Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Dossier thématiqueL’index éditorialisé Inducks entr...

Dossier thématique

L’index éditorialisé Inducks entre amateurs et professionnels de la bande dessinée Disney : nouveaux équilibres et nouveaux modèles participatifs

Irene De Togni
Traduction(s) :
The Inducks index, editorialized by Disney comics amateurs and professionals: New dynamics, new participatory models [en]

Résumé

L’article présente une recherche empirique en cours conduite sur l’Inducks, une base de données numérique en libre accès qui offre un service d’indexation et de catalogue des bandes dessinées Disney d’environ vingt pays. Créée, alimentée et utilisée par des collectionneurs et des maisons d’édition, la base est au centre d’un processus de réorganisation des pratiques documentaires et éditoriales liées à la bande dessinée Disney et se configure comme un lieu privilégié de problématisation des rapports entre amateurs et professionnels. À partir d’une analyse croisée des pratiques documentaires des deux types d’acteurs (pratiques d’indexation, de référencement, de consultation, d’échange entre les membres) nous interrogeons les implications documentaires, éditoriales et socioprofessionnelles de l’adoption professionnelle d’un outil documentaire répondant aux logiques de l’éditorialisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

L’index mondial des bandes dessinées Disney

  • 1 [En ligne] http://inducks.org [consulté le 20 avril 2021].
  • 2 Entretien téléphonique avec le rédacteur en chef des titres Picsou de Disney Hachette Presse réalis (...)

1L’Inducks (aussi connu avec la graphie INDUCKS ou encore I.N.D.U.C.K.S., International Network for Disney-Universe Comic Knowers and Sources) est une base de données numérique en libre accès qui offre un service d’indexation et de catalogue des bandes dessinées Disney à une échelle internationale. Le nom joue sur la crase entre les termes « index » et « duck », le nom anglais du personnage de Donald et de l’une des deux familles principales de l’univers en question. La base compte, aujourd’hui, 153 630 histoires et 147 733 numéros de revues complètement indexés1. Depuis sa création, au milieu des années 1990, à partir d’une pratique d’échange de fichiers d’index entre collectionneurs provenant de plusieurs pays européens, l’Inducks est utilisée et alimentée chaque jour par les passionnés de l’univers des bandes dessinées Disney (collectionneurs, fans, curieux), les professionnels Disney (archivistes, éditeurs, scénaristes, dessinateurs, traducteurs, publicitaires2, etc.) de 17 pays.

Figure 1

Figure 1

Homepage de l’Inducks.

Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.

Figure 2

Figure 2

Nombre de publications par pays.

Inducks, capture d’écran du 8 février 2021.

  • 3 Marta Severo, « Plateformes contributives patrimoniales. Entre institution et amateur », mémoire o (...)
  • 4 « Cette définition ne vise pas seulement à inclure le cas de plateformes créées et pilotées pa (...)
  • 5 Manuel Zacklad, « Le design de l’information : textualisation, documentarisation, auctorialisation  (...)

2La plateforme est ainsi devenue, avec le temps, l’une des ressources principales de la production documentaire liée à la bande dessinée Disney et le lieu privilégié de référence aussi bien que de contact et d’échanges parmi des acteurs provenant de mondes sociaux fort différents. Se configurant comme une plateforme contributive culturelle3, l’Inducks permet une déclinaison numérique inédite des modalités d’interaction et de collaboration entre amateurs et professionnels de la bande dessinée Disney en ce qui concerne la construction et l’emploi des ressources documentaires liées à cet univers culturel. Une telle définition nous ouvre à une analyse de la participation culturelle qui ne fait pas de l’amateur le domaine exclusif de l’observation mais qui prend en compte ses interactions avec différents acteurs pour peindre un cadre plus stratifié et plus représentatif du phénomène de la participation culturelle ainsi qu’elle se configure grâce aux plateformes. Suivant la typologie proposée par Marta Severo4, l’Inducks représente, en fait, une plateforme construite ad hoc par des collectionneurs et qui forme progressivement des liens de plus en plus définis avec des acteurs professionnels. Le cas de l’Inducks est d’autant plus intéressant car la configuration des nouveaux modèles d’organisation documentaire qu’intègre la documentarisation5 participative varie selon les pays de provenance des différents acteurs professionnels qui traitent la bande dessinée Disney (et notamment aux États-Unis, en Italie, en France et aux pays scandinaves). Cela fait de la plateforme un terrain d’observation composite et prolifique : chacun de ces acteurs a développé, au cours des années, un rapport spécifique à la plateforme qui prévoit des niveaux différents d’intégration du travail amateur et du modèle participatif qui en découle à ses propres ressources documentaires.

Vers une éditorialisation des pratiques documentaires

  • 6 Jean-Michel Salaün, « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études (...)
  • 7 Olivier Le Deuff, Du tag au Like. La pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d'organi (...)
  • 8 Bruno Bachimont, « Nouvelles tendances applicatives. De l’indexation à l’éditorialisation », in P (...)

3Le point de vue adopté par ce travail sera info-documentaire : nous nous concentrerons sur les aspects socio-techniques de la plateforme et sur les différentes pratiques documentaires qu’elle produit en son sein. De nombreux auteurs ont analysé les développements des pratiques informationnelles et documentaires à l’apparition du Web 2.0 en formulant des conceptualisations qui posent l’accent sur les aspects qui lient ces pratiques à la dématérialisation (« redocumentarisation6 » ou « documentarisation ») ou à la démocratisation (« folksonomies7 »). Nous opterons pour ce travail pour le concept d’« éditorialisation8 » en raison de la portée opératoire de la définition qu’en donne Vitali-Rosati. Interrogeant les implications de l’entrée du document dans une spatialité numérique et partagée, l’éditorialisation nous aidera à cadrer l’analyse des transformations des pratiques documentaires aussi bien qu’informationnelles et socioprofessionnelles liées à la bande dessinée Disney. Ces dernières concernent notamment les rôles traditionnels du documentaliste et de l’éditeur et les équilibres entre amateurs et professionnels dans la production documentaire et de savoir. Par rapport aux pratiques et aux systèmes documentaires qui lui préexistaient (collections privées, archives papier), la plateforme autorise une manipulation simultanée, immédiate et interactive des documents dématérialisés, permettant à la collectivité des contributeurs de gérer un nombre de documents si important et provenant d’un si grand nombre de pays qu’elle excède toute capacité de production documentaire d’une seule entreprise avec les seuls moyens internes. La possibilité, propre au numérique, en plus, de décomposer un document indexé pour en réutiliser les segments fait de l’indexation numérique une activité essentiellement éditoriale, en ce sens qu’elle concerne la potentialité productive de nouveaux agencements des éléments indexés dans le contexte de l’affichage d’une recherche de contenu (fig. 3). De tels aspects nous permettront ainsi d’analyser les avantages aussi bien que les implications profondes d’une intégration professionnelle des pratiques et des logiques documentaires de l’Inducks.

Figure 3

Figure 3

Résultat de la recherche pour le mot clé « espace ».

Inducks, capture d’écran du 18 avril 2021.

4L’observation et l’analyse présentées dans ce travail prennent une forme duale qui s’articule autour de la séparation et de la comparaison des deux typologies d’acteurs, amateurs et professionnels, supposés au cours de l’observation des pratiques liées à la plateforme. L’interrogation des aspects liés à la réorganisation des pratiques documentaires et éditoriales permises par l’Inducks et à l’évolution des rapports entre professionnels et amateurs lors de cette réorganisation se fera, ainsi, à partir d’une analyse croisée de telles pratiques d’éditorialisation des contenus autorisées par la plateforme contributive culturelle (pratiques d’indexation, de référencement, de recherche documentaire finalisée à la publication, d’échange entre les membres) et en référence aux pratiques documentaires qui précédaient et qui côtoient celles associées à l’Inducks. L’exposition des méthodes de l’analyse et la description de la plateforme seront suivies d’une présentation des résultats en deux temps, l’un concernant les pratiques amateurs, l’autre les pratiques professionnelles, avant d’avancer des considérations conclusives portant sur les interactions entre les deux.

Méthodologie

  • 9 Éditeur majeur en France des bandes dessinées Disney, racheté en à l’été 2019 par Unique Héritage M (...)

5Au stade actuel de l’analyse, le terrain s’étend à l’observation et à l’interrogation des acteurs français, ce qui n’a pas empêché d’obtenir des informations sur les pratiques aux États-Unis, dans les pays scandinaves et en Italie, l’univers de l’Inducks étant fortement interconnecté : nous avons interrogé les professionnels de Disney Hachette Presse9, Glénat et Disney Publishing Worldwide France et les contributeurs de la section française de l’Inducks.

  • 10 Josiane Jouët et Coralie Le Caroff, « L’observation ethnographique en ligne », in Christine Barats (...)

6L’étude de terrain a été réalisée en deux temps : une première période d’observation participante des pratiques documentaires et d’utilisation de la plateforme lors d’une alternance au sein du service de documentation-édition de la rédaction de DHP d’une durée de dix mois (d’octobre 2018 à juillet 2019), à travers la prise de notes, l’échange au quotidien avec les professionnels, la réalisation pendant le mois de juillet 2019 d’un entretien semi-directifs avec la responsable du service de documentation-édition et avec le rédacteur en chef des titres Picsou et d’un questionnaire général soumis par mail à l’ensemble du personnel de la rédaction (14/41 réponses). Une deuxième période d’observation ethnographique en ligne10 de la plateforme et de prise de contact avec les professionnels de Glénat et de Disney Publishing Worldwide France et avec les collectionneurs-contributeurs français de la plateforme (mars et avril 2020) qui a permis la réalisation de six entretiens semi-directifs avec un professionnel de l’éditorial BD des éditions Glénat, le service édition de Disney Publishing Worldwide France, le principal contributeur de la plateforme en France, les deux autres maintainers et avec un indexer et l’envoi de questionnaires par la messagerie de la plateforme aux contributeurs français (6/29 réponses).

7Dans le but de réaliser une analyse croisée des différentes pratiques liées à la plateforme, l’enquête s’est déroulée en suivant deux axes distincts avec des questions adaptées aux deux profils, l’un pensé pour les professionnels et l’autre pour les amateurs. L’axe professionnel interrogeait notamment le rôle de la plateforme dans l’ordre documentaire interne à chaque éditeur (organisation de l’ordre documentaire interne, fréquence, types et motivations d’utilisation de la plateforme, échanges avec les amateurs) alors que l’axe amateur suivait l’histoire du rapport du collectionneur à la plateforme et à son activité d’indexation (profil, premiers contacts avec la plateforme, rôle dans l’organisation interne à l’Inducks, fréquence, types et motivations de la contribution, compétences acquises, échanges avec les autres membres et avec les professionnels). Notre attention s’est focalisée sur l’évolution des pratiques documentaires des deux acteurs et de leurs pratiques d’échange au fur et à mesure que l’Inducks s’affirmait avec ses logiques d’éditorialisation.

Du côté des pratiques amateurs

Fonctionnement et fonctions de la plateforme

8Composée d’une interface essentielle dérivée d’une logique plus fonctionnelle qu’esthétique et s’adressant à un public déjà familier avec les codes de la bande dessinée Disney, la plateforme s’offre à l’utilisateur comme un moteur de recherche qui prévoit un nombre plutôt large d’entrées (titre de l’histoire, mots clés descriptifs de l’histoire, code de l’histoire, auteur, titre de la publication, numéro de série d’une certaine publication, personnages, année de publication, nombre de pages, format recherché, parmi d’autres) et de parcours d’utilisation (recherche simple, avancée, à partir de listes, à partir de classements, aléatoire). Si la consultation de la base de données ne demande pas l’inscription, une procédure très simple de création d’un profil numérique permet à l’usager de contribuer à l’indexation d’histoires et d’ajout de visuels, d’évaluer des histoires, de participer aux discussions, de créer sa propre collection numérique, de renseigner les numéros non indexés en sa possession, de générer ses propres statistiques, de signaler des erreurs éventuelles aussi bien que d’avoir accès à une messagerie individuelle. L’espace personnel comporte donc une entrée largement personnalisée et privée au moteur de recherche.

Figure 4

Figure 4

Recherche avancée.

Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.

  • 11 Bruno Bachimont, « Nouvelles tendances applicatives. De l’indexation à l’éditorialisation », in P (...)

9La plateforme présente un index complet des publications liées à la bande dessinée Disney (260 titres seulement pour la section française) classées selon le type de publication (revues, suppléments, livres, journaux, ouvrages et revues d’étude, mangas) et leur intérêt historique (séries et revues ne paraissant plus, recueils et rééditions). En plus de l’éditeur et des pays, de la langue et de la date de publication, de chaque publication sont principalement indexées les histoires Disney, la couverture, les illustrations et les gags, chacune étant complétée par des codes de l’histoire ou du visuel, titres, auteurs, nombre de pages et personnages. L’indexation de la plateforme suit une logique de classement non linéaire11 et permet ainsi d’ouvrir à un nombre considérable de liens et de parcours pour la navigation interne et la recherche documentaire.

10Bien que pour chaque pays se soient consolidées des dynamiques spécifiques, de manière générale la contribution sur la plateforme est gérée par une hiérarchie très simple où des maintainers (de 1 à 3 pour chaque pays) surveillent et légitiment le travail d’indexation fait par les indexers. Chaque contenu doit être approuvé par un administrateur pour pouvoir être publié. Si la messagerie interne à l’Inducks permet aux membres d’échanger rapidement entre eux autour de sujets ponctuels tels que la proposition d’un fichier index ou le signalement d’une erreur, les maintainers , qui correspondent pour la plupart aux collectionneurs fondateurs de la base de données ou aux contributeurs les plus engagés, discutent des questions plus générales (questions d’organisation du site, de légitimation d’une histoire à ajouter, d’utilisation d’un certain système de codage pour l’index, notamment) à travers une mailing list qui connecte les administrateurs de tous les pays. Si les contributions plus simples telles que l’envoi de visuels scannés ne demandent pas de compétences particulières, une formation garantie par les maintainers peut être prévue pour les indexeurs qui souhaitent contribuer de manière systématique à l’indexation.

Une archive éditorialisée

  • 12 Entretien téléphonique avec le fondateur de la section française de l’Inducks réalisé le 17 mars 20 (...)

11Du côté des contributeurs la création et l’alimentation de la plateforme et, notamment, le passage à une formation collective des index répondent généralement à un goût très prononcé pour la collection et à l’exigence de pouvoir construire et consulter régulièrement un catalogue complet et représentatif de la variété et de la portée internationale des publications Disney. L’un des propos de l’Inducks depuis ses débuts a été, en fait, celui de combler des trous dans l’information documentaire officielle qui ne créditait pas, par exemple, auteurs et dessinateurs des histoires (« c’était très compliqué de savoir qui avait dessiné, les noms des auteurs, des dessinateurs, etc., étaient jamais mentionnés12 ») ou qui ne prévoyait aucun code d’indexation pour un nombre de vieilles histoires ou de strips. Concrètement, la base de données a vu le jour grâce aux collections privées d’une poignée de passionnés (en général un pour chaque pays), à la possibilité d’accéder aux ressources documentaires professionnelles (consultation régulière des index de la rédaction de Disney Hachette Presse pour le principale contributeur français, par exemple) et à l’arrivée de l’Internet qui est décrite par la plupart des acteurs comme la condition nécessaire à l’élargissement de leurs pratiques à une portée internationale.

Figure 5

Figure 5

Exemple d’indexation de publication 1.

Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.

Figure 6

Figure 6

Exemple d’indexation de publication 2.

Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.

  • 13 Questionnaire amateur, avril 2020.
  • 14 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 (...)

12La pratique collective et dématérialisée est vue comme indispensable à la réalisation de l’entreprise de catalogue : la plateforme est, en fait, alimentée et mise à jour avec une fréquence quotidienne notamment par des contributeurs réguliers qui se chargent de l’indexation de chaque nouvelle sortie ou de segments spécifiques d’une publication, par des contributeurs plus occasionnels qui indexent surtout des visuels ou des histoires complémentaires (parutions ponctuelles de bandes dessinées Disney dans des titres non Disney, par exemple) et par les administrateurs qui accompagnent parfois leur travail de coordination des recherches documentaires sur des vieilles parutions ou histoires. Les pratiques d’éditorialisation permises par la plateforme comprennent donc la numérisation de contenus (visuels, couvertures, histoires, indexes), le référencement des contenus numérisés, l’échange de fichiers, la recherche d’information documentaire souvent finalisée à la remise en circulation du contenu. Le savoir documentaire produit par la plateforme est en fait réutilisé par les collectionneurs dans le cadre d’autres activités amateurs (« J’ai tenu un blog pour y écrire des articles sur les BD ou les auteurs13 »), ou professionnelles (« à côté de ma thèse j’écris aussi pour Hachette, on fait une librairie de figurines à collectionner et il y a un livret avec chaque figurine avec l’histoire du personnage, j’écris tous ces trucs avec d’autres personnes, je fais des textes là-dessus et donc je me sers énormément de l’Inducks forcément pour ça14 ») qui les rapprochent à des logiques plus éditoriales.

  • 15 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 (...)
  • 16 Questionnaires amateurs, avril 2020.

13Les pratiques d’éditorialisation des contributeurs de la plateforme ont permis de consolider un nouveau système de référencement qui est au centre d’un processus d’harmonisation plus ou moins avancé avec les systèmes utilisés dans les bases de données internes par les différents éditeurs (« chaque histoire a un code spécifique qui est écrit en général au début de la première table mais qui des fois n’est pas marqué ou qui a été créé par Inducks et que les éditeurs réutilisent15 »), et qui témoigne également d’une intégration plus évidente du travail amateur par les professionnels. Les amateurs sont souvent contactés par les professionnels pour des précisions, des consultations éditoriales (c’est le cas d’AH, un amateur qui collabore régulièrement avec les éditeurs de DHP) ou pour fournir du matériel (« sinon j’ai eu un contact avec un auteur américain connu qui a écrit beaucoup de livres qui m’a demandé des scans pour les mettre dans des livres qui sont parus aux États-Unis, oui, et donc j’ai fait des scans et je lui ai envoyés16 »).

  • 17 L’un des traits qui font de l’Inducks une ressource peu adaptée à une utilisation professionnelle s (...)
  • 18 Marcello Vitali-Rosati, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? », Sens public, 2016. [En ligne] http (...)

14À partir de la définition d’éditorialisation donnée par Vitali-Rosati, nous pouvons ainsi résumer certains traits spécifiques à l’archive numérique de l’Inducks afin de la comparer ensuite aux autres ressources documentaires professionnelles : elle est une archive processuelle, ouverte, constamment en cours de formation, ce qui en fait une ressource très riche et, dans une certaine mesure, instable17 ; son processus ne suit pas des modèles normatifs prédéfinis mais crée ses propres normes de manière « performative18 », d’où son pouvoir transformatif des équilibres de production documentaire en ce sens que la plateforme oblige le professionnel à participer de ce processus non préalablement normé et à s’y adapter ; elle est ensuite une archive multiple, trait qui lui confère tout l’intérêt de sa remarquable extension dans le temps et dans l’espace, et collective, à souligner la dimension éthique et politique du processus contributif mobilisé par la plateforme et la profondeur des transformations qui découleraient d’une intégration professionnelle d’un tel outil documentaire.

Du côté des pratiques professionnelles

Les systèmes documentaires des professionnels de la bande dessinée Disney

  • 19 Questionnaire générale soumis aux professionnels, juillet 2019.

15Chez les éditeurs français qui s’occupent de bandes dessinées Disney, l’utilisation de l’Inducks est depuis une quinzaine d’années devenue fort régulière et, dans certains cas, quotidienne, notamment pour les services liés à la documentation et à l’édition19. Les raisons de l’utilisation ne se limitent pas à l’ampleur et à la portée internationale de l’archive amateur ou à la possibilité qu’elle offre de comparaison avec les informations présentes dans les bases de données internes mais s’étendent souvent à la possibilité d’échanger avec les contributeurs pour leur demander des précisions ou du matériel. Les types d’utilisation comprennent notamment la recherche documentaire finalisée à la publication, la recherche et la vérification d’informations et occasionnellement l’échange avec les contributeurs. Dans certains cas, les professionnels contribuent à la plateforme essentiellement à travers des signalements d’erreurs.

  • 20 Entretien avec la responsable du service documentation-édition de DHP réalisé le 15 juillet 2019.

16La liste20 qui suit des outils d’indexation internes qui préexistaient à l’Inducks ou qui sont employés de manière complémentaire à la documentarisation participative montre en effet la difficulté, pour ces outils, de se rapprocher de l’extension et de l’efficacité documentaire proposée par l’Inducks ainsi que de sa dimension collective :

1. La base de données internationale Disney Media Center, une base de données Disney internationale utilisée notamment pour les commandes de matériel (histoires, couvertures, images, etc.) mais qui n’est pas suffisamment performante pour une recherche documentaire ou éditoriale ;

2. Le Kiosque numérique qui permet de consulter en les « feuilletant » les publications françaises en version numérique mais qui ne prévoit pas la possibilité de faire des recherches avancées dans le contenu indexé ;

3. PixBow, la base de données interne de DHP qui est le principal outil d’indexation pour cet éditeur. Une telle base, notamment, intègre également un processus d’éditorialisation fournissant un service de numérisation de documents conçu expressément pour l’édition. Elle se présente comme un moteur de recherche à plusieurs entrées, moins vaste que l’Inducks (l’indexation est réservée aux publications françaises et italiennes contre les 17 pays couverts par l’Inducks) mais plus soigné et précis, comptant également une évaluation approximative et un résumé exhaustif des histoires. La base est alimentée par les documentalistes de DHP ;

4. L’archive numérique des magazines mise en place à partir de 2009 qui permet de consulter les dernières versions des fichiers des parutions françaises conservés sur les serveurs internes de DHP ;

5. L’archive papier qui collecte tous les titres français à partir des premiers numéros des années 1920 et la plupart des titres italiens ;

6. La base de données des éditions Egmont qui permet la consultation des programmations des parutions dans les pays scandinaves en vue des commandes.

17Le terrain français montre diverses manières de se rapporter à l’Inducks qui traduisent divers degrés d’externalisation du travail documentaire (ou d’intégration d’un travail documentaire de type participatif) même au sein du même éditeur. Le service de documentation de DHP contemple la coexistence avec la plateforme des outils d’indexation internes préexistants à l’Inducks alors que d’autres services en font une utilisation plus importante comme l’éditeur en chef des titres Picsou de DHP qui l’utilise souvent pour la recherche éditoriale ou les services de l’éditorial BD des éditions Glénat et d’édition de Disney Publishing Worldwide France pour lesquels l’Inducks est le seul outil d’indexation employé compte tenu des prestations problématiques de l’outil interne Disney Media Center.

L’Inducks comme outil professionnel

  • 21 Entretien téléphonique avec un professionnel de l’éditorial BD des éditions Glénat réalisé le 10 ma (...)
  • 22 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 (...)
  • 23 Entretien avec le rédacteur en chef des titres Picsou de DHP réalisé le 8 juillet 2019.

18Nous constatons diverses implications de l’utilisation régulière de l’Inducks par les professionnels qui peuvent reconfigurer, notamment, les rapports que ceux-ci entretiennent avec le monde amateur. De manière générale, la plateforme vient se substituer au rapport direct du professionnel avec des connaisseurs de l’univers des bandes dessinées Disney qui fournissaient les mêmes informations complémentaires (« au début de notre collaboration on travaillait avec Ulrich Schröder qui est un dessinateur qui nous a aidé beaucoup en conseil éditorial21 ») et se pose ainsi comme un espace de médiation entre les professionnels et ces figures d’érudits. Les relations avec les amateurs rendues possibles par cette médiation se traduisent, dans certains cas, par des aides matérielles aux amateurs : prêt de matériel, financement (« en fait c’est les Danois, les éditeurs danois, Egmont, qui payent pour le serveur »), envoi aux amateurs des numéros à indexer pour les pays scandinaves (« je sais que Egmont lui envoie les magazines, [le contributeur] il les indexe et il travaille aussi comme consultant22 »), remerciements à l’Inducks sur les numéros de Picsou Magazine pour la France23. Ces aides peuvent être retournés par les amateurs avec des services de consultation éditoriale ou d’envoi de matériel avec des dynamiques qui se sont instaurées de manière différente de pays en pays.

19Il nous semble évident, par ailleurs, que l’utilisation d’un système documentaire externe et participatif n’est pas neutre mais ouvre le voie, de manière plus ou moins consciente, à un inévitable processus de changement des pratiques et des modes de production professionnels. Si, par exemple, la notation des histoires produite par les utilisateurs de la plateforme n’est pas directement prise en compte par l’éditeur dans ses choix éditoriaux24, elle décide néanmoins d’une mise en évidence de certaines histoires ou publications dans l’archive et d’une récurrence visuelle pour l’utilisateur de la plateforme. Comme dans le passé, le souci des amateurs de créditer les dessinateurs et les scénaristes de chaque histoire auparavant anonymes a fait progressivement rentrer ces critères dans l’indexation officielle, l’emploi d’un catalogue amateur signifiant accepter ou, du moins, faire confiance à des choix et à des réflexions faites dans un contexte extérieur à celui de l’éditeur : le système de référencement (le code), tout d’abord, impliquant des décisions de classement, d’insertion et d’exclusion des histoires aussi bien que de choix de critères valables pour ces opérations ; d’autres choix d’indexation tels que le choix, par exemple, des personnages d’une histoire jugés dignes d’être indexés ; la description de l’histoire ou son résumé qui peut influencer les choix éditoriaux ; les « liens » entre les histoires tissus par les amateurs qui créent des microcosmes d’histoires (par exemple, dans la figure 7, pour l’histoire D 2003-062 « An Impish Bad Birthday » est mise en référence sur le plan de la continuité narrative à l’histoire D 97202 « L’agité du bocal » et à la couverture de la publication FC JM 2730 sur le plan du dessin25).

Figure 7

Figure 7

Fiche d’histoire.

Inducks, capture d’écran du 8 février 2021.

20Le monde professionnel est loin de se montrer étranger à ce processus de changement, comme le montrent bien les réflexions régulières de la responsable du service documentation-édition de DHP sur les potentialités et les limites des utilisations professionnelles de l’Inducks.

Conclusions

  • 26 Nathalie Casemajor Loustau, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité́ (...)
  • 27 Lisa Chupin, « Documentarisation participative et médiation du patrimoine scientifique numérisé. (...)

21Nous avons montré diverses manières dans lesquelles opère l’éditorialisation au sein de l’Inducks et dans lesquelles la plateforme se fait vecteur des transformations des systèmes documentaires les ouvrant à de nouveaux modèles participatifs de production documentaire et de savoir. Ces modèles nous obligent à repenser les rôles traditionnels du documentaliste et de l’éditeur et à établir de nouveaux équilibres socioprofessionnels entre amateurs et professionnels. L’enquête montre comment, depuis sa naissance, la plateforme se configure comme un espace hybride, résultant de l’interaction entre le travail de collectionneurs, professionnels et semi-professionnels de la bande dessinée Disney et reflétant une logique collaborative qui préexistait à la plateforme et qui l’a accompagnée au cours de sa constitution. Certains des pionniers étaient, en fait, des semi-professionnels ou ont pu avoir accès à des ressources documentaires fournies par les éditeurs (consultation des registres et des archives papiers) en force de liens préexistant à la création de l’Inducks ou de la disponibilité des professionnels au partage d’informations. Le processus d’éditorialisation du catalogue a sans doute donné au travail d’indexation amateur une nouvelle dimension communautaire et systématique pour le fait qu’il a permis à un plus grand nombre de collectionneurs de participer à un projet d’indexation globale et en a nivelé pratiques et compétences documentaires. Les pratiques amateurs deviennent, aussi, plus exploitables par les professionnels ainsi bien que par le collectionneur qui souhaite entreprendre des activités lucratives en lien avec le savoir documentaire produit par l’Inducks. Facilitant les contacts avec les éditeurs, en fait, la plateforme rend également possibles des intermédiations à diverses échelles entre les deux acteurs qui étaient impensables avant sa constitution pour leur nature multiple et délocalisée. Le monde professionnel Disney, en fait, s’étant toujours servi, dans une certaine mesure, des connaisseurs érudits internes ou externes aux diverses rédactions pour la consultation éditoriale, s’intéresse volontiers au travail amateur et aux services offerts par l’Inducks. Néanmoins, ce processus d’appropriation de l’activité documentaire de la part de l’amateur26 et sa concentration sur la plateforme oblige le professionnel à reconcevoir son rapport avec le collectionneur par le biais d’une externalisation plus ou moins acheminée du travail d’indexation dans une perspective où la documentarisation participative se fait complément d’autres pratiques professionnelles d’indexation ou arrive, dans certains cas, à se substituer à ces dernières27. En plus que la main-d’œuvre du travail d’indexation traditionnellement conçu, cette externalisation comprendrait également, dans un sens plus large, le choix des codes et de l’organisation des indexes, la légitimation de certaines histoires à paraître dans l’index et la transmission de la connaissance technique liée à l’archive numérique aux nouveaux venus. Dans un contexte professionnel de croissante technicisation du travail de l’éditeur (la totalité des éditeurs interrogés confirment une consultation régulière voire fréquente de la plateforme à des buts éditoriaux), l’utilisation d’un outil externe conçu et réglé par une activité amateur n’est, en effet, pas neutre. C’est pour ces raisons et notamment pour l’importance de ce travail dans l’économie du processus éditorial que certains éditeurs français sont encore peu disposés à concevoir une externalisation complète des outils d’indexation et privilégient des solutions de complémentarité de l’Inducks avec des outils de catalogue internes ou d’intervention systématique pour le signalement d’erreur ou, dans les cas des éditeurs scandinaves, de régulation. Dans d’autres cas, ce processus d’intégration du modèle participatif s’avance de manière moins réfléchie ou plus enthousiaste.

22La centralisation d’un grand nombre de pratiques documentaires et d’échanges des amateurs et des professionnels de la bande dessinée Disney dans l’espace numérique de la plateforme donne ainsi à l’Inducks un rôle inédit de médiateur entre les deux acteurs rendant ces pratiques plus collectives, stratifiées et dynamiques. La convergence des intérêts et des efforts documentaires collectifs permis par son interface a, en ce sens, permis des transformations de nature socioprofessionnelle et informationnelle et documentaire dans les rapports entre collectionneurs et éditeurs et dans la construction et le traitement du savoir documentaire lié à cet univers culturel, ouvrant à de nouvelles problématiques autour de l’évolution de cette nouvelle configuration.

23Ces transformations vont, ainsi, dans le sens d’une plateformisation des rapports de réciprocité (pré)existants entre les deux mondes sociaux en ce sens que leurs identités, leurs rôles respectifs et leurs interactions sont définis par les modèles et par les possibilités expressives offertes par le dispositif participatif ; dans le sens d’une internationalisation de plus en plus profonde de la production documentaire et d’une conséquente hybridation « géographique » de la production et des modèles de production : non seulement la plateforme permet à n’importe quel utilisateur d’accéder ou de contribuer aux informations documentaires des différents pays, mais les modèles de production documentaire des différentes pays se conditionnent mutuellement (le modèle d’intégration partielle de la documentarisation participative est lié par une relation d’interdépendance au modèle scandinave qui, en payant pour le serveur de l’Inducks, intègre plus profondément la participation dans son système de production documentaire).

  • 28 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 (...)

24Plusieurs autres aspects mériteraient d’être interrogés dans l’analyse de la plateforme, parmi lesquels la confrontation du modèle français avec ceux d’autres pays qui utilisent principalement la plateforme tels qu’Italie, États-Unis, Grèce, Allemagne, Finlande, Danemark ou Suède et qui témoignent d’un degré d’évolution différent des rapports entre amateurs et professionnels. Le modèle scandinave, notamment, qui voit les éditeurs d’Egmont financer le serveur utilisé par l’Inducks et contribuer systématiquement à la plateforme (« ça dépend un peu des pays, il y en a qui ont plus de liens, par exemple pour la Hollande c’est les éditeurs eux-mêmes qui indexent28 ») propose un intéressant modèle professionnel d’externalisation de l’indexation et de coopération avec les collectionneurs.

Haut de page

Bibliographie

Bachimont, Bruno, « L’archive numérique : entre authenticité et interprétabilité », Archives, n° 32, 2000, p. 3-15. [En ligne] http://www.archivistes.qc.ca/revuearchives/vol32_1/32-1-bachimont.pdf [consulté le 9 septembre 2020].

Bachimont, Bruno, « Nouvelles tendances applicatives. De l’indexation à l’éditorialisation », in Gros, Patrick (dir.), L’Indexation multimédia. Description et recherche automatiques, Paris, Hermès sciences, 2007.

Casemajor Loustau, Nathalie, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité́ documentaire ? », Études de communication, n° 36, 2011, p. 39-52. [En ligne] http://journals.openedition.org/edc/2532 [consulté le 20 avril 2019].

Chupin, Lisa, « Documentarisation participative et médiation du patrimoine scientifique numérisé. Le cas des herbiers », Études de communication, n° 46, 2016, p. 33-50. [En ligne] http://journals.openedition.org/edc/6499 [consulté le 6 février 2019].

Le Deuff, Olivier, Du tag au Like. La pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d’organisation de l’information, Limoges, FYP éditions, 2012.

Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran, » Communication & langages, t. 3, n° 145, 2005, « L’empreinte de la technique dans le livre », p. 3-15.

Jouët, Josiane et Le Caroff, Coralie, « L’observation ethnographique en ligne », in Barats, Christine (dir.), Manuel d’analyse du Web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2013, p. 147-165.

Salaün, Jean-Michel, « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication, n° 30, 2007. [En ligne] https://doi.org/10.4000/edc.428 [consulté le 20 avril 2021].

Severo, Marta, « Plateformes contributives patrimoniales. Entre institution et amateur », mémoire original en vue de l’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Université de Lille, 2018.

Vitali-Rosati, Marcello, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? », Sens public, 2016. [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01599208 [consulté le 6 février 2019].

Zacklad, Manuel, « Le design de l’information : textualisation, documentarisation, auctorialisation », Communication & langages, n° 199.1, 2019, p. 37-64.

Haut de page

Notes

1 [En ligne] http://inducks.org [consulté le 20 avril 2021].

2 Entretien téléphonique avec le rédacteur en chef des titres Picsou de Disney Hachette Presse réalisé le 8 juillet 2019.

3 Marta Severo, « Plateformes contributives patrimoniales. Entre institution et amateur », mémoire original en vue de l’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Université de Lille, 2018.

4 « Cette définition ne vise pas seulement à inclure le cas de plateformes créées et pilotées par une institution (ex. Les Herbonautes du MNHS), mais également des initiatives spontanées et auto-organisées qui peuvent s’appuyer sur des outils participatifs existants comme Wikipédia (ex. PCI-Lab) ou même Facebook (voir l’étude du groupe Le patrimoine A « Laon » Tour, Istasse, 2017) ou sur des plateformes construites ad hoc par des amateurs comme dans le cas déjà cité « 1 jour 1 poilu » dans lequel l’institution intervient en un deuxième temps » : Marta, Severo, « Plateformes contributives patrimoniales. Entre institution et amateur », mémoire original en vue de l’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Université de Lille, 2018.

5 Manuel Zacklad, « Le design de l’information : textualisation, documentarisation, auctorialisation », Communication & langages, n° 199.1, 2019, p. 37-64.

6 Jean-Michel Salaün, « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication, n° 30, 2007. [En ligne] https://doi.org/10.4000/edc.428 [consulté le 20 avril 2021].

7 Olivier Le Deuff, Du tag au Like. La pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d'organisation de l’information, Limoges, FYP éditions, 2012.

8 Bruno Bachimont, « Nouvelles tendances applicatives. De l’indexation à l’éditorialisation », in Patrick Gros (dir.), L’Indexation multimédia. Description et recherche automatiques, Paris, Hermès sciences, 2007. Et notamment Marcello Vitali-Rosati, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? », Sens public, 2016. [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01599208 [consulté le 6 février 2019].

9 Éditeur majeur en France des bandes dessinées Disney, racheté en à l’été 2019 par Unique Héritage Médias. Dorénavant DHP.

10 Josiane Jouët et Coralie Le Caroff, « L’observation ethnographique en ligne », in Christine Barats (dir.), Manuel d’analyse du Web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2013, p. 147-165.

11 Bruno Bachimont, « Nouvelles tendances applicatives. De l’indexation à l’éditorialisation », in Patrick Gros (dir.), L’Indexation multimédia. Description et recherche automatiques, Paris, Hermès sciences, 2007.

12 Entretien téléphonique avec le fondateur de la section française de l’Inducks réalisé le 17 mars 2020.

13 Questionnaire amateur, avril 2020.

14 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 mars 2020.

15 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 mars 2020.

16 Questionnaires amateurs, avril 2020.

17 L’un des traits qui font de l’Inducks une ressource peu adaptée à une utilisation professionnelle systématique selon la responsable du service documentation-édition de DHP. Cf. Entretien.

18 Marcello Vitali-Rosati, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? », Sens public, 2016. [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01599208 [consulté le 6 février 2019].

19 Questionnaire générale soumis aux professionnels, juillet 2019.

20 Entretien avec la responsable du service documentation-édition de DHP réalisé le 15 juillet 2019.

21 Entretien téléphonique avec un professionnel de l’éditorial BD des éditions Glénat réalisé le 10 mars 2020.

22 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 mars 2020.

23 Entretien avec le rédacteur en chef des titres Picsou de DHP réalisé le 8 juillet 2019.

24 Entretien avec le rédacteur en chef des titres Picsou de DHP réalisé le 8 juillet 2019.

25 [En ligne] https://inducks.org/story.php?c=D+2003-062 [consulté le 8 février 2021].

26 Nathalie Casemajor Loustau, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité́ documentaire ? », Études de communication, n° 36, 2011, p. 39-52. [En ligne] http://journals.openedition.org/edc/2532 [consulté le 20 avril 2019].

27 Lisa Chupin, « Documentarisation participative et médiation du patrimoine scientifique numérisé. Le cas des herbiers », Études de communication, n° 46, 2016, p. 33-50. [En ligne] http://journals.openedition.org/edc/6499 [consulté le 6 février 2019].

28 Entretien téléphonique avec l’un des maintainers de la section française de l’Inducks réalisé le 16 mars 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Homepage de l’Inducks.
Crédits Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1725/img-1.png
Fichier image/png, 220k
Titre Figure 2
Légende Nombre de publications par pays.
Crédits Inducks, capture d’écran du 8 février 2021.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1725/img-2.png
Fichier image/png, 380k
Titre Figure 3
Légende Résultat de la recherche pour le mot clé « espace ».
Crédits Inducks, capture d’écran du 18 avril 2021.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1725/img-3.png
Fichier image/png, 480k
Titre Figure 4
Légende Recherche avancée.
Crédits Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1725/img-4.png
Fichier image/png, 184k
Titre Figure 5
Légende Exemple d’indexation de publication 1.
Crédits Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1725/img-5.png
Fichier image/png, 446k
Titre Figure 6
Légende Exemple d’indexation de publication 2.
Crédits Inducks, capture d’écran du 2 septembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1725/img-6.png
Fichier image/png, 388k
Titre Figure 7
Légende Fiche d’histoire.
Crédits Inducks, capture d’écran du 8 février 2021.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1725/img-7.png
Fichier image/png, 614k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irene De Togni, « L’index éditorialisé Inducks entre amateurs et professionnels de la bande dessinée Disney : nouveaux équilibres et nouveaux modèles participatifs »Hybrid [En ligne], 8 | 2022, mis en ligne le 21 avril 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/hybrid/1725 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hybrid.1725

Haut de page

Auteur

Irene De Togni

Irene De Togni est membre doctorante du laboratoire Dicen-IdF (EA 7339) et de l’université Paris Nanterre (ED 138) depuis octobre 2019. Dans le cadre du projet ANR COLLABORA (réf. ANR-18-CE38-0005) elle travaille sur les dispositifs contributifs culturels, les pratiques amateurs et les rapports avec l’institution et le monde professionnel en leur sein.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue Hybrid

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search