Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Comptes rendusAnne-Florence Quaireau, Le Fémini...

Comptes rendus

Anne-Florence Quaireau, Le Féminin en partage : Le voyage d’Anna Jameson au Canada (1836-1837)

Sorbonne Université Presses, 2022, 403 pages
Anne-Sophie Letessier
Référence(s) :

Anne-Florence Quaireau, Le Féminin en partage : Le voyage d’Anna Jameson au Canada (1836-1837)

Sorbonne Université Presses, 2022, 403 pages

Texte intégral

1Autrice prolifique et populaire de son vivant, figure tutélaire pour les premières féministes britanniques, proche d’Elisabeth Gaskell, de Harriet Martineau et du couple Browning, Anna Jameson est tombée dans un oubli relatif dans le domaine des études littéraires – britanniques, se doit-on de préciser, car au Canada, elle figure en bonne place dans les études sur la littérature coloniale. C’est sur ce constat que s’ouvre l’ouvrage qu’Anne-Florence Quaireau consacre au voyage canadien d’Anna Jameson. Elle met d’ailleurs l’absence de l’autrice du canon littéraire en regard de son inscription dans un canon politique ne s’intéressant au récit que pour sa dimension de témoignage historique (p. 360-361). Or, comme l’introduction le rappelle, le genre du récit de voyage auquel Winter Studies and Summer Rumbles in Canada (1838) appartient brouille l’opposition entre littérarité (travail esthétique et littéraire) et littéralité (effort de documentation et de transcription). Dans un va-et-vient constant entre le texte et le contexte dans et contre lequel Jameson s’inscrit, Anne-Florence Quaireau s’attache à mettre en lumière la manière dont s’articulent les dimensions stylistiques, rhétoriques et politiques de la mise en récit que Jameson fit de son voyage en Haut-Canada : le travail d’écriture y est envisagé comme un espace de redéfinition d’une identité féminine à la fois individuelle, celle de l’autrice, et collective, celle de son lectorat, défini comme féminin dans la préface. En cela, le titre choisi par Anne-Florence Quaireau témoigne de l’empreinte de la pensée du philosophe Jacques Rancière sur sa réflexion : c’est en effet l’étude minutieuse des contours et des modalités du « partage au féminin » (p. 364) qui constitue le fil rouge de l’ouvrage.

2Ce partage est dans un premier temps abordé au prisme du vagabondage comme pratique « littéraire et discursive » (p. 15) qu’Anne-Florence Quaireau associe à la continuité stylistique qui sous-tend le récit. Revenant sur les normes et les restrictions narratives avec lesquelles Anna Jameson, à l’instar de ses contemporaines, devait composer, elle examine la manière dont l’écrivaine se saisit de la digression et de l’anecdote comme des modes d’expression acceptables pour traiter de sujets politiques et sociétaux. Cette « gestion prudente » (p. 150) des conventions et contraintes discursives, Anne-Florence Quaireau l’étend à l’hybridité générique d’un texte qui revendique sa filiation avec la tradition masculine du récit d’exploration et emprunte aux dispositifs narratifs du journal personnel et de la lettre qui, comme elle le souligne, sont « propices à l’ontogenèse » (p. 96). Telle qu’elle est mise en récit, l’exploration est davantage identitaire et littéraire. Les « études » de la première partie ne s’opposent pas au « vagabondage » de la seconde, puisque « l’entreprise de révision » de la femme britannique (p. 95) qu’elles amorcent se poursuit dans le personnage de voyageuse que l’autrice offre d’elle-même à ses lectrices. Anne-Florence Quaireau explique ainsi que l’éducation des femmes, et par là, la construction de soi n’appartiennent pas au seul registre thématique, mais constituent un principe structurel, ce qui la conduit à voir dans le concept allemand du Bildung l’un des tenants de la méthodologie d’Anna Jameson.

3La deuxième partie de l’ouvrage réoriente la réflexion sur l’identité narrative de la voyageuse et de l’autrice en s’intéressant au contexte impérial et aux figures de l’altérité que sont, dans le récit d’Anna Jameson, le colon irlandais et l’Indien. Anne-Florence Quaireau montre comment, grâce aux procédés narratifs de l’exploration sociale et à une démarche qu’elle qualifie de « proto-ethnographique », Anna Jameson se forge une légitimité et une autorité qui ne sont pas établies a priori. À la fois « faire-valoir » (p. 159) et « matière » alimentant ses réflexions sociales (p. 177), l’autochtone irlandais ou indien devient un personnage et le processus de fictionalisation emprunte à des stéréotypes culturels et littéraires dont Anne-Florence Quaireau retrace la généalogie. Si elle note que la figure du colon irlandais a peu retenu l’attention de la critique, c’est à la mise en récit des rencontres et des amitiés avec les Anichinabés qu’elle consacre l’essentiel de cette deuxième partie. Ce choix est justifié notamment par l’importance qui leur est conférée par la structure symbolique du récit, qui fait de la descente des rapides de Sault-Saint-Marie et de l’adoption d’Anna Jameson par la famille Johnston une (re)naissance via une indigénisation symbolique habilement mise en scène dans un jeu identitaire qui ne remet pas en cause sa britannicité. Anne-Florence Quaireau s’emploie à faire ressortir les tensions entre « préjugés et expérience » (p. 181), différenciation et « proximité affective revendiquée » (p. 255), qui informent la réécriture au féminin de la rencontre coloniale proposée par Anna Jameson. L’Indien, conclut-elle, est « celui à travers qui [l’autrice] peut se reconnaître en tant que femme, à la fois marginale et forte, et celui qui la force à se connaître, et à connaître la société de laquelle elle vient » (p. 263).

4Partant de la médiation des codes esthétiques qui font de la description une interprétation mettant en exergue le sujet percevant, la dernière partie de l’ouvrage se penche sur la portée politique de l’écriture de la nature. On pourra regretter que le terme « artialiser » soit utilisé (p. 271) sans référence explicite à l’essai d’Alain Roger. De fait, la résistance de l’environnement canadien à la construction ou à l’emprise paysagère (envisagées par Anne-Florence Quaireau comme un a priori), ce « malentendu ou plutôt malvu incessant » (Roger A., 1997 : 120), sont un topos de la littérature coloniale sur le Canada, élevé par Northrop Frye et Margaret Atwood en critère définitoire de l’imagination canadienne. Les critiques qu’ont pu susciter ces deux auteurs sont évoquées brièvement, sans doute parce que le paysage sert avant tout de prémices à l’étude des potentialités identitaires à l’œuvre dans le récit et notamment dans la description des deux visites d’Anna Jameson aux chutes du Niagara, lieu de métamorphose du sujet qui met à mal l’opposition genrée du sublime et du beau héritée de Kant et Burke (p. 310). L’étude se conclut sur un glissement du paysage au jardin, de la wilderness à l’Arcadie, qui permet à l’autrice de mettre en lumière le double positionnement d’Anna Jameson en tant que femme et sujet impérial. L’entreprise de domestication et de maîtrise de l’environnement canadien donne lieu à un discours qu’Anne-Florence Quaireau définit comme « proto-écologique » (p. 340), mais celui-ci laisse place à une vision politique de l’avenir qui fait du Canada, déboisé et modelé par le travail des colons, « un lieu hétérotopique d’expérimentation » (p. 340) où émancipation féminine et projet impérial pourraient avancer de concert. En s’appuyant sur le concept de Michel Foucault, Quaireau poursuit et complète l’analyse historique du récit canadien d’Anna Jameson entamée par Françoise Le Jeune dans The Feminine Experience in the Margins of the British Empire: How Canada is Described in the Writings of Nineteenth-Century Canadian Women (2012).

5L’ouvrage d’Anne-Florence Quaireau atteste du regain d’intérêt pour les récits de voyage au féminin et plus particulièrement de l’attention portée à « la pluralité des aspects identitaires » (p. 46) – genre, classe sociale, situation coloniale – dont elle analyse finement les articulations. Le Féminin en partage se distingue ainsi par la richesse des cadres critiques et théoriques mobilisés dans une réflexion qui fait dialoguer récit et correspondance pour mieux éclairer le projet et la méthode d’une autrice dont Anne-Florence Quaireau donne la première traduction en français.

Haut de page

Bibliographie

Roger, Alain, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Letessier, « Anne-Florence Quaireau, Le Féminin en partage : Le voyage d’Anna Jameson au Canada (1836-1837) »IdeAs [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ideas/15986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideas.15986

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Letessier

Anne-Sophie Letessier est maîtresse de conférences à l’Université Jean Monnet-Saint Etienne et membre d’ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues, Arts). Sa thèse de doctorat, lauréate 2018 du prix Jaqueline Bardolph de la Société d’Études des Pays du Commonwealth, analyse les enjeux esthétiques et politiques de la redéfinition des liens entre paysage et visibilité dans l’œuvre romanesque de Jane Urquhart. Ses publications portent sur la question paysagère et la question du lieu dans la littérature canadienne anglophone contemporaine.
anne.sophie.letessier[at]univ-st-etienne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search