai découvert les activités de la Mission nationale qu’à mon entrée dans le conseil scientifique.

Qu’est-ce que vous a séduit dans la démarche du programme de sauvegarde ?

Les sciences et techniques et leur évolution ont une importance très grande dans nos sociétés occidentales et ne sont pourtant pas assez valorisées. Les objets sont une représentation importante de leur évolution même quand leur fonction principale demeure : le poste de télévision en noir et blanc à tubes et écran cathodique de mon enfance et celui à écran plat à OLED et circuits électroniques d’aujourd’hui ne se ressemblent que par leur fonction.

De manière générale, je suis sensible à l’instrumentation ; je me souviens par exemple, dans mes activités de recherche, avoir inventé puis fabriqué des appareils électroniques, notamment des potentiostats qui n’existaient pas encore sur le marché. En chimie, comme dans de nombreuses sciences, les instruments jouent un rôle fondamental dans l’avancée des connaissances.

Un appareil adapté et performant est vital en science car les sciences et l’ingénierie ont besoin de données et de mesures fiables qui peuvent être utilisées quantitativement. L’à-peu-près est une donnée relative qui permet sans doute une approche de pensée mais ne peut pas être maniée.

Prenez par exemple la Lunette de Galilée, cet instrument formidable tel que Galilée l’a amélioré permettait de voir des lunes autour d’autres planètes et de modifier ainsi la conception du système solaire. J’adore l’intelligence déployée par Lavoisier afin de concevoir son calorimètre. Comment mesurer la chaleur, donnée essentielle pour la chimie et pour la vie dans son ensemble ? Lavoisier a eu l’audace de penser qu’en chargeant de glace un calorimètre spécialement conçu, et en mesurant la masse de glace fondue suite à l’expérience réalisée, il pourrait mesurer la quantité de chaleur émise en admettant qu’il y ait conservation de la chaleur au sein du calorimètre (« rien ne se perd, rien ne se crée »). Cet instrument a eu de nombreuses applications et a permis à Lavoisier de valider ses théories, même si aujourd’hui ce lien est rarement mentionné ; cependant l’instrument est présent dans les collections du CNAM.

Donc, oui, sauvegarder les instruments scientifiques de la recherche avait bien du sens pour moi.

En 2013, vous êtes le président du conseil scientifique ?

Oui, j’étais déjà membre du conseil quand Pierre Joliot son président à l’époque et pour qui j’avais beaucoup d’estime m’a proposé de lui succéder et j’ai donc accepté.

Est-ce que certains débats vous ont marqué ?

Je me souviens de discussions sur les problématiques liées au stockage des appareils qui étaient récurrentes aux débuts des activités de la Mission, mais finalement la solution d’entreprendre une sauvegarde sous une forme qui pouvait être au départ à minima numérique permettait de résoudre ce problème en palliant à une perte totale de connaissances des objets et des instruments.

La question du patrimoine industriel était présente également, très honnêtement les échelles des usines me semblaient difficiles à gérer, mais j’ai pu observer que des opérations tout à fait positives ont pu aboutir, notamment chez Michelin, ainsi qu’Essilor.

En outre, en tant que chercheur, les échanges au sein du conseil répondaient à un certain nombre de questions générales que je me posais à titre personnel.

Que retenez-vous de ces conseils ?

J’ai beaucoup écouté et appris ; le conseil réunissait - et réunit toujours - des personnes d’horizons différents mais toutes expertes dans leur domaine, ce qui était tout à fait enrichissant.

J’avais été particulièrement impressionné par la base de données et le site internet : je trouve positive cette mise en commun des inventaires régionaux, et surtout que tout un chacun puisse naviguer dans cette base en allant chercher lui-même l’information. En effet, ma crainte au départ était que toutes les données soient centralisées, et que seul des professionnels puissent s’y retrouver, ce qui n’a pas été le cas grâce au talent des personnes qui font vivre la mission qui nous anime toutes et tous au sein de PATSTEC. La mise à disposition de ces milliers de données me semblait quelque chose de nouveau et essentiel en fournissant un musée ouvert pour les chercheurs d’aujourd’hui et pour notre postérité.

La mission nationale PATSTEC et les outils numériques

Le recours au numérique a ouvert de nouvelles possibilités permettant d’une part de fédérer les partenaires du réseau à travers l’usage d’une base de données commune à tous, mais aussi d’intégrer des éléments multimédias.

Des animations, des reportages photos et des vidéos ont été réalisées par et pour la mission PATSTEC. Toutes ces réalisations ont conduit à la création d’un premier site internet entre 1999 et 2001. Utilisé principalement en interne, comme outil de diffusion et de travail, le site devient réellement public en 2004.

Les deux entités, la base de données et le site internet public, furent liées numériquement, en 2011.

Cette nouvelle technologie, plus ergonomique, permet aux chargés de mission de verser directement les fiches d’inventaire de la base de données vers le site internet.

Pour être exportée, une fiche d’inventaire est soumise à plusieurs conditions, elle doit être minutieusement renseignée, par les seize champs dits « obligatoires ».

L’identification de l’instrument se décline en quatre parties : localisation, description matérielle et fonctionnelle et contexte d’utilisation (dans quel laboratoire, pour quel cadre de recherche, pour quel enseignement…). Il est essentiel de renseigner l’origine de l’objet ou de l’ensemble, car sans une traçabilité vérifiée et vérifiable, si une mesure de protection est prise, l’instrument ne pourra être considéré à terme comme du patrimoine. Aujourd’hui, une fiche d’inventaire dans la base de données compte plus d’une soixantaine de champs, tous importants pour l’histoire d’un objet.

Au fil des recherches et des nouveaux partenaires, la mission PATSTEC s’est fixée d’établir progressivement une méthodologie stricte.

Figure 10 - Phases de rédaction d’une fiche inventaire

Figure 10 - Phases de rédaction d’une fiche inventaire

Présentation des différentes phases de rédaction et de validation d’une fiche inventaire dans la base de données des partenaires de la mission PATSTEC.

©Maud Nimeskern

En 2011, la première refonte du site internet a visé à dynamiser les contenus, diversifier les catégories de ressources disponibles et rendre la navigation plus fluide. Des mises à jour ont été développées régulièrement.

En 2021, il a été décidé d’opérer une nouvelle refonte du site public. Le numérique évoluant de plus en plus rapidement, les outils de travail de la mission PATSTEC ont été réajustés. À partir de l’existant, un travail de réflexion a été mené. Les principales modifications apportées touchent à la navigation, au graphisme, au référencement des ressources, à leur organisation en thématiques adaptées, au réajustement de tous les textes de présentation de l’histoire de la Mission, puis aux méthodologies de recherche sur un moteur avancé et très réactif. De plus, l’utilisation de technologies modernes et validées a permis de facilité les modifications et les mises à jour du site.

Figure 11 – Arborescence du site internet PATSTEC

Figure 11 – Arborescence du site internet PATSTEC

Arborescence du site internet PATSTEC. Selon la réorganisation des thématiques du précédent site.

©Maud Nimeskern

Les statistiques de fréquentation de ce nouveau site sont très encourageantes. En janvier 2023, plus de 41 000 entrées par page ont été recensées depuis la mise en ligne du site en mai 2022, pour un peu plus de 5 000 visiteurs sur la période, soit une moyenne de 912 visites par mois. Fin 2022, nous dépassons les 24 000 fiches d’inventaire sur la base de données, pour l’ensemble des régions, dont 50 % sont versées et mises en ligne sur le site internet public. Cela signifie que plus de 12 000 fiches d’inventaire sont publiquement diffusées, à destination d’étudiants, de professionnels du patrimoine et des sciences ou d’enseignants.

Figure 12 – Statistique 2022 sur l’ensemble des bases de données régionales

Figure 12 – Statistique 2022 sur l’ensemble des bases de données régionales

©Maud Nimeskern

Les retours d’expérience positifs à l’égard de cette refonte du site ont encouragé à faire de même avec la base de données. Un groupe de travail de la Mission nationale a travaillé à ce projet avec le développeur. Les objectifs principaux sont d’optimiser les étapes de rédaction d’une fiche d’inventaire en en améliorant l’ergonomie, et d’accéder à des statistiques semestrielles et annuelles plus précises.

La première phase de test a été lancée fin novembre 2022, pour une livraison finale prévisionnelle au printemps 2023.

La Mission nationale PATSTEC accorde une grande importance à la conception et au suivi de ces deux outils numériques car, avant d’être un outil de stockage et de sauvegarde virtuels du patrimoine scientifique et technique contemporain, ils sont l’outil central des travaux de recherche de tout un réseau.

3. Construction formelle du réseau et animation informelle du réseau

Organisation des partenaires du réseau

22La mise en place de la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain s’est faite progressivement pour couvrir, en 20 ans, l’ensemble du territoire.

Figure 13 - Localisation des missions PATSTEC

Figure 13 - Localisation des missions PATSTEC

Localisation des missions PATSTEC

©Mission PATSTEC

Les aléas politiques et structurels de la vie du réseau peuvent entraîner des changements de portage administratif des missions PATSTEC en région. En région Grand Est, le CNAM Lorraine a été responsable de PATSTEC, avant que la Métropole ne le devienne en 2020.Le nouveau découpage administratif de la France et de ses régions avec la loi NOTRe en 2015, a impliqué des rapprochements de régions partenaires de PATSTEC, où parfois deux chefs de projets se retrouvent dans une de ces « grandes régions », comme en Nouvelle Aquitaine ou en Occitanie. De même, la création, puis la suppression d’une COMUE (ou groupement d’établissements) a influencé le rôle et les rapprochements de missions PATSTEC dans certaines régions. Par exemple, l’université de Poitiers collaborait avec l’université de Limoges et l’université de Tours (entre 2016 et 2019) dans le cadre de cette organisation - COMUE - chacune étant située dans les trois anciennes régions Poitou-Charentes, Limousin, Centre. Lorsque qu’il y a éclatement de la COMUE, ces trois entités changent de forme de collaboration en 2019, deux d’entre elles, soit l’université de Poitiers et celle de Tours, souhaitent signer une convention avec le CNAM, et devenir des missions PATSTEC indépendantes. Ce découpage n’empêchera pas les chefs de projets concernés de continuer à travailler sur des actions communes.

23La structuration des missions régionales et ses moyens humains

24Les missions régionales comportent généralement au moins deux personnes : un(e) chef(fe) de projet et un(e) chargé(e) de mission. Cette structuration est suggérée par la mission nationale afin de répartir les rôles et les tâches, quand cela est possible.

  • Le chef de projet élabore la politique de la mission, la mise en place des comités de pilotage et scientifique, effectue un suivi régulier avec le chargé de mission et les partenaires locaux.

  • Le chargé de mission assure la réalisation des inventaires. Il est chargé du suivi de la conservation et de la valorisation des collections avec les correspondants dans les laboratoires et les bénévoles.

25En moyenne par mission régionale, si l’on regarde les indicateurs du tableau ci-joint, il y a environ 0,8 ETP (équivalent temps plein) dédié aux missions régionales PATSTEC pour la période allant de 2012 à 2019. Les extrêmes allant jusqu’à 1,8 ETP en Bourgogne en 2017 et 0,1 ETP pour la région Limousin-Poitou-Charentes en 2018 et 2019. Ces chiffres pouvant augmenter bien entendu, en fonction de l’évolution, de l’ancienneté des missions, des actions et moyens dédiés.

26Par ailleurs, certains membres du réseau sont des fonctionnaires titulaires détachés sur un pourcentage de leur temps pour la mission PATSTEC. Ces fonctionnaires détachés ont des temps de travail, au moment où nous faisons part de notre étude, de 0,3 ETP en moyenne.

27Les chargés de mission sont pour la majorité des contractuels au début de leur engagement en CDD. Après plusieurs années, les postes de chargés de mission sont souvent pérennisés soit par la mise en place de contrats en CDI, comme en région Rhône-Alpes-Grenoble, Pays-de-la-Loire, Bourgogne, ou encore, par des titularisations de personnels comme en Languedoc-Roussillon ou Midi-Pyrénées, Normandie, Haut de France...

28Ces titularisations se font sur des postes de la BAP F dans la famille d'activités professionnelles « Information scientifique et technique, documentation et collections patrimoniales » soit en tant qu’assistant ingénieur, assistant de collection muséales ou encore ingénieur d’étude, chargé de collections muséales suivant les volontés et possibilités de chaque porteur régional.

Figure 14 - Nombre total de personnes et par mission

Figure 14 - Nombre total de personnes et par mission

Nombre total de personnes et par mission par an en moyenne sur neuf ans : 22,7 (rapport 2019 de la mission nationale PATSTEC)

©Valérie Joyaux

29Dans les différentes missions régionales, les vice-présidents responsables de la culture et/ou du patrimoine ou encore de la recherche sont un soutien essentiel à l’avancement et au développement de celles-ci. Cet appui assure une reconnaissance, et un positionnement au sein des établissements.

  • 24 Catherine Cuenca, Yves Thomas, Catherine Ballé, « Le patrimoine scientifique et technique contempor (...)

30Chaque mission mobilise un comité de pilotage régional24 qui se réunit une fois par an dans chaque région. Ces conseils apportent leur regard sur les orientations stratégiques des missions en accord avec les axes défendus par la mission nationale. Ils sont constitués de manière assez analogue d’une région à une autre : ils sont composés de membres des délégations régionales académiques à la recherche et innovation, des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, des CNAM régionaux, des représentants des rectorats, des représentants des directions régionale des affaires culturelles, du service de l’inventaire des conseils régionaux, des CHU ou encore des entreprises. Ils peuvent aussi accueillir des représentant des musées locaux, des services des archives, bibliothèques, des CCSTI, et de toutes structures conservant du patrimoine scientifique et technique contemporain.

Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine au quotidien

31Si le réseau PATSTEC s'est structuré autour d'acteurs et de missions aptes à activer de nombreux leviers, chaque entité du réseau, quelle que soit la région où elle se trouve, rencontre plusieurs types de problématiques ; certaines sont inhérentes à leur localisation alors que d’autres sont transversales. Quelques exemples emblématiques :

  • Un statut fragile et une gestion complexe des collections notamment dans les universités :

Dans les universités, les objets inventoriés sont acquis dans le cadre des grandes missions d’enseignement et de recherche grâce à des crédits publics. Cependant, contrairement aux institutions muséales présentes sur le territoire national, les collections des universités n’ont pas le statut renforcé dont permet de jouir le label « Musée de France ». En cela, la protection des collections n’est pas la même que celle des items présents dans les musées. La vocation pédagogique et le caractère didactique et de recherche de ces instruments en font un matériel d’étude avant tout. Qu’il soit acquis ou constitué par les scientifiques au fil du temps (cas des échantillons), le patrimoine universitaire dispose d’une protection dans le cadre de son appartenance au domaine public mobilier de la personne publique, pour son intérêt du point de vue de l’histoire, de l’art, de l’archéologie, de la science ou de la technique, voire artistique.

Malgré cela, il est cependant encore aisé de sortir de l’inventaire un objet à intérêt historique et scientifique si celui-ci ne convient plus aux normes classiques d’utilisation (obsolescence par exemple), le cadre général de la propriété des personnes publiques n’étant pas toujours été compris par tous.

  • La sensibilisation incertaine des équipes de recherche.

  • Les missions de prospection et de sensibilisation au sein des laboratoires permettent de construire progressivement une reconnaissance dans les domaines de la préservation et de la valorisation du matériel de recherche et d’enseignement. Malgré cela, des réflexes doivent encore être développés au sein des équipes, afin d’éviter d’entraîner inéluctablement des pertes importantes dans le discours de mise en mémoire des sciences et de la recherche. Cela s’explique évidemment par la fonction première des laboratoires qui n’est pas celle de la conservation mais de la recherche, avec des intentions toujours tournées vers le présent et l’avenir plutôt que vers le passé.

  • Une matérialité hétéroclite :

Les matériaux constitutifs des instruments sont pris en compte dans le domaine de la conservation. Les évolutions techniques et technologiques galopantes depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les besoins toujours plus importants de matériel plus précis et de matériaux plus résistants (ou au contraire plus malléables), ont entraîné des changements parfois radicaux dans les façons de concevoir les outils de recherche, jusque dans leur matérialité.

Ainsi, alors que les instruments les plus anciens des collections sont constitués essentiellement de matériaux nobles comme le laiton et le bois, ou d’autres matériaux très récents comme la bakélite, les instruments contemporains eux se composent d’une variété de matériaux dont la conservation est parfois plus complexe : matières plastiques, élastomères, polymères, cristaux, céramiques... Cette distinction entre les matériaux demande donc une expertise différenciée et accrue.

  • Des lieux de stockages non efficients :

Dans les musées, les associations ou les universités, les lieux de stockages et de conservations ne sont pas toujours adaptés. Si les structures muséales ont souvent des espaces dédiés, ils peuvent être par exemple éloignés les uns des autres et pas toujours aux normes idéales de conservation préventive. La question est encore plus vive au sein des universités, où la place est très rare et où les personnels ne sont pas formés à la conservation.

Actions développées par le réseau PATSTEC pour relever ces défis :

  • Concernant la délicate mission de sauvegarde et de protection du patrimoine scientifique et technique contemporain, la mise en réseau des acteurs et le maillage des structures constitue un réel atout.

Plusieurs modalités d'action ont ainsi pu être déployées : La collaboration avec le Musée des arts et métiers ainsi qu’avec des universités, d’autres musées ou encore des associations en charge des mêmes tâches est un outil de partage d’expériences et d’aide à la décision doublé d’un guide des bonnes pratiques. Le réseau, grâce à une base de données nationale, offre aussi une visibilité sur l’ensemble des collections françaises et permet de construire un patrimoine national, structuré et visible. Les partenaires s’entraident, échangent des conseils et des connaissances et constituent ensemble une histoire des sciences contemporaines.

Les modalités de travail ont évolué en vingt ans, les bases de départ ont été un socle commun qui s’est étoffé grâce aux membres de la communauté. Chacun effectue le même type de tâches quelle que soit la région et cette organisation permet une interrogation au sein du groupe et des résolutions sont trouvées.

Constitution d’une communauté de pratiques

32La cellule nationale anime plusieurs groupes de travaux thématiques (usage de la base, tri et sélection des objets, communication…) afin de développer des projets communs, collaboratifs et fédérateurs. La diversité des profils des membres du réseau (scientifiques, documentalistes, muséologues et conservateurs, médiateurs, communicants…) permet de s’appuyer sur des compétences professionnelles existantes.

  • 25 Valérie Joyaux, « Constitution et enrichissement collaboratif d’un outil et de son contenu dans le (...)

33Cependant, l’un des enjeux est de fédérer, de motiver et de maintenir le dynamisme et l’implication des personnes sont déjà absorbées par leur travail quotidien. L’éloignement géographique nécessite un rôle proactif et rassembleur de la part de la cellule de coordination nationale qui doit soutenir les initiatives et suivre l’évolution des dossiers. La création d’un espace collaboratif, d’une liste de diffusion ainsi que des alertes mails, de même que la rencontre lors d’ateliers de travail biannuels du réseau sont des outils mis en œuvre pour entretenir ce dynamisme25.

Figure 15 - Atelier de printemps

Figure 15 - Atelier de printemps

Atelier de printemps, 10 ans de la mission nationale 2013, Montpellier.

©Mission nationale PATSTEC

34L’équipe de la mission nationale et les membres réseau PATSTEC ont ainsi constitué progressivement une communauté d’échanges autour des pratiques professionnelles : formations, groupes de travail, journées d’études, colloques et séminaires.

  • 26 Catherine Ballé, Catherine Cuenca, Daniel Thoulouze (dir.), « Patrimoine scientifique et technique. (...)

35Les contributions dans les séminaires ont fait l’objet de deux publications éditées par la Documentation française26. Ces ouvrages rassemblent les interventions des membres du réseau PATSTEC et de spécialistes extérieurs : des universitaires et chercheurs - historiens, sociologues, philosophes - ou encore des conservateurs.

36Les membres de la cellule nationale et les chefs de projets sont présents au niveau national, mais également au niveau international dans les divers réseaux et colloques professionnels liés à l’instrumentation scientifique et technique. Ils présentent aux publics les méthodes adoptées ainsi que les résultats obtenus dans le cadre de la Mission nationale.

37Ainsi entre 2006 et 2022, la mission nationale a organisé régulièrement des journées d’études, des colloques, sur des points généraux ou spécifiques du domaine du patrimoine scientifique et technique contemporain, en vue de situer les objets collectés dans leur contexte scientifique, historique, économique et culturel. Outre les « Journées professionnelles », organisées deux fois par an, des ateliers de travail réunissent les membres du réseau une fois à Paris au CNAM, une autre fois dans une des régions pendant trois jours.

  • 27 Yves Winkin, directeur de la culture scientifique et technique et du Musée des arts et métiers du C (...)

38En 2016 et 2017, un projet de recherche intitulé le « Cabinet de curiosités du XXIe siècle : passé et avenir des cabinets de curiosités » financé par le Labex CAP et déposé par Dominique Poulot (HICSA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Yves Winkin27 (CNAM) a permis d’organiser plusieurs ateliers, un séminaire de recherche et des journées internationales au Musée des arts et métiers du CNAM - ce projet est soutenu par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation depuis 2003 au Conservatoire national des arts et métiers et portée par la mission PICST, à l’HICSA - Labex CAP - université Paris 1 et au Musée de la Chasse et de la nature à Paris.

39En 2022-2023, à l’occasion des « vingt ans de la mission nationale », un cycle de journées d’étude sur trois ans a débuté en 2021 avec une journée sur le thème : « Comment conserver des grands équipements ou instruments scientifiques d’ampleur ? » en septembre 2021, au CNAM à Paris. Une seconde journée intitulée « La recherche scientifique au quotidien, patrimoine de demain ? », organisée par la mission régionale de l’université de Bourgogne à Dijon, a inauguré la première version itinérante de l’exposition « Prototypes ». Une troisième journée d’études s’est déroulée à Clermont-Ferrand, organisée par la mission Auvergne au Muséum Henri-Lecoq, sur le thème : « Du repérage à la patrimonialisation des objets scientifiques et techniques contemporains, quelles protections ? ».

Mutualisation des compétences

  • 28 Bilan réalisé en 2015 par Valérie Joyaux.

40Enfin et toujours dans le cadre de la mutualisation, de la montée en compétences, il apparaît opportun de faire un bilan28 sur celles se dégageant dans le réseau. La diversité des profils des membres du réseau de la mission nationale permet de couvrir en expertise au moins une dizaine de domaines liés au patrimoine matériel et l’inventaire, le patrimoine immatériel, la conservation, l’histoire des sciences, l’histoire des techniques, ou encore la médiation, la documentation, l’archivage, la propriété intellectuelle, l’expertise scientifique, la valorisation.

41De même, le soutien, au niveau de la cellule nationale des conseillers scientifiques, apporte à la Mission nationale une grande richesse grâce à la diversité de leurs connaissances.

Figure 16 - Ateliers professionnels

Figure 16 - Ateliers professionnels

Ateliers professionnels, printemps 2008, Clermont-Ferrand.

©Catherine Cuenca

Figure 17 - Viste commentée lors d’ateliers professionnels

Figure 17 - Viste commentée lors d’ateliers professionnels

Viste commentée lors d’ateliers professionnels, printemps 2013, Lille.

©Catherine Cuenca

42L’implication de bénévoles ou anciens personnels scientifiques, dans les missions locales d’horizons scientifiques et techniques variés contribue à perfectionner la lecture des contenus scientifiques, des fiches d’inventaires, de textes des expositions réalisées, des catalogues…

4. La mission nationale et l’international

Une vision européenne et internationale

43Le besoin de partager les expériences dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain s’est manifesté peu à peu au plan international. Le succès du programme français - ses méthodes et ses résultats - a retenu l’attention des institutions muséales et universitaires à l’étranger.

  • 29 - Dans le 7e PCRD, le programme-cadre de recherche et développement (PCRD) est un outil de financem (...)

44En 2008, un « consortium » constitué sur la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique (de 1945 à nos jours) a été créé avec les pays suivants : Belgique, Italie, Grèce, Allemagne, Angleterre, Suisse, Serbie, Hongrie, Bulgarie et Portugal8. Et l’Australie et l’Écosse ont manifesté l’intention de prendre part à cette initiative. En janvier 2010, l’ensemble de ces partenaires, dont des entreprises - désormais au nombre de quatorze - a répondu à un appel d’offre de la Commission européenne 29et déposé un projet coordonné par le Musée des arts et métiers, au CNAM, sur l’inventaire et la mise en valeur du patrimoine scientifique et technique contemporain.

45Dans un souci de développement des relations internationales, Serge Chambaud, alors directeur du Musée des arts et métiers et Catherine Cuenca ont proposé de chercher à répondre à d’autres appels d’offre de la Commission. En 2011, European Scientific and Technical Heritage - ESTHER - un réseau informel de coopération européen est formé avec de grands musées scientifiques et techniques tels que : le Deutsches Museum, le Science Museum, le Musée scientifique et technique de Milan. Les musées scientifiques et techniques d’Ottawa au Canada ont rejoint aussi ESTHER30. Ce réseau riche d’échanges cherche à trouver des éléments de réponse aux questions soulevées par les pratiques de sauvegarde dans le domaine des sciences et des techniques en général et, plus particulièrement, celles qui concernent la période contemporaine. Une question majeure est posée par ce réseau : la sélection des objets à l’échelle nationale peut-elle être prise en compte à l’échelle internationale, en particulier pour les grands instruments.

46Dans le cadre d’ESTHER, plusieurs réunions ont été organisées : à Paris en 2011 au Musée des arts et métiers, à Toulouse en 2012, lors de la conférence de ECSITE, puis à Bruxelles en septembre 2012, à Götteborg en juin 2013 pendant la conférence ECSITE. En mars 2014, le consortium ESTHER a souhaité s’inscrire dans un programme commun du 7e PCRD - Programme cadre de recherche et développement - principal instrument communautaire du financement de la recherche en Europe, intitulé « Horizon 2020 », et présenter une réponse commune à un appel de l’Union européenne toujours sur le thème de la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique des soixante dernières années des XXe et XXIe siècles. Ceci a renforcé encore les relations entre les partenaires au sein du consortium.

47Par ailleurs, des liens bilatéraux ont été établis toujours avec le Deutsches Museum, le Musée des sciences et des techniques de Milan - Léonard de Vinci - et le Science Museum, mais aussi le National Museum of Scotland. Simultanément, la région Wallonne de Belgique a construit un réseau qui s’appuie sur les universités de Mons, Liège, Namur et Louvain La Neuve et qui s’étend à la Grande Région (Lorraine, Sarre, Luxembourg, Wallonie).

48Après plus de dix ans, toutes ces institutions muséales prennent conscience que la sauvegarde du matériel instrumental de la science et de la technique ainsi que des témoignages des scientifiques et ingénieurs qui les ont utilisés - ou fabriqués - est essentielle pour rendre compte du développement de la science contemporaine. Malgré les difficultés budgétaires que rencontrent de nombreux musées de sciences européens et internationaux, la volonté de faire progresser ce chantier est présente au plan international.

49Participation des régions à l’international

50Le dynamisme à l’échelle européenne et internationale se discerne également à travers la participation de nombreux partenaires régionaux à des manifestations hors hexagone.

51Ainsi plusieurs communications ont été proposées dans le réseau international professionnel des musées, l’International Council of Museums (ICOM) et l’University Museums And Collections (UMAC), ou encore dans le réseau européen des collections universitaires (Universeum), et pour les rencontres de la Scientific Instrument Commission (SIC). Ceci illustre à la fois l’implication des partenaires, mais aussi l’attention et l’intérêt portés aux travaux réalisés en région.

Entretien de Catherine Cuenca avec Serge Chambaud

Vous avez été impliqué à plusieurs moments de votre carrière sur des projets liés au patrimoine scientifique et technique, pouvez-vous nous en évoquez quelques-unes ?

  • 31 Direction des bibliothèques, des musées et de l’information scientifique et technique (1982 à 1989)

« La première incursion dans le patrimoine scientifique remonte probablement à la création de la DBMIST31. On a redécouvert au ministère de l’Éducation nationale un monde qu’à peu près tout le monde ignorait au sein de l'administration. À ce moment-là, les musées d'histoire naturelle de province étaient dans le meilleur des cas, soutenus par les municipalités, certaines d’entre elles avaient en effet conscience qu'il fallait le faire. Les actions de coordination nationale étaient en fait assumées par l'inspection des musées de provinces, qui était hébergée par le Muséum national d’histoire naturelle de Paris, et ces actions étaient financées par le ministère. Mais c'était des systèmes qui tournaient depuis des années et personnes regardaient ce qui s'y passait. Quand on a regardé de plus près, on s'est rendu compte qu'en fait, très peu de fonds revenaient aux musées de province.

Quand la DBMIST a été créée en 1982, on a réintégré ces prérogatives au sein de l'administration centrale. Et c’est à ce moment-là, que l’on s'est intéressé à la première rénovation d’un musée scientifique, qui sera la Grande galerie de l’évolution du Muséum national d'histoire naturelle dans le cadre des « grands travaux » de l’État, le Conservatoire national des arts et métiers suivra plus tard.

Quelles ont été les premières étapes ?

52Nous avions réfléchi à ce qui pouvait être une assistance fonctionnelle pour les établissements, notamment la gestion des collections par leur informatisation. Nous étions au tout début de ce genre d'opération. Et puis on a découvert en même temps qu'il y avait d’autres lieux possédant des collections comme les universités et c'est ainsi que nous avons commencé à nous intéresser aux collections scientifiques.

53À l’époque, il y avait seulement quelques universités qui valorisaient un peu leurs collections, je pense à Rennes ou Montpellier, et puis il y avait à Lyon un musée des moulages qui était en perdition, ce musée était particulièrement intéressant. Ces moulages de sculptures avaient été réalisés il y a un siècle et étaient essentiels pour la restauration des originaux qui étaient connus. Globalement, on a pris conscience de la richesse des collections françaises, et on a commencé à les aider.

  • 32 Le Musée des arts et métiers porte la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et (...)

Quelques années plus tard, en 1996, vous aviez soutenu le projet d’inventaire du patrimoine scientifique et technique à l’université de Nantes. En 2007, vous acceptez la direction du Musée des arts et métiers à la suite de Daniel Thoulouze, nous travaillions à nouveau ensemble32 et vous aviez souhaité donner une impulsion européenne à la mission nationale PATSTEC créée en 2003.

« En effet, au niveau du musée, on avait des relations avec la plupart des grands établissements du même type au niveau européen. À l’époque, en 2008, le programme PATSTEC avait atteint un certain régime de croisière, et il y avait une certaine logique à faire connaître le programme à nos collègues européens. Nous nous sommes rendus compte que le savoir-faire accumulé depuis plusieurs années pouvait être utile, et que l’on pourrait jouer un rôle de modèle et aider les autres pays à développer des programmes identiques. Au fur et à mesure des discussions, en se rendant sur place nous avons eu des contacts avec des collègues intéressés. En 2008, des liens se sont formalisés avec l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, la Suisse, la Hongrie, la Bulgarie et le Portugal. Et on a fait la proposition de lancer un programme européen en répondant à un appel d’offre. Un certain nombre de pays nous a rejoint. Dans cette dynamique, s’est concrétisée l’idée de créer le réseau ESTHER.

L’Europe n’a pas suivi autant que nous l’espérions, il y avait encore à l’époque quelques réticences sur la thématique du patrimoine scientifique et technique contemporain, mais cela a permis de lancer une dynamique. Finalement l'objectif premier de ce de ce type de programme est de créer une dynamique et que les gens apprennent à se connaître et travaillent ensemble !

  • 33 Alison Boyle, Johannes-Geert Hagmann, Challenging Collections: Approaches to the Heritage of Recen (...)

Tout à fait, le réseau continue d’être actif, et des liens étroits se sont noués notamment avec le Deutsches Museum de Munich, le Musée des sciences et des techniques de Milan, le Science Museum de Londres. Il semble que les travaux communs aient également suscités des travaux de recherche comme, par exemple, les travaux d’Alison Boyle qui a réalisé un doctorat sur la thématique également en lien avec les collections du Science Museum33.

Figure 18 - Serge Chambaud, ancien directeur du Musée des arts et métiers

Figure 18 - Serge Chambaud, ancien directeur du Musée des arts et métiers

Serge Chambaud, ancien directeur du Musée des arts et métiers (milieu) avec Thierry Lalande, ancien responsable de collections au Musée (à gauche) et Robert Bud, historien des sciences et des techniques alors directeur des collections au Science Museum à Londres (à droite) en 2010 au CNAM.

©Catherine Cuenca

5. Entretien avec Pascale Heurtel

Archiviste paléographe, conservatrice générale des bibliothèques, Pascale Heurtel commence sa carrière au Muséum national d'histoire naturelle, autour des archives puis plus largement du patrimoine artistique et documentaire de l'établissement. Nommée directrice des bibliothèques du CNAM en 2016, elle est l'adjointe de l'administrateur général pour le patrimoine, l'information et la culture scientifique depuis 2019.

Pascale Heurtel, merci d’avoir accepté cet entretien, est-ce que vous pouvez nous évoquer votre parcours ?

Je suis diplômée de l’École des Chartes. J’ai ensuite intégré le Muséum national d'histoire naturelle à Paris où j’ai occupé plusieurs postes sur une vingtaine d’années, d’abord en tant que conservatrice chargée des manuscrits, puis sur l'ensemble des archives et des fonds anciens, avant d’être en charge de tout le patrimoine documentaire et artistique de l’établissement.

La direction des bibliothèques du Muséum gère tous les fonds qui ne sont pas naturalistes, ce qui comprend donc également les fonds iconographiques, dessins, photographies, et tout le patrimoine écrit. J’ai ensuite été directrice des bibliothèques avant d'arriver au CNAM comme directrice des bibliothèques.

Comment avez-vous connu la mission PATSTEC ?

Dans les collections identifiées au Muséum, il y avait une collection d’instruments scientifiques.

C’était la seule collection qui était en « coportage » entre la direction des collections naturalistes et la direction des bibliothèques. La bibliothèque avait commencé à faire un recensement et un inventaire. Dans cette dynamique, les collègues s’étaient rapprochés de PATSTEC et de Catherine Cuenca. On savait que si jamais on voulait avoir des compétences, des conseils, c'était auprès de Catherine Cuenca qu'il fallait en prendre. J'avais donc déjà régulièrement côtoyé PATSTEC au titre du Muséum, et j’avais même collaboré à une exposition organisée en Pays-de-Loire en prêtant un instrument de la famille Becquerel.

En 2019, en devenant adjointe de l'administrateur général du CNAM pour le Patrimoine, l’information et la culture scientifique, technique et industrielle, j’ai découvert plus précisément ce qu'était la mission PATSTEC puisqu’à partir de ce moment, elle m’a été directement rattachée.

Lorsque vous découvrez un peu plus le fonctionnement de la mission et du réseau, qu’est-ce qui a retenu votre attention ?

Ce qui m’a particulièrement intéressée dans le réseau PATSTEC, ce n’est pas la dimension de réseau en tant que telle, car en fait, il y a de nombreux réseaux professionnels qui existent. Comme d’autres, le réseau PATSTEC est à la fois un réseau professionnel d’échanges et de bons procédés, mais aussi un réseau associatif, riche de rencontres et de partage amical.

Ce que j’ai trouvé d’original dans le réseau PATSTEC, c’est qu’il n’y a pas véritablement de tête de pont. C’est un réseau vraiment partagé, plus distribué que beaucoup d'autres. Bien sûr, le CNAM assure un rôle de pilote organisationnel qui est nécessaire pour démontrer et pour rappeler sans cesse l'intérêt commun de cette mission. Mais il n'est pas tellement contributeur, il est totalement distributeur. Cela donne de l'équité entre les différents membres du réseau et contribue de fait à une grande horizontalité, ce qui est je pense assez rare.

Enfin la force du réseau, c’est une production commune vraiment solide puisque la base de données avec l'ensemble des dispositifs qui sont collectés autour de cette base, est le résultat tangible des efforts qui sont faits depuis vingt ans. C'est une vraie réalisation qui restera dans le temps et dont on ne peut pas dire qu'elle est le fait d'un établissement ou d'un autre. C'est très collectif.

Un autre aspect intéressant à mes yeux, pour moi qui viens du monde des bibliothèques, c'est l’idée de conservation partagée qui est commune à nos mondes professionnels. Je trouve que cette notion convient assez bien à PATSTEC, même si, bien sûr, quand on parle de conservation partagée pour les bibliothèques, c'est parce que les documents qu'on conserve ne sont pas uniques et que si on en a conservé un au lieu d'en conserver trois, on partage la charge de la conservation. Dans le cas de PATSTEC, on est dans un domaine où les objets ne sont pas vraiment reproductibles et sont malgré tout quasiment uniques, mais malgré tout on retrouve l’idée d’une répartition de la charge de conservation où chaque partenaire prend la responsabilité de ce qu'il conserve ou non mais dans une logique nationale raisonnée.

Vous évoquez le monde des bibliothèques. Le réseau PATSTEC a pour mission la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique qui passe par la sauvegarde des instruments, et parfois des documents associés. Quel est votre regard sur les archives scientifiques ?

La frontière entre la documentation et les archives est mince et ce débat est finalement assez stérile. Ce qui est intéressant, c'est de réfléchir à leurs usages futurs. Lorsqu’on se positionne du point de vue des usages, cela permet un peu plus facilement de se poser la question de ce que l’on conserve ou pas, de se poser la question du point de vue de l’utilisateur.

Par exemple, dans le cas de documents d'archives relatifs à la carrière d'un chercheur, j’aurais tendance à dire que si une personne cherche des informations sur ce chercheur, son premier réflexe ne sera pas d’aller regarder dans la base de données PATSTEC, mais plutôt de se rapprocher de services d’archives, ou encore de la famille. La mission PATSTEC n’a donc pas vocation directe à s’intéresser à ce type d’archives.

En revanche, dans le cas où des photographies appartenant à un fonds d'archives privées, pourraient être rapprochées physiquement ou intellectuellement d'un objet inventorié dans la base de données PATSTEC, évidemment, c'est intéressant de faire le lien, et potentiellement de sauvegarder cette archive.

Je pense que pour un certain nombre de raisons, les services communs de documentation (SCD) des universités peuvent être des partenaires de PATSTEC, ce sont des acteurs assez légitimes. D’ailleurs, d’étroites collaborations existent déjà au sein de différentes régions entre les SCD et les missions régionales ; dans un certain nombre de cas, comme à tous, ils portent la mission régionale.

Quelles sont, de votre point de vue, les spécificités majeures de la sauvegarde du patrimoine scientifique, au regard de de votre propre expérience ?

En ce qui concerne la démarche de collecte en tant que telle, elle n’est pas vraiment différente de ce qu’il peut se passer dans le champ des archives.

Il faut avoir la modestie d'en être conscient : en général, elle s’exerce dans des situations où la motivation principale n'est pas la sauvegarde. Soit une personne part, soit il y a un déménagement, soit il n'y a plus de place. C'est une constante des patrimoines non artistiques. Le patrimoine artistique, en général, est souvent mieux identifié même si ce n’est pas pour autant qu'on le préserve mieux, mais en tout cas il a une place à part.

Ce qui différencie la démarche par rapport à mes pratiques précédentes de collecte de patrimoine, c'est l'aspect 3D. Des objets, par définition en trois dimensions, prennent éminemment plus de place que des objets à deux dimensions et ne sont pas conçus sauf exception pour en faciliter le rangement. C'est un élément qui compte car il implique un enjeu majeur, celui des espaces de stockage et de conservation, et chacun sait que les mètres carrés sont rares dans les établissements.

Mais, une des particularités, et un atout sans doute, de ces objets patrimoniaux par rapport à ceux en deux dimensions, c'est qu'ils ont un pouvoir évocateur plus puissant. D’ailleurs, j’ai remarqué que se pose quasiment instantanément pour ces objets la question de leur valorisation.

Ce processus m’étonne, car dans le monde des archives ou des bibliothèques, la question patrimoniale n’est pas posée en ces termes. On ne se dit jamais que si tel ou tel document n’est jamais consulté ou bien si tel ouvrage ancien ou unique n’est pas emprunté, on va le jeter.

Je trouve surprenant d'associer autant préservation et valorisation. Je trouve que c'est très bien de valoriser, mais pour moi, il n'est pas obligatoire d'avoir un projet de valorisation pour avoir le soin de la conservation.

C’est vrai que c’est une part importante des activités du réseau !

Je n'ai pourtant pas l'impression que ce discours soit à ce point celui des responsables et des tutelles. J'ai le sentiment que c'est plus interne aux personnes qui collectent.

Ceci dit, le dynamisme des régions dans la production d’expositions, ou d’autres actions de mise en valeur du patrimoine est tout à fait enthousiasmant.

Le fait que l’exposition « Prototypes », par exemple, puisse être reprise de manière collaborative chez différents partenaires dans le cadre d’une itinérance et d’une réappropriation des contenus, est tout à fait exemplaire.

Ce qui est intéressant également, c’est d’observer que PATSTEC en tissant des liens avec des partenaires, notamment en culture scientifique, fait partie d’un ensemble plus vaste. De mon point de vue faire pleinement participer ce patrimoine à la diffusion de la culture scientifique est un axe important, ce n’est pas le seul. La conservation et la préservation en tant que telles peuvent produire d'autres effets, en termes de recherche ou de pédagogie par exemple, qui me semblent souvent un peu oubliés par rapport à ce premier mouvement.

La démarche PATSTEC inclut une prise en compte du patrimoine immatériel notamment à travers des collectes de mémoires orales.

Que pensez-vous de cet aspect méthodologique ?

Je pense que c'est absolument fondamental. L'archive orale donne accès à des informations qu’on ne peut collecter nulle part ailleurs. Par définition, un témoignage oral est un contenu subjectif mais, en complément d'autres outils plus objectifs, c’est un outil extrêmement précieux. Aujourd’hui, des méthodologies de gestion de ce type d’archive sont disponibles et les moyens, à la fois de captation et de diffusion, se sont tellement améliorés que c’est un moment parfait pour se repositionner sur ces questions.

La mission PATSTEC se définit dans la collecte du contemporain. Or ces dernières décennies ont été particulièrement marquées par le développement de l’usage du numérique dans toutes les pratiques dont celle de la recherche. S’intéresser aux programmes de recherche peut-il être une perspective de travail pour PATSTEC ?

Il y a, à mon avis, deux aspects, d’une part des données numériques, or, d’un point de vue PATSTEC, on n’a pas vocation à collecter les données produites. Leur préservation est en principe garantie à travers les pratiques de la Science ouverte qui connaissent un très grand essor et à travers lesquelles il est désormais obligatoire de sauvegarder les données publiques produites par la recherche. D’autre part, il y a les outils numériques, les programmes, les logiciels qui sont développés dans un cadre d’activités de recherche et qu’il faut préserver car c’est un patrimoine.

Ces questions sont donc extrêmement légitimes et très actuelles, notamment au CNAM où nous travaillons sur le patrimoine informatique avec d’autres acteurs nationaux, comme l’INRIA ou la Société informatique de France, et avec des missions régionales, comme à Grenoble.

En matière de sauvegarde des programmes informatiques, un dispositif existe déjà : Software heritage. Mais s’interroger sur une articulation possible entre les différents sujets de sauvegarde et les différents acteurs me semblerait important. C’est l’idée d’un consortium que nous essayons de mettre en place autour d’une « cité de l’informatique et du numérique ».

54Ce sont des questions vivantes qui doivent être éclairées par des discussions avec des spécialistes, des informaticiens. Nous avons, en tant que spécialistes du patrimoine, des compétences professionnelles, et je pense qu’un dialogue entre des communautés et des cultures professionnelles, très différentes, sera extrêmement intéressant et fructueux.

Quel rôle peut jouer à votre sens, la mission PATSTEC à l’échelle européenne ?

Dans les années 2010, de nombreux liens se sont développés avec des établissements muséaux européens, notamment grâce un fort investissement de Catherine Cuenca et Serge Chambaud. Les premiers travaux collaboratifs ont abouti en 2011 à la mise en place du réseau ESTHER. Les qualités du programme PATSTEC sont reconnues par les différents partenaires, et je pense que ce n'est pas si souvent que la France est mise en exemple.

Un des aspects à retenir est qu’il y a une forte envie de la part de nos voisins de travailler sur le patrimoine scientifique et technique contemporain, en revanche, la perspective de décliner l’organisation de la mission PATSTEC semble difficilement transposable chez nos voisins. D’autres pistes pourraient être explorées ; nous verrons quelles formes cela peut prendre dans le futur.

Est-ce que vous avez des souhaits pour la mission PATSTEC ?

Je pense que structurellement le réseau est extrêmement riche : il a été très bien construit et bien géré. Une de ces richesses est de tenir compte à la fois du domaine scientifique et du domaine technique. Cette double approche ouvre des perspectives très larges qui, bien sûr, concernent le monde de la recherche universitaire mais pas seulement. Diversifier les terrains de sauvegarde me semblerait une perspective intéressante. Il faudrait que les différents acteurs hors universités, notamment les entreprises, aient bien conscience qu’elles peuvent faire appel au dispositif PATSTEC pour des actions de sauvegarde.

Un autre axe intéressant, après vingt ans d’activité, serait sans doute de faire un point sur le périmètre réel des collections, en abordant les choses peut-être plus en termes de typologie d'objets qu'en termes de discipline. Des travaux ont déjà été fait en la matière au sein du réseau PATSTEC, dans les premières années notamment, mais je pense que ça serait intéressant aujourd’hui de se poser la question de ce qui a été collecté et de ce qu'il serait utile de collecter, notamment dans la démarche de conservation partagée déjà évoquée mais aussi en lien avec les tropismes scientifiques des partenaires, comme cela avait été imaginé dès l’origine.

Haut de page

Notes

1 Catherine Cuenca a été directrice du Muséum d’histoire naturelle de Nantes de 1989 à 1996, après en avoir été directrice adjointe de 1982 à 1989.

2 Catherine Cuenca-Boulat, « Nantes, le patrimoine universitaire, repérages, bilan et perspectives, mémoire d’une université et valorisation de la recherche », Rapport pour la « Mission Musées » du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, mai 1997.

3 « Le projet scientifique culturel […] est un document qui définit les grandes orientations et les stratégies […]. C’est avant tout une réflexion, qui doit dégager une dynamique d’ensemble et déboucher sur des propositions concrètes d’action », Direction des musées de France, muséofiche2, 2007, p.1. Voir CHAUMIER Serge et BACHY Marie, « Un PSC pour quoi faire ? », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 124 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2011, URL : http://journals.openedition.org/ocim/293, et sur le contexte Marie Cornu, Jérôme Fromageau et Dominique Poulot dir. 2002. « Genèse d’une loi sur les musées », Paris, La Documentation française, 2022.

4 Catalogue de lexposition « Prototypes, de l’expérimentation à l’innovation », Paris, CNAM, 2020.

5 Par exemple, le projet RESEED : Retro-conception sémantique d'objets patrimoniaux digitaux soutenu par l’Agence nationale de la recherche. (https://reseed.ls2n.fr/fr/accueil/ consulté le 17 mai 2019).

6 Les « Collections d’objets » sont une rubrique du site internet où les objets sont rassemblés par thématique.

7 Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées.

8 À partir de la loi 2002 des musées, les conservateurs d’état du patrimoine PSTN furent gérés également pour leur carrière par le ministère de la Culture et de la communication.

9 Louis Néel (1904-2000), physicien, reconnu pour ses travaux sur l’antiferromagnétisme. Il reçoit en 1970 le prix Nobel de physique.

10 Le propramme Ultimatech.

11 Revue pour l’histoire du CNRS, n°5, novembre 2001, p. 66-87.

12 Programme du GIP Atlantech.

13 Voir l’article fiches d’emplois types susmentionnées qui sont regroupées au sein du référentiel des emplois types de la recherche et de l’enseignement supérieur (https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pages/referens/?flg=fr). La BAP F réunit les métiers de la culture, de la communication et de gestion de collections muséales.

14 Le programme « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique du XXe siècle » était porté par le Groupe d’intérêt public Atlantech et l’Institut de l’homme et de la technologie de l’université de Nantes.

15 Catherine Cuenca, Yves Thomas, Catherine Ballé (dir.), Le Patrimoine scientifique et technique contemporain, un programme de sauvegarde en Pays-de-la-Loire, Paris, L’Harmattan, 2005.

16 Catherine Ballé, Laurent Pascail, « Culture scientifique et technique, patrimoine et multimédia », in Le Patrimoine scientifique et technique contemporain, un programme de sauvegarde en Pays-de-la-Loire, p. 191-211, op. cit.

17 Catherine Cuenca, Yves Thomas, Catherine Ballé (dir.), Le Patrimoine scientifique et technique contemporain, un programme de sauvegarde en Pays-d- la-Loire, op. cit.

18 « Patrimoine contemporain : Science, Technique, Culture & Société », séminaire de recherche organisé entre 2009 et 2015 par la mission nationale PATSTEC au Conservatoire national des arts et métiers.

19 Catherine Ballé, Catherine Cuenca, Daniel Thoulouze (dir.), « Patrimoine scientifique et technique. Un projet contemporain », Paris, La Documentation française, 2010.

20 Catherine Ballé, Serge Chambaud, Catherine Cuenca, Robert Halleux, Daniel Thoulouze (dir.), « Patrimoine contemporain des sciences et techniques », Paris, La Documentation Française, 2016.

21 Prototypes est un projet collectif de toutes les régions impliquées dans le programme et du Musée des arts et métiers ayant abouti en 2020 à la conception d’une exposition et à la publication d’un catalogue : Catherine Cuenca (dir.), Heurtel Pascale (préf.) Prototypes. « De l'expérimentation à l'innovation, catalogue d’exposition », Conservatoire national des arts et métiers, Paris, 2020.

22 Cuenca Catherine, Thomas Yves, « Des chercheurs : 16 histoires de recherche » in Le Patrimoine scientifique et technique contemporain, un programme de sauvegarde en Pays-de-la-Loire, Catherine Cuenca, Yves Thomas, Catherine Balle, Ed. L’Harmattan, 2005.

23 Actes du colloque « Osez la technique ! » 16-17 mai 2018 organisé par le réseau Résitech et le laboratoire DYSOLab, laboratoire des dynamiques sociales, Presses universitaires de Rouen-Le Havre (PURH) printemps 2023 (à paraître).

24 Catherine Cuenca, Yves Thomas, Catherine Ballé, « Le patrimoine scientifique et technique contemporain. Un programme de sauvegarde en Pays-de-la-Loire », Paris, L’Harmattan, 2005.

25 Valérie Joyaux, « Constitution et enrichissement collaboratif d’un outil et de son contenu dans le cadre du réseau Patstec », In Musées, centres de sciences et réseaux documentaires, S’organiser et produire, Sous la direction de Stéphane Chevalier, OCIM, MUST, pp.117-126, Dijon, 2016.

26 Catherine Ballé, Catherine Cuenca, Daniel Thoulouze (dir.), « Patrimoine scientifique et technique. Un projet contemporain », Paris, La Documentation française, 2010 ; Catherine Ballé, Serge Chambaud, Catherine Cuenca, Robert Halleux, Daniel Thoulouze (dir.), « Patrimoine contemporain des sciences et technique »s, Paris, La Documentation Française, 2016.

27 Yves Winkin, directeur de la culture scientifique et technique et du Musée des arts et métiers du CNAM de 2015 à 2018.

28 Bilan réalisé en 2015 par Valérie Joyaux.

29 - Dans le 7e PCRD, le programme-cadre de recherche et développement (PCRD) est un outil de financement utilisé par la Commission européenne pour contribuer au développement de la recherche européenne. Depuis 1984, les PCRD se succèdent jusqu’au 7e PCRD (2007-2013). Les PCRD se déclinent en programmes et actions qui se traduisent par des appels à projets. Chaque projet regroupe généralement plusieurs équipes de recherche.

30 www.patstec.fr, sur la page d’accueil, voir l’onglet ESTHER.

31 Direction des bibliothèques, des musées et de l’information scientifique et technique (1982 à 1989).

32 Le Musée des arts et métiers porte la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain de 2003 à 2019. La mission est ensuite rattachée à la PICST- mission du patrimoine, information, et culture scientifique et technique au CNAM.

33 Alison Boyle, Johannes-Geert Hagmann, Challenging Collections: Approaches to the Heritage of Recent Science and Technology, Artefact 11, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le professeur Grolleau
Légende Le professeur Grolleau effectuant un premier tri à L'IUT en Pays-de-la-Loire
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure. 2 - Robert Halleux
Légende Robert Halleux, colloque de la mission nationale PATSTEC, CNAM, Paris, 2010.
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Titre Figure 3. Catherine Ballé
Légende Catherine Ballé lors des ateliers nationaux, Paris, Musée des arts et métiers
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure.4 - Dominique Poulot
Légende Dominique Poulot, président du séminaire « Cabinet de curiosités du XXIe siècle : passé et avenir des cabinets de curiosités », Paris, 2016.
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 5 - Yves Thomas
Légende Yves Thomas, Catherine Cuenca et Jim Lengle, université de Nantes, au moment de la finalisation du site web (2002-2003).
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Figure 6 - Page d’accueil du premier site web PATSTEC
Légende Page d’accueil du premier site web www.PATSTEC.fr en 2004 à Nantes http://www.PATSTEC.fr
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 7 - Daniel Thoulouze
Légende Daniel Thoulouze, Musée des arts et métiers, Paris vers 2006.
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 8 - Présentation du premier ouvrage sur Le Patrimoine scientifique et technique contemporain au Centre de sociologie des organisations
Légende Présentation du premier ouvrage sur Le Patrimoine scientifique et technique contemporain, un programme de sauvegarde en Pays-de-la-Loire, L’Harmattan, Paris, 2005 au Centre de sociologie des organisations. De Gauche à droite : Yves Thomas, Catherine Cuenca, Girolamo Ramunni, Catherine Ballé, Paolo Brenni et Daniel Thoulouze.
Crédits ©Mission nationale PATSTEC
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 9 - Le schéma de la Mission PATSTEC
Légende Le schéma suivant résume l’organisation actuelle de la Mission nationale et de son réseau de partenaires @Mission PATSTEC
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-9.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure 10 - Phases de rédaction d’une fiche inventaire
Légende Présentation des différentes phases de rédaction et de validation d’une fiche inventaire dans la base de données des partenaires de la mission PATSTEC.
Crédits ©Maud Nimeskern
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-10.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 11 – Arborescence du site internet PATSTEC
Légende Arborescence du site internet PATSTEC. Selon la réorganisation des thématiques du précédent site.
Crédits ©Maud Nimeskern
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-11.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 12 – Statistique 2022 sur l’ensemble des bases de données régionales
Crédits ©Maud Nimeskern
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-12.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 13 - Localisation des missions PATSTEC
Légende Localisation des missions PATSTEC
Crédits ©Mission PATSTEC
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-13.png
Fichier image/png, 165k
Titre Figure 14 - Nombre total de personnes et par mission
Légende Nombre total de personnes et par mission par an en moyenne sur neuf ans : 22,7 (rapport 2019 de la mission nationale PATSTEC)
Crédits ©Valérie Joyaux
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-14.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 15 - Atelier de printemps
Légende Atelier de printemps, 10 ans de la mission nationale 2013, Montpellier.
Crédits ©Mission nationale PATSTEC
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 16 - Ateliers professionnels
Légende Ateliers professionnels, printemps 2008, Clermont-Ferrand.
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 17 - Viste commentée lors d’ateliers professionnels
Légende Viste commentée lors d’ateliers professionnels, printemps 2013, Lille.
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 18 - Serge Chambaud, ancien directeur du Musée des arts et métiers
Légende Serge Chambaud, ancien directeur du Musée des arts et métiers (milieu) avec Thierry Lalande, ancien responsable de collections au Musée (à gauche) et Robert Bud, historien des sciences et des techniques alors directeur des collections au Science Museum à Londres (à droite) en 2010 au CNAM.
Crédits ©Catherine Cuenca
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/8339/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Rozay, Catherine Cuenca, Yves Thomas, Daniel Thoulouze, Catherine Ballé, Valérie Joyaux, Maud Nimeskern, Marie-Laure Baudement, Serge Chambaud, Christian Amatore et Pascale Heurtel, « La mission de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC) »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome XII n°1 | 2023, mis en ligne le 27 mars 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/hrc/8339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.8339

Haut de page

Auteurs

Anne-Sophie Rozay

Cheffe de projet du réseau Résitech et de la Mission PATSTEC Normandie depuis 2014. Titulaire d’un master recherche en histoire des techniques de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Anne-Sophie Rozay est également doctorante au laboratoire d’Études sur les sciences et les techniques (UR 1610) de l’université Paris-Saclay.

Articles du même auteur

Catherine Cuenca

Conservatrice générale du patrimoine, océanographe et docteur en histoire de l’art et archéologie de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, spécialisée en histoire des institutions muséales, et patrimoines scientifiques et techniques, politique culturelle, en particulier pour le patrimoine scientifique et technique contemporain (de 1920 à aujourd’hui). Elle est responsable de la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain - PATSTEC dans le cadre de la mission « réseaux et recherche » au CNAM-PICST et à l'université de Nantes où elle est également cheffe de la mission PATSTEC Pays-de-la-Loire. Directrice adjointe du Musée des arts et métiers et cheffe du département du développement des patrimoines (DDP) de 2016 à 2019. Par ailleurs, elle est présidente de l’AGCCPF depuis 2016 (Association nationale des conservateurs du patrimoine et des professionnels des musées et des autres patrimoines publics de France).

Articles du même auteur

Yves Thomas

Automaticien, docteur ès sciences en automatique, est professeur émérite à Nantes université. Il a été directeur de plusieurs organismes d'enseignement supérieur technologique et de recherche. Il a notamment contribué à la valorisation de la recherche et a été auteur ou co-auteur de onze ouvrages scientifiques édités dans des domaines variés. Il a contribué au projet PATSTEC notamment dans ses composantes numériques.

Daniel Thoulouze

Physicien, directeur de recherche au CNRS et du Musée des arts et métiers au conservatoire national des arts et métiers de 2001 à 2007.

Articles du même auteur

Catherine Ballé

Directrice de recherche honoraire au CNRS, a poursuivi ses activités scientifiques au centre de sociologie des organisations. Dans ce domaine de la sociologie, elle a publié un Que-Sais-Je ? : Sociologie des organisations. Catherine Ballé a une expérience internationale aux États-Unis, au Mexique et en Europe. Ses recherches empiriques ont porté sur l’industrie, la justice et la culture. Elle a étudié l’Europe des musées, dont rend compte un ouvrage écrit avec Dominique Poulot et publié à La Documentation française. En 2020, une édition revue et augmentée est parue : « Musées en Europe. Tradition, mutation, enjeux ». Dès les années 2000, Catherine Ballé a accompagné scientifiquement les manifestations à caractère académique de la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain.

Articles du même auteur

Valérie Joyaux

Diplômée en muséologie, chargée de mission PATSTEC et région Pays-de-la-Loire et chargée de coordination pour la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain entre 2011 et 2019. Depuis 2019, elle est responsable adjointe de la bibliothèque universitaire de santé et responsable de la mission communication des BU de Nantes université. Elle est aussi en charge de la valorisation des fonds patrimoniaux imprimés ainsi que du musée Laënnec.

Maud Nimeskern

Diplômée en 2021 d’un master 2 Valorisation des nouveaux patrimoines à Nantes université, Maud Nimeskern est entrée au sein de la mission régionale Pays-de-la-Loire et de la cellule de coordination nationale PATSTEC dès janvier 2022. Ses différents stages dans le domaine de la valorisation numérique du patrimoine industriel et technique puis du patrimoine scientifique et astronomique, lui a permis d’intégrer le réseau en tant que chargée d’inventaire et de valorisation pour les collections de Nantes université et des autres partenaires de la mission sur l’ensemble du territoire régional.

Marie-Laure Baudement

Directrice du pôle culture de l’université de Bourgogne. Conservatrice générale du patrimoine. Après des études en écologie et muséologie, Marie-Laure Baudement intègre le Musée Vert du Mans de 1995 à 1999, avant de prendre la direction du Muséum d’Auxerre pendant une dizaine d'années.

Rejoignant ensuite l’université de Bourgogne, Marie-Laure Baudement est dans un premier temps en charge des collections scientifiques puis responsable d’un pôle culturel regroupant la gestion des collections, la culture scientifique, la culture artistique et le centre culturel, l’Atheneum, les éditions universitaires de Dijon et l’université pour tous. Également membre du réseau PATSTEC et cheffe du réseau en Bourgogne-Franche-Comté.

Articles du même auteur

Serge Chambaud

Ingénieur chimiste de l'École nationale supérieure de chimie de Paris. il a été de 1981 à 1991, responsable de la "Mission Musées" au Ministère de l’éducation nationale, puis de 1991 à 2006, responsable du département documentation information (DDI) à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) et directeur de 2007 à 2015 de la direction de la culture scientifique et technique et du Musée au conservatoire national des arts et métiers (CNAM) puis dès 2015 à 2021, président de l’Association française pour l’avancement des sciences, il en est aujourd'hui le trésorier.

Christian Amatore

Directeur de recherche émérite au CNRS, École normale supérieure de Paris (ENS rue d'Ulm), membre de l’Académie des sciences.

Pascale Heurtel

Archiviste paléographe, conservatrice générale des bibliothèques, elle commence sa carrière au Muséum national d'histoire naturelle, autour des archives puis plus largement du patrimoine artistique et documentaire de l'établissement. Nommée directrice des bibliothèques du CNAM en 2016, elle est l'adjointe de l'administrateur général pour le patrimoine, l'information et la culture scientifique depuis 2019.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search