Navigation – Plan du site
Éclairages

Trump à mi-mandat : la démocratie en danger ?

James Cohen

Texte intégral

1Les politistes et les historiens spécialisés dans l’étude de la présidence des Etats-Unis ont l’habitude de comparer les présidents et leurs mandats sous différents angles : les dynamiques électorales et partisanes qui les ont portés au pouvoir, leur œuvre, leurs idées, leur « style » personnel, le bilan de leur action (voir l’œuvre de Stephen Skowronek, Fred Greenstein, Sidney Milkis et d’autres). Le moins qu’on puisse dire est que la présidence de Donald Trump perturbe la science puisqu’elle n’entre dans aucun modèle connu de comportement présidentiel ou de fonctionnement de l’institution.

2Dans l’intérêt de l’objectivité et afin de dédramatiser une situation caractérisée par la controverse permanente, il pourrait être tentant de se concentrer sur le bilan de l’action de Trump en termes d’action gouvernementale. Vue sous cet angle, la différence entre lui et ses prédécesseurs peut apparaître principalement comme une question de degré : il parle un langage plus cru, et se préoccupe peu des pratiques établies de l’Etat, mais il s’efforce surtout d’aller plus loin dans le même sens défini, globalement, par les Républicains contemporains. En matière de fiscalité, de santé, d’environnement, de justice, et même d’immigration, n’agit-il à peu près comme un autre président républicain contemporain l’aurait fait, en plus agressif sans doute ?

3En politique étrangère un raisonnement similaire pourrait être tenu : Trump a certes un style d’autorité original qui rend les militaires et les diplomates très nerveux, il a certes pris des positions non conventionnelles en matière de politique commerciale, en rupture avec un certain consensus libéral-internationaliste. Les conflits commerciaux à coup de tarifs avec plusieurs pays dont la Chine créent des turbulences mais l’ordre économique international en place n’est pas touché dans ses fondements. Le troisième conseiller de Trump à la sécurité nationale, John Bolton, nommé en mars 2018, est certes connu pour ses positions unilatéralistes stridentes et agressives, mais le monde a déjà connu d’autres périodes de fort unilatéralisme américain, notamment sous George W. Bush, où Bolton a fonctionné un temps comme ambassadeur auprès de l’ONU, institution dont il se moquait publiquement. Ici encore, Trump agit en Républicain « plus ».

4Cependant, en analysant Trump comme un président dont la différence avec ses prédécesseurs serait d’abord une question de degré, on risquerait fort d’occulter un problème de taille, celui qui dérange et effraie le plus à propos de ce président, aux Etats-Unis et internationalement : son rapport discutable à la démocratie.

5Très nombreux en effet sont les commentateurs qui dénoncent les tendances autoritaires chez Trump. Quelques intellectuels critiques distingués ont pu contribuer à ce sujet de débat public (par exemple Robert Reich, Richard Falk, Judith Butler, Cornel West parmi d’autres), mais ils n’en ont pas le monopole. L’ancienne Secrétaire d’Etat sous William Clinton, Madeleine Albright, a publié en 2018 un livre intitulé Fascism: A Warning, où on peut lire : « Si nous pensons au fascisme comme une blessure du passé qui avait presque guéri, le fait d’installer Trump à la Maison Blanche ressemble à l’acte d’arracher le pansement et de gratter la cicatrice » (Albright, 2018 : 4-5). L’ouvrage n’est pas par ailleurs une contribution originale à l’analyse des fascismes historiques et émergents, mais qu’une femme de ce rang s’exprime ainsi indique que le questionnement n’est pas marginal, mais parfaitement mainstream, à l’exception de l’« écosystème » médiatique propre à la droite dure où Trump puise beaucoup de son soutien.

6Au sein du Parti républicain que Trump le candidat a pris d’assaut en 2015-2016, beaucoup d’élus l’ont dénoncé en pleine campagne au rythme des scandales successifs, mais presque tous ont préféré finalement composer avec lui. Un sénateur républicain – un seul – a refusé toute association avec Trump et a préféré renoncer à son siège : Jeff Flake (Arizona) qui, au nom de ses valeurs affirmées de conservateur, a dénoncé le danger anti-démocratique de Trump dans un livre (Flake, 2017) et plusieurs discours. Devant des étudiants en droit de Harvard en mai 2018, il a mis en garde contre la « fragilité » de l’Etat de droit » face aux « acteurs malveillants » prêts à « s’ingérer dans l’administration de la justice » sans égard aux conséquences (Flake, 2018). Trump, a-t-il déclaré, a « un appétit infini pour la destruction et la division » mais n’a qu’une « connaissance superficielle du fonctionnement de la Constitution ». Le Congrès est resté « totalement couché » (supine) devant le « vandalisme moral qui émane de la Maison Blanche ».

7Sous le titre « Les journalistes ne sont pas l’ennemi », les éditorialistes du Boston Globe daté du 16 août 2018 ont écrit : « Un pilier central de la politique du président Trump est son attaque soutenue contre la presse libre…Désigner la presse comme « l’ennemi du peuple » est à la fois « non-américain » (un-American) et « dangereux pour le pacte civique que nous partageons depuis plus de deux siècles ». Plus de 400 autres journaux du pays entier ont adhéré à cette démarche en publiant leurs propres plaidoyers.

De la dénonciation à l’analyse

8On pourrait multiplier ainsi les dénonciations, mais en quoi est-il démontré que le comportement de Trump est anti-démocratique ? Dans la littérature émergente sur cette question, on trouve deux approches différentes mais complémentaires : une approche politiste qui suit les dynamiques au sein de l’Etat et du système politique et une approche plutôt sociologique qui saisit le phénomène Trump comme une constellation de dynamiques socio-politiques.

9L’approche politiste analyse les pouvoirs et leurs usages dans le système politique, afin de détecter de possibles abandons de règles et de contrôles institutionnels conçus pour protéger le pluralisme dans les institutions. A titre d’exemple, le livre How Democracies Die, de Steven Levitsky et Daniel Ziblatt (2017), professeurs de science politique à Harvard dont l’approche comparatiste tient compte de l’expérience de plusieurs pays contemporains. Leur restitution de l’histoire de la république américaine met en évidence de nombreux épisodes où des règles démocratiques et constitutionnelles ont été ignorées ou affaiblies : la légitimité des adversaires niée, la violence tolérée voire encouragée, les libertés des opposants et des médias limitées. Pourquoi de tels écarts se produisent-ils ? Essentiellement, selon les termes de leur analyse, par négligence des gardiens (gatekeepers) – notamment les élus du Congrès – et par manque de retenue (forbearance) des acteurs politiques en général, ce qui conduit à l’affaiblissement des contrôles (guard-rails) conçus pour protéger le pluralisme démocratique.

10Trump n’est, pour ces auteurs, que la manifestation la plus récente – mais aussi la plus détonante – d’une tendance récurrente dans l’histoire nationale. Le tournant qui a mené à la situation actuelle – le moment où les pratiques « dérapent » – correspond à l’arrivée de Newt Gingrich (Républicain de Géorgie) à la Chambre des Représentants en 1978, puis son accession à des fonctions-clés dans la Chambre (Levitsky et Ziblatt, 2017 : ch. 7). En ces années-là, sous l’impact d’une génération de militants intransigeants, la retenue disparaît des méthodes des Républicains pour conquérir et conserver le pouvoir. La polarisation commande la vie politique, il importe de discréditer autant que possible les Démocrates sans craindre l’excès et la déformation. Au Congrès, le compromis bipartisan est abandonné au profit d’une tactique parlementaire de combat, d’une collusion systématique à la limite de la légalité avec des lobbies privés, et, dans certains Etats, de découpages partisans de la carte électorale (gerrymandering).

11L’élection de Barack Obama crée brièvement l’illusion et l’espoir d’une vie politique « plus civilisée », mais le Tea Party, fondé dès les premiers mois du mandat d’Obama, représente une nouvelle radicalisation des comportements polarisants. Obama est accusé d’emblée d’être un président « anti-américain », musulman et faux citoyen (ici, Trump entre déjà en scène en tant que promoteur agressif de ce mythe). Le discours néolibéral de choc des élus Tea Party s’accompagne, selon les publics, d’un racisme explicite. La politique d’Obama est contestée sur toute la ligne et l’autorité constitutionnelle de l’exécutif constamment mise à l’épreuve. Le Parti républicain devient, de manière toujours plus marquée, le refuge des électeurs blancs qui ne se sentent pas « chez eux » avec la diversité ethnoraciale que les Démocrates incarnent désormais.

12Trump lui-même, selon les auteurs, manifeste depuis le début de son mandat « des réflexes autoritaires », qui se déclinent en trois « stratégies » (ibid. : ch. 8) : 1) « neutraliser les arbitres », 2) écarter ou marginaliser des acteurs-clés et 3) réviser les règles en vue d’un avantage partisan ou personnel. Parmi les « arbitres » que Trump a tenté de neutraliser, on compte le FBI, la CIA et la NSA, dans l’espoir sans doute de se protéger contre l’enquête qui commençait sur les liens entre sa campagne et la Russie. Le limogeage du directeur de la CIA James Comey en mai 2017 relève de ce cas de figure, mais les auteurs fournissent une série documentée d’affaires comparables.

13Parmi les acteurs-clés dont Trump s’efforce de réduire l’influence se trouve toute la presse qui ose critiquer le président, dénoncée comme « ennemi du peuple » (tweet, février 2017) et fabricants de « fake news ». Pendant sa campagne Trump a menacé le patron du Washington Post de poursuites antitrust. En 2017 le journal a adopté le slogan « Democracy Dies in Darkness » (dans l’obscurité, la démocratie meurt). Certes, soulignent Levitsky et Ziblatt, aucun journaliste n’a été arrêté et aucun organe de presse n’a modifié sa couverture des événements.

14 A propos des changements de règles, le principal dérapage se situe dans le domaine du droit de vote : l’administration prétend lutter contre la « fraude » électorale, c’est-à-dire les faux inscrits – phénomène parfaitement marginal – alors que de plus en plus d’Etats (une dizaine déjà au moyen de l’élection de 2016) adoptent des lois qui rendent la participation plus difficile pour les électeurs en général et pour les minorités ethnoraciales (noire, latina ou indigène) en particulier.

15Les bilan des deux politistes : Trump « a heurté les glissières comme un chauffeur négligent mais en 2017 il ne les a pas brisées… La ligne de l’autoritarisme n’a pas été franchie » (Levitsky et Ziblatt, 2017 : 187). Ils soulignent cependant qu’un président aux réflexes autoritaires peut faire de sérieux dégâts institutionnels si des résistances très fermes ne lui sont pas opposées sans tarder.

Le trumpisme comme dynamique socio-politique

16D’autres approches du phénomène politique Trump l’abordent davantage en tant que dynamique socio-politique, en s’appuyant sur la sociologie politique et la théorie critique. Elles font voir qu’en dépit des nouveautés du phénomène, le trumpisme s’insère dans un contexte historique en partie ancien (Singh, 2017 ; Giroux, 2018a, McAdam et Kloos, 2014). On y trouve des échos du tournant restrictionniste dans la politique d’immigration des années 1920 ; de la réaction des blancs du Sud contre la reconnaissance des droits civils et politiques des citoyens afro-américains dès 1964 ; de l’échec de la Reconstruction dans le Sud post-guerre de sécession et le retour de la suprématie blanche faite système ; voire de la période d’Andrew Jackson, héros populaire des colonisateurs blancs grâce à son traitement sans pitié des indigènes.

17Si Trump donne souvent l’impression d’être incompétent, son entrée en campagne en juin 2015 a été parfaitement orchestrée par cet homme de télévision. En ouvrant la campagne sur une dénonciation des « Mexicains », et en proposant en décembre 2015 une interdiction de séjour des Musulmans étrangers, il a rompu sciemment avec le langage (un peu) moins ouvertement racialisé des autres dirigeants républicains. Avec les thèmes du « mur » et du Muslim ban en étendard, Trump a radicalisé encore plus la logique de polarisation ethnoraciale.

18L’immigration n’est pas restée simple thème de campagne, elle est devenue le vecteur par excellence des efforts de l’administration Trump pour remodeler démographiquement le peuple américain, à travers une large gamme de mesures restrictives allant de la suppression des statuts protégés des immigrés de plusieurs nationalités jusqu’à la séparation des familles de migrants appréhendés à la frontière, en passant par la remise en question de la nationalité étatsunienne de certaines catégories de citoyens (Hernández, 2018 ; Bray, 2018). La finalité semble être de tenter d’inverser, ou en tout cas de ralentir, les tendances démographiques lourdes qui font des Etats-Unis un pays de moins en moins majoritairement blanc.

19De telles mesures ont été inspirées en partie par Stephen Bannon, troisième directeur de la campagne de Trump avant d’être nommé « stratège en chef » du président (janvier-août 2017). Son agenda ethnonationaliste désormais bien connu (par exemple Green, 2017) passe par la préparation d’une guerre des nations blanches et chrétiennes contre le monde musulman. Après la mobilisation des militants néo-fascistes qui s’est traduite par la mort d’une contre-manifestante à Charlottesville (Virginie) en août 2017, Bannon a été obligé de quitter l’administration. Mais il a laissé derrière lui Stephen Miller, autre ethnonationaliste, dont le mépris des Latino-Américains en particulier est de notoriété publique, (Green, 2017 : 183-184) aujourd’hui rédacteur des discours de Trump et « concepteur » de la politique d’immigration. Les migrants centroaméricains cherchant à fuir des situations de violence sociale endémique chez eux sont construits en « menace » et refoulés comme des criminels, peu importe qu’aucune étude sérieuse ne démontre la criminalité disproportionnée des immigrés.

20Henry Giroux résume ainsi la situation : « Trump n’a pas seulement normalisé le racisme aux Etats-Unis et donné une nouvelle légitimité aux idéologies et aux expressions de haine des néo-Nazis et des nationalistes blancs, il a approfondi la crise de la démocratie en élevant l’émotion au-dessus de la raison et en transformant l’illettrisme civique en vertu » (2018b).

Le trumpisme a-t-il un nom ?

21Comment caractériser le trumpisme ? Le terme « populisme », fréquemment utilisé, notamment en Europe, nous paraît inadéquat, pour deux raisons. Premièrement, ce terme, qui renvoie en sociologie politique à un concept en construction depuis longtemps, a été transformé par l’usage médiatique en schéma, en injure ou en slogan passepartout. Deuxièmement, même le concept issu de la sociologie politique ne cerne pas l’originalité du trumpisme : c’est une forme de proto-autoritarisme qui n’a rien de véritablement populaire, à part certains slogans de campagne, non suivis d’effet, laissant entendre que « le peuple », ou « les travailleurs », vont tirer bénéfice de la politique économique de Trump. Le racisme est-il « populaire » ou est-il conçu pour diviser les couches populaires ? Le politiste Timothy Snyder propose de désigner le trumpisme comme un « sado-populisme », défini comme « la moitié du populisme », à savoir que « l’on promet des choses aux gens sans avoir la moindre intention, en arrivant au pouvoir, de mettre une telle politique en œuvre » (entretien, salon.com, 9 mai 2018).

22Les auteurs qui mobilisent le concept de fascisme ne prétendent pas que le trumpisme présente de fortes similarités avec les fascismes européens historiques. Le propos serait plutôt que la dynamique socio-politique du trumpisme suggère des dynamiques associées aux fascismes : racisme élevé en politique d’Etat, misogynie et appels à la violence, construction de l’opposition parlementaire en ennemi de la nation, menace de nouvelles guerres extérieures, etc. Mais il ne s’agit pas ici d’examiner des scénarios futurs.

23Bien entendu, l’Etat américain est encore loin d’être unifié autour d’un projet autoritaire : une Gleichschaltung hitlérienne ne semble pas à l’ordre du jour. Depuis la première semaine du mandat, l’opposition au trumpisme est active et prend des formes multiples. Si la cohésion politique de cette opposition n’est pas garantie d’avance, le danger perçu d’une menace à la démocratie – à la fois immédiate et potentiellement plus durable et plus profonde – tend néanmoins à lui donner vigueur.

Haut de page

Bibliographie

Albright Madeleine, Fascism: A Warning, William Collins, 2018.

Bray Mark, « Deporting US Citizens: Trump’s New Fascistic Use of Law », truthout.org, 31 août 2018.

Flake, Jeff, Conscience of a Conservative: A Rejection of Destructive Politics and a Return to Principle, Random House, 2017.

Flake, Jeff, discours, Harvard Law School, 24 mai 2018. URL : https://www.youtube.com/watch?v=3S8hZ76QSxc

Giroux, Henry A., 2018a, American Nightmare: Facing the Challenge of Fascism, City Lights Books, 2018.

Giroux, Henry A., 2018b, “Trump, Kavanaugh and the Path to Neoliberal Fascism”, truthout.org, October 11, 2018.

Green, Joshua, Devil’s Bargain: Steve Bannon, Donald Trump and the Nationalist Uprising, Penguin, 2017.

Hernández, David, “Punishing Lawfulness: Trump's Assault on Authorized Migration”, NACLA Report on the Americas, 16 août 2018.

Levitsky, Steven et Daniel Ziblatt, How Democracies Die, Crown, 2018.

McAdam, Doug et Karina Kloos, Deeply Divided: Racial Politics and Social Movements in Postwar America, Oxford University Press, 2014.

Singh, Nikhil Pal, Race and America’s Long War, University of California Press, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James Cohen, « Trump à mi-mandat : la démocratie en danger ? »IdeAs [En ligne], 12 | Automne / Hiver 2018, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/ideas/4166 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideas.4166

Haut de page

Auteur

James Cohen

Professeur à l’Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle, CREW (EA 4399), auteur de À la poursuite des « illégaux ». Politiques et mouvements anti-immigrés aux États-Unis, Éditions Le Croquant, 2012

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des Amériques
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals