Navigation – Plan du site
Éclairages

L’année 1968 au Brésil : résistance politique contre la dictature

1968 in Brazil: Political Resistance Against the Dictatorship
El año 1968 en el Brasil: la resistencia política contra la dictadura
Angélica Muller

Texte intégral

  • 1 La dernière œuvre publiée défendant la singularité du cas brésilien, démontrant une faible implicat (...)
  • 2 Maria Ribeiro Valle,. 1968: o diálogo é a violência: movimento estudantil e ditadura militar no Bra (...)

1L’historiographie brésilienne des quarante dernières années ne manque jamais de démontrer les spécificités de notre année 19681. Marquée par une conjoncture historique dictatoriale, l’année 1968 a ses balises principalement définies par la situation politique et dont l’escalade de la violence2 est l’un des résultats les plus visibles. Les événements qui marquent l’année magique sont bien connus et très étudiés.

2Ce bref article entend présenter trois de ces événements où le mouvement étudiant joue un rôle prépondérant. L’influence révolutionnaire, encouragée principalement par la Révolution cubaine de 1959, était déjà à l’horizon de plusieurs groupes à ce moment-là. De plus, il est intéressant de démontrer comment ces mêmes événements sont remémorés comme des symboles de la lutte pour la démocratie jusqu’à nos jours.

3Pour autant, il faut se rappeler que le 1er avril 1964, le Brésil connaît un coup d’État, organisé par des civils et des militaires, qui renversent le président João Goulart (1961-1964). Ainsi débute une dictature militaire qui durera 21 ans. Durant la Guerre froide, l’anticommunisme, de longue tradition au Brésil depuis les années 1920, est stimulé par le « danger » de la Révolution cubaine (1959) qui, avec la question de la corruption, sert de raison principale pour renverser le gouvernement élu. Un des axes des militaires est de neutraliser et d’éliminer les opposants dits communistes ou liés à ces idées « gauchistes » et « subversives ».

4Ce n’est pas par hasard si un des premiers actes entrepris par les putschistes est d’incendier le siège de l’Union nationale des étudiants. Sous le gouvernement de João Goulart, l’UNE, seul organisme représentant les étudiants au niveau national, est connu pour sa défense des réformes fondamentales [reformas de base] et plus particulièrement pour la réforme de l’université. L´UNE est devenue illégale, ce qui ne l´empêche pas d´exercer pendant les années 1960 un rôle très fort d´opposition à la dictature.

5Il faudra deux ans aux étudiants pour se réorganiser, l’escalade vers le paroxysme du mouvement de protestation de 68 a déjà commencé. Cette même année, le mouvement, alors dans l’illégalité, organise clandestinement le Congrès de l’UNE, et convoque les étudiants dans la rue pour protester contre la politique éducative. Parmi les nombreuses manifestations, une provoque une commotion nationale. L’occupation par les militaires de la Faculté de Médecine de l’Université du Brésil, à Rio de Janeiro, entre dans l’histoire comme le « massacre de Praia Vermelha » parce que les étudiants y sont brutalement agressés. C’est ainsi que se configure la conjoncture nationale qui conduit à l’année 1968.

  • 3 Extraits du témoignage de Vladimir Palmeira accordé au Projeto Memória do Movimento Estudantil (12/ (...)

6Le premier acte politique important de l’année 1968 a lieu fin mars. Lors d’une manifestation à Rio de Janeiro, pour défendre la permanence du restaurant Calabouço, réservé aux étudiants et que la dictature veut fermer, car elle le considère comme un local de réunion et de mobilisation, le lycéen Edson Luís Souto est tué par les forces de police. Vladimir Palmeira, à l’époque président de L’Union Métropolitaine des Étudiants (UME), se souvient de l’épisode : « Un premier décès. Nous avions déjà dit qu’un jour des étudiants mourraient, nous savions qu’il y aurait des morts. La police avait ses limites, mais jusqu’où irait-elle ? Il régnait un climat de grande indignation. C’était le climat qui dominait à l’Assemblée. Nous avons passé la nuit à l’Assemblée et le lendemain, quand les collèges de prêtres et de religieuses [...] sont arrivés, ce furent les plus beaux moments de l’enterrement d’Edson Luís. Ils ont lancé le slogan “Ça pourrait être votre enfant ”, slogan qui a été très fort et qui n’avait pas été créé par les dirigeants. Ça a été une création collective, quelqu’un l’avait dit. Ils ont fait une banderole, les gens le criaient, le ton était donné. Cette manifestation fut impressionnante, populaire »3.

7La mort de l’étudiant intervient à un moment d’insatisfaction face au régime de plus en plus militarisé : l’économie montre des signes d’amélioration mais elle n’est pas encore à la hauteur du « miracle ». Plusieurs libéraux qui ont soutenu le coup d’État ou y ont participé sont déjà désabusés par le cours que prend le pays. Le fait est que des milliers de personnes assistent à la veillée funèbre d’Edson Luís, et l’exposition de son corps se révèle être un rituel non seulement religieux, mais aussi politique. Il est vrai que chaque mort se présente avec un facteur religieux évoqué par la sensibilité spirituelle que l’événement provoque. Et c’est un rituel de préparation à la mort et à la réintégration sociale, dans ce cas à travers la mémoire qui a été créée de l’événement : Edson Luís, jusque-là pauvre jeune Nordiste qui n’a aucun lien avec le mouvement étudiant, est présenté (et l’est toujours) comme un symbole de la lutte pour la démocratie. Il suffit de rappeler que cinquante ans plus tard, en mars 2018, des photos du corps d’Edson Luís sont apparues dans les manifestations contre l’assassinat de la conseillère municipale Marielle Franco, toutes deux liées au plan commémoratif de la lutte pour les droits de l’homme.

8Il faut se souvenir que la mort d’Edson Luis n’est pas seulement dénoncée par les étudiants. Toute la presse rapporte amplement l’événement ainsi que ceux qui suivent. Une des revues de plus grande circulation à l’époque, Manchete, publie en couverture, dans son édition du 13 avril, la photo des étudiants suivant le corps d’Edson Luis avec ces mots : “La mort d’un étudiant traumatise le pays”. Neuf pages et de nombreuses photos sont consacrées à l’évènement. L’UNE, dans le but d’assumer une position plus radicale, proteste contre le régime en se prononçant publiquement.

9Jean Marc, président de l’UNE, élu en 1968, rappelle que la mort d’Edson Luis est le point de départ des mobilisations de 68. Partant d’une question extrêmement spécifique, qui est de résister à la fermeture du restaurant Calabouço, on a abouti à une question beaucoup plus large : la dénonciation de la violence, de l’arbitraire, de la répression, du régime. À partir de là, durant les mois qui suivent, des conflits armés et sanglants ont lieu dans tout le pays.

10La succession de manifestations et de conflits brutaux du mois de mai et juin aboutit à la grande “Passeata dos Cem mil” [Manifestation des Cent mille], organisée le 26 juin. Pendant un moment, le régime recule et permet la réalisation de la plus grande manifestation ayant eu lieu pendant la dictature. Étudiants, artistes, intellectuels, religieux et la population en général rejoignent une manifestation pacifique pour dénoncer le gouvernement et présenter des revendications étudiantes. Selon Jean Marc, les subventions, les places disponibles dans les universités, la privatisation ou la non privatisation de l’enseignement, qui sont les questions à l’origine du processus, cèdent la place à un nouveau contenu qui est la lutte contre la répression du régime militaire. Parallèlement à la “Passeata dos Cem mil” à Rio, beaucoup d’autres manifestations ont lieu dans la plupart des États. C’est le moment culminant de 1968 au Brésil.

  • 4 Il existe déjà une discussion historiographique vigoureuse sur ce sujet. Voir: Carlos Fico, “Brasil (...)

11Il est intéressant de noter que dans un contexte marqué par l’augmentation de la violence policière et étudiante, le point de mémoire le plus important de l’année est la manifestation « pacifique » des cent mille. Dans la mémoire qui commence à se construire à gauche (et aussi par la gauche) à ce moment-là, souligner cet événement peut aussi être compris comme une façon de souligner un caractère de lutte en faveur de la démocratie, qui de fait, n’est pas incarné par toutes les forces de gauche qui se battent contre les militaires4.

12Mais le moment de plus grande tension est, sans aucun doute, le fameux XXXe Congrès de l’UNE, à Ibiúna, dans l’État de São Paulo. À ce moment-là, deux principaux courants se disputent le mouvement étudiant brésilien. Ils forment deux grands blocs : l’Ação Popular [Action populaire], force principalement étudiante dérivée de la JUC (Jeunesse universitaire catholique) qui, avec de plus petits partis, comme le PCdoB (Parti communiste du Brésil) et le PCBR (Parti communiste brésilien révolutionnaire), mettent l’accent sur, non seulement des dénonciations de politique générale contre le régime, mais aussi la lutte contre l’impérialisme et la solidarité avec les Viêt-Cong. Tout au long des années 1960, l’AP a élu le président de l’UNE et de nombreuses organisations du mouvement étudiant.

  • 5 Comme dans d’autres pays, dès le début de la décennie de 1960, le PCB a souffert d’âpres luttes int (...)

13Quant aux dissidences du Parti communiste5, alliées à Política Operária (POLOP) [Politique ouvrière] et dans certains cas au PCB (Parti communiste brésilien), elles pensent que le mouvement étudiant doit être un instrument de politisation dans la lutte contre la politique éducative du gouvernement. Au cours de cette période, la “Dissidência da Guanabara” [Dissidence de Guanabara] (Rio de Janeiro) et celle de São Paulo occupent la présidence de l’UME (Union métropolitaine des étudiants) et de l’UEE/SP (Union des étudiants de l’État).

  • 6 Extraits du témoignage de Jean Marc von der Weid accordé au Projeto Memória do Movimento Estudantil (...)

14Dans le différend sur le choix de la forme et l’emplacement du Congrès, les dissidents remportent le vote. Et l’influence cubaine est visible : la commission responsable de la préparation décide de tenir un congrès clandestin réunissant près d’un millier d’étudiants. Elle choisit un local qui s’avère être totalement dépourvu d’infrastructures suffisantes pour la réalisation du Congrès. Jean Marc, élu président de l’UNE en 1969, relate ses impressions sur le Congrès : “Il a plu pendant cinq jours, dans un endroit extrêmement inconfortable, qui n’était pas préparé pour recevoir mille personnes, je veux dire, sans aucune infrastructure pour répondre à la demande de tous ces gens. Des gens qui faisaient la queue pendant deux ou trois heures pour pouvoir manger un riz trop cuit et collant avec des haricots noirs pas assez cuits. Un truc vraiment dur ; il n’y avait que la passion révolutionnaire pour accepter de supporter ça. Bien qu’on soit en octobre, il faisait très froid. Il a beaucoup plu, une pluie fine comme la pluie de São Paulo qui transperce les os et il y avait de la boue partout. Nous n’avions où dormir. Ça a été vraiment très dur. J’ai passé cinq jours à discuter avec chaque groupe d’étudiants qui arrivaient par camion. Je rassemblais tout le monde et on discutait, on discutait, discutait et discutait…”6.

  • 7 Pedro Ernesto Fagundes, “Operação Ibiúna”: a repressão contra os estudantes sob o olhar da polícia (...)

15Quand on apprend que les Forces répressives ont repéré le local et qu’elles sont très proches, les discussions entre les deux principaux groupes s’intensifient sans résultat convergent, ce qui facilite l’arrestation de presque mille étudiants, y compris les principaux dirigeants du mouvement. De fait, une grande opération7 conjointe de la police politique est montée pour emprisonner les étudiants. Tous les étudiants arrêtés sont fichés. Le fichier est utilisé pour identifier ceux qui entrent dans la lutte armée et qui, à leur tour, sont arrêtés, torturés et, souvent, tués par la dictature.

16Après Ibiúna, le mouvement étudiant entre dans une période de repli. Malgré l’emprisonnement de nombreux dirigeants, José Dirceu e Vladimir Palmeira inclus, les dirigeants de l’UNE décident de se faire élire lors des Congrès régionaux et Jean Marc (qui a réussi à s’échapper de prison à Ibiúna) est le nouveau président élu. Il est important de noter que, malgré les différences entre les groupes politiques, la représentation de l’organisation a réussi à maintenir son unité.

  • 8 Jacob Gorender, Combate nas trevas, São Paulo, Ática, 2003, p. 162.

17Alors que le mouvement étudiant est relativement démobilisé, l’année 1968 se termine sur un dernier acte, ou plutôt, sur l’Acte Institutionnel Nº 5, imposé par le régime militaire le 13 décembre. Entre autres choses, il suspend l’habeas corpus pour les crimes politiques, interdit la tenue de réunions (de quelque type que ce soit), établit une censure préalable. À partir de là, les revues de gauche sont fermées et de nombreux artistes sont arrêtés et obligés de quitter le pays. De la même manière, des professeurs d’Université sont sanctionnés par une retraite anticipée et beaucoup sont condamnés à l’exil8.

18Ainsi se termine l’année 1968 au Brésil. L’historiographie brésilienne démontre souvent que ce moment est crucial pour la fin de la résistance étudiante sous l´allégation que la majorité des étudiants optent pour la lutte armée, tandis que l´autre partie s’exile, les excluant ainsi des mouvements sociaux de résistance politique pacifique.

19Ce que l’historiographie brésilienne explore peu, c’est qu’en 1968 le paradigme révolutionnaire peut être le principal, guidant diverses actions politiques, mais il n’existe pas une seule influence. Le mouvement étudiant se réorganise à partir de 1969, recherchant une résistance pacifique au sein des universités et des valeurs contre-culturelles, qui commencent à apparaître à partir de 1967 et sont incorporées dans le répertoire de plusieurs courants de la gauche au cours des premières années de la décennie suivante. L’autocritique de la lutte armée et l’incorporation de nouvelles valeurs conduisent le mouvement étudiant à défendre la lutte pour les libertés démocratiques, au moment où les batailles de la mémoire commencent.

Haut de page

Notes

1 La dernière œuvre publiée défendant la singularité du cas brésilien, démontrant une faible implication avec les questions qui ont guidé le 68 global est Rafael Rosa Hagemeyer, Caminhando e cantando: o imaginário do movimento estudantil brasileiro de 1968, São Paulo, Edusp, 2016.

2 Maria Ribeiro Valle,. 1968: o diálogo é a violência: movimento estudantil e ditadura militar no Brasil, Campinas: editora da Unicamp, 2008 (2ª ed)

3 Extraits du témoignage de Vladimir Palmeira accordé au Projeto Memória do Movimento Estudantil (12/09/2005). [Projet de Mémoire du Mouvement Étudiant].

4 Il existe déjà une discussion historiographique vigoureuse sur ce sujet. Voir: Carlos Fico, “Brasil: a transição inconclusa” in Carlos Fico, Maria Paula Araújo, Mônica Grin, (ORGS), Violência na história: memória, trauma e reparação, Rio de Janeiro, Ponteio, 2012, 25-38. Daniel Aarão Reis, Ditadura e democracia no Brasil, Rio de Janeiro, Zahar, 2014.

5 Comme dans d’autres pays, dès le début de la décennie de 1960, le PCB a souffert d’âpres luttes internes. En 1967, au VIe Congrès du Parti, le groupe le plus modéré, dont le dirigeant était le secrétaire du Parti, Luis Carlos Prestes, a obtenu la victoire de ses thèses. Mais les autres groupes plus proches du mouvement révolutionnaire cubain ont contesté, ce qui a provoqué diverses dissidences au sein du parti. Voir: Marcelo Ridenti, Daniel Aarão Reis Filho, (dir.), História do Marxismo no Brasil: partidos e movimentos após os anos 1960, vol 6, Campinas, Unicamp, 2007.

6 Extraits du témoignage de Jean Marc von der Weid accordé au Projeto Memória do Movimento Estudantil (07/10/2004). [Projet de Mémoire du Mouvement Étudiant]

7 Pedro Ernesto Fagundes, “Operação Ibiúna”: a repressão contra os estudantes sob o olhar da polícia política (1968), in Angélica Muller,.1968 em movimento, Rio de Janeiro, FGV, 2018 (sous presse).

8 Jacob Gorender, Combate nas trevas, São Paulo, Ática, 2003, p. 162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angélica Muller, « L’année 1968 au Brésil : résistance politique contre la dictature », IdeAs [En ligne], 11 | Printemps/Été 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideas/2732 ; DOI : 10.4000/ideas.2732

Haut de page

Auteur

Angélica Muller

Professeur de l’Institut d’Histoire de l’Université Fédérale Fluminense. Chercheuse-associée du CHS XXe Siècle/ Paris 1. Boursière CNPq. Professeur invitée à l’Iheal/ Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page