Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Dossier thématiqueOrganiser la « résistance culture...

Dossier thématique

Organiser la « résistance culturelle » : les usages tactiques des réseaux sociaux chez les collectifs dartivistes russes rodina et Rebra Evi

Viviana Lipuma
Traduction(s) :
Organizing “cultural resistance”: Tactical social networking among Russian Artivist collectives rodina and Rebra Evi [en]

Résumé

Cet article entend explorer les usages des réseaux sociaux en un contexte non démocratique, afin dinterroger la capacité d’Internet à être un opérateur de démocratie par-delà toute idéologie de la participation connectée. Il choisit comme point dentrée deux collectifs dactivistes-artistes basés à Saint-Pétersbourg, qui sinscrivent dans le sillon de lart performatif et qui sont très actifs dans les réseaux sociaux depuis leurs débuts. En tenant compte de la spécificité de deux cas, il sagira de dresser un portrait de la Russie à l’âge du numérique, de situer leurs usages pour en comprendre la portée seulement « tactique », et enfin de mesurer la portée de leurs pratiques artistiques sur un plan micropolitique grâce à la diffusion en ligne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guattari, Félix, « Liminaire », Cartographies schizoanalytiques, Paris, Galilée, 1991.
  • 2 Manuel Castells, L’Ère de l’information, vol. 1. La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.
  • 3 Pierre Levy, Cyberdémocratie. Essai de philosophie politique, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • 4 Dune part, la « cyberdémocratie » a servi doutil conceptuel au développement dune démocratie par (...)
  • 5 Nous faisons référence au programme militaire ARPANET développé par la DARPA (Defense Advanced Rese (...)
  • 6 Yann Moulier-Boutang, Le Capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Paris, Éditions A (...)
  • 7 Cest ce quont montré les révélations sur lexistence dune surveillance de masse au sein même de (...)

1 Lorsquau début des années 1990 le développement du World Wide Web et la création du navigateur Mosaic sortent lInternet des laboratoires universitaires et des centres de recherche, nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour célébrer lavènement dune société nouvelle. La libre circulation des informations, le partage des données, la transversalité de la communication et la décentralisation des instances de production des contenus sont les caractéristiques principales dune « ère post-média1 » faisant des nouvelles technologies de linformation et de la communication (NTIC) les vecteurs dune subjectivation enfin délestée des clichés des médias de masse. Basée sur le principe dune libre participation de lindividu, la « société en réseaux2 » allait pouvoir enfin jeter les bases dune « cyberdémocratie3 », interconnectant centres et périphéries afin de choisir ensemble les orientations à donner à une existence désormais globalisée. Vingt-ans se sont écoulés et un tel discours na rien perdu de sa force. Il continue à fournir un horizon politique progressiste à la tendance à faire migrer des pans entiers de notre existence sur la Toile – quand bien même il sagirait dune simple tendance4, et non dune pratique consciente et délibérée. Et pourtant, cest dans ce même laps de temps quInternet a réalisé toutes ses promesses initiales de surveillance et de contrôle5. Le « capitalisme cognitif6 », qui transforme toute donnée en une source de profit, est le modèle économique basé sur les réseaux. Quant aux modèles politiques venus l’épauler, ils se sont en réalité si bien accommodés des impératifs du néolibéralisme, que même les différences entre régimes politiques opposés ont fini par sestomper7. Dès lors, croire quInternet constitue en soi un opérateur de « démocratisation », ou quune participation sur les plateformes numériques débouche naturellement sur une société plus collaborative, serait faire preuve dune certaine naïveté.

2 Mais de lautre côté, il suffit dobserver les usages des NTIC dans les pays non démocratiques pour avoir envie de remettre en question ce constat. Alors même que les services de surveillance font main basse sur les données personnelles des internautes et quil y a un haut risque didentification et de répression, lengouement suscité par les espaces numériques de partage et la transformation des réseaux en des îlots de liberté dexpression et dorganisation politique – y compris contre le régime en place – interrogent et nous poussent à vouloir mieux cerner la capacité de ces outils à « créer de la démocratie ». Est-ce là devoir admettre une adhésion de la part de ces usagers au discours mystificateur de la cyberdémocratie ? En émettant lhypothèse inverse dun usage à peine tactique dun Internet quils savent sous verrous, nous pensons au contraire que lamorce du processus démocratique de sensibilisation, de discussion et de collaboration entre internautes sur le Web ne peut advenir que sous limpulsion dindividus déjà politisés, pour cette raison souvent réunis en collectif, qui se servent du Web pour le consolider et l’étendre. En employant le terme « tactique » au sens de Michel de Certeau (1990), tel quil est repris et spécifié par les théoriciens des médias Geert Lovink et David Garcia pour désigner lensemble de pratiques culturelles au point de confluence entre technologie, art et activisme (1997), nous souhaitons explorer dans cet article la spécificité des tactiques déployées par des collectifs dartistes-activistes en vue de créer les conditions dune existence qui résiste au régime en place et à ses modèles, le modus operandi de leur « insurrectionnalisme digital » et les effets produits par de tels agissements sur le web. Pour ce faire, en employant les outils méthodologiques de la philosophie politique, de la sociologie des médias et de lethnographie digitale, je mappuierai sur l’étude de deux cas concrets de collectifs dartistes-activistes russes basés à Saint-Pétersbourg, que jai côtoyés entre 2017 et 2019 : {rodina} (« mère patrie »), fondé en 2013 par un philosophe, une philologue et un psychothérapeute et qui comptait au moment de sa dissolution à l’automne 2018 une vingtaine de membres ; et Rebra Evi (« les côtes dÈve »), collectif féministe fondé en 2016 qui a rapidement trouvé un écho favorable auprès d’une jeune génération d’hommes et de femmes avec une trentaine de membres à son actif et une centaine de participants. Je dresserai dans un premier temps le portrait de la Russie à l’âge du numérique pour montrer les possibilités dune résistance au régime de Poutine offertes par les NTIC. Dans un deuxième temps, je montrerai lusage qui est fait de la Toile comme vecteur de diffusion pour des performances artistiques à fort impact visuel. Dans un troisième temps, je mattacherai à mesurer les effets politiques induits par ce genre dirruptions sur la Toile, débouchant sur la construction dune communauté prête à investir les espaces politiques plus traditionnels.

La Russie à l’âge du numérique : une chance pour la démocratie ?

3 La Fédération de Russie, qui à la fin de l’expérience soviétique s’est dotée d’une constitution assurant l’égalité des citoyens face à la loi et l’indépendance des juges (1993), puis qui a adopté le principe d’une élection présidentielle par suffrage universel (2012), est une jeune démocratie à la démocratie fort douteuse. Depuis 1999, une seule figure se détache de ce fond marécageux, celle de Vladimir Poutine. Un tel monopole ne favorise en rien l’existence d’un débat public ni dune opposition, conditions sine qua non de toute démocratie. Ainsi, les fraudes électorales dont le parti « Russie unie » est accusé en 2011 (notamment par Alexey Navalny), l’élimination physique des opposants politiques au régime (notamment celle de Boris Nemtsov en février 2015), leur condamnation à l’exil ou à la prison (Oleg Sentsov), ainsi que l’interdiction pure et simple de manifester si ce n’est lors des défilés officiels de la fête du travail (1er mai) et de la libération (8 mai) ont peu à peu dessiné les contours d’un État qui n’a de droit que le nom. Au lieu de poursuivre la voie suicide d’une opposition frontale au régime à partir de codes partagés, c’est dans les formes obliques de l’art qu’ont trouvé refuge les critiques à l’égard d’une politique d’État oppressive mais aussi d’une société de plus en plus chauvine et conservatrice. Lartivisme, catégorie qui permet de regrouper des œuvres à la frontière de laction politique et de la performance artistique, bouleversant la quotidienneté par des événements à caractère souvent extrême et dont les origines remontent à lagit-prop soviétique, devient ainsi dans la Russie contemporaine une nécessité8. Il sagit dune part d’esquiver les accusations et les comparutions trop rapides en tribunal grâce à un camouflage des identités par du maquillage ou des cagoules coloriées brouillant les pistes de la reconnaissance faciale. Mais dautre part (et surtout) d’élaborer une grille herméneutique du monde plus riche et plus complexe, dimaginer des modalités de lagir politique capables de nous sortir de la position de militant-martyr et de provoquer une adhésion plus aisée grâce à des formes dexpression créatives, sinon même festives. Le groupe Voïna (« guerre ») né en 2007 à Moscou est le premier après la chute de l’URSS à renouer avec les formes provocatrices de la performance, reprises et prolongées par le groupe punk féministe Pussy Riot (2011), que ce soit des actes sexuels publics (Fuck for the heir Puppy Bear!) ou encore le concert punk à l’Église du Saint-Sauveur de Moscou dans laquelle a été entonné le chant « Vierge Marie, délivre-nous de Poutine » (fig. 1)9. La vidéo est immédiatement associée à ces processus créatifs-militants, mais leur diffusion reste limitée, et donc leur visibilité compromise, par un dispositif médiatique fort centralisé. Si quelques-uns se chargent de relayer ces actions à l’étranger, par la saisie de la Commission européenne des droits de l’homme, par la réalisation du film Pussy Riot. A Punk Prayer10 ou encore par le soutien public et financier de certaines figures diplomatiques et artistiques occidentales (Merkel et Banksy), dans l’enceinte même de la Russie elles demeurent sinon inconnues du moins largement incomprises dans la démarche intellectuelle et politique qui les anime. Les médias télévisés officiels, contrôlés directement ou indirectement par le gouvernement (Pervi Kanal, VGTRK, Gazprom-Media), fournissent à propos de ces actions une lecture biaisée et conforme aux valeurs du conservatisme orthodoxe et de lunité nationale.

Figure 1

Figure 1

À gauche, photographie du concert punk que le groupe Pussy Riot organise sans autorisation au sein de lÉglise Saint-Sauveur de Moscou (fonds d’archive de Pussy Riot). À droite, les activistes Nadejda Tolokonnikova, Ekaterina Samoutsevitch et Maria Alekhina, derrière la cellule vitrée lors de leur procès le 17 août 2012 (AFP).

4L’apparition des « nouveaux médias » (sites internet, blogs et réseaux socio-numériques) a donc semblé offrir une deuxième chance à la construction d’une voie alternative sociale et politique. Nous assistons à l’émergence d’un véritable « espace public parallèle11 ». Ce concept, créé ad hoc pour le contexte russe, désigne la situation où la médiation entre l’État et la société civile pour la formation d’une opinion publique libre et diversifiée n’est plus assurée par la presse, les clubs et les cercles de rencontre qui en garantissent la publicité12, mais où il y a malgré tout la possibilité d’ouvrir des brèches. « Pour l’URSS, empêcher les citoyens vivant dans sa zone de domination de recevoir des signaux provenant du monde extérieur constituait un enjeu majeur de la pérennité de son système de pouvoir, fondé sur la rétention de linformation », explique Mattelard. Si dans les années 1970 et 1980 ce sont les médias transnationaux qui fournissent des représentations du monde différentes de celles du régime, en introduisant une diversité dopinion qui faisait défaut dans le paysage médiatique, cest d’Internet que dépend désormais l’existence d’un tel espace parallèle13. Pour mieux saisir limportance du passage aux NTIC, il convient de dresser rapidement le tableau des infrastructures dont la Fédération de Russie dispose. Les vastes réseaux téléphoniques hérités de l’URSS passent, lors du basculement vers une économie du libre marché, dans les mains d’une industrie privée des télécommunications foisonnante, marquée par l’éclosion d’un nombre important de fournisseurs d’accès à Internet (FAI). La généralisation de la pratique de connexion au Web, faisant passer le nombre d’internautes de 1,98 % en 2000 à 82,6 % de la population en 201914, advient surtout sous l’impulsion d’un marché de smartphones en croissance exponentielle, vendus le plus souvent avec des contrats mobiles à un prix extrêmement abordable (moins de 10 €/mois pour MTS et MegaFon), qui débouche sur une couverture exceptionnelle de 60 abonnements pour 100 habitants (fig. 2 et 3). C’est cet accès individualisé au réseau qui serait à l’origine d’un changement radical de la donne médiatique en Russie. Si à l’encontre des espoirs formulés par les chantres de la révolution numérique que nous avons cités en introduction, labolition des partages classiques de lespace médiatique est loin d’être réalisée, la multiplication des usages dInternet encourage des formes originales et variées de participation. Une enquête quantitative menée par Kondratov montre ainsi l’arrivée massive dans la blogosphère d’acteurs politiques et sociaux qui avaient été exclus de la sphère officielle et affiliés traditionnellement aux médias d’opposition, puis la création de plateformes de blogs politiques éditoriaux du Web, parmi lesquels on peut citer MediaZone (2014) pour avoir été fondé par Pyotr Verzilov (Voïna), Maria Alyokhina et Nadejda Tolokonnikova (Pussy Riot). La mise en place des réseaux socio-numériques à la fois russes (VKontakte, 2006, Telegram, 2014) et étrangers (Facebook, 2004 et Instagram, 2010) parachève le tableau. C’est le dernier élément à prendre en compte pour saisir l’ampleur de la participation en ligne. La présence massive des internautes (90 % des 65,9 millions d’usagers russes y sont inscrits en 201415), la dimension multimédia qui tend à valoriser le contenu visuel grâce à des capacités de visionnage optimales (haut débit de 7,64 mégabits/s) et enfin la structure de communication multilatérale propre aux réseaux, sont les principales caractéristiques de ce qui pourrait être une immense « agora numérique ». Certes, il sagit dune simple possibilité, les réseaux sociaux pouvant devenir des vitrines pour toute sorte de contenu, vidéos des chats ou selfies sur Instagram. Mais cest dans tous les cas de cette possibilité que se saisissent les collectifs dactivistes. Parce que ceux qui s’emparent d’un outil ne le font ni naïvement ni indépendamment de tout ce qui les définit comme des individus sociaux16, ils et elles tentent tirer profit de la mise en place de ce nouvel environnement technologique pour sessayer à de nouveaux exercices d’organisation et de visibilité. Prenant le relais de la première génération dartivistes, ils et elles inaugurent sur le cyberterritoire russe un « usage militant de l’Internet17 » qui entend créer un espace de discussion autour des problèmes soulevés par la politique du gouvernement et par une société très normative, et étendre ces débats à un nombre maximal dinternautes. Pour ce qui est des collectifs qui nous intéressent ici, lon compte 2 693 membres sur VKontakte pour {rodina}18 et plus de 11 k pour Rebra Evi. Lon dirait ainsi que toutes les conditions sont réunies en Russie pour l’avènement d’une « société en réseau », plus démocratique car plus participative, faisant preuve de pluralisme et tolérant même le dissensus. Mais cest là oublier que la Russie à l’âge du numérique est contemporaine de la Russie poutinienne. Savoir si la promesse douverture et d’échange se traduit dans les faits exige de regarder de plus près les retombées juridiques à l’encontre de celles et ceux qui exposent librement leurs opinions sur les réseaux, lefficacité du contrôle de l’espace numérique et la portée réelle que ces usages militants des nouveaux médias et des nouvelles technologies ont sur la vie politique et sur la société russe.

Figure 2

Figure 2

Nombre d’internautes en Russie. « Russie : les chiffres clés de l’Internet », Le Journal du Net (JDN d’après Banque mondiale, 2021)

Figure 3

Figure 3

Nombre d’abonnés de téléphonie fixe et mobile. « Russie : les chiffres clés de l’Internet », Le Journal du Net (JDN d’après Banque mondiale, 2021)

Le choc visuel de la performance politique et l’émergence d’un « espace public parallèle »

5Autrement dit, cest du rapport entre l’espace public et l’espace public parallèle qu’il en va sitôt que l’on veut mesurer l’ampleur des changements sociaux advenus depuis l’implantation de l’Internet en Russie et lefficacité de ses usages tactiques par les activistes. Nous essaierons de le saisir à travers l’analyse de trois actions menées et/ou partagées sur les réseaux par les collectifs {rodina} et Rebra Evi entre mai 2018 et mars 2019.

  • 19 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.
  • 20 Dans lordre, voici les posts mentionnés : [en ligne] https://vk.com/wall-147892089_2336, https://v (...)
  • 21 Les enjeux politiques de cette action sont détaillés dans un article du magazine dart new-yorkais (...)

61) Neuf étapes dans la décomposition du leader suprême est la transcription visuelle d’une œuvre réalisée par des membres du collectif en 2015. Une affiche de la campagne présidentielle de Poutine, qui avait été décollée de la rue et déposée sur une jardinière, se dégrade jusqu’à se décomposer. Des clichés témoignent des étapes de décomposition, et neuf dentre elles sont sélectionnées pour montrer le visage du dirigeant défiguré pour enfin disparaître (fig. 4). En jouant à la fois sur la « visagéité du pouvoir19 » et sur la matérialité de ses représentations, dans un pays où la statuaire s’impose grandiose sur toutes les places, les membres de {rodina} montrent avec cette œuvre l’instabilité substantielle du pouvoir : le « leader suprême » n’est en somme qu’un homme agrandi par son image et par la fascination qu’elle suscite. Après une vente aux enchères en 2017 dont les fonds permettent le financement dun projet du collectif, lœuvre est revendue pour les mêmes raisons en 2019 à lavocate féministe Varia Mikhaïlova. Imprimée en très grand format et encadrée, lœuvre est arborée par lactiviste lors de la manifestation du 1er mai et donc à lissue de la campagne présidentielle de 2018 qui a donné vainqueur Poutine pour un quatrième mandat. La pancarte fait ce jour-là partie de la performance quune cinquantaine de membres de {rodina} réalisent à loccasion de ce défilé officiel de syndicats et de partis, en participant déguisés en squelettes et en zombies tels les représentants dun « Parti des morts » (fig. 5). Varia Mikhaïlova est immédiatement arrêtée par les policiers et embarquée de force au commissariat de police. Elle ne reste qu’une nuit en prison, du fait de l’acquittement d’une somme de 160 000 roubles (2 500  €) que les membres de {rodina} parviennent à collecter grâce à la vente de t-shirts, de cartes postales et d’affiches où l’œuvre en question est imprimée, se démultipliant à linfini du fait de son statut digital et se diffusant à grande échelle du fait d’un réseau solidaire de membres à l’internationale (Moscou, Paris, Berlin et Helsinki) (fig. 6), se moquant au passage de la décision de justice qui avait ordonné la destruction de lœuvre physique. Pour cette première performance, leffet du post partagé par {rodina} sur VKontakte nest pas mesurable en nombre de partages et de « likes », mais en nombre de relais de linformation par les collectifs et les médias alternatifs de Saint-Pétersbourg et de Moscou : Feministki Poyasnyayut (200 likes, 44 partages, 14 k visualisations), Romb (341 likes, 38 partages, 23 k visualisations), Nastoyashchiy Lentach (3 246 likes, 343 partages, 171 k visualisations) et Radio Svoboda sur YouTube (652 likes et 11 k visualisations)20. Les répercussions de la performance et de larrestation sont telles quelles bénéficient en outre dune couverture internationale21.

Figure 4

Figure 4

rodina, Neuf étapes de la décomposition du leader suprême, 2015 (page VKontakte de rodina).

Figure 5

Figure 5

Varya Mikhaïlova avec une reproduction de l’œuvre lors de la manifestation du 1er mai 2018 (page VKontakte de rodina).

Figure 6

Figure 6

Quelques images de la campagne de collecte de fonds pour la caution de l’activiste grâce à la vente de t-shirts, sacs et cartes postales (page VKontakte de rodina).

72) Génitrices de viande est une performance menée à l’occasion du « Jour du défenseur de la Patrie » le 23 février 2019. Exaltant la virilité et les penchants guerriers, dans un pays où les femmes subissent des violences domestiques qui restent généralement impunies et où les annexions manu militari font l’objet d’un large consensus de la part de la population, cette fête est une pure ostentation de la ligne politique officielle. Un groupe de femmes, habillées en militaires, munies de masque à gaz et coiffées du traditionnel kokochnik, se rencontre à une heure fixée devant le Commissariat de la Guerre (Oblast de Leningrad) pour y faire « étalage de viande » : berçant de nouveaux nés qui seront envoyés au boucher par une idéologie sexiste et militariste, elles s’attaquent aux piliers masculinistes de la société russe.

  • 22 La violation des locaux a notamment fait lobjet dun reportage sur la télévision locale : [en lign (...)
  • 23 À côté de groupes plus anciens, tels Soc-Fem (2012, 59 k abonnés), Skola femininzma (2014, 20 k abo (...)
  • 24 Au début des années 1990, le développement des nouvelles technologies, ses conséquences néfastes po (...)

83) Deux semaines plus tard, en réponse au succès de la circulation de ces clichés, Rebra Evi reçoit la visite dans ses locaux d’un groupe de militants (hommes) de la droite poutinienne, à un moment où l’espace de coworking est non mixte et où on y prépare la marche du 8 mars du lendemain. En forçant l’entrée, ces jeunes hommes viennent y déposer plusieurs dizaines de bouquets de fleurs. Les activistes, les suppliant de partir, parviennent enfin à s’en défaire en utilisant un spray de peinture. La violence d’une telle violation de l’espace privé contraste apparemment avec la symbolique du bouquet de fleurs. En établissant au contraire le lien constitutif entre ces deux gestes, Rebra Evi improvise une performance : Nos fleurs sur le tombeau du patriarcat met en scène un homme nu, gisant sans vie avec son membre arraché et recouvert des fleurs de la veille22. Les images à lesthétique saisissante de ces deux performances, soigneuses tant de la composition comme du contraste des couleurs, ont circulé activement sur les réseaux en suscitant ladmiration, l’amusement, le frisson que donne la révolte et une avalanche de commentaires de la part des membres originaires de différentes villes de Russie (Moscou, Oufa, Perm, Iekaterinanbourg, Novogorod, Vladivostock, etc.). Cette fois, la visibilité des actions est assurée par la visibilité du collectif lui-même, ce que lon peut expliquer dune part par le fait quun an sest écoulé, qui a permis de gagner plus dinternautes à une position plus ouvertement critique vis-à-vis de la politique gouvernementale et de ses valeurs ; de lautre parce que les problèmes liés à la condition féminine sont si graves en Russie que lintérêt des femmes internautes pour les pages de collectifs féministes est en hausse23. Génitrices de viande cumule sur la page de Rebra Evi 2 987 likes, 230 partages et 83 k visualisations, tandis que Nos fleurs sur le tombeau du patriarcat cumule 459 likes, 25 partages et 18 k visualisations (fig. 7 et 8). De ces performances, deux points méritent commentaire. Premièrement, le fait que les deux collectifs n’entendent pas démissionner de la rue au profit du réseau. Fidèles au modus operandi de lartivisme qui intervient dans lespace public afin de créer un choc dans le quotidien en continuité avec les mouvements sociaux, ces collectifs considèrent la rue comme l’espace par excellence de la confrontation politique. Elle apparaît dans tous les clichés des performances, par des éléments visuels tels les trottoirs, lasphalte et les bâtiments, reconnaissables pour tout habitant de Saint-Pétersbourg. Ainsi, la même performance réalisée dans un appartement naurait absolument pas le même effet sur les internautes, et sa portée politique sen trouverait affaiblie. Deuxièmement le fait que, conscient·e·s quils et elles sont que les performances ne dureront probablement que quelques minutes, anticipant autant que possible les services de lordre, les moyens sont mis en œuvre pour garder un registre visuel qui puisse en témoigner. Au lieu de servir d’archive au collectif, ce matériel visuel et audiovisuel est utilisé pour insuffler aussitôt une « deuxième vie » aux actions par les réseaux socio-numériques, qui se trouvent donc exploités de manière double : en amont des actions, il y a utilisation minimale des outils de communication en vue de leur organisation interne, auxquels l’on préférera les rencontres physiques en raison dune défiance technologique assez classique dans le paysage de lactivisme24 ; en aval, il y a au contraire exploitation maximale des outils de diffusion numérique, de manière à ce que les actions soient le plus largement partagées, visualisées et commentées.

Figure 7

Figure 7

« Génitrices de viande ». Post du 2 février 2019 (page VKontakte de Rebra Evi).

Figure 8

Figure 8

« Nos fleurs sur le tombeau du patriarcat ». Post du 8 mars 2019 (page VKontakte de Rebra Evi).

9Inutile de dire que le travail de sape des possibilités de cet « espace public parallèle » s’est renforcé en conséquence. Le démontre l’éviction au profit d’hommes proches du Kremlin (Setchine et Ousmanov) de Pavel Dourov, fondateur de VKontakte et de Telegram, qui avait refusé de livrer les données personnelles des opposants politiques ayant organisé sur VKontakte des manifestations contre les résultats des législatives de 2011. Mais aussi linterdiction de certains réseaux étrangers, comme LinkedIn et Twitter. Ou la création en 2019 de Runet, sorte de « Muraille informatique » visant à séparer l’Internet russe de l’international, en train de simplifier grandement le travail de surveillance du Roskomnadzor, le Service fédéral de supervision de l’information et de la communication (2008). Ou encore l’impossibilité pour Apple de se tailler une part du marché de la téléphonie, en raison de l’exigence de la part des autorités russes de préinstaller dans les mobiles des applications nationales pouvant faciliter la collecte des données. Derrière l’ensemble de ces opérations, il y a assurément un discours totalisant à valeur performative, visant à dissuader les activistes de s’ériger en une force collective tant plane sur eux l’ombre de la répression. Un tel contrôle perd en effet de son évidence sitôt que l’on se penche sur l’écosystème numérique des FAI russes : alors qu’en France l’on ne compte que quatre grands fournisseurs d’accès, « en Russie il y en a un peu plus de 13 000, avec parfois des fournisseurs daccès de très petites tailles qui assurent un service pour une ville ou une petite région25 ». Or, ce sont les FAI qui sont tenus de fournir au gouvernement la collecte anonyme des données comme l’historique de navigation d’individus ciblés – tâche impossible, compte tenu de la lourdeur économique et logistique d’un tel dispositif pour de petites entreprises. Le programme RESISTIC (« Les résistants du net. Critique et évasion face à la coercition numérique en Russie »), mené au sein du CNRS, creuse également la piste de recherche de l’existence d’un écart entre le discours et son effectivité26. Mais de l’autre côté, l’on ne peut nier que l’isolement politique et la répression soient réellement exercés à l’encontre des activistes. Nous assistons à une sorte d’« adaptation numérique » de techniques de répression plus classiques, tel le contrôle direct des individus déjà dans la ligne de mire du Roskomnadzor sur les plateformes dont le serveur est hébergé en Russie (VKontakte et Telegram), la création de faux profils qui demandent à participer aux groupes de discussion ou d’organisation, ou encore la pratique de la délation de la part d’internautes pro-Poutine déjà présents sur les réseaux. Comme le montrent Kiriya et Kondratov, il y a une pratique d’identification et d’isolement des activistes qui, en doublant sur la Toile les rapports de force de lespace public, compromet sérieusement tout projet d’un espace public parallèle numérique.

« Communautés virtuelles » et résistance culturelle : la construction lente d’un autre regard

  • 27 Ce sont quelques-uns des thèmes abordés par les collectifs sur leur page VKontakte, mais aussi lors (...)
  • 28 Manuel Castells, La Galaxie Internet, Paris, Fayard, 2001.

10 Ayant souvent affaire aux services de police, confrontés comme ils et elles l’ont maintes fois été à des violences policières, à des emprisonnements et à des amendes, inquiété·e·s au lendemain des performances jusqu’à leur domicile, les activistes de deux collectifs considérés n’ont pas la naïveté de croire qu’Internet et les réseaux sociaux constituent l’amorce d’un véritable projet démocratique en Russie. Il s’agit tout au plus d’un pis-aller, dont on fait usage avec les dues précautions afin que la présence sur le Web ne se transforme pas en hameçon. Sans formation spécifique sur les communications cryptées, pas toujours au fait des possibilités de passer entre les mailles du filet, mais convaincu.e.s qu’une grande visibilité sur Internet les protège davantage qu’un agissement dans le secret, les initiatives de {rodina} et de Rebra Evi procèdent bien plus d’une occupation de la Toile que d’une participation à un projet qu’ils savent d’emblée ambivalent. Interrogés sur la base d’un questionnaire portant sur les effets escomptés de leur existence virtuelle, mais aussi sur les peurs qu’elle peut provoquer en matière de contrôle et de répression, les collectifs apportent des réponses variées qui permettent de dégager des constantes. Premièrement, que la visibilité recherchée n’est jamais celle du collectif mais celle des messages véhiculés par les performances, de sorte qu’elles puissent leur revenir « dépouillées de toute signature » par les réactions qu’elles suscitent. Cest une démarche propre à lactivisme et opposée à lart, qui se caractérise très précisément par lapposition dune signature, mais pour laquelle la dimension esthétique et créative nest jamais décorative. Ensuite, que les interventions dans l’espace urbain et leur diffusion au moyen d’images fonctionnent comme des catalyseurs pour un débat de fond portant sur des problèmes de société plus variés et plus vastes, telles les violences domestiques, l’écologie, l’emprise de la religion orthodoxe dans la sphère intime et dans l’orientation sexuelle par le truchement des politiques officielles27. L’importance de ces débats rend les critères quantitatifs (nombre de likes, de partages et de membres) tout à fait secondaires par rapport à la création d’une « communauté virtuelle28 », qui se donne les moyens de préciser ses revendications et de se constituer en une force politique concrète, capable à terme de migrer de nouveau du Web à la rue. Enfin, quaucune pratique d’anonymat, de faux profil ou de camouflage d’identité sur le Web n’est adoptée par les membres des deux collectifs, bien que le risque d’une peine exemplaire soit toujours de mise et qu’il ne soit pas rare de voir apparaître des policiers aux manifestations annoncées sur les réseaux. Il ne s’agit cependant pas, dans aucun cas, de « jouer aux martyrs ». C’est d’une part la volonté de ne pas se renfermer dans un entre-soi politique, mais d’autre part l’impossibilité réelle de déterminer la perception qu’ont les services de contrôle du « degré de dangerosité » de ce qui est publié, qui les conduit à prendre des risques, un peu comme dans une roulette russe, faute de quoi ils et elles seraient contraint·e·s d’accepter tout simplement le statu quo politique.

  • 29 Dans larticle paru dans Le Monde diplomatique, « Démocratie à la russe », lhistorienne Marlène La (...)
  • 30 L’évolution du nombre dabonnés sur VKontakte na pas été relevée par le collectif, mais on ne comp (...)
  • 31 Chams Iaz, « La jeunesse russe crie sur les réseaux avant de le faire dans les rues », Le Temps, ve (...)

11 Nul ne doute que les fondements stables d’une démocratie en Russie ne peuvent être jetés que lorsqu’une force macro-politique d’opposition sera capable de s’organiser, avec les opérations qui lui sont propres (parti, programme de parti et victoire à des élections libres), afin de diversifier les options politiques du pays. Cependant, l’on sait tout autant que rien de tel n’est envisageable tant que ne se trouvent pas modifiées les coordonnées de perception du monde, tant qu’on n’aura pas labouré le terrain des consciences, chez un peuple pour qui résignation et soumission à lautorité senchaînent29. Gramsci nomme « guerre de position » la stratégie consistant à s’emparer des outils culturels lorsque le rapport de force est nettement favorable à l’adversaire et « la guerre de mouvement » perdue d’avance. Or, c’est sur ce « front micropolitique » de l’artivisme russe – le seul actuellement possible que la vision dominante est peu à peu en train de s’éroder. Le montre l’augmentation significative du nombre d’internautes qui suivent les deux collectifs sur les réseaux, mais surtout le nombre croissant des participants aux événements culturels qu’ils proposent30 : les expositions itinérantes dans les appartements kommunalka de {rodina}, les activités culturelles (vidéo-projections, yoga, débats, coworking, concerts, masterclass) que Rebra Evi réalise à Rosi Dom, un espace physique inauguré en 2018 au calendrier fort cadencé, ou encore le festival de théâtre organisé à l’automne 2019 par ce même collectif et disséminé pendant une fin de semaine dans plusieurs scènes alternatives de Saint-Pétersbourg (fig. 9, 10 et 11). Il importe de comprendre que si l’occupation tactique de la Toile à laquelle procèdent ces deux collectifs témoigne d’une certaine efficacité, c’est grâce à un glissement subreptice du sens que recouvre le concept même de « participation ». Ce terme ne désigne plus l’adhésion enthousiaste au projet numérique, mais bien la mise en commun d’idées et de savoir-faire en vue de la réalisation de projets culturels, dont l’existence sur la Toile continue certes à être un élément important pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore les collectifs, mais de moins en moins central pour ceux qui y participent. Le programme de Rosi Dom est mis à jour sur le site https://www.rebraevy.ru/​ et relayé quotidiennement dans les réseaux sociaux, mais une fois que l’on commence à fréquenter l’espace et à côtoyer les personnes, la participation se mue en collaboration à un projet déjà existant, ou en proposition d’un nouveau projet qui spécifie des désirs et des besoins politiques. Pour le premier cas, l’on peut citer la réponse à l’appel à contribution pour une exposition de cartes postales féministes qui a eu lieu dans les locaux de Rebra Evi en mars 2019. Pour le deuxième, le projet Femitales, site de contes pour petites filles les dépeignant à partir de leurs rêves et non de leur apparence physique, écrits et illustrés par des femmes qui ne se connaissaient pas entre elles et qui ne sont généralement pas des professionnelles (fig. 12). Cette participation à une « communauté en devenir » atteint à notre sens un niveau de maturité supérieur lors des camps d’été qui se tiennent depuis quatre ans dans la région des lacs au nord de Saint-Pétersbourg. Et en même temps que les projets artistiques et culturels surgissent et bifurquent, en occasionnant des rencontres réelles et débouchant sur une nouvelle compréhension du monde et de ses problèmes, la participation aux rendez-vous politiques plus classiques se fait moins timide. Ainsi, la marche du 8 mars a vu son chiffre tripler de 2018 à 2019 et l’a maintenu en 2020 alors même que les autorités en ont refusé l’autorisation. Lors du défilé du 1er mai, une batucada féministe et le « Parti des morts » aux accents on ne peut plus carnavalesques dégainent leurs déguisements aux côtés des vieux messieurs du Parti communiste (fig. 13). Au retour de Navalny dans le territoire russe et à la nouvelle de son emprisonnement en janvier 2021, un nombre très important de manifestants, après un échauffement « gymnastique » sur TikTok (réseau de toute dernière tendance en Russie, qui a permis larrivée dans la blogosphère dinternautes plus jeunes), a montré en même temps sa solidarité et son ras-le-bol, sans craindre les conséquences dune répression que l’on sait d’emblée excessive et peu clémente31.

Figure 9

Figure 9

Affiche hebdomadaire du 30/11 au 6/12 publiée sur le site de Rebra Evi sur les activités que le collectif tient à Rosi Dom.

Figure 10

Figure 10

Les locaux de Rosi Dom (page VKontakte de Rebra Evi).

Figure 11

Figure 11

Page daccueil du volet « Festival » du site de Rebra Evi.

Figure 12

Figure 12

Page d’accueil du site de contes Femitales.

Figure 13

Figure 13

Participation du « Parti des morts » (Partya Miorthikh), une bifurcation du groupe rodina, à la manifestation du 1er mai 2019 (page VKontakte de Partya Miorthikh).

12Pour conclure, considérant l’ensemble de ces éléments, il apparaît que dans le cas de la Russie l’on ne peut donc pas parler d’un paysage médiatique alternatif, ni d’une participation sur les plateformes numériques et les réseaux sociaux à un projet collaboratif où les contenus, les idées et les initiatives circulent librement. Le contrôle numérique double la surveillance politique, et d’une manière si marquée que les prémices d’un « espace public parallèle » sont constamment fragilisées. Alors même que la surveillance de masse pose de sérieux problèmes aux démocraties occidentales, dans la mesure où lhypothèse dun régime liberticide se saisissant un jour de ces données n’est jamais totalement à exclure, dans les pays où il est déjà en place, le traitement que l’on réserve aux opposants politiques nest assurément pas à envier. Il nous semble néanmoins que le « cyber-actionnisme » des deux collectifs étudiés, telle une lance qui perce littéralement la Toile, a malgré tout commencé à jeter les bases d’une nouvelle forme de citoyenneté, attentive au sort des forêts sibériennes, des déchets non triés des villes, des populations frontalières d’Ukraine et de Crimée, des migrants azerbaïdjanais et géorgiens, des homosexuels, discutant et débattant de manière de moins en moins apeurée sur les réseaux sociaux. La construction d’une communauté qui ne soit pas que virtuelle est un véritable défi, mais qui d’une part nous semble à moitié relevé dans la mesure où la virtuelle existe où l’on apprend à exprimer son dissensus, à négocier ses droits et à s’inspirer du courage par-delà toute idéologie de la participation en ligne ; de lautre même entièrement relevé, dans la mesure où l’existence sur les réseaux est envisagée à la fois comme un tremplin, une vitrine et un instrument de diffusion, mais jamais comme un point d’arrivée.

Haut de page

Bibliographie

Blondeau, Olivier et Allard, Laurence, Devenir média. L’activisme sur Internet entre défection et expérimentation, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

Castells, Manuel, L’Ère de l’information, vol. 1. La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.

Castells, Manuel, La Galaxie Internet, Paris, Fayard, 2001.

Deleuze, Gilles et Guattari, Félix, Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Minuit, « Critique », 1980.

Guattari, Félix, « Liminaire », Cartographies schizoanalytiques, Paris, Galilée, 1991.

Habermas, Jürgen, LEspace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

Jouët, Josiane, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, n° 100, 2000, p. 487-521.

Kiriya, Ilya, « Les réseaux sociaux comme outil disolation politique en Russie », ESSACHESS - Journal for Communication, vol. 5, n° 1.9, 2012.

Kondratov, Alexander, « Les réseaux socionumériques et la reconfiguration de lespace public en Russie post-soviétique : la plateforme de blogs LiveJournal comme espace numérique de débats », Les Enjeux de linformation et de la communication, n° 17/3A, 2016, p. 129-141.

Levy, Pierre, Cyberdémocratie. Essai de philosophie politique, Paris, Odile Jacob, 2002.

Lerner, Max et Pozdorovkin, Maxim, Pussy Riot. A Punk Prayer, Roast Beef Productions, Russie/Grande-Bretagne, 2013.

Limonier, Kevin, Ru.net. Géopolitique du cyberespace russophone, Paris, Linventaire, « Les carnets de lObservatoire franco-russe », 2018.

Mattelart, Tristan, Le Cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télévisions transfrontières, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1995.

Miège, Bernard, L’Espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2010.

Moulier-Boutang, Yann, Le Capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

Vercellone, Carlo, Sommes-nous sortis du capitalisme industriel, Paris, La Dispute, 2003.

Haut de page

Notes

1 Guattari, Félix, « Liminaire », Cartographies schizoanalytiques, Paris, Galilée, 1991.

2 Manuel Castells, L’Ère de l’information, vol. 1. La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.

3 Pierre Levy, Cyberdémocratie. Essai de philosophie politique, Paris, Odile Jacob, 2002.

4 Dune part, la « cyberdémocratie » a servi doutil conceptuel au développement dune démocratie participative au sein de quelques partis progressistes, et est devenue une pratique généralisée par laccès aux données de politiques publiques et par la création des forums de discussion dans de nombreux sites des mairies et des régions (Jocelyn Ziegler, « Cyberdémocratie et démocratie participative », in Philippe Ségur et Sarah Périé-Frey [dir.], L’Internet et la démocratie numérique, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2016). Dautre part, les intellectuels et les universitaires continuent à alimenter ce discours optimiste sur les usages du numérique. En témoignent lhypothèse dun tournant expressif du Web (Dossier « 2.0 ? Culture numérique, cultures expressives », Médiamorphoses, n° 21, 2007), plusieurs numéros de la revue Multitudes (Envoûtements médiatiques, n° 51.4, 2012 et Subjectivités numériques, n° 62.1 2016), et le colloque dArTec « La fabrique de la participation culturelle » de novembre 2020 et qui a donné lieu à ce numéro d’Hybrid.

5 Nous faisons référence au programme militaire ARPANET développé par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) en 1966, et dont un usage civil a été autorisé seulement en 1980 avec la création de NSFnet.

6 Yann Moulier-Boutang, Le Capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Paris, Éditions Amsterdam, 2007 ; Carlo Vercellone, Sommes-nous sortis du capitalisme industriel, Paris, La Dispute, 2003.

7 Cest ce quont montré les révélations sur lexistence dune surveillance de masse au sein même de nos démocraties occidentales par les lanceurs dalerte Julien Assange (Wikileaks, 2010) et Edward Snowden (2013).

8 Sur lartivisme, nous nous référons en particulier à louvrage de Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, Artivisme, art, action, politique et résistance culturelle, Paris, Alternatives, 2010 ; et à celui de Paul Ardenne, Extrême. Esthétiques de la limite dépassée, Paris, Flammarion, 2006. Les origines de lartivisme sont débattues, puisqu’il ne sagit pas dun mouvement artistique que lon peut clairement dater. Les historiens de lart saccordent généralement pour reconnaître une première manifestation de lartivisme dans le dadaïsme, comme étant également lune des premières manifestations de lanti-art (Unart). Occulter lorigine russe de lartiviste relèverait cependant de la faille historique. D’abord parce que le dadaïsme européen a subi linfluence directe de lagit-prop soviétique par le biais de Dada Berlin et Dada Cologne (Paris-Berlin [1900-1933], Rapports et contrastes France-Allemagne, Paris, Centre Pompidou, 1979). Enfin, parce que le climat révolutionnaire prosoviétique de limmédiat après-guerre allemand, avec notamment la Ligue spartakiste de Rosa Luxemburg et de Karl Leibknecht, promouvait des formes dintervention directes et ludiques qui nont pas été assimilées à lart et qui pour cette raison ne figurent pas dans les ouvrages dhistoire de lart (Erwin Piscator, Le Théâtre politique, Paris, L’Arche, 1962). La commissaire dexposition Elizabeth A. Sackler remédie à cette lacune en organisant en 2015 une exposition dans les locaux du Brooklyn Museum sur lartivisme au xxsiècle en lintitulant Agitprop! Par-delà la filiation, il importe de souligner les différences entre lagit-prop soviétique et les formes actuelles de la performance politique, la principale étant que lagit-prop dépendait des organes du Komintern et poursuivait des objectifs clairement identifiés au sein du « Département pour l’agitation et la propagande », tandis que lartivisme est par définition en opposition à un ordre social et politique.

9 [En ligne] https://www.lemonde.fr/europe/article/2013/02/21/pussy-riot-arrestation-de-deux-femmes-encagoulees-dans-la-cathedrale-de-moscou_1836465_3214.html [consulté le 27 avril 2021].

10 Max Lerner et Maxime Pozdorovkin, Pussy Riot. A Punk Prayer, Roast Beef Productions, Russie/Grande-Bretagne, 2013.

11 Tristan Mattelart, Le Cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télévisions transfrontières, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1995 ; Bernard Miège, L’Espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2010.

12 Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

13 Ilya Kiriya, « Les réseaux sociaux comme outil d’isolation politique en Russie », ESSACHESS - Journal for Communication, vol. 5, n° 1.9, 2012.

14 [En ligne] https://donnees.banquemondiale.org/indicator/IT.NET.USER.ZS?locations=RU. Pour plus de graphiques : https://www.journaldunet.com/web-tech/chiffres-internet/russie/pays-rus [consulté le 27 avril 2021].

15 [En ligne] https://www.linkfluence.com/fr/blog/fr/vkontakte-le-plus-grand-reseau-social-europeen ; et http://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Ffr.ria.ru%2Finfographie%2F20130325%2F197890234.html [consultés le 27 avril 2021].

16 Josiane Jouët, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, n° 100, 2000, p. 487-521.

17 Olivier Blondeau, et Laurence Allard, Devenir média. L’activisme sur Internet entre défection et expérimentation, Paris, Amsterdam Éditions, 2007.

18 Le nombre diminue de jour en jour en raison du terme mis au collectif, qui a donc cessé de publier en septembre 2018. La bifurcation des membres de {rodina} vers Partiya Mortvykh (« Le Parti des morts »), qui comme on le verra dans cet article a été lune des performances les plus récurrentes de sa dernière phase, explique une migration des internautes abonnés vers la page VKontakte du nouveau collectif qui en comptabilise 3 286.

19 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

20 Dans lordre, voici les posts mentionnés : [en ligne] https://vk.com/wall-147892089_2336, https://vk.com/wall-137171573_10306, https://vk.com/wall-125004421_1876101, https://www.youtube.com/watch?v=IwqSkhWWiDI [consultés le 27 avril 2021].

21 Les enjeux politiques de cette action sont détaillés dans un article du magazine dart new-yorkais Hyperallergic : [en ligne] https://hyperallergic.com/453612/rodina-9-stages-in-the-decomposition-of-the-leader-2015/ [consulté le 27 avril 2021]. Le Figaro reprend une partie des informations et des conclusions du magazine dans cet article : [en ligne] https://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2018/08/10/03015-20180810ARTFIG00017-la-justice-russe-ordonne-la-destruction-d-une-oeuvre-d-art-moquant-poutine.php [consulté le 27 avril 2021].

22 La violation des locaux a notamment fait lobjet dun reportage sur la télévision locale : [en ligne] https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=KyKgutsTaQY&feature=emb_logo [consulté le 27 avril 2021].

23 À côté de groupes plus anciens, tels Soc-Fem (2012, 59 k abonnés), Skola femininzma (2014, 20 k abonnés), de nouveaux collectifs émergent tels que Sostry Khachaturyan (2018, 6 760 abonnés), y compris de plus radicaux (Separatistskiy feminizm, 2019) et dans des villes de tailles moyenne (Chelyabinskaya Feministskaya Agitgruppa, 2019).

24 Au début des années 1990, le développement des nouvelles technologies, ses conséquences néfastes pour le lien social et pour lenvironnement et la suspicion de ce que ce nouvel outil sert surtout les intérêts du capitalisme et de lÉtat favorisent lapparition dun courant « néo-luddite » au sein des groupes anarchistes, puis de groupes éco-féministes. Cf. François Jarrige, Face au monstre mécanique. Une histoire des résistances à la technique, Paris, Imho, « Radicaux libres », 2009 et Matthijs Gardenier, « Le courant “anti-tech”, entre anarcho-primitivisme et néo-luddisme », Sociétés, vol. 131, nᵒ 1, 2016, p. 97-106.

25 Kevin Limonier, Ru.net. Géopolitique du cyberespace russophone, Paris, L’inventaire, « Les carnets de l’Observatoire franco-russe », 2018.

26 [En ligne] https://anr.fr/fr/projets-finances-et-impact/projets-finances/projet/funded/project/anr-17-ce26-0020/?tx_anrprojects_funded%5Bcontroller%5D=Funded&cHash=5c05cc44684976bf20efe40afc7b9f78 [consulté le 28 avril 2021].

27 Ce sont quelques-uns des thèmes abordés par les collectifs sur leur page VKontakte, mais aussi lors des débats qui suivent leurs performances – comme cela a été le cas à deux reprises durant mon séjour en Russie pour {rodina} (au Musée du street art en octobre 2018 et au Musée de lanticonformisme en février 2019). Rebra Evi organise régulièrement des débats dans ses locaux et même des festivals en déplacement, plus centrés sur la condition de la femme (le sexisme dans lart, la masturbation féminine, le clitoris, le lesbianisme et la loi anti-propagande gay). Le dernier en date, en mars 2021 à Moscou : [en ligne] https://vk.com/rebra_evi?z=album-112850327_277162214 [consulté le 27 avril 2021].

28 Manuel Castells, La Galaxie Internet, Paris, Fayard, 2001.

29 Dans larticle paru dans Le Monde diplomatique, « Démocratie à la russe », lhistorienne Marlène Laruelle sattaque aux stéréotypes européens quant à une incapacité soi-disant structurelle de la Russie à sortir de lautoritarisme, en expliquant les raisons historiques qui ont conduit au début des années 1990 au désengagement politique et au désir de voir présider le pays par un « maître efficace ». En dénonçant les présupposés ethnocentriques au fondement de ces critiques, elle défend lexistence dune « démocratie à la russe ». Si ces précisions sont importantes, les caractéristiques dune telle démocratie (la liberté de penser, la liberté de voyager, le droit à la propriété privée et à lentreprenariat, droit à la violence légitime limité) nous semblent malgré tout insuffisamment décrire une démocratie : la diversité des opinions y est vue comme une faiblesse, lopposition saine au régime est associée au terrorisme, les interdictions de manifester sont monnaie courante et il ny a pas dans les faits aucun séparation des pouvoirs. [En ligne] https://www.monde-diplomatique.fr/mav/100/A/17977 [consulté le 29 avril 2021]. Les 4e et 5e chapitres de son ouvrage La Russie, entre peurs et défis, Paris, Armand Colin, 2016 s’attachent à dresser le tableau dune Russie à la fois néolibérale et autoritaire.

30 L’évolution du nombre dabonnés sur VKontakte na pas été relevée par le collectif, mais on ne comptait que quelques centaines de membres en 2013 et plus de 6 000 lorsque jai connu le collectif en 2018. Ce chiffre a donc presque doublé en deux ans. Pour la participation aux événements quotidiens, environ une trentaine de personnes répond présent et le nombre double ou triple lors des séminaires ou des festivals.

31 Chams Iaz, « La jeunesse russe crie sur les réseaux avant de le faire dans les rues », Le Temps, vendredi 22 janvier 2021. [En ligne] https://www.letemps.ch/monde/jeunesse-russe-crie-reseaux-faire-rues [consulté le 30 avril 2021].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende À gauche, photographie du concert punk que le groupe Pussy Riot organise sans autorisation au sein de l’Église Saint-Sauveur de Moscou (fonds d’archive de Pussy Riot). À droite, les activistes Nadejda Tolokonnikova, Ekaterina Samoutsevitch et Maria Alekhina, derrière la cellule vitrée lors de leur procès le 17 août 2012 (AFP).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 2
Légende Nombre d’internautes en Russie. « Russie : les chiffres clés de l’Internet », Le Journal du Net (JDN d’après Banque mondiale, 2021)
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure 3
Légende Nombre d’abonnés de téléphonie fixe et mobile. « Russie : les chiffres clés de l’Internet », Le Journal du Net (JDN d’après Banque mondiale, 2021)
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 4
Légende rodina, Neuf étapes de la décomposition du leader suprême, 2015 (page VKontakte de rodina).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Figure 5
Légende Varya Mikhaïlova avec une reproduction de l’œuvre lors de la manifestation du 1er mai 2018 (page VKontakte de rodina).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Figure 6
Légende Quelques images de la campagne de collecte de fonds pour la caution de l’activiste grâce à la vente de t-shirts, sacs et cartes postales (page VKontakte de rodina).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 7
Légende « Génitrices de viande ». Post du 2 février 2019 (page VKontakte de Rebra Evi).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Figure 8
Légende « Nos fleurs sur le tombeau du patriarcat ». Post du 8 mars 2019 (page VKontakte de Rebra Evi).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Figure 9
Légende Affiche hebdomadaire du 30/11 au 6/12 publiée sur le site de Rebra Evi sur les activités que le collectif tient à Rosi Dom.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Figure 10
Légende Les locaux de Rosi Dom (page VKontakte de Rebra Evi).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 11
Légende Page d’accueil du volet « Festival » du site de Rebra Evi.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 12
Légende Page d’accueil du site de contes Femitales.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 13
Légende Participation du « Parti des morts » (Partya Miorthikh), une bifurcation du groupe rodina, à la manifestation du 1er mai 2019 (page VKontakte de Partya Miorthikh).
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/1814/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viviana Lipuma, « Organiser la « résistance culturelle » : les usages tactiques des réseaux sociaux chez les collectifs dartivistes russes rodina et Rebra Evi  »Hybrid [En ligne], 8 | 2022, mis en ligne le 21 avril 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/hybrid/1814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hybrid.1814

Haut de page

Auteur

Viviana Lipuma

Viviana Lipuma, agrégée de philosophie, est docteure de l'Université Paris Nanterre et membre du Labo HAR. Elle travaille à la jonction de la philosophie politique et de l’esthétique au prisme de l’œuvre de Deleuze et de Guattari, et des Visual Studies. Sa thèse porte sur les mécanismes de production de subjectivité à travers les images dans les sociétés capitalistes néolibérales et sur les possibilités de réappropriation de cette production par les groupes dominés au moyen des nouvelles technologies informatiques. Après deux ans passés en Russie au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg, elle est actuellement professeure de philosophie dans le secondaire et chargée de cours d’art contemporain à l’université Gustave Eiffel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue Hybrid

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search