Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alice Kessler-Harris et Maurizio Vaudagna (organisateurs), Democracy and the Welfare State, The Two Wests in the Age of Austerity

New York, Columbia University Press, 2018
Vincent Michelot
Référence(s) :

Alice Kessler-Harris et Maurizio Vaudagna (organisateurs), Democracy and the Welfare State, The Two Wests in the Age of Austerity, New York, Columbia University Press, 2018

Texte intégral

1Le président Franklin D. Roosevelt prononça en janvier 1941 un discours qui est entré dans l’histoire, celui des « Quatre libertés » ; en dehors de la liberté de culte et de la liberté d’expression qui figurent l’une et l’autre dans le Premier Amendement de la Constitution des Etats-Unis et constitue des éléments clés du socle constitutionnel américain, l’affranchissement de la peur et du besoin (freedom from fear, freedom from want) font entrer la construction de l’Etat aux Etats-Unis dans une nouvelle ère qui révolutionne littéralement le rapport des citoyens à la puissance publique. Ses prémisses s’étaient dessinées dès le début du XXe siècle avec la présidence de Théodore Roosevelt qui avait investi dans la présidence un rôle de transformation du capitalisme sauvage pour protéger le peuple du pouvoir oppressant et asservissant des grandes entreprises. Le distant cousin de l’inventeur du New Deal n’avait que partiellement posé les bases de la légitimité de l’Etat à intervenir dans la régulation de l’économie, pris qu’il était dans un carcan partisan et institutionnel, des circonstances historiques mais aussi une jurisprudence constante de la Cour suprême qui protégeait comme première des libertés « la liberté de de contrat » depuis l’arrêt Lochner de 1905. Il fallut donc, aux Etats-Unis, attendre la catastrophe économique et sociale que fut la crise de 1929 pour que Franklin Roosevelt dispose du capital politique et du mandat de gouvernement que lui donnèrent les élections de 1932, 1934 ou 1936 pour donner corps par anticipation à « l’affranchissement du besoin » par la mise en place en deux grandes étapes de l’Etat Providence. Celui-ci s’appuyait sur des nouvelles formes d’Etat, une dynamique différente entre les trois pouvoirs de l’Etat fédéral, le Congrès, la Présidence, la Cour suprême, une nouvelle lecture du fédéralisme beaucoup plus centralisatrice et nationale, mais aussi un investissement transformé des citoyens électeurs dans l’exercice du droit de vote ; la mise en place du New Deal, dont la composante première était l’Etat Providence, s’accompagnait aussi de deux phénomènes distincts mais liés, l’émergence concomitante d’une doctrine d’interprétation alternative de la « clause de procédure légale régulière » du Quatorzième Amendement à la Constitution qui marquait la fin de « l’ère Lochner » et l’agrégation d’une coalition électorale qui allait dominer le paysage américain jusqu’à 1968 au moins et plus largement 1980. Enfin, lorsqu’en 1947, dans une période de « cohabitation à l’américaine », un Congrès à majorité républicaine et un président démocrate mettent en place autour du National Security Act ce que l’on appelle « l‘Etat de la Sécurité nationale » (National Security State), c’est la quatrième liberté qu’avait énoncée Franklin Roosevelt en 1941 qui prend sa forme dans l’Etat, « l’affranchissement de la peur ». Comme l’expliquent traditionnellement les historiens et les politistes tels Sidney Milkis (les tenants de cette école des sciences sociales qu’est le American Political Development (APD)), c’est la conjugaison problématique ou la rencontre conflictuelle entre « l‘Etat de la Sécurité nationale » et l’Etat Providence dans leurs effets institutionnels, partisans et idéologiques qui expliquent les formes particulières de l’Etat aux Etats-Unis depuis la période de l’après-guerre. Et puis, au moment où cet Etat Providence américain atteint, avec les programmes de la Grande Société de Lyndon Johnson, une forme de maturité politique et où les nouvelles libertés qu’il a créées prennent forme et corps sous l’égide la Cour Warren, il est aussi directement renvoyé à ses coûts, qui deviennent, à la fin des années 1960, incompatibles avec la poursuite du conflit au Vietnam. A partir de ce moment, le mouvement conservateur américain, longtemps atone, fragmenté et tiraillé entre Eisenhower et Goldwater, va commencer à se reconstruire et à se reconstituer autour de la déconstruction de l’Etat Providence et d’une relégation de ses libertés dans la hiérarchie des droits. Enfin, en 2018, il existe une forme de consensus en Europe comme en Amérique du Nord sur le fait que la montée des nationalismes, le repli identitaire ou encore les bouffées populistes sont très largement dues aux échecs des social-démocraties à proposer une transformation de l’Etat Providence et donc de l’ordre libéral post deuxième guerre mondiale dans des sociétés marquées par la globalisation et le déclassement de certaines catégories de citoyens. Les libertés induites par l’Etat Providence s’étaient vidées de sens, les institutions qui le portait, le Congrès aux Etats-Unis et les parlements en Europe, s’étaient affaiblies et avait souvent abdiqué devant la montée inexorable d’exécutifs unilatéraux lorsqu’ils n’étaient pas ouvertement autoritaires comme dans certaines parties de l’Europe ; de fait la promesse démocratique qui avait été faite en janvier 1941 par Franklin Roosevelt - une promesse pas si différente de celle faite aux deux extrêmes du deuxième conflit mondial par le Front Populaire en 1936 et le gouvernement d’union nationale de 1945 à 1947 qui met notamment en place la Sécurité sociale ou l’Assurance maladie – n’avait pas été tenue, ce qui remettait en cause, les institutions, le système des partis, ou encore le rapport des citoyens à l’Etat.

2L’Etat Providence fut en Europe un révélateur tout aussi impitoyable de l’efficacité de modèles politiques socio-démocrates qui s’étaient mis en place après 1945 pour empêcher le retour de la guerre et lutter contre les totalitarismes. Le processus de construction européenne, en ce qu’il privilégia l’intégration économique mais progressa avec une infinie lenteur dans la construction ou la consolidation des droits sociaux, induisit à travers le Vieux Continent une série de crises institutionnelles, les modèles d’Etat mis en place ne permettant que très imparfaitement la réalisation des objectifs qu’ils s’étaient fixés lors de leur fondation.

3C’est pour ces raisons que l’ouvrage collectif dirigé par Alice Kessler-Harris (Columbia) et Maurizio Vaudagna (Université du Piémont Oriental), Democracy and the Welfare State, The Two Wests in the Age of Austerity, est capital pour qui souhaite mettre en perspective historique les crises politiques et les transformations idéologiques qui affectent actuellement les « deux Ouest » mais aussi comprendre à quel point leurs racines sont profondes et entrelacées. Les auteurs sont à la fois Européens (Allemagne, Danemark, Italie, Norvège, Suisse) et américains, représentent plusieurs générations qui vont de deux doctorants de Columbia, Lindsay Dayton et Nick Juravitch, à plusieurs figures tutélaires des sciences sociales (Ira Katznelson, Frances Fox Piven, Maurizio Vaudagna…). Mais principalement, ce qui fait la qualité première d’un volume de 403 pages doté d’une bibliographie remarquablement utile et à jour, c’est bien la diversité des approches méthodologiques dans un projet qui trouve sa cohérence et son unité dans l’approche progressiste de l’Etat Providence : même si l’histoire domine en tant que discipline, ne serait-ce qu’en la personne des deux co-directeurs de l’ouvrage, ce sont aussi la science politique, la sociologie, ou encore les études de genre qui sont convoquées pour comprendre la relation séminale entre l’Etat Providence et la démocratie, pour identifier les apories et les lacunes dans la construction d’un Etat protecteur des deux côtés de l’Atlantique, pour montrer aussi les similarités entre les Etats-Unis et l’Europe mais également les limites de la comparaison. D’une certaine manière, Democracy and the Welfare State pourrait aussi être lu comme une histoire des capitalismes européen et étatsunien en perspective comparée de leurs mutations et avatars, en particulier du pouvoir corrosif du néolibéralisme sur l’Etat Providence.

4Cet ouvrage vaut aussi par sa capacité à explorer les chemins de traverse des démocraties occidentales en remettant au cœur du propos des questions telles que les mutations du mouvement syndical, leur rapport au genre et à la question raciale, l’apparition concomitante de ce que Mimi Abramowitz appelle « l’Etat carcéral » ou encore le traitement de la pauvreté, ce sans perdre pour autant un élan problématique bien structuré par le plan qui voit les deux co-directeurs à la fois poser les bases théoriques de « La promesse malaisée de l’Etat Providence » (Alice Kessler Harris) et dessiner son paysage historiographique (Maurizio Vaudagna), pour ensuite s’articuler en quatre parties, la comparaison Europe/Etats-Unis autour du rapport entre l’Etat Providence et la démocratie d’abord, puis le recul, le désengagement ou le retranchement, la question de la famille, du genre et de l’inscription de l’Etat Providence dans la société civile ensuite, la résistance et la résilience pour la survie pour conclure. Cette dernière partie donne d’ailleurs lieu, sous la plume des quatre auteurs qui y contribuent à une réflexion qui fait la part belle à l’importance des mouvements sociaux et des mouvements grassroots dans la défense de l’Etat Providence mais aussi donne à cet essai une dimension prospective fondamentale sans laquelle le texte aurait pu prendre le risque de la nostalgie et de l’entre-soi transatlantique progressiste. En cela, côté américain, les textes de Marisa Chappell et de Francis Fox Piven suggèrent deux formes de recours progressiste pour un retour à l’empowerment afin de faire obstacle à la déconstruction néolibérale de l’Etat Providence.

5Democracy and the Welfare State est un essai d’une contemporanéité brulante qui a aussi le mérite de ne pas faire reposer la responsabilité de la désagrégation et du délitement démocratique des deux côtés de l’Atlantique uniquement sur la force du nationalisme ou du populisme mais pose bien le diagnostic des faiblesses du modèle de l’Etat Providence dès sa construction en identifiant les compromis, les reculs et les imperfections qui ont nécessaires à sa mise en place. A ce titre le chapitre de Beatrix Hoffman sur le Affordable Care Act, mieux connu sous le vocable de « Obamacare », est particulièrement intéressant dans sa description de la conception d’un programme de protection de la santé dans un environnement politique, institutionnel, idéologique et partisan profondément marqué par quarante ans de domination des idées conservatrices aux Etats-Unis. Ce chapitre illustre aussi parfaitement la perspective et l’objectif d’un ouvrage qui n’est pas véritablement comparatif au sens premier du terme. En effet, et il ne s’agit pas ici de le regretter, il n’y a pas dans les contributions de texte qui soit centré spécifiquement sur le modèle français ou britannique d’Etat Providence. Les pays européens ne sont pas l’objet d’études nationales spécifiques, l’ouvrage étant focalisé sur les Etats-Unis et rédigé par des auteurs qui en sont tous des spécialistes reconnus.

6C’est donc bien de la circulation transatlantique des modèles démocratiques qu’il s’agit dans Democracy and the Welfare State mais avec cette idée que la communauté de destins pourrait ne pas être une communauté idéologique si les institutions qui portent l’Etat Providence ne savent se glisser dans les histoires nationales et leurs mécanismes démocratiques spécifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Michelot, « Alice Kessler-Harris et Maurizio Vaudagna (organisateurs), Democracy and the Welfare State, The Two Wests in the Age of Austerity », IdeAs [En ligne], 12 | Automne / Hiver 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideas/4395

Haut de page

Auteur

Vincent Michelot

Vincent Michelot est professeur des universités à Sciences Po Lyon où il enseigne la politique américaine. Spécialiste des élections et des rapports entre les pouvoirs de l'État aux Etats-Unis, il est l'auteur de Kennedy (Paris, Gallimard, 2013). Sciences Po Lyon. Triangle (UMR CNRS 5206). vincent.michelot@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
IdeAs – Idées d’Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page