Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Exposition« Ce que la Palestine apporte au ...

Exposition

« Ce que la Palestine apporte au monde »

Un projet de médiation au sein de l’exposition
Romane Balan et Sarah Ziani

Texte intégral

  • 1 Inaugurée le 31 mai 2023 puis prolongée au 31 décembre à la suite des événements du 7 octobre.

1Dans le cadre de notre cursus dans le master Mondes méditerranéens en mouvement, à l’université Paris 8, nous avons travaillé sur l’exposition « Ce que la Palestine apporte au monde1 », présentée à l’Institut du monde arabe, de mai à décembre 2023. Après avoir évoqué la manière dont cette exposition met en lumière le peuple palestinien, ses réalités et ses richesses – en abordant des thématiques comme l’exil, les territoires, l’utopie, le rêve, l’identité, l’humour ou le loisir –, nous verrons que l’exposition propose un angle de vue qui dépasse les représentations courantes focalisées sur la violence et la misère. À travers trois volets (« Palestiniennes et Palestiniens en leurs musées », « Images de Palestine : une Terre sainte ? une terre habitée ! » et « Les valises de Jean Genet »), elle aménage un lieu d’expression aux voix des Palestiniens et Palestiniennes, face au sinistre écho des bombes. Enfin, nous présenterons notre projet de médiation mis en place au sein de l’exposition.

Tour d’horizon

  • 2 Élias Sanbar, commissaire général de l’exposition, est un écrivain palestinien, président du consei (...)
  • 3 Née en 1961, Anne-Marie Filaire est une photographe française ayant participé à la mission Observat (...)
  • 4 Safaa Khatib est une artiste palestinienne, elle vit en Italie. Elle est titulaire du Prix du jeune (...)
  • 5 Né en 1971, Raed Bawayeh est un photographe palestinien, il vit à Paris. Il est lauréat du prix Fon (...)

2Sous la direction du commissaire Élias Sanbar2, l’exposition réunit des artistes palestinien·nes ou engagé·es pour cette cause. Leurs œuvres permettent au public de se projeter dans différents aspects de la réalité palestinienne par-delà les frontières : l’attente, l’exil, la quête de liberté et le droit à l’utopie sont autant de motifs récurrents dans ces témoignages vibrants de la Palestine. Les œuvres explorent en particulier des contraintes telles que les checkpoints [postes de contrôle] et les prisons, abordées dans les œuvres d’Anne-Marie Filaire3 (Kalandia, 2004), de Safaa Khatib4 (The Braids Rebellion, 2018) ou les photographies de Raed Bawayeh5 (ID 925596611, 2003). Elles s’érigent en symboles de lutte face aux multiples enfermements auxquels sont assujetti·es les Paletinien·nes.

Figure 1

Figure 1

Photographie de Safaa Khatib, Kalandia, 2004.

Œuvre protégée par le droit d’auteur.

Figure 2

Figure 2

Photographie de Raed Bawayeh, ID 925596611, 2003.

Œuvre protégée par le droit d’auteur.

  • 6 Depuis 2015, sous l’égide de Jack Lang et Elias Sanbar, ce projet de musée est fondé sur le princip (...)
  • 7 Né en 1943, Nabil Anani est un artiste palestinien. Il est l’un des fondateurs du mouvement artisti (...)

3Le premier volet de l’exposition, intitulé « Les Palestiniens et Palestiniennes en leurs musées », présente une partie de la collection du musée d’Art moderne et contemporain pour la Palestine6. Une première section propose une perspective alternative et nuancée sur la « question palestinienne ». Dans la seconde partie, les artistes dépeignent les défis posés par l’embargo, l’occupation et la colonisation des territoires palestiniens. L’œuvre de Nabil Anani7, Sans Titre, par exemple, témoigne des difficultés que ces enjeux posent dans la création artistique. Datée des années 1980, elle est réalisée avec des matériaux locaux à la suite de l’appel au boycott des produits israéliens lors de la première Intifada (1987-1993). Les œuvres de cette salle sont des témoignages puissants, qui soulignent les conséquences du cloisonnement de ces territoires. Elles sensibilisent le public aux contraintes quotidiennes liées à l’approvisionnement, et cherchent à tisser des liens d’empathie.

  • 8 Né en 1980, Hazem Harb est un artiste palestinien, il vit à Dubaï.
  • 9 Rehaf Al-Batjini est une artiste palestinienne. Elle est lauréate de la résidence de l’Institut fra (...)
  • 10 Née en 1987, Eman Mohammed est l’une des rares femmes photojournaliste palestinienne primée, elle v (...)

4Le deuxième volet, « Images de Palestine : une Terre sainte ? une terre habitée ! », met en regard deux représentations de la Palestine, séparées par le temps et les perceptions : d’une part, la vision orientaliste au xixe siècle, qui a influencé l’idéologie sioniste en décrivant la Terre sainte comme un désert inhabité ; d’autre part, la Palestine comme territoire habité, fragmenté et meurtri par une violence coloniale israélienne, comme en atteste la série photographique Military Zones (2019) de Hazem Harb8. La mer à Gaza, image récurrente dans les œuvres, peut être lue comme un symbole de liberté ouvrant un horizon au-delà des murs. Ainsi, la série de photographies Gaza Collage (2019-2021) de Rehaf Al-Batjini9, conçue pendant le confinement, représente la mer à Gaza dans des couleurs vives, bordée de rues vides d’une sérénité et d’un calme émouvant. La photographie A League of their Own (2009) de Eman Mohammed10 capture, quant à elle, les milliers de cerfs-volants qui ont surplombé la plage, dans le cadre d’une manifestation pour les réfugié·es palestinien·nes encadrée par l’ONU, battant un record mondial en 2009. Mettant en relation la représentation idéalisée de ces territoires en tant que Terre sainte et la réalité tangible d’une Palestine habitée, la salle élargit le regard du public et l’encourage à se questionner sur le devenir de cette terre.

  • 11 Jean Genet est un écrivain, poète et auteur dramatique français (1910-1986).
  • 12 Avant son décès, Jean Genet a confié ses valises à son avocat, Roland Dumas. Elles renferment des é (...)

5Enfin, « Les valises de Jean Genet » propose une exploration littéraire de la question palestinienne à travers les écrits de Jean Genet11. Les valises12, disposées dans les vitrines de la dernière exposition, deviennent des métaphores puissantes qui invitent à partager le sentiment d’exil de cet éternel migrant, amoureux de la Palestine et animé d’une empathie particulière envers son peuple. Le public suit l’engagement de Genet auprès des Black Panthers et des Palestinien·nes, ainsi que la naissance de deux œuvres : Quatre heures à Chatila (1983) et Un captif amoureux (1986). L’exposition invite ainsi à se demander si la littérature peut susciter une solidarité universelle.

Un projet de médiation

  • 13 Romane Balan, Ambrine Béziah, Zoé Bontemps, Anthonin Bréhier, Louise Dauvergne, Gwendoline Douguet, (...)
  • 14 Mohammed Abusal est un artiste palestinien résidant à Gaza. Il bénéficie d’une résidence d’artiste (...)

6En partenariat avec l’Institut du monde arabe, quatorze étudiant·es13 du master Mondes méditerranéens en mouvement à l’université Paris 8 ont participé à un projet de médiation. Nous avons eu la chance de visiter l’exposition avec Marion Slitine, commissaire associée. À la suite de cela, nous avons développé notre projet à partir de l’œuvre polymorphe de Mohammed Abusal14, Un métro à Gaza. Celle-ci combine photographies, plan de métro et de RER, et réactions des Palestinien·nes à l’installation d’un panneau de métro dans les rues de Gaza et de Jérusalem en 2011.

Figure 3

Figure 3

Photographies de l’exposition « Images de Palestine : une Terre sainte ? Une terre habitée ! ». À gauche l’œuvre de Mohammed Abusal, Un métro à Gaza, 2011 ; à droite la série de photographies de Rehaf Al-Batjini Gaza Collage, 2019-2021.

Œuvre protégée par le droit d’auteur.

  • 15 Dès les années 1980, des tunnels sont creusés dans la bande de Gaza afin de contourner le blocus is (...)

7Au-delà de la référence aux tunnels15 mis en place depuis le début du blocus sur Gaza en 2007, il s’agit de pallier les problématiques de transport, tout en imaginant une unité retrouvée des territoires palestiniens. La richesse de cette œuvre et son lien avec le métro parisien nous ont incité·es à créer une médiation centrée sur la réalité quotidienne parisienne afin de susciter l’empathie du public pour la « question palestinienne ».

8Nous avons pris la décision de créer des lignes de métro qui relient les trois salles de l’exposition, réparties sur différents étages, et qui reflètent la difficulté de circulation des Palestinien·nes. Afin de matérialiser ces lignes de métro fictives, nous avons réalisé un livret avec un plan de métro pour guider le public dans sa visite à travers les trois salles. Sur chaque ligne, les œuvres choisies jouaient le rôle des arrêts de métro et étaient illustrées par un texte, un podcast ou un·e étudiant·e expliquant l’œuvre. Dans le contexte de guerre actuel, nous voulions, à travers notre médiation, donner à voir d’autres visages de la Palestine, au-delà des clichés.

Figure 4

Figure 4

Plan des lignes de métro imaginées pour la médiation par des étudiant·es du master Mondes méditerranéens en mouvement, de l’université Paris 8, 2023.

Œuvre protégée par le droit d’auteur.

  • 16 Né en 1947, le peintre, sculpteur et auteur Sleiman Mansour est un des principaux artistes palestin (...)
  • 17 Robert Lapoujade est un peintre et graveur français (1921-1993).
  • 18 Née en 1952 en Allemagne, Françoise Pierson est sculptrice, elle vit en France.
  • 19 Né en 1971, Alexis Cordesse est un photographe français qui fusionne l’image, les mots et le son da (...)
  • 20 Né en 1983, dans le camp de réfugiés de Sabra, au Liban, Aberrahman Katanani est un artiste contemp (...)

9Par la « ligne vécue » (en vert), nous avons mis en lumière les œuvres illustrant des moments quotidiens palestiniens : la densité de la population en Palestine, les luttes populaires et mobilisations à travers les peintures de Sleiman Mansour16 et de Robert Lapoujade17, l’exil avec la sculpture de Françoise Pierson18, la vie des rues palestiniennes avec les photographies de Salah ad-Din Street (2009) d’Alexis Cordesse19, mais aussi la réalité carcérale avec l’œuvre Tornade (2021) de Aberrahman Katanani20.

  • 21 Né en 1947, Mehdi Bahmed est un photographe français.

10Par la « ligne perçue » (en bleu), nous avons souhaité présenter des perceptions de la Palestine par des artistes étrangers et étrangères. Nous avons ainsi réalisé un podcast inspiré de l’œuvre Scène intérieure (2017) de Mehdi Bahmed21. À travers la représentation de deux hommes, cette œuvre rend compte de l’importance des enjeux de socialisation culturelle et générationnelle face à la question palestinienne – le podcast se saisit de la diversité des interprétations qui en résultent. Nous avons également lu au public des textes de Jean Genet tirés d’Un captif amoureux qui relatent les impressions de l’auteur collectées lors de ses voyages en Palestine.

  • 22 Fondé en 2021 par les artistes gazaouis Mohammed Abusal, Salman Nawati, l’architecte Sondos Al-Nakh (...)

11Par la « ligne imaginée » (en rouge), nous voulions montrer la Palestine autrement, en partant d’une œuvre réalisée par le collectif HAWAF22 qui représente un musée imaginaire : le musée Sahab (« nuages » en arabe), symbole d’unité et d’imaginaire à travers l’art. Cette ligne explore les potentiels de la Palestine, et la volonté d’accéder au droit à l’utopie et à l’espoir par l’art.

  • 23 e en 1977, Raeda Saadeh est une artiste et performeuse palestinienne lauréate 2000 du Prix du jeu (...)

12C’est notamment le cas dans The Angel (2013) de Raeda Saadeh23, œuvre par laquelle l’artiste joue sur le contraste en se mettant en scène en ange face au mur de séparation construit par Israël.

Figure 5

Figure 5

Toile du collectif HAWAF, Musée Sahab, 2022.

Œuvre protégée par le droit d’auteur.

  • 24 Terre sainte est une série de photographies d’époque colorisées qui présentent la Palestine comme u (...)

13Ces lignes fictives traversent les salles, se croisent sur le plan de métro : nous avons ainsi mis en relation la collection de photographies d’Elias Sanbar24 avec l’œuvre Military Zones qui juxtapose des photographies d’époque à des panneaux signalétiques apposés par les autorités israéliennes pour indiquer les zones militarisées, souvent prélevées de force aux zones agricoles palestiniennes. Cette fusion souligne le contraste entre l’image d’une terre vierge et sacrée et celle de la terre habitée par les Palestinien·nes, marquée par la guerre et la violence coloniale.

14Toutes ces lignes se rejoignent dans la station centrale, où se trouve l’œuvre de Mohammed Abusal. Elle représente à la fois la « Palestine vécue » par la difficulté des déplacements, la « Palestine perçue » par la reprise des tunnels, et la « Palestine imaginée » par le concept d’un métro et d’un RER donnant une unité aux territoires palestiniens.

  • 25 Les participant·es étaient invité·es à partager leurs pensées sur la Palestine.

15Notre objectif avec cette médiation multisupport était d’accompagner le public dans sa visite à travers un parcours impliquant activement leur corps, à l’aide d’enregistrements et de podcasts et d’un atelier d’écriture à la station « Jean Genet25 ». La présence d’étudiant·es devant certaines œuvres a ouvert un dialogue dynamique entre le public et l’exposition, proposant une connexion personnelle avec l’art palestinien.

Figure 6

Figure 6

Antonin Bréhier explique l’œuvre de Mohammed Abusal lors de notre médiation du 17 au 19 novembre 2023.

Photographie prise par Théo Rustenholz. Œuvre protégée par le droit d’auteur.

16Dans un contexte de guerre asymétrique, nous avons fait face à une atmosphère chargée d’émotions. Une majorité du public nous a remercié·es pour les explications et les éclairages que nous avons apportés, voyant ici un espace de parole dans un contexte où les discours médiatiques et politiques prépondérants laissent peu de place à l’expression personnelle.

17En somme, l’exposition « Ce que la Palestine apporte au monde », en célébrant la culture palestinienne tout en dénonçant les injustices subies, offre un espace d’expression polyphonique libre. Les œuvres d’art deviennent des voix puissantes, appelant à la reconnaissance de la dignité du peuple palestinien. À travers la palette variée de ces expressions artistiques, un appel résonne, plaidant pour un avenir dans lequel la liberté et la justice prévaudront sur l’adversité et l’inhumanité. Notre médiation a créé un espace pour la parole et la réflexion, offrant une voix alternative aux discours médiatiques et politiques courants. En brisant la dichotomie héroïsation/victimisation, l’exposition appelle à l’empathie envers le peuple palestinien, et souligne le rôle que l’art peut avoir dans ce processus.

Haut de page

Notes

1 Inaugurée le 31 mai 2023 puis prolongée au 31 décembre à la suite des événements du 7 octobre.

2 Élias Sanbar, commissaire général de l’exposition, est un écrivain palestinien, président du conseil d’administration du Musée national d’art moderne et contemporain de la Palestine et ancien ambassadeur de la Palestine auprès de lUNESCO ; Marion Slitine, commissaire associée, est anthropologue, chercheuse (EHESS/MUCEM) et auteure d’une thèse sur l’art contemporain de Palestine ; Albert Dichy, commissaire de « Les valises de Jean Genet », est directeur de l’IMEC ; Éric Delpont, commissaire de l’IMA, est conservateur des collections.

3 Née en 1961, Anne-Marie Filaire est une photographe française ayant participé à la mission Observatoire photographique du paysage entre 1997 et 2004. Elle expose au Mucem des paysages de guerre issus de ses voyages au Yémen et au Liban.

4 Safaa Khatib est une artiste palestinienne, elle vit en Italie. Elle est titulaire du Prix du jeune artiste de l’année en 2018 (Fondation A. M. Qattan) pour The Braids Rebellion.

5 Né en 1971, Raed Bawayeh est un photographe palestinien, il vit à Paris. Il est lauréat du prix Fondation des Treilles pour la photographie (2011).

6 Depuis 2015, sous l’égide de Jack Lang et Elias Sanbar, ce projet de musée est fondé sur le principe de dons des artistes. L’IMA abrite depuis 2016 cette collection dans l’attente de la création d’un musée national en Palestine.

7 Né en 1943, Nabil Anani est un artiste palestinien. Il est l’un des fondateurs du mouvement artistique palestinien contemporain.

8 Né en 1980, Hazem Harb est un artiste palestinien, il vit à Dubaï.

9 Rehaf Al-Batjini est une artiste palestinienne. Elle est lauréate de la résidence de l’Institut français à la Cité internationale des arts à Paris (2023).

10 Née en 1987, Eman Mohammed est l’une des rares femmes photojournaliste palestinienne primée, elle vit à Washington.

11 Jean Genet est un écrivain, poète et auteur dramatique français (1910-1986).

12 Avant son décès, Jean Genet a confié ses valises à son avocat, Roland Dumas. Elles renferment des écrits de l'auteur, un mélange de lettres et de factures d'hôtel.

13 Romane Balan, Ambrine Béziah, Zoé Bontemps, Anthonin Bréhier, Louise Dauvergne, Gwendoline Douguet, Yassine Harmal, Inès Jabri, Iyad Kamel, Katya Kechout, Amayelle Pendeoro Bollo, Léa Zarrad, Sarah Ziani et leur professeure Pascale Froment.

14 Mohammed Abusal est un artiste palestinien résidant à Gaza. Il bénéficie d’une résidence d’artiste à Paris où il découvre le réseau de métro parisien.

15 Dès les années 1980, des tunnels sont creusés dans la bande de Gaza afin de contourner le blocus israélien. C’est à partir des années 2000 que certains tunnels de ce réseau servent au combat.

16 Né en 1947, le peintre, sculpteur et auteur Sleiman Mansour est un des principaux artistes palestiniens contemporains.

17 Robert Lapoujade est un peintre et graveur français (1921-1993).

18 Née en 1952 en Allemagne, Françoise Pierson est sculptrice, elle vit en France.

19 Né en 1971, Alexis Cordesse est un photographe français qui fusionne l’image, les mots et le son dans ses créations hybrides.

20 Né en 1983, dans le camp de réfugiés de Sabra, au Liban, Aberrahman Katanani est un artiste contemporain, récompensé par le prix « Young Artists » organisé par le Sursock Museum de Beyrouth. Il vit entre Paris et Beyrouth.

21 Né en 1947, Mehdi Bahmed est un photographe français.

22 Fondé en 2021 par les artistes gazaouis Mohammed Abusal, Salman Nawati, l’architecte Sondos Al-Nakhala et l’artiste franco-algérien Mohammed Bourouissa, puis rejoint par l’ingénieur Andres Burbano et Marion Slitine.

23 e en 1977, Raeda Saadeh est une artiste et performeuse palestinienne lauréate 2000 du Prix du jeune artiste de l'année (Fondation A. M. Qattan).

24 Terre sainte est une série de photographies d’époque colorisées qui présentent la Palestine comme une terre vierge, jouant sur les imaginaires religieux.

25 Les participant·es étaient invité·es à partager leurs pensées sur la Palestine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Photographie de Safaa Khatib, Kalandia, 2004.
Crédits Œuvre protégée par le droit d’auteur.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/4174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 2
Légende Photographie de Raed Bawayeh, ID 925596611, 2003.
Crédits Œuvre protégée par le droit d’auteur.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/4174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Titre Figure 3
Légende Photographies de l’exposition « Images de Palestine : une Terre sainte ? Une terre habitée ! ». À gauche l’œuvre de Mohammed Abusal, Un métro à Gaza, 2011 ; à droite la série de photographies de Rehaf Al-Batjini Gaza Collage, 2019-2021.
Crédits Œuvre protégée par le droit d’auteur.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/4174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4
Légende Plan des lignes de métro imaginées pour la médiation par des étudiant·es du master Mondes méditerranéens en mouvement, de l’université Paris 8, 2023.
Crédits Œuvre protégée par le droit d’auteur.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/4174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 5
Légende Toile du collectif HAWAF, Musée Sahab, 2022.
Crédits Œuvre protégée par le droit d’auteur.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/4174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 6
Légende Antonin Bréhier explique l’œuvre de Mohammed Abusal lors de notre médiation du 17 au 19 novembre 2023.
Crédits Photographie prise par Théo Rustenholz. Œuvre protégée par le droit d’auteur.
URL http://journals.openedition.org/hybrid/docannexe/image/4174/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romane Balan et Sarah Ziani, « « Ce que la Palestine apporte au monde » »Hybrid [En ligne], 11 | 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hybrid/4174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hybrid.4174

Haut de page

Auteurs

Romane Balan

Étudiante en première année de master de sciences sociales Mondes méditerranéens en mouvement à l’université Paris 8.

Sarah Ziani

Étudiante en première année de master de sciences sociales Mondes méditerranéens en mouvement à l’université Paris 8.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search