Navigation – Plan du site

Écrire l’histoire du Québec pour les touristes

La présentation de l’histoire dans les guides touristiques du Québec (1963-2016)
Writing Quebec history for tourists. The presentation of Quebec History in the tourist guides (1963-2016)
Escrever a história de Quebec para turistas. A apresentação da história nos guias turísticos de Québec (1963-2016)
Serge Jaumain

Résumés

Les guides touristiques imprimés constituent un outil essentiel dans l’élaboration des savoirs géographiques, artistiques, culturels, sociaux, mais aussi politiques et historiques, des millions de visiteurs qui, chaque année, foulent le sol québécois. En quelques pages, ils offrent une introduction à un nouvel univers et participent ainsi à la construction des représentations collectives. Leur impact a pourtant longtemps été ignoré par les historiens. Ce texte propose les premiers résultats d’une étude des présentations historiques du Québec dans une septantaine de guides touristiques publiés en français ou en anglais entre 1963 et 2016. Après avoir examiné la manière dont ces textes sont construits, l’étude montre qu’au cours de la période considérée le discours évolue peu, excepté sur deux points : les autochtones et la question nationale. Pour les premiers, la présentation se veut de plus en plus attentive à leur situation socio-économique, et leur place dans le récit historique bénéficie d’une progressive revalorisation. La question nationale constitue pour sa part l’élément central de nombreuses introductions historiques reflétant ainsi les interrogations des voyageurs face à la revendication autonomiste du Québec. C’est surtout l’un des rares endroits où certains guides s’éloignent de leur neutralité traditionnelle pour formuler quelques jugements sur le mouvement autonomiste ou, plus généralement, sur les relations entre anglophones et francophones.

Haut de page

Texte intégral

1Les guides touristiques imprimés constituent un outil essentiel dans l’élaboration des savoirs géographiques, artistiques, culturels, sociaux, mais aussi politiques et historiques, des millions de visiteurs qui, chaque année, foulent le sol québécois. En quelques pages, ils offrent une introduction à un nouvel univers et participent ainsi à la construction des représentations collectives. Leur impact a pourtant longtemps été ignoré par les historiens. Ce texte propose les premiers résultats d’une étude des présentations historiques du Québec dans une septantaine de guides touristiques publiés en français ou en anglais entre 1963 et 2016. Après avoir examiné la manière dont ces textes sont construits, l’étude montre qu’au cours de la période considérée le discours évolue peu, excepté sur deux points : les autochtones et la question nationale. Pour les premiers, la présentation se veut de plus en plus attentive à leur situation socio-économique, et leur place dans le récit historique bénéficie d’une progressive revalorisation. La question nationale constitue pour sa part l’élément central de nombreuses introductions historiques reflétant ainsi les interrogations des voyageurs face à la revendication autonomiste du Québec. C’est surtout l’un des rares endroits où certains guides s’éloignent de leur neutralité traditionnelle pour formuler quelques jugements sur le mouvement autonomiste ou, plus généralement, sur les relations entre anglophones et francophones.

Introduction1

  • 1 Je tiens à exprimer mes remerciements aux deux lecteurs anonymes de la revue pour leurs excellentes (...)

2Comment l’histoire du Québec est-elle présentée aux touristes ? Cette question n’a à ce jour guère interpellé les historiens. Pourtant, le tourisme est devenu un élément essentiel dans l’acquisition de nouvelles connaissances : il permet de découvrir « sur le terrain » une région, un lieu, une population, un pays dont jusque-là on avait au mieux une vague connaissance scolaire, livresque, télévisuelle voire électronique. Le voyage in situ invite à en savoir un peu plus, et les guides imprimés contribuent à cette découverte. Ils constituent un outil dans l’élaboration des savoirs géographiques, artistiques, culturels et sociaux, mais aussi politiques et historiques, sur les pays visités. En quelques pages, ils offrent une introduction à un nouvel univers et participent ainsi à la construction des représentations collectives.

3Ce rôle n’est bien sûr pas neuf. Dès leur apparition, les guides touristiques imprimés ont constitué des instruments appréciés de vulgarisation scientifique. Ariane Devanthéry rappelle que la première moitié du xixe siècle correspond ainsi « à un moment doublement charnière dans l’histoire du voyage et de la diffusion de la connaissance, puisque c’est l’époque non seulement des vrais débuts du tourisme, mais aussi de la constitution en un domaine spécifique d’un nouveau champ de réflexion autour de la transmission du savoir : celui de la vulgarisation scientifique ». Les trois grands guides européens du xixe siècle (Murray, Baedeker et Joanne) reprendront régulièrement dans leurs préfaces respectives cette thématique de la diffusion du savoir (Devanthery A., 2016 : 17-18).

4Malgré la multiplication des outils permettant l’accès à la connaissance, les guides ont toujours gardé une place à part dans ce processus. Leur succès a suivi la croissance du tourisme, et c’est à travers leur discours qu’aujourd’hui encore, des millions de voyageurs en apprennent un peu plus sur la réalité des pays qu’ils découvrent. Facilitant le décryptage des lieux visités, ces petits opuscules orientent donc les pas – mais aussi le regard – d’un grand nombre de touristes : c’est dire leur impact et la nécessité de mieux connaître leur discours.

  • 2 Bien entendu les voyageurs ne partent pas « vierge » de toute information sur la région visitée. De (...)

5En plus de multiples renseignements pratiques, ils proposent le plus souvent une introduction générale qui, pour beaucoup de lecteurs, constituera la principale information d’ensemble sur la région qu’ils se préparent à découvrir2. L’impact de ces textes est d’autant plus grand que le discours est ici vulgarisé, simplifié à l’extrême voire parfois caricaturé pour attirer et retenir l’attention. La multiplication des guides et les mises à jour régulières des grandes séries permettent d’analyser l’évolution de ces introductions et leur sensibilité aux transformations du contexte politique, social et culturel.

  • 3 La définition précise de ce que l’on entend par « guide touristique imprimé » mériterait un long dé (...)

6Nous proposons ici les premiers résultats d’une étude des présentations historiques du Québec dans une septantaine de guides touristiques imprimés portant sur le Canada, le Québec ou les villes de Montréal et Québec, publiés en français ou en anglais, par des maisons d’édition privées, entre 1963 et 2016 et ayant une introduction historique3. L’analyse porte exclusivement sur les présentations générales, car elles sont les seules à offrir une trame globale, cohérente et souvent très construite que le visiteur peut parcourir d’une traite avant même de commencer son séjour. Ses connaissances historiques seront bien sûr complétées au hasard de ses visites, rencontres et autres découvertes, mais le processus d’acquisition du savoir sera alors légèrement différent : beaucoup plus fragmenté et issu d’une confrontation immédiate entre ce qu’il voit, lit, entend ou ressent et les propos du guide.

7La période retenue est d’autant plus intéressante qu’elle correspond à un moment où l’image du Québec proposée aux voyageurs se transforme. Après avoir basé leur stratégie de développement touristique sur les aspects pittoresques de la province et une perception idéalisée de son histoire (Hamel N., 2001) qui correspondait bien aux souhaits des voyageurs américains (Neatby N., 2003), les autorités de la province décident de mettre mieux en exergue la diversité des activités qu’elle offre, mais aussi sa modernité, balayant l’image d’une région enfoncée dans ses traditions et sa religion. Cette politique, qui influence bien sûr le discours des guides, sera renforcée par les effets de la Révolution tranquille et la réorganisation du secteur suite à la mise en place en 1961 d’un Office du Tourisme de la Province de Québec qui deviendra en 1963 la Direction générale du Tourisme du Ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche.

8Dans ce texte, après avoir rappelé les particularités des guides touristiques en tant que source historique, nous examinerons leur processus de rédaction rapide et souvent à plusieurs mains qui doit tenir compte des souhaits et sensibilités d’un très large public. La multitude de petites erreurs historiques relevées au cours de notre étude permettra ensuite de souligner comment ces choix éditoriaux influencent la qualité de l’information diffusée. Enfin, à partir de l’étude des différentes balises historiques présentées dans les introductions nous déterminerons les thématiques où l’évolution du discours est la plus marquée, et nous tenterons d’en expliquer les raisons.

9Notons enfin que, compte tenu des présentations fort différentes des parties historiques, une étude statistique portant, par exemple, sur le nombre de pages consacrées à l’histoire du Québec s’est vite révélée peu probante. Nous lui avons préféré une analyse qualitative de l’évolution de la présentation des différentes périodes de l’histoire du Québec.

1. Le guide touristique : une source complexe !

  • 4 L’intérêt des historiens pour ce nouveau champ disciplinaire est par exemple bien illustré par la c (...)
  • 5 A ces travaux, il faudra bientôt ajouter l’ouvrage majeur de Nicole Neatby évoqué plus haut (From O (...)

10Dans le cadre plus général du développement des travaux sur l’histoire du tourisme4, les guides touristiques ont fait l’objet, au cours des deux dernières décennies, d’une réévaluation de la part des historiens qui ont peu à peu redécouvert l’intérêt de ces publications (Chabaud G., 2000 ; Hancock C., 2003 ; Jaumain S. et Ch. Loir, 2003). Le Québec n’a pas échappé à cette évolution (Gagnon F., 1992 ; Geronimi M., 2001 ; Ramsay L., 2003), et, à la faveur du formidable développement des études sur l’histoire du tourisme, les guides ont été ces dernières années à la base de recherches majeures sur l’histoire du tourisme québécois (Lambert M.-E. 2013 ; Gordon A., 2014 ; Archambault J., 20165). Les travaux sur les guides touristiques connaissent un tel succès qu’en 2011 une première petite bibliographie répertoriant les études réalisées au cours des vingt années précédentes a vu le jour (Cohen E., 2011).

11L’ensemble de ces publications témoigne tout à la fois de la richesse des guides, des multiples usages dont ils peuvent être l’objet dans le cadre d’études les plus diverses mais aussi des précautions méthodologiques indispensables liées aux particularités de cette source. La prudence s’impose lorsque l’on cherche, par exemple, à évaluer l’influence de leurs introductions historiques. Ont-elles été effectivement lues ? Rien ne permet de l’affirmer. Le premier objectif de ces petits ouvrages est de permettre au lecteur de trouver rapidement des informations brèves et concises. Cela implique un processus de lecture très particulier : à la différence d’un ouvrage traditionnel, le guide ne se parcourt jamais du début à la fin. Il se découvre par petites touches en fonction des besoins, des interrogations, de la manière dont s’organise le voyage et du type de renseignements qui intéresse le lecteur. Ce dernier « picore » les informations selon les lieux visités ou les questions (pratiques ou autres) qu’il se pose. Ce « papillonnage » n’impose en aucune manière la consultation des introductions historiques. Il est même probable qu’elles soient de moins en moins parcourues, comme en témoigne une évolution récente et très significative de plusieurs guides de notre échantillon (Lonely Planet, The Rough Guide to Canada ou Le Routard) qui ont choisi de les réléguer à la fin de la publication, comme une sorte de complément d’information s’adressant aux touristes qui voudraient réellement en apprendre un peu plus…

12Sans renvoyer l’histoire en fin de volume, le Guide Vert de 2012 sur le Québec a choisi pour sa part de l’intégrer dans une grande partie intitulée « Comprendre le Québec » qui s’ouvre par un premier chapitre intitulé « Le Québec aujourd’hui », évoquant successivement les populations, le système politique, le hockey, les traditions, l’art de vivre, etc., avant de présenter, sur une dizaine de pages, un résumé du passé de la province. Quel que soit le choix des éditeurs, ces tendances récentes témoignent d’un changement assez radical, puisque traditionnellement les présentations historiques se trouvaient dans les premières pages. On peut en déduire que la connaissance du contexte historique n’est plus considérée comme un préalable indispensable à la compréhension des lieux visités. On préfère d’abord susciter la curiosité du lecteur par l’évocation d’un certain nombre d’enjeux contemporains avant d’évoquer l’histoire comme une clef de compréhension du monde actuel.

13Un autre élément doit être pris en compte dans la réflexion sur l’impact du discours des guides imprimés : si l’augmentation et la diversification de ces publications ont accompagné le développement du tourisme de masse depuis le milieu du xxe siècle, cette évolution semble peu à peu atteindre ses limites. Les données communiquées par les éditeurs indiquent un net déclin du nombre de guides publiés au cours des dernières années. De 2006 à 2012, les chiffres de vente des guides Frommer’s US ont par exemple diminué de 34 à 18 millions de dollars et ceux du Lonely Planet de 25 à 18 millions (Peel V. et A. Sorensen, 2016 : 3-4). Les guides imprimés subissent la concurrence d’autres modes de diffusion du savoir touristique. La toile offre, par exemple, une multitude d’informations interconnectées qui se prêtent beaucoup mieux au « papillonnage » évoqué plus haut, et elle permet en outre de multiplier les médias mobilisables (photos, films, enregistrements audio, etc.). Si la part de marché des nouvelles formes de guides électroniques est appelée à s’étendre au cours des prochaines années, ils sont toutefois loin d’avoir éclipsé les publications traditionnelles : plus d’un voyageur américain sur deux consulte encore aujourd’hui une source imprimée pour planifier son voyage (Neault Ch., 2017). Notons au passage que la part croissante prise par les médias numériques complexifiera le travail de l’historien : les séries de guides imprimés permettent de suivre bien plus aisément l’évolution du discours d’une édition à l’autre, ce qui est quasi impossible sur la toile.

2. La rédaction des guides

14Dans la première moitié du xxe siècle, les guides touristiques étaient souvent rédigés par un seul auteur ou avaient tout au moins un auteur principal. Ceci est devenu plus rare dans les grandes séries contemporaines. Les guides sont, en plus, peu diserts sur leurs auteurs : les noms apparaissent rarement sur les couvertures, et un certain nombre de publications ne contiennent même aucune information à leur sujet. Quelques grandes séries proposent bien, en début ou en fin de volume, de courtes biographiques, parfois accompagnées de photos. Ce peut être l’occasion de souligner que certains auteurs sont des locaux mais la plupart du temps la lecture de ces présentations offre très peu de renseignements sur le parcours ou les compétences spécifiques de chacun ou sur les parties du guide qu’il a pris en charge. Ces notices visent plutôt à casser le caractère impersonnel de la publication pour donner l’illusion d’une proximité voire d’une complicité avec ses rédacteurs, nouveaux compagnons de voyage, dont on cherche à légitimer l’apport. La biographie d’une des quatre auteures présentées dans la rubrique « nos spécialistes Canada Est » du Routard sur le Québec de 2016/17 illustre parfaitement cette nouvelle tendance : « Cette Normande se méfie des GPS et des autoroutes, leur préférant cartes et chemins de traverse. Entre deux traductions de livres norvégiens, elle explore avec gourmandise des contrées plus ou moins exotiques. Son constat : si les voyages ouvrent l’esprit, nul n’est besoin de partir loin pour faire des rencontres et des découvertes extraordinaires » (Québec, Routard, 2016 : 6). Une manière bien habile de ne donner pratiquement aucune information !

Québec, Ontario et Provinces maritimes, Le Routard, 2016

Québec, Ontario et Provinces maritimes, Le Routard, 2016
  • 6 Il y a de notables exceptions: la partie historico-politique du Guide Bleu de 1994 sur le Canada n’ (...)

15Au cours de la période étudiée, Le Guide Bleu est l’un des rares à s’adresser à des personnalités renommées (souvent issues du monde universitaire) pour rédiger les présentations générales du Canada ou du Québec. Il est rejoint sur ce point par un autre guide qui tranche par rapport à l’ensemble de notre corpus : le Québec des Guides Gallimard publié en 1995 et régulièrement réédité. Fruit du travail d’universitaires québécois renommés, il se distingue par la grande qualité de ses contributions. À l’inverse, la plupart des publications analysées ici apparaissent comme le résultat d’une série d’ajouts et d’emprunts (non identifiés) aux éditions précédentes ou à d’autres publications, sans qu’il soit possible de savoir qui a écrit quoi. En outre, la vitesse de production (plusieurs grandes séries sont devenues annuelles) n’incite guère les auteurs aux recherches approfondies. Pur produit commercial, la dernière édition d’un guide chasse la précédente, mais en reprend souvent le contenu, complété par quelques informations pratiques récentes (formalités, avis sur les hôtels et restaurants, nouvelles attractions touristiques, etc.), et par l’ajout d’une ou deux phrases sur l’actualité immédiate (notamment politique6) qui visent surtout à démontrer que l’ensemble du guide est bien à jour.

  • 7 Feu Serge Gagnon a par exemple souligné la pro-activité du gouvernement québécois qui, dès la secon (...)

16Par ailleurs, on connaît mal les interactions entre les auteurs et leurs maisons d’édition, mais aussi avec les régions présentées. Quelles furent les consignes données? Comment l’enquête a-t-elle été menée ? Des corrections ont-elles été apportées aux textes des auteurs ? Quelle a été la nature des contacts avec les représentants des lieux évoqués ? Aucune indication méthodologique n’est fournie dans les guides et les processus de production varient d’un éditeur à l’autre. On sait tout au plus que, très tôt, de nombreux organismes publics et privés mirent tout en œuvre pour attirer le regard des touristes et des auteurs de guides7.

17L’apport de chaque auteur est d’autant plus difficile à déterminer que le dialogue avec le lecteur, le grand public en général et les habitants des lieux décrits constitue un élément important du processus d’écriture. Ces échanges et la régularité des publications permettent d’introduire une série de retouches, d’adaptations, de corrections ou de modifications en tous genres.

  • 8 Et pour ajouter à la complexité, il est souvent impossible de déterminer à quel public « national » (...)

18Ajoutons qu’une partie des guides considérés ici n’a pas été écrite dans la langue de publication. Certains sont le fruit de simples traductions (généralement de l’anglais vers le français) parfois légèrement « adaptées ». Le guide et son discours sont des produits « standardisés » qui doivent être en mesure de passer d’une langue à l’autre sans heurter les spécificités nationales des différents publics8. Cette tendance renforce la prudence, voire la neutralité du discours, même s’il y a ici aussi quelques exceptions : certains guides choisissent de se distinguer délibérément d’un discours globalisant et trop policé. L’exemple le plus connu est bien sûr celui du Routard qui s’adresse prioritairement à un public franco-français, ce qui, dans le cas du Québec, le conduit à adopter un ton très particulier. En ouverture du chapitre « Histoire et société », Le Routard de 1998 met ainsi en garde ses lecteurs contre l’image du « maudit Français » : « il faut avouer qu’ils [les Québécois] ont parfois raison […]. Notre nombrilisme légendaire fait de nous des touristes relativement pénibles, surtout dans ce pays dont nous partageons la langue. Nos cousins québécois fatiguent devant les éternels "en France, nous…" ! » Et de préciser : « S’ils ne représentent pas encore un État souverain […] ils ne sont certainement pas non plus les gérants d’une lointaine province française ! » (Québec, Le Routard, 1998: 83).

19Certains guides anglophones choisissent, eux aussi, de « cibler » leur public en prenant par exemple un luxe de précautions pour « dédramatiser » la confrontation linguistique avec le français. Ils préviennent ainsi leurs lecteurs que malgré sa position sur le continent nord-américain, le Québec se caractérise par l’usage prédominant de la langue française. Ils pourraient donc être confrontés à des personnes ne comprenant pas l’anglais (Fodor’s Montréal, 2014 : 30). Ceci peut conduire à une série de conseils pour « survivre » en milieu francophone comme la suggestion de demander « Parlez-vous anglais ? » avant de s’adresser dans cette langue à un commerçant ou à un employé (Montreal City Guide, Lonely Planet, 2004 : 14) ou d’essayer de dire « Bonjour, which means "Good day " » en affichant un large sourire (Fletcher K. et E., 2010 : XII).

20La période étudiée est aussi marquée par une nette évolution des illustrations. De plus en plus nombreuses, elles prennent la forme de photos en couleurs et leur rôle dans l’organisation du guide ne cesse de croître : elles dialoguent avec le texte, parfois même le dominent au point de devenir le véritable fil rouge de certaines publications. Ceci est à mettre en rapport avec le processus de lecture évoqué plus haut: un « papillonnage » où illustrations et encadrés servent à attirer l’attention sur l’un ou l’autre événement. Plusieurs guides présentent ainsi les principaux événements historiques à travers une série de brèves illustrées (Québec, Guide Gallimard, 1995 ; Canada, Guide Voir, 2001).

3. De nombreuses erreurs historiques !

  • 9 Cette dernière option, plutôt rare, est celle choisie par les excellents guides québécois Ulysse qu (...)

21La grande majorité des guides publiés entre 1963 et 2016 comprennent une partie historique sur le Canada ou/et le Québec. Sa longueur varie fortement (d’une simple chronologie commentée à une solide introduction digne d’un petit livre d’histoire9) tout comme son organisation. Ainsi, la présentation de la partie la plus contemporaine cède parfois la place à celle du cadre politique, économique ou social.

22Le ton de ces introductions est généralement (mais pas toujours) neutre et détaché, de manière à s’adresser au public le plus large et surtout à ne heurter aucune sensibilité. Les textes sont souvent aseptisés, voire redondants, excepté pour la période très contemporaine où la question nationale révèle, au détour d’une phrase ou d’un adjectif, des passages plus « engagés ». Inversement, et sans surprise, les guides n’évoquent pas les grands débats historiographiques, et l’absence de toute référence ne permet pas de savoir d’où sont issues leurs informations, même si tout laisse penser qu’elles proviennent d’autres guides ou publications de grande vulgarisation. Parmi les rares exceptions à cette règle, signalons le Guide Bleu du Canada dont l’édition de 1994 (Canada, Guides Bleus, 1994 : 82-91) propose un texte de l’historien français Claude Fohlen. Le Lonely Planet consacré à Montréal est pour sa part l’un des rares à suggérer en 2004 quelques lectures complémentaires sur l’histoire du Québec : une demi-douzaine d’ouvrages parmi lesquels l’excellent Short History of Quebec de John Dickinson et Brian Young et même, en 2012, l’ouvrage de Dorothy Williams A Road to Now : the History of Black in Montréal.

23La qualité de la présentation historique varie fortement d’un guide à l’autre, mais les petites erreurs sont légion, surtout dans les publications qui ont fait l’objet de traduction. Elles illustrent le manque de connaissances précises de l’auteur voire du traducteur et surtout le peu d’attention consacré à la partie historique. Ces erreurs pourraient faire l’objet d’un long florilège, nous nous limiterons ici à quelques exemples. Le Canada des Guides Olizane (traduction d’un texte anglais) évoque par exemple en 1991: la guerre de sept ans qui aurait eu comme prolongement en Amérique une guerre décisive entre les Français et… les Indiens (pp.27 et 188), le fort Garry de Winnipeg devient le « fort Gassy » (p.34) et le Front de Libération du Québec la « Fédération pour la Libération du Québec » (p.192). Le Guide Nelles intitulé Canada, Québec, Provinces Atlantiques de 1998 (également une traduction d’une publication anglaise) offre un beau florilège d’erreurs : l’évocation du premier ministre québécois Jean Bouchard (p.43), amusante confusion entre les premiers ministres Lucien Bouchard et Jean Charest ; le lancement du référendum de 1980 par le Bloc Québécois (p.42) qui serait aussi à l’origine de la loi 101 (p.42) ; une autre belle confusion entre le Parti québécois présent au niveau provincial et le Bloc québécois qui n’apparaît qu’en 1991 sur la scène fédérale. Le Guide signale en outre que « depuis 1976 le parti Québecois forme le gouvernement du Québec » occultant donc la période où la province fut dirigée par les libéraux (pp.42-43). L’édition de 2004 du même guide introduit de nouvelles erreurs qui provoquent cette fois un méli-mélo encore plus incompréhensible : « Depuis 1976, le parti séparatiste québécois forme le gouvernement du Québec et le Bloc Québécois est, quelques brèves périodes d’interruption mises à part, aux commandes depuis 1976 et représente officiellement le Québec à Ottawa » (p.41).

24En 1998, c’est le Grand guide de Montréal publié par Gallimard qui devance d’un siècle la capture des Jésuites par les Iroquois en évoquant le « milieu du xvie siècle » (p.47). Plus loin, il mentionne le rejet du Bloc Québécois dans lopposition fédérale (p.75), laissant donc entendre qu’il aurait auparavant fait partie de la majorité ! Il note enfin que le début de la Révolution tranquille est marquée par la victoire du parti fédéral au Québec, amusante confusion avec le parti libéral (p.76). Le Guide Voir sur le Canada publié chez Hachette en 2001, indique pour sa part qu’au referendum de 1980 « le non l’emporte de peu » (p.51), ce qui est inexact mais il oublie surtout que, six ans avant sa publication, il y eut un autre référendum dont les résultats furent, eux, très serrés à moins qu’il ne s’agisse à nouveau d’une confusion entre les deux événements. Plus récemment, l’édition anglaise du Lonely Planet de 2014 sur le Canada rapporte (p.843) que le premier ministre Lucien Bouchard a lancé ce deuxième référendum alors qu’il n’a accédé à ce poste… qu’après le référendum ! En 1999, le Grand Guide du Canada publié par Gallimard (et qui est une traduction de l’anglais) évoque les accords de « Charlottebourg », une curieuse francisation du nom de la ville de Charlottetown (p.19).

25Une autre petite erreur est sans doute encore plus emblématique : plusieurs guides francophones (par exemple le Guide Nelles, Canada, Québec, 1998 : 27) évoquent le traité de « Ghent » qui met fin à la guerre anglo-américaine au lieu d’utiliser la graphie francophone de la ville belge (Gand). C’est ici une parfaite illustration des fautes liées aux traductions trop rapides ou/et aux emprunts mutuels entre des auteurs qui n’ont pas pris le temps de vérifier leurs sources. Cette erreur se retrouve jusque dans le très franco-français guide du Routard de 1998 évoqué plus haut qui parle d’un « traité signé à Ghent » (p.87), les auteurs semblant ignorer l’existence de la ville de Gand, située à quelques dizaines de kilomètres de la frontière française. La faute ne sera corrigée que dans les dernières éditions du Routard (peut-être suite à la remarque d’un lecteur avisé) qui, de façon intéressante, se font soudain très didactiques en jugeant utile de préciser « un traité est signé à Gand (en Belgique) en 1814 » (Québec, Le Routard, 2016 : 663).

26Ces quelques exemples relevés au fil de nos dépouillements n’ont pas pour objectif de porter le regard dédaigneux d’un historien sur ces petits textes et encore moins de jeter l’opprobre sur des auteurs qui doivent mettre en forme très rapidement une multitude d’informations appartenant à des champs scientifiques les plus divers. Il s’agit, par contre, de souligner les limites de ces introductions historiques, souvent écrites très vite, sans faire l’objet de recherche ou de vérifications particulières mais qui, du fait de la diffusion des guides, bénéficient d’une large audience.

4. Les grandes balises de l’histoire du Québec

27Après avoir mis en exergue quelques-unes des caractéristiques des introductions historiques, plongeons-nous dans le cœur de ces textes pour examiner comment ils sont agencés mais surtout quelles sont les principales évolutions qui se dégagent au cours de la période étudiée.

28Le plus souvent la présentation historique du Québec suit assez strictement l’ordre chronologique. Il y a toutefois quelques exceptions à cette règle, tel le Guide Bleu du Québec  de 2001 qui, en dehors d’un petit tableau chronologique, remplace l’« historique » par un chapitre intitulé « La question québécoise ». Située au début de la rubrique « Comprendre », elle s’ouvre sur l’échec du référendum de 1995 pour expliquer ensuite ses origines lointaines en remontant l’histoire jusqu’en 1759 (pp.61-69). Dans la plupart des guides, la présentation de l’histoire du Québec (ou du Canada) est toutefois rythmée par une série de grandes balises : l’Amérique du Nord avant l’arrivée des Européens, la Nouvelle-France, la Conquête et le Régime anglais, la Confédération et la première moitié du xxe siècle, enfin la question nationale qui est l’occasion de souligner l’évolution socio-économique du Québec au cours des soixante dernières années. Examinons rapidement le traitement de ces différentes parties.

a. Le Canada avant l’arrivée des Français

  • 10 Comme on le lira plus loin, au milieu des années 1970, les Guides Bleus confieront à Louis-Mathieu (...)

29L’introduction historique de la plupart des guides publiés au cours de la période étudiée s’ouvre en rappelant que ces territoires étaient occupés bien avant leur « découverte » par les Européens. La description des populations qui y vivaient a toutefois fortement évolué au cours des dernières décennies. En 1967, le Guide Bleu consacré au Canada note encore que sur ces vastes étendues « erraient à l’aventure quelques 200.000 nomades en quête de gibier et constamment en guerre les uns contre les autres » (p.59). Le Montreal-guide publié la même année, à l’occasion de l’exposition universelle, et préfacé par le maire Jean Drapeau est l’un des rares à omettre la période précoloniale. Il « raconte » l’histoire de Montréal à partir de 1535 (arrivée de Jacques Cartier à Hochelaga) et sa seule référence aux premiers habitants se découvre au détour d’une petite phrase aux relents d’une autre époque : « Des Indiens de race huronne-iroquoise vivaient là qui firent la fête aux Visages Pâles » (de Grandmont E. et Tard L.-M., 1967 : 14)10. Dès la fin des années 1960, cette image caricaturale va toutefois progressivement se dissiper pour mieux faire écho aux développements de la recherche historique en soulignant que les populations qui vivaient et prospéraient en Amérique du Nord étaient bien mieux organisées qu’on ne l’avait dit.

30Les guides recadrent aussi le rôle de Jacques Cartier comme « découvreur » du Canada pour rappeler le passage des Vikings, de pêcheurs basques ou même de John Cabot en 1497. Le Guide Bleu Evasion de 2002 consacré au Québec présente pour sa part un petit encart au titre accrocheur : « La trahison de Jacques Cartier » (p.43), pour dénoncer le célèbre marin qui aurait renié sa parole en négligeant de reconduire en Amérique quelques amérindiens ramenés avec lui en France. Au-delà de son aspect fort anecdotique, ce type de mention illustre une volonté de revisiter mythes et représentations traditionnels liés à l’arrivée des Français en Amérique du Nord.

b. Le régime français

31La plupart des guides ne font pas mystère du peu d’intérêt porté par les Français à ces territoires avant l’explosion de la demande de fourrures de castor. Le guide sur le Québec publié en 1986 dans les Carnets du voyageur de Gallimard résume bien cette volonté de faire un sort à une image d’Épinal en rappelant clairement que l’installation des premiers Français et donc la naissance du Québec est liée à « l’appât du gain » (p.23).

  • 11 Nous avons montré ailleurs que les avis des historiens sur cette question ont toujours été très div (...)

32Les présentations évoquent ensuite avec plus ou moins de détails, les grandes étapes de l’histoire de la Nouvelle-France (fondation de Québec puis de Montréal, Compagnie des 100 associés...) et plus rarement le régime seigneurial. Lorsqu’il est mentionné, c’est pour rappeler qu’il servait à peupler et à distribuer la terre en échange de menus services et offrait de ce fait aux censitaires des « conditions d’existence bien supérieures à celles du paysan français » (Canada, Guide Ulysse 2001: 21)11.

  • 12 L’ouvrage annonce sur sa couverture “Une nouvelle collection pour un nouvel état d’esprit du voyage (...)
  • 13 L’auteur de ces lignes, Jean-Louis Tard qui avait signé en 1967 le petit Montréal-Guide évoqué plus (...)

33Les relations entre les premiers colons et les populations amérindiennes font souvent l’objet de quelques paragraphes. Les descriptions de « sauvages » présentées dans les récits de la fin du siècle précédent sont en voie de disparition, même s’il reste parfois des expressions d’une autre époque comme dans le très sérieux Guide Bleu de 1967 qui, on l’a vu plus haut, véhicule encore une image très négative des autochtones évoquant les « terribles Iroquois » (p.61). Huit ans plus tard, le Guide Bleu propose à ses lecteurs une nouvelle formule dont le ton est beaucoup plus léger et parfois même fleuri12. Dans un volume consacré cette fois spécifiquement au Québec, son auteur Louis-Martin Tard note à propos des Iroquois : « à cause d’eux, la vie devient intenable dans la jeune colonie » (p.29). Il évoque la nécessité de « pacifier l’Iroquois » (p.30) et souligne que contre eux les « mousquets font merveille » (p.30)13 ! Une dizaine d’années plus tard, la version anglaise du Guide Vert n’est pas très éloignée de ce discours en utilisant comme sous-titre « The Iroquois "Sourge" » (Canada. Tourist Guide, Michelin, 1987 : 144).

34De nombreux guides relèvent aussi le caractère « cruel » des Iroquois en évoquant la pratique de la torture. En 1966, le guide Frommer sur Montréal ouvre la porte à tous les phantasmes : « their torture techniques can’t be described in a family publication » (p.16). Si, comme nous l’avons souligné, le discours sur les populations autochtones se fait ensuite plus neutre et témoigne même d’une empathie croissante, l’image négative des Iroquois continue à être véhiculée à travers les nombreuses reproductions d’une illustration, représentant les tortures infligées au père Brébeuf. Plusieurs guides où, comme nous l’avons mentionné plus haut, l’illustration joue un rôle essentiel dans le processus de lecture, présentent toujours cette célèbre reproduction (Montréal Insight city Guide, 2007: 20), mais paradoxalement, la violence de l’image n’est ni reprise ni commentée dans les textes qui l’entourent où il n’y a même parfois… aucune mention de l’évangélisation ! Ces constats surprenants laissent penser que les éditeurs ne se sont pas donné la peine de chercher d’autres illustrations pour la partie historique et qu’ils n’ont pas mesuré toute la portée symbolique de celle-ci.

Montréal Insight City Guide, 2007

Montréal Insight City Guide, 2007

35Il n’est pas impossible non plus que les auteurs des textes (qui ne font parfois aucune référence à la gravure) ne se soient pas enquis des illustrations au moment de l’écriture. En 2016, la ligne du temps présentée par le guide Eyewitnes Travel sur le Canada, ne reproduit pas l’illustration évoquée ci-dessus mais s’inscrit dans la même logique en mentionnant pour l’année 1648-1649 : «Jesuit father Jean de Brebeuf is martyred during Iroquois raids on Huronia » (p.51) sans autre précision et cet événement, n’est même pas évoqué dans le texte rédigé. Cette mention sur la ligne du temps est toutefois accompagnée d’une petite illustration fort peu flatteuse intitulée « depiction of an Iroquois man » que l’on retrouve également dans plusieurs autres publications.

Canada, Eyewitness Travel, 2016

Canada, Eyewitness Travel, 2016

36En dépit de ces quelques images fort négatives, la présentation des autochtones se fait de plus en plus attentive aux épreuves traversées par ces populations suite à l’arrivée des Européens. À partir des années 1970, le processus d’évangélisation n’est plus systématiquement présenté mais lorsqu’il l’est, ses conséquences ne sont pas tues. Certains guides rappellent à cette occasion que ces populations comptent aujourd’hui parmi les plus pauvres du Canada et qu’elles se sont fait déposséder de leurs terres. Ils dénoncent l’image des « cruels » Indiens qui a si longtemps hanté les manuels scolaires (Blociszewski B. 1983 : 32). Dès 1998, Le Routard consacré au Québec retrace pour sa part l’évolution du vocabulaire de « sauvages » à « autochtones » (p.94) tandis que, dans son introduction générale « facts about Québec », le Lonely Planet de 2002 sur le Québec ne consacre pas moins de sept pages aux autochtones, bordées d’une bande grise verticale qui rend cette partie d’autant plus visible (pp.22-28).

  • 14 André Dudemaine « Histoire, tourisme et morgue - Un guide officiel qui lave plus blanc que blanc » (...)

37Malgré cette tendance générale, les restes de représentations beaucoup plus traditionnelles réapparaissent encore de temps à autre. Outre les illustrations évoquées plus haut, on notera qu’en mai 2006, André Dudemaine, directeur artistique du festival « Présence autochtone » de Montréal, dénoncera avec virulence un petit guide de Tourisme Montréal diffusé à près de 700.000 exemplaires qui, dans sa présentation historique, résume en six grandes dates l’histoire de Montréal en omettant la Grande Paix de 1701 et donc indirectement l’héritage amérindien. André Dudemaine dénonce « un véritable nettoyage ethnique » de l’histoire, un « aveuglement ethnocentrique » de Tourisme Montréal qu’il juge d’autant plus surprenant que « l'amérindianité est extrêmement vendable, notamment en Europe »14.

c. La conquête et l’établissement du régime anglais

  • 15 Dans l’édition de 2004 du même guide l’expression est légèrement atténuée. Elle devient “pour le mo (...)

38Fidèles à la chronologie traditionnelle, la plupart des guides utilisent la bataille des Plaines d’Abraham, la Conquête de 1760 et la fin du Régime français comme une césure dans le récit. Le ton est dans l’ensemble assez neutre, bien éloigné des récits éplorés qu’affectionnèrent nombre de voyageurs français de la première moitié du xxe siècle. Néanmoins les guides ne cachent pas les sentiments très tranchés que suscite l’évocation de la conquête. Pour le Guide Nelles de 1998, cette défaite restée « en travers de la gorge »15 des francophones aurait entrainé « des récits et des attitudes révélant un nationalisme français ainsi qu’un point de vue subjectif ou révisionniste sur l’histoire du Canada ». Et de préciser un peu plus loin « les Anglais, pour le meilleur ou pour le pire, ont choisi de ne pas imposer l’assimilation aux Canadiens français […] cette solution humaine et pacifique a préservé, en fin de compte, la culture française au Québec (Canada, Guide Nelles, 1998 : 38-39) ». Pour sa part, le Guide Fodor’s sur les villes de Montréal et Québec publié en 2014 n’hésite pas à écrire : « British rule was a boon for Quebec City. Thanks to more robust trade and large capital investments, the fishing, fur-trading, shipbuilding and timber industries expanded rapidly. As the city developed and diversified, the quality of people’s life also greatly improved » (p.244). D’autres soulignent le départ d’une partie des élites françaises après 1760, et pour bien faire comprendre ce que représente la Conquête pour ceux qui restèrent dans la nouvelle colonie anglaise, Louis-Martin Tard évoque « les autres, avant la lettre Pieds-noirs désespérés [qui] s’accrochent au sol qu’ils ont fécondé » (Tard L.-M. 1975: 32).

  • 16 On notera que ma mémoire des Patriotes qui menèrent les rébellions dans le Bas-Canada est restée vi (...)

39Les principaux événements qui marquent l’histoire des territoires passés officiellement sous domination anglaise en 1763 sont ensuite présentés de manière assez systématique. L’échec de la tentative de conquête du Canada par les Etats-Unis en 1812 est parfois évoquée pour souligner que « cette guerre sans grande utilité eut au moins un avantage : celui de communiquer aux habitants (…) un profond élan national » (Canada, Naguel, 1963, p.25). Les rébellions de 1837-1838 menées dans le Bas et le Haut Canada suite au refus des autorités coloniales d’accorder des réformes politiques sont souvent mentionnées, mais généralement de manière brève et nuancée. Certains guides parlent de « révoltes » ou de « mouvements d’agitation » sans développer. Seul le ton du Guide Bleu de 1967 sur le Canada tranche à nouveau avec cet ensemble assez neutre en évoquant les « outrances des patriotes » lors de cet épisode qu’il qualifie de « regrettable » (pp. 65-66) 16. Le rapport Durham et ses conséquences (la création du Canada-Uni) sont souvent mentionnés, mais plus rarement le fait qu’au lendemain des rébellions l’Eglise maintient ou renforce son pouvoir au Québec.

d. La Confédération et la première moitié du xxe siècle

40La création en 1867 de la Confédération constitue une autre grande césure dans le récit. La chronologie qui conduit peu à peu les colonies britanniques d’Amérique du Nord à rejoindre ce nouvel ensemble territorial est souvent évoquée et les guides associent généralement ce processus au développement du chemin de fer reliant le Canada d’Est en Ouest. Dans la plupart des publications, la mise en place de la Confédération proprement dite ne donne toutefois pas lieu à de longs développements. Elle est souvent suivie de quelques paragraphes sur la révolte des Métis et sur l’impact de l’exécution de leur leader Louis Riel. Plusieurs guides évoquent ensuite l’afflux d’immigrants à partir de la fin du xixe siècle. En revanche, plus rares sont ceux qui soulignent qu’au même moment, de nombreux Canadiens choisirent d’émigrer vers la Nouvelle-Angleterre à la recherche d’emplois plus rémunérateurs.

41Les guides s’entendent par contre pour décrire le xixe siècle comme une période assez sombre pour les francophones du Québec : certains, comme le Guide Nagel sur le Canada de 1963, allant jusqu’à suggérer que la province serait passée directement du xviiie au xxe siècle : elle « ne connut guère les progrès scientifiques et techniques du xixe siècle. […] Le xixe siècle fit peu de choses pour le Québec, exception faite de la transformation de Montréal en une métropole industrielle et commerciale » (p.191).

42Les premières décennies du xxe siècle sont ensuite décrites comme celles d’un rapide développement économique qui permet au Québec d’entrer dans le monde moderne assurant à sa population l’un des plus hauts niveaux de vie du monde – même si plusieurs guides rappellent les conséquences dramatiques de la crise des années 1930, et présentent le Montréal de cette période comme un lieu de perdition, une véritable capitale du vice favorisé par la prohibition américaine qui n’avait pas cours au Québec (Canada. Guide Arthaud, 1990 : 156 ; Montréal, Berlitz, 1998 : 21).

43Plusieurs guides évoquent aussi le renforcement de l’emprise morale et politique de l’Église pendant les trois premières décennies du xxe siècle. La naissance en 1934 de quintuplées, les sœurs Dionne, est par exemple citée en 1985 comme l’un des éléments les plus symboliques qui « va attirer l’attention du monde entier sur ce vieux peuple canadien français, rural, catholique et prolifique » (Tard L.-M., 1985 : 37).

44Dans l’ensemble, les guides ne s’attardent pas sur les deux guerres mondiales et encore moins sur la conscription. Le guide québécois Ulysse est l’un des rares à rappeler que cette dernière va contribuer à renforcer l’opposition entre les deux grands groupes linguistiques du Canada (Québec, Guide Ulysse, 2001 : 20-22). Le guide Voir tranche aussi dans notre échantillon en s’attardant sur la valeur des régiments canadiens lors des deux guerres : il rappelle que pendant le premier conflit mondial c’est un pilote canadien qui aurait abattu le Baron Rouge. Il souligne ensuite le rôle de la marine canadienne au cours de la Deuxième Guerre mondiale ainsi que le courage des Canadiens à Dieppe en 1942 et lors du débarquement de 1944. Il ajoute que, sur les plages normandes, ils subiront plus de pertes que tous les régiments placés sous le commandement britannique avant de rappeler qu’ils libéreront la plus grande partie des Pays-Bas (Canada, Guide Voir, 2001 : 48-49). Le rôle des femmes appelées sur le marché du travail pour remplacer les hommes partis au front et l’impact de cette décision sur l’évolution de leur condition (un point bien connu de l’historiographie canadienne) est très rarement évoqué. Le Guide Ulysse est l’un des rares à souligner que cela contribua à faire souffler « un vent de changement sur la société québécoise » qui se heurta à Maurice Duplessis (Québec, Guide Ulysse, 2001 : 22).

45Les quinze années qui suivent la Deuxième Guerre mondiale sont en effet décrites dans la plupart des publications analysées comme celles de la « grande noirceur » dominée par la personnalité de Maurice Duplessis. Dans son style inimitable, Le Routard mentionne une « revanche des berceaux » où « un peu comme dans une ambiance de "multiplication des pains", les Québécois francophones, avec leurs familles de douze (voire quinze, voire même vingt enfants !) ont littéralement noyé la communauté anglophone » avec les encouragements du clergé. Il ajoute que tous les jours à 19h00, le Québec se mettait à genoux devant le poste de radio pour suivre la messe, mais précise que tout ceci eut au moins un aspect positif : celui de rendre Québec imperméable à l’idéologie et au mode de vie anglo-saxons (Québec, Le Routard, 1998 : 89). Cette image se retrouvait déjà en 1963 dans le guide Naguel qui, comme nous l’avons vu, estime que le xixe siècle n’a rien apporté au Québec : « Aujourd’hui encore la plus grande partie du Québec est le reflet du xviiie siècle (…). C’est la vieille France dans un monde neuf ». S’il reconnaît que le xxe siècle lui a déjà apporté de « profondes modifications », il conclut « la province de Québec est aujourd’hui un mélange de xviiie et de xxe siècles » (p.191).

46Les années 1960, période charnière de la Révolution tranquille qui va bouleverser les structures de la société et de l’État québécois constituent une nouvelle césure dans le récit. Elles ouvrent l’une des parties les plus riches de ces introductions historiques, évoquant bien sûr les transformations socio-culturelles du Québec, mais surtout le développement d’un mouvement nationaliste de plus en plus fort qui installe la question nationale au cœur du débat politique.

e. La question nationale

47Au début des années 1960, il était encore possible de passer sous silence la question nationale : pas un mot dans le Naguel de 1963 sur le Canada, tandis que le Guide Bleu de 1967 insiste sur « l’effort indéniable de bonne volonté et de meilleure compréhension » des Canadiens-anglais « effrayés à juste titre » par un courant séparatiste mené par « des extrémistes » (Canada. Guide Bleu, 1967 : 67).

48Le discours change radicalement dans les guides postérieurs aux années 1970 : la question nationale devient le cœur de la présentation historique (et/ou politique) du Québec et fait même parfois l’objet d’un chapitre spécifique.

  • 17 On notera que dans l’ensemble le Guide Vert restera très prudent sur le sujet. La chronologie propo (...)

49Le premier Guide Vert consacré au Canada en 1981 est encore peu disert sur le sujet. Il termine un bref paragraphe sur la Révolution tranquille par deux courtes phrases évoquant l’élection de René Lévesque en 1976 et sa réélection en 1981… mais sans dire un mot du référendum de 1980 (Canada, Guide Michelin, 1981, p. 147)17. Les choses sont pourtant bien en train de changer dans le discours des guides où la « question nationale » va peu à peu s’imposer comme un thème incontournable de toute présentation générale du Québec mais surtout un thème particulièrement sensible !

50Dans les guides destinés aux anglophones, il s’agira d’abord d’expliquer l’étrangeté du maintien d’une société francophone forte et revendicatrice en Amérique du Nord, mais surtout d’une société qui, à coup de référendums, revendique son indépendance.

  • 18 Extrait du texte de Philippe Meyer, « Visage du Québec » (Canada, Le Guide bleu, 1982 : 171).

51Le fameux « Vive le Québec libre » lancé en 1967 du balcon de l’hôtel de ville de Montréal par le Général de Gaulle est célébré par une série de guides (surtout ceux rédigés par des Français !) comme un des moments forts de l’évolution du mouvement souverainiste mais, inversement, ces petites publications n’aiment guère les confrontations trop violentes : la crise d’octobre 1970 ou les actions terroristes du FLQ (le Front de Libération du Québec) sont au mieux évoquées de manière très succincte. Par contre, pour bien illustrer le débat sur la question nationale et lui donner des visages emblématiques, plusieurs guides présentent les deux visions opposées du Canada que symbolisent les personnalités contrastées de Pierre-Eliott Trudeau et René Lévesque. Il arrive même que le soutien apporté par le Québec à ces deux leaders opposés fasse sourire. En 1982, l’un des auteurs du Guide Bleu sur le Canada ne peut s’empêcher de noter que ce double attachement révèle la vraie nature du Québécois : « madré, rusé, matois, roublard, mariol comme un paysan de contes et légendes », il vote à la fois pour Trudeau et Lévesque parce « qu’il y a deux façons de soutenir son pantalon : l’une avec des bretelles, l’autre avec une ceinture. Le Québécois utilise les deux »18 .

52Dès la fin des années 1970, les guides consacrés au Canada ou au Québec suivent donc avec attention l’évolution du débat sur la question nationale. À quelques exceptions près, évoquées plus haut, ils sont même très à jour sur ce point. Le référendum de 1980 se trouve au cœur de la partie historique de presque tous les guides édités après cette date. Au fur et à mesure de leur date de publication, ils évoquent ensuite le rapatriement de la Constitution, les tentatives infructueuses de trouver un accord global (Lac Meech, Charlottetown), puis le référendum de 1995...

53Le clivage sur la question nationale est tel que certaines de nos prudentes publications se laissent parfois aller à quelques jugements de valeur. En 1990, le Guide Arthaud est ainsi très défaitiste : « Le plus grave, dans tout cela, est que l’on ne voit pas qui – parmi les hommes politiques actuels – serait capable de stimuler un quelconque enthousiasme ou encore moins de rétablir la situation » (Canada, Guide Arthaud, 1990 : 20). Un an plus tard Le Guide Olizane note que « en toute logique autre que canadienne, la Belle Province devrait former un État indépendant », même s’il ne cache pas que « le séparatisme à l’Ouest devient également un enjeu politique » (Canada, Guides Olizane, 1991 : 188 et 41).

54L’échec du référendum de 1995 fera ensuite l’objet de multiples commentaires. Les très québécoises éditions Ulysse publient en 1998 un guide sur Montréal qui parle d’un résultat qui « abasourdit tout le monde » non sans avoir rappelé qu’Air Canada avait vendu à des prix dérisoires des billets vers le Québec depuis l’Ontario et l’Ouest du pays pour permettre de participer à la grande manifestation organisée à la veille du référendum où des milliers de Canadiens sont venus « dire aux Québécois  "Je te aime"  et autres baragouinages en pseudo-français ». Il conclut que « le désir de souveraineté politique d’un peuple ne se brime pas par de fausses amitiés » (Lemay, K., 1998 : 13-14).

55Le Guide Bleu de 2001 sur le Québec qui, comme on l’a vu plus haut, explore une nouvelle voie en ne proposant plus de véritable introduction historique, conclut son chapitre « La Question québécoise » en soulignant que la possibilité d’un troisième référendum est dans toutes les têtes. Pour appuyer sa démonstration, il présente un tableau intitulé la « poussée souverainiste », qui en mélangeant étonnement les résultats électoraux du Parti québécois et ceux des deux référendums vise à démontrer la croissance régulière du nombre de Québécois favorables à l’indépendance. Il précise un peu plus loin que si lors d’un nouveau référendum le « oui » l’emporte (ce que ne manqueront pas de conclure les lecteurs de son curieux tableau) les souverainistes s’attendent à ce que la France reconnaisse le nouvel État (Québec Guides bleus, 2001 : 63, 90).

56Un autre discours étonnant apparaît dans le Lonely Planet de 2012: l’évocation de la crise du verglas de 1998 comme un grand moment de rassemblement et de solidarité au sein de la population québécoise et canadienne qui aurait ouvert une nouvelle période de l’histoire bien éloignée des volontés indépendantistes. Le guide écrit qu’après les résultats du référendum de 1995, « exhausted by decades of separatist wrangling, most Montrealers put aside their differences and went back to work. Oddly enough, a natural disaster played a key role in bringing the communities together… » (Montréal, Lonely Planet, 2012 : 228-229).

57Au fur et à mesure des années, les guides, principalement anglophones, soulignent de plus en plus régulièrement la progression du bilinguisme voire du multilinguisme dans la jeunesse montréalaise, une manière de montrer que les conflits linguistiques appartiennent au passé. Le même Lonely Planet de 2012 pousse assez loin l’image de ce « bon-ententisme » à Montréal: « If you’re at a party with five anglophones and one Francophone these days, the chances are everyone will be speaking French, something that would have been rare 10 years ago » (Montréal, Lonely Planet 2012 : 233).

58Deux ans plus tard, le guide Fordor sur Montréal et Québec se moque du Parti Québécois qui mettrait toute son énergie à défendre la spécificité francophone de la province jusqu’à bannir les mots italiens « pasta » et « bottle » du menu d’un restaurant. Il ajoute : « It’s likely that most citizens couldn’t care less and want nothing more than to enjoy the cultural diversity the province offers » (Fodor’s Montréal, 2014 : 10). Il est par ailleurs révélateur que le sous-titre de cette partie intitulée « Political tempests » est transformé deux ans plus tard en… « Political progress » (Fodor’s Montréal, 2016 : 10) ! Que s’est-il passé ? Le guide de 2016 explique d’entrée de jeu qu’à la surprise générale le Parti Québécois a été vaincu par les libéraux ce qui signifie que le débat sur la séparation s’est arrêté, et avec lui le « pastagate » qu’il n’hésite pas cette fois à qualifier de « non-sense ». Il complète le tableau par la victoire aux élections municipales de Denis Coderre («  a young, hip, charismatic politician who loves hockey and his city with equal zeal »), ce qui lui permet de conclure ce chapitre par un « Things are looking good » (Fodor’s, Montréal, 2016 : 10).

Conclusions

59La période 1963-2016 est d’autant plus intéressante à étudier qu’elle correspond à l’explosion du tourisme de masse. Au cours des soixante dernières années, le nombre de voyageurs visitant le Québec n’a cessé de croître et les éditeurs de guides ont bien compris l’intérêt de multiplier les titres disponibles. Le Québec s’est aussi transformé. Non seulement il s’est imposé comme une destination touristique de plus en plus courue, mais il a connu de profondes évolutions tant sur le plan socio-économique que culturel et politique. On a notamment vu naître un mouvement autonomiste qui faillit en faire un État souverain. Tous ces éléments confirment l’intérêt d’une étude approfondie des introductions historiques de guides qui, pour beaucoup de voyageurs, constituent toujours la principale source de renseignements sur le passé de la province francophone.

60La qualité des informations distillées dans ces introductions n’avait jamais fait l’objet d’une étude détaillée. Notre analyse démontre bien le peu d’attention porté à la rédaction de ces textes. Des auteurs rarement identifiés, un processus d’écriture à plusieurs mains fait de multiples emprunts et dépourvu de vérification, des traductions parfois approximatives et une pression pour produire rapidement les textes entraînent logiquement une série d’erreurs. Elles sont le résultat des exigences de maisons d’édition dont les finalités sont avant tout commerciales : il faut réaliser vite et au moindre coût un outil simple, aisément utilisable, et rédigé par des auteurs touche-à-tout. La production régulière de nouvelles éditions et les commentaires des lecteurs permettent par ailleurs d’apporter une série de corrections.

61Comme le guide doit s’adresser au plus large public, les présentations historiques ne peuvent être que courtes et attrayantes tout en veillant à ne choquer ni les lecteurs ni d’ailleurs les populations présentées. Elles doivent en outre être aisément transposables d’une langue à l’autre. Dans ce contexte très particulier, on comprend aussi pourquoi, le discours est généralement neutre et descriptif, voire aseptisé. Face à cette tendance de fond, quelques guides récents cherchent toutefois à se démarquer pour proposer une sorte de nouveau dialogue avec le lecteur, basé sur la construction d’une certaine « complicité ». Celle-ci est par exemple perceptible à travers la présentation de mini-biographies des auteurs voire de quelques prises de positions un peu plus tranchées, notamment sur la question nationale, même s’il faut bien reconnaître que ces dernières restent souvent discrètes, au détour d’un titre, d’une phrase, d’un adjectif…

62Globalement, notre analyse montre que tout au long de la période étudiée, le discours évolue peu, excepté sur deux points : les autochtones et la question nationale. Pour les premiers, la présentation générale se veut de plus en plus attentive à leur situation socio-économique (ce qui ne les empêche pas d’être encore absents de certains guides). Leur place dans le récit bénéficie d’une lente revalorisation qui tranche radicalement avec les qualifications du début du xxe siècle qui hantent encore certains guides du début de la période étudiée. L’image des autochtones est donc de plus en plus positive et si les derniers guides consultés ne font pas encore référence aux débats récents sur les pensionnats, les disparations de femmes autochtones ou la Commission Vérité et Réconciliation, il y a fort à parier que ces éléments se glisseront dans les prochaines mises à jour.

63L’étude permet aussi de constater que, sans surprise, la question nationale s’impose comme l’élément central de nombreuses introductions historiques. Le fait francophone en Amérique du Nord intrigue les voyageurs qui ont entendu parler de la revendication autonomiste du Québec. Il revient aux guides d’expliquer brièvement pourquoi et comment une population francophone s’est ainsi maintenue et développée sur les bords du Saint Laurent. L’actualité du débat linguistique et son impact sur la vie politique québécoise contemporaine incitent les auteurs à développer cette question et certains d’entre eux s’éloignent même de leur neutralité traditionnelle pour formuler ici des jugements sur l’avenir du mouvement autonomiste ou, plus généralement, sur les relations entre anglophones et francophones au Québec. Pour une série de guides contemporains, notamment anglophones, la présentation de cette question permet de développer un discours qui, loin de nier les différences de la société canadienne, montre que le pays a réussi à les dépasser et même, dans certains cas, à les concilier. Ceci permet alors de dessiner les contours d’un pays gérant de manière démocratique, et somme toute assez pacifique et tolérante, les conflits entre les différents peuples qui le composent.

64Au total, notre étude démontre l’intérêt de se pencher sur ces introductions historiques pour comprendre les représentations collectives véhiculées auprès de millions de voyageurs qui, chaque année, foulent le sol québécois, même s’il convient bien sûr de rester prudent quant à leur impact réel, puisque rien ne permet d’affirmer que ces petits textes sont bien lus. La tendance récente à réléguer la présentation du contexte historique en annexe risque d’ailleurs de diminuer progressivement leur impact.

Haut de page

Bibliographie

Guides touristiques cités

Blociszewski, Bruno, Le Québec Pratique, Paris, Solar, 1983.

Canada, Guide Arthaud, Paris, Arthaud, 1990 (traduction du Lonely Planet de 1989).

Canada, Alaska, Saint-Pierre et Miquelon, Bermudes, Les Guides Bleus, Hachette, Paris, 1967.

Canada, Guides Bleus, Paris, Hachette, 1982.

Canada. Guides Bleus, Paris, Hachette, 1994.

Canada. Les guides Nagel, Genève, Editions Nagel, 1963.

Canada, Guide de tourisme Michelin, Pneu Michelin, Paris, 1981.

Canada. Tourist Guide, Michelin Tires, Dorval, 1987.

Canada. Tourist Guide, Michelin North America, Laval, 1996.

Canada, Guides Olizane, Editions Olizane, Genève, 1991.

Canada, Québec, Provinces Atlantiques, Guides Nelles, Munich, 1998.

Canada l’Est – Ontario – Quebéc- Provinces Atlantiques, Guide Nelles Munich, 2004.

Canada. Guide Ulysse, Montréal, Editions Ulysse, 2001.

Canada, Guides Voir, Paris, Hachette, 2001.

Canada, Lonely Planet, Footscray, Vic., Lonely Planet Publications, 2014.

Canada. Le Petit Fûté Country Guide, Paris, Nouvelles Editions de l’Université, 1998.

De Grandmont, Eloi et Tard, Louis-Martin, Montreal-guide, Montréal, Editions du jour, 1967.

Eyewitnes Travel Canada, New York, DK Publishing, 2016.

Fletcher, Katharina et Eric, Off the beaten path. Québec. A guide to Unique Places, Guilford, Connecticut, GPP travel, 2010,

Fodor’s Montreal and Québec city, New York, Fodor’s, 2014.

Fodor’s Montreal and Québec city, New York, Fodor’s, 2016.

Frommer Arthur et John Godwin, Dollar-wise guide to Montreal, Quebec and the Laurentians, New York Frommer/Pasmantier, 1966.

Le grand guide du Canada, Paris, Gallimard, 1999.

Le grand guide de Montréal. Bibliothèque du voyageur, Paris, Gallimard, 1998.

Lemay, Karl, Le Québec, Montréal, Editions Ulysse, 1997.

Montréal City Guide, Lonely Planet, Footscray, Vic., Oakland, Lonely Planet Publications, 2004.

Montréal & Québec City, Lonely Planet. Footscray, Vic., Oakland, Lonely Planet Publications, 2012.

Montréal, guide de voyage, USA-London, Berlitz Publishing Co, 1998.

Montréal. Insight city Guide, Singapour, Apa Publications 2007.

Québec, Guides Gallimard, Paris, Gallimard, 1995 (réédité en 2004 et 2016).

Québec, Chutes du Niagara, Ottawa, îles Atlantiques, Guides Bleus, Paris, Hachette, 2001.

Québec, Guides Bleus Evasion, Paris, Hachette, 2002.

Le Québec, Guides Ulysse, Montréal, Editions Ulysse, 2001.

Le Québec, Le Guide Vert, Paris, Michelin, 2001.

Québec, Le Guide Vert, Paris, Michelin, 2012.

Le Québec (Québec, Montréal). Les Carnets du voyageur, Paris, Gallimard, 1986.

Québec et Provinces maritimes, Le Routard, Paris, Hachette, 1998.

Québec, Ontario et Provinces maritimes, Le Routard, Paris, Hachette, 2016.

Quebec, Lonely Planet, Melbourne, Lonely Planet, 2002.

The Rough Guide to Canada, Londres, Rough Guide, 2016.

Tard, Louis-Martin, Au Québec, Paris, Hachette, Collection Guides bleus 1975 (réédité en 1985).

Travaux cités

Archambault, Jacinthe, Near enough to be neighbors yet strange enough to be the goal of our pilgrimage: tourisme, consommation et représentations identitaires dans la péninsule gaspésienne (1929-1966), Thèse de doctorat en Histoire, UQAM, 2016.

Chabaud Gilles et al. (dir.), Les guides imprimés du xvie au xxe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000.

Cohen, Evelyne « Les guides de voyages et de tourisme. Bibliographie indicative 1990-2010», In Situ [En ligne], 15 | 2011, URL : http:// insitu.revues.org/726 ; (consulté le 2 mai 2018).

Devanthéry Ariane, Itinéraires. Guides de voyage et tourisme alpin (1780-1920), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, coll. « Le Voyage dans les Alpes », 2016.

Gagnon, France, « L’infrastructure touristique appréhendée à travers les guides touristiques et les annuaires : rapport de recherche » dans Jean-Claude Robert et Normand Seguin (dir.), Le pays laurentien au xixe siècle, Cahier 1, Université Laval, UQAM, USTR, 1992, pp. 153-181.

Gagnon, Serge, L’échiquier touristique québécois. Sainte-Foy, PUQ, Coll. « Tourisme », 2003.

Gagnon, Serge « L’intervention de l'État québécois dans le tourisme entre 1920 et 1940. Ou la mise en scène géopolitique de l’identité canadienne française », Hérodote 2007/4, n° 127, pp. 151-166.

Geronimi Martine, « L’émergence des lieux du tourisme et de la villégiature » dans Normand Cazelais, Roger Nadeau et Gerard Beaudet (dir.), L’espace touristique, Sainte Foy, Presses de l’Université du Québec, 1999, pp. 199-212.

Geronimi, Martine « Imaginaire français en Amérique du Nord: Genèse d’un tourisme de distinction à Québec et la Nouvelle-Orléans : Note de recherche », Anthropologie et Sociétés, 2001, 25(2), pp. 151–166.

Gordon, Alan « What to see and how to see it: tourists, residents, and the beginnings of the walking tour in nineteenth-century Quebec », Journal of Tourism History 6, no 1 (2014) pp. 74-90. 

Hamel Nathalie, « Coordonner l’artisanat et le tourisme ou comment mettre en valeur le visage pittoresque du Québec (1915-1960) », Histoire sociale, XXXIV, 67, mai 2001, pp. 97-114.

Hancock, Claire, Paris et Londres au XIXs. Représentations dans les guides et récits de voyages, Paris, CNRS Editions, 2003.

Jaumain, Serge, «Paris devant l'opinion publique canadienne-française: les récits de voyage entre 1820 et 1914», Revue d'Histoire de l'Amérique française, 38, 1985, pp. 548-568.

Jaumain Serge et Christophe Loir « Les guides de voyages : une source pour l’histoire de Belgique » dans S. Jaumain et Ch. Loir (éds.), Les Guides de voyage. Une Source pour l’Histoire de Belgique. Numéro spécial d’Archives et Bibliothèques, LXXIV, 2003 (sorti de presse en 2005), pp. 11-33.

Jaumain Serge et Matteo Sanfilippo, «Le Régime seigneurial en Nouvelle-France: un débat historiographique», The Register, V, 2, 1984, pp. 226-247.

Lambert, Maude-Emmanuelle, À travers le pare-brise: la création des territoires touristiques à l’ère de l’automobile (Québec et Ontario, 1920-1967), thèse de doctorat (histoire), Université de Montréal, 2013.

Lundgren, J.O., « Changing Quebec City in changing travel guide books », Theoros, 1993, 12, pp. 13-17.

MacCannell, Dean, The Tourist: A New Theory of the Leisure Class. rev. ed., Berekley, University of California Press 2013.

Moïse, Claudine, et al. « Le tourisme patrimonial : la commercialisation de l'identité franco-canadienne et ses enjeux langagiers », Langage et société, vol. 118, no. 4, 2006, pp. 85-108.

Neatby Nicole, « Meeting of Minds: North American Travel Writers and Government Tourist Publicity in Quebec 1920-1955 », Histoire sociale, XXXVI, 72, novembre 2003, pp. 465-495.

Neault Chantal, « Un guide imprimé ? Pourquoi pas ? » Réseau veille tourisme, 28 septembre 2017 http://veilletourisme.ca/2017/09/28/un-guide-imprime-pourquoi-pas/ (consulté le 16 mai 2018).

Peel Victoria and Anders Sørensen, Exploring the use and impact of travel guidebooks, Buffalo, Channel View Publications, 2016.

Prévost Robert, Trois siècles de tourisme au Québec, Québec, Septentrion, 2000.

Ramsay Lucie, L’image de Montréal dans les guides touristiques, Mémoire de Maîtrise en Etudes urbaines, INRS-UQAM, 2003.

Simard Sylvain, Mythe et reflet de la France: L’image du Canada en France, 1850-1914. Cahiers du CRCCF no 25, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa 1987.

Urry, John et Jonas Larsen, The Tourist Gaze 3.0, Los Angeles, Sage, 2011.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à exprimer mes remerciements aux deux lecteurs anonymes de la revue pour leurs excellentes suggestions et toute ma gratitude à ma collègue Nicole Neatby, professeure à Saint Mary’s University qui a bien voulu partager avec moi une partie de sa précieuse connaissance de l’histoire du tourisme au Québec qui fera l’objet de son ouvrage très attendu From Old Quebec to La Belle Province. Tourism Promotion, Travel Writing, and National Identities, 1920-1967 (à paraître chez McGill-Queen’s University Press en novembre 2018).

2 Bien entendu les voyageurs ne partent pas « vierge » de toute information sur la région visitée. De nombreux travaux ont montré qu’ils avaient souvent un certain nombre d’idées déjà bien arrêtées sur celle-ci (voir Jaumain S., 1985 ; Simard S., 1987 ; Urry, J. et J. Larsen, 2011 ; MacCannell, D., 2013). La lecture de l’introduction du guide leur offre toutefois une première information structurée sur différents aspects du lieu qu’ils se préparent à découvrir.

3 La définition précise de ce que l’on entend par « guide touristique imprimé » mériterait un long développement (voir Chabaud G., 2000). Dans le cadre de cette étude nous avons éliminé les simples mises en récit de lieux qui, sous le vocable de « guide », s’adressent surtout aux habitants de ceux-ci pour ne retenir que les ouvrages « pratiques », pédagogiques visant prioritairement un public extérieur au lieu visité et qui lui offrent donc une panoplie de conseils et d’informations générales. Une manière simple et efficace d’établir cette distinction a consisté à exclure systématiquement les guides qui n’offraient pas d’indications sur les logements. Nous avons aussi choisi de ne pas retenir dans notre corpus les guides officiels (réalisés par les autorités fédérales, provinciales ou locales) dans la mesure où ils obéissent à une toute autre logique. Ils se préoccupent davantage de « l’image » de leur produit, leur « liberté de ton » est beaucoup plus limitée et, distribués le plus souvent gratuitement, ils n’ont pas les mêmes impératifs commerciaux. Tous les guides de cette période répondant aux critères définis plus haut et que nous avons pu consulter ont été retenus. Il faut toutefois souligner une relative pauvreté de nombreuses bibliothèques en matière de guides touristiques car les grandes séries sont rarement conservées (Jaumain S. et Ch. Loir, 2003).

4 L’intérêt des historiens pour ce nouveau champ disciplinaire est par exemple bien illustré par la création en 2009 du Journal of Tourism History.

5 A ces travaux, il faudra bientôt ajouter l’ouvrage majeur de Nicole Neatby évoqué plus haut (From Old Quebec to La Belle Province. Tourism Promotion, Travel Writing, and National Identities, 1920-1967) qui paraîtra chez McGill-Queen’s University Press en novembre 2018.

6 Il y a de notables exceptions: la partie historico-politique du Guide Bleu de 1994 sur le Canada n’a plus été mise à jour depuis 1985; l’édition du guide Berlitz sur Montréal de 1998 s’arrête en 1980. Ces exceptions (étonnantes car il s’agit chaque fois de rééditions qui se disent « mises à jour ») ne doivent toutefois pas cacher la règle qui est de suivre au plus près l’actualité politique.

7 Feu Serge Gagnon a par exemple souligné la pro-activité du gouvernement québécois qui, dès la seconde moitié des années 1920, multiplia les outils (bulletins d’informations, guides touristiques, cartes routières…) pour diriger les touristes vers les campagnes québécoises (Gagnon S., 2007 : 156). Pour leur part Claudine Moïse, Mireille McLaughin, Sylvie Roy et Chantal White ont montré comment les minorités francophones du Canada avaient réussi, depuis les années 1990, à utiliser le développement du tourisme à des fins économiques mais aussi identitaires (Moïse, C., 2006)

8 Et pour ajouter à la complexité, il est souvent impossible de déterminer à quel public « national » s’adresse un guide. La langue et le lieu de publication ne sont d’aucun secours : un guide anglophone disponible au Québec peut s’adresser indistinctement à tous les publics anglophones, quel que soit le lieu où il a été rédigé.

9 Cette dernière option, plutôt rare, est celle choisie par les excellents guides québécois Ulysse qui, dans notre échantillon, se distinguent par la qualité de leurs introductions historiques. Elles sont toujours solides, à jour et très bien charpentées.

10 Comme on le lira plus loin, au milieu des années 1970, les Guides Bleus confieront à Louis-Mathieu Tard la rédaction d’un petit ouvrage sur le Québec dans lequel il ne sera guère plus disert sur les populations autochtones vivant en Amérique du Nord avant l’arrivée de Jacques Cartier et continuera à les décrire dans ce style caricatural.

11 Nous avons montré ailleurs que les avis des historiens sur cette question ont toujours été très divergents (Jaumain S. et M. Sanfilippo, 1984).

12 L’ouvrage annonce sur sa couverture “Une nouvelle collection pour un nouvel état d’esprit du voyageur” et dans un article publié dans Le Devoir du 27 mai 1976 et intitulé «Une formule Hachette servie par un style Louis-Martin Tard », Guy Deshaies note : « Il ne s’agit pas d’un triste Guide Bleu moraliste, paternaliste, hautain et éclectique auquel cette maison a habitué sa clientèle par ses ennuyeuses encyclopédies touristique (sic) mais un petit livre de la collection des Guides Bleus A, c’est-à-dire personnels ; pratiques, humains et dans lesquels l’auteur présente vraiment le pays comme il le ferait pour un conférencier invité ».

13 L’auteur de ces lignes, Jean-Louis Tard qui avait signé en 1967 le petit Montréal-Guide évoqué plus haut (qui véhiculait déjà une image caricaturale des autochtones) est présenté en 1976 comme un Parisien établi à Montréal depuis 25 ans (Guy Deshaies, « Une formule Hachette servie par un style Louis-Martin Tard » Le Devoir du 27 mai 1976). Le compte rendu du Devoir est très positif (« un véritable amusement pour nous bien qu’il soit d’abord destiné aux francophones d’Europe, c’est-à-dire surtout les Français et les Belges ») et la description des Iroquois ne semble pas avoir heurté le journaliste.

14 André Dudemaine « Histoire, tourisme et morgue - Un guide officiel qui lave plus blanc que blanc » Le Devoir, 11 mai 2006.

15 Dans l’édition de 2004 du même guide l’expression est légèrement atténuée. Elle devient “pour le moins une épine dans le pied des francophones” (p. 38).

16 On notera que ma mémoire des Patriotes qui menèrent les rébellions dans le Bas-Canada est restée vivace au Québec pour leur lutte en vue de la reconnaissance d’une Nation canadienne-française.

17 On notera que dans l’ensemble le Guide Vert restera très prudent sur le sujet. La chronologie proposée en 1987 dans la version anglaise de ce guide consacrée au Canada évoque le rapatriement de la Constitution (1982) mais ne parle toujours pas du référendum de 1980 (Canada. Tourist Guide, Michelin Tires, 1987 :17). Il en ira de même dans l’édition anglaise de 1996 qui curieusement mentionne par contre la date de création du Parti québécois, le fait que le Québec a refusé en 1982 de ratifier la nouvelle constitution et surtout le résultat du référendum de 1995. Dans les « historical notes », un petit paragraphe est en outre consacré à la question nationale (Canada. Tourist Guide, Michelin North America, 1996 : 21 et 24).

18 Extrait du texte de Philippe Meyer, « Visage du Québec » (Canada, Le Guide bleu, 1982 : 171).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Québec, Ontario et Provinces maritimes, Le Routard, 2016
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/4330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Montréal Insight City Guide, 2007
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/4330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Canada, Eyewitness Travel, 2016
URL http://journals.openedition.org/ideas/docannexe/image/4330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Jaumain, « Écrire l’histoire du Québec pour les touristes », IdeAs [En ligne], 12 | Automne / Hiver 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideas/4330 ; DOI : 10.4000/ideas.4330

Haut de page

Auteur

Serge Jaumain

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université libre de Bruxelles, où il codirige AmericaS – le centre interdisciplinaire d’études des Amériques. Ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’immigration francophone en Amérique du Nord, l’évolution de la grande distribution en Europe depuis le XIXe siècle et l’étude des guides touristiques comme nouvel objet d’histoire. Il a écrit ou dirigé une trentaine d’ouvrages. Parmi les plus récents : Les élites et le biculturalisme, Québec-Canada-Belgique – XIXe-XXe siècle (Septentrion, 2017, 308p. avec Alex Tremblay-Lamarche), le Dictionnaire d’histoire de Bruxelles (Prosopon, 2013, 895 p.) et Biermans-Lapôtre. Histoire d’un mécène et de sa fondation, (Racine, 2013, 302 p. avec Pierre Van den Dungen)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page