Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Josef Opatrný, Michal Zourek, Lucia Majlátová, Matyáš Pelant, Las relaciones entre Checoslovaquia y América Latina, 1945-1989, en los archivos de la República Checa

Prague, Université Charles, Ed. Karolinum, 2015, Ibero-Americana PragensiaSuplementum (38), 321 pages
Alvar De la Llosa
Référence(s) :

Josef Opatrný, Michal Zourek, Lucia Majlátová, Matyáš Pelant, Las relaciones entre Checoslovaquia y América Latina, 1945-1989, en los archivos de la República Checa, Prague, Université Charles, Ed. Karolinum, 2015, Ibero-Americana Pragensia – Suplementum (38), 321 pages

Texte intégral

1Les relations entre l’actuelle Tchéquie et l'Amérique latine ne datent pas d’hier. On se souvient du rôle prééminent que joua le Bohême Tadeáš Haenke (1771-1832), surnommé le Humboldt bohême, après sa participation à l’expédition de Malaspina (1789-1794). Il est effectivement rare, plus encore à l’époque, de voir un botaniste centre européen abandonner Vienne, arriver à Cadiz, traverser l’Atlantique, faire naufrage devant Montevideo pour naviguer le Pacifique, de l’Alaska aux Philippines, de l’Australie au Chili. Mais cela ne saurait suffire à (re)lancer au XXe siècle les études américaines en Europe centrale.

2Fondé en 1967 à l’université Charles de Prague, par les professeurs Oldřich Bělič et Josef Polišenský, le Centre d’Études Ibéro-américaines répondit au besoin de (re)prendre contact avec l'Amérique latine à la faveur de cette nouveauté qu’était la Révolution cubaine dont les relations avec le bloc de l’Est s’affirment à partir de 1962. Il s’agissait aussi de récupérer une tradition de liens diplomatiques et commerciaux née de la création de la Tchécoslovaquie en 1918, et mise à mal par les événements de 1939-1948.

3Les bouleversements induits par la Révolution de Velours en 1989 et les transformations sociales qui affectèrent le monde universitaire, avec, notamment, de nouvelles orientations, provoquèrent la fermeture de nombreux centres de recherche. Il incomba à František Vrhel et, particulièrement depuis 1983, à son second directeur, Josef Opatrný, de travailler à la survie d’un prestigieux groupe de recherches dont la publication Ibero-Americana Pragensia - fondée il y a cinquante ans, en 1967, à la veille d’autres événements - en a fait une référence mondiale des études américanistes. Il convient d’ajouter Suplementum, une série annuelle de publications monothématiques née en 1974. Les deux ouvrages que nous recensons ici sont nés de l’ouverture, après 1989, des archives de la Tchécoslovaquie, celles des Affaires étrangères, mais aussi celles… des services secrets extérieurs. C’est dire si la base documentaire est de qualité.

4Il ressort de l’ouvrage coordonné par Opatrný dont il signe un peu plus de la moitié des 17 chapitres qui couvrent l’ensemble de l’aire latino-américaine, une intéressante étude de l’évolution des échanges depuis 1918 avec principalement quatre pays (Argentine, Brésil, Pérou, Mexique). L’ouvrage se concentre particulièrement sur la période de la Tchécoslovaquie de l’après-guerre jusqu’à la fin du Pacte de Varsovie, mettant en relief la lente augmentation des relations avec des pays latino-américains, puis la réduction et les ruptures induites par la Guerre froide dès 1947 avec le Chili, le Venezuela et le Pérou.

5Les révélations sur la nature et la réalité des relations commerciales et politiques avec Cuba constituent évidemment le morceau de choix, et, en contrepartie, le rôle particulier joué par Prague vis-à-vis de Moscou ; ainsi que l’instrumentalisation de ces relations par les divers acteurs de l’époque.

6Les transformations – en particulier l’augmentation du volume des échanges - propres aux (courtes) années 1970, notamment avec le renouveau des relations avec le Chili, comme peu avant avec le Pérou et le Venezuela caractérisent l’époque, tout comme l’apparition soudaine d’un autre partenaire privilégié à la fin de la décennie, le Nicaragua, alors même que l’instauration de dictatures militaires dans le Cône sud conduit à la perte d’échanges privilégiés avec des partenaires économiques d’importance.

7L’ouvrage révèle in fine la position unique de la Tchécoslovaquie vis-à-vis de l’Amérique latine dans le cadre des pays de l’Europe centrale, et jusqu’à quel point le pays fut un instrument de la politique de pénétration soviétique dans le continent américain, mais aussi le degré d’autonomie qui lui fut laissé puisque Prague bénéficiait d’une tradition de relations diplomatiques et d’échanges commerciaux que Moscou ne possédait pas et souhaitait justement développer.

8On ne s’étonnera pas de découvrir que les relations furent traditionnellement privilégiées avec l’Argentine et le Brésil, et, selon les époques, le Mexique, le Venezuela, le Pérou, l’Équateur et la Bolivie, et de façon plus épisodique, Cuba et le Chili. Cet ouvrage collectif apporte donc un éclairage intéressant sur l’histoire contemporaine des relations diplomatiques de la plupart des pays latino-américains avec la Tchécoslovaquie dans une période cruciale pour l’histoire mondiale, celle de l’immédiat après-guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alvar De la Llosa, « Josef Opatrný, Michal Zourek, Lucia Majlátová, Matyáš Pelant, Las relaciones entre Checoslovaquia y América Latina, 1945-1989, en los archivos de la República Checa », IdeAs [En ligne], 11 | Printemps/Été 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideas/2676

Haut de page

Auteur

Alvar De la Llosa

Professeur en civilisation latino-américaine, Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page