Navigation – Plan du site
Enjeux de traduction et prises de liberté

« L’amour moderne » dans Aesa

Une traduction coréenne des Misérables d’Hugo
Hyonhee Lee

Résumé

Dans ce travail, nous proposons de porter une attention particulière à une des traductions des Misérables d’Hugo parue en France en 1862. Traduit pour la première fois en langue coréenne en 1910, retraduit en 1914, 1918, 1922, 1923, nous comptons aujourd’hui quatre traductions intégrales. Ces traductions sont considérables non seulement dans une perspective traductologique mais aussi dans l’histoire littéraire coréenne. En particulier, ces traductions nous permettent de voir toutes formes de traductions possibles telles que la traduction partielle, l’extrait, le résumé, l’adaptation et la traduction secondaire. Nous allons nous concentrer sur celle de 1918, intitulée Aesa (애사, 哀史), « L’histoire triste » ou « La triste histoire », publiée d’abord dans un journal quotidien Maishinbo en roman-feuilleton sous la traduction de Min Taewon, romancier, journaliste et traducteur. Ce travail est donc une tentative de lire une traduction des Misérables en tenant compte de la conjoncture interne de la société coréenne notamment de l’apparition du concept d’amour moderne. Nous nous proposons d’examiner l’amour moderne, thème à la grande mode dans la société coréenne au début des années 1910, avec la diffusion du genre romanesque en particulier.

Haut de page

Texte intégral

1 Introduction : la traduction, un acte de régénération

  • 1 Cité par Antoine Berman, l’Epreuve de l’étrange. Culture et traduction dans l’allemagne romantique, (...)
  • 2 Antoine berman, op. cit., p. 89.

1Goethe demande dans une lettre adressée en 1828 à Carlyle à propos de la traduction anglaise de son Torquato Tasso : « Dans quelle mesure ce Tasso peut valoir un texte anglais ? ».1 Il n’est pas impossible d’entrevoir dans cette question, qui considère la traduction comme un acte qui regénère, un moyen de vivifier le texte original dans un autre espace. En ce qui concerne notre interrogation sur la place ou le rôle de la traduction des Misérables dans le champ littéraire coréen, nous pourrions proposer une légère reformulation de la question goethéenne : dans quelle mesure ce Hugo peut équivaloir un texte coréen ? C’est bien entendu Antoine Berman qui proclama la nécessité des études de la traduction en tant qu’objet d’échange dynamique. En poursuivant la réflexion de la Weltliteratur goethéenne, Berman définit la traduction comme : l’acte sui generis qui incarne, illustre et aussi permet ces échanges sans en avoir bien entendu le monopole.2

  • 3 Joseph Jurt, Traduction et transfert culturel, p. 102, in De la traduction et des transferts cultur (...)

2C'est au cours de la première moitié du XXème siècle, donc à partir de la fin de la dynastie Chosôn, que la Corée a accueilli une vague d’œuvres occidentales, et, ont notamment débarqué dans le pays, avec l’ouverture culturelle de ce dernier sur l’Occident, des oeuvres littéraires françaises telles que les romans d’aventures de Jules Verne. Cependant c’est plutôt à partir des années 1910 que ces oeuvres prennent la forme de ‘traduction’ dans le sens propre (« transporter d’une langue à une autre ») et non celle d’une simple ‘introduction’. Depuis ces « moments de crise »3, la traduction, faisant l’objet de toutes sortes d’expérimentations d’écriture, noue un rapport symbiotique avec la litttérature coréenne. Dans ce travail, nous proposons de porter une attention particulière à une des traductions des Misérables d’Hugo parue en France en 1862.

  • 4 Park Jinyung, The birth of book and the faith of a story, Edition Somyong, Séoul, 2013, p. 229.
  • 5 Joseph Jurt, op. cit., p 96.

3Traduit pour la première fois en langue coréenne en 1910, retraduit en 1914, 1918, 1922, 1923, nous comptons aujourd’hui quatre traductions intégrales. Ces traductions sont considérables non seulement dans une perspective traductologique mais aussi dans l’histoire littéraire coréenne. En particulier, ces traductions nous permettent de voir toutes formes de traductions possibles telles que la traduction partielle, l’extrait, le résumé, l’adaptation et la traduction secondaire. Par ailleurs, ces traductions étaient soit considérées comme des copies à plusieurs reprises, soit comparées à un miroir fêlé, à un fantôme flânant vaguement quelque part, à la périphérie du texte original4. Par quoi peut donc s’expliquer ce rabrouement ? Nous pouvons commencer ce travail par cette question. Les réponses seront multiples. Tout d’abord, ceci s’expliquerait par le contexte idéologique lié à la situation politique : on avait tendance à dévaloriser les œuvres étrangères traduites ainsi que leurs traducteurs, parce que ce sont, dans la plupart des cas, des traductions secondaires basées sur la traduction japonaise et non sur le texte original. Et ceci, en raison de l’influence du colonialisme japonais qui s’est étendu de 1910 à 1945. De plus, ne demeurant souvent que des traductions partielles, inachevées la plupart du temps en raison de censure politique, les textes traduits étaient exclus de l'histoire de la littérature coréenne. En effet, ce rejet pourrait s’expliquer par les études basées sur l’influence de tel ou tel auteur dans une autre aire linguistique impliquant, le plus souvent, l’idée d’une supériorité de la culture émettrice.5

  • 6 Joseph Jurt, op. cit., p 100.
  • 7 Cf. Michel Espagne : Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999. Michel Espagne et (...)

4En revanche, lorsque l’on s’interroge sur les conjonctures internes par lesquelles ces traductions hybrides sont nées, et que l’on se demande pourquoi ces traductions de 1910, 1914, et 1918 sont si différentes l’une de l’autre, il nous faut envisager une autre approche. Le paradigme du transfert culturel initié surtout par Michel Espagne et Michael Werner s’impose en effet dans ce contexte : ce paradigme qui tâche de se libérer d’une hierarchisation culturelle donnée ainsi que du primat de l’original et de la culture d’origine6, et qui problématise en particulier la manière d’accueillir les oeuvres étrangères dans la culture d’accueil et les conditions internes dans lesquelles les transferts s’opèrent.7 Inversement parlant, la série de traductions des Misérables réalisées durant la période « transitoire » en Corée illustre parfaitement le schéma du transfert culturel. Parmi ces versions, nous allons nous concentrer sur celle de 1918, intitulée, Aesa (애사, 哀史), « L’histoire triste » ou « La triste histoire », publiée d’abord dans un journal quotidien Maishinbo en roman-feuilleton sous la traduction de Min Taewon, romancier, journaliste et traducteur. Ce travail est donc une tentative de lire une traduction des Misérables en tenant compte de la conjoncture interne de la société coréenne notamment de l’apparition du concept d’amour moderne. Dans ce travail, nous nous proposons d’examiner l’amour moderne, thème à la grande mode dans la société coréenne au début des années 1910, avec la diffusion du genre romanesque en particulier.

2. Aesa (애사), Les Misérables sans fresque épique

  • 8 Ainsi dans cette version, Jean Valjean devient Jang Palchan (팔찬八贊, lit. Huit louanges), Cosette dev (...)

5Chronologiquement trosième traduction des Misérables, Aesa est considéré comme une traduction plus ou moins fidèle à l’original par rapport à ses deux ainées. En effet, elle est visiblement plus volumineuse par rapport aux autres versions de l’époque, mais elle ne représente en fait que la moitié de volume original : il ne s’agit pas d’une version complète. Notre première impression vis à vis de cette version est qu’elle est forcément coréanisée. Le premier élément visible qui rend la traduction coréanisée concerne bien entendu son aspect adaptatif opéré notamment dans les noms de chaque personnage dans le but sûrement de chercher la couleur locale, afin d’offrir ainsi aux lecteurs coréens s’initiant aux romans français, une sorte d’assistance.8

6En dehors de cet aspect adaptatif, ce qui est frappant dans cette version en terme d’aspect créatif du traducteur consiste en deux choses bien opposées. La première concerne la suppression ou la réduction de passages liés aux événements historiques et à la politique : les fameuses digressions, comme la bataille de Waterloo qui se situe au commencement de la deuxième partie (« Cosette » ou le portrait de Louis Philippe (livre premier, chapitre 3)) qui font pourtant d’une certaine manière l’identité de ce roman historique.

7Prenons par exemple la bataille de Waterloo, une des grandes fresques dépeintes dans les Misérables : elle est réduite en quatre ou cinq lignes dans la traduction.

  • 9 En ce qui concerne les textes cités dans notre travail, nous nous sommes référée à l’ouvrage en un (...)

Avant de vous dire où Jang Palchan est allé, il semble nécessaire de vous raconter une histoire du passé. Ce fut le 18 juin 1815. Comme tous ceux qui connaissent l’Histoire le savent déjà, ce fut le jour de la bataille de Waterloo, où Napoléon, héros monstrueux fut vaincu. Trois mois après cette bataille, Jang Palchan fut libéré de prison. La guerre était finie.9 (Aesa, p. 170)

8Ainsi tous les détails autour de la bataille de Waterloo tels que la description d’Hougomont, le 18 juin 1815, le plateau de Mont Saint-Jean... ont été éludés ou ont complétement disparu dans la traduction. De même, la partie sur Marius (dans « Paris étudié dans son atom ») ainsi que le chapitre « Quelques pages d’histoire dont le portrait de Louis-Philippe », issus du Livre Premier, le chapitre « La boue mais l’âme : égout de Paris » issu du Livre Troisième, le chapitre « Les amis de l’ABC » et plus particulièrement la partie sur « L’idylle rue Plumet et l’épopée rue Saint-Denis », issus du Livre Quatrième, le chapitre « Le Petit Picpus », issu du Livre Sixième, les chapitres « Parenthèse », et « L’argot », issus du Livre Septième sont tous effacés : Les Misérables perdent alors toute fresque épique.

9En revanche, les pages de la description des combats de l'âme : la rencontre avec l’évéque Muriel qui déclenche chez Jean Valjean une prise de conscience qui l’amène à faire le bien autour de lui tout le reste de sa vie, et la scène de l’affaire Champmathieu (Livre septième « L’affaire Champmathieu ») ainsi que la fameuse scène de « La tempête sous un crâne » sont traduits de façon plus ou moins fidèles. Au coeur de ces états d’âme de Valjean, ce sont surtout les passages concernant son sentiment d’amour envers Cosette qui attirent notre attention tout particulièrement.

10Ce qui suscite l’intérêt des lecteurs coréens serait probablement le dilemme de Jang Palchan concernant son sentiment d’amour. Est ce que son amour pour Go Sôldo sera réalisé ? Quelle sera la décision de Jang Palchan entre son désir et sa raison ? Une série de questions constitue le moteur qui permet aux lecteurs de poursuivre leur lecture et en effet, ces questions constituent l’axe central de l’histoire. Le passage cité ci-dessous décrit la cusiosité ainsi que l’excitation de Jean Valjean confronté au sentiment inédit de l’amour.

Le lendemain au point du jour, Jean Valjean était encore près du lit de Cosette. Il attendit là, immobile, et il la regarda se réveiller. Quelque chose de nouveau lui entrait dans l'âme. Jean Valjean n'avait jamais rien aimé. Depuis vingt-cinq ans il était seul au monde. Il n'avait jamais été père, amant, mari, ami. Au bagne il était mauvais, sombre, chaste, ignorant et farouche. Le cœur de ce vieux forçat était plein de virginités. (...) Quand il vit Cosette, quand il l'eut prise, emportée et délivrée, il sentit se remuer ses entrailles. Tout ce qu'il y avait de passionné et d'affectueux en lui s'éveilla et se précipita vers cet enfant. Il allait près du lit où elle dormait, et il y tremblait de joie ; il éprouvait des épreintes comme une mère et il ne savait ce que c'était ; car c'est une chose bien obscure et bien douce que ce grand et étrange mouvement d'un cœur qui se met à aimer. Pauvre vieux cœur tout neuf ! (Les Misérables, Hugo, vol. II, p. 566)

11Bien entendu, Les Misérables, qui est le roman de la prise de conscience d’un vieux forçat, est aussi peut être un roman de découverte de l’amour de Jean Valjean. Ce passage décrit le cheminement de Jean Valjean d’ailleurs : c’est un homme qui change, un homme qui prend conscience, en occurrence qu’il est capable d’aimer. Il est capable d’aimer, mais son cœur est ‘vieux et pauvre’. Ce sentiment inédit dans sa vie lui laisse un goût amer en quelque sorte et son amour pour Cosette reste un amour paternel jusqu’à la fin de l’histoire. Et l’impulsion sentimentale que Jean Valjean a découvert envers Cosette grandit au fur et à mesure dans la traduction. Observons ce passage :

Le lendemain matin encore, Jang Palchan s’approcha du lit de Go Sôldo et la regarda. Plus il la regardait, plus la joie et l’amour jaillissaient de manière irrépressible. Il tremblait comme s’il ne savait plus quoi faire, et tout à coup, il prit la main de Go Sôldo et l’embrassa. (Aesa, p. 224.)

12Dans Aesa, il y a en effet des scènes d’amour très nombreuses. Les passages que nous venons de citer concernent, un chapitre intitulé « Amour 사랑 » et bien entendu, ce chapitre ne se trouve nulle part dans le livre original. Le traducteur invente ce chapitre puis l’insère au début du chapitre « La maison de la rue Plumet ». C’est d’ailleurs à cet égard que c’est une traduction très intéressante parce que, l’amour est un des thèmes majeurs du roman dans la première moitié du XXème siècle en Corée.

Quelle autre chose pouvait être aussi belle qu’un coeur empli d’amour ? Tout homme qui y goûtait pour la première fois dans sa vie s’en emprégnait jusqu’à l’ivresse, au point de se surprendre à jouer dans un paysage angélique. Dans l’extase, le monde nous apparaît comme un rêve. Jang Palchan avait vécu cet amour pour la première fois. (Aesa, p. 224.)

  • 10 Jean Marie Thomasseau, Le Mélodrame, PUF, Paris, 1984, p. 123.

13Le sentiment timide et complexé chez Jang Palchan d’un amour qui serait à la fois celui d’une mère, d’un père, d’un amant, d’un mari, prend une forme visiblement différente. Quel est donc cet amour ? D’après le passage qui suit, cet amour que Jang Palchan vient de découvrir, est « un bel objet, qui nous amène à l’ivresse, voire dans l’extase ». L’amour est un rêve, quelque chose d’irréaliste mais irrésistible. Et il ne faut pas longtemps pour que ce sentiment onirique devient charnel lorsque l’on tombe sur la phrase : « Le corps de Jang Palchan tomba amoureux de Go Sôldo. » (Aesa, p. 357. ) D’une certaine manière, la version « Aesa » est un mélodrame qui privilégie d’abord l’émotion et la sensation.10

Comment appelait-on cet espèce d’amour ? L’amour entre parents et enfants ? Hélas, il était plus profond que cela. De plus, il n’y avait pas de parenté entre Jang Palcha et Go Sôldo. Si l’on se fiait au lien sanguin, ils n’étaient alors plus que des étrangers l’un pour l’autre. Alors, ce sentiment était-il ce que l’on nomme yonae, l’amour moderne ? (Aesa, p. 357.)

14Deux histoires, celle de Sôldo, une enfant abandonnée puis sauvée par Jang Palchan et celle de Jang Palchan, un vieux forçat devenu un maire, se croisent et c’est là que l’amour voit le jour. Devant l’amour, Jang Palchan se tourmente et s’interroge : peut-il aimer ? va-t-il aimer ? n’aurait-il pas le droit de l’aimer ? qu’est-ce que l’amour ? Mais ces conflits de l’âme sont loin des conceptions manichéennes qui constituaient le schéma typique du roman ancien : le triomphe des bons sur les méchants, de la vertu sur le vice. La question que Jang Palchan se pose s’articule plutôt autour de sa prise de conscience en tant qu’individu qui veut ‘aimer’. C’est à ce stade que cette traduction se lit à la même hauteur que « Moojông » (lit., Sans Coeur), le premier roman moderne coréen que Yi Kwangsoo avait écrit, paru un an seulement plus tôt et qui n’était autre qu’une histoire d’amour triangulaire en résumé.

3. yonae, un sentiment naturel d’un individu

15Qu’est-ce que ce « yonae, l’amour moderne » qu’évoque Jang Palchan ? Etudions d’abord le terme « amour ». A l’arrivée du catholicisme, notamment sous l’égide des missionnaires catholiques à la fin du XIXème siècle, ce mot « amour » a pris une autre tournure, et avait alors une connotation plus spirituelle, car il évoquait l’amour de dieu ou l’amour pour dieu.

Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. (Jean 13 :34)

16Parallèment, un autre sens d’amour naît en Corée dans le paysage politique cette fois-ci. L’amour est un sentiment qui converge avec la vague de nationalisme. Désormais, cette notion d’amour s’associe au patriotisme. Bien entendu, la mise en place de ce nouvel usage du mot amour, équivalent à l’amour pour la patrie, était une réponse des coréens face à la menace extérieure, notamment l’impérialisme japonais en Corée sous lequel la Corée finira par devenir protectorat japonais en 1905.

  • 11 Editorial, Le journal d’Indépendance (독립신문), le 8 juin 1897.

L’amour pour notre Grand Roi de la Corée, est-ce plus important que votre propre vie ?11

  • 12 Editoial, Le journal d’Indépendance, le 8 janvier, 1898.

Le plus haut, le plus juste, le plus éternel sera l’amour pour sa patrie.12

  • 13 La rétrospection de Kim Kijin (1903~1985), romancier, poète, critique littéraire, nous permet de co (...)

17Comme nous l’avons observé, l’amour a servi des discours tantôt chrétiens tantôt nationalistes dans une fin idéologique, mais l’amour dans son sens propre n’était pas encore apparu. La mise à l’écart de l’amour entre homme et femme à proprement parler, la mise en avant de l’amour idéologique, religieux : telle était donc la situation lors de la première décennie des années 1900. A partir de la fin des années 1910, l’amour dans son sens propre émerge dans le texte littéraire. Pourtant en se distinguant de l’amour pour dieu, pour les parents, pour l’humanité ou pour la patrie, le terme yonae (연애) fut employé. Et ce dernier peut se traduire par « amour moderne » ou « amour libre »13. Le yonae, devient l’une des moeurs à la mode des années 1920, témoignant ainsi de la mutation de la vie moderne, et mérite donc d’attirer notre attention toute particulière sur ce thème primordial du roman modern coréen. Le yonae de cette période était à la fois le signe d’une émancipation contre la coutume sociale à laquelle on est soumis, et un moyen pour la jeunesse de manifester une attitude nouvelle envers le monde qui change.

18C’est dans la première traduction des Misérables que l’on voit ce terme dans le texte littéraire pour la première fois en 1910 intitulée « ABC 계 » (lit., La société de l’ABC). Dans un passage qui présente Jean Prouvaire, un des membres des Amis de l’ABC, Choe Namsôn, le traducteur écrit :

  • 14 Choe Namsôn, revue « Sonyon », numéro 7. Juillet 1910.

« Il fait partie de ‘yonae’. Il aime les fleurs, il sait jouer de la flûte, il compose des chansons populaires. Il aime le peuple, il a de la bonté envers les femmes, il sourit aux enfants. Il a horreur de la révolution sanglante. »14

19Bien qu’il ait employé le mot yonae, ce qui est décrit- celui qui aime chanter, qui joue de la flûte, qui hait la révolution sanglante- est proche de l’amour général. Deux ans plus tard en 1912, nous retrouvons deux oeuvres romanesques qui tâchent de définir ce mot : dans les romans japonais traduits en coréen, yonae est décrit comme « un objet sacré » (« Ssang-Ok-Nu 쌍옥루 », 1912) ou comme « quelque chose qui peut nous apporter le bonheur et en même temps qui peut nous faire risquer notre vie : plus chaud que le feu et plus périlleux que l’eau » (« Janghanmong 장한몽 », 1913).

  • 15 Kim Dongin, Cher le Coeur Faible (마음이 옅은 자여), in revue Changjo (lit. la création) en feuilleton de (...)
  • 16 Kim Dongin, Le Testament (유서), in revue Yongdae, 1924.
  • 17 Hyon Jingôn, La Fleur sacrifiée (희생화), in revue Kaebyok (lit., Ouverture du monde), novembre 1920.
  • 18 Joo Yosôp, Le prix du premier amour (첫사랑 값), in Maeilshinbo, 1921.
  • 19 Homi Bhabha, The Location of Culture, London/New York, Routledge, 1994.

20Une nouvelle connotation de l’amour émerge ainsi et devient un phénomène social omniprésent des années 1910 et 1920 jusqu’à 1930 dans la littérature, la presse et dans la vie quotidienne. D’ailleurs, s’agissant d’un mot traduit de l’anglais ‘love’ dont le sens est proche de ‘l’amour entre homme et femme’, puis, « approprié » dans la culture coréenne, plusieurs romans coréens écrits à cette période exposent le mot ‘love’ sans le traduire. « Y me love. Je ne l’ai appris qu’aujourd’hui. (Y는 나를 '러브'한다. 오늘에야 그것을 알았다.) »15 « Sa tentative de love pour sa cousine a été rejetée. (육촌 누이에게 러브를 하다가 소박 맞고) »16 en sont des exemples. Aussi, dans certains romans on expose des phrases entières en langue anglaise contenant le mot « love » : « Love is blind, but our love has eyes. »17, « I don’t love you! Do you know what is life ? »18. L’amour ou « love » demeuraient ainsi tels quels, sans être traduits, comme des mots de l’étranger, au goût exotique. D’une certaine manière, la première figure de l’amour dans la littérature coréenne au XXème siècle fut l’imitation.19

21L’amour moderne implique la découverte de soi, le respect de soi et la supériorité de l’individu sur tout. Basé sur la compréhension d’un être humain à une nouvelle échelle, ce concept -amour moderne- s’oppose au discours du nationalisme : plus important que la religion, plus précieux que la nation, l’amour sous-entend la liberté, la révolte. Telle sera la nouvelle conception d’un individu qui émerge à la fin des années 1910. D’une certaine manière, de la fin des années 1910 jusqu’au début des 1920 est une période durant laquelle le concept de l’amour moderne émergeait et se popularisait. Ce concept a joué un rôle conséquent dans la formation de la période moderne et son développement. L’amour moderne d’une part, a renforcé la place de l’individu et privilégié l’être humain comme un individu doté d’un psychisme sentimental. D’autre part, cela a permis d’entrevoir une nouvelle perspective sociale engendrant un changement du système familial. L’amour moderne, désormais acquis comme nouvelle thématique de la littérature et de l’art, est devenu le pivot de toutes les créations culturelles. Le grand public sous une colonisation privée de liberté politique et économique était ainsi fasciné par ce nouveau phénomène qui s’installait dans tous les domaines sociaux. Les écrivains racontaient l’amour moderne, et le grand public le lisait. Ce concept ainsi combiné à tout autre concept provenant de l’occident tels que (love, philosophie, matérialisme, société, etc.) a été instrumentalisé en tant que symbole d’une nouvelle vie s’orientant vers une nouvelle civilisation, et rejetant les mœurs traditionnelles. De même, l’apparition de l’amour moderne en Corée comme phénomène social est un signe historique témoignant du basculement de l’ordre social construit initialement sur une conception traditionnelle du confucianisme. Dans une histoire d’amour d’un couple en dehors du mariage, le sujet de cet amour n’est plus la norme sociale mais l’individu, sa volonté, son autonomie dans l’action, dans sa décision.

4. L’amour moderne et une nouvelle civilisation

  • 20 « Moojông », le roman coréen populaire le plus lu durant la période coloniale occupe une place à pa (...)

22C’est grâce à Yi Kwangsoo, l’auteur de « Moojông » connu comme le premier roman moderne coréen, que l’amour moderne ou l’amour libre est valorisé comme le bonheur ultime d’un être humain.20 En parallèle à son roman « Moojông », l’histoire d’amour triangulaire des trois jeunes coréens-Hyongsik, Yongchae, Sônhyong- dans laquelle l’amour moderne est un thème de prédilection, l’écrivain publie également une série d’articles critiques intitulés « une proposition de mariage ».

23Cette série d’articles remet vivement en question les mœurs coréennes traditionnelles avec acerbité, en particulier le système de mariage. Dans les articles « La réforme de la famille coréenne », « Les abus du mariage précoce », « Une suggestion à l’égard du mariage », « A propos du mariage », « Pour une nouvelle vie quotidienne », il proclame d’une part la nécessité de bâtir une nouvelle famille basée sur l’affection et non sur l’autorité sociale, d’autre part il explique qu’une famille doit se construire non par la force des parents mais par son propre choix. Le mariage précoce, le mariage forcé, la coutume de concubinage, la mise en valeur de la virginité, le sexisme... sont tous l’objet de critiques dans ces articles. Dans ses yeux, le foyer coréen est « un repaire où règnent l’aléas, le silence, l’hostilité, le pêché et le Malheur » (« une suggestion à l’égard du mariage »), le couple coréen n’est qu’un « ensemble de haine, de dispute et de douleur » (« une suggestion à l’égard du mariage »). A la fin de cette série d’articles, Yi Kwangsoo propose l’amour moderne, comme nouvelle forme d’amour provenant de la nouvelle civilisation de l’Occident :

  • 21 Yi Kwangsoo, « Une suggestion à l’égard du mariage », Maeilshinbo, avril, 1917. ·

« On imagine l’amour sans mariage, mais on n’imagine pas le mariage sans amour. »21

24L’amour moderne, indépendant du système du mariage, n’est plus une unité de base sociale constituant une famille, mais un concept lié à un individu, porteur de sentiment personnel. La mise en valeur de l’amour moderne comme sentiment humain prend une importance considérable parce que cela témoigne de l’entendement suivant : désormais l’individu est le propriaire de son propre monde, de ses propres émotions et ne s’identifie plus à un modèle extérieur déjà construit. En ce sens, avec le terme d’amour moderne, la littérature produite à cette période mérite donc amplement son statut de ‘la littérature moderne’. Dans cette littérature, notamment dans « Moojông », la norme sociale, le manichéisme entre le Bien et le Mal ne sont plus au cœur des débats et sont supplantés dans le champ littéraire moderne par l’individu, en proie aux aléas sentimentaux, au tourment intérieur, à l’amour moderne.

25De la fin des années 1910 à la première moitié de 1920, le genre romanesque a servi comme un média principal, outil de diffusion de nouveaux concepts, tels que cette notion d’amour moderne, qui s’est cristallisée dans la création romanesque à l’instar de « Moojông ». Publié un an après « Moojông », Aesa, la traduction des Misérables marche dans les pas de son prédécesseur en y retraçant parfaitement l’évolution de l’amour dans la société coréenne. De l’amour parental, à l’amour pour dieu, de l’amour pour la patrie à l’amour moderne, Jang Palchan s’attache à identifier ce nouveau concept d’amour et finit par le définir comme l’amour moderne. 

5. En guise de conclusion

  • 22 Terry Eagleton, Critique et théorie littéraires : Une introduction, PUF, Paris, 1994, p. 10.
  • 23 Ian Watt, The rise of the novel, éd., Penguin books Ltd, Middlesex, 1966. p. 12-13.

26Lorsque l’on examine un texte traduit, ce qui importe, ce n’est pas d’où il vient mais comment on le reçoit.22 La traduction méconnue aujourd’hui des critères traductifs — selon lesquels la fidélité au texte source s’impose — Aesa représente d’une part un très vif succès du roman français auprès du grand public coréen de son temps, d’autre part, la possibilité d’une traduction menée dans une perspective du transfert culturel. A la charnière du roman ancien et du roman moderne, les divers angles du roman moderne tels que le style nouveau lié à l’harmonie entre la langue parlée et la langue écrite, la mise en relief du désir humain, la quête de vérité qui concerne exclusivement les expériences de chaque individu indépendamment de la pensée traditionnelle23 et de la contrainte de l’ordre social, se cristallisent dans cette traduction. Examiner Aesa dans le prolongement de « Moojông », premier roman moderne dans lequel le concept d’amour moderne est mis en lumière comme un signe de nouveauté romanesque, permettra également de percevoir, discerner, distinguer au-delà de l’homogénéité perçue par une conception unitaire de la nation, les traces des cultures étrangères dans le texte traduit. Dans cette lecture où l’échange est valorisé en tant que tel, la traduction, enfin, prend sa place en tant que telle, en servant l’évolution romanesque dans l’histoire littéraire.

  • 24 Kim Dongin, L’histoire de Kim Yonshil (김연실전), in revue « Moonjang » (lit., Des Phrases), 1939. Voic (...)

27Le thème d’amour moderne traité comme un sujet principal dans « Moojông », puis renforcé dans Aesa qui retrace parfaitement l’évolution du concept d’amour, devient un sujet indissociable de la littérature coréenne moderne. Dans le roman de Kim Dongin, une figure emblématique du roman naturaliste et réaliste coréen, l’amour moderne est considéré comme l’essence de la nouvelle littérature qui se construit. Ainsi, l’amour moderne est instrumentalisé dans les romans postérieurs tantôt pour l’éveil du peuple coréen habitué à considérer l’amour comme un péché, tantôt pour construire une nouvelle littérature au service d’une conception essentielle de l’amour moderne, tantôt pour élever le statut des femmes coréennes jusqu’à ce que ce dernier soit atteint au niveau mondial.24 Ici encore, Yonshil, le personnage principal du roman se réfère au « grand écrivain de l’Occident » dans son discours proclamant l’amour moderne comme une étape indispensable pour devenir une nation civilisée. Nous avons peu de doute quant à l’identité de ce grand écrivain.

Haut de page

Bibliographie

Corpus principal
Hugo, Victor, Les Misérables, vol. I, II, Paris, Gallimard, 1995.
Le quotidien Meilshinno, Séoul, 1916-1917-1918-1919
La revue Sonyon (lit. « le garçon »), Séoul,1910
La revue Chôngchoon (lit. « la jeunesse »), Séoul, 1914
Aesa, Édité par Jinyung Park, édition Hyunsilmoonwhayungu (lit. « étude de la réalité et la culture »), Séoul, 2008.
Le journal d’Indépendance (독립신문), 1897-1898
Corpus secondaire
Kim Dongin, « Cher le Coeur Faible » (마음이 옅은 자여), in revue Changjo (lit. la création) en feuilleton de décembre 1919 à mai 1920.
Kim Dongin, « Le Testament » (유서), in revue Yongdae, 1924.
Kim Dongin, « L’histoire de Kim Yonshil » (김연실전), in revue Moonjang (lit., Des Phrases), 1939
Hyon Jingôn, « La Fleur sacrifiée » (희생화), in revue Kaebyok (lit., Ouverture du monde), novembre 1920.
Joo Yosôp, « Le prix du premier amour » (첫사랑 값), in Maeilshinbo, 1921.
Yi Kwangsoo, Moojông (무정), éd., Moonji, 2005.
Études sur le sujet
Berman, Antoine, L'Épreuve de l'étranger : Culture et traduction dans l'Allemagne romantique, Pais, Gallimard, 1995.
C. Lombez et R. Von Kulessa (textes réunis par), De la traduction et des transferts culturels, Paris, Harmattan, 2007.
Eagleton, Terry, Critique et théorie littéraires : Une introduction, PUF, Paris, 1994, p. 10.
Espagne, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.
Espagne, Michel et Werner, Michael, « La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et histoire (1750-1914) », Annales ESC (juillet-août) 4, 1987.
Homi Bhabha, The Location of Culture, London/New York, Routledge, 1994
Kim Kijin, La vision d’amour chez les écrivains coréens, Solhwasôgwan, 1926.
Kwon Bodrae, La période de yonae – la mode et la culture au début des années 1920, éd., Hyunsilmoonwhayungu, 2003.
Park Jinyung, The birth of book and the faith of a story, Edition Somyong, Séoul, 2013
Thomasseau, Jean Marie, Le Mélodrame, PUF, Paris, 1984.
Watt, Ian, The rise of the novel, éd., Penguin books Ltd, Middlesex, 1966.

Haut de page

Notes

1 Cité par Antoine Berman, l’Epreuve de l’étrange. Culture et traduction dans l’allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1995, p 92.

2 Antoine berman, op. cit., p. 89.

3 Joseph Jurt, Traduction et transfert culturel, p. 102, in De la traduction et des transferts culturels, textes réunis par C. Lombez et R. Von Kulessa, éd., l’Harmattan, Paris, 2007.

4 Park Jinyung, The birth of book and the faith of a story, Edition Somyong, Séoul, 2013, p. 229.

5 Joseph Jurt, op. cit., p 96.

6 Joseph Jurt, op. cit., p 100.

7 Cf. Michel Espagne : Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999. Michel Espagne et Michael Werner : « La construction d’une référence culturelle allemande en France », Annales, ESC, 4, juillet-août 1987.

8 Ainsi dans cette version, Jean Valjean devient Jang Palchan (팔찬八贊, lit. Huit louanges), Cosette devient Go Sôldo (설도雪道, lit. La route neigeuse), Marius devient Mansô (만서萬書, lit. Ecriture abondante), Fantine devient Aelyon (애련哀憐, lit. Tristesse et pitié), Javert devient Cha Boyol (차보열車保閱, lit. Conserver et contrôler), etc. Il s’agit là d’une assistance aux lecteurs coréens confrontés aux romans français : puisque l’égarement produit par des noms compliqués, redoublés par des surnoms, entraverait la lecture.

9 En ce qui concerne les textes cités dans notre travail, nous nous sommes référée à l’ouvrage en un volume, rassemblant tous les numéros du quotidien Maeilshinbo où est paru le roman. En cas de doute, nous avons consulté les sources originales, donc le quotidien Maeilshinbo. De plus, nous précisons que les textes coréens cités dans notre travail sont tous traduits par nos propres soins. Les pages indiquées dans notre travail correspondent à la référence suivante : Aesa, Édités par Jinyung Park, édition Hyunsilmoonwhayungu (lit. « étude de la réalité et la culture »), Séoul, 2008.

10 Jean Marie Thomasseau, Le Mélodrame, PUF, Paris, 1984, p. 123.

11 Editorial, Le journal d’Indépendance (독립신문), le 8 juin 1897.

12 Editoial, Le journal d’Indépendance, le 8 janvier, 1898.

13 La rétrospection de Kim Kijin (1903~1985), romancier, poète, critique littéraire, nous permet de comprendre le terme yonae comme un abrégé de Jayou Yonae (자유연애), l’amour libre. Dans son article il précise que, le terme yonae n’existait que depuis sept à huit ans et qu’il s’agit d’une abrévation du mot ‘ Jayou Yonae’. Kim Kijin, la vision d’amour chez les écrivains coréens, Solhwasôgwan, 1926, p. 16.

14 Choe Namsôn, revue « Sonyon », numéro 7. Juillet 1910.

15 Kim Dongin, Cher le Coeur Faible (마음이 옅은 자여), in revue Changjo (lit. la création) en feuilleton de décembre 1919 à mai 1920.

16 Kim Dongin, Le Testament (유서), in revue Yongdae, 1924.

17 Hyon Jingôn, La Fleur sacrifiée (희생화), in revue Kaebyok (lit., Ouverture du monde), novembre 1920.

18 Joo Yosôp, Le prix du premier amour (첫사랑 값), in Maeilshinbo, 1921.

19 Homi Bhabha, The Location of Culture, London/New York, Routledge, 1994.

20 « Moojông », le roman coréen populaire le plus lu durant la période coloniale occupe une place à part dans l’histoire de la littérature coréenne. Sans s’attarder sur le fait que ce premier roman moderne coréen traitait une thématique devenue banale aujourd’hui, rappelons qu’il s’agit du roman le plus étudié par les chercheurs de littérature coréenne. Dès son apparition, le champ littéraire l’a applaudi vivement. « Moojông » a été « le premier son annonçant l’aube de la littérature moderne coréenne » ( Choe Namsôn, préface, Moojông, la première édition, édition Shinmoon, 1918.) , « une œuvre monumentale de l’histoire de la nouvelle littérature coréenne » (Sô Hangsôk, de Moojông, en version théâtrale, journal quotidien Dong-a, le 23 novembre 1930.) ou «la première pierre de la nouvelle littérature coréenne » ( La table ronde à l’occasion des vingt ans de carrière de Lee Kwangsoo, « Samchôlli » vol. 6 No. 11 novembre 1934).

21 Yi Kwangsoo, « Une suggestion à l’égard du mariage », Maeilshinbo, avril, 1917. ·

22 Terry Eagleton, Critique et théorie littéraires : Une introduction, PUF, Paris, 1994, p. 10.

23 Ian Watt, The rise of the novel, éd., Penguin books Ltd, Middlesex, 1966. p. 12-13.

24 Kim Dongin, L’histoire de Kim Yonshil (김연실전), in revue « Moonjang » (lit., Des Phrases), 1939. Voici le passage concerné : « Lorsqu’elle retourna en Corée, elle avait trois ambitions. D’abord, elle voulait éveiller l’esprit des coréens qui considéraient l’amour moderne comme un péché (Yonsil était persuadée de l’enjeu de cette conception d’amour moderne comme essence même de l’émancipation des femmes, le premier pas de la culture moderne). Ensuite, elle désirait construire une nouvelle littérature fondée sur les mêmes concepts substantiels que ceux de l’amour moderne. Enfin, elle voulait faire évoluer la mentalité des femmes coréennes à un niveau mondial. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hyonhee Lee, « « L’amour moderne » dans Aesa », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1022

Haut de page

Auteur

Hyonhee Lee

Docteure en Littérature comparée de l’Université de Bourgogne Franche-Comté. Elle a soutenu sa thèse intitulée « La diffusion du roman français en Corée dans la première moitié du XXe siècle » sous la direction de Laurence Dahan-Gaida. Elle est également traductrice littéraire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals