Navigation – Plan du site
Langues sources semées d'embûches

Séries verbales, particules sémantiques et classificateurs

Quelques embûches et perplexités de la traduction du thaï
Louise Pichard-Bertaux

Résumé

La traduction de la langue thaïe, et plus particulièrement de la littérature contemporaine, se heurte parfois à des nuances fines qui viennent perturber le traducteur (ou la traductrice !) et le laissent dubitatif quant au choix des mots en français. La langue thaïe étant isolante et à tendance monosyllabique, elle est souvent extrêmement économique en nombre de mots en comparaison du français, mais également d'une précision quasi chirurgicale. Ou pas. Et c'est bien sur ce genre de difficultés que le traducteur va trébucher, avant de tourner le segment de phrase en tous sens, de le pétrir, de l'étirer, de l'explorer, de l'expulser même et de le laisser mûrir pour mieux le comprendre. Ce court article porte donc sur ces embûches et soumet au lecteur quelques problèmes de traduction dus à la syntaxe de la langue.

Haut de page

Texte intégral

1La littérature thaïe est très peu traduite en France et la complexité de la langue y est sans doute pour beaucoup. Peu d’apprenants, peu de spécialistes et donc peu de traducteurs, cet état de fait entraîne une méconnaissance de la littérature thaïe par le public français. Si certains textes classiques avaient été traduits au cours du XIXe et au début du XXe siècles, ce n’est qu’à partir de 1990 que des éditeurs aventureux ont commencé à publier de la littérature thaïe contemporaine. Dans les années 2000, Le Seuil s’est particulièrement investi dans la diffusion de ces écrits en éditant les traductions de Marcel Barang, seul traducteur professionnel de littérature thaïe : Chart Korbjitti et Saneh Sangsuk sont ainsi entrés dans le catalogue de la prestigieuse maison d’édition.

2Le peu d’apprenants est peut-être lié au manque d’imaginaire que provoque le pays chez les étudiants français. Petit royaume d’Asie du Sud-Est continentale, la Thaïlande n’a pas le poids de la Chine ou l’aura du Japon et de la Corée. Les Français, en général, n’en connaissent au pire que la prostitution et la drogue et, au mieux, les plages et les clubs de vacances bon marché. Celles et ceux qui tentent une plongée plus intime dans le pays se heurtent souvent aux difficultés d’apprentissage d’une langue tonale dotée d’un alphasyllabaire complexe, ce qui explique sans doute le peu de spécialistes.

Fig. 1 : les consonnes thaïes

Une langue ardue

3Le thaï est une langue isolante, qui n’admet donc ni conjugaison, ni accord de genre ou de nombre (ce qui est au premier abord plutôt un avantage pour les apprenants français !), tonale et à tendance monosyllabique. Au nombre de cinq, les tons (moyen, haut, bas, montant et descendant) permettent de différencier le sens des mots et sont de délicieux obstacles à surmonter à l’oral. À l’écrit, ils ne sont pas directement inscrits dans la syllabe mais dépendent de trois critères : l’accent (il en existe quatre) ou son absence, la classe (trois possibilités) de la consonne, la longueur de la voyelle (deux cas)…. Ce système très subtil est encore compliqué par le fait qu’aucun espace ne sépare les mots et qu’il n’existe pas de ponctuation.

4Voici un tableau qui résume les règles de lecture et indique les 3 classes (moyennes, hautes et basses) des quarante-quatre consonnes :

Fig. 2 : les classes des consonnes et les tons (d’après les tableaux établis par Wanee Pooput 2009)

5En ce qui concerne l’absence d’espace entre les mots prenons par exemple cet extrait d’un manuel de littérature :

Fig. 3 : exemple de texte imprimé

6Les seuls espaces sont situés entre les phrases ou bien avant et après des guillemets ou des parenthèses (signes empruntés récemment à l’Occident), ou encore pour mettre un exemple en exergue.

Une syntaxe singulière

7Lorsque l’apprenant traducteur a intégré ces difficultés graphiques (ce qui n’est pas si difficile avec un peu de ténacité !), il se confronte assez vite à une syntaxe bien différente de la nôtre. Des séries verbales intraduisibles, un système de classificateurs qui permet d’affiner le sens des substantifs, des particules sémantiques tout à fait incongrues ou encore une myriade de pronoms personnels et une tendance certaine à la répétition vont considérablement complexifier le travail du passage d’une langue à l’autre.

8En ce qui concerne les séries verbales, examinons l’exemple fourni par David Smyth (2002) dans sa grammaire :

  • 1 Pour simplifier la lecture par des non-spécialistes, j’utilise la transcription de l’Institut Royal (...)

เขาไปซื้อมากิน [khaw pai sue ma kin1]

Mot à mot : il-elle / aller / acheter / venir / manger

Traduction : il-elle est allé(e) acheter quelque chose et est revenu pour manger

9En français, nous sommes obligés de spécifier quelque chose car le verbe acheter nécessite un complément d’objet direct. L’utilisation de prépositions est également indispensable. En thaï, le dernier verbe, [kin] manger, donne tout son sens à la phrase et permet de comprendre ce qu’il ou elle est sorti(e) faire… On pourrait aussi traduire : il-elle est allé(e) acheter à manger et est revenu(e), mais l’action de revenir manger est alors un peu floue. Or c’est justement cette action qui est importante dans cette phrase.

10Un autre exemple, extrait de la méthode de Gilles Delouche (2016) permet une logique chronologique mais difficilement traduisible dans son ensemble :

มีจิตรกรรมฝาผนังเรื่องรามเกียงรต์ เราจะเดินดูรอบระเบียงวัดเลย

[mi chitrakam faphanang rueang ramakiang // raw cha doen du rop rabiang wat lei]

11mot à mot :

avoir / peinture / mur / histoire, à propos de / Ramakien

nous / [marque de l’inaccompli] / marcher / voir / faire le tour / galerie / temple / complètement

12Traductions :

Phrase 1 : « Il y a des fresques murales racontant le Ramakien »

Phrase 2 : « Pour les voir, nous ferons le tour des galeries du temple » (Delouche, 2016)

13Dans cette version, Gilles Delouche a privilégié les actions « voir » et « faire le tour » en prenant pour postulat que l’action de « marcher » est induite.

14D’autres traductions sont possibles :

Phrase 1 : « Il y a des peintures murales relatives au Ramakien »

Phrase 2 : Nous ferons le tour complet de la galerie du temple en les regardant » ou « Nous les regarderons en marchant dans la galerie autour du temple »

15La deuxième proposition reprend les trois actions mais ce qui est un groupe verbal (faire le tour) devient préposition (autour de).

16Cet exemple montre l’impossibilité de traduire exactement les séries verbales du thaï, tout au moins si l’on veut suivre les formes grammaticales.

17Les classificateurs sont des mots qui, comme leur nom l’indique, servent à classer les substantifs dans des catégories. Présents dans de nombreuses langues d’Asie, ils s’avèrent indispensables pour compter, désigner, décrire les choses, les végétaux et les êtres. Plus de trois cents sont répertoriés par les grammairiens. L’ordre des mots est primordial dans leur emploi : substantif + nombre + classificateur. Ainsi, pour dire « trois étudiants », il faudra en thaï utiliser la syntaxe suivante : « étudiant / trois / classificateur pour les personnes » :

นักศึกษาสามคน [naksueksa sam khon]

18Le classificateur précise non seulement si le substantif désigne un objet inanimé, un être vivant ou un végétal mais ajoute du sens en précisant la forme, le nombre ou encore s’il s’agit d’une chose concrète ou d’une notion abstraite. Ainsi, dans le tableau ci-dessous, l’exemple de l’école est bien représentatif : selon que l’on utilise « haeng » ou « lang » l’interlocuteur comprendra qu’il s’agit de l’école en tant que concept ou bien du bâtiment dans lequel est installée l’école.

Substantifs

Classificateurs

ยา

ja:

médicament

ชนิด

chanit

sorte

เม็ด

met

pilule (graine)

หลอด

lot

tube

ขวด

khuat

bouteille

หยด

jot

goutte

กล้วย

kluai

banane

ลูก / ใบ / ผล

luk/bai/ phon

[à l’unité]

หวี

wi

[main]

เครือ

khruea

[régime]

โรงเรียน

rongrian

école

(s’applique à tous les bâtiments)

แห่ง

haeng

lieu [représentation]

หลัง

lang

[bâtiment]

รองเท้า

roŋthaw

chaussure

ข้าง

khang

[à l’unité]

คู่

khu

paire

19Chaque substantif peut avoir plusieurs classificateurs selon ce que l’on veut exprimer. Pour les médicaments, le classificateur définit la manière dont on va le prendre (en pilules, en gouttes) ou bien la façon dont il est présenté (en bouteille, en tube)… Les exemples concernant les bananes permettent de déterminer la quantité et l’on n’utilisera pas le même classificateur si l’on a perdu « une » chaussure ou bien si l’on veut en acheter « une paire ».

20À l’inverse, un classificateur peut être utilisé pour plusieurs substantifs :

Classificateurs

Substantifs

ตัว

tua

corps

เสื้อ

sueɑ

chemise

โต๊ะ

to

table

สัตว์

sat

animal

คน

khon

[injurieux pour les personnes]

ใบ

bai

feuille d’arbre

หมอน

mon

oreiller

ซอง

song

enveloppe

แก้ว

keo

verre

บิลล์

bin

facture

ผล

phon

fruits allongés

21« tua » est le classificateur pour les animaux et, par extension, tout ce qui a des « pattes » : les chemises, les pantalons, les tables, les chaises… Son utilisation pour désigner une personne rend le propos injurieux ou péjoratif. Le classificateur « bai », quant à lui, précise les objets longs mais désigne aussi les verres, les œufs, les tickets de train et les sacs… Il est également son propre classificateur. Dans ce cas, la syntaxe sera différente, il n’y aura que le nombre et le classificateur.

22L’usage très fréquent de particules sémantiques placées en règle générale en fin de phrase vient encore en affiner le sens. Surtout employées en langue parlée, les particules peuvent marquer l’insistance, l’évidence, l’incitation ou l’interrogation. Elles peuvent aussi être un marqueur important du niveau de langue lorsqu’elles sont « de politesse ». En voici quelques exemples :

Particules

Signification et Emploi

ล่ะ [la]

Particule placée en fin d’énoncé qui donne une légère nuance d’interrogation (avant la particule de politesse)

นะ [na]

Particule placée en fin d’énoncé qui traduit l’insistance (avant la particule de politesse)

สิ [si]

Particule placée en fin d’énoncé qui sert à marquer soit l’évidence soit l’incitation (avant la particule de politesse)

ครับ [khrap]

Particule de politesse « homme parlant » placée en fin d’énoncé ; peut également servir de réponse positive

ค่ะ [kha ton descendant

Particule de politesse « femme parlant » placée en fin d’énoncé déclaratif ; peut également servir de réponse positive

คะ [kha ton haut]

Particule de politesse « femme parlant placée » en fin d’énoncé interrogatif

23En plus de pouvoir être ajoutées aux particules de politesse, les particules sémantiques peuvent se combiner entre elles : ainsi, on pourra placer na si en fin de phrase pour marquer à la fois l’insistance et l’incitation. Il est donc absolument nécessaire de connaître et de prendre en compte ces particules pour saisir toutes les nuances d’une phrase.

24Quant aux pronoms personnels, voici ce qu’en dit Marcel Barang (2013) :

Le thaï est une langue féodale, stratifiée verticalement, où les rapports sociaux sont chevillés à son expression : d’un côté, les relations de pouvoir – du roi au mendiant, du patron à l’employé, du riche au miséreux – et de l’autre, les relations familiales (qui sont aussi, au moins en partie, des rapports de pouvoir au sein de l’unité familiale ou clanique). Là où en français nous n’avons que « je », « tu » et « vous », les Thaïs ont des dizaines, des centaines de façon de s’adresser aux autres selon leurs liens de parenté et leurs statuts sociaux, et ils jouent quand ils veulent avec ces vocables pour exprimer leurs sentiments.

25Ces pronoms personnels très nombreux sous-entendent un rapport hiérarchique entre les locuteurs qu’il sera difficile de traduire. L’autre problème concernant les pronoms personnels est au contraire leur absence. Dans un dialogue, ou même dans une description, il est tout à fait courant de ne pas réemployer de pronoms personnels lorsqu’ils ont été dits une fois. Ceci peut vraiment perdre le traducteur qui ne sait plus qui fait quoi…

26D’autres embûches syntaxiques spécifiques au thaï viennent compliquer la tâche de traduction. Ce que j’appellerai le « sous-entendu exprimé » est l’une d’elle dont voici deux exemples :

ถ้าดิฉันรู้ว่ามีบ้านเช่าจะบอกให้คุณรู้ [tha dichan ru wa mi ban chao cha bok hai khun ru]

Si /je [femme parlant] / savoir / que / avoir / maison / louer / [inaccompli]/ dire / pour / vous / savoir.

27Littéralement, on peut traduire : « Si j’apprends qu’il y a une maison à louer, je vous le dirai pour que vous le sachiez. » La dernière partie de la phrase (pour que vous le sachiez) est inutile en français mais s’avère indispensable en thaï.

28Deuxième exemple :

เขาไม่มีใครที่บอกความลับให้ฟังได้ [khao mai mi khrai thi bok khwamlap hai fang dai]

il-elle / [négation] / avoir / quelqu’un / à qui / dire / secret / pour / entendre / pouvoir

Il-elle n’a personne à qui il-elle peut confier ses secrets (pour que la personne les écoute).

29Autre particularité, la possibilité d’utiliser dans une même phrase un adjectif possessif, un adjectif démonstratif, un adjectif qualificatif et un nombre…

รถสวยของผมสองคันนี้ [rot suai khong phom song khan ni]

voiture / joli / de / je [homme parlant] / deux / [classificateur] / [démonstratif]

30Comme on ne peut pas avoir à la fois « ces » et « mes » dans la même phrase en français, on utilisera une proposition relative : « Ces deux jolies voitures qui m’appartiennent »

31À tout cela, il faut encore ajouter la tradition de répétition du thaï écrit et les paraphrases, l’usage des sobriquets et des surnoms dont on ne sait jamais s’il faut les traduire ou les transcrire seulement, le vocabulaire royal souvent très différent du langage ordinaire et, spécialement dans la littérature contemporaine, l’emploi d’anglicismes de plus en plus nombreux… Et bien sûr, comme avec toutes les langues, il faut compter avec les régionalismes, les expressions idiomatiques, les jeux de mots, l’argot, le vocabulaire professionnel…

32Toutes ces embûches et tous ces obstacles qui viennent allègrement se mettre entre les mots du traducteur, le laissant bien souvent dubitatif et un tantinet désemparé, sont en fait de magnifiques nuances qui donnent toute sa finesse à la langue thaïe. Et le traducteur français peut, avec un petit sentiment de vengeance bien mérité, penser au traducteur thaï qui essaie de transposer dans sa langue les verbes pronominaux et s’interroge sur l’emploi du subjonctif.

Haut de page

Bibliographie

Collectif. Thaïlande / ประเทศไทย. Trad. Marcel Barang. Jentayu n° hors-série 3, 2017. 231 p.

Barang, Marcel. « La traduction littéraire passe par le mot à mot ». IDEO n°3, 2013. (https://journals.openedition.org/ideo/239)

Bertaux-Pichard, Louise. « Traduire le thaï : un exemple littéraire ». Moussons n°31, 2018, p. 207-217. (https://journals.openedition.org/moussons/4163)

Degnaux, Charles, L’essentiel de la grammaire thaï. Bangkok : Craftsman Press, 1996,126 p.

Delagnau, Jean-Charles, Grammaire élémentaire de la langue thai. Bangkok : Duang Kamol, 1990, 108 p.

Delouche, Gilles, Méthode de thaï. Paris : L’Asiathèque, 2016, vol. 1, 222 p. ; vol. 2, 215 p.

Dupuis, Jean-Pierre et Boonniyom, Nattawan, Précis de grammaire thaïe. Paris : You-Feng, 2004, 252 p.

Kiattibutra-Anantalapochai Raksi, Analyse lexicale, morphologique et syntaxique du thaï en vue de la traduction automatique appliquée au domaine de l’administration publique. Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, 2011, 276 p.

Larqué, Victor, Notes de grammaire thaïe. Bangkok : Sangwan Surasang, ca.1960. 513 p.

Pooput, Wanee et Conjeaud, Michèle, Pratique du thaï. Paris : L’Asiathèque, 2009, vol. 1, 290 p. ; vol. 2, 350 p.

Smyth, David, Thai, an essential grammar. London : Routledge, 2002, 234 p.

Haut de page

Notes

1 Pour simplifier la lecture par des non-spécialistes, j’utilise la transcription de l’Institut Royal de Thaïlande qui ne marque pas les tons.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : les consonnes thaïes
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1043/img-1.gif
Fichier image/gif, 432k
Légende Fig. 2 : les classes des consonnes et les tons (d’après les tableaux établis par Wanee Pooput 2009)
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 3 : exemple de texte imprimé
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « Séries verbales, particules sémantiques et classificateurs », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1043

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Louise Pichard Bertaux (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) est ingénieur de recherche au CNRS, affectée à l’IrAsia comme analyste de sources en langues d’Asie. Elle travaille notamment sur des corpus d’archives en birman mais aussi sur la littérature contemporaine thaïe et sa traduction.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals