Navigation – Plan du site

Flux et hauts-lieux du tourisme national brésilien

Fluxos e destaques do turismo nacional brasileiro
Flows and highlights of Brazilian domestic tourism
Hervé Théry

Résumés

Le Brésil n’est pas une grande destination touristique internationale, avec seulement 6,5 millions de touristes, mais le tourisme intérieur y est très actif (près de 60 millions de touristes et de 190 millions de voyages) grâce à un marché national de plus de 200 millions d'habitants. Cela a permis de construire un secteur touristique puissant et bien structuré, qui peut être analysé de façon précise grâce à des publications officielles, disponibles en ligne. Elles comportent d’abondantes données chiffrées et dont on peut tirer des cartes qui aident à situer ses points forts et les flux qu’il induit L'analyse de trois des hauts lieux du tourisme au Brésil, les cataractes d'Iguaçu, Paraty et Nossa Senhora Aparecida, permet de montrer la diversité des types de tourisme et des effets différenciés des aménagements et des flux qu'ils induisent.

Haut de page

Texte intégral

1Le Brésil n’est pas une grande destination touristique internationale. Selon l'Organisation mondiale du tourisme1, il n’a reçu en 2017 que 6,6 millions de touristes (3,2% du tourisme mondial, la même année la France, première destination mondiale, en a reçu 86,9 millions, soit 13 % du total mondial) et 60 milliards de dollars de recettes liées au tourisme (1,7% des recettes mondiales, les États-Unis étant en tête avec 210,7 milliards, 64,6 % du total). À l’échelle mondiale il vient donc, comme toute l’Amérique du Sud, bien loin derrière l’Europe, l’Asie et les Caraïbes (figure 1), car le pays souffre de la distance par rapport aux grands foyers émetteurs de touristes, d’une image de violence endémique qui inquiète les visiteurs potentiels et de la concurrence d’autres pays similaires : c’est notamment le cas dans le domaine balnéaire, une plage tropicale au Brésil ressemblant beaucoup à une plage tropicale antillaise ou thaïlandaise. On note toutefois que les pays où la dépense touristique a grandi le plus sont la Chine (+ 31 %, la Russie (+ 28 %) et le Brésil (+ 15 %), ce qui indique que, dans ce domaine aussi, la place des pays dits émergents se renforce.

  • 2 Les premier traitements statistiques et cartographiques des cartes de cet article ont été réalisés (...)

2Le ressort principal de la croissance du tourisme au Brésil n’est donc pas le flux de visiteurs étrangers, mais le marché intérieur, celui des 207 millions de Brésiliens dont le niveau de vie a beaucoup progressé dans les dernières décennies, une clientèle qui lui a permis de construire un secteur touristique déjà puissant et bien structuré. Mal connu hors du Brésil (qui connaît hors de ses frontières les hauts-lieux du tourisme national que sont Gramado ou Camboriú, Aparecida ou Caldas Novas ?), ce secteur peut toutefois être analysé de façon précise grâce à des publications officielles, disponibles en ligne, qui comportent d’abondantes données chiffrées et dont on peut tirer – ce qu’elles ne font pas – des cartes qui aident à situer les flux qu’il induit et ses points forts2.

3Pour mieux le comprendre les spécificités de ce tourisme national brésilien, on a choisi trois lieux fréquentés par les touristes brésiliens en raison respectivement des attraits de leur patrimoine naturel, historique ou religieux. Bien que moins fréquentés que ceux qui attirent les touristes étrangers (Rio de Janeiro, Manaus ou les églises baroques du Minas Gerais), ils sont plus représentatifs du tourisme national. Laissant de côté le tourisme balnéaire banal (semblable à n'importe quelle station méditerranéenne ou caraïbe), on a choisi les chutes d'Iguaçu, à la triple frontière entre le Brésil, l'Argentine et le Paraguay, la ville historique de Paraty, sur la côte sud de l'État de Rio de Janeiro, et le sanctuaire d'Aparecida do Norte, dans l'État de São Paulo.

Figure 1 Le Brésil dans le tourisme mondial

Figure 1 Le Brésil dans le tourisme mondial

Le tourisme intérieur, voyages rêvés et voyages réels

  • 3 Association à but non lucratif, créée en 1973 pour aider le Département d’économie de la Faculté de (...)
  • 4 Fipe, Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas, Caracterização e dimensionamento do turismo domés (...)

4Une étude menée par la Fipe (Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas3) permet de prendre la mesure du tourisme intérieur, de ses caractéristiques sociales et de ses flux principaux. Intitulée Caractérisation et dimensionnement du tourisme intérieur au Brésil – 2010/2011, elle est disponible en ligne4. C’est la cinquième enquête sur le tourisme national, la première ayant été menée en 1998. En 2002, 2006, et 2008 de nouvelles éditions de l'enquête ont été menées avec une progressive expansion de la taille de l'échantillon géographique. Dans cette cinquième édition, l'échantillon a maintenu les 137 communes sélectionnées dans l'enquête de 2008, mais cette fois avec une stratification pour tenir compte des disparités de revenus.

  • 5 Le calcul du nombre moyen de déplacements porte sur les douze derniers mois, il ne prend en compte (...)

5Pour 44 % des ménages de l´échantillon, au moins un de ses habitants a fait un voyage l'année précédente, la proportion de ménages ayant voyagé variant de 35,7 %, dans la strate des plus faibles revenus, à 68,9 % dans la dernière strate. Pour ceux qui ont voyagé5, le nombre moyen de voyages par ménage est estimé à 2,6 déplacements, des résultats là aussi variables selon les revenus. La part des ménages qui ont fait seulement 1 voyage par an est de 56,9 % dans la première strate de revenus contre 31,9 % dans la dernière, alors que pour 11 voyages ou plus elle varie de 1 % à 4 %.

  • 6 Les États formant chaque région apparaissent sur la figure 7.

6Le travail analyse ensuite la relation entre les régions émettrices et réceptrices de touristes. La région Sudeste6 représente 40,8 % des départs et elle est aussi la principale destination des flux de visites à l’intérieur du pays, avec 36,5 % du total de touristes. La région Nordeste compte pour 25,8 % des touristes et 30,0 % des séjours : si l’on calcule le rapport source/cible des touristes le Sudeste, la région la plus riche du pays, apparaît comme un centre d'émission (rapport 1,1) et la région Nordeste, la plus pauvre, comme très réceptrice (0,9). Les régions du Centre-Ouest et du Sud ont un taux équilibré de 1,0, tandis que le Nord amazonien, malgré ses atouts écotouristiques est avec un taux de 1,1 un émetteur net de touristes, intéressés par les plages du Nordeste et les grandes villes du Sudeste.

7Une situation analogue est observée au niveau des États fédérés, dont les plus développés se distinguent aussi comme les plus importants centres de réception et d’émission de touristes. En nombre de touristes 5 États sur 27 – São Paulo, Minas Gerais, Rio de Janeiro, Rio Grande do Sul et Bahia – concentrent plus de 50 % des flux touristiques du pays et près de 50 % des séjours. Si l’on ajoute les États du Paraná, Pernambuco, Santa Catarina et Goiás, on atteint environ 70 % des touristes et des flux.

8En termes de lieux (figures 2 et 3), les deux destinations les plus recherchées se situent dans la région du Nordeste, l´île de Fernando de Noronha et Fortaleza. À côté de ceux-ci, sept autres villes de la région (Salvador, Natal, Recife, Porto Seguro, Ipojuca, Maceió et São Luís) figurent parmi les vingt villes citées comme les plus désirables, cinq dans le Sud (Gramado, Florianópolis, Foz do Iguaçu, Curitiba et Porto Alegre), trois dans le Sudeste (Rio de Janeiro, São Paulo et Aparecida do Norte), deux dans le Centre-Ouest (Bonito et Brasília) et une le Nord (Manaus). En dehors des capitales d’États, ce sont des stations balnéaires (Porto Seguro, Ipojuca), des lieux remarquables par leurs attractions naturelles (le climat – relativement – froid de Gramado, les chutes de Foz do Iguaçu, les eaux cristallines de Bonito) ou culturelles (la basilique de Nossa Senhora Aparecida, la sainte patronne du Brésil).

Figure 2 Lieux rêvés et lieux visités

Figure 2 Lieux rêvés et lieux visités

9Fernando de Noronha, Natal, Gramado, Florianópolis, Manaus, Maceió, Porto Alegre et Bonito sont les destinations les plus attractives pour les ménages aux revenus les plus élevés. On le comprend aisément pour Fernando de Noronha, une île située à 345 km de la côte, à l’accès contingenté pour des raisons écologiques, et donc cher. Il en va de même pour Gramado, station climatique chic, et pour Bonito, où l’écotourisme est lui aussi plutôt positionné en haut de gamme, avec des activités coûteuses de rafting et de plongée.

Figure 3 Lieux rêvés et lieux visités, par classes de revenus

Figure 3 Lieux rêvés et lieux visités, par classes de revenus

10Rio de Janeiro, Salvador, São Paulo, Brasília et Aparecida do Norte suscitent un plus grand intérêt dans les classes à faibles revenus, ce sont de grandes villes où l’on trouve sans trop de difficultés à se loger chez des parents et amis qui y ont migré, tandis que Porto Seguro et la basilique d’Aparecida do Norte sont organisés pour le tourisme de masse.

11Les lieux effectivement visités ne coïncident pas complètement avec ceux dont rêvaient les interviewés de cette enquête, situés pour la plupart dans des régions « exotiques » pour la plus grande partie de la population brésilienne (Amazonie, Sud et surtout Nordeste). Les plus pauvres fréquentent donc surtout leur propre région, plus accessible et où ils peuvent loger chez des parents ou amis : les destinations les plus populaires se situent à proximité du lieu de résidence, et environ 70 % des flux se produisent dans la région de résidence. De ce fait les principales capitales brésiliennes apparaissant aux premières places du classement, notamment les grandes villes côtières où l’attrait de la ville et les commodités de la ville coïncident.

12La demande de ceux qui ont plus de moyens a permis la création de régions touristiques bien équipées à proximité des grandes métropoles, comme Porto Seguro, à Bahia (qui attire aussi des touristes du Sudeste et du Sud), Balneário Camboriú à Santa Catarina pour les clientèles du Sud (et les Argentins), et surtout le littoral nord de São Paulo. L’ouverture de la route côtière Rio-Santos a permis la création d’un chapelet de stations touristiques entre Praia Grande/Santos et la limite de l’État de Rio de Janeiro, comme Ubatuba, qui apparaît sur la carte, et d’autres qui n’y sont pas, comme Bertioga, Maresias, São Sebastião, Ilha Bela et Caraguatatuba.

13Comme on le voit, il reste encore beaucoup à faire pour que les politiques publiques de développement touristique atteignent un de leurs objectifs principaux, l'"intériorisation" du tourisme, le rééquilibrage entre le littoral et les régions intérieures.

Masses et flux du tourisme intérieur

  • 7 Institut brésilien de géographie et statistique, équivalent de l’INSEE et de l’IGN.

14Pour estimer le volume global du tourisme intérieur brésilien, les résultats du travail de la Fipe ont été rapportés par ses auteurs au nombre total de ménages urbains du pays, connu par le recensement réalisé par l’IBGE7 en 2010 (dernières données disponibles). Comme les données de la Fipe présentent l'avantage d’une bonne couverture géographique et des groupes de revenus, on peut en effet extrapoler au pays entier les principales caractéristiques des voyages, régionaux et inter-régionaux, détectées dans l’étude.

15Sur la base de la proportion de ménages ayant voyagé l’année précédente établie par la recherche, on a donc a procédé à leur extrapolation à la population totale. Comme le Brésil compte 49,22 millions de ménages urbains, on peut supposer que dans 21,6 millions d'entre eux, au moins un de ses résidents a fait un ou plusieurs voyages intérieurs en 2011. Comme l'enquête de 2005 avait établi que ce sont en moyenne 2,7 personnes qui participent à ces voyages, le nombre de touristes peut être estimé à 58,9 millions de personnes. Sur la base du nombre moyen de déplacements (de l'ordre de 3,24 fois dans l'année), on arrive donc à un total de 190,8 millions de voyages-passagers.

16On note, par rapport à 2007, une proportion croissante de ménages urbains ayant voyagé, de 38,2% à 44,0 %, soit une augmentation de 15,2 %. Cela signifie une augmentation du nombre de consommateurs de tourisme de 49,7 millions à 58,9 millions, une augmentation du nombre total de voyages effectués de 161,1 à 190,8 millions en 2011, une augmentation de 18,5 %. Cette croissance est causée par deux composantes, la croissance du nombre de ménages (+ 2,9 %) et l'augmentation de la propension à voyager de la population urbaine du pays (+ 15,2 %).

Figure 4 Nombre de touristes nationaux par classes de revenus en 2012

Figure 4 Nombre de touristes nationaux par classes de revenus en 2012

17Au total le tourisme intérieur brésilien représente donc plus de dix fois celui des visiteurs étrangers, voire trente fois plus puisqu’ils font en moyenne un peu plus de trois voyages par an, alors qu’il est rare que les étrangers viennent plusieurs fois dans l’année au Brésil. Leur répartition territoriale et sociale est très inégale, comme celle de la population brésilienne en général, elle concentre dans le Sudeste-Sud la plus grande partie des clients solvables, et notamment la classe moyenne, dont la croissance a été un des changements les plus notables de la société brésilienne lors de la dernière décennie. Ce groupe central, dont les revenus sont situés entre 3 et 10 salaires minimums, est celui dont le pouvoir d’achat a le plus progressé sous les deux mandats des présidents Luís Inácio « Lula » da Silva (2003-2010) et Dilma Rousseff (2011-2016). Cela ouvre évidemment de belles perspectives pour le tourisme national dans le Sud-Sudeste puisque l’achat d’une voiture – et les voyages qu’il permet – est l’un des tout premiers rêves que réalisent ces nouveaux consommateurs.

Figure 5 Flux du tourisme intérieur en 2012

Figure 5 Flux du tourisme intérieur en 2012

18Les flux résultant de ces 191 millions de voyages-passagers, vus globalement (figure 5) se concentrent principalement au long d’un axe parallèle au littoral, puisque 80 % de la population vit à moins de 200 km de celui-ci, avec quelques avancées vers le Centre-Ouest et l’Amazonie. On notera le rôle de pivot tenu par le district fédéral de Brasília, qui joue de plus en plus, outre son rôle de capitale politique, celui de hub pour les transports aériens inter-régionaux.

19Ceux-ci s’organisent pour l’essentiel autour de deux attracteurs, le Nordeste et São Paulo, l’un et l’autre but de touristes venus de tout le pays. Dans le détail, si l’on analyse les flux au départ des huit États principaux (figure 6), on constate une fois encore le poids de São Paulo, principal pôle émetteur – notamment vers le Nordeste – et récepteur pour tous les autres, du Nord au Sud du pays.

Équipement touristiques et typologie régionale du tourisme national

  • 8 Secretaria Nacional de Políticas de Turismo, Ministério do Turismo, Anuário Estatístico de Turismo (...)

20Une autre approche du tourisme national consiste à examiner les équipements et professions qui le sous-tendent et le rendent possible. Une publication officielle le permet, puisque la Secretaria Nacional de Políticas de Turismo du Ministério do Turismo, publie annuellement un Anuário Estatístico de Turismo8 qui permet de connaître, par État de la fédération, les équipements et prestataires de services touristiques disponibles, ou du moins enregistrés au ministère du Tourisme. Il compile des données sur le nombre d'établissements et de prestataires de services touristiques : agences de voyages, hébergement (hôtels, appartements, appart-hôtels), parcs à thème, transporteurs touristiques, organisateurs d'événements (congrès, conventions et autres), organisateurs de foires commerciales, d'expositions et autres, fournisseurs des services spécialisés pour l'organisation d'événements, diplômés en tourisme et guides touristiques. Le dernier volume disponible porte sur les années 2015 et 2016.

21Cela ne rend compte que d’une partie de l’activité puisque l’étude de la Fipe indique que, pour les voyageurs de son échantillon, le principal moyen d'hébergement reste l'accueil dans la famille ou par des amis, et que plus de 90 % des touristes n’ont pas utilisé d’agence pour organiser leur voyage. Cet inventaire, traduit en cartes montre une fois de plus la concentration des moyens dans le Sud-Sudeste, dimensionnés pour servir à la fois les touristes régionaux, qui se déplacent sur de courtes distances, et ceux qui viennent des autres régions. Ici encore São Paulo se singularise, suivi par Brasília, d’où se gèrent les déplacements des dignitaires et fonctionnaires brésiliens et internationaux travaillant dans la capitale, ainsi que ceux des parlementaires qui se rendent fréquemment dans leurs circonscriptions. D’autres professionnels encore sont également au service des touristes étrangers et se concentrent autour des sites qu’ils visitent le plus, par exemple les hôtels et guides, particulièrement nombreux à Rio de Janeiro, la destination et la porte d’entrée principales au Brésil pour les touristes venus d’autres pays.

Figure 6 Opérateurs de tourisme

Figure 6 Opérateurs de tourisme

22Il commence toutefois à apparaître des alternatives au tourisme balnéaire et hôtelier, bien que celui-ci reste dominant. On peut citer par exemple le tourisme culturel autour du patrimoine historique des villes de l’or du Minas Gerais, comme Ouro Preto, ou les anciennes fazendas (plantations) de café de la vallée du Paraíba do Sul. De même, le tourisme rural se développe dans les petites exploitations agricoles du Sud, tenues par les descendants des colons européens, principalement allemands ou italiens, arrivés à la fin du XIXe siècle. Et l’écotourisme est pratiqué non seulement en Amazonie, dans le Pantanal, l’immense zone humide du Mato Grosso qui attire les amateurs d’animaux, ou dans les restes de la Mata Atlântica, la forêt dense qui couvrait jadis le littoral : il en reste peu – à l’échelle brésilienne – mais elle a l’avantage d’être proche des grandes métropoles.

Photo 1 Types de tourisme

Photo 1 Types de tourisme

Tourisme balnéaire à Guarujá (São Paulo), Ouro Preto (Minas Gerais), tourisme rural dans l’État de Santa Catarina, écotourisme à Ilha Bela (São Paulo)

©Hervé Théry 2005-2007

23Pour résumer la diversité de ses configurations, on peut tenter une typologie du tourisme intérieur brésilien en traitant de façon synthétique les données disponibles à l’échelle des États de la fédération, après avoir choisi les plus discriminantes et les plus pertinentes pour le sujet traité.

Figure 7 Une typologie du tourisme intérieur dans les États brésiliens

Figure 7 Une typologie du tourisme intérieur dans les États brésiliens

24En soumettant ces données à une classification ascendante hiérarchique (CAH) on associe entre eux les États aux profils semblables, et l’on forme ainsi des groupes dont on peut analyser les parentés (figure 7) : pour chacun de ces groupes le graphique situé sous la carte indique si les États qui le composent sont au-dessus (barres vers la droite) ou en-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble national, la longueur des barres exprimant l’ampleur de cet écart à la moyenne.

25Dans ce cas, le groupe 1 est en-dessous de la moyenne pour tous les indicateurs choisis, ce sont ceux – les plus nombreux – où le tourisme est faible, que ce soit en nombre de touristes, de voyages, de montant des dépenses ou pour les ratios qui peuvent être construits sur ces bases. Ces indicateurs sont au contraire très au-dessus de la moyenne pour le groupe 2, qui se réduit au seul État de São Paulo, exceptionnel à tout point de vue. Le groupe 3 le suit en mode mineur, les indicateurs sont presque tous légèrement au-dessus de la moyenne, il rassemble presque tous les autres États du Sud et du Sudeste, plus le Goiás, qui leur ressemble beaucoup.

26Le groupe 4 se distingue par le fait que le tourisme y est handicapé car les voyages y coutent cher, en raison de la distance, soit qu’on ne puisse pratiquement en sortir qu’en avion, comme les États amazoniens les plus périphériques, Acre et Amapá, soit parce que l’avion y est le mode principal de déplacement d’une population aisée et habituée à voyager loin, comme le district fédéral de Brasília. Les habitants groupe 5 en revanche ont l’avantage de vivre dans des États recherchés par le tourisme, et donc d’avoir sur place ce que d’autres font de longs voyages pour connaître.

27Autant de situations qui pointent pour les acteurs du tourisme intérieur les atouts à exploiter et les obstacles à vaincre pour valoriser le formidable potentiel que lui donnent la nature, l’histoire et les caractéristiques de la société brésilienne.

28Pour les présenter nous avons choisi trois lieux très fréquentés par les touristes brésiliens, les chutes d'Iguaçu, à la triple frontière entre le Brésil, l'Argentine et le Paraguay, la ville historique de Paraty, sur la côte de l'État de Rio de Janeiro, et le sanctuaire d'Aparecida do Norte, dans l'État de São Paulo.

Les chutes d’Iguaçu

29Les chutes d'Iguaçu, situées près de Foz do Iguaçu (Paraná) et de la triple frontière Brésil-Argentine-Paraguay, ont été choisies par la Fondation New 7 Wonders comme l'une des sept merveilles naturelles du monde, après une campagne organisée avec plus de 100 millions de votes.

Figure 8 Localisation des chutes d'Iguaçu

Figure 8 Localisation des chutes d'Iguaçu

Source: Google maps

30Situées à la triple frontières entre le Brésil, l'Argentine et le Paraguay, les chutes sont formées par l'Iguaçu (« la grande eau » en Tupi-guarani) quand il se précipite, 21 km avant de rejoindre le Paraná, dans un étroit canyon creusé dans les roches basaltiques : alors qu'il a 1 200 mètres de large au-dessus des chutes, au-dessous de celles-ci il n'en a plus que 65.

31Son débit moyen est d'environ 1 500 m3 par seconde (de 500 m3/s en étiage à 8 500 m3/s aux hautes eaux, entre octobre et mars). C'est le deuxième débit annuel moyen de chutes d'eau dans le monde, après les chutes du Niagara, 1 746 m³/s mais le front des chutes y est bien plus large : en voyant les chutes d'Iguaçu, l'ancienne première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt se serait – dit-on au Brésil – exclamée « Mon pauvre Niagara ! ».

Photo 2 Les chutes en vue aérienne

Photo 2 Les chutes en vue aérienne

©Hervé Théry 2001

32En fonction du débit de la rivière, le nombre de cascades varie. On compte 19 chutes principales, cinq du côté brésilien et 14 du côté argentin. La gorge du Diable a 82 mètres de haut, 150 mètres de large et 700 mètres de long, c'est la plus impressionnante de toutes les chutes, elle reçoit de l'eau de trois côtés.

Photo 3 Les chutes côté brésilien et la passerelle d'accès des touristes

Photo 3 Les chutes côté brésilien et la passerelle d'accès des touristes

©Hervé Théry 2015

Photo La passerelle du Paseo Garganta del Diablo

©Hervé Théry 2015

33Du côté brésilien, un cheminement a été aménagé le long du canyon sur une longueur de 1 200 m, depuis le sommet du plateau jusqu'à la base de la gorge du Diable, offrant différents points de vue sur plusieurs chutes, si proches qu'il est habituel que les touristes portent des ponchos imperméables jetables, vendus sur place.

Photo 5 Passerelle et point de vue du côté brésilien

Photo 5 Passerelle et point de vue du côté brésilien

©Hervé Théry 2015

34Les chutes sont la principale attraction de Foz de Iguaçu, la ville la plus peuplée de la frontière du Brésil (256 088 habitants au recensement de 2010 de l'IBGE). La ville possède l'un des six plus grands parcs hôteliers du Brésil, plus de 23 000 lits. C'est la deuxième destination des touristes étrangers en visite au Brésil, la région reçoit chaque année plus de 5 millions de touristes, en ajoutant ceux qui visitent les chutes, côté Brésil et côté Argentine (2,5 millions), ceux qui visitent le barrage d'Itaipu (la plus grande centrale hydroélectrique dans le monde par la production totale d'électricité, à 12 kilomètres de la ville, 500 000 visiteurs), et ceux qui vont faire des achats à Ciudad del Este, au Paraguay (300 000 visiteurs). Avec plus de 24 vols réguliers quotidiens, l'aéroport international de Foz do Iguaçu a été au cours des dernières années l'un des plus dynamiques au Brésil, il a connu près de 2,1 millions d'embarquements et débarquements de passagers en 2011.

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique

35La ville de Paraty, dans l'État de Rio de Janeiro, est l'un des sites touristiques les plus fréquentés du Brésil, c’est aujourd'hui l’une des vingt premières destinations du pays et l’une des cinq premières pour les visiteurs français et anglais. Le tourisme ne s’y est pourtant développé que depuis une cinquantaine d’années, les principaux facteurs de sa croissance récente étant son exceptionnelle localisation et les nouvelles routes qui ont permis la redécouverte et la valorisation de son patrimoine historique, bien préservé par une longue période d’isolement.

Figure 9 Localisation de Paraty

Figure 9 Localisation de Paraty

Source: VistaDivina http://www.vistadivina.com/​downloads/​rssp3.php et GoogleMaps

Figure 10 Les voies d’accès à Paraty

Figure 10 Les voies d’accès à Paraty

Source: http://www.paraty.com.br/​roteiros.asp

36Paraty est située entre les deux principales métropoles urbaines du Brésil, à 248 km de Rio de Janeiro et 330 km de São Paulo, ce qui est évidemment un atout majeur puisque la première compte plus de 12 millions d’habitants et la seconde plus de 20 millions, parmi lesquels la plus grande concentration de familles à haut niveau de revenu du pays. La petite commune – elle a une superficie de 925 km² et une population estimée à 37 533 habitants (IBGE, 2010) – peut donc compter sur un immense bassin de clientèle solvable, auquel elle est en outre bien raccordée par la route littorale et (plus en retrait, dans la vallée du Paraíba), par les autoroutes qui relient les deux métropoles entre elles et d´où plusieurs perpendiculaires permettent de descendre la Serra do Mar et de rejoindre la côte (figure 10).

37La date de fondation de la ville est mal établie. Selon certains existait déjà en 1540/1560 une bourgade consacrée à San Roque. En tout cas en 1660, la situation était assez florissante pour que ses habitants demandent leur séparation d’Angra dos Reis et leur élévation au rang de Vila, obtenue en 1667 sous le nom de Villa de Nossa Senhora dos Remédios de Paraty.

38Paraty était alors devenu un poste de traite prospère en raison de sa position stratégique au fond de la baie d'Ilha Grande, c'est là qu'aboutissait le chemin intérieur qui atteignait le Minas Gerais (les « mines générales »), où d’énormes gisements d’or ont été découverts à la fin du XVIIe siècle et grâce à ce chemin son port était alors devenu le deuxième du pays. En 1703, la Lettre Royale du 9 mai ordonna d'installer à Paraty une Casa de Quintar (littéralement une maison où prélever le 5e de l’or pour la Couronne) afin de contrôler le flux d'or des mines vers Rio de Janeiro et celui des hommes et des marchandises en sens contraire.

39Malheureusement pour Paraty, dès 1710-1711 fut entreprise l'ouverture d'un autre chemin allant tout droit de Rio de Janeiro au Minas, réduisant le temps de trajet de moitié. Avec la chute du trafic de l'or, Paraty se tourna vers la production de cachaça (la version brésilienne du rhum), utilisée comme monnaie de troc contre des esclaves africains.

40En 1850 l'Empereur Dom Pedro II passa, sous la pression des abolitionnistes brésiliens et surtout de la Grande Bretagne, une loi interdisant la traite des esclaves, mais celle-ci se poursuivit sous forme de contrebande, qui passait par Paraty car aux environs les négriers trouvaient de multiples anses moins contrôlées que le port de Rio de Janeiro et des îles où faire reposer, sous bonne garde, les esclaves éprouvés par la traversée de l’Atlantique. Le port était en outre en plein essor grâce au boom du café mais en 1864 le chemin de fer atteignit la vallée du Paraíba et toute la vallée commença à l’utiliser pour écouler sa production, provoquant la décadence définitive de Paraty et de l'ancien chemin de l'or. Le coup de grâce fut l'abolition de l’esclavage, en 1888, il provoqua un tel exode que, alors que la ville comptait 16 000 habitants en 1851, il ne restait plus à la fin du XIXe siècle, selon un voyageur de l’époque, que « 600 vieillards, des femmes et des enfants ».

41Paraty resta alors pratiquement isolée pendant des décennies, ce qui a préservé la ville dans l’état où elle était du temps de sa splendeur, à la fin du cycle du café du XIXe siècle. La photo 8 montre qu’au milieu du XXe siècle la ville avait à peu près la même étendue et le même aspect que vers la fin de l’Empire.

Photo 6 Photo aérienne de Paraty en 1945

Photo 6 Photo aérienne de Paraty en 1945

Source : Cotrim 2012

42La ville et son patrimoine ont été redécouverts en 1954, avec la réouverture de la route Paraty-Cunha, la reliant à l'État de São Paulo et la construction de la route Rio-Santos (BR-101) en 1973, la reliant par le littoral aux deux métropoles. D’abord « découverte » par des intellectuels et des artistes qui y trouvèrent de belles maisons à très bas prix, la ville devint progressivement une destination courue grâce à son patrimoine historique, mais surtout à ses paysages, à ses 65 îles, 11 cascades et près de 120 plages, ce qui lui a permis de combiner tourisme culturel, écologique et balnéaire.

43Paraty a été décrétée patrimoine d'État en 1945, inscrite à l’inventaire de l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional en 1958 et classée « monument national » en 1966. Elle compte officiellement 88 attractions culturelles, dont 20 bâtiments, 23 institutions culturelles et plus de 30 événements inscrits à son calendrier, dont le Festival da Pinga (de la « goutte », la cachaça) et le Festival littéraire international de Paraty (FLIP) qui attire tous les ans des écrivains du monde entier, dont les plus médiatiques.

Photo 7 Rues du centre historique de Paraty

Photo 7 Rues du centre historique de Paraty

©Hervé Théry 2014

44Outre le cadre naturel offert à la ville par le versant de la Serra do Mar couvert de forêts, l’attrait de la ville tient à son ensemble unique de maisons et bâtiments construits du temps du cycle de l’or sous la conduite d’ingénieurs militaires. Un autre charme de la ville réside dans ses rues pavées de galets bruts, un pavage aussi agréable à l’œil qu’il est désagréable aux chevilles des visiteurs, et plus encore des visiteuses juchées sur des talons hauts. Du moins ces galets sont-ils propres, les rues étant nettoyées deux fois par jour par la marée haute grâce à un système de portes ouvertes dans les quais du port.

Photo 8 Tourismes

Photo 8 Tourismes

©Hervé Théry 2014

45Le site www.destinoparaty.com.br recensait récemment (il est actuellement hors service, dans l’attente de l’appui du bureau du Tourisme de Paraty) 276 lieux d’hébergement, 195 établissements de restauration, quatre agences de locations saisonnières, 32 guides touristiques et cinq entreprises de location de transport. S’y ajoutent des centaines de bateaux disponibles pour parcourir la baie et les îles, rejoindre des plages inaccessibles par voie terrestre.

Photo 9 Gastronomie

Photo 9 Gastronomie

©Hervé Théry 2014

46Les restaurants de Paraty ont eux aussi diversifié leur offre et certains ont commencé à inscrire à leurs menus des plats sortant nettement de l’ordinaire brésilien, comme celui qui reconstitue le paysage de la ville dans un dessert (photo 11) : les montagnes, la mer, la plage et les bateaux, respectivement en glace, crème de cassis, chapelure de biscuit, biscuit et zestes d’orange et de citron.

47La cachaça qui servait jadis de monnaie d’échange pour acquérir des esclaves est aujourd’hui devenue une ressource touristique, elle est le fonds de commerce de nombre de magasins de la ville et ses distillateurs se sont organisés pour que la spécificité de leur produit soit reconnue. Cet effort de diversification et de montée en gamme du tourisme de Paraty apparaît aussi clairement dans l’aspect des magasins et services destinés aux touristes, qui présentent année après année des vitrines et des marchandises de plus en plus sophistiquées (photo 12). On passe progressivement des « boutiques à touristes » empilant des gadgets fabriqués en Chine à des galeries d’art exposant quelques beaux objets bien choisis, des magasins de tee-shirts bariolés à des boutiques de mode. On trouve même désormais une librairie bien fournie en livres d’art ou portant sur l’histoire régionale.

Photo10 Enseignes chic

Photo10 Enseignes chic

©Hervé Théry 2014

48Dans cette mise en tourisme du patrimoine historique de la ville il y a même une – petite – place pour les vaincus de cette histoire déjà longue de plus de quatre siècles. Les indiens d’une réserve voisine, héritiers lointains des premiers occupants de cette terre, y vendent leur artisanat dans la rue, et un jeune homme entreprenant s’est trouvé un gagne-pain en posant, en haillons et fers aux poignets, pour rappeler le sort des esclaves qui sont passés jadis par ce port. Et les touristes de poser à ses côtés sans percevoir apparemment l’ironie de ce retour d’une histoire tragique sous forme ludique et commerciale.

Photo 11 Exploitation des héritages

Photo 11 Exploitation des héritages

©Hervé Théry 2014

Nossa Senhora Aparecida, un grand sanctuaire brésilien

49Le sanctuaire d'Aparecida reçoit chaque année entre 11 et 12 millions de visiteurs, c'est le monument le plus fréquenté au Brésil et, bien que peu connu en dehors du pays, l'un des plus visités au monde. Situé dans la vallée de Paraíba do Sul, entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) il a vu passer entre 155 000 et 200 000 personnes le 12 octobre 2017, jour de la fête de Nossa Senhora Aparecida, Sainte Patronne du Brésil (G1, 2017). Ce jour a été le point culminant d'une année de jubilé marquant les 300 ans de l'« apparition » (d'où son appellation d'« Aparecida ») de la statue de la Vierge retirée en 1717 des eaux du Paraíba do Sul.

50Les miracles attribués la statuette ont conduit à la construction d'une chapelle, en 1745, autour de laquelle sont installés de nombreux fidèles et les premiers habitants de la ville, qui compte aujourd'hui près de 40 000 habitants. Le nombre croissant des visiteurs a incité à la construction d'une première église, en 1888, à son tour remplacée par la nouvelle basilique, construite entre 1955 et 1980, qui est maintenant au centre d'un grand centre d'accueil pour les pèlerins, l'activité principale de la ville.

Un des grands sanctuaires mondiaux

  • 9 Insider Monkey, 15 Biggest Churches in The World -

51La basilique est l'une des plus grandes églises au monde, selon deux sources convergentes2. D'après celles-ci (qui lui attribuent une surface de 12 000 m2 alors qu'elle en compte en réalité bien plus) ce serait la deuxième après Saint Pierre de Rome (15 160 m2), devant la cathédrale de Milan (11 700m2) et celle de Séville (11 520 m2)9. Il est à noter que la basilique brésilienne a été construite entre 1955 et 1980, bien plus récemment et plus vite que les trois autres, bâties respectivement entre 1506 et 1626, 1386 et 1965 et 1401 et 1528.

Photo 12 La basilique Nossa Senhora Aparecida

Photo 12 La basilique Nossa Senhora Aparecida

Au premier plan la Passerelle de la Foi.

©Hervé Théry 2010

52Le Sanctuaire a accueilli 11,7 millions de pèlerins en 2016 (G1 2016), un peu moins qu'en 2015, où 12,1 millions de visites ont été enregistrées. Le plus grand nombre en une seule année a été enregistré en 2014, avec un peu plus de 12,2 millions de pèlerins. Ces chiffres le situeraient parmi les monuments et les villes les plus visités au monde, s'il y figurait, car il semble avoir échappé à l'attention des faiseurs de listes, probablement parce qu'il est très peu fréquenté par des étrangers. Si c'était le cas, le sanctuaire cas se situerait entre Disneyland et le Sacré Cœur, et la ville d'Aparecida entre New York et Istanbul.

53Son site officiel10 précise les proportions gigantesques du sanctuaire, confirmant l'impression faite, lors de la visite, même sur les plus mécréants des visiteurs. Afin d'accueillir près de 12 millions de pèlerins par an, le sanctuaire national offre une superficie de plus de 1,3 millions de mètres carrés, avec près de 143 000 mètres carrés de superficie construite. La surface totale de la basilique représente près de 72 000 m2 : cela lui permet d'accueillir 45 000 personnes, 70 000 en ouvrant des zones périphériques et 300 000 personnes pour les célébrations en plein air.

54C'est à l'intérieur de la basilique, au rez-de-chaussée, que se trouve la niche contenant la statue de Nossa Senhora Aparecida, de petite taille (36 cm), exposée dans un retable de 37 mètres de hauteur. En dépit de la grandeur du sanctuaire, son cœur est donc une modeste figure d'argile qui, même entourée de métaux et de tissus précieux, touche le cœur des pèlerins qui la perçoivent comme proche d'eux.

55Ce qui frappe le plus qui visite le sanctuaire un jour de grande affluence – ils les sont presque tous – est en effet la ferveur des pèlerins venus prier, allumer un cierge, demander une grâce ou remercier de l'avoir reçue. Ces derniers finissent souvent le parcours à genoux, en signe d'humilité, et portent des vêtements évoquant ceux de la statue (photo 15).

Photo13 La ferveur des pèlerins

Photo13 La ferveur des pèlerins

La salle des cierges est l'un de lieux les plus fréquentés du sanctuaire

Photos Carlos Santos et Camilla Motta G1

56Les fidèles déposent dans la Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, des ex-votos, (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d'une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l'issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l'intercession de Nossa Senhora Aparecida. Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu'il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d'objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l'eau « à bénir ou à boire » (photo 16).

Photo 14 Commerces et ex-votos

Photo 14 Commerces et ex-votos

©Hervé Théry 2010

Une logistique capable d'accueillir des millions de pèlerins

57Bien loin de ses modestes origines, le sanctuaire national est devenu un « complexe touristique religieux » qui « traite » des millions de pèlerins chaque année. Il possède la plus grande aire de stationnement d'Amérique latin (285 000 m²), qui peut accueillir plus de 6 000 véhicules (2 000 bus, 3 000 voitures, 600 motos, 500 camping-cars et caravanes, ainsi qu'un héliport et une écurie pour les chevaux des pèlerins. Le « centre de support du pèlerin » compte 380 magasins, dont de nombreux établissements de restauration (restaurants, bars, fast food), des fontaines d'eau potable et près de 900 toilettes (dont 55 adaptées aux personnes handicapées). Toute cette structure est entretenue par 2 000 employés, en plus des centaines de bénévoles qui reçoivent des pèlerins et contribuent à soutenir sept projets sociaux qui profitent à la communauté.

Photo 15 Accueillir des foules

Photo 15 Accueillir des foules

Au second plan sur l'image du haut (et au premier plan sur celle du bas) les parkings et le centre de support du pèlerin

Photo André Rosa/TV Vanguarda

La ville

58La commune d'Aparecida est classée « stations touristiques » par l'État de São Paulo et de fait le tourisme, centré sur la basilique, est son activité principale. La population de la commune est de 36 279 habitants en 2017, mais pendant les fêtes religieuses, comme la Semaine Sainte, elle augmente considérablement, atteignant 140 000 habitants. Dans le produit intérieur brut (PIB) d'Aparecida, la part principale est la prestation de services. La municipalité compte 147 hôtels (totalisant 33 000 lits, soit pratiquement un par habitant de la commune), ainsi que des centaines d'établissements spécialisés dans l'alimentation, des magasins d'articles religieux, d'artisanat et de vêtements, et plus de 2 000 stands de vente ambulante. L'artisanat est l'une des activités les plus développées, notamment la broderie, le travail du bois et celui des matériaux recyclés, sa production vise en grande partie à répondre à la demande créée par le flux touristique.

Photo 16 Le sanctuaire dans la ville

Photo 16 Le sanctuaire dans la ville

Vue d'Aparecida depuis le morne du Cruzeiro avec la basilique au centre

Source : https://pt.wikipedia.org/​wiki/​Aparecida_(S%C3%A3o_Paulo)

59Le sanctuaire d'Aparecida est donc – de loin – le plus grand du pays, mais pas le seul, car le tourisme religieux y met en mouvement des millions de personnes vers plusieurs autres sanctuaires. Il existe des dizaines de destinations touristiques religieuses, le ministère du Tourisme estime officiellement que 15 millions de personnes pratiquent ce type de tourisme. Avec Aparecida, trois autres pèlerinages totalisent déjà près de 20 millions de pèlerins/an et si l'on inclut le nombre de visiteurs d'autres lieux importants du tourisme religieux brésilien, ce total dépasse 29,5 millions.

  • 11 Sondage réalisé entre le 27 et le 28 septembre 2017 auprès de 2 772 personnes de 194 communes

60Il semble donc que, tout comme pour le tourisme, où la faiblesse relative du nombre des étrangers est plus que compensée par un puissant secteur national, les flux intérieurs du tourisme religieux, lui aussi essentiellement national, soient largement sous-estimés. On peut toutefois avoir quelque inquiétude pour l'avenir, dans un pays où le catholicisme est en net recul, bien que la Brésil soit toujours, numériquement, le premier pays catholique du monde. Comme le soulignait un récent éditorial (19/10/2017) de la Folha de S. Paulo, un des plus influents quotidiens brésiliens, sobrement intitulé « Aparecida », une enquête menée par l'institut Datafolha11 montre que seulement 38 % des Brésiliens vénèrent aujourd'hui les figures sacrées du catholicisme, contre 49 % il y a dix ans. Les catholiques ne représentent plus que 52 % de la population brésilienne, en recul rapide alors que s'accroît la part ceux qui se déclarent sans religion (8 %) et celle des evangélicos (protestants pentecôtistes, 32 %) – qui ne reconnaissent pas les saints – alors qu'en 1940 elle n'était que 2,6 %.

  • 12 En 2007 elle avait la même popularité (18%)

61Toutefois, parmi ceux qui vénèrent encore les saints, la patronne du Brésil est de loin la préférée, elle est citée spontanément par 19 % des interviewés12, et l'avenir n'est donc pas trop préoccupant pour Nossa Senhora Aparecida, et donc pour son sanctuaire. On se fera donc pas trop de souci pour lui, ni pour les autres hauts-lieux du tourisme national brésilien.

Conclusion

62Comme le chiffre d'affaires du secteur provient pour l’essentiel du tourisme intérieur, cette activité est moins tributaire du tourisme international que d’autres pays, et de ce fait il a moins souffert de la dépression économique mondiale commencée en 2008 avec la crise des subprimes. Celle-ci, et la mauvaise image du Brésil prédominante ces dernières années dans les médias internationaux avec l’épidémie de Zika, la situation politique très troublée et surtout la violence endémique dans le pays (plus de 50 000 homicides par an) ont bien plus affecté ce tourisme externe que le tourisme interne. Cette image négative n'a toutefois pas trop compromis la venue d'étrangers pour la Coupe du Monde de football de 2014 et les Jeux Olympiques de Rio en 2016, où malgré quelques incidents mineurs le Brésil a réussi son pari d'organiser coup sur coup deux évènements planétaires (mais pas de remporter la Coupe…). Et surtout elle ne pèse pas sur le tourisme national, les Brésiliens ne partageant pas forcément la vision de leur pays qui circule à l´étranger, étant habitués et/ou résignés à ses défauts, et surtout n'ayant pas la possibilité d'aller en vacances à l'étranger. C'est donc l'évolution de la situation intérieure qui pèse le plus sur l'évolution récente du secteur,

63Les données utilisées pour produire les cartes sont tirées d'une étude de 2011-2012, non renouvelées depuis, on ne peut que tenter d'évaluer les facteurs positifs et négatifs qui pèsent sur cette évolution.

64Du côté positif, sans nul doute, l’essor d’un tourisme populaire sous les présidences de Luíz Inácio "Lula" da Silva (2003-2010) et de Dilma Rousseff (2011-2016). Le pouvoir d'achat du salaire minimum ayant doublé, la masse de la population pauvre – encore majoritaire dans le pays – a pu commencer à prendre des vacances, à voyager en avion, ce qui explique qu'en 2011 le nombre de voyageurs qui ont emprunté de ce moyen de transport ait été supérieur à ceux qui ont pris des bus interurbains. Ce tourisme populaire est marqué par des pratiques souvent très éloignées de ceux des couches moyennes habituées à voyager et ici ou là, la confrontation de ces deux catégories a suscité incompréhensions et tensions. Toute proportion gardée, le phénomène n'est pas sans rappeler l'époque du Front populaire en France et l’hostilité manifestée par la bourgeoisie à l’égard des « congés payés » qui investissaient les lieux touristiques.

65Du côté négatif on doit prendre en compte la crise économique qui a fini par atteindre le Brésil en 2014-2015, en partie en raison du ralentissement de la demande chinoise en minerais et produits agricoles, elle-même liée la crise mondiale qui a fait baisser la demande adressée à la Chine par les pays d'Europe et d'Amérique du Nord. Une récession brutale s'est combinée avec une crise politique qui a mené à la destitution de Dilma Rousseff, remplacée par son vice-président, englué dans des scandales de corruption, qui termine en 2018 son mandat avec des records d'impopularité. Le niveau de chômage encore élevé, bien que la crise économique se soit sensiblement atténuée, et la totale incertitude sur les résultats des élections d'octobre-novembre 2018, ne sont évidemment pas de nature à favoriser l'essor du tourisme mais pas non plus susceptibles de l'affecter durablement si, comme on peut l'espérer, la situation s'améliore une fois cette échéance passée.

Haut de page

Bibliographie

Beringuier, Philippe et Saadi, Allaoua « Quels paysages dans les images produites autour de l’itinéraire touristique Estrada Real (Minas Gerais, Brésil) ? », Confins 9 | 2010, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/confins/6428 ; DOI : 10.4000/confins.6428

Brazidec, N., 2014, Le, « Une approche géographique du tourisme intérieur dans un pays émergent : l’exemple du Brésil », Confins 10 | 2010, URL : http://confins.revues.org/6714

Camargo Maia, Theresa Regina de; Maia, Tom. Do Rio a Santos: Velho Litoral. São Paulo: Cia Editora Nacional, 1976.

Cotrim, Cássio Ramiro Mohallem, Villa de Paraty, Rio de Janeiro, Capivara, 2012.

Cruz, Rita de Cássia Ariza da (2000). Política de turismo e território (3a ed.). São Paulo: Contexto

Cruz, Rita de Cássia Ariza da (2003). Introdução a Geografia do turismo. São Paulo: Rocca.

Cruz, Rita de Cássia Ariza da (2005). Políticas públicas de turismo no Brasil: território usado, território negligenciado. Geosul, 20 (40), 27-43.

Cruz, Rita de Cássia Ariza da (2007). Geografias do turismo. De lugares a pseudo-lugares. São Paulo: Roca.

Cruz, Rita de Cássia Ariza da, Sansolo, D. G. (2003). Plano Nacional de Turismo: uma análise crítica. Caderno Virtual de Turismo, 3 (4), 1-6.

Editorial Folha, « Aparecida », http://www1.folha.uol.com.br/opiniao/2017/10/1926958-aparecida.shtml

FIPE, 2012, Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas, Caracterização e dimensionamento do turismo doméstico no Brasil – 2010/2011. Relatório executivo, São Paulo setembro/2012. http://www.dadosefatos.turismo.gov.br/dadosefatos/demanda_turistica/domestica

G1 « Vale do Paraíba e Região, « Santuário de Aparecida recebe 11,7 milhões de romeiros em 2016 », http://g1.globo.com/sp/vale-do-paraiba-regiao/noticia/2017/02/santuario-de-aparecida-recebe-117-milhoes-de-romeiros-em-2016.html

Leloup Yves, "Le tourisme au Brésil", Cahiers d'outre-mer. N° 164 - 41e année, Octobre-décembre 1988. pp. 331-356, DOI : https://doi.org/10.3406/caoum.1988.3277, www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1988_num_41_164_3277

Marulo, A.; Oliveira, E.; Batista, J. (2016), "Turismo, geografia e a obra de Rita de Cássia Ariza da Cruz". Revista de Turismo Contemporâneo, v. 4, 15 abr. 2016.

Nossa Senhora Aparecida, Site oficial http://www.a12.com/santuario

Palhares, Guilherme Lohmann (2012). Tourism in Brazil: Environment, Management and Segments, Routledge, ISBN 978-0-415-67432-4

Parati Patrimônio Cultural da Humanidade, http://ecoviagem.uol.com.br/brasil/rio-de-janeiro/parati/

Paulo, Carla Moura de et de Mello-Théry, Neli Aparecida, « Políticas públicas e experiências locais de turismo de paisagens : o exemplo do Pantanal », Via [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/610 ; DOI : 10.4000/viatourism.610 (traductions en anglais et espagnol)

Portuguez, Anderson Pereira et Alves, Vanda Aparecida da Silva , « O crescimento da classe média interiorana do brasil e seus impactos sobre o turismo interno », Via [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/592 ; DOI : 10.4000/viatourism.592 (traductions en anglais et espagnol)

Rodrigues, Adyr Apparecida Balastreri (1996), “Natureza e Método de Análise do Espaco do Turismo”. In: Maria Adélia Aparecida de Souza. (Org.). O mundo do cidadão. um cidadão do mundo. 1a ed. São Paulo: Hucitec, 1996, p. 318-330.

Rodrigues, Adyr Apparecida Balastreri (1996), Turismo e Geografia - Reflexões Teórica e Enfoques Regionais. 1. ed. São Paulo: Hucitec. 274 p.

Secretaria Nacional de Políticas de Turismo, Ministério do Turismo, 2013, Anuário Estatístico de Turismo, http://www.dadosefatos.turismo.gov.br/dadosefatos/anuario/index.html

Silveira, Marcos A.T. da et Rodrigues Adyr Apparecida Balastreri, « Urbanização turística no Brasil: um foco em Florianópolis – Santa Catarina », Via [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/630 ; DOI : 10.4000/viatourism.630 (traductions en français et anglais)

Site officiel du tourisme municipal de Paraty, http://www.paraty.tur.br/como_escreve.php

Théry, Hervé, « Lieux et flux du tourisme intérieur brésilien », Via [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/567 ; DOI : 10.4000/viatourism.567

Tricentenário de Paraty: notícias históricas de J. S. A. Pizarro e Araújo. Rio de Janeiro: SPHAN, 1960.

Haut de page

Notes

1 UNWTOTourism Highlights, 2018 Edition, https://www.e-unwto.org/doi/pdf/10.18111/9789284419876

2 Les premier traitements statistiques et cartographiques des cartes de cet article ont été réalisés en utilisant les logiciels Cartes et Données (Articque, http://www.articque.com) et Philcarto (http://philcarto.free.fr/), consultés le 24/09/2018.

3 Association à but non lucratif, créée en 1973 pour aider le Département d’économie de la Faculté des sciences économiques, administration et comptabilité de l'Université de São Paulo (USP-FEA)

4 Fipe, Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas, Caracterização e dimensionamento do turismo doméstico no Brasil – 2010/2011. Relatório executivo – Principais resultados selecionados, São Paulo setembro/2012. http://www.dadosefatos.turismo.gov.br/dadosefatos/demanda_turistica/domestica/

5 Le calcul du nombre moyen de déplacements porte sur les douze derniers mois, il ne prend en compte que les voyages effectués par le chef de famille ou son conjoint.

6 Les États formant chaque région apparaissent sur la figure 7.

7 Institut brésilien de géographie et statistique, équivalent de l’INSEE et de l’IGN.

8 Secretaria Nacional de Políticas de Turismo, Ministério do Turismo, Anuário Estatístico de Turismo – 2013, Volume 40, Ano base 2012, http://www.dadosefatos.turismo.gov.br/dadosefatos/anuario/index.html

9 Insider Monkey, 15 Biggest Churches in The World -

http://www.insidermonkey.com/blog/15-biggest-churches-in-the-world-579926/?singlepage=1 et The WorldAtlas.com, Largest Churches in the World -

http://www.worldatlas.com/articles/the-largest-churches-in-the-world.html

10 http://www.a12.com/santuario

11 Sondage réalisé entre le 27 et le 28 septembre 2017 auprès de 2 772 personnes de 194 communes

12 En 2007 elle avait la même popularité (18%)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Le Brésil dans le tourisme mondial
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-1.png
Fichier image/, 97k
Titre Figure 2 Lieux rêvés et lieux visités
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-2.png
Fichier image/, 87k
Titre Figure 3 Lieux rêvés et lieux visités, par classes de revenus
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-3.png
Fichier image/, 118k
Titre Figure 4 Nombre de touristes nationaux par classes de revenus en 2012
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-4.jpg
Fichier image/, 236k
Titre Figure 5 Flux du tourisme intérieur en 2012
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-5.png
Fichier image/, 449k
Titre Figure 6 Opérateurs de tourisme
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-6.jpg
Fichier image/, 312k
Titre Photo 1 Types de tourisme
Légende Tourisme balnéaire à Guarujá (São Paulo), Ouro Preto (Minas Gerais), tourisme rural dans l’État de Santa Catarina, écotourisme à Ilha Bela (São Paulo)
Crédits ©Hervé Théry 2005-2007
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-7.jpg
Fichier image/, 860k
Titre Figure 7 Une typologie du tourisme intérieur dans les États brésiliens
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-8.png
Fichier image/, 171k
Titre Figure 8 Localisation des chutes d'Iguaçu
Crédits Source: Google maps
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-9.jpg
Fichier image/, 284k
Titre Photo 2 Les chutes en vue aérienne
Crédits ©Hervé Théry 2001
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-10.jpg
Fichier image/, 36k
Titre Photo 3 Les chutes côté brésilien et la passerelle d'accès des touristes
Crédits ©Hervé Théry 2015
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-11.jpg
Fichier image/, 28k
Crédits ©Hervé Théry 2015
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-12.jpg
Fichier image/, 48k
Titre Photo 5 Passerelle et point de vue du côté brésilien
Crédits ©Hervé Théry 2015
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-13.jpg
Fichier image/, 28k
Titre Figure 9 Localisation de Paraty
Crédits Source: VistaDivina http://www.vistadivina.com/​downloads/​rssp3.php et GoogleMaps
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-14.png
Fichier image/, 1,8M
Titre Figure 10 Les voies d’accès à Paraty
Crédits Source: http://www.paraty.com.br/​roteiros.asp
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-15.jpg
Fichier image/, 36k
Titre Photo 6 Photo aérienne de Paraty en 1945
Crédits Source : Cotrim 2012
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-16.jpg
Fichier image/, 596k
Titre Photo 7 Rues du centre historique de Paraty
Crédits ©Hervé Théry 2014
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-17.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Photo 8 Tourismes
Crédits ©Hervé Théry 2014
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-18.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Photo 9 Gastronomie
Crédits ©Hervé Théry 2014
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-19.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Photo10 Enseignes chic
Crédits ©Hervé Théry 2014
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-20.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Photo 11 Exploitation des héritages
Crédits ©Hervé Théry 2014
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-21.jpg
Fichier image/, 188k
Titre Photo 12 La basilique Nossa Senhora Aparecida
Légende Au premier plan la Passerelle de la Foi.
Crédits ©Hervé Théry 2010
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-22.jpg
Fichier image/, 736k
Titre Photo13 La ferveur des pèlerins
Légende La salle des cierges est l'un de lieux les plus fréquentés du sanctuaire
Crédits Photos Carlos Santos et Camilla Motta G1
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-23.jpg
Fichier image/, 424k
Titre Photo 14 Commerces et ex-votos
Crédits ©Hervé Théry 2010
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-24.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Photo 15 Accueillir des foules
Légende Au second plan sur l'image du haut (et au premier plan sur celle du bas) les parkings et le centre de support du pèlerin
Crédits Photo André Rosa/TV Vanguarda
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-25.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Photo 16 Le sanctuaire dans la ville
Légende Vue d'Aparecida depuis le morne du Cruzeiro avec la basilique au centre
Crédits Source : https://pt.wikipedia.org/​wiki/​Aparecida_(S%C3%A3o_Paulo)
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/3193/img-26.jpg
Fichier image/, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry, « Flux et hauts-lieux du tourisme national brésilien », IdeAs [En ligne], 12 | Automne / Hiver 2018, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideas/3193 ; DOI : 10.4000/ideas.3193

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

Directeur de recherche émérite au Creda (UMR7227 CNRS-Université Paris Sorbonne Nouvelle, Professeur à l'Universidade de São Paulo (PPGH/FFLCH e GPP/EACH), hthery@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page