Navigation – Plan du site
Éclairages

Le « chavisme populaire » : quelle(s) place(s) pour les mobilisations populaires de gauche dans le Venezuela d'aujourd'hui ?

Yoletty Bracho

Texte intégral

Introduction

1Au début des années 2000 le contexte vénézuélien attirait l’attention politique et scientifique du fait de l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement qui se présentait comme étant de gauche, proche des classes populaires et revendicatif face aux forces politiques et économiques internationales. En effet, le gouvernement d’Hugo Chávez a été à l’origine d’une démarche de redistribution de la rente pétrolière, première source économique du pays, à travers de multiples plans d’action publique, ciblant notamment les populations les plus nécessiteuses. S’installe ainsi une relation de proximité entre l’État et les classes populaires, ces dernières étant sollicitées pour la mise en place des politiques publiques participatives dont l’objectif n’est pas seulement celui d’intégrer ces populations dans les décisions publiques, mais aussi de leur donner des capacités d’organisation autonome en renforçant le « pouvoir populaire ». Ces appels à la participation et à l’organisation ne se dessinent pas sur un terrain vierge, les classes populaires vénézuéliennes étant des populations hétérogènes et organisées. Ainsi, ce sont les différentes organisations populaires qui deviennent les interlocutrices politiques du gouvernement Chávez aussi bien sur le terrain qu’à l’intérieur d’administrations publiques, que certains membres de ces organisations intègrent, espérant se saisir de l’État pour construire la révolution. Or, le « pouvoir populaire » se retrouve face à de multiples résistances. Le développement des capacités d’action autonome n’est pas toujours le bienvenu, que ce soit dans l’espace administratif sur lequel les organisations portent un regard critique du « bureaucratisme » ; ou dans le champ politique, où la volonté hégémonique du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) laisse très peu de marge de manœuvre pour des acteurs qui essaieraient de construire, à gauche, une certaine distance avec sa politique. Ces limites sont d’autant plus présentes aujourd’hui : dans le contexte de « crise », la distance entre le gouvernement de Nicolás Maduro et les organisations populaires semble se creuser. Face à ce scénario, il est possible de se demander, quelle(s) place(s) existe-t-il dans le Venezuela d’aujourd’hui pour les mobilisations populaires de gauche ? Nous verrons dans un premier temps que ces mobilisations ont un précédent dans la campagne pour l’Agenda législatif populaire à la fin de l’année 2015, durant l’élection à l’Assemblée nationale, pour remarquer, dans un second temps, leurs transformations plus récentes dans la plateforme du Chavismo Bravío, qui se veut à la fois force d’organisation et force électorale.

La campagne pour l’Agenda Législatif Populaire : un précédent

2Il serait exagéré d’affirmer que les capacités d’organisation et de critique des organisations populaires, que nous appellerons ici movimientos, sont nées au moment de la campagne électorale pour l’Assemblée nationale durant l’année 2015. Bien au contraire, ces movimientos ont une longue tradition de relations critiques avec les gouvernements chavistes du fait de leurs luttes sectorielles et collectives. Leurs frontières, toujours en négociation, sont difficiles à définir. Dans le cas de notre enquête, il s’agit notamment de quatre organisations ayant une présence nationale : l’Association nationale des médias communautaires, libres et alternatifs (ANMCLA), le Mouvement Pobladores (qui s’occupe de la lutte pour le logement), le Courant révolutionnaire Bolívar et Zamora (CRBZ – qui s’occupe de l’accompagnement à l’installation des communes rurales) et le Réseau national de communards (RNC – qui s’occupe aussi des communes rurales). S’ajoutent à ceux-ci des collectifs localisés à Caracas et de plus petite taille, comme Codes libres (CL – qui s’occupe de la conception et de la communication), l’Armée communicationnelle de libération, (allié de CL), Commando créatif, l’Araignée féministe, le Front culturel de gauche, et des brigades internationalistes de solidarité avec la révolution bolivarienne comme la Brigade Che Guevara, la Brigade internationale Eva Perón et la Brigade Darío Santillán, chacune d’entre elles issue d’organisations populaires argentines.

3Au milieu de l’année 2015, moment où s’intensifie la campagne électorale pour l’Assemblée nationale, les movimientos décident d’y prendre place, menant une stratégie particulière. Ne donnant pas ouvertement leur soutien aux candidats parlementaires du PSUV, ils choisissent de ne pas leur opposer non plus de candidats. Les movimientos font un appel pour un vote de gauche, tout en présentant aux candidats de la gauche un ensemble d’exigences déontologiques et programmatiques à travers leur « Agenda législatif populaire ». Ce cahier des charges est issu des accords entre les movimientos qui cherchent à participer à la campagne électorale pour l’Assemblée nationale, tout en montrant leur mécontentement avec la politique interne du PSUV, et avec les actions, imputables au gouvernement Maduro, qui ont des conséquences lourdes sur la vie quotidienne des Vénézuéliens. En d’autres termes, « l’Agenda législatif populaire » leur permet de construire une sorte de rappel à l’ordre à gauche, tout en donnant une nouvelle visibilité à leurs forces et à leurs luttes. Pourtant, les contenus précis portés par l’Agenda ne sont pas une évidence. Des discussions entre les organisations ont lieu pour définir quel sens donner à cette campagne.

4Les discussions se tiennent notamment autour du niveau de conflictualité à mettre en avant dans la campagne. En effet, en 2015 le Venezuela se trouve dans une situation économique difficile, dont les explications sont un objet politique. Pour le gouvernement Maduro, c’est bien la « guerre économique » menée par les détenteurs des entreprises privées et d’importation qui porte atteinte à l’économie interne vénézuélienne, avec le soutien des forces économiques étrangères, notamment des Etats-Unis. Mais, si guerre économique il y a, il pourrait alors être reproché au gouvernement Maduro d’être en train de la perdre. C’est l’analyse faite notamment par les femmes de l’organisation Códigos Libres (CL), qui proposent de construire une campagne plutôt positive, en mettant en avant les solutions possibles à la crise, portées par les organisations populaires. Il s’agit notamment de promouvoir les « Communes », en tant que dispositif participatif territorial, comme un moyen de réorganiser les rapports économiques de production et d’échange. En effet, face aux pénuries alimentaires, des communes rurales du centre du pays proposent leurs produits à des prix avantageux dans des marchés populaires ou à travers des systèmes de répartition de paniers, organisés en alliance avec des communes urbaines. Mais ces propositions programmatiques, en dépit de l’enthousiasme avec lequel elles sont reçues, sont considérées comme insuffisantes par certains acteurs. Ceci mène les militants d’ANMCLA, du media alternatif Aporrea, ou encore à ceux de Pobladores, à être porteurs de contenus plus conflictuels. Que ce soit par la dénonciation des entreprises privées vénézuéliennes, suspectées de détournement de devises, ou par un appel à l’approfondissement de la révolution par la cession des pouvoirs depuis les institutions publiques (territoriales et/ou centrales) vers les porteurs du pouvoir populaire (organisations et/ou dispositifs participatifs territoriaux), la « Commune » sert de point de repère unitaire. Mais ces derniers acteurs acceptent aussi de construire des critiques fortes de la situation politique et économique vénézuélienne telle qu’elle se présente. Ainsi, faisant appel à l’imaginaire politique commun de ces organisations à travers la figure de Fabricio Ojeda, ancien député vénézuélien ayant quitté son mandat de parlementaire pour rejoindre les luttes révolutionnaires sous la forme des guérillas, les movimientos réclament :

  • 1 Tract de campagne. Octobre 2015.

[…] il ne peut pas et ne doit pas exister un député qui se dise révolutionnaire ou chaviste, élu par la volonté du grand peuple vénézuélien, qui soit guidé par des appétences individuelles, [en dépit d’être] un serviteur des luttes transcendantales.1

5Les efforts de campagne commune des movimientos se transforment avec les changements du contexte vénézuélien, ainsi qu’avec les rythmes imposés par les gouvernants à la vie politique du pays. C’est ainsi que surgit la plateforme du Chavismo Bravío, qui se présente à la fois comme un espace de réactualisation des luttes, mais aussi comme un moyen de participer aux échéances électorales.

Le Chavismo Bravío : une plateforme commune de quête symbolique et électorale

6Au début de l’année 2017, le Venezuela a été le théâtre de manifestations contre le gouvernement Maduro promues par un secteur d’opposants à son gouvernement réunis dans la Mesa de la Unidad Democrática - MUD (Table de l’unité démocratique). Ces manifestations se présentent comme le résultat des tensions institutionnelles vécues dans le pays à la suite des élections législatives qui, ayant donné une majorité parlementaire à la MUD, ont été contestés par l’exécutif national. Cela sur fond de recrudescence des difficultés économiques, avec des taux d’inflation dépassant les trois chiffres et des pénuries de tout type. Les morts provoquées lors de ces manifestations deviennent rapidement, comme auparavant pour la situation économique, un enjeu politique. Dans ce cadre, le président Nicolás Maduro appelle par un décret daté du 1er mai à l’élection d’une Assemblée nationale constituante (ANC), laquelle aurait pour rôle de réécrire la Constitution vénézuélienne, tout en s’attaquant aux fléaux qui nuisent à la vie du pays. Cet appel a été une nouvelle source de conflit entre les forces politiques en lutte, certains y voyant un moyen de renforcer un gouvernement vu comme illégitime, d’autres y trouvant une opportunité politique pour redresser le pays. Pour les movimientos, l’appel à l’ANC est une opportunité pour dépasser le rôle relativement distancié qu’ils ont pris lors des élections parlementaires et pour se présenter cette fois-ci comme les porteurs de leurs propres prérogatives. L’appel à l’ANC demandant l’élection de constituants, les movimientos peuvent présenter la candidature de leurs propres militants. C’est ainsi que nait le Chavismo Bravío, également présenté comme la « Plateforme populaire constituante ». Par cette plateforme les movimientos se présentent comme :

  • 2 D’un nom inspiré par un essai philosophique de José Martí (poète et révolutionnaire cubain du XIXèm (...)

une humble expression des luttes historiques de nos peuples contre toute forme de domination et pour le socialisme nuestroamericano2 [avançant] dans le positionnement du Chavismo Bravío comme une référence du chavisme populaire, qui lutte depuis les bases, et non bureaucratisé (Chavismo bravío, 2017).

7À travers cette plateforme, les movimientos ont présenté des candidats pour l’ANC grâce à des actions de campagne classiques (réunions publiques, interviews dans les médias nationaux, débats à l’échelle locale…) ; mais aussi à travers des actions plus controversées, comme l’installation d’une large banderole portant l’inscription « Chavismo Bravío, constituante pour la paix » sur le distributeur autoroutier d’Altamira, axe important de la capitale permettant d’accéder au quartier du même nom, connu comme étant un bastion des opposants en lien avec la MUD (Alba Ciudad, 2017).

8Les rapports de forces internes au Chavismo Bravío sont complexes, ainsi que la tenue des alliances entre les organisations qui le composent. Dans les circonscriptions des grandes villes du pays, les candidats Bravíos n’obtiennent pas suffisamment de voix pour intégrer l’ANC. En revanche, dans les zones rurales du centre et du sud-ouest du pays, le Courant révolutionnaire Bolívar et Zamora profite de ses alliances avec le PSUV et obtient des sièges à l’assemblée.

9Par la suite, le Chavismo Bravío continue ses activités politiques de terrain et symboliques. Ainsi, ses militants ont organisé un procès populaire de Donald Trump, répondant de cette manière aux sanctions économiques décrétées par l’exécutif états-unien le 25 août. L’événement a lieu sur la Place Bolívar de Caracas, lieu incontournable du centre ville où les participants, parmi lesquels le comédien espagnol Willy Toledo, connu pour son soutien aux gouvernements chavistes, foulent de leurs chaussures aux couleurs du drapeau national une statuette de Donald Trump placée sur une chaise en position propice (Plataforma Popular Constituyente, 2017). Plus récemment, ces militants ont lancé un appel pour une Assemblée populaire constituante. Tenue le 7 octobre, cette assemblée affichait l’objectif de discuter des différents « challenges constituants », c’est-à-dire, des sujets qu’ils aspirent à faire traiter par l’ANC comme la réalité économique du pays, augmentant les coûts de la vie et rendant difficile la tenue d’une source de travail stable, ainsi que d’autres comme la légalisation de l’avortement, les droits des populations LGBTQ, des populations indigènes, les droits écologiques, entre autres (Chavismo bravío, 2017a).

Conclusion

10Au jour d’aujourd’hui, il est difficile de dire quelle sera la suite des mobilisations populaires de gauche au Venezuela. Leur place est d’autant plus fragile que leurs alliances souffrent aussi des aléas de la politique nationale et locale. Dernièrement, le 1er septembre, il a été possible de voir circuler un communiqué de la CRBZ expliquant son désengagement de la Plateforme populaire constituante Chavismo Bravío. S’il donnait assez peu d’explications relatives à la scission, le document laissait entrevoir des différences stratégiques entre les différents movimientos membres de la plateforme. Plus tard, courant octobre, ce communiqué n’est plus accessible, ayant été effacé du site de la CRBZ, des pages Facebook de ses militants et autres sites internet d’organisations. Faut-il y voir un pas en arrière et une réunification des forces populaires ? Est-ce un signe révélateur des négociations entre ces acteurs ? Ce que l’on peut dire à présent, c’est que ces forces politiques sont inscrites dans des systèmes d’opportunité et de contraintes qui les déterminent, et que la possible définition de places pour les mobilisations de la gauche populaire aux Venezuela passe avant tout par l’analyse des déterminismes qui agissent sur elles.

Haut de page

Bibliographie

Alba Ciudad, « Así colocaron los chavistas una gran pancarta en el Distribuidor Altamira: “Fue como una operación militar” », 14 juillet 2017, http://albaciudad.org/2017/07/candidatos-a-la-constituyente-colocaron-gran-pancarta-en-el-distribuidor-altamira/, page consultée le 11 octobre 2017.

Chavismo bravío, « Documento fundacional Plataforma Popular Constituyente », 10 juin 2017, http://www.chavismobravio.org.ve/?q=node/57, page consultée le 11 octobre 2017.

Chavismo bravío, (a) http://www.chavismobravio.org.ve, page consultée le 11 octobre 2017.

Plataforma Popular Constituyente, « Chavismo Bravío Patea a Donald Trump », https://www.youtube.com/watch?v=dMXWeFdSvFE&feature=youtu.be, page consultée le 11 octobre 2017.

Haut de page

Notes

1 Tract de campagne. Octobre 2015.

2 D’un nom inspiré par un essai philosophique de José Martí (poète et révolutionnaire cubain du XIXème siècle), le Proyecto Nuestramérica, porté par de nombreuses organisations populaires, est un label politique revêtant un projet révolutionnaire. Il permet de réunir des acteurs de la gauche latino-américaine, en principe distants géographiquement et politiquement, mais constituant à travers ce projet un réseau dynamique de militants internationaux agissant en soutien aux mobilisations locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoletty Bracho, « Le « chavisme populaire » : quelle(s) place(s) pour les mobilisations populaires de gauche dans le Venezuela d'aujourd'hui ? », IdeAs [En ligne], 10 | Automne 2017 / Hiver 2018, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideas/2210 ; DOI : 10.4000/ideas.2210

Haut de page

Auteur

Yoletty Bracho

Doctorante en Science Politique à l’Université Lumière Lyon 2. Son travail de recherches porte sur les relations entre administrations publiques et organisations populaires de Caracas. Avec Julien Rebotier, elle a publié « La révolution bolivarienne par sa base », Le Monde diplomatique, n° 742, 2016, p. 20.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page