Navigation – Plan du site

Texte intégral

1« Il existe des lois de gravitation politique, comme de gravitation physique ; si une pomme, de son arbre arrachée, ne peut que tomber au sol, Cuba, séparée de force de son lien artificiel avec l’Espagne, et incapable d'autonomie, ne pourra que graviter vers l’Union nord-américaine qui, selon cette même loi de la nature, ne pourra la rejeter de son sein », prédisait en avril 1823, le secrétaire d’Etat américain, John Quincy Adams (Adams J. Q., 1823) à propos de l'île située à moins de 170 kilomètres de Key West. Ce principe de « gravitation politique » d'un territoire que d'aucuns considèrent comme la rive sud de la Floride a fait florès et marqué de son sceau la relation asymétrique mais ô combien intime et passionnelle entre Washington et La Havane, souvent conflictuelle, jamais indifférente.

2Visées expansionnistes états-uniennes au XIXe siècle, 'mission civilisatrice' et 'aide' à l'indépendance cubaine en 1898, occupation militaire puis mainmise économique, mise sous tutelle de fait (le général Wood ne conclut-il pas dans une lettre au président Theodore Roosevelt, le 28 octobre 1901, « avec l’amendement Platt,  il ne reste à Cuba, bien entendu, que peu ou pas d’indépendance » ? (Schoultz L., 2009: 24), agacement de Washington (en 1906 Theodore Roosevelt confie, exaspéré, à son ami Henry L. White: « cette infernale petite république cubaine m'énerve tellement que je voudrais effacer son peuple de la face de la terre », (Schoultz L., 2009: 25), soutien aux leaders politiques américanisés, mais aussi longue tradition de refuge aux Etats-Unis pour les dissidents cubains, qu'il s'agisse des opposants à l'Espagne, à certains présidents ou, plus tard, au castrisme: ainsi pourrait se résumer, à grands traits, l'histoire bilatérale de ces deux pays si intimement liés. Cuba, 'néo-colonie' des Etats-Unis ? Sans doute, à maints égards. L’historien Hugh Thomas (1974) rappelle « l’identification du gouvernement des Etats-Unis avec Batista par l’intermédiaire de ses ambassadeurs et des colonels de la mission militaire ». Le soutien de Washington à la dictature de Batista n’a jamais véritablement cessé. L’embargo sur les armes décrété en mars 1958 « trop peu, trop tard » (Luxenberg A., 1991) n’a pas été respecté. La mission militaire américaine a continué à entraîner les troupes de Batista (Smith W., 1987), jusqu’à l’offensive finale contre Castro.

3Couronnée de succès en 1959, la Révolution constitue une véritable rupture dans la domination américaine de l'île. Pourtant, Washington tente d'accompagner ce changement radical en nommant comme ambassadeur Philip Bonsal, diplomate de carrière et spécialiste de l'Amérique latine, qui contraste avec ses prédécesseurs plus proches des intérêts économiques américains que de la diplomatie. Lorsqu'en avril 1959 le líder máximo se rend sur la côte Est américaine pour une visite non officielle et rencontre le vice-président Nixon, l'histoire n'est pas écrite. Dans un compte-rendu au président Eisenhower, Nixon, aux convictions anticommunistes avérées, conclut : « Quoi que nous pensions de lui, il jouera un rôle important dans le développement de Cuba et très probablement de l'Amérique latine en général. Il a l'air sincère. Il est soit incroyablement naïf à propos du communisme, soit d'obédience communiste — je pencherais plutôt pour la première option. /.../ Nous n'avons pas d'autre choix que d'essayer au moins de l'orienter dans la bonne direction. » (Nixon R., 1978 : 202; CIA, 2013). L'ambassadeur Bonsal souscrit à ce verdict: « il n'y avait pas assez d'éléments » au printemps 1959 pour dénoncer le « communisme secret » de Castro (Bonsal P., 1971: 60). Mieux, certains agents de la CIA espèrent alors pouvoir échanger avec lui régulièrement sur les faits et gestes de Moscou et de Pékin (Bonsal P., 1971: 64-65). En mai 1959, la réforme agraire est promulguée, les domaines de plus de 400 hectares sont expropriés, ce sont surtout les grandes plantations américaines - dont la United Fruit - qui sont touchées. L’indemnisation des expropriés est prévue en bons remboursables sur vingt ans. Washington exige des indemnisations rapides et effectives. Pour Fidel Castro, le texte est à prendre ou à laisser. Le processus marque le début de l'hostilité entre les deux pays. En décembre 1960, les Etats-Unis mettent fin à leurs importations de sucre cubain, contre l'avis de Bonsal; La Havane et Moscou publient un communiqué commun. Les relations diplomatiques sont rompues en 1961, alors que l'embargo imposé par Washington est déjà amorcé. En pleine période de guerre froide, le rapprochement de l'île avec l'URSS constitue sans doute la pire menace stratégique vécue jusqu'alors par les Etats-Unis. Le paroxysme est atteint en 1962, lors de la crise des missiles placés à Cuba par Moscou, véritable bras de fer entre les deux superpuissances dans lequel La Havane ne joue qu'un rôle très secondaire (Touze V., 2012). Le pire —une guerre nucléaire — est évité. Chaque superpuissance accepte des concessions: Washington s'engage à ne pas tenter d'intervenir militairement sur l'île, en d'autres termes à ne pas réitérer la désastreuse tentative d'invasion de la baie des Cochons de l'année précédente. Mais alors que La Havane apporte une aide active aux mouvements révolutionnaires en Amérique latine ou en Afrique, Washington ne renonce pas à se débarrasser de l'encombrant Fidel Castro par d'autres moyens. Kennedy n'avait-il pas déclaré, en 1963, « Je n'accepte pas l'idée que M. Castro sera au pouvoir dans cinq ans »... (Kennedy J.F., 1963) ? Embargo, tentatives d'assassinat tout au long des années 1960 (U.S. Congress, 1975: 71-80), isolement diplomatique, invasion par les médias (Radio Marti, puis TV Marti) à partir des années 1980, tout sera tenté. En vain.

4De crises en négociations secrètes et en efforts d'ouverture, le demi-siècle qui suit la Révolution apparaît comme un long chapelet d'occasions manquées et la relation aurait pu évoluer différemment (NSA, 2003; NSA, 2009; LeoGrande W. & Kornbluh P., 2015). En coulisses, les Latino-Américains ne restent pas inactifs. Le Brésil et le Mexique (qui n'a jamais interrompu ses relations diplomatiques avec La Havane), notamment, ne cesseront de mener des missions de bons offices. Au XXIe siècle, c'est, en partie, la pression latino-américaine qui permettra, en 2009, d’annuler la résolution excluant Cuba de l'Organisation des Etats américains. Dans le même temps, les deux voisins ont réussi, en coulisses, à négocier d'importants accords sur la question migratoire ou à travailler ensemble sur des dossiers techniques, dans une relation à double tiroir, qui fonctionne finalement mieux que ne le montrent les discours officiels. Mais, en dépit de quelques assouplissements commerciaux limités, l’embargo économique demeure. Depuis la loi Helms-Burton de 1996 (U.S. Congress, 1996), son abrogation par le pouvoir exécutif n’est plus possible sans l’approbation du Congrès.

  • 1 Alan Gross travaillait comme sous-traitant pour l'agence américaine USAID. A propos du débat sur sa (...)

5L’année 2006 marque un tournant lorsque, tout en demeurant chef d’État, Fidel, malade, se retire du pouvoir. C’est son frère, Raul, qui prend alors les rênes et devient officiellement président en 2008. S’il entreprend une ouverture économique, aucun changement significatif n’apparaît dans le système politique, même si des prisonniers politiques sont occasionnellement libérés et si, pour sortir de l’île, les Cubains n’ont plus besoin d’autorisation. Le « dégel » entre les deux pays, maintes fois sur le point de se concrétiser, semble pouvoir aboutir lorsque Barack Obama annonce, en avril 2009, que « les États-Unis recherchent un nouveau départ avec Cuba », même si cela prendra du temps pour « surmonter des décennies de méfiance » (Obama B., 2009). Gageant que les contacts, l’ouverture, les échanges de « peuple à peuple » s’avèrent davantage porteurs de progrès que l’isolement et la répression, et qu’ils viendront à bout des manquements aux libertés démocratiques et aux droits de l’homme, Obama ouvre une brèche dans l’arsenal répressif à l’égard de Cuba. L'incarcération par les Cubains, en décembre 2009, d'un ressortissant américain, Alan Gross1, accusé d’espionnage, met un coup d'arrêt à cette première phase. Les débats font rage à Washington entre les Cubains-Américains tenants de la ligne dure qui veulent le renversement du régime, et les partisans de l’ouverture. Pour ces derniers, il ne s’agit nullement de philanthropie mais bien d’un réalisme économique et politique sans fard. Dès lors que Cuba s’ouvre aux capitaux étrangers, nombre d’entreprises et d’investisseurs américains souhaiteraient pouvoir se mettre sur les rangs. Et puis, martèle Obama, « l’idée que les mêmes politiques que nous avons mises en place en 1961 seraient aussi efficaces aujourd’hui, à l’âge d’Internet, de Google et des voyages internationaux, n’a pas de sens. » (Obama B., 2013)

6Puis l’Histoire s’accélère grâce à l’intervention du pape François. Alan Gross est libéré en décembre 2014 et le président américain annonce le 17 décembre (« 17D ») sa décision de rétablir les relations diplomatiques, de rayer Cuba de la liste des États soutenant le terrorisme et d’augmenter le nombre des voyages, le volume du commerce et du flux d’information à destination de l’île. En avril 2015, Washington accepte la participation de Cuba au Sommet des Amériques et, moment historique, les deux présidents se rencontrent. En août de la même année, pour la première fois depuis 1945, un secrétaire d’État américain foule le sol de La Havane. John Kerry y inaugure officiellement l’ambassade des États-Unis. « Je suis venu enterrer le dernier vestige de la guerre froide dans les Amériques. Je suis venu tendre la main de l’amitié… », proclame Barack Obama lors de son voyage à Cuba en mars 2016 (Obama B., 2016), le premier d’un président américain en visite d'Etat. Le président exhorte le Congrès à lever l'embargo. Une ère nouvelle semble poindre.

7L'idée de ce dossier dédié au tournant historique pris dans la relation bilatérale entre les deux « ennemis intimes » (Pérez-Stable M., 2010) est née alors que les relations diplomatiques avaient été renouées et que la normalisation semblait en bonne voie, en dépit de blocages prévisibles, notamment au Congrès américain. Les avancées de ces dernières années n'auraient pu voir le jour sans un alignement de planètes favorables (une redistribution des cartes au sein de la communauté cubaine-américaine, la poussée des milieux d'affaires américains, la nécessité économique de l'ouverture telle qu'impulsée par Raul Castro, la faillite des alliés soviétique et vénézuélien, la détermination des Latino-Américains à mettre fin à une aberration de l'histoire) et la volonté des deux hommes, les présidents Barack Obama et Raul Castro. « Il faut être deux pour danser le tango ».... La dynamique historique qu'ils ont impulsée s'est brusquement enrayée. Les récents développements de l'année 2017 donnent une coloration moins optimiste à notre publication et justifient pleinement le point d'interrogation du titre, entre un président Trump déterminé à défaire une partie de ce que son prédécesseur avait mis en place (White House, 2017), une majorité républicaine dans les deux Chambres du Congrès rendant plus difficile la levée de l’embargo, et les mystérieux problèmes de santé ressentis par les diplomates américains en poste à La Havane (Sullivan M., 2017) aboutissant à une nette diminution de l'activité de l’ambassade américaine tout juste rouverte. L'autre protagoniste du rapprochement historique, Raul Castro, quittera la présidence en avril 2018, mais il restera provisoirement premier secrétaire du parti communiste (PCC). Une nouvelle génération prendra la relève à La Havane, l'après-Castro a déjà commencé. En dépit du coup d'arrêt à l'ouverture, le vent de l’Histoire souffle en direction de relations normalisées. Une page se tourne, lentement.

8Ce dossier trilingue comprend neuf articles, rédigés par des auteurs français, néerlandais, allemand, canadien et états-uniens, tous spécialistes de Cuba ou de relations internationales, s'intéressant aux déterminants intérieurs de chacun des deux pays dans la décision de franchir le pas vers la normalisation des relations, aux soutiens extérieurs apportés à ce processus (Canada, Vatican, Amérique latine, Union européenne) pour conclure sur une double analyse prospective de l'évolution des relations sous l'Administration Trump.

9Dans le seul article pleinement dédié au point de vue cubain, la politiste Janette Habel explique comment le processus de réforme interne à Cuba, les aspirations nouvelles de la population cubaine, mais aussi les graves difficultés que traversent les alliés (et soutiens) brésilien et vénézuélien, ont conduit Raul Castro à appeler de ses vœux cette évolution historique des relations d'autant que, pour la première fois, Washington ne demandait plus un changement de régime ou de profondes réformes politiques comme pré-requis à toute négociation, même si Washington n'a jamais renoncé à cet objectif. Côté états-unien, Ted Piccone, directeur de programme au sein du think tank Brookings, analyse les raisons pour lesquelles plusieurs groupes d'intérêts américains favorables à la normalisation des relations sont parvenus à prendre le pas sur la politique qui avait prévalu depuis le début des années 1960 et à influencer l'évolution stratégique au plus haut niveau. Le troisième acteur est la diaspora cubaine-américaine, notamment en Floride, qui, après avoir influencé Washington dans le sens d'un durcissement des relations pendant plusieurs décennies, est en train de s'ouvrir à un autre type de relations bilatérales. Ce phénomène récent est analysé minutieusement par le sociologue américain Guillermo Grenier à partir des sondages sur Cuba effectués à intervalles réguliers depuis vingt ans par l'Université internationale de Floride (FIU Cuba Poll).

10Mais le processus de normalisation s'est également construit sur des influences extérieures qui ont œuvré, avec des résultats divers, pour mettre fin à cette anomalie de la période post-guerre froide. Le politiste canadien Gordon Mace montre comment Ottawa a, plusieurs fois au cours du demi-siècle passé, tenté un rapprochement avec Cuba et de convaincre Washington de faire de même. Las, au moment où Obama entreprenait cette même démarche, l'heure, sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper, était plutôt au durcissement, empêchant toute action concertée. En revanche, fort d'interventions réussies en 1998 et 2012 par les papes Jean-Paul II et Benoît XVI, le Vatican, sous la houlette du pape François, premier pape latino-américain, a joué un rôle non négligeable, notamment par l'intermédiaire de l'archevêque de La Havane, Monseigneur Ortega. Marie Gayte, spécialiste des relations entre Washington et le Vatican, entreprend d'analyser la médiation pontificale en l'inscrivant dans les priorités diplomatiques du Saint-Siège. Tout aussi important fut le contexte latino-américain, clairement favorable à une pleine réinsertion de Cuba dans le concert des nations hémisphériques et à un rapprochement avec Washington, après des décennies de soft power cubain et de normalisation des relations avec les Etats latino-américains et caribéens. C'est ce « long parcours » que l'historien néerlandais Dirk Kruijt retrace dans ce dossier. Après l'Amérique latine, c'est l'Union européenne qui semble montrer la voie de la normalisation à Washington, tout en jouant sa propre carte de « troisième acteur stratégique » dans ce triangle asymétrique où, analyse la politiste Susanne Gratius, l'Europe, favorable au compromis, oscille entre alignement sur Washington ou sur La Havane, en fonction des circonstances et du rapport des forces politiques en son sein.

11Pour conclure, deux politistes américains analysent l'évolution de la relation sous la présidence de Donald Trump. William LeoGrande montre comment une évolution jugée « irréversible » par Obama est en voie de détricotage par l'Administration Trump, même si les débats existent au sein même de l'Administration et si certaines forces politiques empêchent le nouveau président de défaire totalement ce que son prédécesseur avait mis en place. Jorge I. Dominguez souligne quant à lui combien Cuba compte peu pour Donald Trump. Selon lui, c'est l'absence d'importance stratégique de l'île qui aurait permis à Washington de mettre en cause à nouveau le système politique cubain, comme du temps de G. W. Bush. Tout peut désormais arriver, démontre-t-il, d'une coopération pragmatique réduite aux stricts intérêts communs, au retour à une confrontation idéologique, voire à une rupture des relations diplomatiques.

Ecrire sur les questions d'actualité fait toujours courir le risque de devoir procéder à une actualisation des articles jusqu'au dernier moment. Nous remercions les auteurs de s'être prêtés à cet exercice exigeant afin d'offrir à nos lecteurs une pensée en prise directe avec les dernières évolutions. Les opinions émises dans ce numéro n'engagent que leurs auteurs.

Haut de page

Bibliographie

Adams, John Quincy, Letter from John Quincy Adams, U.S. Secretary of State, to Hugh Nelson, American Minister in Madrid, April 28, 1823, dans Worthington Chauncey Ford, ed., Writings of John Quincy Adams, vol. 7, New York, The Macmillan Company, 1917, p. 373.

Bonsal, Philip W., Cuba, Castro, and the United States, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1971.

CIA, « Richard M. Nixon's memorandum on meeting with Fidel Castro, April 19, 1959 », 2013. https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/CIA-RDP85-00664R000200130001-5.pdf, consulté le 23 septembre 2017.

Kennedy, John F., « Remarks and Question and Answer Period Before the American Society of Newspaper Editors », 19 avril 1963, The American Presidency Project, http://www.presidency.ucsb.edu/ws/?pid=9154, page consultée le 26 novembre 2017.

LeoGrande, William M & Peter Kornbluh, Back Channel to Cuba. The Hidden History of Negotiations between Washington and Havana, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2015.

Luxenberg, Alan, « Did Eisenhower push Castro into the arms of the Soviets ? » dans Irving Horowitz (dir.), Cuban Communism, Transaction Publishers 1991.

National Security Archive, Kate Doyle, « Double Dealing. Mexico's Foreign Policy Toward Cuba », 2 mars 2003

https://nsarchive2.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB83/index.htm, consulté le 3 novembre 2017

National Security Archive, Kate Doyle, « Cuba and the United States. Road Map on efforts to improve relations revealed in declassified documents », 22 janvier 2009 https://nsarchive2.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB269/index.htm, consulté le 3 novembre 2017

Nixon, Richard, The Memoirs of Richard Nixon, New York, Grosset & Dunlap, 1978.

Obama, Barack, « Remarks by the President at the Summit of the Americas Opening Ceremony », 17 avril 2009, https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/remarks-president-summit-americas-opening-ceremony, page consultée le 20 novembre 2017.

Obama, Barack, « Remarks by the President at a DSCC Fundraising Reception Miami », Florida, 8 novembre 2013, http://www.reobama.com/remarks-by-the-president-at-a-dscc-fundraising-reception/, page consultée le 15 décembre 2017

Obama, Barack, « Statement by the President on Cuba Policy Changes », 17 décembre 2014, https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2014/12/17/statement-president-cuba-policy-changes, page consultée le 20 novembre 2017

Obama, Barack, « Remarks by President Obama to the People of Cuba », 22 mars 2016, https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2016/03/22/remarks-president-obama-people-cuba, page consultée le 20 novembre 2017.

Pérez-Stable, Marifeli, The United States and Cuba: Intimate Enemies, New York, Routledge, 2010.

Schoultz, Lars, That Infernal Little Cuban Republic. The United States and the Cuban Revolution, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2009.

Smith, Wayne, The Closest of Enemies. A Personal and Diplomatic Account of U.S.-Cuban Relations Since 1957, New York, Norton, 1987

Stoehr, John, « The real story behind Alan Gross's work in Cuba », The Hill, 27 janvier 2015, http://thehill.com/blogs/pundits-blog/international/230794-the-real-story-behind-alan-grosss-work-in-cuba, page consultée le 18 décembre 2017.

Sullivan, Mark P., « Cuba: Issues for the 111th Congress », CRS Report for Congress, 4 janvier 2011, https://fas.org/sgp/crs/row/R40193.pdf, page consultée le 18 décembre 2017.

Sullivan, Mark P., « U.S. Response to Injuries of U.S. Embassy Personnel in Havana, Cuba », CRS Insight, 6 octobre 2017, https://fas.org/sgp/crs/row/IN10798.pdf, page consultée le 20 novembre 2017.

Thomas, Hugh, Cuba : la lucha por la libertad, New York,Vintage español, Random House, 2013.

Touze, Vincent, Missiles et décisions: Castro, Kennedy et Khrouchtchev et la crise de Cuba d'octobre 1962, Paris, André Versaille éditeur, 2012.

U.S. Congress, Senate, Alleged Assassination Plots Involving Foreign Leaders. An Interim Report of the Select Committee to Study Governmental Operations With Respect to Intelligence Activities, 94th Congress, 1st session, 20 novembre 1975.

U.S. Congress, Public law 104-114, Cuban Liberty and Democratic Solidarity Act of 1996, 104th Congress, 12 mars 1996, https://www.congress.gov/104/plaws/publ114/PLAW-104publ114.pdf, page consultée le 2 décembre 2017.

White House, « Fact Sheet on Cuba Policy », 16 juin 2017, https://www.whitehouse.gov/the-press-office/2017/06/16/fact-sheet-cuba-policy, page consultée le 20 novembre 2017.

Haut de page

Notes

1 Alan Gross travaillait comme sous-traitant pour l'agence américaine USAID. A propos du débat sur sa mission, voir Sullivan M., 2011; Stoehr J., 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Vagnoux et Janette Habel, « Etats-Unis – Cuba : Une nouvelle donne ? », IdeAs [En ligne], 10 | Automne 2017 / Hiver 2018, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideas/2187

Haut de page

Auteurs

Isabelle Vagnoux

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France
Rédactrice-en-chef d'IdeAs, Idées d'Amérique, Isabelle Vagnoux est professeur des Universités à Aix Marseille Univ, spécialiste de politique étrangère américaine et des relations avec l'Amérique latine. Elle co-dirige à Aix l'Observatoire des relations extérieures du monde anglophone (OREMA) au sein du LERMA (EA 853). isabelle.vagnoux@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Janette Habel

Janette Habel est politiste, spécialiste de Cuba. Après avoir été  maître de conférences à l’Université Paris Est, elle est actuellement chercheur, animatrice du groupe de travail sur Cuba à l’Institut des Hautes Etudes de l'Amérique Latine (IHEAL) avec Stéphane Witkowski. janette.habel@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page