Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Dossier thématiqueAnimation de communauté dans les ...

Dossier thématique

Animation de communauté dans les projets participatifs culturels : quelques enseignements des concours photographiques Wiki Loves Monuments

Antonin Segault
Traduction(s) :
Community animation in participatory cultural projects: Lessons from the Wiki Loves Monuments photography contests [en]

Résumé

Les projets participatifs culturels nécessitent le développement et le maintien d’une communauté de contributeurs fonctionnelle et dynamique. Cet article s’intéresse aux activités d’animation de communauté mises en œuvre dans ce but au sein du mouvement Wikimedia, notamment les concours Wiki Loves Monuments organisés autour de la médiathèque libre Wikimedia Commons. Il s’agit de déterminer si ces concours photographiques récurrents constituent des formes durablement efficaces d’animation de communauté. L’analyse des chiffres de la participation, des trajectoires des participants et du devenir des images montre que les concours contribuent à la production d’images de qualité et au recrutement de nouveaux contributeurs. Au fil des années, on constate cependant un essoufflement progressif de cette dynamique, auquel la communauté Wikimedia semble avoir choisi de remédier par la multiplication des concours, aux thématiques et aux modalités variées.

animation de communauté, concours photographique, wikimedia commons, monuments historiques

Haut de page

Texte intégral

1Le succès d’un projet participatif culturel dépend fortement de la vivacité et de la pérennité de sa communauté de contributeurs. Les instigateurs de tels projets ont par conséquent tout intérêt à s’investir sérieusement dans la construction de cette communauté, son renouvellement et le maintien de sa dynamique. Cet article examine le cas de la médiathèque libre Wikimedia Commons à travers l’étude des concours photographiques Wiki Loves Monuments (WLM). Il tentera en particulier de déterminer si ces concours constituent des formes durablement efficaces d’animation de communauté.

2Nous reviendrons tout d’abord sur les principales caractéristiques de Wikimedia Commons et les formes d’animation de communauté qui s’y développent. Nous présenterons ensuite l’objet de cet article, les concours Wiki Loves Monuments, ainsi que la méthodologie d’étude qui sera mise en œuvre. Viendront ensuite la description de la dynamique de participation à ces concours, puis l’analyse de ses causes probables et, enfin, une réflexion sur la pérennité dans l’animation de communauté.

Participation culturelle dans la galaxie Wikimedia

  • 1 Andreas M. Kaplan et Michael Haenlein, « Users of the world, unite! The challenges and opportunit (...)

3Depuis le début des années 2000, le développement des outils du Web social, tels que les blogs, les sites de réseaux sociaux, les sites de partage1, a facilité la participation active des internautes, en abaissant les barrières techniques à la publication de contenus. Ces dispositifs connaissent aujourd’hui une grande variété d’usages, notamment auprès des communautés impliquées dans la création, le partage et la valorisation de contenus culturels.

Le mouvement Wikimedia et la médiathèque Wikimedia Commons

  • 2 « Top 500 sites on the web », sur le site Alexa : [en ligne] https://www.alexa.com/topsites [cons (...)
  • 3 Frédéric Kaplan et Nicolas Nova, Le Miracle Wikipédia, Lausanne, Presses polytechniques et univer (...)
  • 4 Andreas M. Kaplan et Michael Haenlein, « Users of the world, unite! The challenges and opportunit (...)
  • 5 Dominique Cardon et Julien Levrel, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvern (...)
  • 6 Pierre-Carl Langlais, « {{Référence nécessaire}} L’émergence d’une norme wikipedienne », in Lione (...)

4L’encyclopédie libre Wikipédia, fondée en 2001, est à ce jour l’un des sites web les plus consultés au monde2. Ses articles, souvent en tête des résultats des moteurs de recherche, alimentent également de nombreux autres services web3. Ils sont pourtant le produit d’un projet collaboratif à large échelle4 résolument ouvert : chacun peut créer, compléter et modifier le contenu en temps réel grâce au logiciel MediaWiki. La qualité de l’encyclopédie, globalement comparable à celle des encyclopédies traditionnelles, tient à la « vigilance participative » de la communauté5, s’appuyant sur un robuste corpus de règles et de procédures6.

  • 7 « Qui sommes nous ? », sur le site Fondation Wikimedia : [en ligne] https://wikimediafoundation.o (...)
  • 8 Lessig, Lawrence, L’Avenir des idées. Le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques, (...)

5Wikipédia reçoit l’appui technique, humain et financier de la Fondation Wikimedia, fondée en 2003 pour « permettre à chacun de partager facilement son savoir7 ». Celle-ci soutient plusieurs projets connexes, tels que la base de connaissances Wikidata, le dictionnaire multilingue Wiktionnaire, la bibliothèque libre Wikisource, etc., constituant le mouvement Wikimedia. Comme l’encyclopédie Wikipédia, ces projets sont collaboratifs, et leurs productions mises à disposition selon les termes de licences libres, autorisant leur redistribution et leur réutilisation mais empêchant toute appropriation marchande exclusive. À ce titre, ces contenus constituent des biens communs, c’est-à-dire « une ressource sur laquelle n’importe quel membre d’une communauté donnée a des droits, sans avoir à obtenir de permission de qui que ce soit8 ».

6Parmi les projets du mouvement Wikimedia, cet article s’intéresse tout particulièrement à Wikimedia Commons, une « médiathèque de […] fichiers média librement réutilisables et que chacun peut enrichir9 ». Comme Wikipédia, Wikimedia Commons repose ainsi sur la participation des internautes, qui s’exprime à travers l’infrastructure technique du wiki et se structure grâce à un ensemble de règles acceptées par l’ensemble des contributeurs10. À ce jour, la médiathèque rassemble plus de 60 millions de fichiers, accompagnés de nombreuses métadonnées et assortis de différentes licences libres.

7Les contributeurs peuvent s’engager dans une grande variété d’activités : « Apporter vos œuvres » (photographies, animations, illustrations, mais aussi enregistrements audio ou vidéo), « Apporter vos savoir-faire » (traduction de pages, amélioration d’images, etc.) et « Apporter votre temps » (annoter, vérifier, classer, sélectionner les images)11. Contrairement à Wikipédia, qui autorise les contributions d’internautes non enregistrés, toute forme de participation à Wikimedia Commons nécessite un compte utilisateur, facilitant leur décompte. Ce sont ainsi plus de huit millions de personnes qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à la médiathèque.

Modalités d’animation de la communauté Wikimedia

  • 12 Jenny Preece, Diane Maloney-Krichmar et Chadia Abras, « History of online communities », Encyclop (...)
  • 13 Camille Imhoff, « L’animation de communauté sur le réseau social d’entreprise : injonction à la c (...)
  • 14 Lorna Heaton, Florence Millerand et Serge Proulx, « Émergence d’une communauté épistémique : créa (...)

8Les projets Wikimedia tels que Wikimedia Commons nécessitent la constitution et le maintien d’une communauté connectée, c’est-à-dire d’un « groupe de personnes qui interagissent dans un environnement virtuel. Elles ont un objectif, s’appuient sur la technologie, et sont guidées par des normes et des règles12 ». Les discours vantant l’auto-organisation spontanée des communautés connectés invisibilisent souvent le travail de community managers ou d’animateurs de communautés, chargés de « développer la communication et la collaboration, fédérer, inciter, impliquer, mais aussi organiser et capitaliser sur les connaissances produites13 ». Ces acteurs ne s’engagent pas nécessairement dans des activités de contribution directes, mais s’attachent plutôt à soutenir celles des autres membres de la communauté : « Il s’agit alors de “cultiver” la communauté, notamment en assurant des activités d’animation et de maintien de la communauté (par exemple, par l’organisation d’ateliers ou de sorties sur le terrain)14. »

9L’encyclopédie Wikipédia a défini de nombreux rôles fonctionnels, conférant à des usagers (souvent élus) des responsabilités et des pouvoirs spécifiques15. Cependant, ces rôles concernent principalement la gestion du vandalisme, la résolution des conflits d’édition, le développement des outils et des règles. L’animation de communauté, à travers notamment l’organisation de journées contributives16 (edit-a-thon dans la communauté anglophone), reste plutôt l’apanage de groupes d’utilisateurs adossés aux chapitres locaux17 de Wikimedia (tels que l’association Wikimedia France), à des institutions culturelles (musées, archives, bibliothèques) ou à diverses associations plus ou moins spécialisées dans le partage des savoirs.

10Cette même division fonctionnelle se retrouve sur Wikimedia Commons : des rôles spécifiques sont attribués à certains contributeurs désignés pour assurer des tâches d’administration18 et de surveillance19, tandis que l’animation de la communauté émane des divers collectifs d’utilisateurs organisant activités et événements.

Étudier l’animation à travers les concours photographiques

11Si la médiathèque Wikimedia Commons accueille une large palette de médias, allant de la vidéo aux pictogrammes en passant par les enregistrements sonores, l’image photographique y occupe une place centrale. Les concours photographiques sont par conséquent une activité plébiscitée dans l’animation de la communauté. Cet article s’intéressera en particulier à une série de concours annuels, intitulée Wiki Loves Monuments, qui se démarquent par leur ampleur et leur antériorité.

Les concours photographiques Wiki Loves Monuments

12En juin 2009, un premier concours photo est organisé par Wikimedia Nederland (le chapitre néerlandais de Wikimedia), sous le titre Wiki Loves Arts20. Les participants sont invités à photographier des œuvres d’une quarantaine de musées partenaires et à déposer leurs clichés (à travers un groupe Flickr) sur Wikimedia Commons. Au vu du succès de ce concours (plus de 4 000 images déposées21), Wikimedia Nederland renouvelle l’expérience en septembre 2010, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, avec Wiki Loves Monuments (WLM). Le défi, qui porte cette fois-ci sur tous les monuments nationaux reconnus par l’État (Rijksmonuments), permettra la publication de plus de 12 000 photographies22. Des prix sont décernés aux dix meilleurs clichés ainsi qu’aux contributeurs les plus prolifiques.

13En 2011, le concours est reconduit, prenant une dimension européenne avec 18 pays participants23, puis internationale en septembre 2012, avec 34 pays. Wiki Loves Monuments devient ainsi un concours récurrent, organisé chaque année sans exception (jusqu’à ce jour), au mois de septembre (dans la plupart des pays, mais certains préfèrent octobre ou novembre), avec un nombre de pays participants variable mais toujours élevé. Dans chaque pays, un jury national effectue une première sélection de photos, parmi lesquelles un jury international attribue ensuite des prix d’une valeur pouvant atteindre 1 500 euros24. Le concours, doté d’un site web principal (wikilovesmonuments.org, ainsi que de plusieurs sites nationaux), d’un logo et d’une charte graphique, reçoit le soutien d’organismes internationaux (Unite4Heritage, Europa Nostra) et nationaux (en France, l’association Arkeotopia et la société d’édition logicielle Code Lutin).

Méthodologie d’étude et problématique

14L’étude des projets et communautés Wikimedia est agréablement facilitée par les valeurs d’ouverture et de transparence qui les animent. Une grande variété de données et de statistiques sont mises à disposition sur les sites web de ces projets. Par ailleurs, le recours au logiciel MediaWiki, pour l’encyclopédie Wikipédia mais également pour la plupart des autres projets (Wikimedia Commons, Wiktionnaire, Wikispecies, Wikiquote, etc., ainsi qu’un Méta-Wiki relatif au mouvement Wikimedia dans son ensemble) garantit la préservation d’anciennes informations (à travers les historiques de modification). Ce système de wiki dispose également d’interfaces de programmation (API) permettant l’extraction et l’agrégation automatique d’informations à l’aide de programmes informatiques25.

15Cette relative transparence, combinée à l’ancienneté du mouvement Wikimedia (qui a fêté ses 20 ans en janvier 2021) et du concours WLM (dont la dixième édition s’est tenue en septembre 2020), en font un terrain d’étude d’une grande richesse. Dans cet article, l’ensemble de ces sources d’information seront mises à profit pour tenter de dépeindre la dynamique temporelle des concours photographiques Wiki Loves Monuments. Il s’agira en particulier de déterminer si ce type de concours récurrents constitue une forme durablement efficace d’animation de communauté. Pour des raisons pratiques, certaines analyses ne seront pas effectuées sur l’ensemble des contributions, mais seulement sur la partie française du concours. Des indications seront alors ajoutées pour guider les généralisations qui peuvent en être tirées.

Dynamique de la participation aux concours Wiki Loves Monuments

16L’étude de la dynamique de participation nécessite de se pencher sur plusieurs variables : le nombre d’images mises en ligne dans le cadre du concours, le nombre de personnes à l’origine de ces images, mais aussi la place que ces images et ces personnes ont ensuite trouvé dans la galaxie Wikimedia. Ces analyses doivent par ailleurs prendre en compte la dimension internationale du concours, dont la dynamique globale résulte d’une somme de dynamiques nationales parfois contradictoires.

Évolution de la participation aux concours

17Le nombre d’images soumises dans le cadre du concours connaît une augmentation rapide au cours des premières années du concours (tableau 1). Cette croissance peut être directement liée à l’augmentation du nombre de pays associés au concours, qui démultiplie à la fois le nombre de monuments pouvant être photographiés et le nombre de photographes potentiels. La participation connaît un pic lors de l’édition 2013, avec plus de 360 000 images publiées, puis décroît ensuite légèrement avant de se stabiliser à partir de 2015 en une sorte de plateau. Celui-ci se caractérise néanmoins par des variations annuelles, non négligeables et peu corrélées, du nombre de pays associés, d’images publiées et de personnes participantes.

Tableau 1 

Année

Pays

Images

Participants

2010

1

11 985

199

2011

18

156 484

5 497

2012

34

351 665

15 188

2013

53

362 839

12 379

2014

41

304 382

9 192

2015

33

225 214

6 740

2016

42

273 557

10 844

2017

52

244 728

9 953

2018

56

257 370

13 940

2019

48

212 598

7 240

2020

51

230 425

7 709

Nombre de pays, de contributions et de participants pour chaque édition du concours Wiki Loves Monuments.

Source : https://wikiloves.toolforge.org/​

18Ce plateau et ses variations cachent des dynamiques de participation diverses selon les pays participants (fig. 1). La plupart sont caractérisées par un ou plusieurs pics du nombre de contributions, suivis d’une décrue plus ou moins brutale. Certains pays, comme les Pays-Bas, n’ont pas participé à toutes les éditions du concours, donnant lieu à des années blanches. Les pays rejoignant le concours plus tardivement, tels que l’Azerbaïdjan ou le Brésil, présentent un pic de participation souvent plus tardif que les autres. Ce sont ces pics qui tendent à compenser la nette érosion que l’on constate chez la majorité des pays ayant commencé à participer tôt.

Figure 1 

Figure 1 

Évolution du nombre de contributions au concours WLM dans différents pays.

Source : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​Commons:Wiki_Loves_Monuments

19Ainsi, si la participation globale est relativement stable, la participation à l’échelle nationale semble systématiquement s’affaiblir après une période plus ou moins longue de forte activité. Tant que de nouveaux pays continuent de rejoindre le concours, leur dynamique initiale peut compenser la lente décrue des autres, maintenant le plateau de participation préalablement observé. Mais il semble que, sauf inversion de cette tendance, WLM soit inexorablement voué à s’essouffler.

Inscription et carrière des participants

  • 26 Sylvain Machefert et Benoît Evellin, « Wiki Loves Monuments. Un concours pour constituer une banq (...)

20Si les concours Wiki Loves Monuments sont en premier lieu destinés à enrichir la banque d’images, ils constituent également un moment important de mise en valeur de la communauté et de recrutement de nouveaux contributeurs : « La visibilité qu’a le concours, à travers la mise en place de bandeaux d’annonce sur Wikipédia durant le mois de septembre, a permis d’amener en trois ans (pour l’édition française) près de 1 400 personnes à contribuer à Wikimedia Commons26. »

21Les données des API tendent à confirmer la part importante (voire prépondérante) des nouveaux inscrits dans le concours. Le recoupement des dates d’inscription des utilisateurs et de la participation à Wiki Loves Monuments permet de dénombrer les personnes s’étant inscrites le même mois que leur première participation au concours. Pour l’édition française, ce sont ainsi plusieurs centaines de personnes qui, chaque année, ont vraisemblablement rejoint la communauté à travers le concours (fig. 2). Ces chiffres confirment l’importante érosion de la participation après quelques années très actives. Cependant, la part de nouveaux inscrits reste sensiblement la même : malgré cette perte de vitesse, le concours reste un outil efficace pour attirer de nouveaux contributeurs.

Figure 2 

Figure 2 

Évolution du nombre de participants à l’édition française du concours, inscrits juste au moment de leur participation ou bien avant.

22Cependant, l’inscription de nouveaux contributeurs n’est pas le seul indicateur à prendre en compte en matière de développement de la communauté. L’analyse du nombre de contribution de ces nouveaux inscrits permet de déterminer dans quelle mesure ceux-ci se sont investis dans Wikimedia Commons. Il apparaît qu’une grande majorité d’utilisateurs n’ont effectué qu’un nombre restreint de contributions, ne sortant probablement pas du cadre de leur participation à une seule édition du concours. On constate cependant qu’un petit nombre des utilisateurs s’étant inscrits à travers le concours cumulent plus de 50 contributions (fig. 3), ce qui semble indiquer une implication considérable dans la communauté. Malgré la baisse du nombre de participants, cette proportion évolue peu, laissant supposer que Wiki Loves Monuments parvient toujours à susciter des vocations de contributeurs réguliers. Des entretiens auprès de ces contributeurs durablement engagés (ou de ceux ayant abandonné après un premier concours) permettraient de mieux comprendre les déterminants de telles carrières.

Figure 3 

Figure 3 

Évolution du nombre de contributions des contributeurs ayant rejoint Wikimedia Commons à travers le concours WLM, en fonction de leur année d’inscription.

Hypothèse d’une saturation du sujet

  • 27 Jorge Oceja et Ángel Obregón Sierra, « Gamifiying Wikipedia? », in ECGBL 2018 – Proceedings of th (...)
  • 28 Sylvain Machefert et Benoît Evellin, « Wiki Loves Monuments. Un concours pour constituer une banq (...)

23La simplicité des mécaniques de ludification (gamification) de Wiki Loves Monuments a déjà été analysée comme un facteur susceptible de limiter l’engagement des participants27. Cependant, l’essoufflement de l’édition française du concours et, vraisemblablement, de l’ensemble des éditions après un certain nombre d’années d’existence, pourrait également s’expliquer par la saturation progressive du sujet. Le nombre de monuments classés dans un pays donné est limité et, une fois qu’un monument est largement documenté dans la médiathèque Wikimedia Commons, la motivation à contribuer peut diminuer et la production d’images originales devenir plus complexe. Cette hypothèse était déjà évoquée après seulement quelques éditions du concours : « […] nous tendons vers une exhaustivité concernant les monuments accessibles, ce qui rend difficilement concevable la pérennisation du concours »28. L’analyse des données récentes semble la confirmer.

  • 29 « Cultural Heritage Monuments in France with known Ids », sur le site Wikimedia Commons : [en li (...)
  • 30 Depuis 2019 ou 2020, le règlement de l’édition française du concours inclut, en plus de la base M (...)

24Wikimedia Commons dispose d’une catégorie qui recense, à partir de la base nationale Mérimée, tous les monuments historiques classés en France29. Sur les 45 025 monuments listés, seuls 598 (soit 1,3 %) ne disposent d’aucune illustration. La notion de « monument accessible », qui implique que certains monuments difficiles d’accès ne peuvent être photographiés par des amateurs, montre bien qu’une couverture complète des monuments historiques serait difficile à atteindre. Ainsi, avec plus de 98 % des monuments illustrés, l’hypothèse d’une saturation du sujet semble plausible30. La distribution du nombre d’images (issues ou non du concours WLM) présente une « longue traîne » : alors que la majorité des monuments ne disposent que de quelques images (la valeur médiane est de cinq images par monument), quelques-uns dépassent les 700 photographies (fig. 4). Ainsi, la large couverture des monuments français n’est pas pour autant égalitaire, certains attirant bien davantage l’attention des photographes que d’autres.

Figure 4 

Figure 4 

Distribution du nombre d’images associées à chaque monument historique français.

25Les données relatives à la réutilisation des images du concours WLM fournissent elles aussi un éclairage intéressant. À travers les API de Wikimedia Commons, il est possible de comptabiliser, pour chaque image, le nombre de fois où elle est réutilisée sur l’ensemble des projets Wikimedia (l’encyclopédie Wikipédia dans toutes les langues, mais aussi les autres wikis du mouvement). Les nombres de réutilisation des images du concours français montrent également une distribution en « longue traîne » : si quelques images sont réutilisées plusieurs centaines de fois, une écrasante majorité ne sont jamais réutilisées, et cette part devient plus importante pour les éditions récentes du concours (fig. 5). Le facteur temporel joue un rôle évident : plus une image est récente, moins elle a été vue et donc moins il y a eu d’occasions qu’elle soit réutilisée.

Figure 5 

Figure 5 

Distribution du nombre de réutilisation des photographies produites lors des différentes éditions françaises du concours.

26On peut noter que la qualité des images n’est pas en cause dans cette diminution de la réutilisation des images : le taux d’images perçues par la communauté comme étant « de qualité31 » tend plutôt à augmenter au fil des éditions du concours (tableau 2). Reste l’effet de saturation : lorsque l’article relatif à un monument est déjà illustré par plusieurs photographies convenables, les nouvelles images produites sont moins susceptibles d’être utilisées, quand bien même elles seraient de qualité supérieure. Une exploration fine des dynamiques de changement d’illustration des articles Wikipédia pourrait confirmer cette supposition.

Tableau 2 

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

Images publiées

24 838

27 048

21 135

17 839

11 903

7 760

9 512

9 566

8 297

Images de qualité

118

366

182

65

66

15

279

126

120

Part d’images de qualité

0,5

1,4

0,9

0,4

0,6

0,2

2,9

1,3

1,4

Total de réutilisations

33 909

33 854

18 159

12 920

5 327

2 597

2 613

2 124

1 904

Moyenne de réutilisations

1,4

1,3

0,9

0,7

0,4

0,3

0,3

0,2

0,2

Évolution de la part d’images « de qualité » et du nombre de réutilisations pour les photographies produites dans le cadre des différentes éditions françaises du concours WLM.

Renouvellements et multiplicité des formes d’animation

27Les analysées présentées dans la précédente section semblent indiquer que l’organisation d’un concours photographique récurrent constitue une méthode efficace d’animation de la communauté Wikimedia Commons, mais dont les effets tendent à s’atténuer avec le temps. L’étude de cette communauté montre une créativité tout aussi importante pour pallier ces limites, multipliant les mécanismes d’animation afin d’en renouveler la dynamique.

28Les années suivant la création de Wiki Loves Monuments ont ainsi vu l’apparition de plusieurs concours sur le même modèle32, et généralement nommés de manière similaire : Wiki Loves Earth (lancé en 2013 autour du patrimoine naturel), Wiki Loves Africa (créé en 2014), mais aussi le récent Wiki Loves Folklore (initialement nommé Wiki Loves Love en 2019), ou encore Wiki Loves Folk (organisé depuis 2016 mais n’ayant pas dépassé les frontières espagnoles). Les statistiques de participation de ces concours semblent indiquer des trajectoires proches de celles de Wiki Loves Monuments, avec d’abord une progression rapide, alimentée par l’augmentation du nombre de pays participants, puis un plateau ou une lente décroissance lorsque le nombre de pays plafonne (tableau 3). Les thématiques de ces concours étant moins susceptibles de se heurter à une saturation du sujet (qui n’est pas délimité par des listes finies, comme le sont les monuments historiques classés), celle-ci n’est par conséquent pas le seul obstacle qui s’oppose à la pérennité des concours photographiques récurrents. Des travaux complémentaires seraient nécessaires pour compléter la compréhension des causes de ce phénomène.

Tableau 3 

Wiki Loves Earth

Wiki Loves Africa

Images

Participants

Pays

Images

Participants

Pays

2013

9 695

346

1

2014

19 470

2 370

14

5 868

873

47

2015

104 201

8 837

25

7 352

722

48

2016

109 936

13 187

24

7 768

836

49

2017

130 482

15 074

36

17 874

2 435

55

2018

89 683

7 645

32

-

-

-

2019

94 699

9 699

37

8 212

1 350

53

2020

106 020

9 095

34

16 982

1 904

53

Évolution de la participation aux concours Wiki Loves Earth et Wiki Loves Africa.

29Bien qu’aucun de ces concours n’ait vraisemblablement trouvé de solution au problème de l’essoufflement, leur multiplication est en elle-même une réponse intéressante à cet obstacle. En effet, même si chaque concours ne connaît qu’une période limitée (de quelques années, tout de même) de participation intense, la succession de concours portant sur des thématiques différentes semble assurer un renouvellement régulier de cette dynamique. Depuis décembre 2013, s’y ajoutent également des concours mensuels33, portant chaque fois sur des thématiques plus resserrées (par exemple : les ponts en février 2021, les parapluies en janvier 2021). On peut également noter des initiatives visant à favoriser l’utilisation dans Wikipédia des photographies produites lors des concours, à l’image du Défi des monuments organisé par Wikimédia France en novembre 2020. De tels événements, également caractérisés par des règles de participation précises et l’attribution de récompenses aux contributeurs les plus actifs, contribuent de manière complémentaire à la mobilisation de la communauté et à la mise en valeur de ses productions.

Conclusions

30Cet article s’est attaché à décrire la dynamique des concours Wiki Loves Monuments, organisés autour de la médiathèque Wikimedia Commons. Depuis 2011, ces concours annuels consacrés à la photographie des monuments historiques classés ont connu un large succès à travers le monde. Cet article visait notamment à déterminer si de tels concours constituaient une forme efficace et durable d’animation de communauté. Il s’est pour cela appuyé sur l’analyse de différentes données issues des pages relatives au concours mais aussi des API du système wiki.

31Les résultats montrent que Wiki Loves Monuments a suscité un grand nombre de contributions de qualité, dont certaines ont été largement ré-exploitées dans le cadre des autres projets du mouvement Wikimedia. Il a également impliqué de nombreux participants à travers plusieurs dizaines de pays, attirant beaucoup de nouveaux contributeurs dont certains ont continué de contribuer après la fin du concours. Cependant, l’étude de la dynamique temporelle montre une érosion progressive de la participation qui, si elle reste à ce jour partiellement compensée par les derniers pays ayant rejoint le concours, paraît inéluctable. Plusieurs indices suggèrent que la saturation progressive du sujet du concours pourrait contribuer à cette baisse de la participation, sans que cela ne soit le seul facteur. Mais la communauté Wikimedia Commons semble avoir trouvé une solution, à travers l’organisation régulière de nouveaux concours, selon des modalités plus ou moins similaires, et sur des sujets variés. Si aucun concours ne peut être considéré comme une forme réellement pérenne d’animation de communauté, ce processus continu de renouvellement et de diversification pourrait en être la clef.

32Le mouvement Wikimedia est un objet scientifique d’une grande richesse, dont l’exploration est facilitée par les valeurs de transparence qui l’animent et les caractéristiques techniques des outils qu’il emploie. Surtout, la multiplicité et la diversité des communautés qu’il rassemble, ainsi que leur longue durée d’existence, constituent un terrain inégalé pour l’étude des dynamiques de participation culturelle. Wikimedia est comme un immense laboratoire à ciel ouvert, dans lequel des personnes du monde entier expérimentent depuis vingt ans de nouvelles manières de travailler collectivement à la production et au partage des connaissances. Les méthodes qui produisent des résultats bénéfiques sont conservées et peaufinées par la communauté, tandis que les autres sont abandonnées ou transformées. Le maintien de la dynamique de participation sur une telle durée montre l’efficacité de ce processus, ainsi que la valeur des enseignements qui peuvent en être tirés, tant par les universitaires qui étudient ces mouvements que par les institutions culturelles qui souhaiteraient s’en inspirer.

Haut de page

Bibliographie

Arazy, Ofer, Ortega, Felipe, Nov, Oded, Yeo, Lisa et Balila, Adam, « Functional roles and career paths in Wikipedia », in Proceedings of the 18th ACM Conference on Computer Supported Cooperative Work & Social Computing, 2015, p. 1092‑1105.

Cardon, Dominique et Levrel, Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », Réseaux, n° 154, 2009, p. 51‑89.

Heaton, Lorna, Millerand, Florence et Proulx, Serge, « Émergence d’une communauté épistémique : création et partage du savoir botanique en réseau », in Proulx, Serge et Klein, Annabelle (dir.), Connexions. Communication numérique et lien social, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2012, p. 253‑268.

Imhoff, Camille, « L’animation de communauté sur le réseau social d’entreprise : injonction à la collaboration et invisibilisation de la coordination », Communication & organisation, n° 55, 2019, p. 91‑104.

Kaplan, Andreas M. et Haenlein, Michael, « Users of the world, unite! The challenges and opportunities of Social Media », Business Horizons, vol. 53, n° 1, 2010, p. 59‑68.

Kaplan, Frédéric et Nova, Nicolas, Le Miracle Wikipédia, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, « Big Now », 2016.

Langlais, Pierre-Carl, « {{Référence nécessaire}} L’émergence d’une norme wikipedienne », in Barbe, Lionel, Merzeau, Louise et Schafer, Valérie (dir.), Wikipedia, objet scientifique non identifié, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest (PUPO), 2015.

Lessig, Lawrence, L’Avenir des idées. Le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2005.

Machefert, Sylvain et Evellin, Benoît, « Wiki Loves Monuments. Un concours pour constituer une banque d’images des monuments », Revue Espaces, n° 322, 2015, p. 56‑63.

Oceja, Jorge et Sierra, Ángel Obregón, « Gamifiying Wikipedia? », in ECGBL 2018 - Proceedings of the 12th European Conference on Game-Based Learning, Reading, Academic Conferences and Publishing International Limited, 2018, p. 504‑511.

Posada, Emilio Rodríguez, Berdasco, Ángel González, Canduela, Jorge Sierra, Sanz, Santiago Navarro et Saorín, Tomás, « Wiki Loves Monuments 2011 : The experience in Spain and reflections regarding the diffusion of cultural heritage », Digithum, n° 14, 2012.

Preece, Jenny, Maloney-Krichmar, Diane et Abras, Chadia, « History of online communities », Encyclopedia of community, vol. 3, n° 1023‑1027, 2003, p. 86.

Haut de page

Notes

1 Andreas M. Kaplan et Michael Haenlein, « Users of the world, unite! The challenges and opportunities of Social Media », Business Horizons, vol. 53, n° 1, 2010, p. 59‑68.

2 « Top 500 sites on the web », sur le site Alexa : [en ligne] https://www.alexa.com/topsites [consulté le 30 janvier 2022].

3 Frédéric Kaplan et Nicolas Nova, Le Miracle Wikipédia, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, « Big Now », 2016, p. 15.

4 Andreas M. Kaplan et Michael Haenlein, « Users of the world, unite! The challenges and opportunities of Social Media », Business Horizons, vol. 53, n° 1, 2010, p. 59‑68.

5 Dominique Cardon et Julien Levrel, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », Réseaux, n° 154, 2009, p. 51‑89.

6 Pierre-Carl Langlais, « {{Référence nécessaire}} L’émergence d’une norme wikipedienne », in Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer (dir.), Wikipedia, objet scientifique non identifié, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest (PUPO), 2015

7 « Qui sommes nous ? », sur le site Fondation Wikimedia : [en ligne] https://wikimediafoundation.org/fr/about/ [consulté le 30 janvier 2022].

8 Lessig, Lawrence, L’Avenir des idées. Le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2005.

9 « Accueil », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Accueil [consulté le 30 janvier 2022].

10 « Règles et recommandations », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Policies_and_guidelines/fr [consulté le 30 janvier 2022].

11 « Bienvenue », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Bienvenue [consulté le 30 janvier 2022].

12 Jenny Preece, Diane Maloney-Krichmar et Chadia Abras, « History of online communities », Encyclopedia of community, vol. 3, n° 1023‑1027, 2003, p. 86.

13 Camille Imhoff, « L’animation de communauté sur le réseau social d’entreprise : injonction à la collaboration et invisibilisation de la coordination », Communication & organisation, n° 55, 2019, p. 91-104.

14 Lorna Heaton, Florence Millerand et Serge Proulx, « Émergence d’une communauté épistémique : création et partage du savoir botanique en réseau », in Serge Proulx et Annabelle Klein (dir.), Connexions. Communication numérique et lien social, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2012, p. 253‑268.

15 Ofer Arazy, Felipe Ortega, Oded Nov, Lisa Yeo et Adam Balila, « Functional roles and career paths in Wikipedia », in Proceedings of the 18th ACM conference on computer supported cooperative work & social computing, 2015, p. 1092‑1105.

16 « Journées contributives », sur le site Wikipédi: [en ligne] https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Journ%C3%A9es_contributives [consulté le 30 janvier 2022].

17 « Wikimedia locaux », sur le site Meta-Wiki : [en ligne] https://meta.wikimedia.org/wiki/Wikimedia_chapters/fr [consulté le 30 janvier 2022].

18 « Administrateurs », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Administrators/fr [consulté le 30 janvier 2022].

19 « Patrouille », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Patrol/fr [consulté le 30 janvier 2022].

20 Site de Wiki Loves Art : [en ligne] https://www.wikilovesart.nl/ [consulté le 30 janvier 2022].

21 « Wiki Loves Art Netherland », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Wiki_Loves_Art_Netherlands/fr [consulté le 30 janvier 2022].

22 « Wiki Loves Monuments 2010 », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Wiki_Loves_Monuments_2010 [consulté le 30 janvier 2022].

23 Emilio Rodríguez Posada, Ángel González Berdasco, Jorge Sierra Canduela, Santiago Navarro Sanz et Tomás Saorín, « Wiki Loves Monuments 2011: the experience in Spain and reflections regarding the diffusion of cultural heritage », Digithum, n° 14, 2012.

24 « Awards », sur le site Wiki Loves Monuments : [en ligne] https://www.wikilovesmonuments.org/awards/ [consulté le 30 janvier 2022].

25 Documentation de l’API, sur le site MediaWiki : [en ligne] https://www.mediawiki.org/wiki/API:Main_page/fr [consulté le 30 janvier 2022].

26 Sylvain Machefert et Benoît Evellin, « Wiki Loves Monuments. Un concours pour constituer une banque d’images des monuments », Revue Espaces, n° 322, 2015, p. 56‑63.

27 Jorge Oceja et Ángel Obregón Sierra, « Gamifiying Wikipedia? », in ECGBL 2018 – Proceedings of the 12th European Conference on Game-Based Learning, Reading, Academic Conferences and Publishing International Limited, 2018, p. 504‑511.

28 Sylvain Machefert et Benoît Evellin, « Wiki Loves Monuments. Un concours pour constituer une banque d’images des monuments », Revue Espaces, n° 322, 2015, p. 56‑63.

29 « Cultural Heritage Monuments in France with known Ids », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Cultural_heritage_monuments_in_France_with_known_IDs [consulté le 30 janvier 2022].

30 Depuis 2019 ou 2020, le règlement de l’édition française du concours inclut, en plus de la base Mérimée, la base Palissy relative au patrimoine mobilier : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Palissy [consulté le 30 janvier 2022]. Cette ouverture qui pourrait atténuer l’effet de saturation n’est encore guère visible sur les pages de Wikimedia Commons, ce qui limite probablement son effet sur les contributions. La part des contributions portant sur cette base n’a pas été analysée dans le cadre de cette communication.

31 « Images de qualité », sur le site de Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Quality_images/fr [consulté le 30 janvier 2022].

32 « Wiki Love contests », sur le site Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Wiki_Loves_contests [consulté le 30 janvier 2022].

33 « Photo Challenge », sur le site de Wikimedia Commons : [en ligne] https://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Photo_challenge/fr [consulté le 30 janvier 2022].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 
Légende Évolution du nombre de contributions au concours WLM dans différents pays.
Crédits Source : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​Commons:Wiki_Loves_Monuments
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1718/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Figure 2 
Légende Évolution du nombre de participants à l’édition française du concours, inscrits juste au moment de leur participation ou bien avant.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1718/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 3 
Légende Évolution du nombre de contributions des contributeurs ayant rejoint Wikimedia Commons à travers le concours WLM, en fonction de leur année d’inscription.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1718/img-3.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 4 
Légende Distribution du nombre d’images associées à chaque monument historique français.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1718/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 5 
Légende Distribution du nombre de réutilisation des photographies produites lors des différentes éditions françaises du concours.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1718/img-5.png
Fichier image/png, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonin Segault, « Animation de communauté dans les projets participatifs culturels : quelques enseignements des concours photographiques Wiki Loves Monuments »Hybrid [En ligne], 8 | 2022, mis en ligne le 21 avril 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/hybrid/1718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hybrid.1718

Haut de page

Auteur

Antonin Segault

Antonin Segault est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris Nanterre et au laboratoire Dicen-IdF (EA 7339). Ses travaux portent sur les pratiques collectives de production, d’éditorialisation, de vérification et de partage de connaissances en lignes. Il a étudié des terrains relatifs aux catastrophes, aux controverses, aux discours scientifiques et aux patrimoines à travers des plateformes telles que Twitter, YouTube, Google Places et Wikipédia.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue Hybrid

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search