Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Dossier thématiqueL’enrôlement des bêtalecteurs sur...

Dossier thématique

L’enrôlement des bêtalecteurs sur les plateformes d’écriture en ligne

Nolwenn Tréhondart
Traduction(s) :
Recruiting beta readers on online writing platforms [en]

Résumé

Cet article prend pour cas d’étude deux entreprises françaises, Scribay et Plumavitae, qui se présentent comme des incubateurs en ligne, spécialisés dans l’apprentissage de l’écriture littéraire. Nous montrons, en nous appuyant sur des entretiens que nous avons menés, comment elles mettent au cœur de leur projet des visions politiques et marchandes de l’écriture littéraire à partir de registres de justification morale proches du modèle des cités (Boltanski, Thévenot). Dans un second temps, nous nous intéressons au processus d’enrôlement des bêtalecteurs, en montrant que les stratégies de normalisation des activités en ligne reposent sur des formes d’encadrement du travail critique de relecture, dont l’exploitation va de pair avec des promesses d’accès aux métiers de l’édition ou à des formes de reconnaissance liées au statut d’écrivain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Henry Jenkins, La Culture de la convergence. Des médias au transmédia [2006], traduction Christophe (...)
  • 2 Serge Proulx, La Participation numérique, une injonction paradoxale, Paris, Presses de l’École des (...)
  • 3 Vincent Bullich, « De la “fabrique” aux marchés de la participation culturelle : de quelques effet (...)
  • 4 Serge Proulx, La Participation numérique, une injonction paradoxale, Paris, Presses de l’École des (...)
  • 5 Jacob Matthews, « Passé, présent et potentiel des plateformes collaboratives. Réflexions sur la pro (...)
  • 6 Sylvie Bosser, « La plateforme d’autoédition Librinova au prisme de la reconfiguration de l’intermé (...)

1Comme toute industrie culturelle, le secteur de l’édition subit des reconfigurations en lien avec le développement de plateformes d’écriture et de lecture, qui transforment les relations entre auteurs, lecteurs et éditeurs. Si l’avènement de ces plateformes a été initialement valorisé pour leur dimension participative rapprochant l’amateur du professionnel et l’auteur de ses lecteurs1, la multiplication des « interfaces prescriptives2 », guidées par des stratégies de captation de l’activité en ligne, est devenue, ainsi que l’écrit Vincent Bullich3, « un point de convergence des critiques du capitalisme numérique ». D’après Serge Proulx4, le « Web des plateformes » constituerait un tournant : l’usager serait passé de pratiques de « butinage » dans « un sentiment subjectif de relative liberté » à des pratiques encadrées par une économie de la donnée. De plus en plus d’approches critiques en sciences de l’information et de la communication étudient le rôle joué par les acteurs industriels du Web dans cette tendance à la « plateformisation des industries culturelles5 ». Les plateformes entendant jouer un rôle en lien avec le secteur de l’édition ont toutefois été encore peu étudiées6.

  • 7 Nous avons mené un entretien téléphonique avec Arnaud Lavalade de Scribay le 25 septembre 2020 d’un (...)
  • 8 Luc Boltanski et Vincent Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.
  • 9 Brigitte Ouvry-Vial, « Le savoir lire de l’éditeur ? Présupposés et modalités », in Bertrand Legend (...)

2Dans cet article, nous présentons les résultats d’une analyse encore exploratoire de deux entreprises françaises, Scribay et Plumavitae, qui ont en commun de se présenter comme des incubateurs en ligne, spécialisés dans l’apprentissage de l’écriture littéraire. Après avoir exposé notre cadre conceptuel, nous montrons, en nous appuyant sur des entretiens que nous avons menés7, comment elles mettent au cœur de leur projet des visions politiques et marchandes de l’écriture littéraire ancrées dans des rhétoriques entrepreneuriales de la culture et des registres de justification morale proches du modèle des cités8. Dans un second temps, nous nous intéressons au processus d’enrôlement des bêtalecteurs, en dévoilant comment Scribay et Plumavitae mobilisent des stratégies différentes d’encadrement et de normalisation du « savoir-lire éditorial9 » des bêtalecteurs. Nous montrons finalement que les stratégies de normalisation des activités en ligne reposent sur des formes d’encadrement et de standardisation du travail critique de bêtalecture, dont l’exploitation gratuite ou quasi gratuite va de pair avec des promesses d’accès aux métiers de l’édition ou de tremplin pour accéder à des formes de reconnaissance liées au statut d’écrivain.

Cadre théorique et méthodologique

La plateforme d’écriture : un dispositif d’encadrement et de normalisation des activités

  • 10 Nick Srnicek, Le Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique, Montréal, Lux, 201 (...)
  • 11 Nathalie Casemajor (dir.), « Pratiques culturelles numériques et plateformes participatives : oppor (...)

3L’emploi du terme « plateforme » est devenu un allant de soi de nombreux travaux en sciences de l’information et de la communication. Pour Nick Srnicek10, elle représente un nouveau type d’entreprise qui se positionne à la fois comme un outil de médiation au service des usagers et comme le terrain même où se déploient leurs activités. Dans le secteur culturel, la plateforme participative a pu être décrite comme une infrastructure computationnelle reliant pratiques culturelles et économie de la donnée11. Scribay et Plumavitae jouent un rôle d’intermédiation entre auteurs et lecteurs, en mettant à leur disposition des outils de production qui favorisent, d’une part, l’apprentissage de l’écriture littéraire et, d’autre part, la rédaction d’avis critiques, tout en exploitant potentiellement les données produites par ces activités. L’incitation à produire des critiques semble, par ailleurs, la condition sur ce type de marché bifaces pour tenir la promesse d’accompagnement de jeunes auteurs en attente d’avis éclairés les aidant à progresser dans leur art. La croissance de l’activité repose ainsi sur des formes de mobilisation continue des usagers, qui sont incarnées tant sur le plan des discours d’accompagnement que de l’architecture sémiotique.

  • 12 Yves Jeanneret et Emmanüel Souchier, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communic (...)
  • 13 Valérie Stiénon, « Des univers de consolation. Note sur la sociologie des écrivains amateurs », COn (...)

4Ainsi, selon une approche inspirée de la sémiotique des écrits d’écran, l’objet « plateforme » peut être qualifié d’« architexte12 ». Ce terme désigne la manière dont les usages se normalisent et s’industrialisent sur le Web par le biais d’outils d’éditorialisation numérique, dont les formes sémiotiques, récurrentes et contraintes, invitent à saisir les contenus dans des champs prédéfinis (formulaires, menus, etc.). Si les outils-logiciels d’édition facilitent l’acte d’écrire en le simplifiant, ils le balisent aussi en encadrant les manières de faire. Scribay et Plumavitae peuvent dès lors être comparées à des architextes, dont les éléments de design matérialisent des stratégies d’encadrement et de normalisation du travail d’écriture et de lecture critique, tout en véhiculant « leur lot de représentations idéalisées et stéréotypées des conditions d’accès au champ littéraire13 ».

La fabrique idéologique de la participation

  • 14 Luc Boltanski et Vincent Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.
  • 15 Athina Karatzogianni et Jacob Matthews, « Les plateformes. De la production idéologique sur les pla (...)

5La production de contenus est également encouragée par différents registres de « justification morale14 ». Pour Athina Karatzogianni et Jacob Matthews15, la thématique des « communs » est un argument de légitimation récurrent du discours des plateformes, associée aux idéaux de partage, de collaboration et de solidarité.

  • 16 Serge Proulx, La Participation numérique, une injonction paradoxale, Paris, Presses de l’École des (...)
  • 17 Jacob Matthews, « Passé, présent et potentiel des plateformes collaboratives. Réflexions sur la pro (...)

6Serge Proulx16 explique à son tour comment la mobilisation des usagers s’effectue par le biais d’un processus continu et progressif d’intériorisation de valeurs et normes au sein de communautés d’appartenance. Pour Jacob Matthews17, les « gestes répétés d’adhésion que le système exige des usagers » sont d’autant plus faciles à obtenir que ces derniers auraient une perception souvent « altérée de la chaîne de production » : ils n’auraient pas pleinement « conscience de la fonction qu’ils occupent dans les chaînes complexes de valorisation que les plateformes web permettent de tisser ». L’activité de production de textes littéraires en ligne et d’avis critiques relèverait d’un lent processus d’intériorisation de normes partagées, indissociable du plaisir intellectuel, émotionnel, ludique et affectif que retire l’usager de ses activités créatives. Nous verrons que l’encouragement à la participation gratuite ou quasi gratuite des bêtalecteurs relève d’une variété de registres – entrepreneurial, créatif, collaboratif, solidaire, désir de reconnaissance, promesse d’accès au champ littéraire ou aux métiers de l’édition – susceptibles d’exercer une importante force de séduction.

Choix du corpus

7Nous avons choisi d’étudier deux jeunes plateformes françaises créées après 2016. Scribay et Plumavitae ont en commun de jouer des codes de la culture « start-up » et de se présenter comme des lieux d’accompagnement d’auteurs en devenir : d’un côté, par l’organisation de formations en ligne consacrées à l’apprentissage des codes de l’écriture littéraire, et de l’autre, par la mise en place d’un processus de normalisation du travail critique de bêtalecture qui prétend garantir des retours qualitatifs sur les textes. L’adhésion des auteurs repose donc à la fois sur la promesse d’être édité ou reconnu pour leur talent, ainsi que sur l’existence d’un environnement d’aide à l’amélioration des écrits.

  • 18 Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Économ (...)

8Les modalités de fonctionnement ne sont toutefois pas les mêmes : au moment de l’enquête, Scribay compte 50 000 membres qui ont publié plus de 70 000 textes, tandis que Plumavitae compte 1 000 bêtalecteurs pour 50 auteurs. Par ailleurs, Scribay met en avant un esprit d’expérimentation reposant sur la création d’une communauté d’auteurs-lecteurs incités à s’entraider sans rétribution monétaire, selon un modèle de free labour proche d’une utopie participative fortement encouragée. De l’autre, le modèle de Plumavitae repose sur un esprit d’uberisation d’une partie du travail d’édition : l’activité de lecteur-correcteur y est (très peu) rémunérée et séparée du travail d’écriture, réalisé par des auteurs en quête d’un éditeur. Si Scribay fonctionne plutôt comme un « univers de consolation18 », tel n’est donc pas le cas de Plumavitae qui joue sur la promesse de reconnaissance symbolique et professionnelle dans le milieu de l’édition. Enfin, les choix opérés par les deux plateformes en matière de design reflètent des stratégies différentes. Nous tentons ainsi, dans cet article, de mettre en contraste ces différentes stratégies de légitimation et les modalités d’encadrement du travail des bêtalecteurs.

Figure 1

Figure 1

Capture d’écran de la page « Qui sommes-nous ? » de Scribay, février 2021.

Figure 2

Figure 2

Capture d’écran de la page d’accueil de Plumavitae, 9 février 2021.

Récits fondateurs et registres de justification

  • 19 Dans ses travaux sur la théorie de la justice, Luc Boltanski a conçu le « modèle des cités » qui re (...)

9S’intéresser aux récits fondateurs de Scribay et Plumavitae, à partir des discours d’accompagnement et d’entretiens menés avec leurs concepteurs, permet de mieux saisir l’environnement idéologique et la culture d’entreprise qui irriguent le design des dispositifs numériques. Ces récits peuvent être vus comme un ensemble de croyances et de points d’appui normatifs, qui cherchent à emporter l’adhésion des usagers. Nous nous sommes appuyés sur le modèle des cités19 pour éclairer leurs registres de justification.

L’anti-modèle : Wattpad ou la « cité de l’opinion »

10Dans le modèle des cités, la « cité de l’opinion » s’appuie sur les grandeurs de la renommée et de la popularité. Lors des entretiens, les deux concepteurs critiquent ce modèle assimilé à Wattpad : « On veut casser ce modèle à la Wattpad », affirme le fondateur de Plumavitae, Kevin Bilingi, qui met en cause la qualité du travail des bêtalecteurs. Ces derniers auraient tendance à survaloriser les œuvres écrites, et à conforter les auteurs dans leurs illusions. Seule une formation exigeante, fondée sur une méthodologie qu’il a lui-même mise au point, permet d’offrir des retours qualitatifs. Le cofondateur de Scribay, Arnaud Lavalade, se montre tout aussi circonspect : « Wattpad est là pour la diffusion et se faire connaître. C’est un YouTube de la littérature. » Soucieux de freiner la « course à la construction d’un soi numérique et le personal branding », son modèle de plateforme dit vouloir favoriser les comportements d’entraide.

Scribay, au croisement de la « cité par projets », de la « cité civique » et de la « cité inspirée »

  • 20 Page d’accueil « Qu’est-ce que Scribay ? » [En ligne] https://www.scribay.com/faq#q11 [consulté le (...)
  • 21 Luc Boltanski et Ève Chiapelllo, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2016.

11Créée en 2016, Scribay se présente comme « un environnement d’écriture, d’apprentissage et de partage ouvert à toutes les plumes, débutantes comme confirmées20 ». Le récit fondateur relate l’histoire de « deux amis » qui s’amusent à se lancer des défis littéraires pour stimuler leur imagination. Manuel Darcemont, est ingénieur, tandis qu’Arnaud Lavalade, diplômé en sciences économiques, travaille dans l’entrepreneuriat. Ce dernier explique que le projet Scribay est envisagé sans but lucratif, comme « un jardin, un projet artistique », porté par une communauté qui a pris le relais et en assure la survie : « Les membres se sentent investis de protéger cet environnement qu’on a fondé sur la bienveillance, l’altruisme, l’entraide, la créativité. » Ces propos rappellent le modèle de la « cité inspirée » : le recours à des techniques issues du creative writing et des ateliers d’écriture permet de stimuler la créativité des usagers. L’on y retrouve aussi les principes de la « cité par projets21 » : les valeurs de partage, d’horizontalité, de « culture réseau » sont valorisées par rapport au modèle d’organisation hiérarchisée de l’entreprise. Arnaud Lavalade perçoit la plateforme comme un outil de décentralisation favorisant l’intelligence collective : « La plateforme est un outil qui permet à plein de gens de créer alors que l’édition est un travail centralisé. Une plateforme est quelque chose qui permet à un grand nombre d’individus d’interagir, de produire et d’échanger. Les gens sont là pour vivre librement. »

12Cette vision de Scribay comme lieu alternatif à l’édition traditionnelle et bien commun est sous-tendue par des valeurs éthiques reliées à son expérience professionnelle : « On a des soucis par rapport à ce que les grandes entreprises font du cerveau des gens. On a justement un produit Scribay pour essayer de désintoxiquer les gens du culte de l’immédiateté, cette espèce d’égocentrisme favorisé par Instagram, Facebook. On a voulu faire comprendre aux gens que s’ils veulent produire de la littérature un peu riche et approfondie, il faut qu’ils prennent le temps, du recul sur ce qu’ils produisent. » Le design de Scribay entend encourager l’adoption de comportements vertueux : « On a voulu créer un espace où on n’allait pas courir après la popularité mais après la créativité et le fait d’aider les autres. »

13Les propos d’Arnaud Lavalade témoignent de la capacité du système capitaliste à mettre à profit toute critique : lutter contre le capitalisme cognitif en proposant des modèles altruistes de design devient un argument légitimant l’existence et le fonctionnement de Scribay. Le système d’injonctions à l’altruisme et à la bienveillance implanté dans le design est vertueux en ce qu’il s’oppose au modèle de « raccourcissement de la pensée » proposé par Twitter. Nous verrons plus loin comment l’existence d’une étiquette « auteur altruiste » incarne cette stratégie illustrant le modèle de la « cité civique ». Sur Scribay, la grandeur de chacun est déterminée par son statut plus ou moins altruiste au sein du collectif : « Au lieu d’avoir élaboré des algorithmes tordus, […] on a conçu un espace qui permet aux humains d’essayer de faire preuve de civisme. »

Plumavitae, la « cité industrielle »

14Si le récit fondateur de Scribay se situe au croisement de différents modèles des cités, Plumavitae nous semble incarner le modèle de la « cité industrielle » et ses valeurs d’efficacité. Créée en 2017 sous le slogan « Plumavitae : la Plateforme qui rend le pouvoir aux Jeunes Écrivains22 », celle-ci prétend solutionner certaines problématiques contemporaines du monde du livre, en jouant un rôle d’empowerment auprès des écrivains en herbe. « La plateforme de l’édition de demain23 » est constituée d’un incubateur d’auteurs : « le nid ». Portés par l’espoir de signer un contrat d’édition, ceux-ci sont accompagnés gratuitement par plusieurs bêtalecteurs, appelés les « brigadiers », formés aux méthodes de relecture critique de Kevin Bilingi. Le récit fondateur met en scène un adolescent idéaliste qui voulait lutter contre les injustices du monde de l’édition en offrant une plus grande chance aux auteurs d’être publiés : « Depuis tout jeune, on m’a dit que je pouvais devenir écrivain. Mais en découvrant la dureté du monde entrepreneurial et artistique, j’ai décidé de mettre mon énergie et mes compétences au service des Plumes. » Kevin Bilingi a fondé Plumavitae à 24 ans, dans le cadre d’un concours de start-ups organisé par son université d’économie-gestion.

  • 24 Olivia Chambard, Business Model. L’université, nouveau laboratoire de l’idéologie managériale, Pari (...)

15Durant l’entretien, il assume le choix d’une rhétorique suggérant une organisation de type quasi « militaire » : « Ça fait un peu armée du coup, et ça rentre dans l’effort fait pour les auteurs, ils savent qu’ils sont en “formation militaire” entre guillemets. […] On est en guerre contre les injustices dans l’édition. On est un mouvement. » Olivia Chambard24 raconte comment l’introduction du champ lexical de l’entreprise au sein de l’université a pu être présentée comme une manière de faire « bouger les lignes », de changer le monde. De même, avec sa rhétorique guerrière et révolutionnaire, le fondateur de Plumavitae n’hésite pas à présenter sa plateforme comme un laboratoire de changement social. L’entrepreneur et l’artiste sont tous deux engagés dans une lutte pour la reconnaissance et la survie économique : « Les auteurs sont des entrepreneurs, ils ont besoin de formation, de financement, qu’on les accompagne. Les entrepreneurs et les auteurs, ils sont dans le même sac. » Plumavitae met ainsi l’auteur au centre de sa rhétorique promotionnelle. Poussin tombé du nid, il deviendra phénix et connaîtra la consécration grâce au soutien des bêtalecteurs, les « édirévolutionnaires » : « Quand un auteur vient sur Plumavitae, le but, c’est d’augmenter les chances d’édition. L’auteur sait qu’il est là pour être accompagné, on lui donne les clés de l’édition pour que cela marche. »

  • 25 Dans un document fondateur mis à disposition des usagers sur la plateforme, Uber est cité comme sou (...)

16Il est intéressant de voir comment ce discours instrumentalise les difficiles conditions matérielles dans lesquelles le métier d’écrivain peut s’effectuer. Mais ces arguments s’adressent aussi à la corde sensible des bêtalecteurs, enjoints de donner de leur temps libre pour aider les écrivains à accomplir leur œuvre. Le rapprochement entre les figures de l’entrepreneur et de l’auteur s’accompagne par ailleurs d’une vision idéalisée du modèle des Gafam : Kevin Bilingi cite Apple, Facebook, Uber, comme de modèles révolutionnaires dont il s’est inspiré25.

  • 26 Plusieurs auteurs de Plumavitae ont fait l’objet d’une publication à compte d’éditeur, la plateform (...)

17Parallèlement, Plumavitae est présentée comme une réponse aux problèmes structurels du secteur de l’édition qui ne parvient plus à assumer le travail d’accompagnement des primo-romanciers26. Il s’agit d’assumer un rôle de facilitateur, en accouchant de nouveaux talents, ce qui n’est toutefois pas sans effrayer les éditeurs concernés d’après Kevin Bilingi : « J’ai des éditeurs qui m’ont dit : “Mais vous voulez nous voler notre travail de sélection d’auteurs…” On marche un peu sur des œufs pour l’instant […], notre but, c’est d’épauler, pas de détruire. »

  • 27 Athina Karatzogianni et Jacob Matthews, « Les plateformes. De la production idéologique sur les pla (...)

18Cet ensemble de justifications fondées sur des critères de performance, d’efficacité, de savoir-faire, de solutionnisme sont typiques de la « cité industrielle » ; avec leur rhétorique révolutionnaire, ils font aussi écho au paradoxe d’un système de plateforme qui n’hésite pas à épouser le système capitaliste, tout en se posant comme solution révolutionnaire et instrument de justice face à l’ordre néolibéral27.

19Après avoir exposé les registres de justification morale justifiant l’existence de ces plateformes, intéressons-nous maintenant aux conceptions de digital labour qui y sont mises en œuvre et à la manière dont elles sont encouragées par le design des interfaces.

Encadrement et standardisation du travail critique de bêtalecture

  • 28 Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Économ (...)

20Plumavitae et Scribay fonctionnent comme des « simili champs littéraires28 », qui en rejouent les mécanismes, sans toutefois en faire partie. Si le métier d’écrivain s’y apprend à partir d’enseignements codifiés en ligne, la promesse d’amélioration des écrits grâce aux retours critiques des lecteurs y est indissociable de stratégies d’encadrement et de normalisation de leur participation.

Scribay : l’injonction sémiotique à l’altruisme

  • 29 Angelina Karpovich, « The role of beta readers in online fan fiction communities », in Teoksessa, K (...)
  • 30 Le lecteur pourra également se référer aux travaux de Bertrand Legendre, notamment dans le chapitre (...)
  • 31 Trebor Scholz (dir.), Digital Labor. The internet as Playground and Factory, New York, Routledge, 2 (...)

21Angelina Karpovich29 décrit les pratiques de bêtalecture comme le résultat d’une convergence entre des pratiques sociales issues de l’univers informatique et de l’univers éditorial30. Si les activités des bêtalecteurs ont pu être décrites sous l’angle de l’émergence d’une culture participative, l’approche critique par le concept de digital labour permet de considérer ces activités comme caractéristiques des stratégies du capitalisme cognitif, en venant révéler des formes de travail non (ou très peu) rémunérées, qui, si elles n’ont « ni le goût ni l’allure ni l’odeur du travail31 », représentent tout de même des formes de travail immatériel.

  • 32 Tiziana Terranova, « Free labor : producing culture for the digital economy », Social Text, vol. 18 (...)

22Le travail critique de relecture semble en effet venir s’inscrire dans un principe de free labour, encouragé par des valeurs de solidarité, de désintéressement, de créativité et de mise au service des talents auprès de la communauté. Si Arnaud Lavalade prétend ne pas revendre les données produites, la mise en avant d’un principe de don/contre-don dans la rédaction des avis critiques est toutefois l’un des moteurs qui permet d’attirer les auteurs sur une plateforme réputée « élitiste32 ».

  • 33 Nolwenn Tréhondart, « La bande dessinée en prise avec les matérialités d’Instagram. Injonctions à l (...)

23Le design de Scribay fonctionne à cet égard comme un espace d’« injonction sémiotique33 » altruiste, qui oriente les comportements par un système de rétributions symboliques.

24Le « tableau de bord » de l’interface d’accueil est divisé en deux colonnes. Sur celle de droite sont présentées les activités propres à l’usager : participation à des défis, projets d’écriture, discussions ou lectures. Sur celle de gauche, les activités des autres membres s’affichent de manière apparemment chronologique, et sont classées en trois catégories : « Auteur altruiste » ; « À accueillir » ou sans étiquette.

Figure 3a

Figure 3a

Captures d’écran du tableau de bord de Scribay et des activités s’y déroulant (9 février 2021).

25L’on repère dans la figure 4 l’étiquette verte « Auteur altruiste », qui permet de valoriser certains auteurs auprès de la communauté et d’apparaître en haut du fil d’actualité. Si Arnaud Lavalade reste discret sur le secret de fabrication de cette catégorie (qui ferait office d’incitation à travailler dans un esprit d’entraide communautaire), celle-ci est pourtant reliée à un algorithme de calcul de l’intensité de l’investissement dans les activités proposées. De fait, Scribay, malgré un discours s’opposant au modèle de la popularité, n’échappe pas tout à fait aux stratégies classiques de mise en avant fondées sur la quantification et la gamification. Produire des annotations ou organiser des défis littéraires permet de décrocher ce tremplin de visibilité. Le fait qu’auteurs et lecteurs soient encouragés à adopter en simultané les deux postures fonctionne comme une incitation à la productivité textuelle, sous couvert de motivation altruiste.

26Au-delà de cet encouragement à la participation favorisé par la classification algorithmique, la configuration matérielle de la plateforme repose aussi sur des tentatives de normalisation et de standardisation du travail des bêtalecteurs. Ces derniers sont invités à délaisser le point de vue du fan pour adopter celui du professionnel grâce à de nombreuses options facilitant et standardisant leur travail. L’auteur peut configurer son texte en « premier jet », « correction » ou « texte final ». Dans la version « premier jet », le bêtalecteur est incité à donner la priorité à l’intrigue et aux idées générales. Dans la version « correction/relecture » sont privilégiées les corrections de type orthographe, grammaire et style. Dans la version « jet final », seuls les commentaires sont autorisés.


27Cette standardisation du travail de bêtalecture permet à l’auteur de garder la main sur son texte ; elle donne aussi l’illusion d’une professionnalisation de la critique : contrairement à Wattpad, les commentaires s’appuieraient sur des standards rappelant certaines des méthodes utilisées dans les maisons d’édition.

L’uberisation du travail de relecture chez Plumavitae

  • 34 Ce tarif a fait hurler les correcteurs du Monde dans un article intitulé « Et tout ça pour un euro  (...)

28Chez Plumavitae, les activités des bêtalecteurs peuvent, sous un certain angle, s’apparenter à une forme d’uberisation du travail. Ces derniers ont droit à une rémunération symbolique – un euro pour vingt pages – bien en dessous des tarifs professionnels34. Le bêtalecteur est sélectionné, évalué et intégré dans un système de formation encadré et hiérarchisé.

La formation est en deux étapes [explique Kevin Bilingi], on leur demande de faire une critique. Parle-nous d’un livre que tu as aimé ou pas, de ton choix. Juste ce texte nous permet de voir quels sont les critères que le bêtalecteur juge bons. Il lui manque souvent le fond ; à ce moment-là, moi ou un autre brigadier le corrigeons. Que peux-tu nous dire sur le message de la plateforme ? Cette recherche de professionnalisation des auteurs et des bêtalecteurs, on était obligés de leur faire comprendre qu’un livre c’est pas juste un scénario avec des personnages sympas, il y a aussi un message. 

  • 35 « Chez Plumavitae, on a développé notre arme secrète pour évaluer une œuvre et augmenter tes chance (...)

29Ces critiques s’appuient sur une fiche modèle comportant « 5 piliers » de l’édition que Kevin Bilingi a défini à partir de son expérience d’auteur, de bêtalecteur et de conversations avec des éditeurs. Ses « 5 clés pour être lu et (enfin) édité » – le scénario, l’univers, les personnages, le fond, la forme – sont consultables sur une chaîne YouTube35.

30Si seule l’écriture des fiches est rémunérée, le travail de relecture ne s’arrête pourtant pas là : des échanges informels s’organisent sur l’outil de communication Slack.

Les échanges n’étaient pas prévus quand j’ai conçu la plateforme, l’auteur devait juste recevoir des critiques, ce sont les lecteurs au fur et à mesure qui ont réclamé plus d’échange […]. Si demain je leur dis « On supprime Slack », 90 % partiraient.

  • 36 Maud Simonet, Travail gratuit. La nouvelle exploitation ?, Paris, Textuel, 2018.

31L’on repère dans ces propos certains des ressorts favorisant l’enrôlement : d’une part, l’importance des ressorts affectifs qui se nouent entre l’auteur et ses lecteurs ; d’autre part, la promesse incertaine de professionnalisation, qui fonctionne d’autant mieux que l’industrie culturelle de l’édition repose sur une logique de hope labour36. De nombreux bêtalecteurs acceptent de travailler quasi gratuitement dans l’espoir d’acquérir des compétences qui leur permettront d’accéder au milieu fermé de l’édition : « On a celles qui veulent entrer dans l’édition. Certaines, j’en ai qui cherchaient un stage dans l’édition, qui ne l’ont pas eu, et du coup, elles ont travaillé pendant un an sur Plumavitae pour ensuite aller dans un master d’édition. » Les bêtalecteurs sont majoritairement jeunes (la vingtaine), de sexe féminin à plus de 90 %, et fraîchement diplômées. Beaucoup déclarent dans leur fiche descriptive une passion pour la lecture dont elles aimeraient faire leur métier. Cette force digitale de travail semble d’autant plus facile à recruter que les métiers de l’édition sont difficiles d’accès et hautement valorisés.

32Par ailleurs, contrairement à Scribay, la modélisation du rôle des bêtalecteurs s’effectue par le biais d’interfaces banales, couramment utilisées en gestion de projets : Slack et Trello. L’application Trello est inspirée de la méthode Kanban mise en place dans les années 1950 comme outil de gestion dans l’usine automobile japonaise Toyota. Cette méthode visuelle permet par le biais d’un système de cartes et de jeux d’étiquettes de visualiser l’état d’avancement des travaux.

Figure 5

Figure 5

Interface Trello de Plumavitae (capture d’écran du site, 9 février 2021).

33La formation du bêtalecteur commence donc par l’apprentissage d’une culture numérique de la gestion de projet, complémentaire à l’apprentissage du métier de relecteur. Ce qui, au départ, pourrait sembler un frein à l’appropriation est retourné en argument au service de la professionnalisation :

Il faut former des gens à Trello et Slack [explique Kevin Bilingi], les gens viennent pour lire et les gens ont une formation à des outils qu’ils ne connaissent pas avant, ils peuvent mettre ça dans leur CV, tout dépend de la manière dont on leur présente les choses… 

Conclusion

34Nous nous sommes attachée dans cet article à montrer comment Scribay et Plumavitae, d’une part, légitiment leur existence en mobilisant et produisant des discours idéologiques, ancrés dans les grands principes justificatifs du modèle des cités (par projets, civique, inspirée, industrielle), et d’autre part, mettent en œuvre des stratégies d’enrôlement et de normalisation du travail critique de bêtalecture, en imposant par différents systèmes d’injonction un pouvoir normatif sur les productions.

  • 37 Joëlle Zask, Participer. Essais sur les formes démocratiques de la participation, Lormont, Le bord (...)

35Malgré des différences notables en matière d’objectifs ou de justifications, l’enrôlement des travailleurs de la critique est indispensable à l’existence de ces lieux d’incubation en ligne pour écrivains. Les promesses faites aux auteurs vont de pair avec celles faites aux bêtalecteurs. En acceptant d’être encadrés et soumis à des normes édictées, certains peuvent nourrir l’espoir d’être formés aux métiers de l’édition. Cette promesse de professionnalisation est cependant probablement inaboutie, dans la mesure où les formations reposent, dans les deux cas, sur des représentations stéréotypées du monde de l’édition, provenant de personnes qui n’en sont pas issues. Dans de futurs travaux, nous aimerions nous pencher sur les motivations des usagers afin de cerner avec plus de précision les formes d’adhésion et de résistance qui émergent en lien avec ces deux conceptions du digital labour, entre injonction à l’altruisme et uberisation du travail de relecture Au moment où cette étude a été effectuée, les modes de gouvernance du fondateur de Plumavitae étaient d’ailleurs contestés : certains usagers lui reprochaient de « cramer » sa plateforme, en ne les associant pas aux décisions. Ces polémiques internes posent la question de l’émergence de formes spécifiques de pensée politique critiques à l’égard de dispositifs numériques dont les stratégies ne rejoignent pas toujours les idéaux démocratiques de leurs usagers37.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, Luc et Chiapelllo, Ève, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2016.

Boltanski, Luc et Thévenot, Vincent, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

Bosser, Sylvie, « La plateforme d’autoédition Librinova au prisme de la reconfiguration de l’intermédiation littéraire », tic&société, vol. 13, n° 1-2, 2019, p. 195-223.

Bullich, Vincent, « De la “fabrique” aux marchés de la participation culturelle : de quelques effets de la “plateformisation” », in Severo, Marta (dir.), Actes du colloque « La fabrique de la participation culturelle ? Plateformes numériques et enjeux démocratiques », 30 novembre-1er décembre 2020, Université Paris Nanterre, 2021, p. 35-48.

Casemajor, Nathalie (dir.), « Pratiques culturelles numériques et plateformes participatives : opportunités, défis et enjeux », rapport financé par le Fonds de recherche du Québec - Société et culture, 2018. [En ligne] http://espace.inrs.ca/id/eprint/7894/1/casemajor-2019-pratiquesculturellesnumeriques.pdf [consulté le 18 avril 2021].

Chambard, Olivia, Business Model. L’université, nouveau laboratoire de l’idéologie managériale, Paris, La Découverte, 2020.

Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanüel, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication & langages, n° 145, 2005, p. 3-15.

Jenkins, Henry, La Culture de la convergence. Des médias au transmédia [2006], traduction Chistophe Jaquet, Paris, Armand Colin/Ina Éditions, « Médiacultures », 2013.

Karatzogianni, Athina et Matthews, Jacob, « Les plateformes. De la production idéologique sur les plateformes d’intermédiation numérique », Études digitales, n° 8.2, 2020.

Karpovich, Angelina, « The role of beta readers in online fan fiction communities », in Teoksessa, Karen et al. (dir.), Fan Fiction and Fan Communities in the Age of the Internet, Jefferson, McFarland, « New Essays », 2006, p. 171-188.

Legendre, Bertrand, Ce que le numérique fait aux livres, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2019.

Matthews, T. Jacob, « Passé, présent et potentiel des plateformes collaboratives. Réflexions sur la production culturelle et les dispositifs d’intermédiation numérique », Les Enjeux de l’information et de la communication, n° 16.1, 2015, p. 57-71. [En ligne] https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2015/varia/04-passe-present-potentiel-plateformes-collaboratives-reflexions-production-culturelle-dispositifs-dintermediation-numerique/ [consulté le 18 avril 2021].

Ouvry-Vial, Brigitte, « Le savoir lire de l’éditeur ? Présupposés et modalités », in Legendre, Bertrand et Robin, Christian (dir.), Figures de l’éditeur, Paris, Nouveau Monde édition, 2005, p. 1-19.

Poliak, Claude, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Économica, « Études sociologiques », 2006, p. 244-245.

Proulx, Serge, La Participation numérique, une injonction paradoxale, Paris, Presses de l’École des mines, 2020.

Sapiro, Gisèle et Rabot, Cécile, Profession ? Écrivain, Paris, CNRS Éditions, 2017.

Scholz, Trebor (dir.), Digital Labor. The Internet as Playground and Factory, New York, Routledge, 2012.

Simonet, Maud, Travail gratuit. La nouvelle exploitation ?, Paris, Textuel, 2018.

Srnicek, Nick, Le Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique, Montréal, Lux, 2018.

Stiénon, Valérie, « Des « univers de consolation. Note sur la sociologie des écrivains amateurs », COnTEXTES, 2008. [En ligne] http://journals.openedition.org/contextes/2933 [consulté le 18 avril 2021].

Tandia, Calixthe, « Les plateformes d’écriture en ligne Scribay, Wattpad et Fyctia : tremplin des auteurs amateurs vers le statut d’écrivain ou univers de consolation ? », master sciences humaines et sociales, mention métiers du livre Parcours édition master 2, 2017-2018, Université Paris Nanterre, 2018.

Terranova, Tiziana, « Free labor : producing culture for the digital economy », Social Text, vol. 18, n° 2 (63), 2000, p. 33-58.

Tréhondart, Nolwenn, « La bande dessinée en prise avec les matérialités d’Instagram. Injonctions à la participation et postures d’acteurs dans le feuilleton numérique Été », Les Enjeux de l’information et de la communication, n° 20.3, 2019, p. 111-124. [En ligne]  https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2019-S1-page-111.htm [consulté le 18 avril 2021].

Zask, Joëlle, Participer. Essais sur les formes démocratiques de la participation, Lormont, Le bord de l’eau, 2011.

Haut de page

Notes

1 Henry Jenkins, La Culture de la convergence. Des médias au transmédia [2006], traduction Christophe Jaquet, Paris, Armand Colin/Ina Éditions, « Médiacultures », 2013.

2 Serge Proulx, La Participation numérique, une injonction paradoxale, Paris, Presses de l’École des mines, 2020.

3 Vincent Bullich, « De la “fabrique” aux marchés de la participation culturelle : de quelques effets de la “plateformisation” », in Severo, Marta (dir.), Actes du colloque « La fabrique de la participation culturelle ? Plateformes numériques et enjeux démocratiques », 30 novembre-1er décembre 2020, Université Paris Nanterre, 2021, p. 35-48.

4 Serge Proulx, La Participation numérique, une injonction paradoxale, Paris, Presses de l’École des mines, 2020.

5 Jacob Matthews, « Passé, présent et potentiel des plateformes collaboratives. Réflexions sur la production culturelle et les dispositifs d’intermédiation numérique », Les Enjeux de l’information et de la communication, n° 16.1, 2015, p. 57-71. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2015-1-page-57.htm [consulté le 18 avril 2021].

6 Sylvie Bosser, « La plateforme d’autoédition Librinova au prisme de la reconfiguration de l’intermédiation littéraire », tic&société, vol. 13, n° 1-2, 2019, p. 195-223.

7 Nous avons mené un entretien téléphonique avec Arnaud Lavalade de Scribay le 25 septembre 2020 d’une durée de deux heures et un entretien téléphonique avec Kevin Biligi de Plumavitae le 29 septembre 2020 d’une durée de deux heures.

8 Luc Boltanski et Vincent Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

9 Brigitte Ouvry-Vial, « Le savoir lire de l’éditeur ? Présupposés et modalités », in Bertrand Legendre et Christian Robin (dir.), Figures de l’éditeur, Paris, Nouveau Monde édition, 2005, p. 1-19 ; Gisèle Sapiro et Cécile Rabot, Profession ? Écrivain, Paris, CNRS Éditions, 2017.

10 Nick Srnicek, Le Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique, Montréal, Lux, 2018.

11 Nathalie Casemajor (dir.), « Pratiques culturelles numériques et plateformes participatives : opportunités, défis et enjeux », rapport financé par le Fonds de recherche du Québec - Société et culture, 2018. [En ligne] http://espace.inrs.ca/id/eprint/7894/1/casemajor-2019-pratiquesculturellesnumeriques.pdf [consulté le 18 avril 2021].

12 Yves Jeanneret et Emmanüel Souchier, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication & langages, nº 145, 2005, p. 3-15.

13 Valérie Stiénon, « Des univers de consolation. Note sur la sociologie des écrivains amateurs », COnTEXTES, 2008. [En ligne] http://journals.openedition.org/contextes/2933 [consulté le 18 avril 2021].

14 Luc Boltanski et Vincent Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

15 Athina Karatzogianni et Jacob Matthews, « Les plateformes. De la production idéologique sur les plateformes d’intermédiation numérique », Études digitales, n° 8.2, 2020, p. 58-59.

16 Serge Proulx, La Participation numérique, une injonction paradoxale, Paris, Presses de l’École des mines, 2020.

17 Jacob Matthews, « Passé, présent et potentiel des plateformes collaboratives. Réflexions sur la production culturelle et les dispositifs d’intermédiation numérique », Les Enjeux de l’information et de la communication, n° 16.1, 2015, p. 57-71. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2015-1-page-57.htm [consulté le 18 avril 2021].

18 Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Économica, « Études sociologiques », 2006, p. 244-245.

19 Dans ses travaux sur la théorie de la justice, Luc Boltanski a conçu le « modèle des cités » qui renvoie aux logiques de justification que les acteurs convoquent dans des situations où ils sont amenés à défendre leurs intérêts. Baptisés « cités », cet ensemble de ressources argumentatives reposent sur de grandes conceptions du bien commun, rattachées à des textes canoniques issus de différentes traditions de philosophie politique (Rousseau, Saint-Simon, Hobbes, etc.). Voir Luc Boltanski et Vincent Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

20 Page d’accueil « Qu’est-ce que Scribay ? » [En ligne] https://www.scribay.com/faq#q11 [consulté le 29 mars 2022].

21 Luc Boltanski et Ève Chiapelllo, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2016.

22 [En ligne] http://jeunesecrivains.superforum.fr/t48045-ouvertplumavitae-la-plateforme-qui-redonne-le-pouvoir-aux-jeunes-ecrivains [consulté le 18 avril 2021].

23 Page d’accueil. [En ligne] https://www.plumavitae.co/ [consulté le 18 avril 2021].

24 Olivia Chambard, Business Model. L’université, nouveau laboratoire de l’idéologie managériale, Paris, La Découverte, 2020.

25 Dans un document fondateur mis à disposition des usagers sur la plateforme, Uber est cité comme source d’inspiration : « Je me suis dit, tiens on met en relation des gens pour commander un uber, pourquoi je ne pourrais pas mettre en relation des auteurs avec des bêtalecteurs à travers le monde ; l’idée est sortie et la plateforme a été créée le 14 septembre 2017. C’est une start-up, j’ai vraiment pris les codes de la start-up. »

26 Plusieurs auteurs de Plumavitae ont fait l’objet d’une publication à compte d’éditeur, la plateforme se réservant 1 % des droits.

27 Athina Karatzogianni et Jacob Matthews, « Les plateformes. De la production idéologique sur les plateformes d’intermédiation numérique », Études digitales, n° 8.2, 2020, p. 58-59.

28 Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Économica, « Études sociologiques », 2006.

29 Angelina Karpovich, « The role of beta readers in online fan fiction communities », in Teoksessa, Karen et al. (dir.), Fan Fiction and Fan Communities in the Age of the Internet, Jefferson, McFarland, « New Essays », 2006, p. 171-188.

30 Le lecteur pourra également se référer aux travaux de Bertrand Legendre, notamment dans le chapitre « Auteurs pluriel, béta-lecteurs et plateformes », dans Ce que le numérique fait aux livres, Grenoble, Presses Universitaires de Grenobles, 2019, p. 22-25.

31 Trebor Scholz (dir.), Digital Labor. The internet as Playground and Factory, New York, Routledge, 2012, p. 2.

32 Tiziana Terranova, « Free labor : producing culture for the digital economy », Social Text, vol. 18, n° 2 (63), 2000, p. 33-58; Calixthe Tandia, « Les plateformes d’écriture en ligne Scribay, Wattpad et Fyctia : tremplin des auteurs amateurs vers le statut d’écrivain ou univers de consolation ? », master sciences humaines et sociales, mention métiers du livre Parcours édition master 2, 2017-2018, Université Paris Nanterre, 2018.

33 Nolwenn Tréhondart, « La bande dessinée en prise avec les matérialités d’Instagram. Injonctions à la participation et postures d’acteurs dans le feuilleton numérique Été », Les Enjeux de l’information et de la communication, n° 20.3, 2019, p. 111-124. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2019-S1-page-111.htm [consulté le 18 avril 2021].

34 Ce tarif a fait hurler les correcteurs du Monde dans un article intitulé « Et tout ça pour un euro ? », paru le 11 août 2019 sur leur blog. [En ligne] https://www.lemonde.fr/blog/correcteurs/2019/08/11/et-tout-ca-pour-1-euro/ [consulté le 18 avril 2021].

35 « Chez Plumavitae, on a développé notre arme secrète pour évaluer une œuvre et augmenter tes chances d’être apprécié par les lecteurs et les éditeurs : on les appelle les 5 piliers » : (extrait vidéo) [en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=qQvsO7ZJwQg&list=PLjc9IrcZMxfhyzcK73h2kC4wULRlDBaqJ [consulté le 18 avril 2021].

36 Maud Simonet, Travail gratuit. La nouvelle exploitation ?, Paris, Textuel, 2018.

37 Joëlle Zask, Participer. Essais sur les formes démocratiques de la participation, Lormont, Le bord de l’eau, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Capture d’écran de la page « Qui sommes-nous ? » de Scribay, février 2021.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1654/img-1.png
Fichier image/png, 482k
Titre Figure 2
Légende Capture d’écran de la page d’accueil de Plumavitae, 9 février 2021.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1654/img-2.png
Fichier image/png, 275k
Titre Figure 3a
Légende Captures d’écran du tableau de bord de Scribay et des activités s’y déroulant (9 février 2021).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1654/img-3.png
Fichier image/png, 438k
Titre Figure 4a
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1654/img-4.png
Fichier image/png, 275k
Titre Figure 5
Légende Interface Trello de Plumavitae (capture d’écran du site, 9 février 2021).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1654/img-5.png
Fichier image/png, 837k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nolwenn Tréhondart, « L’enrôlement des bêtalecteurs sur les plateformes d’écriture en ligne »Hybrid [En ligne], 8 | 2022, mis en ligne le 21 avril 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/hybrid/1654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hybrid.1654

Haut de page

Auteur

Nolwenn Tréhondart

Nolwenn Tréhondart est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, et chercheuse au Crem (Centre de recherche sur les médiations, EA3476), à l’université de Lorraine. Ses travaux mobilisent des approches socio-sémiotiques, qui se situent à la croisée de la sémiotique pragmatique, de la sociologie et des théories critiques des industries culturelles et numériques. Après une thèse consacrée aux pratiques de conception et de réception du livre numérique enrichi, elle s’intéresse actuellement au développement des plateformes d’écriture dans les domaines littéraires et scolaires, ainsi qu’aux fictions sur les réseaux sociaux numériques. Elle a co-dirigé l’ouvrage Livres d’art numérique. De la production à la réception (Hermann, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Revue Hybrid

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search