Navigation – Plan du site
Enjeux de traduction et prises de liberté

La traduction de la cyberlittérature du chinois au français

Un nouveau défi
Yimei Li

Résumés

Avec la naissance de l’Internet, est apparu un nouveau genre littéraire en Chine appelé littérature Internet. Face à cette littérature ; nous rencontrons deux types de problèmes : ceux liés aux spécificités de la langue Internet, et ceux liés aux particularités de la culture chinoise. La cyberlittérature, sans être écrite dans l’argot des forums Internet, manie la langue avec une certaine liberté : jeux de mots, calembours, invention de mots et de termes… ce qui peut être déroutant même pour un lecteur chinois. Cependant, parallèlement à ce côté « moderne », voire « à la mode », la littérature Internet puise beaucoup dans la littérature traditionnelle, le fond religieux ancien et le folklore chinois en général, et manie donc des concepts et un vocabulaire difficile à transposer en langue occidentale. Dorénavant, deux dictionnaires en chinois consacrés à l’explication du vocabulaire et des expressions de la littérature Internet peuvent nous aider à travailler sur la traduction, mais la difficulté reste considérable pour la traduction en français. C’est un double travail : d’abord une explication du chinois en chinois, puis une traduction du chinois vers le français. De plus, lorsque cela est possible, il faut trouver une expression équivalente en français.

Haut de page

Texte intégral

1Actuellement, deux dictionnaires en chinois consacrés à l'explication du vocabulaire et des expressions de la littérature Internet ― l’un, sorti en 2012, compte 1081 termes ; l’autre, prévu pour octobre 2017, offrira 213 termes sélectionnés parmi des dizaines de milliers d’autres mots ― peuvent nous aider à travailler sur la traduction de cette littérature en français. Mais, il n’en reste pas moins que la difficulté reste considérable. C’est un double travail qu’il faut fournir : d’abord donner en chinois une explication du chinois, puis produire une traduction du chinois vers le français. De plus, lorsque cela est possible, il faut trouver une expression équivalente dans la langue cible, ce qui n’est pas une mince affaire.

2La cyberlittérature chinoise est une entité tellement énorme qu’on ne pourra jamais en traduire qu’une infime partie : en effet, selon les dernières données, parmi les 731 millions d’internautes chinois, le nombre d'utilisateurs de littérature internet atteignait déjà les 333 millions, ce qui représente 45.6% du total. Les utilisateurs de cyberlittérature sur téléphone mobile étaient quant à eux 304 millions. Le nombre des caractères mis à jour sur les centaines de sites littéraires peut ainsi atteindre les 2 millions chaque jour, et le nombre de pages vues dépasse quotidiennement les 15 millions. En 2016, le marché de la cyberlittérature chinoise était évalué à 500 milliards de yuan. Rien que pour la China Literature Limited, le nombre de romans en stock s’élève à une dizaine de millions, et chaque jour 4 millions d’écrivains y uploadent de nouvelles créations.

3Ces chiffres supposent donc un premier défi : comment choisir une œuvre à traduire parmi tant de romans ? Choisira-t-on un roman à succès en Chine, ou bien un roman dont on pense qu’il aura le même accueil en France ? Ou bien encore, le traducteur se laissera-t-il guider par son goût personnel ? On pourra également choisir de traduire une série d’extraits tirés d’œuvres différentes, afin de présenter les différentes facettes de la cyberlittérature chinoise.

4La longueur des romans est une difficulté supplémentaire. Depuis 2003, avec l’établissement du système VIP, la cyberlittérature est devenue très commerciale : les auteurs étant payés au nombre de caractères, les cyber-romans s’allongent de plus en plus... Ils comptent souvent des millions de caractères, et des milliers de chapitres. Ainsi le roman « Commencer de zéro » publié en feuilleton sur le site Qidian 起点 depuis 2005, qui comprend déjà 18 millions de caractères, 3264 chapitres, et a été « cliqué » 65 millions de fois, n’est toujours pas terminé à ce jour. Dans le cas de ces romans-fleuves, le traducteur devra peut-être envisager de faire des coupes, voire de ne présenter que des extraits.

5Mais outre le problème du choix d’une œuvre à traduire et de celui de sa longueur, il existe un autre défi pour le traducteur : savoir rendre une caractéristique essentielle de la cyberlittérature, le « shuang » 爽. La cyberlittérature est une littérature de divertissement. Lorsqu’on demande à ses lecteurs pourquoi ils aiment lire des romans sur Internet, ils répondent très souvent : parce que c’est « shuang » ! Nous voilà déjà confrontés à une première difficulté de traduction, car ce terme n’a pas d’équivalent direct en français. Il désigne le plaisir tiré de la satisfaction d’un désir simple et décomplexé, comme lorsque l’on boit une bière fraîche un soir d’été. Il a un petit côté impulsif et déraisonnable. Traduisons-le pour l’instant par « kiffe », car c’est ce qui semble s’approcher le plus de « shuang » et de son registre de langue.

6Les lecteurs « kiffent », parce que l’auteur s’offre lui aussi un « kiffe » en s’affranchissant de toutes les règles de la littérature traditionnelle et en utilisant sa langue avec un maximum de liberté.
Voyons tout de suite un exemple, tiré du premier roman de cyberlittérature à connaître la célébrité, Diyici qinmi jiechu 第一次亲密接触 (Les premiers contacts intimes) :

自从他在 20 岁那年被他的女友fire后,他便开始游戏花丛。俗话说:“一朝被蛇咬,十年怕井绳”,他被蛇咬了以后,却从此学会了剥蛇皮,并喜 欢吃蛇肉羹。而且他遇见的女性网友,倒也不乏一些只寻找短暂刺激之辈,有时第一次见面就会问他:“君欲上床乎?”。因为子曰:“美女难找,有身材就好”,所以除了恐龙外,他通常会回答:“但凭卿之所好,小生岂敢推辞?”。然后她们会问:“yourplaceormyplace?”,他则爽快地说:“要杀要 剐,悉听尊便。重点是跟谁做,而不是在哪做”。

Depuis qu’il a été fired par sa copine l’année de ses vingt ans, il a commencé à « s’amuser parmi les fleurs » [courir le jupon]. Le proverbe dit : « Lorsqu’on a été mordu par un serpent, on a peur de la corde du puits pendant dix ans », depuis qu’il a été mordu par ce serpent, il a appris à leur arracher la peau, et à apprécier leur viande. Lorsqu’il rencontre des amies internautes, il y en a toujours pour rechercher les plaisirs fugaces, des fois elles lui demandent : « Mon seigneur veut-il aller au lit ? ». Confucius a dit : « Les beautés sont rares, il faut se contenter de celles qui ont un beau corps ». [Là, c’est l’auteur qui invente un proverbe, Confucius n’a jamais dit ça...] C’est pour cela que, pourvu que ce ne soit pas un dinosaure, il répond souvent : « Qu’il en soit selon le bon plaisir de Madame, comment oserais-je refuser ? » Ensuite, lorsqu'elles demandent : « Chez toi ou chez moi ? », il dit, grand seigneur : « Je suis votre éternel abonné, disposez de ma personne comme vous l’entendrez ». L’important c’est avec qui, pas à quel endroit.

7L’auteur exploite toutes les ressources de la langue, et utilise pêle-mêle le chinois classique, les expressions à la mode tirées de l’Internet, l’anglais... Parfois, certains utilisent les langues régionales, d’autres se permettent même d’inventer leurs propres expressions, assorties de définitions, comme dans cet exemple tiré de Maoshan houyi 茅山后裔 (Les descendants de Maoshan) :

《撞客》,这种病症医学上称之为“癔症”,只能归为精神病,在农村,叫“闹撞客”,就是鬼上身的意思,可以找个跳大神的折腾一下治愈。

« L’hôte indésirable » est une maladie mentale que la médecine nomme « hystérie ». Mais à la campagne, on appelle ce phénomène « avoir un hôte indésirable », pour le peuple, c’est un fantôme qui prend possession du corps du malade, on organise un exorcisme et tout s’arrange.

8Puisque notre objectif est de traduire la cyberlittérature, il faudrait que le lecteur français puisse lui aussi s’offrir un peu de « shuang ». Mais le seul à ne pas « kiffer » ici, c’est le traducteur, qui est confronté à de nombreuses difficultés. Il lui faut rendre :

  • le sens originel

  • la liberté de ton

  • les différents niveaux de langue

  • l’arrière-plan culturel chinois, c’est-à-dire aussi bien les allusions classiques que les références à la culture populaire moderne

  • les jeux de mots

  • etc.

9C’est une tâche ardue, et bien souvent, il lui faudra faire des choix douloureux. Ainsi, il devra par exemple choisir entre entreprendre une longue et laborieuse explication, au risque de lasser son lecteur, ou bien s’éloigner du texte original. Il devra trouver un équilibre entre le plaisir de la lecture et la fidélité à l’œuvre.
Comme ces questions se posent à chaque fois qu’un passage délicat est abordé, et que ces passages délicats sont extrêmement nombreux, il est essentiel pour le traducteur de déterminer clairement ses priorités.
Il lui faut donc avant tout se poser la question de ce qu’il cherche à faire : traduire, certes, mais pour qui ? Dans quel but ?
Les réponses à cette question ne sont pas fixées, et dépendent de chaque traducteur et de sa mission. Cependant, nous pouvons d’ores et déjà relever deux grands « chemins » de traduction pour la cyberlittérature :

  1. la traduction académique, qui doit viser à présenter aux chercheurs la cyberlittérature en tant que nouveau domaine d’études

  2. la traduction pour le public ordinaire, qui vise à produire un texte à la fois agréable à lire et permettant de découvrir la culture chinoise, aussi bien traditionnelle que populaire.

10Le premier de ces « chemins » aura recours de façon massive aux notes de bas de page : chaque allusion, chaque jeu de mots, seront expliqués en détails et les enjeux mis en lumière. Bien entendu, cela sera aride pour un public non spécialiste. En revanche, ce chemin est plus aisé pour le traducteur, qui peut opter par exemple pour une traduction littérale systématique assortie d’annotations.

11Le second de ces chemins est cependant un vrai défi. Rendre le sentiment de « shuang » est ainsi particulièrement difficile, parce que le « kiffe » chinois n’est pas forcément le « kiffe » français. De nombreux lecteurs chinois tirent ainsi plaisir à s’imaginer devenir immortel ou faire fortune, alors que le lecteur français sera sans doute plus séduit par la fantasy qui met en scène un monde parallèle où règnent les créatures magiques. Le roman de « pillage de tombes », où le héros fait fortune en volant les trésors d’une tombe ancienne, rencontrera-t-il le même écho en France qu’en Chine ?

12Mais doit-on pour autant occulter l’aspect chinois de ces œuvres pour les adapter au goût français ? Certes non. Nous pensons que la traduction de la cyberlittérature peut aussi servir à présenter la culture chinoise au public français. Ainsi, le traducteur pourra naviguer entre ces deux objectifs : par exemple, un jeu de mots ou une allusion présentant une signification culturelle particulièrement importante pourra mériter une note de bas de page, tandis qu’un calembour plus ordinaire trouvera peut-être un équivalent en français. De même, si c’est seulement le ton ancien qui importe, pourquoi ne pas avoir recours au vieux français ? Mais si c’est l’allusion littéraire qui fait sens, il faudra la présenter au lecteur.

Shirley杨并不接我们的话,突然说道:“定盘子挂千金,海子卦响。勾抓踢杆子倒斗灌大顶元良,月招子远彩包不上。”她的话旁人听不懂,我却听得明明白白,这是倒斗的唇典
Shirley杨刚对我所说的几句唇典,大概的意思是:“你心眼 坏了,嘴上不说实话,看你就是个手脚利索的盗墓大行家,这 种事瞒不过我的双眼。”

Shirley Yang ne nous répondit pas, puis dit soudain : « Mille pièces d’or à la pesée, sur la grande mer on entend résonner. Pied sur la barre et main sur le crochet, voilà un renverseur de boisseaux de grande renommée. La lune attire l’enfant éloigné, l’arc-en-ciel ne peut être caché. » Les autres n’ont rien compris à ce qu’elle disait, mais pour moi c’était très clair, car c’était de l’argot de pilleur de tombes.
Ce que Shirley Yang m’avait dit en argot à l’instant signifiait à peu près : « Tu n’as pas bon cœur, tu mens tout le temps, à te voir on sait que tu es un grand pilleur de tombes, habile et rapide, ce genre de choses, je m’en aperçois tout de suite. »

13Le passage où Shirley s’exprime en argot est presque intraduisible. Il n’est pas censé être compris par le lecteur, pas plus qu’il n’est compris par les personnages non-initiés du roman. Il s’agit d’une pure invention de l’auteur, même s’il y a une vague ressemblance avec le chinois classique.

14Pour traduire ce passage, on va donc essayer de rendre le côté mystérieux et argotique plutôt que de chercher à respecter le sens originel qui, intentionnellement, n’est pas clair. Pour cette raison, nous avons choisi de faire rimer les phrases entre elles et d’avoir recours à une formulation surannée.

15Bien entendu, le texte traduit est assez éloigné de l’original. L’auteur lui-même a donné une explication : « haizi » 海子, la mer, désigne la bouche ; « gua xiang » 卦响, on entend résonner le trigramme (les diseurs de bonne aventure secouent un trigramme dans un bambou ; par ailleurs, les « huit trigrammes », les « bagua », sont synonymes de « potins », ou encore de « n’importe quoi »). Mais nous avons choisi de ne pas rendre le « gua » de « haizigua xiang » 海子卦响 par « trigramme » et de l’occulter tout simplement, car le lecteur français ne sait pas forcément ce que sont les huit trigrammes, qu’on peut les faire « résonner », pas plus que cette expression désigne des paroles en l’air. L’expliquer aurait nécessité une longue note de bas de page sans grand intérêt pour le public non spécialiste.

16Cependant, il reste de nombreux défis de traduction pour lesquels nous ne trouvons pas de réponse satisfaisante. Par exemple, comment rendre la liberté de ton et le recours aux différents registres de langage, voire aux différentes langues, dans un même paragraphe ? Si le chinois permet de façon assez naturelle l’insertion d’un passage en classique, l’usage du vieux français ou de tournures vieillies aux côtés d’expressions à la mode paraît pour le moins étrange, sans parler des passages en anglais. Revenons à l’extrait tiré du « premier contact intime » :

Ensuite, lorsqu'elles demandent : « yourplaceormyplace? », il dit, grand seigneur : « Je suis votre éternel abonné, disposez de ma personne comme vous l’entendrez ». L’important c’est avec qui, pas à quel endroit.

17Si cela ne concernait qu'un paragraphe, cela pourrait être acceptable, quoique bizarre, mais on a du mal à imaginer un roman entier écrit en « code switching ». Même si l’on passe outre le sentiment d’étrangeté, le traducteur aura-t-il atteint son but ? Nous ne le pensons pas, car en chinois l’utilisation de plusieurs modes d’expression donne une impression de liberté, de légèreté, de « shuang » ; mais en français on ressent plutôt un caractère artificiel, on a l’impression d’être en face d’une littérature expérimentale qui aurait recours exprès à ce mode d’écriture inhabituel pour déstabiliser le lecteur et le faire réfléchir sur son rapport à la langue ; en un mot, ce serait une littérature riche et intéressante peut-être, mais absolument pas « shuang » !

18De plus, la langue chinoise moderne n’entretient pas le même rapport au classique que le français moderne vis-à-vis du vieux français. Le chinois classique se rencontre dans la langue moderne, même populaire, au détour d’un proverbe ou d’un chengyu, alors que l’usage du vieux français ou d’un français suranné ancre immédiatement le discours dans une autre époque, comme le montre par exemple cette citation du film Les Visiteurs :

« Je ne suis point malade ni foldinguo ! Je viens simplement de très très loin ! »

19Or, l’échange entre les deux internautes ne met pas en scène des visiteurs venus du passé, mais bien de jeunes personnes très modernes. Elles se servent du chinois classique dans un but humoristique, et peut-être aussi pour séduire en montrant leur maîtrise de cette langue prestigieuse.

20Traduire la cyberlittérature, au-delà des seuls points épineux, c’est donc surtout répondre à des questions de fond concernant la traduction, et ces questions sont pour la plupart aussi nouvelles que l’est la cyberlittérature.

SHAO Yanjun 邵燕君, Pobishu  Wangluo wenhua guanjianci 破壁书:网络文化关键词 (Le livre casse-muraille Dictionnaire des mots clefs de l’Internet). Beijing : Shenghuo dushu xinzhi sanlian shudian, 2018, 548 p.
CAI Zhiheng 蔡智恒, Diyici qinmi jiechu第一次亲密接触 (Le premier contact intime). Xi'an : Zhishi, 1999, 224 p.
Tianxiabachang 天下霸唱, Guichuideng鬼吹灯 (Le fantôme souffle la lampe). [En ligne] URL : http://www.guichuideng.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yimei Li, « La traduction de la cyberlittérature du chinois au français », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1051

Haut de page

Auteur

Yimei Li

Doctorante en langue et littérature Chinoises à l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’IrAsia, elle prépare une thèse intitulée « Les nouveaux médias et la littérature chinoise : déclin ou renouveau » sous la direction de Noël Dutrait. Elle est titulaire depuis 2014 d’un Master Recherche en Sinologie durant lequel ses travaux portaient sur la littérature de la génération née dans les années 1980 (80后文学).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals