Navigation – Plan du site
Éclairages

Le mouvement syndical vénézuélien face à la crise du printemps 2017. Entre marginalisation des uns et cooptation des autres

Thomas Posado

Texte intégral

Introduction

  • 1 Intervention de Wills Rangel, Conférence de presse de la CBST-CCP, Caracas, le 21 août 2013.

1Le mouvement syndical vénézuélien est marqué, depuis ses origines, par « un haut niveau de politisation » (Ellner S., 1995 : 11). Il a connu de profondes mutations durant la présidence Chávez. En l’espace de dix ans, trois centrales syndicales sont successivement majoritaires. La confédération historique, la Confédération des travailleurs du Venezuela (CTV), perd son leadership en 2003 après avoir participé aux tentatives de renversement d’Hugo Chávez. Les partisans du chef de l’État créent alors une centrale syndicale parallèle, l’Union nationale des travailleurs (UNT). Celle-ci entre rapidement en crise avec la polarisation des forces syndicales pro-gouvernementales autour de deux clivages autonomie ou dépendance à l’égard du gouvernement, priorité aux revendications économiques ou prévalence de la défense du processus politique. En 2011, les défenseurs des secondes propositions fondent avec le soutien du gouvernement la Centrale bolivarienne socialiste des travailleuses et des travailleurs du Venezuela, de la Ville, des champs et de la pêche (CBST-CCP) (Posado T., 2013a). Son président la définit comme « une centrale politico-syndicale pour réaliser la continuité entre le haut gouvernement et la classe ouvrière »1. Quel a été le rôle du mouvement syndical dans cette crise actuelle combinant polarisation politique forte et inflation galopante ?

2La littérature scientifique nous enseigne qu’un contexte d’hyper-inflation peut être une opportunité pour le renforcement du mouvement syndical (Bain G. et F. Elsheikh, 1976 : 62-63). Pourtant, dans le Venezuela contemporain, sa subordination à l’agenda politique en fait un acteur dominé que ce soit dans la coalition de l’opposition ou dans celle du gouvernement. Nous allons analyser le comportement du mouvement syndical face à la crise du printemps 2017 dans un premier temps, à travers les actions des uns avec l’opposition, puis la cooptation des autres dans l’Assemblée nationale constituante (ANC) convoquée par Nicolás Maduro.

Un syndicalisme d’opposition marginalisé

  • 2 Entretien avec Stalin Pérez, le 31 juillet 2013.
  • 3 Entretien avec Juan Crespo, le 5 août 2013.

3Entre décembre 2001 et février 2003, la CTV s’associe à Fedecámaras, la fédération rassemblant les entrepreneurs, dans l’organisation de tentatives insurrectionnelles contre le gouvernement Chávez. Durant le coup d’État militaire avorté d’avril 2002, les dirigeants de la CTV se réunissent au palais présidentiel avec les putschistes sans participer à leur éphémère gouvernement. Le président de la CTV, Carlos Ortega, est l’un des principaux acteurs du blocage de l’économie de décembre 2002 à février 2003. Cette stratégie correspond davantage aux volontés des hauts cadres de l’entreprise pétrolière que des salariés moins qualifiés. Les travailleurs de base résistent dans de nombreux cas à ce blocage de l’économie. Avec le redémarrage d’entreprises sous contrôle ouvrier, le Venezuela connaît à cette période un « éclair autogestionnaire » (Petras J. et H. Veltmeyer, 2002). De nombreux dirigeants syndicaux s’opposent à cette paralysie à partir de raisons diverses, les militants les plus radicaux pour « affronter le coup d’État et la grève patronale »2 jusqu’aux présidents de fédérations en désaccord « d’une manière très respectueuse » avec un mouvement « en train de violer la Constitution »3. Ces événements coûtent son hégémonie à la CTV qui voit nombre de ses fédérations se désaffilier de leur confédération historique au profit de l’UNT naissante. Des tensions naissent rapidement au sein de cette dernière entre les uns qui gagnent en manœuvre avec l’effondrement de la structure bureaucratique de la CTV et les autres, animés par une logique plus gestionnaire en lien avec le gouvernement, premier employeur du pays.

4Quatorze ans plus tard, la mobilisation du syndicalisme d’opposition suit des modalités très différentes. Des journées de grève générale ont été organisées pour forcer le gouvernement de Nicolás Maduro à renoncer à l’élection de l’Assemblée nationale constituante, les 20, 26 et 27 juillet. Á la différence de ce qui s’est passé entre 2002 et 2003, c’est la coalition politique d’opposition, la Table de l’unité démocratique (MUD) qui est à l’origine de l’appel. Autre différence, des forces syndicales issues du chavisme telle l’UNT participent à ces initiatives. Enfin, leurs conséquences ne furent pas les mêmes. Les organisateurs arguent une paralysie de 92 % de l’activité lorsque le gouvernement affirme que la normalité est maintenue. Toutefois, ces journées de grève n’ont pas constitué le cœur du répertoire d’action des quatre mois de mobilisation de l’opposition, reléguées quelques jours avant la tenue de l’ANC à une solution de la dernière chance aux conséquences limitées.

5Pourtant, la crise que connaît le Venezuela depuis plusieurs années offre au mouvement syndical plusieurs revendications majeures susceptibles de mobiliser des travailleurs. Hugo Chávez avait instauré un ajustement annuel du salaire minimum mais avec l’hyper-inflation croissante à partir de 2013, malgré le caractère pluriannuel des augmentations, celles-ci ne suffisent pas pour compenser la hausse des prix. Le salaire minimum ne représente désormais que 10,3 % du panier alimentaire d’un foyer et seulement 7,9 % du panier basique incluant également les dépenses de santé, de logement… Même en prenant en compte les tickets-restaurants qui compose désormais la majorité des revenus d’un travailleur au salaire minimum, une famille vénézuélienne ne possède respectivement que 24,5 % et 18,7 % des deux paniers précédemment cités.

6Dans un contexte d’impopularité croissante du gouvernement Maduro, les institutions favorables à l’exécutif (Tribunal suprême de justice (TSJ), Conseil national électoral (CNE)) reportent des élections syndicales majeures. Dans l’entreprise sidérurgique, SIDOR, prévues en janvier 2015, elles n’ont toujours pas eu lieu deux ans et demi plus tard. Dans l’entreprise pétrolière, PDVSA, le mandat de la direction du syndicat est achevé depuis 2014, les élections syndicales, prévues en août 2016, ont été maintes fois reportées en septembre 2016, en novembre 2016, puis sine die. Dans le secteur électrique, elles ont été suspendues sans qu’aucun chronogramme n’ait été publié. Dans ces firmes stratégiques, les protestations sont anciennes (Posado T., 2013) mais l’ajournement des comices trahit la crainte du gouvernement de voir des opposants, souvent de gauche, l’emporter.

Un syndicalisme pro-gouvernemental coopté

7Les partisans syndicaux du gouvernement regroupés dans la CBST-CCP condamnent les violences des opposants « terroristes » durant la crise du printemps 2017 et se mobilisent pour l’ANC. Nicolás Maduro en personne a menacé les travailleurs du secteur public et les bénéficiaires de programmes sociaux de représailles en cas d’abstention. On a même pu entendre un dirigeant syndical comme Juan Salazar dans le secteur pétrolier menacer de licenciements les travailleurs qui ne participeraient pas au scrutin.

8Le mode de désignation très particulier de l’ANC réserve une représentation aux travailleurs de 79 sièges, répartis en neuf sous-secteurs : 17 pour ceux de l’administration publique, 14 pour ceux des services (public et privé), 12 pour ceux de l’aire sociale, 11 pour ceux du commerce et des banques et autant pour de l’économie populaire et indépendante, 6 pour ceux des industries, 4 pour ceux de la construction, 2 pour ceux du transports et autant pour ceux du pétrole et des mines.

9Cette ANC soulève un certain nombre de polémiques (forte surreprésentation des zones rurales où le chavisme a davantage de forces, répartition opaque des différents secteurs, non-convocation d’un référendum préalable) qui conduisent l’opposition à ne pas y participer. Il a été constaté que des candidats ayant rempli toutes les conditions légales n’ont pas pu se présenter et, selon Stalin Pérez, pourtant favorable à l’Assemblée constituante, que des candidats critiques du gouvernement implantés dans un secteur donné, pouvaient être déclarés, par les instances électorales, candidats dans un autre secteur où leur notoriété était plus faible (Pérez Borges S., 2017).

10Á travers le collège des « travailleurs », ce sont des dizaines de syndicalistes qui sont devenus constituants, principalement les plus hauts responsables des confédérations syndicales. L’élection dans ces sous-secteurs a eu lieu au scrutin de listes, numérotées par le CNE. Les listes n°1 concentrent les dirigeants de la CBST-CCP et les personnalités de confiance du gouvernement et obtiennent dans chacun des sous-secteurs de larges majorités face à des militants isolés, pour la plupart présentés de manière uninominale4. Ces listes n°1 emportent 63 des 79 sièges de constituants à pourvoir. Parmi eux, tous ne sont pas des salariés ou des militants syndicaux, on retrouve par exemple le fils unique du chef de l’État, Nicolás Maduro Guerra, un acteur de telenovela, Roberto Messuti, un animateur d’une émission de télévision polémique, Mario Silva, des chanteurs comme Gino González ou Rodbexa Poleo, un militaire ayant dirigé des entreprises publiques comme Euclides Campos, des députés ou des anciens députés chavistes comme Willian Gil ou Alberto Aranguibel, mais ce sont surtout des dizaines de dirigeants syndicaux de la CBST-CCP qui entrent dans l’ANC. On retrouve par exemple l’intégralité du secrétariat politique, l’instance maximale de la centrale syndicale regroupant le président, le coordinateur général et les sept vice-présidents. Nous avons étudié la trajectoire de ces dirigeants dans le cadre d’un précédent article et constaté que nombre d’entre eux sont issus des anciens partis dominants avant Chávez et de ce fait, d’autant plus inconditionnels à l’égard du gouvernement qu’ils ont une faible légitimité militante à lui opposer (Posado T., 2015).

11La Force Syndicale Bolivarienne des Travailleurs (FSBT), courant syndical fondé par Nicolás Maduro lui-même, obtient une part importante d’élus. Plus de 40 % de sa direction est désormais membre de l’ANC. On remarque d’ailleurs l’élection comme constituant de celui qui en a été le coordinateur de 2005 à 2010, ministre du Travail pendant l’année 2016, Oswaldo Vera.

Conclusion

12Le syndicalisme vénézuélien est aujourd’hui en crise du fait de sa subordination auprès de deux coalitions dont les travailleurs formels ne sont pas le centre de gravité. Du côté de l’opposition, les classes possédantes constituent toujours la force motrice de la coalition. Ses forces syndicales sont minoritaires depuis l’échec des tentatives de renversement de Chávez entre 2002 et 2003. Du côté du gouvernement, la base sociale semble se rétrécir autour des bénéficiaires des Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production (CLAP) et des militaires. La capacité de mobilisation des dirigeants syndicaux chavistes s’est affaiblie à mesure que son autonomie à l’égard du gouvernement a diminué. Cette donnée peut paraître paradoxale alors que Nicolás Maduro se définit régulièrement comme le « premier président ouvrier ».

13L’ampleur du travail informel (oscillant entre 40 et 50 % durant la période) demeure un défi pour le syndicalisme vénézuélien. La refondation du mouvement syndical, au-delà de la marginalité des leaders de l’opposition et de la co-optation des dirigeants favorables au gouvernement, semble nécessaire. Les revendications de restauration du pouvoir d’achat ou de respect de la régularité des échéances électorales syndicales pourraient constituer un socle pour celle-ci.

Haut de page

Bibliographie

Bain, George Sayers et Farouk Elsheikh, Union Growth and the Business Cycle, Oxford, Basil Blackwell, 1976.

Ellner, Steve, El sindicalismo en Venezuela en el contexto democrático (1958-1994), Caracas, Ed. Tropykos, 1995.

Pérez Borges, Stalin, « Stalin Pérez Borges: "La ANC debe crear condiciones para un nuevo Estado verdaderamente democrático y participativo" », aporrea.org, 4 août 2017, https://www.aporrea.org/actualidad/n312522.html , page consultée le 30 novembre 2017.

Petras, James, et Henry Veltmeyer, Autogestión de trabajadores en una perspectiva histórica, Buenos Aires, Topia / La Maza, 2002.

Posado, Thomas, « L’État régional du Bolívar au Venezuela. Reflet du désalignement entre le gouvernement chaviste et le mouvement ouvrier », Mouvements, n°76, 2013, p. 105-116.

Posado, Thomas, a) « Révolution et recompositions syndicales : le court été de l’autonomie syndicale », in Le Venezuela d’Hugo Chávez, bilan de quatorze ans de pouvoir, sous la direction d’Olivier Folz, Nicole Fourtané, Michèle Guiraud, Presses Universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2013, p. 193-220.

Posado, Thomas, « Renouvellement et institutionnalisation des centrales syndicales au Venezuela sous Chávez (2001 – 2011) », IdeAs, Idées d'Amériques, n°5 | Printemps/Été 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, http://ideas.revues.org/832, page consultée le 30 novembre 2017.

Haut de page

Notes

1 Intervention de Wills Rangel, Conférence de presse de la CBST-CCP, Caracas, le 21 août 2013.

2 Entretien avec Stalin Pérez, le 31 juillet 2013.

3 Entretien avec Juan Crespo, le 5 août 2013.

4 Les résultats ont été publiés sur http://constituyente2017.cne.gob.ve/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Posado, « Le mouvement syndical vénézuélien face à la crise du printemps 2017. Entre marginalisation des uns et cooptation des autres », IdeAs [En ligne], 10 | Automne 2017 / Hiver 2018, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideas/2214 ; DOI : 10.4000/ideas.2214

Haut de page

Auteur

Thomas Posado

Thomas Posado est docteur en sciences politiques à l’Université Paris-8 et chercheur au CRESPPA-CSU. Ses recherches portent sur les reconfigurations du champ syndical dans le Venezuela contemporain. Il est l’auteur de divers articles (Nuevo Mundo, 2013, Les Cahiers ALHIM, n°26, Les Etudes du CERI, n°187-188) et a, en outre, coordonné plusieurs dossiers de revue (Recherches Internationales n°93, n°107, ContreTemps, n°25, Cahiers des Amériques latines, n°85). thomas.posado@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page