Skip to navigation – Site map

HomeIssues12Valparaiso : l’émergence controve...

Valparaiso : l’émergence controversée d’une destination du tourisme culturel

Valparaiso: the controversial emergence of a cultural tourism destination
Valparaíso : el polémico desarrollo de un destino turístico cultural
Sébastien Jacquot

Abstracts

This article proposes an analysis of the recent tourist trajectory of Valparaiso, in relation with the dynamics of heritagization. Valparaiso was a city in crisis at the end of the 1990s; fostered by some structuring projects, heritage and tourism policies were developed, according to new conception of the city. World Heritage listing has accelerated the development of cultural tourism centered on historical spaces recognized by UNESCO, while tourism initiatives contribute to produce a heritage city, both in its landscapes and imaginaries. However, these transformations liked to tourism are controversial (gentrification, eviction, nuisance). Other forms of heritagization, centered on the idea that the city is a cultural landscape, bring about other forms of tourism development, less focused on UNESCO spaces, thus encouraging a diffusion of tourism to the entire city.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 La citation correspond à l’énoncé de justification de l’inscription, validée par ICOMOS dans son év (...)

1Valparaiso (Chili) constitue un toponyme emblématique de la navigation transatlantique de l’époque moderne et du xixsiècle. La ville est depuis 2003 inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial au titre du critère 3 en tant que « témoignage exceptionnel de la première phase de mondialisation à la fin du xixsiècle, lorsqu’elle devint le premier port de commerce sur les voies maritimes de la côte pacifique de l’Amérique du Sud. »1. À ce titre est promu et se développe depuis le début des années 2000 un tourisme dit culturel localisé essentiellement dans les espaces de la zone UNESCO, qui correspondent aussi aux quartiers résidentiels de la bourgeoisie européenne, urbanisés au xixsiècle.

2Ces évolutions touristiques constituent une double rupture. D’abord, à l’échelle locale, Valparaiso constituait dans la seconde moitié du xxsiècle un espace en creux du tourisme à l’échelle métropolitaine, par rapport à Viña del Mar, station balnéaire créée dans la seconde moitié du xixsiècle, formant avec Valparaiso la conurbation du Grand Valparaiso et destination littorale privilégiée des touristes chiliens et argentins. Ensuite, cette évolution s’inscrit aussi dans une stratégie de développement touristique international, marqués par la volonté d’une diversification des territoires touristiques en se focalisant sur les « clientèles » nord-américaines et européennes, par la promotion d’un « tourisme culturel », appuyé par des formes de labellisation UNESCO. Dans cette contribution, l’expression « tourisme culturel » est reprise des acteurs, projets, discours développés, selon une perspective émique. Ainsi, loin de considérer le tourisme culturel comme un secteur en soi ou un type de tourisme appuyé sur des attractions culturelles (Richards, 2001), il s’agit plutôt d’en considérer les usages (Smith, 2003), notamment à des fins de légitimation d’un type de tourisme jugé plus acceptable (Cousin, 2008) ou pour en appeler à d’autres types de touristes.

  • 2 Les analyses sont basées sur les rapports statistiques du tourisme produits par SERNATUR, entre 199 (...)

3Dans le cas de Valparaiso, cette stratégie de développement touristique peut apparaître comme vertueuse. La région de Valparaiso est la seconde région chilienne en termes d’arrivée dans les établissements hôteliers ou de nuitées, derrière la région métropolitaine de Santiago de 2008 à 2016 (selon les données de SERNATUR, le service national du tourisme2), alors qu’entre 1999 et 2004 elle apparaissait en 4e ou 5e position. Au sein de la région, une grande partie des arrivées concerne le Grand Valparaiso, présenté dans les statistiques chiliennes comme une destination en tant que telle, associant Valparaiso, Viña del Mar et Concon (873 081 arrivées sur un total de 1 365 456 pour la région en 2015, représentant 64 % du total régional, contre 55 % en 2005). Cette approche statistique mêlant Viña et Valparaiso est déjà un premier signe, tant vingt ans plus tôt les deux villes apparaissaient opposées. En outre, des enquêtes menées auprès des touristes révèlent l’attractivité de son patrimoine (Moreno, et al., 2016).

4Toutefois ce développement touristique n’est pas consensuel, produisant des changements urbains importants, de la trame commerciale à la qualité de vie dans des espaces anciennement résidentiels, à l’instar d’autres villes dans le monde (Colomb, Novy, 2016). Ces critiques appellent une perspective davantage politique sur le tourisme, questionnant la production des territoires relevant de relations de pouvoir et domination (Bianchi, 2009 ; Boukhris, Chapuis, 2016). En effet, le tourisme constitue aussi un certain regard sur une destination, soutenu par tout un ensemble de discours, définissant ses espaces cœurs et périphériques, ses récits légitimes ou en creux, ses pratiques encouragées ou non. D’autres tourismes sont alors possibles motivés par d’autres définitions de ce qui fait destination.

5À Valparaiso, le développement touristique est articulé à la mise en patrimoine, ce qui conduit à la prise en compte des relations croisées entre tourisme et patrimoine, sans subsumer l’un de ces termes à l’autre (Lazzarotti, 2003 ; Bourdeau, Gravari-Barbas, Robinson, 2015 ; Gravari-Barbas, 2018), en envisageant la façon dont la mise en tourisme façonne aussi le patrimoine, par ses investissements, mises en scène et mises en narration.

6Dans une première partie nous verrons l’émergence d’une ville touristique, à partir de la fin des années 1990, reposant sur plusieurs projets qui constituent aussi plusieurs scénarios de mise en tourisme. Dans une seconde partie, nous examinerons les logiques du développement du tourisme culturel et la façon dont ces projets touristiques ont produit la ville patrimoniale, dans ses paysages, matérialités, formes de mise en valeur. Enfin, nous évoquerons la pluralisation des formes touristiques à Valparaiso, tant au niveau spatial que des modalités de découverte de la ville, produisant d’autres tourismes, ou des contestations du tourisme hégémonique.

7Cet article est fondé sur des recherches menées entre 2000 et 2016 dans le cadre de divers travaux universitaires, sur les politiques patrimoniales à Valparaiso et ses effets sur la ville (Jacquot, 2007), et des missions permettant d’actualiser certaines données et observations. Cette analyse est conduite à partir d’entretiens avec des acteurs publics et privés (de la municipalité, région, ministère et institutions nationales, entrepreneurs du tourisme, membres d’associations à vocation patrimoniale, représentants d’habitants et habitants, artistes participant à la production d’imaginaires touristiques), d’une consultation de documents urbanistiques et liés à la patrimonialisation, d’articles de la presse locale, de données statistiques, de collectes de récits et images accompagnant la mise en patrimoine et tourisme, et d’observations.

La production d’une destination urbaine, culturelle et touristique

8Longtemps, le tourisme à Valparaiso n’a pas été une évidence ; la ville connaissait une situation de crise importante et une image négative auprès des touristes chiliens ou provenant majoritairement de l’Argentine, qui préféraient la station balnéaire proche de Viña del Mar. Le développement touristique résulte d’un changement de conception des modalités du développement urbain, à partir de la constitution de la ville comme destination patrimoniale à partir de la fin des années 1990.

Valparaiso, ville en crise et peu touristique

  • 3 Le taux de chômage est de 17,3 % à Valparaiso en 1998, contre 9,9 % au Chili, et de 18,4 % en 2004, (...)

9Valparaiso, capitale économique du Chili au cours du xixsiècle (Figueroa, 2000), connaît une importante période de crise durant le xxsiècle. En 1906 un tremblement de terre détruit une grande partie de la ville, accélérant la relocalisation de la bourgeoisie à Viña del Mar, tandis que la percée du canal de Panama marginalise Valparaiso au niveau du commerce maritime. Le trafic du port stagne au cours du xxsiècle (Patillo, 1989), San Antonio devenant, à la fin du xxsiècle, le premier port chilien. Au tournant des années 1990 puis 2000, la ville compte les pires indicateurs socio-économiques parmi les villes chiliennes (taux de chômage3 et taux de pauvreté), ce qui alimente les discours politiques d’une urgence à agir (le maire H. Pinto en 2000 demande que Valparaiso devienne « zone d’urgence économique »), légitimant des stratégies de développement qui mettent en avant leurs retombées sur l’économie locale.

  • 4 Fonctionnant comme terminaison portuaire de Santiago à l’époque coloniale, Valparaiso ne fut néanmo (...)
  • 5 Voir le documentaire réalisé par Joris Ivens en 1965, À Valparaiso avec le texte de Chris Marker.

10Au sein du Grand Valparaiso, Viña del Mar présente un profil nettement différencié, socialement et économiquement : les deux communes principales de cette conurbation disposent alors chacune d’une image nettement distincte, accentuée par un urbanisme et des paysages urbains très différents. La ville de Valparaiso s’est développée à partir de son site portuaire initial à l’époque coloniale4 (actuelle Plaza Sotomayor), le long d’une étroite plaine (el plan) qui s’élargit vers l’est (Almendral), dans une baie ouverte au Nord, comportant plusieurs sites portuaires. Cette plaine littorale est ceinte de 42 collines (cerros) largement urbanisées, recouvertes de maisons basses étagées sur les pentes (à présent certaines collines semblent trouées par des développements immobiliers récents, constituant autant de barrières paysagères). Ruelles qui serpentent ou suivent le tracé des quebradas (ravins séparant deux cerros), escaliers, funiculaires, constituent les multiples voies d’accès aux hauteurs de la ville5. A l’inverse, Viña del Mar s’étend sur une plaine littorale plus vaste, le long de la rivière Marga Marga, développé depuis la fin du xixsiècle selon un plan en damier, et présente dans ses espaces centraux un paysage composé en grande partie de tours le long d’une promenade maritime. Le tourisme est alors surtout concentré à Viña del Mar, qui dispose d’un casino, de nombreux hôtels internationaux, et abrite plusieurs événements internationaux : le festival international de la chanson et de nombreuses éditions du tournoi de tennis du Chili. Viña del Mar est en outre une destination littorale majeure du tourisme sud-américain, notamment argentin, alors que Valparaiso fait depuis longtemps figure de ville marquée par certaines formes de dégradation et d’insécurité.

Stratégies pour une reconversion vers le tourisme et la culture

11Le retour du Chili à la démocratie entraîne une réflexion sur le développement urbain et les voies du développement économique, à travers l’élaboration de stratégies urbaines. Le tourisme, notamment culturel, apparaît alors comme leitmotiv des différents projets mobilisés, parallèlement à des projets urbanistiques à dimension récréative et touristique, rejoignant des tendances globales concernant de nombreuses autres villes en reconversion dans le monde (Fainstein, 1996). En outre, durant les années 1990, un certain nombre de villes et métropoles latino-américaines développent des politiques patrimoniales (Melé, 1998 ; Collin-Delavaud, Herschon, Orellana, 2006), avec une pluralité d’objectifs : attractivité touristique par l’insertion dans la mondialisation (Scarpaci, 2005), requalification des centres urbains opérant un changement social (Rivière D’Arc, Memoli, 2006) et posant la question de la place des habitants dans ces politiques (Burgos-Vigna, 2016).

12À Valparaiso, en 1992, quelques années après le retour à la démocratie, un Cabildo de la ciudad (sommet de la ville) est mis en place. Il réunit les différents représentants des institutions de la ville pour déterminer les voies possibles de son redéveloppement et aboutit à un document qui place la culture, le tourisme et le patrimoine comme axes majeurs de développement. Ce document a une valeur fondatrice plus que réellement stratégique. Il est considéré comme le point de départ du redéploiement vers le patrimoine, comme moyen de surmonter la crise de la ville, de changer son image. Les documents stratégiques des années ultérieures confirment ce tournant, aux échelles communale et régionale.

  • 6 Mi-2018 il n’est pas achevé, en raison notamment de l’alternance politique municipale.

13Les communes chiliennes doivent se doter de deux documents : un plan régulateur, qui relève essentiellement de l’urbanisme réglementaire, et un plan de développement (Plan de Desarollo Communal - PLADECO), qui explicite les choix appuyés sur un diagnostic. Le PLADECO de Valparaiso est réalisé à partir de 1999, grâce à des financements nationaux destinés au renforcement des capacités locales, et avec l’aide d’une entreprise de conseil en gestion publique espagnole : Consultores en Gestión Pública (CGP). Ce plan intègre les principes de l’aménagement stratégique (diagnostic territorial, construction d’une vision du territoire et d’objectifs stratégiques, et présentation des programmes et projets nécessaires pour leur accomplissement). Depuis 2015, un nouveau PLADECO est en cours de constitution6, intégrant l’impératif participatif, avec des axes thématiques stratégiques en nombre réduit, parmi lesquels le tourisme et le patrimoine.

  • 7 L’intendant régional (intendante regional) est nommé par le Président de la République, et il repré (...)

14D’autres documents à Valparaiso constituent des « projets de ville » et mettent pareillement en avant cette nécessité d’un développement touristique. Portés par des acteurs différents, ils peuvent apparaître comme concurrençant l’action municipale, manifestant là une forme d’émiettement de la compétence de planification stratégique. Mais par-delà ces différences, la place centrale du tourisme y est affirmée. Il s’agit notamment du projet élaboré par le Plan Valparaíso, commission créée officiellement par le Président chilien Ricardo Lagos en 2002, pour relancer l’économie de la ville, dans le cadre de la rénovation des villes pour la préparation du bicentenaire de l’Indépendance 2010. Elle est composée essentiellement de représentants de différents ministères et de l’intendant régional7, tandis que le maire de Valparaiso n’a qu’un statut d’invité. Cette commission, qui se réunissait avant son acte de création officiel, élabore dès 2001 un plan de développement qui synthétise une nouvelle vision de Valparaiso, appelé « Proyecto Valparaíso, una estrategia para reactivar la ciudad », qui formule dix objectifs de relance économique et de développement local. Parmi ceux-ci, six concernent le développement culturel et touristique : création d’un espace touristique sur le front de mer, développement du tourisme de croisières, développement du tourisme culturel et création d’entreprises liées, transformation de Valparaiso en destination touristique mondiale, organisation du premier carnaval culturel au monde et construction d’un édifice dédié à la poésie à Valparaiso. Plusieurs initiatives nationales confirment cette orientation stratégique : Valparaiso devient en 2000 Capitale culturelle, et en 2003 le Conseil National de la Culture et des Arts est créé et implanté dans l’ancien édifice des Postes de Valparaiso (Plaza Sotomayor) (Sanchez, Bosque, Jimenez, 2003). De même, les Carnavales culturales sont organisés chaque année de 2001 à 2010 (remplacé à partir de 2011 par un Festival international des Arts).

  • 8 Editorial de l’intendant régional Paul Allard Neumann, président du Conseil régional, p. 5.

15Les documents stratégiques à l’échelle régionale confirment cette orientation. La stratégie régionale de développement de 2001, mentionne, parmi les orientations principales de la partie littorale, le « nouveau tourisme patrimonial qui se développe dans la ville de Valparaiso »8. La nouvelle stratégie régionale élaborée en 2012 positionne le tourisme comme « secteur de grande importance pour l’économie régionale » (p. 67), notamment le secteur littoral.

16Parallèlement au niveau national sont élaborées depuis la loi sur le tourisme 20.423 de 2010 des stratégies régionalisées pour la période 2011-2014 puis 2014-2020 (en collaboration avec le Conseil régional). Pour la Région de Valparaiso, ces deux plans mettent en avant les spécificités touristiques de la ville. Le plan 2011-2014 constitue l’agglomération comme destination touristique, parmi les sept que comptent la région (dont l’île de Pâques et l’archipel Juan Fernandez), et distingue particulièrement la dimension patrimoniale de Valparaiso. Dans le plan suivant, la commune de Valparaiso apparaît comme une destination en tant que telle, appuyée sur le patrimoine mondial et le divertissement nocturne, séparée de Viña del Mar-Concón, destination de congrès et conventions.

17Ainsi, des années 1990 aux années 2010, les différents documents stratégiques aux échelles communale et régionale, produits par la commune, la région et les services de l’Etat, mettent en avant un tourisme patrimonial, appuyé sur l’inscription de la ville au Patrimoine mondial de l’Humanité. Valparaiso est pensé comme destination touristique, de façon autonome, ou plus rarement l’agglomération avec Viña del Mar. Ce basculement souhaité vers une économie davantage récréative et patrimoniale s’appuie sur quelques projets emblématiques.

Du secteur UNESCO au waterfront : le tourisme par les grands projets

18Ces orientations stratégiques vers le tourisme se concrétisent dans plusieurs projets ou positionnements majeurs, des années 1990 aux années 2010. Le terme « projet » renvoie à la définition qu’en donne G. Pinson (2009), au sujet des « projets de ville » qui constituent aussi des instruments du gouvernement urbain, donnant lieu à une mobilisation des acteurs urbains autour d’objectifs partagés.

  • 9 Suivant la possibilité depuis la Ley General de Urbanismo y Construcciones d’intégrer une législati (...)

19Le premier marqueur de cette conversion de la ville au tourisme a été la candidature de Valparaiso au Patrimoine mondial de l’Humanité, idée formulée dès 1995, et qui se concrétise en 2003 par l’inscription sur la Liste du Patrimoine mondial de l’humanité, après plusieurs années de constitution du dossier de candidature et d’aller-retour entre instances locales, nationale et internationales (Jacquot, 2007). Or cette inscription a été pensée comme catalyseur touristique, dans ses justifications, les projets auxquelles elle donne lieu, et les modalités de sa mise en œuvre. Parmi les acteurs impliqués dans la démarche de candidature (via la constitution d’un comité assesseur en 2001) se trouvent un certain nombre d’acteurs du tourisme patrimonial naissant dans les Cerros Alegre et Concepción (deux collines résidentielles urbanisées au xixsiècle), ainsi que le bureau du tourisme de Valparaiso. Pour mieux signifier cette alliance, Valparaiso a été désigné comme ZOIT, Zonas de Interés Turístico, dès 2000, et son tracé est celui de la zone de conservation historique créée en 1997, creuset du périmètre de la candidature UNESCO9. Bien que n’entraînant pas directement des transformations urbanistiques, la candidature UNESCO peut apparaître comme grand projet touristique en ce qu’elle conduit à une mobilisation des acteurs et à la production d’un consensus sur le bien-fondé de la production de la ville patrimoniale et touristique, tout en légitimant une vision spécifique du patrimoine et du devenir urbain.

20Le second projet marquant de ce passage à la ville touristique est la transformation du front portuaire en zone touristique, avec des usages maritimes (accueil des navires de croisières) et urbains (loisirs et commerces). Les espaces, acteurs, capitaux, ne sont pas les mêmes que pour l’inscription UNESCO : pour le front de mer c’est l’autorité portuaire qui porte ce projet encouragé par le gouvernement national et les acteurs publics locaux et régionaux, appuyé sur des scénarios de conversion des fronts de mer et la circulation internationale des modèles de reconversion des espaces portuaires centraux. En outre, si une première ouverture limitée a été mise en place en 1998 au niveau du Muelle Prat, dans le prolongement de la place Sotomayor, espace de fondation de la ville intégré au périmètre UNESCO, le projet phare se situe à l’autre extrémité de la ville et à l’opposé du secteur UNESCO, au niveau du Muelle Baron (datant de la première moitié du xxsiècle), sur environ 20 hectares. Alors que le trafic portuaire stagne, l’entreprise portuaire (EPV) envisage une valorisation de ces espaces, par un projet commercial et ludico-touristique, formulé pour la première fois en 2001 et 2004, par modification du Plan Maestro (plan directeur) du port. Dans cette lignée, dès 2002 l’accès à un quai est ouvert, permettant des promenades et un centre commercial (Mall Puerto Baron) appuyé sur des capitaux privés est programmé. Toutefois en dépit d’un consensus initial de l’entreprise portuaire, de l’Etat, de la région, et d’acteurs locaux, le projet de transformation ludico-commerciale connaît de nombreuses difficultés : recours citoyens au motif de la nécessité de préserver le patrimoine portuaire et industriel de la zone ou de l’impact paysager du projet, notamment depuis les collines alentour, débat sur la nécessité de maintenir des espaces dédiés au trafic portuaire (marqué par la programmation d’un nouveau terminal dans la baie de Valparaiso), au point de questionner les modalités du développement urbain. Si le projet de centre commercial est annulé fin 2017 après plusieurs procédures urbanistiques et juridiques, l’orientation touristique d’une partie du front de mer reste néanmoins partagée, et un nouveau terminal de passagers est inauguré en 2016.

  • 10 L’UNESCO a d’ailleurs alerté sur la nécessité d’une évaluation de l’impact paysager des projets de (...)

21Du point de vue de la ville patrimoniale, ces deux projets peuvent apparaître opposés, entre la protection de quartiers urbains comme Patrimoine mondial et l’impact paysager des constructions envisagées sur le front de mer10. Toutefois ils ont souvent été présentés comme connectés à une même vision de la ville, que ce soit par les acteurs locaux dans les années 1990 et au début des années 2000, ou les acteurs portuaires et nationaux : celui de la production de la ville du tourisme culturel, au service d’une nouvelle économie urbaine, prônée par une coalition pro-croissance (Negrete, Werner, 2002).

CARTE 1 : Deux modèles du développement touristique

Carte S. Jacquot, 2018

Les logiques du tourisme culturel

22Ces projets de ville, au-delà de leur traduction urbanistique et publique, trouvent un écho dans des projets entrepreneuriaux de mise en tourisme qui débutent dans les années 1990, et qui se trouvent renforcés par l’inscription de Valparaiso comme patrimoine mondial de l’humanité à partir de 2003. Au-delà des stratégies, labels, périmètres et grands projets, tout un ensemble de politiques publiques et d’investissements privés concourent à la production matérielle de la ville patrimoniale, transformant ses paysages, renforçant les logiques du tourisme culturel.

La transformation des Cerros Alegre et Concepción par les initiatives privées

23Entre la fin des années 1990 et la fin des années 2000, les deux quartiers correspondant aux Cerros Concepción et Alegre ont connu des transformations commerciales importantes liées à leur mise en tourisme, et apparaissent comme creuset des premières transformations patrimoniales et touristiques, de façon directe et indirecte.

24De façon directe, les premiers investissement à partir des années 1990 sont réalisés dans des endroits stratégiques, le long des miradores urbains (promenades urbaines le long des falaises des collines, offrant un point de vue paysager vers la mer), en ciblant des demeures anciennes, datant du xixsiècle, et évoquant le prestigieux passé de Valparaiso, nœud de l’économie mondiale, marquée par la présence d’Européens qui vivent à Cerros Alegre et Concepción, dans des quartiers rappelant l’architecture et l’urbanisme de l’époque victorienne. Les premiers investisseurs sont des Chiliens souvent de retour d’Europe et d’exil à la fin de la dictature, important avec eux des modèles d’établissements touristiques et la conviction de la pertinence du développement d’un tourisme patrimonial et culturel, appuyé notamment sur des touristes internationaux (Jacquot, 2007). Ces premiers investisseurs font figure de pionniers de l’économie touristique, et deviennent rapidement des acteurs considérés comme importants, imités par d’autres investisseurs plus variés dans leur provenance.

25De façon indirecte, ces premiers investisseurs vont se mobiliser en faveur d’une politique patrimoniale, dans un contexte de relance de la construction à Valparaiso dans les années 1990, marqué par des projets de construction en hauteur, notamment dans les secteurs anciens de la ville. Or ces projets menacent alors les perspectives paysagères depuis les collines vers la mer, et notamment les emplacements de ces nouveaux hôtels et restaurants. Une alliance pro-patrimoine s’établit alors entre ces acteurs du tourisme et des architectes, à l’origine d’une association (Ciudadanos por Valparaíso), qui obtient de la mairie une annulation du projet en question, mais aussi l’établissement de règles municipales en 1995 puis 1998, permettant une protection du patrimoine (par modification du plan régulateur), qui constituent la base des garanties données à l’UNESCO. L’investissement privé et ses mobilisations afin de sauvegarder les vues paysagères depuis les établissements créées constituent alors les moteurs d’une première patrimonialisation de certains quartiers.

  • 11 A l’instar de la plupart des destinations touristiques dans le monde à présent, la commercialisatio (...)

26Au début des années 2000, le succès de ces premiers investissements, la médiatisation de la candidature UNESCO associée à une orientation patrimoniale de la municipalité contribuent à un boom touristique. Celui-ci est marqué par l’arrivée de nombreux micro-entrepreneurs du tourisme, ouvrant des Bed and Breakfast, des restaurants, des cafés, des hôtels-boutiques, et provenant d’Europe ou d’autres villes chiliennes, notamment de Santiago. Les profils de ces investisseurs sont différents (bourgeoisie de Santiago, artistes en reconversion, ex-touristes étrangers, notables locaux, locataires ou propriétaires passant de la location de chambres aux étudiants à celle plus aux touristes, etc.) mais les entretiens menés avec un certain nombre de ces entrepreneurs montrent une volonté de mise en avant du patrimoine de Valparaiso, restaurant les maisons anciennes de style victorien, jouant dans les noms des hôtels ou des Bed and Breakfast sur les références à l’histoire internationale de Valparaiso, objet de l’inscription UNESCO. Ces établissements touristiques se localisent d’abord au cœur de la zone UNESCO, densifiant l’espace touristique dans les collines Alegre et Conception, lieu de promenade notamment les weekends. Des quelques établissements présents en 2000, on en compte des dizaines ensuite, transformant la trame commerciale, remplaçant certains commerces de proximité (la boulangerie du Cerro Alegre disparaît, remplacé par un restaurant branché), provoquant un changement de la population. Un turn-over touche aussi certains commerces touristiques, qui changent de propriétaires, sans que se constituent néanmoins de grands groupes touristiques ou que s’implantent des chaînes hôtelières ou commerciales majeures. Si certains possèdent plusieurs établissements, il s’agit ainsi davantage d’une touristification importante, sans chaînes internationales ni franchisation, menée par des entrepreneurs de différentes provenances mais hors des logiques capitalistiques majeures dans l’investissement initial11.

27A partir du milieu des années 2000 l’augmentation des prix immobiliers dans ces deux collines, accentuée par l’inscription UNESCO qui produit un horizon d’attente important, et la raréfaction des affaires, poussent certains à investir d’autres collines proches (San Juan de Dios, Bellavista), sur lesquelles se développent le long de certains axes des structures d’hébergement type Bed and Breakfast (auquel s’ajoute le développement d’hébergements en AirBnB, nécessitant un investissement initial moindre). Ainsi se duplique ce modèle du développement touristique par l’hébergement indépendant (hôtel ou BnB), étendant en tâche d’huile depuis le périmètre UNESCO l’espace présenté comme patrimonial à vocation touristique, à partir d’initiatives entrepreneuriales, autour de quelques attractions culturelles bien identifiées (telle la maison-musée de Pablo Neruda – La Sebastiana).

Produire des paysages patrimoniaux

28Ces initiatives ont pour résultat la production de paysages patrimoniaux. Evoquer la production de paysages patrimoniaux constitue une perspective sur la patrimonialisation qui s’écarte des idées communes d’une « mise sous cloche », d’une « muséification », et d’une opposition entre vie moderne et ville ancienne. À l’opposé des partis-pris défendus par ses opposants, les dynamiques de patrimonialisation apparaissent comme des instruments du changement urbain, dans ses dimensions à la fois socio-économiques (gentrification, réorientations touristiques) et matérielles. Ces dynamiques sont d’autant plus efficaces que les discours qui les justifient prétendent viser à un retour à un état antérieur (ou à la permanence). La patrimonialisation constitue dès lors un facteur de changement par la production de paysages urbains spécifiques, qui font écho aux significations patrimoniales ; elle met en avant dans les restaurations ou réhabilitations telle période historique, tel élément architectural, et, parallèlement, elle en occulte ou en supprime d’autres.

29La candidature UNESCO a été un moment de formalisation et confrontation entre différentes valeurs et différentes justifications patrimoniales, En effet, la justification patrimoniale entérinée par l’UNESCO met en valeur l’histoire de la ville à partir du milieu du xixsiècle et son insertion dans les circuits de la mondialisation, qui se traduit par le développement de quartiers à l’architecture victorienne (bow-window, chiens assis), habités en partie par des Anglais, Allemands, Français, travaillant pour les compagnies maritimes, banques, sociétés d’import-export, ayant des succursales en Amérique Latine.

  • 12 Appelé « Sapin Douglas » en Europe, du nom du botaniste qui l’introduisit en Angleterre.

30Ce sont ces demeures qui vont faire l’objet des projets de restauration patrimoniales, en accentuant les éléments architecturaux et décoratifs qui renvoient à une origine européenne, en ajoutant parfois un toit mansardé pour remplacer le toit plat. De même l’espace public est aménagé afin de davantage évoquer le passé européen caractérisant la ville au xixsiècle, avec l’usage de certains types de lampadaires par exemple. Les intérieurs aussi font l’objet d’un travail de mise en avant du passé xixsiècle : dégagement des poutres en bois d’Oregon12 (apportés par les navires européens de retour de Californie), ameublement avec des objets anciens. Ainsi l’intervention patrimoniale entraîne la production de paysages plus conformes à cet imaginaire patrimonial. L’emblème de ces quartiers xixsiècle est même un édifice construit à la fin du xxsiècle, le Brighton, par un architecte entrepreneur touristique comptant parmi les pionniers, reprenant de façon exacerbée les caractéristiques architecturales des édifices de la zone.

31Cette production de paysages patrimoniaux n’est toutefois pas seulement une mise en décor, mais s’opère en lien avec la valorisation touristique. Ces restaurations patrimoniales préfigurent souvent l’ouverture d’un Bed and Breakfast ou un petit hôtel indépendant, ou un restaurant, qui s’inscrit en continuité avec ce passé européen. Les établissements touristiques choisissent des noms aux consonnances anglaises, italiennes, ou allemandes (Brighton, Sommerscales, Pasta e Vino, Reina Victoria, Gervasoni…), qui évoquent ces entrepreneurs du passé, ou ces provenances européennes (alors que le début du xxsiècle marque la fin de cette dimension transnationale de la ville), déjà inscrites dans la toponymie, et se localisent d’abord dans les deux collines inscrites au patrimoine mondial. La réhabilitation patrimoniale s’est aussi traduite par un tournant chromatique : les façades des maisons des collines résidentielles sont généralement couvertes de plaques de tôle ondulée (calamina), pour les protéger de l’humidité ; au nom d’une tradition sans doute réinventée, qui puise là aussi dans un imaginaire transnational (de San Francisco à Caminito à Buenos Aires), elles sont désormais repeintes de couleurs plus vives, changeant les tons des paysages, et manifestant le renouveau patrimonial.

32Le tourisme fonctionne alors de façon double. Tout d’abord, la mise en tourisme reprend le récit patrimonial, donnant à vivre dans des espaces évocateurs de cet âge d’or d’une ville connectée à la mondialisation (Jacquot, 2009). Surtout, cette mise en tourisme, loin de seulement découler d’une mise en patrimoine, en a constitué un aiguillon : la cristallisation patrimoniale et sa focalisation sur une période spécifique ont découlé des stratégies entrepreneuriales, qui par leurs aménagements ont donné à voir une vision de l’histoire de la ville, lui conférant une forme d’évidence. Les paysages patrimoniaux ont donc été produits aussi comme paysages à consommer, relevant d’une mise en marché originale.

33Le développement de Valparaiso comme ville touristique s’est ainsi appuyé principalement sur la production d’une ville patrimoniale, dans un périmètre limité (celui de la candidature UNESCO et ses abords), conformément à un récit patrimonial bien particulier, qui présente alors le risque d’invisibiliser d’autres patrimoines et d’autres formes d’expérimentations touristiques de la ville.

Quel tourisme à Valparaiso ?

34Le tourisme à Valparaiso ne se limite pas au tourisme culturel ciblé par les stratégies publiques. Par exemple, la ville dispose d’un imaginaire bohème qui se traduit par de nombreuses pratiques festives et alcoolisées (« el carrete ») dans les bars et boîtes de nuit du centre, notamment dans le quartier portuaire de la zone UNESCO. Une des raisons du remplacement du carnaval culturel à partir de 2011 tient aux critiques liées aux débordements dans les espaces publics, tandis que le nouveau maire de Valparaiso, J. Sharp, nomme en 2017 un délégué à la nuit. Si ces fêtes sont essentiellement étudiantes, de nombreux touristes s’y joignent, tandis que les jeunes venant fêter la nuit à Valparaiso de Santiago et des communes de la région constituent bien des touristes au sens statistique.

35Toutefois, les modalités mêmes du tourisme culturel apparaissent à la fois plurielles, dans leurs formes, espaces et justifications, et contestées dans leur version dominante.

Critiques du tourisme

36Le principe même du développement touristique couplé à la patrimonialisation avait été critiqué dès les projets de candidature UNESCO par des mouvements citoyens, qui faisaient le lien entre patrimonialisation et gentrification, basé sur les expériences d’autres villes patrimoniales dans le monde, diffusées par des membres d’ICOMOS implantés au Chili, et le rôle du tourisme dans ces transformations. Ces critiques sont relayées ensuite dans les années 2000 par des habitants des deux quartiers concernés par le développement important de restaurants et bars (Cerros Alegre et Concepción), qui se mobilisent contre les nuisances nocturnes, aboutissant à certaines réglementations limitant le développement des bars (mais pas des restaurants, ce qui va accentuer la polarisation sociale des usagers du quartier). Au-delà des nuisances nocturnes se joue aussi une forme de désappropriation qui s’apparente à une gentrification touristique. En effet, le développement touristique conduit à une accentuation de l’orientation marchande et récréative du quartier du fait du remplacement d’une trame commerciale de proximité, remplacée par des restaurants ou galeries, tandis que les usages locatifs ou la sous-location étudiante sont souvent remplacés par une fonction touristique (Vergala-Constela, Casellas, 2016). Plusieurs maisons ou appartements sont aussi achetés pour devenir résidences secondaires, majoritairement par la bourgeoisie de Santiago, à un peu plus de cent kilomètres de Valparaiso. La patrimonialisation et mise en tourisme ont ainsi transformé en profondeur les usages et appropriations des quartiers UNESCO, avec le soutien des acteurs publics considérant le patrimoine comme une ressource (Guerrero Valdebenito, 2012), valorisable par l’activité touristique. Ainsi le financement octroyé par la Banque Interaméricaine de Développement pour le patrimoine de la ville a en partie servi à inciter à l’activité touristique, tandis que le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme (MINVU) créait un financement encourageant l’achat de logements ayant été réhabilités.

37La critique du tourisme opère aussi par un retour sur le projet de ville, en questionnant les bénéficiaires de la valorisation patrimoniale et ses impacts. Si l’hébergement hôtelier est essentiellement indépendant, avec seulement trois hôtels de chaîne (Diego de Almagro, chaîne chilienne, depuis 2010 ; ACCOR-IBIS depuis 2012 ; Western Hotel depuis 2018), il est concentré au départ dans quelques secteurs, notamment les Cerros Alegre et Concepción, certaines parties du front de mer et quelques autres collines. De plus, le projet de front de mer (Puerto Baron) mené au nom du tourisme est contesté tant pour son impact paysager que sa dimension marchande plus que publique. Le tourisme produit alors une nouvelle différenciation au sein de la ville, ou devient l’argument à des modes de transformation de la ville contestés. Ce n’est alors pas tant le tourisme en soi qu’une orientation excessivement marchande et déconnectée de la ville qui est fustigée, comme le montrent plusieurs exemples de contestation citoyenne, autour de divers projets valorisation du patrimoine, comme la transformation de l’ancienne prison (qui occupe un plateau de 2,2 hectares sur une colline centrale) en 2003 puis 2008 (Van Diest, 2017), ou les débats sur la réhabilitation et tarification des ascenseurs urbains disséminés dans la ville (Jacquot, 2007 ; Soto, 2014), au nom d’un droit au patrimoine (Rojas Alcayaga, Bustos Urbina, 2015). Ces enjeux sont alors connectés à une plateforme citoyenne plus large, intégrant des associations de quartier mais aussi les syndicats de travailleurs, qui critique les modes de développement urbain à Valparaiso et de captation de valeur par la spéculation immobilière, posant la question de la cohérence de la démarche patrimoniale et de ses bénéficiaires, et alertant l’UNESCO (Andueza, Aravena, 2013 ; Opillard, 2016, 2017).

38Ces critiques d’un modèle dominant de développement touristique et de valorisation patrimoniale coexistent toutefois avec d’autres évolutions touristiques, spatiales et thématiques, marquées par une expérience plus globale de la ville, basée sur une autre conception patrimoniale, et des projets de tourisme diffus.

Un autre patrimoine pour un autre tourisme ?

  • 13 Le statut des ascenseurs est objet de tensions : infrastructure touristique ou d’abord moyen de loc (...)

39Certains haut-lieux sont à l’écart du périmètre UNESCO, conduisant à un étirement de l’espace touristique, comme le « musée à ciel ouvert » du Cerro Bellavista (avec des fresques murales datant des années 1990), la demeure du poète chilien Pablo Neruda, La Sebastiana, sur la colline Florida, à partir duquel s’ouvre un large panorama sur la baie de Valparaiso. Très fréquentée, La Sebastiana est le point de départ ou d’arrivée d’excursions urbaines, à travers les collines de Valparaiso, tandis que de nouveaux investissements hôteliers se localisent à proximité dans les années 2010. Certaines terrasses urbaines (miradors) valorisées se situent aussi en dehors du secteur UNESCO. Les ascenseurs urbains datant de la fin du xixsiècle ou du début du xxsiècle, disséminés dans la ville, longtemps laissés en mauvais état en dépit de leur classement patrimonial et des revendications des habitants13, acquièrent une dimension touristique, après rachat à leurs propriétaires privés et restauration (comme l’ascenseur d’Espíritu Santo), et ce ne sont plus seulement ceux de la zone UNESCO qui fonctionnent pour les visiteurs de la ville (Soto, 2014).

  • 14 A l’instar du documentaire À Valparaiso réalisé par Joris Ivens en 1962, qui montre comment la topo (...)
  • 15 On pourrait la connecter à une réflexion développée à Valparaiso sur un patrimoine ancré dans la qu (...)
  • 16 En 2004 et 2005 la plaine littorale est intégrée à la zone de conservation historique, en 2005 les (...)

40Dans ces différents cas, c’est la ville comme paysage qui est appréhendée, plus qu’un patrimoine architectural, et une part importante des touristes font une expérience urbaine topographique14, davantage diffuse et non cantonnée aux espaces patrimoniaux, comme le montre la géographie des photos prises sur les réseaux sociaux touristiques (Chareyron, Da Rugna, Jacquot, 2013). Or cela correspond aussi à une alternative patrimoniale15, qui s’est dessinée au moment de la candidature UNESCO et du montage du dossier (1997-2003). Face à la justification patrimoniale finalement reconnue par l’UNESCO, une autre possibilité, prôné par le service patrimoine de la municipalité (dirigée par une professeure d’architecture) mais aussi une coalition d’architectes (en lien avec Icomos-Chili et l’association Ciudadanos por Valparaiso), justifiait la patrimonialisation par les dimensions paysagères de Valparaiso, comme adaptation de l’urbanisme à une ville en amphithéâtre. Cette conception patrimoniale n’est pas arrimée à une période historique donnée et n’opère pas une partition patrimoniale au sein de la ville mais au contraire tend à reconnaître l’ensemble de la ville comme patrimoine. Bien que non entérinée par l’inscription UNESCO, cette conception demeure prégnante et se trouve légitimée par les politiques urbanistiques ultérieures. Face aux menaces des constructions en hauteur sur la plaine littorale ou sur les pentes des collines, obstruant les vues vers la mer, suite à l’activisme de mouvements citoyens disposant de relais au sein de la municipalité, des limitations aux constructions en hauteur sont prises sur plusieurs quartiers, par modification du plan régulateur communal, entre 2004 et 201516, étendant de fait la zone de conservation historique à l’ensemble de la baie, jusqu’à une certaine altitude dans les collines (qui marque à présent la limite de la spéculation immobilière possible et qui correspond en de nombreux points au Camino Cintura, utilisée comme route-panorama pour le tourisme paysager). Cette conception paysagère du patrimoine est aussi un des ressorts de la limitation au projet de waterfront.

CARTE 2 : Périmètres patrimoniaux et dynamiques touristiques à Valparaiso

Carte S. Jacquot, 2018

41Au final, bien que l’inscription UNESCO ait agi comme catalyseur d’une mise en tourisme concentrée sur certains quartiers emblématiques du récit historique hégémonique, conduisant à une gentrification touristique, les débats patrimoniaux ont ouvert d’autres scénarios de patrimonialisation qui correspondent à d’autres formes d’expériences touristiques, plus diffuses dans la ville, appuyées sur ses qualités paysagères. Cela peut-il donner lieu à une autre géographie touristique à Valparaiso ? Le Plan Directeur de Gestion Patrimoniale de la Ville Port de Valparaiso, approuvé en 2016 après plusieurs années de constitution, reprend l’idée d’un patrimoine diffus, élargi à l’ensemble de la baie, qui devient la « zone d’influence » entourant le périmètre UNESCO, et auquel correspond un changement d’échelle de la valorisation touristique (Ilustre municipalidad de Valparaiso, 2016 : 255). De fait, plusieurs projets ont visé à une extension du tourisme au-delà du secteur UNESCO (mise en tourisme du cimetière des dissidents sur le Cerro Panteón, réhabilitation de l’ancienne prison, développement autour des ascenseurs connectant la plaine littorale avec les premières hauteurs des collines, dans l’ensemble de la ville, etc.). Se dessine alors la figure de l’archipel touristique, au moins dans les projets, avec le risque d’une évolution similaire à celle des Cerros Alegre et Concepción vers la gentrification et la mono-activité touristique.

Conclusion

42Le développement touristique de Valparaiso peut donner lieu à différentes interprétations.

43Tout d’abord, le développement récent de Valparaiso illustre le couplage entre patrimonialisation et mise en tourisme, et la façon dont ces deux champs s’auto-alimentent. Les projets des années 1990 et 2000 de conversion d’une ville en crise en ville culturelle et touristique se sont concrétisés : désormais de nombreux hébergements existent à Valparaiso, des visiteurs chiliens et étrangers parcourent la ville, tandis que les croisières se développent. L’inscription UNESCO a joué un rôle catalyseur, mais ce sont aussi les investissements privés de micro-entrepreneurs du tourisme, eux-mêmes imprégnés des modèles du tourisme culturel, qui ont façonné la ville patrimoniale. Ce sont aussi les limites du développement touristique qui apparaissent : la mise en tourisme des Cerros Alegre et Concepción s’est traduite par une série de nuisances sur la qualité de vie, une dynamique avancée de gentrification touristique, et la captation des bénéfices au profit d’une minorité, sociale ou spatiale. Là aussi la trajectoire de Valparaiso se rapproche de nombreuses autres villes patrimoniales en Amérique Latine et dans le monde.

44Toutefois, on ne pourrait réduire le développement touristique de la ville à ce scénario linéaire de la mise en tourisme : d’autres formes touristiques se sont développées, marquées par une diffusion des pratiques au-delà du secteur UNESCO. En cela le tourisme manifeste aussi une forme de plasticité, faisant écho aux débats sur les significations patrimoniales de la ville, se rapprochant d’une appréhension plus globale et paysagère de Valparaiso. Au final, le tourisme n’apparaît pas comme un nouveau secteur d’activités mais véritablement comme un révélateur des modèles de ville définis et promus par les acteurs publics et privés, et contestés.

Top of page

Bibliography

Andueza, Pablo, Pablo Aravena, Valparaíso Reclamado, Demandas ciudadanas de la ciudad-puerto, Valparaíso, Perseo Ediciones, 2013.

Bianchi, Raoul, « The ‘Critical Turn’ in Tourism Studies: A Radical Critique », Tourism Geographies, vol. 11, n° 4, 2009, p. 484-504.

Boukhris, Linda, Amandine Chapuis, « Circulations, espace et pouvoir - Penser le tourisme pour penser le politique », L’Espace Politique, 28 - 1, 2016-1, http://journals.openedition.org/espacepolitique/3707, page consultée le 12 mai 2018.

Bourdeau, Laurent, Maria Gravari-Barbas, Mike Robinson (dir.), World Heritage, Tourism and Identity, Inscription and Co-production, Londres, Routledge, 2015.

Burgos-Vigna, Diana, « Quito, patrimoine culturel de l’humanité ou ville du Buen Vivir ? », Cahiers des Amériques latines, n° 83, 2016, p. 93-111.

Chareyron, Gael, Jérôme Da Rugna et Sébastien Jacquot, « Les lieux touristiques de Valparaiso à partir des photographies postées sur les réseaux sociaux », Via, 3, 2013, https://journals.openedition.org/viatourism/2859 ?lang =fr

Collin-Delavaud, Anne, Herschon, Jean-Claude et Orellana, Leo, « Dossier : nouvelles formes d’intervention dans la gestion du territoire patrimonial urbain », L’Information géographique, vol. 70, n° 2, 2006, p. 6-10.

Colomb, Claire, Johannes Novy (dir.), Protest and Resistance in the Tourist City, Londres, Routledge, 2016.

Cousin, Saskia, « L’UNESCO et la doctrine du tourisme culturel. Généalogie d’un « bon » tourisme. », Civilisations, 57, 2008, p. 41-56.

Empresa Portuaria de Valparaíso, Anexo modificatorio Plan Maestro 2000, 2004.

Empresa Portuaria de Valparaíso, Plan Maestro Puerto de Valparaíso, 2016 - Adecuación Enero 2018, 2018.

Fainstein, Susan, « The changing world economy and urban restructuring », in Fainstein, Campbell (dir.), Readings in Urban theory, New York/Londres, Blackwell, 1996, p. 170-186.

Figueroa, Eduardo Cavieres, « Rutas marítimas, comercio y finanzas en una etapa de expansión : Valparaíso 1820 – 1880 », in Serie Monografía históricas, n° 12, Valparaíso, Sociedad, Economía en el siglo XIX, Valparaíso, Universidad Católica de Valparaíso, 2000, p. 55-92.

Gobierno de Chile, Plan para el Desarrollo Turístico de la Región de Valparaíso 2011-2014, 2011.

Gobierno de Chile MIDEPLAN - Serplac Región de Valparaíso, Gobierno regional - Región de Valparaíso, Estrategia Regional de Desarollo - Región de Valparaíso, 2011.

Gobierno Regional - Región de Valparaíso, Estrategia Regional de Desarollo - Región de Valparaíso 2020 - Una Región Diversa, 2012.

Gravari-Barbas, Maria, « Tourism as heritage producing machine », Tourism Management Perspectives, vol. 25, 2018, p. 173-176.

Guerrero Valdebenito, Rosa, « Patrimonio cultural mundial, territorio. Construcción de ciudadanía y apropiación social del patrimonio cultural de la ciudad de Valparaíso-Chile », Scripta Nova, vol. XVI, 388, 2012, http://www.ub.edu/geocrit/sn/sn-388.htm.

Ilustre Municipalidad de Valparaíso, Dirección de Gestión Patrimonial, Plan Director de Gestión Patrimonial de la Ciudad Puerto de Valparaíso, 2016.

Jacquot, Sébastien, Le réinvestissement des espaces historiques centraux, une comparaison de Gênes, Liverpool et Valparaiso, Thèse de doctorat en géographie à l’Université d’Angers, dir. Maria Gravari-Barbas, 2007.

Jacquot, Sébastien, « Pour une définition relationnelle des termes Nord et Sud », Autrepart n° 41, 2007, p. 181-194.

Jacquot, Sébastien, « Les figures de la ville, éléments de compréhension des débats sur la ville, à Gênes et Valparaiso », in Vallat, Colette, Frédéric Dufaux, Sonia Lehman-Frisch (coord.), Pérennité urbaine, la ville par-delà ses métamorphoses, volume 3, Essence, Paris, l’Harmattan, 2009.

Lazzarotti, Olivier, « Tourisme et patrimoine : ad augusta per angustia », Annales de géographie, 629, 2003, p. 91-110.

Melé, Patrice, Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines, Paris, Presse de la Sorbonne Nouvelle / Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, 1998.

Morales Duran, Christian, Marco Herrera Campos, Valparaíso NO patrimonial, parte 2, Santiago de Chile, Ocho libros, 2013.

Moreno, Roberto, Jesús Pérez Gálvez, Fernando Ortuya, Tomas Lopez-Guzman, « Factores de interés de un destino patrimonio de la humanidad : El caso de Valparaíso – Chile », Estudios y perspectivas en turismo, v. 25, n. 3, 2016, p. 360-374.

Negrete, Jorge, Kee Warner, « Las maquinarias de urbanización en un país en vías de desarrollo : el caso del gran Valparaíso en Chile », Revista geográfica de Valparaíso, n° 32-33, 2002, p. 381-408.

Opillard, Florian, « From San Francisco’s ‘Tech Boom 2.0’ to Valparaiso’s UNESCO Heritage Site: resistance to tourism gentrification in a comparative political perspective », in Colomb, C. and Novy, J. (dir.) Protest and Resistance in the Tourist City, Londres/New York, Routledge, 2016.

Opillard, Florian, « Prédation immobilière et dépossession habitante. Analyse de la construction spatiale d’un problème public à Valparaiso, Chili », L’Information géographique 2017/3, vol. 81, 2017, p. 75-93.

Patillo, Bergen Alejandro, « Desarrollo histórico de los puertos », in Instituto de Investigaciones del patrimonio territorial chileno, Valparaíso busca su destino, Santiago, Terra Nostra, 1989, p. 65-78.

Pinson, Gilles, Gouverner la ville par projet, Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Richards, Greg, « The Market for Cultural Attractions », in Richards, Greg, Cultural Attractions and European Tourism, CABI Publishing, 2001, p. 31-54.

Rivière d’Arc, Hélène, Memoli, Maurizio, Le pari urbain en Amérique Latine, vivre dans le centre des villes, Paris, Armand Colin, 2006.

Rojas Alcayaga, Mauricio, Victoria Bustos Urbina, « Valparaíso, el derecho al patrimonio », Revista Antropologías del Sur, 3, 2015, p. 155-173.

Sánchez, Alfredo, Joaquín Bosque, Cecilia Jiménez, « Valparaíso : su geografía, su historia y su identidad como Patrimonio de la Humanidad », Estudios Geográficos, vol. LXX, 266, 2009, p. 269-293.

Scarpaci, Joseph, Plazas and Barrios Heritage tourism and Globalization in the Latin American Centro Historico, Tucson, The University of Arizona Press, 2005.

SERNATUR - Región de Valparaíso, Gobierno regional - Región de Valparaíso, Servicio Nacional de Turismo - Chile, Plan de Acción Región de Valparaíso, Sector Turismo, 2014-2018, 2014.

Smith, Melanie, Issues in Cultural Tourism Studies, Londres, Routledge, 2003.

Soto, Maximiliano, « Les paradoxes de la mise en valeur des ascensores (funiculaires) de Valparaiso : le conflit entre patrimonialisation matérielle et immatérielle », L’Homme & la société, 2014/1 (n° 191), 2014, p. 139-156.

Van Diest, Camila, « Mémoire collective, participation citoyenne et contestations urbaines : la construction de l’ex-carcel de Valparaiso (Chili) comme un espace patrimonial », in Auclair Elizabeth, Anne Hertzog et Marie-Laure Poulot, De la participation à la co-construction des patrimoines urbains. L’invention du commun ?, Éditions Le Manuscrit Savoirs, 2017, p. 107-132.

Vergara-Constela, Carlos, Antonia Castellas, « Políticas estatales y transformación urbana : ¿hacia un proceso de gentrificación en Valparaíso, Chile ? », EURE, vol. 42, 126, 2014, p. 123-144

Top of page

Notes

1 La citation correspond à l’énoncé de justification de l’inscription, validée par ICOMOS dans son évaluation, et repris par l’UNESCO au moment de l’examen du dossier en 2003.

2 Les analyses sont basées sur les rapports statistiques du tourisme produits par SERNATUR, entre 1999 et 2016. Ces données sont essentiellement disponibles aux échelles nationale, régionale et parfois provinciale.

3 Le taux de chômage est de 17,3 % à Valparaiso en 1998, contre 9,9 % au Chili, et de 18,4 % en 2004, contre 9,9 % pour le Chili (INE).

4 Fonctionnant comme terminaison portuaire de Santiago à l’époque coloniale, Valparaiso ne fut néanmoins pas fondé comme ville, d’où un plan viaire plus irrégulier que le plan en damier de nombreuses villes d’Amérique latine.

5 Voir le documentaire réalisé par Joris Ivens en 1965, À Valparaiso avec le texte de Chris Marker.

6 Mi-2018 il n’est pas achevé, en raison notamment de l’alternance politique municipale.

7 L’intendant régional (intendante regional) est nommé par le Président de la République, et il représente l’État dans chaque région.

8 Editorial de l’intendant régional Paul Allard Neumann, président du Conseil régional, p. 5.

9 Suivant la possibilité depuis la Ley General de Urbanismo y Construcciones d’intégrer une législation patrimoniale aux plans régulateurs (Sanchez, Bosque, Jiménez, 2009).

10 L’UNESCO a d’ailleurs alerté sur la nécessité d’une évaluation de l’impact paysager des projets de front de mer, entérinant progressivement une vision du patrimoine de la ville comme paysage et pas seulement architectural et urbain.

11 A l’instar de la plupart des destinations touristiques dans le monde à présent, la commercialisation touristique s’est inscrite dans les logiques capitalistiques globales de l’intermédiation, via les sites type Booking ou AirBnB.

12 Appelé « Sapin Douglas » en Europe, du nom du botaniste qui l’introduisit en Angleterre.

13 Le statut des ascenseurs est objet de tensions : infrastructure touristique ou d’abord moyen de locomotion ? Les collectifs habitants mettent en avant la dimension quotidienne des ascenseurs pour réclamer leur entretien ou des tarifs limités.

14 A l’instar du documentaire À Valparaiso réalisé par Joris Ivens en 1962, qui montre comment la topographie conditionne l’expérience de la ville par ses habitants.

15 On pourrait la connecter à une réflexion développée à Valparaiso sur un patrimoine ancré dans la quotidienneté (Jacquot, 2009), comme le montre l’intérêt croissant pour les manifestations d’une culture populaire dans la ville ou l’inventaire d’un non-patrimoine (Morales Duran, Herrera Campos, 2013).

16 En 2004 et 2005 la plaine littorale est intégrée à la zone de conservation historique, en 2005 les Cerros Placeres et Esperanza, en 2006 le quartier de Playa Ancha, en 2010 les Cerros Carcel, Jimenez, San Juan de Dios, en 2014 les Cerros de las Monjas, Polanco, Molino, Baron, et en 2015 les Cerros Delicias et Ramaditas.

Top of page

References

Electronic reference

Sébastien Jacquot, Valparaiso : l’émergence controversée d’une destination du tourisme culturelIdeAs [Online], 12 | Automne / Hiver 2018, Online since 29 October 2018, connection on 18 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/ideas/3523; DOI: https://doi.org/10.4000/ideas.3523

Top of page

About the author

Sébastien Jacquot

Maître de Conférences en géographie, Université Paris I Panthéon-Sorbonne/IREST, membre du laboratoire EA 7337-EIREST (Equipe interdisciplinaire de Recherche Sur le Tourisme) et associé à l’UMR PRODIG

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Institut des Amériques
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search